Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou

Sujet Commentaires sur le dossier : Les conseils d'ingé son d'Émilie Daelemans

  • 15 réponses
  • 12 participants
  • 2 506 vues
  • 18 followers
1 Commentaires sur le dossier : Les conseils d'ingé son d'Émilie Daelemans
5548.jpg
Nous avons eu la chance de rencontrer l'ingénieure du son mastering Émilie Daelemans afin de lui poser quelques questions.


Lire l'article


Ce thread a été créé automatiquement suite à la publication d'un article. N'hésitez pas à poster vos commentaires ici !

[ Dernière édition du message le 13/03/2024 à 20:23:51 ]

Afficher le premier post
11
Le contact humain dans ces domaines, surtout le mastering, c'est rare : une grande partie du travail se fait à distance. Après ça n'empêche pas d'échanger à l'écrit ou à l'oral bien sûr, mais les session de mixage ou de mastering en studio avec des ingé freelance, c'est plutôt inhabituel.
12
En ce qui me concerne, le suis toujours présent au mastering de mes productions.

Je fais confiance à l'ingé master. C'est son boulot. J'irais pas lui dit de rajouter 0,2 dB là ou de toucher au ratio de son compresseur.
Par contre, quand il masterise trop fort ou trop claquant, je peux le lui dire.
C'est pas que ce soit mauvais en soit. C'est une question de choix artistique.

Sur mon dernier album, il y avait pas mal d'infra. Trop. l'ingé master a fait le ménage. Très bien.
Mais sur un morceau, il a coupé dans un wouf très bas qui faisait une aspiration sur un break. Mais de l'enlever, ça pétait le groove.
On en a discuté. On a choisi de garder ce wouf. On savait très bien qu'il ne passerait pas sur les petits systèmes, qu'il ferait probablement saturer les enceintes de voiture (ce qu'on avait connu sur un autre morceau), mais c'était un choix.
Il n'y avait pas de bon ou de mauvais choix : juste une décision entre universalité de la diffusion et choix artistiques. Ce choix, seul l'artiste ou le producteur peut le faire.

(je sais, l'idéal est de faire du gros bas qui sort sur tout sans saturer. Mais nous ne sommes pas Massive Attack et on fait avec ce qu'on sait faire)
13
Citation de KURZ67 :
Et en hardware, Émilie utilise quoi ?
Traitement, Dac, monitoring on a vu
Comment on se fait connaître pour pouvoir en vivre alors que finalement, 3 ans d´expérience chez Faerber, c´est pas si long que ça pour se faire un nom et un carnet d´adresse?
Faut avoir un banquier assez ouvert d´esprit pour pouvoir emprunter afin de couvrir tous les frais de la construction et l´aménagement d´un studio.
En tout cas chapeau d´avoir le courage de se lancer en free-lance.

Si tu veux en savoir plus c'est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=A5c3kbwQYnY

Nous sommes plusieurs dans ma tête mais c'est moi le chef

14
J'aime bien les vidéos avec l'ami modo Roger Roland (rroland) et Alf.




S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

15
Salut ,

Je serais curieux d'écouter la version de Babydolo33 avant le mastering effectué par Emilie Daelemans .

Voici un lien pour ceux ou celles qui ne connaissent pas cette chanteuse.

https://m.youtube.com/watch?v=-1PraqOi9I0&pp=ygUMYmFieSBzb2xvIDMz

 



 

16
C'est toujours intéressant ce genre de reportage, c'est pour voir si je suis débile ou si d'autres pensent comme moi... C'est pas le 1er reportage de ce type et encore merci AF ! Il y a longtemps, longtemps les constructeur d'enceintes acoustiques mesuraient leurs enceintes en chambre sourde. Puis ils se sont aperçus que chez les gens ça ne rendait pas pareil. Alors ils ont mesurés leurs enceintes en chambre semi-réverbérante. Là, ça allait mieux. Un ingénieur du son expérimenté et plus tout jeune disait :"Pour rien au monde je changerais mes enceintes". Parce qu'il les connaissait par cœur et il en connaissait les limites. Un autre constructeur français d'enceintes disait :"Pour faire une bonne paire d'enceintes, il faut de bons haut-parleurs". C'est pourquoi je pense que l'écoute est primordiale, donc le choix des écoutes aussi.

A part ça, je trouve qu'aujourd'hui on booste parfois trop, j'écoute mes vinyls des années 70's et 80's ou même des CD's mais de musiques des 70's et 80's et là c'est flagrant. Dur dur de trouver une dynamique foudroyante de nos jours... Ceci dit j'ai fait des tests de comparaison : le même titre en vinyl et en CD : je suis incapable de dire la différence, c'est le même son. Ce n'est donc pas le support qui défini le son, mais bien le mixage et mastering.

J'ai fait le même constat qu'Emilie en mixage : plus j'en mettais (des effets), plus c'était "La purée". J'ai fini par réduire tout ça et là, ça allait nettement mieux. Par contre, pour rattraper un enregistrement raté, parfois il faut en mettre pas mal, on n'a pas le choix; ça dépend des cas...

Ce qui me gêne, c'est quand Emilie Daelemans dit : "Je reçois des musiques qui sont trop compressées et là c'est pas facile de remettre de la dynamique...". J'ai déjà entendu cette constatation par d'autres ingénieurs du son. Difficile alors de faire comprendre aux mixeurs qu'ils ont trop "Ecrasé" le document musical. Emilie n'a pas le choix, il faut qu'elle se débrouille seule... Pour dire que ce n'est pas toujours facile et parfois ce sont des compromis à faire dans ces cas là.
Souhaitons lui une bonne carrière et de la réussite dans ses œuvres et sa cuisine du son ! :clin:

Mon soundcloud  Good times !   

                      

[ Dernière édition du message le 16/03/2024 à 07:25:27 ]