Roland JX-10 SuperJX
+
Roland JX-10 SuperJX

JX-10 SuperJX, Clavier synthétiseur analogique de la marque Roland.

Tous les avis sur Roland JX-10 SuperJX

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.7( 4.7/5 sur 13 avis )
 9 avis69 %
 4 avis31 %
SammIO28/05/2020

L'avis de SammIO"JX10P renaissance "

Roland JX-10 SuperJX
J ai eu la chance d obtenir en 2019 un JX10P d'occasion dans un état excellent, proche du neuf ( ce qui est tres rare ). Je cherchais un GROS son analogique Roland sans dépenser une fortune.

le JX-10P est le dernier gros analogue produit par Roland et en interne ce sont 2 JX-8P empilés l'un sur l autre , donc libre a vous de jouer en full mode ( 12 voix / 24 DCO ) ou bien en empilé ou split ( 2 x 6 voix / 24 DCO ).

Ce synthé prend lentement de plus en plus de "hype" à cause de son prix bas compare aux Jupiter ... Donc si vous cherchez de grosses nappes maousses et amples, achetez en un maintenant car les prix montent.
Pour ceux qui en ont déjà un et se sentent un peux fatigué de ce monstre, il existe des upgrades qui changent la donne monumentalement ...

En effet, même ayant un son monstrueux d origine, le JX10P ne possède pas de PWM !

Un upgrade existe !! Ze "Paul Vecoven kit": https://supersynthprojects.com/roland-superjx-maintenance/vecoven-pwm-kit-fitting/

La page de l'ingénieur francophone qui a créé ce kit est ici : https://www.vecoven.com/superjx/superjx.html

Le kit est vraiment très abordable d achat , mais mais mais vous devez être une méga pointure en électronique pour l'installer (voir photo). Donc cherchez sur le net ; pres de chez vous; un Synth doctor capable de réaliser cette prouesse doit être la .

Moi je l ai fait, et 24 DCO analo en PWM c est juste gigantesque, je n'acheterai pas de Jupiter (meme en reve) .

Concernant l affichage LED des années 80 a 8 lettres, il existe un upgrade aussi qui change la mise : https://supersynthprojects.com/super-jx-display-replacement

Concernant l edition de sons JX!0/JX8P avec des "Push Ze buttonnnz et curseurs : https://retroaktivsynthesizers.com ( ca vient des US donc la taxe est en plus)

Voila , c'était juste l'avis d'un passionné, qui a vu ; début 90 des Jupiter8 ou PPG Wave 2.3 se vendre pour 1500 Euros , un Prophet10 pour 2000 et qui s'est dit: Pfff maaah, c est lourd, c est gros, ca prend de la place, pfff c est dépassé...

On apprend de ses erreurs



pixie4229/12/2019

L'avis de pixie42"Super JX : Le cousin oublié du Jupiter"

Roland JX-10 SuperJX
Le JX10 est une superbe machine analogique largement sous estimée. il faut dire que ce vilain petit canard est mal né. Sorti dans la précipitation pour contrer le raz de marée DX7, Le vaisseau amiral de la gamme Roland est arrivé au plus mauvais moment. Les gros sons analogiques étaient provisoirement démodés par les sons FM plus "réalistes" capable d'imiter vaguement une flute ou un banjo. Conséquence : la plupart des presets et banks du JX s'évertuaient lamentablement à reproduire les cloches et les pianos électriques du DX7. Sa belle interface numérique, si futuriste pour l'époque, a rendu le JX difficile à programmer pour les néophytes qui n'étaient pas équipés de son interface de programmation PG800. Quant à son implémentation midi, defectueuse, elle a visiblement été codée avec une pelle. Bref, le successeur désigné du Jupiter 8 s'est retrouvé avec un costard un peu trop grand à remplir. Une malédiction en appelant généralement une autre, sa sortie a aussi coincidé avec la fin des gros dinosaures analogiques. Très vite éclipsé par le mythique D50, le JX10 est tombée dans l'oubli. Dommage, il avait tellement de potentiel...

Contre toute attente, le JX10 s'est finalement transformé et bonifié avec le temps. Le vilain petit canard avec ces coin-coins FM maladroits s'est transformé en un somptueux cygne analogique bien timbré et bitimbral. Ses 12 voix de polyphonie lui assurent une puissance de feu rarement atteinte sur un synthé analo. Quant à ses défauts de jeunesse, ils ont été miraculeusement réparés en 2013 par le firmware de M. Frédéric Vecoven.

Utilisation

Au premier contact, la machine est belle, metallique, et lourde. Son écran à
tube fluorescent est là pour rappeler qu'avec sa robe grise, ce synthé nous vient tout droit des années 80 à la manière d'une De Lorean . Son interface de programmation numérique est austère, tout comme son imposant clavier de 76 notes. Il se dégage de cet instrument monolithique quelque chose d'assez luxueux. Le JX a probablement été pensé comme une machine de studio, avec un prix le réservant de fait a des musiciens professionnels. De toutes façon le concept de home studio n'en était qu'à ses balbutiements. Le clavier de 6 octaves souligne encore cette orientation professionnelle. N'oublions pas qu'à l'époque la plupart des joueurs de synthés sont aussi des pianistes, et le clavier de ce JX est une vraie bonne surprise. Je ne vais pas y aller par 4 chemins, ce clavier aux touches lestées est le meilleur que j'ai jamais essayé (sur la trentaine de synthés que j'ai possédés). Je le trouve largement meilleur que le fatar haut de gamme de mes access virus, et au final très semblable à celui du D50. J'adore son équilibre et son rebond. Il réagit à la velocité et l'aftertouch, sur un synthé analogique, c'est un luxe dont j'aurais maintenant du mal à me passer tant elle permet des nuances dans le jeu et la programmation.

Côté interface, c'est simple et austère, mais il n'y a pas de sous-menu alors tout va assez vite. Chaque paramètre du son est rappelable instantanément via un code à 2 chiffres à taper sur le pavé numérique. Le paramètre lui même sera modifié avec l'alpha dial sorte d'énorme roue codeuse. En fait c'est assez facile et rapide à programmer pour quelqu'un qui connait la synthèse soustractive analogique car on mémorise assez rapidement le code de chaque paramètre. Programmer un son implique de savoir à l'avance quel paramètres on souhaite modifier. Bref il faut réfléchir au résultat recherché et savoir comment l'obtenir, mais l'absence de potards ou de faders ne doit pas effrayer un utilisateur averti. Alternativement, il existe un programmeur dédié : Le Roland PG800. Cette petite boîte possède un fader par fonction et permet de paramétrer le JX tactilement tout comme ses illustres prédécesseurs analogiques mieux lotis en commandes directes.

Pour ma part j'ai opté pour un PG800 virtuel sur ipad le iPG800. Cette application permet de programmer le JX10 en temps réel avec la même facilité que le PG800. Il présente un avantage énorme : La position de ses faders virtuels se rafraichit à chaque changement de patch. Un peu comme avec le Nordlead 3 , on peut voir en un clin d'oeil la programmation et les caractéristiques d'un son. Idéal pour faire du "reverse engineering" sur nos patches préférés. Avec une interface midi bluetooth, je me paie le luxe de programmer le JX10 sans fil avec un ipad. Magique...

https://apps.apple.com/us/app/ipg-800/id542179981

Posséder un JX10 en 2019 implique pour moi de changer l'EPROM et le faire fonctionner avec le firmware de Frederic VECOVEN.

https://www.vecoven.com/superjx/superjx.html

Ce nouveau firmware répare l'implémentation midi désastreuse des débuts. Tous les paramètres du JX répondent désormais aux sysex. Un arpégiateur synchronisable en midi a été rajouté, et si comme moi vous êtes à l'étroit avec les 50 emplacements mémoire d'origines, la nouvelle éprom peut acueillir en option 16 ou 32 banks ram. 800 ou 1600 slots pour stocker vos propres sons sur un analo des années 80 je trouve ça assez bluffant.
Par ailleurs, ce nouveau firmware assure en version 3.22 l'import de sysex de JX8P (le petit frère monotimbral à 5 octaves) mais aussi de sa version VST le génialissime et gratuit PG8x. Avec le PG8x, vous pouvez tranquillement programmer vos sons et banks de JX sur le laptop du boulot et les exporter en sysex dans une des banks du JX10... La modélisation du JX8p est quasi parfaite.

https://sites.google.com/site/mlvst0/

Sonorités

Nous entrons là dans un territoire totalement subjectif, ce que j'ai à en dire n'engage que mon avis, mes goûts et mes oreilles. Comme je l'ai dit en préambule, le super JX a souffert de banks bourrées de pianos electriques et autres glockenspiel dans l'espoir d'aller taquiner le DX7 sur son terrain de prédilection. Pour ma part, je trouve que cette émulation de sons typé FM est assez convaincante et même plutôt surprenante pour un synthé analo mais je dois avouer que je n'ai jamais trop aimé la synthèse FM et les sons qu'elle produit. Un synthé sans filtre résonnant tient pour moi de l'hérésie. Non, vraiment... oubliez tout de suite les banks de sons gratuites un peu foireuses que l'on trouve sur le net. Le plus simple pour repartir sur de bonnes bases reste encore de mettre la main à la poche et acheter les rares banks contemporaines qui existent pour le JX8p et le PG8x. (attention il faut le Vecoven 3.22 pour importer ces sons en sysex)
j'en ai trouvé 3 digne de ce nom :

Espen Kraft
https://thepatchbay.co.uk/product/espen-kraft-roland-jx-8p-jx-10-mks-70-pg-8x-32-retro-synthwave-presets/?description=true

Timecop
https://thepatchbay.co.uk/product/timecop1983-deckards-dream-pg8x-patchbank/?description=true

Analog Audio
https://www.youtube.com/watch?v=jfGtRxCwWiM

Avec ces 3 banks on remet les compteurs à zéro et on découvre le réel potentiel sonore de la série JX. Je vous conseille d'écouter les démos et vous faire votre propre avis sur le moteur de ce synthé dans sa version monotimbrale. Pour aller un peu plus loin, le mieux est d'essayer ces sons sur le freeware PG8X (lien plus haut)
Sinon, que dire... le son est typique du Roland analo des années 80, certes ce sont des DCO qui n'ont pas l'instabilité et la richesse des VCO mais je trouve que ça sonne magnifiquement bien. Et le chorus intégré compense beaucoup. Le JX 10 a la particularité assez rare d'être analogique ET bitimbral, on peut donc empiler 2 sons en split ou en layer tout en bénficiant d'une polyphonie de 6 notes encore confortable pour enchaîner des progressions d'accords. Les nappes qui sortent du JX10 en mode Dual sont à tomber par terre. Littéralement. Le JX10 peut aussi générer des basses à faire trembler les vitres. En mélangeant 2 sons différents qui réagissent chacun à leurs propres réglages de vélocité et d'aftertouch on arrive à des nuances de jeu incroyable sur un vieux synthé analogique. A ma connaissance, les seuls synthés analogiques bitimbraux de l'époque étaient le Jupiter 8, le Prophet 10 et le Matrix 12. Excusez du peu, le club est assez "select". Certains crieront à l'hérésie ou au blasphème. Ils peuvent se rassembler sous ma fenêtre avec leur fourche et leur torche, mais pour moi le JX10 joue dans la même catégorie. Il n'a pas le prestige et la sonorité magique d'un Jupiter 8, mais c'est un cousin avec un ADN commun et un son bien à lui.

Dans cette vidéo la parenté sonore est évidente entre le JX8p et le Jupiter 8 , pour rappel, le JX10 est un double JX8p à 6 octaves.

https://www.youtube.com/watch?v=r-6csUzlqR4

Le JX10 a ses défauts : un filtre plus difficile à régler, pas de PWM et des enveloppes un peu lentes en attaque, mais il a aussi ses avantages tels que la vélocité et l'aftertouch qui le rendent intouchable pour certains sons. Pour ceux qui ne jurent que par le PWM, (sachez que Fred Vecoven commercialise aussi un kit qui rajoute des enveloppes, des LFO et le fameux PWM, mais il faut maîtriser le fer à souder et ajouter 2 cartes filles en plus du changement de toutes les eprom).

Avis global

Vous l'avez compris je suis complètement conquis par le JX10, je le suis d'autant plus que c'est un synthé analogique méconnu qui sonne pour moi incroyablement bien. Son clavier rend l'instrument très agréable à jouer. La magie du firmware de F.Vecoven a réparé tous ses défauts de jeunesse tout en le rendant parfaitement adapté à une utilisation contemporaine (programmation sans fil avec un ipad, reception des sysex, RAM de 16 ou 32 banks, arpegiateur synchronisé en midi) C'est une machine robuste mais à l'instar de tous les vieux Roland il faut être prêt à passer un peu de temps à nettoyer les contacts des touches ou le cas échéant être capable de ressouder quelques tact switches. Seul le magnifique écran à tube à une certaine réputation de fragilité. son remplacement est plus compliqué mais il existe au pire quelques solutions à base de LCD. Comme tous les hybrides analogiques à commandes numériques Roland (JX, alpha Juno) Ils reviennent un peu sur le devant de la scène grace notamment à quelques youtubers qui apprécient leurs sonorités classiques (Kebu, Espen Kraft, Timecop, Synthmania par ex.). Leurs côtes en occasion sont encore très raisonables et permettent aux musiciens de redécouvrir ces machines sans rentrer dans les délires spéculatifs de la génération précédente d'analo.

Edit juin 2020 :
Ce que je redoutais est arrivé. le magnifique écran à tube a fini par me lâcher progressivement. Il avait déjà une sale réputation de bombe à retardement bien connue des possesseurs de JX10 & 8P. Malheureusement je peux que confirmer. J'en étais malade. Heureusement, Guy Wilkinson propose de belles solutions alternative à cet écran défaillant:

https://supersynthprojects.com/super-jx-display-replacement/

l'Installation est pas super simple, il y a des straps à souder et surtout des composants à dessouder proprement. Probablement l'enfance de l'art pour un electronicien, mais comme ce métier n'existe quasiment plus, il faut se démerder soi même. Bref il vous faut un bon pote avec une station à dessouder avant de se lancer sereinement dans la modif. J'ai pour ma part opté pour un écran Oled de toute beauté (non visible sur le site de Guy Wilkinson mais bel et bien dispo). Le contraste de ouf et l'affichage modifié sur 2 lignes me font presque oublier l'écran à tube so eighties d'origine. j'ajoute quelques photos pour vous faire une idée du rendu. Normalement mon JX10 est reparti pour 40 ans si le bloc d'alim n'en décide pas autrement. A titre d'information je souhaite être enterré avec mon Roland JX10 et ma bonne vieille Ducati. C'est hyper important de correctement choisir ses compagnons d'éternité.
rony3512/11/2018

L'avis de rony35"Le JX de luxe, ergonomie discutable"

Roland JX-10 SuperJX
J'ai possédé pas mal de JX (JX3P, JX8P, JX10), le JX10 est celui dont le son est le plus abouti. Tout simplement parce que c'est l'équivalent de deux JX8P dans un seul synthétiseur.
A ce titre, les possibilités sonores sont plus que doublées.

On a ainsi au choix :
Un JX avec une polyphonie de 12 voies, le grand luxe en matière d'analogique.

Plus intéressant, on peut empiler les 2 modules de JX8P et obtenir un synthé 6 voies à 4 oscillateurs. Dans ce cas, 2 orientations possibles :
-1 on duplique un son et on le détune légèrement, on modifie les vitesses de LFO et on obtient un son énorme
-2 on empile 2 sons différents et on obtient des sonorités complexes impossibles à obtenir avec un analogique standard.

Enfin, le mode split vous offre 2 synthés différents sur 2 portions distinctes du clavier avec le choix du point de séparation. Bien utile aussi.

Ajouté à cela le mode "chase", sorte de delay qui répète le jeu, c'est bien plus en effet que deux JX8P dans une seule boîte.

Enfin, le grand afficheur vert est bien pratique, même indispensable pour programmer toutes ces fonctions avancées.

Le clavier quant à lui est plutôt correct, after touch mis à part (sur mon exemplaire en tout cas). L'after touch répond sans progressivité, après avoir pressé déjà assez fortement. Anecdote : un jour en appuyant trop fort , le clavier a basculé en avant sur son stand et je me suis pris le JX dans la figure... quel souvenir

Le gros point noir de ce synthé, et la raison pour laquelle je l'ai vendu à l'époque, c'est cette fichue molette "Alpha dial", qu'on retrouve sur les Juno 1 et 2 (je ne l'ai pas essayé sur ces derniers, et elle est peut-être meilleure) : un vrai raté !
La modification des paramètres avec cet outil se révèle à la longue une vraie galère. Ça réagit mal, il faut faire un nombre incalculable de tours pour accéder à certaines valeurs. De plus, sa réponse est molle, imprécise et non crantée.

Mais à l'époque, ça faisait High-tech.

Pourtant, certains constructeurs ont conçu des molettes bien plus pratiques, comme Kurzweil avec le K2000 pour ne citer qu'eux.

Le JX8P se contentait d'un simple slider et c'est infiniment plus pratique.


En bref, si on aime programmer ses sons depuis la face avant et qu'on n'a pas de PG800, le JX10 est tout sauf ergonomique.

J'ai retrouvé un petit jingle que j'avais composé à l'époque (et mal mixé), j'en ai posté un extrait où l'on entend le JX10 (c'est lui qui produit à la fois la nappe et le son solo).

Résumé : comme tous les analogiques le JX10 voit sa cote monter en ce moment. Cela me paraît en partie justifié au vu de sa brève carrière et de sa relative rareté sur le marché de l'occasion. Attention toutefois, on en voit affichés à 1500€ à l'heure où j'écris ces lignes. C'est vraiment trop cher, à mon avis, même en excellent état. Mais bon, ainsi va le marché fou de l'analogique.
Hurricane197104/01/2018

L'avis de Hurricane1971"Le dernier, et pour moi le meilleur, analo 80's de Roland."

Roland JX-10 SuperJX
J'utilise le JX en studio uniquement.
La finition est très épurée. La prise en main n'est pas évidente si on a jamais fait de synthèse soustractive. Sans PG-800, il faut le programmer via les numéros de paramètres et la mollette ou utiliser un soft pour autant que l'OS soit un OS Colin Fraser ou Vecoven. Niveau clavier, rien à dire, après autant d'années, la vélocité est toujours parfaitement détectée et l'aftertouch fonctionne sur tout le clavier.
Niveau son, là, c'est du pur bonheur, 12 voies avec oscillateurs Roland des années 80 qui valent bien ceux du Jupiter 8!
C'est un synthé qui excelle dans les pads, les nappes sont d'une profondeur incroyable. Il a aussi du bon répondant pour les basses électro. En utilisant judicieusement la synchro des oscillateurs, on peut obtenir des sons style FM, pianos électriques, etc., et aussi des sons très lourds comme par exemple le son de harpe laser de JM. Jarre.
Quoique pour moi dédié aux nappes, ce synthé offre une certaine polyvalence sonore.
Les patches sont constitués de Tones (les sons programmés). On peut stocker 50 tones dans la mémoire interne et les placer dans n'importe quel patch. On peut utiliser les patches selon 3 modes, DUAL: deux tones répartis sur 2 couches de 6 voies, WHOLE: 1 tone utilisant les 12 voies ou SPLIT: 2 tones répartis sur 2 zones du clavier.
Ce que j'apprécie le moins sur cette machine, c'est la fastidieuse édition des paramètres sans PG-800 (quasi introuvable).
Ce que j'apprécie le plus, c'est la qualité et la précision des sons analogiques produits.
Je le note 4/5.
ad5918/03/2017

L'avis de ad59"JX-10 avec la V3.03 de F. Vecoeven"

Roland JX-10 SuperJX
Tous les avis précédents suffisent pour parler du JX-10. Mon but est de préciser deux trois choses que la Version 3.x de Frédéric Vecoeven a rendues possibles et qui changent la vie.

Si on a modifié les deux tones d'un patch et qu'on veut sauvegarder ce patch en n'ayant pas besoin de garder les deux tones d'origine, il est possible de sauvegarder le tout en une seule manœuvre (le patch et les deux tones).

Le séquenceur a été remplacé par un arpégiateur assez bien fourni et synchronisable en MIDI.

Il est possible d'enregistrer/rejouer sur un séquenceur les modifications opérées avec le PG-800 sur tous les paramètres.

On peut séquencer le JX-10 en même temps sur 2 canaux MIDI différents avec deux sons différents.

On peut enfin charger des tones un par un par sysex depuis son ordinateur.

Le JX-10 est un excellent synthé mais il ne lui manquait qu'un OS et une implémentation MIDI dignes de sa puissance. C'est chose faite.

Bravo à M. Vecoeven.
Krapod28/01/2011

L'avis de Krapod"Du gros son !"

Roland JX-10 SuperJX
Je n'ai rien à ajouter à la fiche produit mais deux corrections à y apporter :
- le JX-10 ne possède pas de jacks de sauvegarde externe sur cassette
- la capacité du séquenceur est d'environ 400 notes sur une cartouche M-16C et 1600 sur une M-64C

UTILISATION

C'est ici que l'on aborde le côté sombre du JX-10 : l'interface utilisateur. Je ne reviendrai pas sur les problèmes de programmation de sonorités en l'absence de PG-800, ni sur l'implémentation MIDI et l'édition par Sysex largement évoqués dans les avis précédents et les forums.
- l'alpha-dial pour changer les valeurs est très lent, rendant la programmation des patches fastidieuse (le PG-800 ne sert que pour les tones).
- je n'aime pas beaucoup la double numérotation, en base 8 pour les patches (habituel chez Roland) et décimale pour les tones, et tant qu'à avoir un pavé numérique, celui-ci aurait pu servir à entrer les valeurs de paramètres et se passer ainsi de l'alpha-dial.
- le levier de pitch bend ne peut être réglé que sur 2, 3, 4 ou 7 demi-tons (on n'arrive donc pas à l'octave!)
- il est dommage de ne pas pouvoir assigner plus de types de paramètres aux 2 curseurs de contrôle.
- le bouton de sélection mémoire interne/cartouche se situe complètement à gauche du clavier, bien loin des touches de sélection de patches et de tones.
- le séquenceur n'a pas grand intérêt : une seule piste, pas d'édition possible, pas de métronome sonore donc tempo aléatoire, pas de transmission MIDI, obligation d'utiliser une cartouche... Ce n'est finalement qu'un bloc-notes qui aurait été plus utilement remplacé par un arpégiateur.
- le manuel est peu précis et incomplet (rien sur la sauvegarde MIDI par exemple).

Cependant, malgré le fait que beaucoup de choses ont été baclées (peut-être à cause d'une sortie anticipée due à l'émergence du numérique), je lui accorde quelques bons points.
-Clavier très agréable, avec une bonne vélocité et un after-touch efficace (sur le mien en tout cas). J'aurais aimé un toucher un peu plus lourd.
- Ecran de 32 caractères (énorme pour l'époque)
- les 4 entrées pour contrôleurs au pied (expression et switch)
- bon clavier maître, avec split MIDI
- une fois casé le PG-800, il reste encore assez de place pour y poser bières, cacahuètes et cendrier :-)

SONORITÉS

Par contre, ce qui fait la force du JX-10, ce sont ses sonorités, remarquables et reconnaissables. Je me suis surpris à apprécier la qualité des sonorités du genre flutes, typiquement peu crédibles sur la plupart des analogiques, et je me suis même réconcilié avec les cuivres synthétiques. Pour les amateurs de gros sons, le mode Unisson, qui permet d'empiler 8 DCO par note, associé aux Chorus et Detune, produit des sonorités qui vous retournent l'estomac...Le mode Dual (2 tones empilés) permet des sonorités très riches, et si on lui associe le Chase Play (delay entre les 2 tones), on atteint des sommets de richesse et de complexité, préfigurant les sonorités élaborées des futurs synthés numériques de la marque, mais avec la chaleur de l'analogique. Le revers de la médaille est que l'on a souvent envie d'utiliser le Chase Play qui fait du JX un synthé monotimbral très riche, au détriment de la bitimbralité avec split.
La seule critique que je formulerai sur les sonorités du JX est le peu de réactivité de l'attaque.

AVIS GLOBAL

Lorsqu'il y a bien longtemps, j'ai voulu acheter mon premier vrai synthé, j'en ai essayé plusieurs, essentiellement des numériques Korg et Yamaha, mais c'est le JX-10 qui me faisait rêver. Faute de moyens (il valait 13000 francs, 2000€ en 1987), je m'étais "contenté" d'un Juno-2, aux sonorités moins complexes, mais avec une interface aboutie.
Depuis deux ans je regarde distraitement les annonces, et le mois dernier, je suis tombé sur une bonne affaire : un Super JX en parfait état, avec PG-800 et cartouches M-16C et M-64C.
Malgré ses défauts, le JX-10 se place parmi les meilleurs synthés analogiques polyvalents pour la qualité et la variété de ses sons. Je le conseille sans hésitation à ceux qui peuvent s'encombrer d'un clavier imposant et robuste, sinon la version rack, le MKS-70, propose les mêmes sonorités et une meilleure implémentation MIDI, mais se négocie beaucoup plus cher.
Cripur23/10/2008

L'avis de Cripur

Roland JX-10 SuperJX
Les caractéristiques ont déjà été largement détaillées.
Le clavier 76 touches est vraiment de bonne qualité. J'ai par contre du mal avec l'aftertouch qui me semble un peu faiblard.

UTILISATION

Sans le programmateur, l'édition est casse-tête. La molette de dial est très lente et c'est l'unique moyen d'entrer les valeurs. Impossible d'utiliser le cadran numérique ou des raccourcis.
L'édition par informatique nécessite une modification de la puce, expliquée sur le site de Colin Fraser.
Le clavier 76 touches est vraiment de bonne qualité. J'ai par contre du mal avec l'aftertouch qui me semble un peu faiblard.

SONORITÉS

Venant du numérique, on se rend vite compte qu'effectivement l'analogique - bien qu'à DCO - est autre chose. Les basses décollent littéralement le papier peint, surtout si on utilise le mode Unisson et encore plus la bitimbralité.
On peut faire tout plein de sonorités avec ces 2 DCO (j'aurais aimé la présence d'une forme d'onde sinusoïdale), leads, basses et nappes, tout ce dans lequel l'analogique est réputé.
La bitimbralité permet d'accéder à des sons très riches.

AVIS GLOBAL

Je réactualise mon avis, posté à chaud alors que je n'avais pas de PG-800, programmateur que je suis parvenu à me procurer dans un second temps.
Dans ma recherche d'un premier synthé analogique, je l'ai choisi car il ne souffre pas de l'envolée des prix du moindre instrument étiqueté "analo". Dans mes recherches, j'avais étudié la série Juno mais les prix grimpent furieusement (600 € un Juno 60) et les problèmes rencontrés pour le 106 donnent à réfléchir.
Pourtant, ses caractéristiques font de ce JX-10 une machine redoutable : en premier lieu la bitimbralité qui offre des perspectives monstrueuses, 12 voix de polyphonie, espace de sauvegarde, MIDI... Il offre deux DCO et non un seul comme sur les Juno par exemple.
Ce manque de reconnaissance vient certainement de l'absence de potards. Sans le PG-800, c'est un synthé à preset, l'édition est tellement casse-tête avec une molette de dial hyper lente...
Avec le JX-10, le PG-800 est indispensable. Quand je n'avais pas le PG, j'ai programmé quelques sons avant de laisser tomber.
Bref, je recommande chaudement ce synthétiseur au musicien désirant acquérir un analo sans dépenser des sommes astronomiques mais il faut impérativement se procurer un PG-800 (200€).
Il Sorpasso01/02/2008

L'avis de Il Sorpasso

Roland JX-10 SuperJX
Clavier 76 touches, c'est donc un monstre. Avec pitch, modulation, after-touch (faut appuyer fort). On peut rajouter des pédales de sustain. Il a 4 sorties audio, de quoi faire 2x2 voix. Il a le midi. Le clavier réagit plutôt bien, il a l'air solide, je m'en sers aussi comme clavier maître. Je le trouve un peu mollasse sur la vélocité, mais il faudrait peut-être que je l'ouvre pour le passer en revue un coup. Très agréable néanmoins pour un pianiste sans piano d'avoir ces 76 notes sous les doigts avec un toucher assez correct.

Un effet : le chorus, qui rajoute de l'épaisseur et de la stéréo (et accessoirement qui colle une grosse étiquette "ANNEES 80" sur le son traité)

Ce synthé est célèbre pour avoir l'implémentation midi la plus bête du monde, c'est-à-dire qu'on ne peut pas éditer les paramètres via le midi sysex. Donc c'est vraiment embarrassant, impossible de le piloter via un controleur midi ou un ordinateur. Personnellement j'utilise le contrôleur PG800 avec, car sinon pour fabriquer les sons dans les menus et tout, je pense que c'est très vite pénible et surtout assez peu créatif.

12 voies de polyphonie ! Après on peut rassembler les voix dans des modes unison ou mono, pour grossir le son, ce qui ouvre beaucoup de portes.

UTILISATION

Cf ci-dessus, l'édition des sons est simple si on a le PG800 sinon mieux vaut oublier. A noter aussi qu'il y a possibilité de stocker des sons sur des cartouches M-64C, et qu'en passant par elle, on peut stocker ses patches et en échanger sur internet (il y en a quelques uns qui circulent). Pas mal.

SONORITÉS

Alors après avoir passé de nombreuses années avec des VST qui émulent des machines analogiques... La différence est frappante ici ! Les sons de base sont vraiment vivants, ça n'a rien à voir. On peut obtenir un bon son en beaucoup moins de temps qu'avec le virtuel, moins de contorsions. Car dès le départ les signaux sonnent bien ! Ce sont des DCOs, donc plus stables (mais moins vivants) que les VCOs des générations de synthés précédentes.

Mais c'est magnifique d'avoir ces sons sous les doigts, c'est vraiment inspirant ! Là où cette machine est la plus forte, c'est sur les nappes. Il y a un preset, qui est carrément le son que Badalamenti a utilisé sur le laura palmer's theme de twin peaks, ça veut tout dire : vous voyez le genre de sons. Il y a aussi quelques possibilités de sync qui sont intéressantes, dans la tête des gens de roland c'était sans doute un peu pour se rapprocher de la synthèse FM, et ça donne des choses pas mal. Il y a par exemple un preset de marimba qui est excellent, donc cette catégorie de sons est possible aussi !

Par contre il y a un gros point noir, c'est que l'attaque est mollissime... Enfin, ça va, elle ne met pas 0,5 secondes non plus, mais c'est vrai que c'est vaguement-un peu mou, et que c'est difficile d'avoir des sons nerveux. On peut s'en sortir en bricolant avec le sync et des enveloppes, mais au passage on a déformé l'attaque du son. Disons qu'un saw pur qui attaque sec, ça n'existe pas.

Le filtre est bien, mais je ne suis pas expert. Avec la résonnance à fond, il peut partir en auto-oscillation, c'est toujours une option supplémentaire sympa !

Après il faut savoir que le principe du JX10, c'est qu'on peut empiler deux "tones" (un "tone" = les 2 oscillos et les traitements enveloppe et filtre qu'on leur passe derrière). Et cette possibilité de superposition ouvre énormément portes et fait tout à coup de ce synthé un monstre de synthèse extrèmement complet. D'un coup on se retrouve avec 4 oscillos et 4 enveloppes en gros. Ca prendra du boulot mais on peut arriver à des sons extrèmement sophistiqués !

les sonorités que j'aime : les pads et les sons vraiment synthétiques, quelques trucs un peu FM réussis
les sonorités que je déteste : les piano électriques à la DX7, c'est tout ce que je hais. Il y a beaucoup de presets un peu moches dans la machine, juste parce que Roland devait vouloir suivre le courant FM... mais bon, la FM hum... parfois faut aimer quoi.

9/10 à cause de cette histoire d'attaque molle

AVIS GLOBAL

Je l'utilise depuis un mois seulement. J'ai enfin récupéré une cartouche qui va me permettre d'aller écouter les sons d'usines originaux qui avaient été effacés du mien.

+ il est vraiment pas cher pour ce qu'il a à offrir.
+ possibilités de synthèses énormes et sons de bases beaux
- édition impossible sans PG800
- attaque un peu molle

trop tôt pour le dire, mais je recommande ce synthé qui N'EST PAS SURCOTE lui, sans doute parce qu'il est gros (je ne l'emmenerai pas sur scène) et qu'on ne peut pas contrôller l'édition en midi. N'empêche qu'il sonne grave et qu'il est super polyvalent.
bpier26/06/2007

L'avis de bpier

Roland JX-10 SuperJX
Pas grand chose à ajouter sur les caractéristiques du JX10.
Disons qu'il offre un clavier de 76 touches, utile pour en faire un clavier maître en home studio. Une subtilité : en clavier maître, il faut placer ses fonctions MIDI =>Parameters =>Upper Local en off, ainsi que Lower Local en Off.
En outre, ce synthé est équipé de DCO (Digitally control oscillators). Il propose 12 voix de polyphonie. En fait, le JX-10 équivaut à deux JX-8P.
Il a, par ailleurs, des prises Midi in, out et true, plusieurs sorties audio, une entrée casque... A l'époque de sa sortie (1985), c'était très bien. Pour aujourd'hui, ça l'est toujours, puisque des fabricants ressortent ce type de machine à des prix très élevés...

Pour info, je l'ai acheté 500 € en 2005 avec son programmeur, le PG800, et deux cartouches mémoire : une M-64C, une M-16C.

UTILISATION

On peut trouver des sons sur le net, gratos. Pour ce qui est de la fabrication de sons, mieux vaut posséder le PG800 : ça facilite la vie. A défaut, prise de tête et galère... Mine de rien le manuel est utile. Je l'ai en français.

SONORITÉS

Le JX écrase tous les plugins censés émuler l'analogique. Ses sons sont chaleureux, malgré les DCO qui l'équipent. Ce synthé est une arme redoutable pour le design sonore, créer des nappes et des basses. Plus étonnant pour un presque totalement analo : il est capable de reproduire des pianos électriques type Rhodes qui tiennent très bien la route.

AVIS GLOBAL

Bref, vous l'avez compris : je suis extrêmement content de ce synthé. Je ne suis pas prêt à le vendre.
strangenono03/01/2007

L'avis de strangenono

Roland JX-10 SuperJX
-Synthé analo 76 touches
-levier pitch/mod + 2 faders assignables
- 8 sorties ( 4 mono + 4 stereo) + midi in/out/through
- 64 performances (= associations de tones soit en split/layer/solo)+ 120 tones (sons seuls)
+ Chorus à la Roland et "chase play"
-pas de prog depuis un pc exepté si l' eprom est upgradé via ce site : http://www.colinfraser.com/jx10/romswap.htm
- polyphonie totale de 12 voix en mode tone, 6 en performance ( split ou layer)

UTILISATION

Config super minable niveau midi... Par contre super géniale avec le pg-800, tout est possible comme sur un analo à potards ! Manuel minable et tres incomplet, les 3/4 des manipulations sont presentées mais helas non detaillées dans la pratique! une honte
Donc : sans pg-800 note : 2/10
avec pg-800 note : 10/10

SONORITÉS

-Superbe machine, le top qui rassemble tous les sons synthétiques des années 80 !!!
-Pas de sons realistes ( cependant le piano acoustique est particulierement bien emulé pour un analo...)
- Les chorus sont plutot bons mais une bonne reverb manque. Le chase play est vraiment exelent ,il donne une certaine vie aux lignes de basse c' est super.
-L' expression est plutot bonne si on nettoie bien les contacts
-Pads à tomber par terre, cuivres pechus et insolents ( le sons Europe !) , strings cremeux et planants, leads tranchants,e.piano super romantiques tres typés, basses de tous genre (tb303, tr909,...).

AVIS GLOBAL

Vraiment le synthé pour tout ce qui est cover des 80's et meme pour la trans ou le hardrock. Lui et un sampler , vous etes le roi du groupe ! Un sons gras loin de tous les synthés modernes. Il peut couvrir tous les genres . A conseiller au fans des depeche mode ,cure,europe,van halen,jan hammer... Il peut sonner comme un jupiter ou presque comme un dx, à vous de le programmer mais le jeu en vaut la chandelle. Une alternative à un andromeda a6 avec plus de personalité et le fameux grain Roland, inimitable.