Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
ISA Two pour lui
Partager cet article

Fort du succès de l’ISA One, Focusrite se lance dans la production d’un « dual-mono », sobrement et efficacement nommé « ISA Two ». Petit tour d’horizon...

L’ar­ri­vée d’un nouveau produit chez Focus­rite suscite toujours la curio­sité des amateurs et profes­sion­nels de la musique. La firme anglaise fondée en 1985 par le légen­daire Rupert Neve a toujours visé le très haut de gamme en étant à l’écoute des plus grands ingé­nieurs du son. Suite au dépôt de bilan de Focus­rite en 1988, Phil Dudde­ridge, cofon­da­teur de Sound­craft, rachète la société et relance la produc­tion.

En 2008 sort l’ISA One, préam­pli mono. Dans une logique de réduc­tion des coûts de fabri­ca­tion pour une dimi­nu­tion du prix final du produit, Focus­rite propose un excellent préam­pli au tarif très compé­ti­tif de 450 €. Un très bon rapport qualité-prix pour cette petite boîte portable qui sera large­ment vendue auprès des home studistes.

Appar­te­nant à la série ISA (pour Input Signal Ampli­fier), avec un design très proche de l’ISA 110 déve­loppé dans les années 80, l’ISA Two est un double préam­pli conçu pour la prise de son « dual mono » ou stéréo, en rack 1U.
Il offre un large choix d’im­pé­dances et un niveau de gain de +80 dB afin de s’adap­ter à tout type de micro­phone.

Le débal­lage

Focusrite ISA Two

À l’ar­rière du rack, chaque canal est équipé d’une entrée micro (XLR), d’une entrée ligne (Jack TRS), d’un insert symé­trique avec send et return et d’une sortie (XLR).
Un petit bouton permet de cali­brer le Peak-mètre situé à l’avant du rack afin de l’adap­ter, par exemple, à celui des conver­tis­seurs.

À l’avant on retrouve, de manière clas­sique, par canal, une entrée instru­ment (Jack TRS), un bouton pour le choix de l’en­trée (MIC, LINE, INSTRU­MENT), un pour l’ali­men­ta­tion fantôme, un pour l’in­ver­sion de phase, un pour enclen­cher l’in­sert et un autre pour le filtre. Le poten­tio­mètre cranté (4 crans) du gain d’en­trée (0–60dB par cran de 10 dB), donne le choix, via un bouton « 30–60 », d’al­ler de 0 à 30 dB ou de 30 à 60 dB, pour l’en­trée MIC. Pour le niveau LINE, ce poten­tio­mètre permet d’al­ler de –20 dB à +10 dB par cran de 10 dB.

Focusrite ISA Two

Le poten­tio­mètre continu de Trim permet, quant à lui, de varier le gain de 0 à +20 dB (en MIC et LINE) et de gérer le gain de l’en­trée INSTRU­MENT (de +10 dB à +40 dB).
Le poten­tio­mètre du filtre coupe-bas permet de choi­sir la fréquence de coupure (de 16–420Hz) avec une pente fixe de 18dB/oct.

En entrée MIC, c’est une des spéci­fi­ci­tés de l’ISA Two, un bouton permet le choix de 4 impé­dances : Low = 600Ω, ISA 110 = 1.4 kΩ, Med = 2.4 kΩ et High = 6.8 kΩ.
Enfin 8 petites LED permettent de visua­li­ser le niveau d’en­trée (-42dBfs à 0dBfs) que l’on peut donc cali­brer avec le poten­tio­mètre « Peak Meter Cali­bra­tion » situé à l’ar­rière de la machine.

En condi­tions

Focusrite ISA Two

Avant de le soumettre à des tests compa­ra­tifs, nous nous sommes servis de l’ISA Two pendant 2 semaines sur diverses sessions au studio Mont­martre Recor­ding. De la voix à la batte­rie, en passant par la guitare folk, les guitares élec­triques, les percus­sions, la basse élec­trique, la contre­basse, le violon, les synthés… Tout y est passé, toutes les entrées et fonc­tions ont été utili­sées.

La poly­va­lence de ce préam­pli est un atout. En effet, l’ISA Two sert pour quasi­ment toutes les appli­ca­tions. Le choix des impé­dances se révèle être utile pour s’adap­ter à tous les types de micros. La posi­tion « Low », par exemple, s’adapte prin­ci­pa­le­ment aux micros à ruban de basse impé­dance (< 100Ω).

De notre côté, compte tenu de notre parc micros, nous avons prin­ci­pa­le­ment utilisé l’im­pé­dance « ISA 110 » (1.4 kΩ) qui corres­pond bien à l’im­pé­dance de charge néces­saire à nos micros. Une petite paren­thèse pour préci­ser compa­ra­ti­ve­ment que l’im­pé­dance, fixe, de l’en­trée MIC du Focus­rite ISA 110 est réglée à 1.2 kΩ…

L’em­ploi de l’ISA Two ne néces­site pas de temps d’adap­ta­tion et la prise en main est immé­diate. Nous appré­cions, pour l’en­trée MIC, le poten­tio­mètre cranté de Gain, suivi de celui continu du Trim. Petit bémol toute­fois, 10 dB par cran nous semble être un peu beau­coup. Ques­tion d’ha­bi­tude peut être, mais 5 dB nous aurait semblé plus oppor­tun. Rappe­lons que l’ISA 110 avait des crans de 6 dB pour une échelle de gain allant, comme l’ISA Two, de 0 à +60 dB (avec +20 dB en plus via le Trim). Notons aussi que le choix d’en­clen­cher ou non l’In­sert via un bouton en face avant peut s’avé­rer très utile si la machine est rackée et que l’ac­cès à l’ar­rière s’avère diffi­cile.

L’autre point inté­res­sant est la cali­bra­tion du Peak-mètre. En l’adap­tant à celui de nos conver­tis­seurs, nous évitons les mauvaises surprises du type peak des conver­tis­seurs alors que le VU-mètre du préam­pli module peu.
Quant au filtre coupe-bas, c’est du très clas­sique. Avec une pente fixe à 18dB/oct, ce qu’il y a de plus commun et adapté à la plupart des situa­tions, le filtre agit entre 16Hz et 420 Hz

Et le son dans tout ça ?

Comme nous l’avons dit précé­dem­ment, nous avons essayé l’ISA Two sur tout type de sources. La machine réagit bien. Le rapport signal / bruit est excellent. Le son semble rela­ti­ve­ment plein, peu coloré, quelle que soit la source. La « trans­pa­rence » est le mot qui nous vient direc­te­ment à l’es­prit. Ceci étant confirmé par la fiche tech­nique de l’ap­pa­reil qui nous indique que la distor­sion harmo­nique du préam­pli MIC est très faible (< 0,0007 % à 1 kHz).

Malgré ça, après quelques utili­sa­tions, un petit défaut nous est apparu. Il concerne le rendu du spectre dans les bas (fréquences < 200 Hz), où l’on détecte certaines impré­ci­sions, ainsi qu’un léger manque de clarté dans les hautes fréquences.

Nous l’avons, donc, soumis à un test compa­ra­tif avec d’autres excel­lents préam­plis. Nous avons réalisé une session d’es­sais avec un Neve 1073 DPA, un Phoe­nix Audio DRS-8 et deux API 512c, tous entrant dans une Aurora 16 de Lynx Studio Tech­no­logy, bran­chée au Mac Pro en AES via une carte AES16e, au studio Mont­martre Recor­ding.

Pour tous ces tests, les impé­dances ont été réglées de cette manière :

Extraits 1 : Grosse Caisse Micro : Audix D6

Kick­Fo­cus­rite
00:0000:09
  • Kick­Fo­cus­rite 00:09
  • Kick­Phoe­nix 00:10
  • Kick­Neve 00:10
  • KickAPI 00:10

Extraits 2 : Caisse Claire Micro : Audix I5

Snare­Fo­cus­rite
00:0000:12
  • Snare­Fo­cus­rite 00:12
  • Snare­Phoe­nix 00:14
  • Snare­Neve 00:08
  • SnareAPI 00:11

Extraits 3 : Guitare Folk (prise de son stéréo) Micros : Neumann Km184

Guita­re­Folk­Fo­cus­rite
00:0000:16
  • Guita­re­Folk­Fo­cus­rite 00:16
  • Guita­re­Folk­Phoe­nix 00:13
  • Guita­re­Folk­Neve 00:15
  • Guita­re­Fol­kAPI 00:15

Extraits 4 : Voix
Micro : Neumann U87

Voix­Fo­cus­rite
00:0000:18
  • Voix­Fo­cus­rite 00:18
  • Voix­Phoe­nix 00:19
  • Voix­Neve 00:19
  • VoixAPI 00:19

En entrée INSTRU­MENT, les impé­dances sont les suivantes :

  • Focus­rite Isa Two : > 2 MΩ
  • DRS-8 : > 10 MΩ
  • API-512c : impé­dance Hi-Z : 20 kΩ

Extraits 5 : Synthé MOOG Little Phatty (entrée INSTRU­MENT)

Keyboard­Fo­cus­rite
00:0000:10
  • Keyboard­Fo­cus­rite 00:10
  • Keyboard­Phoe­nix 00:09
  • Keyboar­dAPI 00:09
Focusrite ISA Two

À la première écoute, le Focus­rite tient plutôt bien la route à côté des autres préam­plis. Sa trans­pa­rence tranche forcé­ment avec des préam­plis plus colo­rés, notam­ment avec le Phoe­nix Audio.
Il se distingue, en confir­mant ce que nous disions plus haut, que le bas du spectre n’est pas aussi présent et bien resti­tué qu’avec le Neve ou l’API. Les hauts médiums et les aigus ne semblent pas aussi clairs et nets, ce qui donne cette impres­sion étrange d’un léger boost dans les médiums. Et cela se véri­fie aussi sur l’en­trée INSTRU­MENT, où le son du synthé MOOG balaie tout le spectre. Les tran­si­toires d’at­taque semblent aussi être moins tran­chants, surtout comparé à l’API, réfé­rence en la matière.

Les compa­rai­sons avec ces préam­plis, plutôt haut de gamme, nous permettent de repla­cer le Focus­rite dans son contexte d’uti­li­sa­tion et de mesu­rer l’écart qui le sépare d’ex­cel­lents préam­plis, beau­coup plus onéreux, comme le Neve 1073 ou l’API 512c. Toute­fois sa rela­tive trans­pa­rence et sa poly­va­lence lui confèrent un avan­tage dans certaines situa­tions par rapport à un préam­pli plus coloré tel que le Phoe­nix Audio, qui peut paraître parfois plus « mou ».

En conclu­sion

Le Focus­rite ISA Two est, donc, un bon, voire un très bon préam­pli « dual mono » pour… son prix (moins de 900 €) qui est, malgré tout, peu élevé pour une telle machine. Surtout au regard de sa poly­va­lence et de ses fonc­tion­na­li­tés.

Sans carac­tère, ni colo­ra­tion (en même temps nous étions préve­nus), le Focus­rite Isa Two se place, de manière compé­ti­tive, sur le marché des préam­plis poly­va­lents, même s’il reste en deçà, de notre point de vue, de l’ISA 110.

Télé­char­gez les fichiers sonores :Flac article

Points forts
  • Le rapport qualité / prix pour un préampli aussi polyvalent et transparent

  • Le choix des impédances, adapté à tout type de micros

  • La connectique symétrisée des inserts (Send et Return séparés) ainsi que le choix de l’enclencher ou non en face avant
  • 
La possibilité de calibrer le Vu-mètre à l’arrière
  • 
Le look « bleu » de la série ISA
Points faibles
  • Les crans de 10 dB sur le potentiomètre de Gain en entrée MIC et LINE

  • Quelques imprécisions dans le bas du spectre et un manque de clarté par rapport à des préamplis plus onéreux

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.