Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage

Le guide du mixage — 120e partie

Bien débuter

Derniers conseils pour l’automation - 2nde partie

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it

Suite et fin des dernières recommandations en matière d’automation.

Malgré tous vos efforts lors des phases d’enregistrement ou d’édition, il est possible que certaines erreurs d’interprétation subsistent. Or, il se trouve que l’automation est un excellent cache-misère pour ce genre de cas ! En effet, s’il n’est pas rare que tout le monde se « trompe » exactement au même moment en situation live, ce n’est pas souvent le cas lors d’un enregistrement effectué en piste par piste. Du coup, lorsque vous avez affaire à un « pain » pour un instrument donné, utiliser l’automation pour mettre en avant un autre instrument qui, pour sa part, est irréprochable à ce moment-là masquera habilement le forfait. Seule une oreille experte pourra découvrir le subterfuge, et encore, sous couvert d’être dans des conditions d’écoute optimales et en étant parfaitement « aware » comme dirait JCVD. Le principe en action est somme toute le même que celui utilisé par les prestidigitateurs lors d’un tour de magie : détourner l’attention du spectateur le temps nécessaire à sa mystification. Et nous savons tous à quel point cela peut être efficace.

Automation 120

Concernant l’écriture de l’automation en temps réel, j’ai récemment croisé un collègue qui utilisait une méthode à laquelle je n’avais jamais pensé. Ce dernier commence par coucher sur papier une sorte de partition de l’automation à réaliser. Puis, il enchaîne avec quelques « répétitions » en essayant de suivre au mieux la fameuse partition pour enfin écrire l’automation en temps réels comme une véritable performance artistique. Je me suis personnellement essayé à la chose par la suite et je dois avouer que suivre une partition d’automation à quelque chose de confortable tout en donnant de bons résultats.

Pour finir, vous devez certainement croire après la lecture de tous ces articles que je suis un partisan de l’automation à tous les étages. S’il est vrai que je considère cet aspect du mixage comme le plus important de tous, je ne suis tout de même pas complètement buté et, à mon sens, ce qui doit primer avant tout est le ratio qualité du résultat/temps passé à l’obtenir. Ainsi, je vous invite à cultiver votre esprit critique et votre sens pratique. Lorsqu’un élément nécessite une automation trop lourde, il est souvent beaucoup plus judicieux de le dupliquer et d’appliquer les nouveaux réglages pour n’avoir plus qu’à automatiser le passage de l’un à l’autre via un seul paramètre. Cette remarque est valable pour les pistes d’instruments comme pour les bus auxiliaires, ou même les effets en eux-mêmes. Après tout, nos STAN ne sont limitées que par la puissance de notre bécane alors pourquoi s’en priver si la manœuvre ne fait pas trembler des genoux votre ordinateur. Je tiens tout de même à nuancer ce propos… Il serait fort dommageable d’appliquer cette méthode de façon systématique dès qu’il y a une paire de paramètres à automatiser car non seulement votre machine de guerre finirait par jeter les armes, mais votre session de mixage enflerait également plus que de raison et cela deviendrait vite ingérable. Bref, il faut savoir raison garder !

Sur ce, rendez-vous au prochain épisode pour de nouvelles aventures !

Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it