Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
EastWest The Dark Side
Photos
1/4

Test EastWest The Dark Side

Dark side of the sound

East West, Goliath de l’industrie de la banque de son et basé à Hollywood nous sert une nouvelle bibliothèque de samples pour son lecteur « PLAY », baptisée « The Dark Side ».

Of the moon ? Of the force ? Ni l’un ni l’autre. Ce « dark side » là n’a rien de la poésie de l’al­bum des Floyd. Quant à Darth Vador, il aurait sans doute anéanti l’ar­mée rebelle s’il avait utilisé cette banque de sons plutôt que la force.

Packa­ging

Une chose inté­res­sante à noter pour toutes les banques de sons d’East West est leur nouveau mode de packa­ging. J’avais eu l’oc­ca­sion de faire le test de la banque « QL sympho­nic Orches­tra » dans sa version plati­num et j’avais fait la remarque qu’une solu­tion four­nie sur disque dur serait sans doute bien­ve­nue compte tenu du temps qu’il fallait pour instal­ler toute la banque. Et bien, je n’ai plus besoin de le souhai­ter puisqu’East West propose désor­mais une solu­tion très inté­res­sante : le TERA­PACK. Un disque dur d’un Téra­oc­tet de Western Digi­tal, SATA, 7200 tours, à 64MB de cache. Il suffit alors d’ajou­ter 70 € au prix de base de la banque pour être livré sur disque.

 

EastWest Terapack

Ce TERA­PACK a deux facettes. D’une part, c’est le support sur lequel est préins­tal­lée l’in­té­gra­lité des samples utili­sés. Vous bran­chez le TERA PACK dans votre machine ou sur votre dock préféré et hop ! La banque est prête à l’em­ploi. « Hum… Oui, oui, facile à instal­ler la banque est deve­nue. Pratique pour l’uti­li­sa­teur, East West l’a pensée ». D’autre part, c’est l’in­té­gra­lité des samples des banques du moment chez East West avec une version d’es­sai de 10 jours par banque. (Holly­wood Strings, Silk, EW/QL Pianos, Fab Four, Gypsy, Minis­try Of Rock, Voices of Passion, Storm­drum 2, Goliath, Sympho­nic Orches­tra, Ra, Sympho­nic Choirs). « Rejoins-moi et ensemble, régnons sur la galaxie des banques de sons ». Oui, c’est un peu le côté obscur de la force marke­ting qui pousse au vice. Mais comme on parle de quelques-unes des banques les plus célèbres du marché, on ne peut que saluer leur mise à dispo­si­tion « gratui­te­ment » pendant 10 jours avec l’achat de n’im­porte quelle banque sur TERA­PACK.

 

Il est à noter que le TERA­PACK est dispo­nible en « TRIAL » unique­ment. Pour 99 €, vous avez en effet toutes ces banques et un serial utili­sable 10 jours.  Si un logi­ciel du TERA­PACK vous plaît et que vous souhai­tez obte­nir la licence illi­mi­tée, vous dispo­sez de 50% de réduc­tion pour celle-ci, et vous avez déjà votre disque « EAST­WEST » dispo­nible et aucune instal­la­tion supplé­men­taire. Au pire, rien ne vous plait, vous avez un disque dur d’as­sez bonne facture sous la main sous la barre des 100 €, et vous avez quand même joué avec les banques pendant quelque temps.

 

Je conclus sur ce chapitre en signa­lant que The Dark Side peut être acheté en version DVD pour un tarif de 255,50 €. La version TERA PACK coûte 326,50 €.

Inter­face « PLAY »

EastWest Dark Side

Comme d’ha­bi­tude, le lecteur « PLAY » d’East­West s’adapte au patch chargé. Lorsqu’on utilise The Dark Side, l’in­ter­face a donc été « élégam­ment » dési­gnée avec un masque à gaz sur fond sale, cuivré. Tous les contrôles qu’on connaît sont là :

  • Élar­gis­seur d’image stéréo
  • Contrôle du pitch en coarse et fine
  • Un Delay
  • La réverbe possible à utili­ser en « master » sur tous les patchs de l’ins­tance
  • L’ADT simu­la­teur de doublage d’ins­tru­ment
  • Un filtre passe-bas
  • Contrôle de l’ADSR du patch
  • Un tableau réca­pi­tu­la­tif des ressources et infor­ma­tions système (RAM, canna MIDI, Stream disque, etc..)
  • La sélec­tion du canal de sortie audio pour le patch
  • La liste des arti­cu­la­tions

La version 2.0.x de PLAY a amélioré quelques détails de l’in­ter­face. En effet, dans la partie « brow­ser », on peut désor­mais assi­gner direc­te­ment un canal de sortie au patch, faci­li­tant gran­de­ment la gestion du routing sur des multis assez lourds. La stabi­lité géné­rale du logi­ciel a été augmen­tée par la même occa­sion.

Le Concept

Nous voilà dans notre séquen­ceur préféré pour essayer de voir comment ça sonne. Au premier son testé on se dit : « Tiens, je ne vais pas pouvoir utili­ser ça tous les jours, mais c’est marrant ». Au deuxième son, on se dit : « Tiens, ça ressemble au son d’avant ». Au troi­sième patch, pour peu qu’on ait déjà des banques de sons d’ef­fets et quelques plug-ins de tritu­rage sonore, on se dit que, certes, la banque est spécia­li­sée, mais pour 250 €, on aurait aimé trou­ver une palette sonore plus vaste dans le « dark »… Mais comme j’uti­lise déjà pas mal de banques d’East­West et qu’elles ne m’ont jamais vrai­ment déçu, je vais cher­cher un peu plus loin.

 

Pour mieux appré­hen­der ce test, on va donc regar­der du côté du concept proposé par Doug Roger (le produc­teur de la banque) qui s’adresse à nous dans le manuel en PDF et en anglais.

 

EastWest Doug Rogers

Doug Rogers (extraits – traduc­tion) :

 

« Cette collec­tion a débuté lorsque je m’oc­cu­pais d’un jeune groupe de musique alter­na­tive. […] Pour moi, leur son n’était pas assez coriace pour le marché qu’ils visaient, je leur conseillai alors de durcir leur son. Ce à quoi ils répon­dirent : « Et bien, qu’est-ce qu’on pour­rait utili­ser ? »

Comme ils se servent de beau­coup d’ins­tru­ments virtuels dans leur musique, j’ai cher­ché un peu et n’ai rien trouvé. […] Je déci­dai d’en faire mon prochain projet […] un total revi­re­ment sonore. […]

Notre objec­tif était de créer une large collec­tion d’ins­tru­ments uniques qui fonc­tion­ne­raient pour tout style, de l’al­ter­na­tif au rock sympho­nique et bien entendu de la musique de film, TV et jeu vidéo.[…]

Bien entendu, vous pouvez utili­ser cette banque comme vous le souhai­tez, mais notre inten­tion était que l’uti­li­sa­teur mélange les sons les plus distor­dus et tritu­rés avec des instru­ments clairs (qui ne sont pas inclus dans cette biblio­thèque) de sorte que les sons se détachent – ou dérangent les sens ».

 

Nous voilà infor­més : cette banque est un recueil de 40Go de sons lami­nés qui doivent être utili­sés avec parci­mo­nie. Pour produire cette banque, Doug Rogers a fait appel à David Frid­mann (Weezer, Saxon Shore, Ammo­nia, Ed Harcourt, Spark­le­horse, Café Tacuba, Elf Power, Mogwai, Thurs­day, The Delga­dos, Low, Phan­tom Planet, Gemma Hayes, Goldrush, Tapes ’n Tapes, Hope­well, Black Moth Super Rain­bow, Number Girl, Zazen Boys, Slea­ter-Kinney, Clap Your Hands Say Yeah, MGMT, OK Go…). Un client sérieux pour une produc­tion « no-rules ».

Les Samples

Les patchs sont segmen­tés en 7 caté­go­ries :

 

Drums

 

Ce ne sont pas des batte­ries de jazz. Pour le plai­sir, je ne peux m’em­pê­cher de citer quelques noms de kits : Bone Crunch, Broken Circuit, Dark Dirt, Demo­li­tion ou encore Dungeon. Le ton est donné. On trouve de l’épiquo-médié­valo-agres­sif de très bonne facture, du boom et du crash ou du slam à toutes les sauces. Les prises sont excel­lentes et le rendu est impla­cable. Pour la plupart de ces kits, des arti­cu­la­tions sont dispo­nibles permet­tant de choi­sir entre un rendu sec, avec les overhead, distordu, pris de la pièce, pris d’une grande pièce, avec overheads distor­dus, etc. Au final, la palette sonore est très inté­res­sante et permet de poser très clai­re­ment une ambiance sombre à n’im­porte quel morceau. Petit bémol, pour faire un mixage multi canal d’une batte­rie, il faut char­ger autant de patchs que d’élé­ments (qui eux-mêmes contiennent tous les éléments). En effet, il n’est pas possible de router les samples à des sorties diffé­rentes au sein d’un même patch. Une limi­ta­tion de PLAY qui fait grand tort à toutes les banques de l’édi­teur.

 

 

 

00:0000:00
00:0000:00

 

 

Basses

 

EastWest Dark Side

Ce ne sont pas des pizzi­cati du phil­har­mo­nique de Londres. La diver­sité dans cette caté­go­rie est un peu moins présente. Cepen­dant, les prises restent inté­res­santes. Malgré un ensemble très orienté élec­tro, certaines basses offrent un keys­witch inté­res­sant : le choix de la corde jouée. La « Rela­ti­vely Clean Bass », litté­ra­le­ment « Basse rela­ti­ve­ment propre » est décli­née en plusieurs groupes diffé­rents tels que « Harmo­nics », « slide up », « slide down », peut être jouée en legato ou sustueno. De quoi les utili­ser dans toutes les situa­tions (enfin, presque).

 

Guitars

 

Ce ne sont pas des enre­gis­tre­ments de Paco de Lucia. Pour être tout à fait franc, c’est pour moi le point noir de la banque. Je n’ai pas compris comment et où mettre ces guitares. Les prises sont très bonnes. Le glis­sando auto­ma­tique sur les fortes vélo­ci­tés est très clas­sieux et la palette sonore des guitares satu­rées ou flan­ge­rés est très large. Par contre, il est impos­sible de jouer legato. Les attaques sont trop pronon­cées à chaque note et les accords plaqués ne sonnent pas. La seule utili­sa­tion vrai­ment possible est en note à note (Cf GTR-ok.mp3). C’est un peu regret­table étant donné que la guitare peut être un instru­ment tout à fait à l’aise dans le « Dark » et le « Lo-Fi ». Peut-être l’ab­sence de guitare utili­sable en tant que telle n’a été pensée que pour éviter une concur­rence à un autre produit déjà exis­tant. En effet, East West est l’édi­teur de « Minis­try of Rock », une banque orien­tée rock / métal qui peut tout à fait prendre la relève sur ce cas parti­cu­lier (*bruit de respi­ra­teur* Elle est dispo­nible à l’es­sai 10 jours sur le TERA­PA­CK… *bruit de respi­ra­teur*).

 

 

GTR-orga­nic
00:0000:05
  • GTR-orga­nic00:05
  • GTR-dirty boy00:05
  • GTR-distor­ded­Lead00:05
  • GTR-ok00:07

 

Keys and Strings

 

Keith Jarrett n’uti­li­sera pas ces pianos. Cette caté­go­rie offre plus de carac­tères diffé­rents. On a en effet des sons vrai­ment sombres et inquié­tants, et d’autres, plus bizarres ou planants. Pour les fans, l’orgue de barba­rie légè­re­ment trituré est parti­cu­liè­re­ment jouis­sif, les sons de clavier étant pour la plupart des nappes de synthés rares ou cultes mélan­gées à diffé­rents effets. La qualité sonore est encore une fois de plus au rendez-vous. Le contrôle de l’ADSR permet de jouer assez faci­le­ment avec ces sons qui souffrent, tout comme les guitares, d’une utili­sa­tion legato assez dérou­tante. L’uti­li­sa­tion en nappe est quant à elle très correcte et rela­ti­ve­ment origi­nale. Pour les amou­reux de la créa­tion de son par contre, passez votre chemin et tour­nez-vous plus volon­tiers vers un synthé­ti­seur qui vous offrira plus de possi­bi­li­tés.

 

 

00:0000:00
00:0000:00

 

 

Ethnic and Choirs

 

Les chœurs de l’ar­mée noire… Peut-être. Assez proche – et à vrai dire éton­nam­ment mise dans un dossier séparé – des keys and strings, je cherche encore ce qu’il y a d’eth­nique dans ces sons. Les chœurs sont telle­ment distor­dus qu’ils ressemblent à n’im­porte quel synthé saturé. Les patchs sont toujours origi­naux, et très bien trai­tés. Certaines satu­ra­tions sont cepen­dant gênantes, car elles sont para­doxa­le­ment trop natu­relles. C’est le genre de rendu qu’on pour­rait avoir sur une erreur de prise plutôt qu’en ayant la volonté de le faire. Bien entendu, compte tenu du concept, ce n’est pas une erreur, mais l’ef­fi­ca­cité s’en trouve réduite.

 

 

00:0000:00
00:0000:00

 

 

Miscel­la­neous and Percus­sion

 

Cette caté­go­rie est à mon sens la plus perti­nente de la banque. En effet, on trouve ici un bon nombre de patchs pas néces­sai­re­ment musi­caux, mais dont l’ap­pli­ca­tion est un régal pour tout ce qui est virgule, tran­si­tion, effet au sein d’une compo­si­tion. La plupart ne sont pas néces­sai­re­ment tonales ou évoluent vrai­ment consi­dé­ra­ble­ment avec du pitch shift et dans un envi­ron­ne­ment d’ef­fet qui prend tout son sens. (Sans avoir l’in­for­ma­tion précise, ça sent l’EVEN­TIDE, le KAOSS PAD et compa­gnie). En une note, vous pouvez ajou­ter une intro drama­tique­ment dark ou avoir un stab très remarquable. Je tiens à remarquer le buzz et le son de la salle présent sur certains samples (cf buzz-on-take.mp3). En temps normal, il serait plutôt déce­vant d’avoir une prise impar­faite sur de l’échan­tillon, mais pour une fois, je trouve que ces queues de sons avec la salle et le buzz ajoutent de la vie au sample. C’est quelque­fois très compliqué d’être dans un envi­ron­ne­ment acous­tique de qualité. L’offre d’East West sur ce point est perti­nente.

 

 

 

00:0000:00

 

 

Intru­ments wFX

 

La caté­go­rie bonus sur laquelle il n’est pas vrai­ment néces­saire de passer trop de temps. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une sélec­tion de patchs présents dans les autres caté­go­ries auxquels ont été ajou­tés les effets de Play (que ce soit l’ADT, un ADSR diffé­rent ou un delay). D’après Doug Rogers, les sont méri­taient cette caté­go­rie, car leur sono­rité est dras­tique­ment diffé­rente.

 

 

00:0000:00

 

 

01-The Dark Side of the force
00:0000:18
  • 01-The Dark Side of the force00:18
  • 02-The Dark Side of Audio­Fan­zine00:57

Conclu­sion

Pour conclure, East West nous propose une banque concep­tuelle, tour­née autour du trash, lo-fi et autres bizar­re­ries sonores qui est indé­nia­ble­ment travaillée avec pas mal d’ima­gi­na­tion. Le sampling étant à mon sens trop limi­tant pour ce genre de sons, la banque reste utili­sable, mais pas démo­niaque. En effet, dans le domaine, bon nombre d’édi­teurs de banques de samples proposent des solu­tions pour des sommes ridi­cules, ou bien, dans le même registre données/prix, on trouve des solu­tions incroya­ble­ment plus souples.

 

Play montre ses faiblesses avec l’im­pos­si­bi­lité de router un sample donné vers une sortie sépa­rée rendant notam­ment le mixage des drum kits parti­cu­liè­re­ment compliqué. Les samples étant modi­fiés à la prise, la gestion de l’ef­fet est, quant à elle, quasi­ment impos­sible (à part l’ADSR, l’ADT, Réverbe et un filtre ce qui ne pèse pas lourd comparé à la concur­rence). Autant le concept des autres banques d’East West, telles Storm Drum ou SILK était tout à fait en phase avec une demande du marché et d’une effi­ca­cité redou­table, autant ce concept-là pour­rait avoir des diffi­cul­tés à prendre sa place tant il est restreint à un domaine parti­cu­lier et tant cette recherche sonore est diffi­ci­le­ment commer­cia­li­sable en samples – ou alors elle existe à des tarifs bien moindres.

 

On sait que les contraintes de la produc­tion musi­cale – parti­cu­liè­re­ment à l’image – provoquent le besoin du « tout, tout de suite » et la caté­go­rie des « Misc et Percus­sions », « Basses » et des « Drums » ont du sens. La banque possède un véri­table carac­tère qui plaira peut-être à certains. Pour ceux qui préfèrent trou­ver leur carac­tère, la banque sera trop restreinte à son domaine.

 

Au final, beau­coup d’idées dans la banque sont bien entendu très bonnes, et permet­tront d’avoir accès à du son trituré sans pour autant passer des heures à trou­ver la bonne distor­sion, le bon filtre ou la bonne source, quitte à lais­ser sa casquette d’ex­plo­ra­teur sonore au vestiaire.

 

Points forts
  • Les percussions, FX et Drums
  • Les basses
  • Prises « vivantes »
  • Le caractère des sons qui peut plaire...
Points faibles
  • ...ou pas
  • Le manque de contrôle sur le son
  • Le rapport polyvalence/prix

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.