Art Pro Channel II
+

Art Pro Channel II

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it

Pro Channel II, Tranche de console de la marque Art.


5 avis d'utilisateurs
Neuf à partir de 419 € Prix moyen : 434 €
Occasion à partir de 300 € Argus occasion : 263 €Attention, cote argus calculée sur un petit nombre d'annoncesEn savoir plus…

Fiche technique Art Pro Channel II

  • Fabricant : Art
  • Modèle : Pro Channel II
  • Catégorie : Tranches de console
  • Fiche créée le : 28/04/2012

Pré-ampli micro à lampe : 

- Amplification Classe A

- Compresseur optique avec attaque et relâchement séparés

- Compression auto ou manuelle

- EQ paramétrique

- Vu-mètre et affichage à LED

- 2 boucles d'inserts

- Interrupteur +4 / -10 dB

- Entrée instrument en jack 6,3 mm

- Sortie ligne symétrique XLR et asymétrique jack TR 6,3 mm

- Format rack 19" 2U

- Dimensions: 89 x 483 x 233 mm

- Poids: 5 kg

Distribué par MSC Distribution

»

Acheter neuf Art Pro Channel II

Univers Sons
(96 avis)
ProChannel II 419 €
SonoVente
(113 avis)
ProChannel II 419 €
Global Audio Store
(91 avis)
PRO CHANNEL II 439 €
Terre de Son
(31 avis)
PRO CHANNEL II 439 €
Music Store
(409 avis)
Pro Channel II 1 canal Channelstrip 442 €

Acheter d'occasion Art Pro Channel II

Art Pro Channel II Vends ART PRO CHANNEL 2 300 € »

Avis utilisateurs Art Pro Channel II

Note moyenne :3.8( 3.8/5 sur 5 avis )
 1 avis20 %
 2 avis40 %
 2 avis40 %
Cible :
WiR24/11/2016

L'avis de WiR"On peut avoir du mal à s'en passer (lire la suite)"

Art Pro Channel II
Je l'utilise dans un contexte de "home-studio" (je n'aime pas trop ce terme...) de différentes façons :

- DI Basse.
- DI Guitare.
- Repique instruments acoustiques (guitares folks, ukulele, percussions diverses, flûtes, guitare nylon etc...).
- Voix.
- Post-traitement en mix.

L'avis en dessous du mien décrit avec une très grande et utile précision les réglages de cette tranche de console, je vous invite donc à vous y référer si c'est cela qui vous intéresse. Si c'est juste mon avis et mon expérience la voilà :

- En DI Basse : Clairement c'est superbe. La possibilité de compresser légèrement la piste (pour atténuer les peaks du jeu) donne un son avec plus de sustain et surtout s'insérant plus aisément dans le mix. L'EQ est dans ce cas aussi très utile pour enlever certaines fréquences non désirables (ce n'est pas un EQ très chirurgicale mais il peut pas mal soigner le son) ou booster légèrement certaines fréquences donnant beaucoup de corps supplémentaire à une basse.
Cependant je ne suis pas fan du préampli en lui même (sans l'EQ ni le Compresseur enclenché), de ce fait il est très rare que je l'utilise seul (autrement je n'aurai acheté que le préampli...) j'utilise toujours un petit peu le compresseur. Je me suis arrangé (et je vous invite à faire pareil) pour comparer les prises faites dans ce ART et les prises faites en passant en direct dans ma carte son. J'ai trouvé un réglage d'EQ permettant au ART d'émuler l'entrée préamplifiée de ma carte son. Puis j'ai légèrement boosté certaines fréquences pour combler les lacunes que semblaient avoir ma carte son. Ainsi j'ai réussi à trouver un son "DI" plutôt neutre, "meilleur" que celui de ma carte son ou en tout cas plus coloré et "musical".
Pour en revenir à la basse, je conseil de lui adjoindre votre tête d'amplis si vous en avez une. J'ai utilisé par exemple une tête d'ampli 50w d'un ampli à lampe de 1969 (héritage de garage) que j'ai grâce à une loadbox put faire passer dans ce ART. Le son était donc, très coloré, très puissant (de MoTown à plus "Stoner") mais surtout je n'ai eu que des compliments à son sujet. Hasard ou pas, la chanson où j'ai utilisé cette config' fait l'unanimité et tout le me dit que le bas du spectre de cette chanson est excellent. Donc merci ART pour le coup !

- DI Guitare Electrique : J'ai utilisé le réglage "émulation de ma carte son + coloré" + un compression assez marqué. Avec un gain assez poussé aussi (ne crunchant pas tout de même). Afin d'obtenir un son funky et bien rondouillet avec une guitare simple bobinage. Ca a beaucoup marché, à tel point que je n'ai pas ressenti le besoin au mix de mettre un simulateur d'ampli sur ma piste. Autrement, pour attaquer un simulateur d'ampli je trouve ça intéressant mais pas nécessairement très utile.

- Repique instruments acoustiques : C'est une des clés de ce ART qui a vraiment amélioré mes prises. Pour une prises de percussions par exemple (shaker divers, cajon, claps de mains par exemple) le compresseur est ESSENTIEL pour la prise soit propre et maîtrisé. Bien entendu on peut faire sans, mais avec l'expérience d'enregistrement est 1000 fois plus agréable (et n'est-ce pas le plaisir que l'on recherche en musique ? Le plaisir de "bien" faire). Ca permet vraiment de se concentrer sur la performance plus que les problèmes de clipping ou autres. L'EQ est fort utile pour donner un peu plus de clarté quand c'est nécessaire ou pour centrer le son sur une plage précises (notamment lorsqu'on enregistrement des sifflements, un cut à 120hz, 400hz et un boost à 6khz ça permet d'éviter les problèmes de souffles trop présents parfois).

* Mention spéciale pour l'enregistrement de guitares folk ou ukulele (via repique micro) : le potard d'impédance est super utile ! Je sais que si ma guitare folk a tendance à être très brillante ou que mon micro à tendance à l'être aussi, alors je règle l'impédance légèrement plus basse que d'accoutumance afin de conserver la clarté du son sans que ça explose les oreilles. Je laisse généralement à 1.2k Ohm pour les folks (car je sais que mon micro est assez brillant tout comme ma folk), pour les ukulele parfois j'augmente un peu plus.

- Voix : C'est là où je m'amuse le plus avec, parce que j'ai put expérimenter les réglages avec différents chanteurs. Le compresseur est extrêmement utile encore une fois pour contrôler la prise et l'EQ me permet souvent d'atténuer un peu les résonances de la pièces ou le côté nasillard du chant et parfois de booster une fréquences "clé" (sweet spot) permettant au chant de s'insérer tout seul dans le mix sans trop de processing en aval. Dans le cas de chanteur très dynamique, il faut faire attention au clipping, et utiliser la fonction "high voltage" pour gagner un peu d'headroom si nécessaire.

- Post-processing : Je l'utilise en gros comme effet après l'enregistrement de la piste (donc le son sort du DAW pour rentrer dans le ART et re-rentrer dans le DAW). C'est le moment vraiment fun car on a la possibilité de vraiment comprendre la machine et de bien expérimenter (quand on s'enregistre seul c'est plus difficile de jouer avec l'EQ par exemple...). Je l'utilise rarement dans cette configuration mais quand j'y ait recours je suis souvent satisfait du résultat :
J'utilise la fonction "High Voltage" quand je désire ne pas trop coloré mais juste retoucher sensiblement le son (même si ça colorera un peu forcément, de part les convertisseurs de ma carte son notamment qui ne sont pas des convertisseurs Bomber B2...). Il m'arrive parfois d'avoir recours à son gain pour faire saturer une piste (un harmonica récemment). Je l'utilise aussi sur des sons très digitaux que je veux enjoliver vintagement (les beats hip hop par exemple, les kick de batterie logiciels, les charleys, les synthés piano ou autres etc...).

Mais alors LA GRANDE QUESTION du post-processing en hardware : Pourquoi ne pas utiliser un plugin ?

Tout simplement lorsque j'utilise le ART et non un plugin (j'utilise 95 % du temps des plugins par soucis de gain de temps, de transparence et de précision) c'est lorsque je veux donner un côté plus "analogique" à ma piste. C'est un thème fourre-tout surtout qu'il y a de superbes plugins pour simuler cela. Mais les plugins ont quelque chose de proposes à eux-memes que l'hardware analog n'a pas (en théorie) : l'aliasing ou distortions inharmoniques. Or nombres de plugins (même les plus chers) en sont fourrés (Waves SSL Comp si tu m'entends...). Or l'aliasing en soit ce n'est pas très grave mais accumulé ce n'est pas forcément désirable. Un hardware analogique lui impliquera plutôt du bruit de fond (ce dont mon ART est étonnement plutôt dépourvus hors réglages extrêmes). Du coup si je veux donner une couleur analo à une piste, autant utiliser un hardware analo plutôt qu'un plug dans un soucis d'authenticité et pour éviter tout artefact digital superflu.
Cela peut paraître pédant ce que je dis (surtout un mec qui parle d'authenticité en parlant d'un produit ART...) mais je pense que le diable est dans les détails. Et c'est justement ce genre de détail qui parfois enjolive agréablement un mix (et ne me dite pas que le détail différencie justement une tranche NEVE d'une tranche ART, car justement le budget c'est tout sauf un détail).
Puis on ne va pas se mentir, passer une piste trop "froide" dans sa tranche de console pour la traiter au mix, c'est bien plus kiffant à faire que d'empiler les plugs (question de goûte certes).

Bref pour résumer :

+ C'est fun à utiliser, franchement je prend bien plus de plaisir à faire mes prises avec que sans. J'ai du mal à m'en passer maintenant pour certaines prises (voix, guitares folks, percus).

+ Le compresseur est léger et efficace, comme ça même si vous être un bourrin vous ne détruirez pas trop votre prise :-D.

+ L'EQ est assez doux et agréable (rien à avoir avec un EQ digital style Waves REQ par exemple). Ca permet des boosts délicats, des cuts relativement précis (un EQ digital sera plus préférable en cas de besoins chirurgicaux) ou des petits shelfs bien agréables. Bref il peut presque tout faire et je trouve qu'il le fait agréablement bien.

+ L'impédance réglage, punaise que c'est utile quand on varie les micros et qu'on veut impacter légèrement le son. Difficile de faire sans encore une fois...

+ L'auto attack-release en mode "Leveling Amplifier" utile quand on doit faire des prises rapidement, de soit même, et qu'on n'a pas les moyens de jouer et en même temps bien surveiller le relâchement du compresseur. Puis c'est utile pour les fainéants :-Dbis.

+ Le Lowcut réglage. Tout con mais appréciable.

+ La qualité sonore du tout.

+ La possibilité de régler le Vu-Mètre (trimpot accessible sans démonter).

+ Le pad + 20db avec Output à +10db ou - 4db possible.

+ La possibilité de faire des boucles d'effet et du coup (je pense je n'ai pas encore essayé) de passer outre le préamp et passer directement le comp ou l'EQ (et mais on doit se contenter de la sortie en jack TRS et non en XLR).

+ Le look, c'est anecdotique, mais quand vous enregistré un chanteur, il se sent mieux avec un Neumann U47 qu'un AKG devant le visage non ? Bah là c'est pareil la plupart apprécie de voir cela et en sont tout curieux. C'est con mais ça permet de créer encore plus de fun (conversations et interrogations sur la bête, sourires rassurés) que par un plugin (vous aurez beau montrer votre plugin de tape Slate VTM ou Kramer / J37 de Waves ça ne fera pas le même effet ^^).

- Le préamp pourrait sonner un peu mieux. Être un peu plus précis et transparent. Du coup je l'utilise trèèèèèèèèèèèèès rarement (si ce n'est jamais) seul.

- Pourquoi des lampes ? Sérieux ce n'était pas forcément très utile. Okay ça permet de faire saturer le préamp agréablement mais il y a des saturations analogiques tout aussi belles si ce n'est plus qu'une saturation à lampe (Neve 1073 LB). Du coup si on veut empiler les lampes dans le traitement du signal (quitte à en avoir...) on peut enclencher le compresseur sans qu'il compresse pour profiter de sa lampe en fin de traitement. C'est anecdotique mais bon...

- Parfois les indications portent à confusion et le manuel foireux n'aide en rien (c'est clair : le manuel ne décrit pas le bon produit !!) : Par exemple pour bypasser le compresseur ou l'EQ il faut appuyer sur les switchs. C'est tout con mais pour moi ce n'est pas très instinctif à tel point qu'au début je devais vérifier si tout était comme je le désirai (après vous pouvez penser que je suis teubé aussi). Mais un manuel normal ça aurait été bien franchement, surtout pour expliciter la notion "High Voltage", l'auto Attaque/Release, les courbes d'EQ Wide ou Narrow etc... Bref je ne sais pas comment ils ont fait pour ne rectifier le tir depuis c'est fou ça quand même...

- Et enfin LE GROS POINT NOIR : La fabrication. Autant vous avez de la chance et vous tombez sur un produit hyper fonctionnel, tout clean. Autant vous n'avez pas de chance et ça peut être bien embêtant. Pour ma part, le produit est méga fonctionnel, très peu bruyant (les lampes chinoises c'est quitte ou double en terme de qualité...), très efficace mais il y a un énorme mais : IMPOSSIBLE DE CHANGER LES LAMPES. Car deux vis (sur 10) sont IMPOSSIBLES à dévisser (quand je dis impossible je n'exagère pas). De plus ces vis sont de très mauvaises qualité elles s'abîment très vite. Après tout les vis c'est bien ce qui se change le plus facilement dans cette machine mais quand elles sont impossibles à enlever ça fout bien les boules. Du coup je suis bloqué comme un boulet. Si jamais vous avez des solutions d'ailleurs pour m'aider n'hésitez pas à me contacter en MP (merci d'avance).
Bref c'est un très gros problème tout de même.

Mais pour résumer ça rapidement : Je ne regrette nullement mon achat et c'est même un achat dont je suis très heureux, qui a beaucoup amélioré mes prises et qui me procurent tous les jours la joie de mixer de l'audio. Je suis toujours tout enthousiasmé de l'utiliser en post-processing et faire des prises acoustiques est devenu bien plus simple et agréable.
Bref, pour du home-studio je le conseille vivement, c'est que du fun pour qui est passionné par ce genre de tranche de console.
Puis pour passer à la gamme au dessus il va falloir dépenser bien plus. Donc super produit de départ (utiliser dans certains studios non snobinards, comme celui de Ulrich Wild pour mixer la voix d'Otep en overdrivant la tranche, ou en clean sur ses charley ou cymables, pas forcément ma came mais ça vaut le coup de le relever).

Je posterait peut être un extrait audio si j'y arrive :).
»
Sarakyel17/02/2016

L'avis de Sarakyel"Un bon rapport qualité/prix pour une tranche de console complète à prix serré"

Art Pro Channel II
La première fois que j'ai utilisé un Pro Channel II, c'était dans un studio semi-pro (comprendre : dont le proprio fait de la presta même si ce n'est pas sa principale source de revenus) où j'étais allé assister à l'enregistrement de parties de batterie. Surpris de voir du matos ART dans un rack rempli de tranches Universal Audio, le maître des lieux m'a avoué l'utiliser régulièrement comme DI instrument, surtout pour les prises de basse qui nécessitent pas mal d'égalisation et de la compression à la prise. Et il a suffit d'un test rapide avec une MM Stingray de 96 pour me convaincre que derrière son look assez cheap et l'appellation "pro" qui me font habituellement fuir, cette tranche de console cachait en réalité des qualités insoupçonnées. Vu le prix dérisoire, j'ai donc décidé de m'en acheter une pour tester ça plus en profondeur !

Il s'agit donc d'une tranche complète qui intègre une section de préamplification micro/instrument à lampe, un compresseur optique débrayable, et un EQ semi-paramétrique 4 bandes lui aussi désactivable au besoin.

Commençons par le préamp : déjà, il est bon de préciser qu'il s'agit d'un design hybride, donc même si la majorité du son vient du circuit à transistors, la section de préamplification ne fonctionnera pas sans la lampe. Celle ci - une 12AX7 standard, par défaut une Ruby chinoise - peut être mise à contribution de 2 façons différentes, via un interrupteur dédié :
- le mode bas voltage correspond à une utilisation dite "starved plate", configuration dans laquelle la lampe apporte pas mal de coloration au son - mais aussi un bruit de fond non négligeable ;
- le mode haut voltage délivre en réalité un voltage moyennement élevé (environ 150V, donc pas encore au niveau des "vrais" préamplis à tubes alimentées en 250V à 300V) mais qui permet tout de même d'obtenir un son bien transparent et une belle réserve de gain sans bruit, à part quand on solicite vraiment la lampe en poussant le volume en entrée du préamp.
Ajoutons à cela :
- la possibilité de choisir l'impédance de l'entrée micro grâce à un simple potard (qui agit comme un filtre passe haut très doux, changeant légèrement la coloration du son) ;
- un filtre coupe-bas semi paramétrique ;
- la classique alimentation fantôme 48V débrayable ;
- et un switch d'inversion de phase.
Et voilà, on a quand même un préampli bien complet !

Du côté du compresseur, il est intéressant de noter qu'il est effectivement basé sur un vactrol (isolateur optique). Et s'il utilise une lampe de type 12AT7, le circuit de compression est lui 100% à transistors : la lampe n'est utilisée qu'en sortie afin de redonner un peu de puissance au signal atténué par l'effet de la compression.
Pour ce qui est des réglages, on retrouve tout ce à quoi on est maintenant habitués :
- seuil (-20 à +20 dB) ;
- 2:1 à 10:1 (noté infini, mais en fait non) ;
- volume de sortie (jusqu'à +15 dB) ;
- temps d'attaque (de 0,25 ms à 100 ms) ;
- temps de relâchement (de 100 ms à 3 sec) ;
- un interrupteur "auto" pour passer sur des temps d'attaque et de relâchement variables en fonction du signal envoyé, un peu dans l'esprit d'un "levelling amplifier" type LA-2A.

Pour ce qui est de l'égaliseur basé sur un circuit 100% transistors, il permet d'amplifier ou d'atténuer de 12 dB (par crans d'environ 0,5 dB) 4 bandes très paramétrables :
- les graves sont gérés par un unique potard qui contrôle un filtre en plateau avec une pente assez douce, et centré sur une fréquence switchable (60Hz ou 120Hz) ;
- les bas-mediums sont traités par un filtre en cloche à la largeur de bande switchable (large, 6 octaves - ou étroite, 3 octaves) tandis qu'un second potard permet de choisir la fréquence voulue dans une fouchette allant soit de 20Hz à 200Hz, soit de 200Hz à 2kHz, la sélection se faisant via un interrupteur "X10".
- idem pour les hauts-mediums, le choix des fourchettes étant cette fois de 200Hz à 2kHz ou de 2kHz à 20kHz.
- enfin les aigus sont aussi gérés par un plateau avec une pente douce que l'on peut choisir de centrer sur une fréquence de 6kHz ou 18kHz.

Enfin ajoutons la présence d'une diode qui indique si la sortie du pré-ampli sature ou non (clip LED), d'un VU mètre assez réactif qu'il est possible de calibrer facilement (d'ailleurs très mal réglé en sortie d'usine), et d'un indicateur à LEDs du niveau de sortie et de la réduction du gain par compression.

Au passage, petit coup de gueule au sujet du manuel d'utilisation, extrêmement succin et approximatif, et qui semble parfois faire référence à un autre appareil dont le fonctionnement serait légèrement différent (ex : pas de PAD -20 dB, mais un switch +20dB au contraire)... Lorsqu'il ne fait pas complètement l'impasse sur certaines fonctionnalités (ex : mode "auto" du compresseur). Ledit manuel qui mentionne d'ailleurs le fait qu'il soit possible de patcher l'égaliseur avant le compresseur sans expliquer comment, et qui omet carrément de préciser que celà implique de renoncer à la sortie XLR symétrique pour se contenter du jack asymétrique en sortie du compresseur. Dommage.

Et le son dans tout ça ? Même si c'est en grande partie une question d'appréciation subjective, j'avoue quand même trouver les résultats plutôt bons. En fait, le plus gros point faible à mon sens, c'est le côté "instable" de la section préamp sur mon unité : déjà, il faut laisser chauffer la bête au moins 10 minutes à l'allumage. Mais en plus, dès qu'on touche aux réglages (surtout le potard de gain d'entrée et les interrupteurs +20dB et high voltage) un énorme bruit se fait entendre ; il faut attendre entre 1 et 5 minutes pour qu'il disparaisse complètement et que le signal se stabilise. C'est un problème certes inhérent au matos à lampes, mais quand même largement exhacerbé sur cette tranche, probablement à cause de certains choix de conception faits par soucis d'économie...

Du coup, même si un changement de lampe ne résout pas ce problème, je le conseille vivement pour des modèles à plus faible bruit (à commencer par la 12AX7 du préampli). Pour ma part, avec une JJ ECC83S triée et une 12AT7 RTC NOS, j'obtiens une excellente dynamique combinée à un niveau de bruit très faible, du même ordre qu'avec les préamplis embarqués de mon interface MOTU. Bon, on ne va pas se mentir, changer les lampes ne transforme pas non plus l'appareil en VoxBox... Mais le gain est audible et appréciable.

Sinon pour la partie préampli :
- En tant que préampli basse, il a tout simplement remplacé mon ancien Demeter VTBP-201S, excellente DI à lampe intégrant un EQ et avec laquelle j'obtenais des sons très proches de ceux permis par le Pro Channel II, mais qui proposait quand même moins de réglages - à commencer par l'absence d'un compresseur.
- Pour la guitare je le trouve très bon sur les sons clairs, très cristallin ; par contre, je ne suis pas convaincu par les sons "drivés" que j'ai obtenu, un peu plats et facilement criards. Dans cette optique, je pense qu'il vaut mieux l'utiliser en tant que préampli micro pour repiquer le son d'un bon baffle !
- Sur les voix, entre le réglage d'impédance, les deux modes d'alimentation de la lampe et le réglage du gain d'entrée, il permet vraiment une grande palette de couleurs, pouvant aller de quelque chose de plutôt neutre (en tout cas à mes oreilles) à du très coloré avec beaucoup de caractère. Certes, il n'est jamais vraiment aussi clean que du A-Designs ou du Martinsound, mais il fait bien mieux que du DBX ou du Presonus de gamme équivalente. En fait, je le placerais plutôt du côté de Neve ou de SSL, pas du tout pour sa patte sonore (qui n'a pas grand chose à voir - je le trouve d'ailleurs plus transparent, moins "soyeux" que du Neve) mais vraiment pour la propreté et la chaleur qu'il permet d'obtenir sur les prises. Et pour moins de 400€ neuf, autant dire que c'est plus que pas mal !

En ce qui concerne le compresseur, il est très musical et son action est plutôt transparente : il faut vraiment le pousser dans ses retranchements (haut ratio, faible seuil) pour entendre l'effet de pompage. Bon, là encore il ne faut pas se leurrer : on est loin d'un véritable LA-2A... Mais en mode auto ça sonne pratiquement comme un LA-610 Mk II ; la seule véritable différence notable apparaît quand on tente d'obtenir de la distortion, le signal devenant subitement tout étouffé et métallique, à l'opposé du gros son qu'il est facile d'obtenir avec les compresseurs optique de chez Universal Audio.

Et pour finir avec l'égaliseur, pas grand chose à dire si ce n'est qu'il est particulièrement transparent et polyvalent. Comme avec tous les EQ, il faut juste faire attention lorsqu'on pousse trop les fréquences au dessus d'1kHz, le bruit de fond arrivant assez rapidement au delà des +6 dB... Mais rien de rédibitoire.

En conclusion, ce Pro Channel II est globalement une très bonne surprise qui s'avère un peu frustrante à prendre en main, la faute à un manuel peu clair et des réglages fastidieux - probablement dûs à une conception au rabais de la gestion de l'alimentation des lampes (monsieur ART, à quand la même 100% à transisors ?). Mais une fois correctement réglé et intégré dans une chaîne d'enregistrement correctement configurée, il permet de produire des prises de très grande qualité qui n'ont pas à rougir de la comparaison avec du matériel facilement 3 à 4 fois plus cher. Il me semble donc constituer un excellent rapport qualité/prix pour le home studiste à la recherche d'une bonne tranche de console à prix serré. Cependant je ne saurais que trop conseiller l'achat neuf, la fabrication chinoise n'étant apparemment pas des plus fiables et pouvant occasionner des ratés qui seront pris en charge sans problème par une bonne garantie.
»
Ludovic Sparkling12/02/2015

L'avis de Ludovic Sparkling"fait le taf ! "

Art Pro Channel II
enregistrement et mise a plat
depuis quelque mois
oui mais d'un niveau supérieur Avalon /neve / manley
ce que jaime les insert et l'eq qui ma agréablement surpris
ce que j'aime le moins les vu mettre on a tendance a confondre l'entrée (aiguille) et la sorti (led )
et si on ni prend pas garde ben on a vite fait de saturer
et j'aime l'impedance qui a mon sans devrais être indispensable sur toute tranche de console qui se respecte
»
PurpleHazeRiddimMaker18/09/2013

L'avis de PurpleHazeRiddimMaker"Préamp à lampe bon marché"

Art Pro Channel II
preampli à lampe, compression optique, équaliseur 4 bandes, probablement à transistor.
le preamp présente 2 lampes, une 12AX7 et une 12AT7 d'origine chinoise.
Ce qui peut être intéressant avec ce rack, c'est la possibilité de le diviser en ces différents modules.
je m'explique, une sortie (asymétrique) directe du preamp, une entrée (asymétrique) dans le compresseur, une sortie (asymétrique) du compresseur et une entrée (asymétrique) dans l'égaliseur.
Cela permet aussi de réaliser des boucles d'effet que l'on place ou l'on veut dans la chaine.
L'entrée micro en XLR est d'impédance variable, de 150 Ohms à 3k Ohms, une entrée instrument en façade haute impédance. Pas d'entrée ligne !
Sortie XLR et jack à niveau variable (-10 & +4dB)
vu mètre aiguille pre ou post attribuable au compresseur ou au master.
2 vu mètre led, 1 attribué au preamp et l'autre au "gain reduction".


UTILISATION

Manuel d'utilisation suffisant.
Prise en main très rapide.

QUALITÉ SONORE

un préamp transparent à ce prix ça n'existe pas, mais avec des lampes de qualité ça apporte une bonne coloration, quand même ! et perso c'est ce que je lui demande.
pas de souffle audible
le compresseur n'est pas haute gamme, utilisé à faible dose il est tout à fait correct.

AVIS GLOBAL

TRES Bon rapport qualité prix, ça réchauffe bien un clavier au son numérique !
»

Images Art Pro Channel II

  • Art Pro Channel II
  • Art Pro Channel II
  • Art Pro Channel II
  • Art Pro Channel II

Découvrez d'autres produits !

Tranches de console concurrents

Autres tranches de console Art

Autres catégories dans Préamplification & DI

Autres dénominations : prochannelii, pro channel ii, pro channel 2, prochannel ii

Forums Art Pro Channel II

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.