Informatique musicale
Instruments et matériels audio

Informatique musicale

    • Augmenter ou diminuer la taille du texte
    • Imprimer
    • Rss

informatique musicale, MAO : Kezako ?

Révolution socio-culturelle autant qu’industrielle, l’informatique n’a bien évidemment pas épargné le monde de la musique, au point qu’elle se trouve au cœur de la plupart des Studios et Home Studios. Permettant un travail d’une extrême précision et d’une grande souplesse, elle a su fournir des équivalents logiciels pour de nombreux équipements audio professionnels : l’enregistreur multipiste est ainsi devenu séquenceur audionumérique tandis que les effets et instruments se sont changés en plug-ins.

Appelée aussi MAO (Musique Assistée par Ordinateur), l’informatique musicale désigne l’ensemble des matériels et logiciels utilisés pour produire de l’audio ou faire de la musique avec un ordinateur. Depuis son apparition à la fin des années 80, le micro-ordinateur est peu à peu devenu le centre névralgique du studio et du home studio modernes, mais il a aussi investi le monde du live.

music key on keyboard 000004155869Medium

En marge de cet aspect pratique, on observera que l’informatique a grandement contribué à démocratiser, pécuniairement parlant, les outils utilisés dans la production musicale : si l’achat d’un ordinateur demeure un investissement, le faible prix des logiciels (parfois même gratuits) en regard de leurs équivalents matériels explique en grande partie l’adoption massive de l’informatique musicale par le grand public, mais aussi par les professionnels frappés par la crise. Ces derniers valorisent également le temps que permet de faire gagner l’ordinateur par rapport à ses équivalents analogiques, notamment au niveau du montage et de l’édition.La première raison à cela, c’est que l’informatique musicale propose de nos jours des équivalents logiciels à la plupart des instruments de musique ou des matériels traditionnellement utilisés pour la production audio et musicale, tout en offrant la souplesse de l’informatique et du multimédia : compression et clonage parfait des données, puissantes fonction d’édition (couper / copier / coller / annulation), gestion de la vidéo, connexion à Internet, programmation, etc.

Notons enfin que la commercialisation massive de la musique au format numérique, d’abord avec l’apparition du CD puis de manière dématérialisée avec le MP3 et ses concurrents (AAC, M4A, WMA, etc.), couplée à l’avènement d’Internet comme plateforme de diffusion et de promotion a achevé d’installer l’ordinateur au coeur des outils de production musicale. On ne recourt pas seulement à la MAO parce que c’est pratique et puissant, on y recourt parce que c’est économique et qu’à la fin, il s’agira d’accoucher d’une version numérique de l’oeuvre pour assurer sa diffusion.

D’ailleurs, quantité d’albums sont aujourd’hui produits In The Box, c’est à dire en ne recourant qu’à un ordinateur, une interface audio, des écoutes, quelques micros et une poignée de logiciels divers (STAN, plug-ins d'effet, instruments virtuels, etc.)  et rien d’autre du début à la fin, que ce soit pour l’enregistrement, le mixage et le mastering.

L’informatique musicale n’a toutefois pas que des bons côtés et elle hérite logiquement de tous les défauts de l’informatique : de possibles problèmes de stabilité parfois, une évolution très rapide qui favorise l’obsolescence des composant ou des périphériques comme des logiciels et une certaine complexité pour les gens mal à l’aise avec les nouvelles technologies. A cela s’ajoutera le débat sur les différences audio entre analogique et numérique, même si cette question est largement dépassée à l’heure où la plupart des professionnels travaillent sur des configurations hybrides, utilisant des logiciels comme du matériel plus traditionnel.

Le matériel de l’informatique musicale

Balance Computer Music Interface 1

Évidemment, qui dit MAO dit d’abord Matériel MAO et donc Ordinateur avec tout ce que cela implique en termes de composants (processeur, disque dur, mémoire, etc.) et de périphériques de base (écran, clavier, souris). Autour de ces derniers se grefferont ensuite différents périphériques et accessoires destinés à doter l’ordinateur de nouvelles capacités dans les domaines de l’audionumérique ou du MIDI, ou plus simplement à simplifier son usage et améliorer son ergonomie dans un contexte musical.

Précisons-le pour ceux qui ne le sauraient pas : l’audionumérique et le MIDI sont les deux formats de données que l’on utilise le plus couramment en MAO. Quelle est la différence ? Disons que le MIDI est à l’audio ce que la partition des 4 saisons de Vivaldi est au disque des 4 saisons de Vivaldi. La norme MIDI ne comporte en effet aucun son, mais une série d’instructions (joue telle note, tant de temps, à tel moment) qu’un instrument compatible MIDI interprètera pour produire du son à partir de ses propres générateurs sonores. (Pour en savoir plus sur l’audio et le MIDI, reportez-vous toutefois à ce dossier : Quelle est la différence entre MIDI et audio ?)

Destinées à être utilisé avec un ordinateur, il existe d’ailleurs quantité de ressources dans ces deux formats : banques de samples audio, collections de boucles MIDI, etc. Évidemment, il faudra pour tirer parti de ces dernières disposer des logiciels adéquats.

Les logiciels de l’informatique musicale

Si puissamment et richement équipé qu’il soit, un ordinateur ne vous servira pas à grand-chose pour faire de la musique ou de l’audio sans des applications spécialisées. Après le matériel, passons aux logiciels MAO qui, autour du séquenceur (appelé assi STAN pour Station de Travail Audionumérique ou DAW pour Digital Audio Workstation) peuvent s’avérer extrêmement variés, à l’image de l’outil polymorphe qu’est l’ordinateur. Gratuits ou payants, pouvant s’adresser à des amateurs comme à des professionnels, ces softs couvrent à peu près tous les besoins de la production audio musicale et, au-delà, à sa diffusion, sa promotion ou encore à l’apprentissage de la musique.

Record music on a Windows computer

A l’heure de vous équiper de ce côté, précisons tout de même que certains logiciels sont dévolus à une plateforme unique : certains n’existent que sur Mac, d’autres ne tournent que sous Windows ou Linux. Il conviendra également d’être attentif à la configuration requise : les plus récents logiciels en date sont rarement compatibles avec les systèmes d’exploitation trop anciens, ou peuvent réclamer un minimum de puissance en termes de processeur, suffisamment de mémoire vive ou de place sur votre disque dur. D’autres encore ne seront utilisables que dans le contexte d’un autre logiciel (plug-ins, banques additionnelles, etc.). Veillez donc à bien lire les recommandations de l’éditeur sur ce point avant d’acheter quoi que ce soit sous peine d’être déçu.