Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
CME WIDI-X8 midi wireless
Photos
1/6

Test CME WIDI-X8 midi wireless

Le MIDI sans fil

Le Wi est à la mode. Après le WiFi, le Wi-Max, le Wiki, la Wii, voici donc le WIDI. Mais qu'est-ce que cela peut-il bien être? Il s'agit tout simplement d’un transmetteur de données MIDI sans fil, par hautes fréquences. Un produit Winner ? C'est ce que nous allons voir ici. Foi de Will.

Le Wi est à la mode. Après le WiFi, le Wi-Max, le Wiki, la Wii, voici donc le WIDI. Mais qu’est-ce que cela peut-il bien être? Il s’agit tout simple­ment d’un trans­met­teur de données MIDI sans fil, par hautes fréquences. Un produit Winner ? C’est ce que nous allons voir ici. Foi de Will.
WIDI

Le produit testé, le WIDI-X8 – Wire­less MIDI Inter­face, se présente sous la forme de deux petits boîtiers plas­tiques un peu plus grands qu’une carte de crédit et épais de quelques centi­mètres.

Petit tour rapide : sur le dessus, un simple bouton rond « search » et une diode. Sur un côté, les prises alimen­ta­tion (sans autre indi­ca­tion que DC), USB et la paire MIDI in et out. A l’ar­rière, une trappe pour les piles (deux LR06 1,5 V) et dans laquelle on trouve un ensemble de 8 dips-switchs. Sur les côtés, deux petits switchs trois posi­tions permet­tant l’al­lu­mage et l’uti­li­sa­tion des X8 dans diffé­rents modes. Ces minus­cules boutons dans leur renfon­ce­ment ne sont pas pratiques à utili­ser. Sans comp­ter qu’ils font un peu cheap et qu’on peut se deman­der combien de temps ils vont tenir…

Les boîtiers ont une présen­ta­tion propre. Le look gris foncé avec les inscrip­tions en noir et la seule touche de couleur d’un marron oran­gée n’est pas des plus gaies et le plas­tique lisse pas des plus agréables au toucher. Mais au moins, la fini­tion est propre.

On remarque tout de même l’ab­sence totale de pieds caou­tchouc (ou toute autre matière) qui ne laisse rien présa­ger de bon quand les boîtiers auront à suppor­ter le poids des câbles qu’on y bran­chera. D’au­tant que les boîtiers sont très légers. Les deux faces planes étant occu­pées l’une par le bouton search, l’autre par la trappe du compar­ti­ment des piles, deux éléments auxquels il faut conser­ver l’ac­cès, on se demande tout de suite où on pour­rait bien mettre le scotch double-face qu’on prévoyait déjà pour fixer un des boîtiers à son clavier maître (réponse : nulle part). Il est dommage que CME ne semble pas avoir prévu un support que l’on puisse coller sur lequel le boîtier vien­drait se clip­ser, par exemple. Avant même de bran­cher, on voit déjà qu’il n’y aura pas de solu­tion élégante pour accro­cher le X8 à son clavier maître.

Sachez que les X8 fonc­tionnent sur la bande de fréquence du WiFi, fréquence ne néces­si­tant pas de licence.

Comment ça marche?


Les boîtiers X8 peuvent norma­le­ment fonc­tion­ner soit comme émet­teurs/récep­teurs MIDI, soit comme inter­face MIDI/USB, soit comme un mélange des deux. Les DIPS switchs permettent de les faire fonc­tion­ner en sélec­tion de fréquence auto­ma­tique (en appuyant sur le bouton « search » situé sur le dessus, les boîtiers allu­més se synchro­nisent) ou en manuel (on règle une fréquence fixe par les switchs). Par ailleurs, le bouton à trois posi­tions OFF/ON/Lock permet de passer d’un mode à l’autre indé­pen­dam­ment du réglage des DIPS. Théo­rique­ment, tout ceci offre beau­coup de souplesse : contrô­ler plusieurs boîtiers à partir d’un seul, faire dialo­guer les boîtiers 2 à 2 (64 paires peuvent ainsi fonc­tion­ner simul­ta­né­ment). Théo­rique­ment. Mais…


Bran­chons l’USB

Note MIDI

Des NOTE OFF sont bien oubliées en route

Piles en place, je connecte un des boîtiers à l’or­di­na­teur (mon portable dédié musique) par USB. Je branche donc le X8 sur un câble USB qui passe par là et je branche un câble MIDI sur le in. Le boîtier est iden­ti­fié et reconnu par Windows qui installe le driver géné­rique bien connu « péri­phé­rique audio USB ». Lançons un synthé… Péri­phé­rique géné­rique en entrée, on joue, ça fonc­tionne, mais très mal. Certaines notes semblent être zappées et d’autres semblent durer… Aurais-je pressé par mégarde ma pédale sustain ? Ou celle-ci fait-elle des siennes ? Non. La pédale sustain suppri­mée, le phéno­mène se confirme. Le X8 semble bel et bien rece­voir les messages NOTE ON (enfin, la majo­rité), mais zapper certaines NOTE OFF ! Ce qui se confir­mera avec un moni­to­ring du MIDI passant grâce au logi­ciel MIDIox. Clavier véri­fié (il fonc­tionne très bien bran­ché sur d’autres appa­reils ou ports MIDI), chan­ge­ment de clavier, rien n’y fait. Essayons en sans-fil. Je débranche le câble du clavier maître du boîtier bran­ché sur l’USB pour le mettre sur l’autre boîtier. Les LEDs sont vertes, ils se causent, tout va bien. Sauf que le phéno­mène est rigou­reu­se­ment iden­tique ! On dirait que mon clavier oublie d’en­voyer des NOTE OFF.

Bon, le X8 est bran­ché sur un hub USB (alimenté). Peut-être celui-ci est-il la cause de ce tracas ? Essayons en bran­che­ment direct sans hub. Là, ça ne marche plus du tout ! Impos­sible de réins­tal­ler la bestiole. Au début, elle appa­raît bien dans les péri­phé­riques Windows, mais pas dans les péri­phé­riques MIDI dispo­nibles. Désins­tal­la­tion, réins­tal­la­tion. Pas mieux. Nettoyage de la base de registre pour le fameux coup de la limi­ta­tion de Windows à 10 entrées MIDI, vu que mon ordi­na­teur se voit souvent bran­cher de nouveaux péri­phé­riques MIDI-USB. Réins­tal­la­tion… Non seule­ment, je n’ob­tiens toujours rien, mais en plus, j’en arrive certaines fois au petit point d’ex­cla­ma­tion jaune dans la liste des péri­phé­riques, avec « erreur 10 ». De nombreux essais (diffé­rentes prises USB, diffé­rents câbles, l’autre X8, désins­tal­la­tion et réins­tal­la­tion) ne m’ont plus permis d’uti­li­ser un X8 en USB sur cet ordi­na­teur ! J’ai donc essayé sur mon ordi­na­teur de bureau. Pas de problème, le X8 est bien reconnu. J’ar­rive à (re)jouer d’un synthé virtuel par son inter­mé­diaire, mais toujours le même problème de notes « bloquées ». Cela rappelle certains soucis rencon­trés au début par quelques ache­teurs des claviers USB série UF de la même marque…

Bran­chons le MIDI

Avec un stylo

 

Bon, on va au moins essayer en MIDI HF. Un X8 bran­ché sur le clavier maître (ou plutôt l’in­verse) et un autre sur un synthé hard­ware. Tout va bien. Ça fonc­tionne parfai­te­ment. Aucune latence ni rien. Je serais bran­ché par câble que ça fonc­tion­ne­rait aussi bien.

Essayons la port ée : CME annonce 80 m en champ libre. Seule­ment, diffi­cile même en habi­tant une grande maison de tester à 80 m de distance. Même au fond du jardin, ça ne fait pas si loin. Si je vais me prome­ner dans la rue avec mon clavier, outre le fait de ne pas arran­ger mon image aux yeux des voisins, je risque surtout de ne pas entendre le son de mon synthé. Tant pis pour le champ libre, essayons les étages. Mais d’abord, pous­sons le volume sur la sono histoire d’en­tendre de loin si ça joue (c’est les voisins qui vont être contents…)

Eh bien ça marche du tonnerre. Le studio (donc un boîtier) en sous-sol, le clavier maître + second boîtier au troi­sième étage et ça passe. Super ! Bon évidem­ment, c’est injouable. Outre qu’à une telle distance, j’en­tends de la bouillie et la distance asso­ciée à la faible vitesse de propa­ga­tion du son dans l’air fait que j’ai un beau retard. Mais ça passe impec­cable. C’est donc le moment de se deman­der…

Le MIDI sans fil, à quoi ça sert?

Dans l’ab­solu, à plein de choses. La première étant de se passer de fils juste­ment. Ainsi, avec un clavier maître prééquipé (comme on va certai­ne­ment en voir arri­ver sur le marché), plus besoin de câble MIDI entre le clavier et l’or­di­na­teur si on met un boîtier. Quel confort ! Et quand la plupart des appa­reils MIDI (y compris les cartes son) seront ainsi équi­pés, on pourra ainsi les faire commu­niquer en s’af­fran­chis­sant tota­le­ment des câbles. Le pied !
Switchs

Dans un studio et parti­cu­liè­re­ment un home studio, on voit tout de suite l’in­té­rêt. Inté­rêt que doivent parti­cu­liè­re­ment remarquer ceux qui ont des claviers maîtres comman­dant des synthé­ti­seurs en rack. Bref, c’est l’ave­nir ! On peut aussi, évidem­ment, envi­sa­ger de jouer sur scène en se bala­dant avec son clavier maître (si celui-ci peut fonc­tion­ner sur piles, comme c’est le cas de beau­coup de modèles). Voire si votre goût vous y porte, faire le show avec un clavier autour du cou (oui, comme une guitare) comme cela se faisait beau­coup dans les années 80 (il faudra juste penser à ressor­tir des placards les vestes métal­li­sées à épau­lettes et manches bouf­fantes). On peut aussi contrô­ler faci­le­ment à partir de la scène des éléments se trou­vant en régie.

Idée bizarre ? Peut-être. Mais ne voit-on pas, avec la forte préémi­nence du travail du son dans les musiques actuelles les musi­ciens prendre de plus en plus de contrôle sur le son ? Certains chan­teurs s’équipent de proces­seurs vocaux, les DJs gèrent l’es­sen­tiel de leur son sur scène (quand ce n’est pas la tota­lité), les musiques élec­tro­niques sont friandes de trai­te­ments sono­res… Mais le fait de lais­ser certains effets sur scène pour en assu­rer le contrôle par les musi­ciens est parfois incom­pa­tible avec une bonne diffu­sion sur grosse scène. On doit alors faire une croix sur certains effets en live, sauf à avoir son ingé son atti­tré, ce qui est loin d’être donné à tout le monde.

Avec le WIDI, il devient plus faci­le­ment envi­sa­geable de contrô­ler des proces­seurs du rack de régie à partir de la scène, que ce soit pour enclen­cher un gros effet spécial ou pour gérer la profon­deur d’une réverbe. Je vois déjà des ingés son s’étran­gler, mais tant pis… Si on revient au studio ou home-studio, le WIDI offre aussi la possi­bi­lité de contrô­ler son séquen­ceur à partir d’une cabine d’en­re­gis­tre­ment, ou de la pièce d’à côté, et ceci en limi­tant les passages de câbles compliqués (même s’il faut toujours des câbles pour l’au­dio, bien sûr).

Bref, le WIDI est proba­ble­ment l’ave­nir du MIDI… Mais dans le cas du X8 ? Là, on se pose forcé­ment quelques ques­tions. Les câbles ? Il en faut toujours puisqu’il faut bien connec­ter le clavier maître ou le contrô­leur au boîtier. Il permet seule­ment de s’af­fran­chir d’éven­tuels longs câbles qui traversent les pièces avec les risques que cela comporte, mais compte tenu de l’ab­sence de fixa­tion du boîtier et de la diffi­culté à bien le posi­tion­ner et le main­te­nir en place quand il supporte la trac­tion de deux (ou même d’un) câbles MIDI, on peut se deman­der si le gain de confort est réel.

Conclu­sion

Sur un clavier

Utili­sa­teur de nombreux équi­pe­ments MIDI, j’étais depuis l’an­nonce de la sortie du WIDI pressé de tester ce qui me semble être l’ave­nir. Force est de recon­naître que le désen­chan­te­ment est à la mesure de l’at­tente.

Dans son concept, le WIDI est formi­dable. Sur le papier, le X8 est génial. À l’usage, il en est hélas autre­ment. L’er­go­no­mie des boîtiers X8 s’avère non fonc­tion­nelle par la peti­tesse des boutons et la rela­tive diffi­culté à les mani­pu­ler (si on n’a pas d’ongles) et surtout par l’ab­sence de tout système de fixa­tion permet­tant d’in­té­grer le boîtier au contrô­leur auquel on l’af­fecte. La surface plas­tique glis­sante, la légè­reté des boîtiers et l’ab­sence de pied caou­tchoucs ne laisse rien présa­ger de bon quant à la tenue en place du boîtier posé sur un clavier maître sur une scène. Il y a de fortes chances pour qu’il pendouille lamen­ta­ble­ment au bout des câbles après quelques minutes de concert. Résul­tat proba­ble­ment sans danger pour le maté­riel (vu le faible poids des boîtiers moins lourds qu’un câble MIDI lui-même), mais d’une élégance douteuse. Le fait qu’il ne fonc­tionne pas en USB supprime une bonne partie de l’in­té­rêt du X8 à l’heure où l’in­for­ma­tique a une place si prépon­dé­rante dans la musique à base de MIDI.

Reste le prix hallu­ci­nant auquel il est commer­cia­lisé. À quelques dizaines d’eu­ros, il aurait encore pu trou­ver grâce pour certaines appli­ca­tions, mais à 249 € la paire cela en fait vrai­ment un produit de luxe pour un usage très limité. Sauf peut-être en rempla­ce­ment d’un câble MIDI de quelques dizaines de mètres, cas peu courant. Le WIDI est certai­ne­ment l’ave­nir du MIDI, mais il demande des produits à matu­rité, ce qui n’est hélas pas le cas du X8 en l’état actuel pour ce qui est de l’USB.

Espé­rons que CME saura rapi­de­ment corri­ger le tir pour offrir une version fiable et peut-être un petit peu moins chère de ce produit promet­teur.

 


[+] Le concept
[+] Excellent fonc­tion­ne­ment en MIDI RF to MIDI RF

[-] Ne fonc­tionne pas en USB
[-] Ergo­no­mie à revoir
[-] Prix bien trop élevé (sauf en rempla­ce­ment d’un très grand câble MIDI)

Points forts
  • Le concept
  • Excellent fonctionnement en MIDI RF to MIDI RF
Points faibles
  • Ne fonctionne pas en USB
  • Ergonomie à revoir
  • Prix bien trop élevé (sauf en remplacement d'un très grand câble MIDI)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.