Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
pédago

La vision de son mix

Le guide du mixage - 7e partie

Bien, jusqu’ici, nous en sommes arrivés au constat suivant : mixer peut être assimilé à l’assemblage en accord avec le tempo des pièces d’un puzzle en 4D formant un film sonore. Mais quels sont les enseignements que nous pouvons tirer de cette façon de voir les choses  ?

Accéder à un autre article de la série...

Petit à petit, l’oi­seau aboie et la cara­vane passe…

Eh bien tout d’abord, rappe­lez-vous votre jeunesse, lorsque vous vous êtes attaqués à un puzzle pour la première fois. Avez-vous direc­te­ment commencé par un gigan­tesque puzzle de 20 000 pièces ? Bien sûr que non, l’ap­pren­tis­sage de ce jeu de patience commence avec un nombre d’élé­ments limité. Pour le mixage, c’est la même histoire. Mieux vaut faire ses armes sur un titre simple. Par exemple, un morceau avec une guitare, un piano, une voix et éven­tuel­le­ment des chœurs. Ou dans un genre plus élec­tro, un beat mini­ma­liste kick/snare, une ligne de synthé basse, une nappe en fond et une ligne lead pour la mélo­die. Bref, quelque chose avec cinq ou six éléments diffé­rents maxi­mum. Arri­ver à quelque chose de cohé­rent et d’in­té­res­sant avec si peu de choses est déjà un joli chal­lenge, mais c’est large­ment plus jouable, et donc forma­teur, que d’at­taquer d’em­blée par une compo à 17 guitares, une basse, une batte­rie, deux rappeurs, une chan­teuse, des chœurs et un orchestre sympho­nique derrière. De plus, d’un point de vue psycho­lo­gique, la réus­site est plus faci­le­ment attei­gnable, ce qui sera donc grati­fiant et vous encou­ra­gera à conti­nuer. Ce qu’il faut rete­nir, c’est l’idée d’al­ler progres­si­ve­ment vers plus de complexité, comme dans tout appren­tis­sage fina­le­ment !

One Vision !

Le deuxième ensei­gne­ment que l’on peut tirer de cette méta­phore est encore plus impor­tant. Vous vien­drait-il à l’idée d’at­taquer un puzzle sans avoir la moindre idée de l’image à recons­ti­tuer ? À votre avis, David Fincher se lance-t-il dans la réali­sa­tion d’un film sans script ou story-board ? Une fois de plus, la réponse est bien évidem­ment non. Mora­lité, avant même de commen­cer le mixage, l’in­gé­nieur du son doit avoir une idée la plus claire possible du résul­tat qu’il souhaite obte­nir. En résumé, pour atteindre un but, il faut d’abord fixer ce dernier, sans ça tout se résume à une longue errance stérile.

Apprendre à mixer sur MAO en home studio

C’est bien joli tout ça, mais comment apprend-on à se forger cette vision d’un mix ? Eh bien, comme souvent dans le domaine artis­tique, le mieux est d’étu­dier et de s’ins­pi­rer de grands maîtres en la matière. Pour ce faire, je vous conseille la lecture préa­lable de l’un de nos précé­dents articles concer­nant l’ana­lyse de mixes ainsi que les commen­taires qui lui sont atta­chés. Une fois décor­tiqué un certain nombre de titres, vous devriez être en mesure d’éla­bo­rer tant bien que mal votre propre vision des choses par rapport au morceau que vous vous apprê­tez à mixer. 

A priori, vous devez déjà bien connaître cette musique, soit parce que vous l’avez compo­sée, soit parce que vous l’avez inter­pré­tée ou enre­gis­trée/éditée, voire tout à la fois. Bref, vous la connais­sez suffi­sam­ment pour pouvoir prendre une feuille de papier et y coucher votre vision du mix sans avoir pour l’ins­tant à la réécou­ter. Notez vos idées de place­ment dans l’es­pace, les instru­ments qui vous semblent les plus impor­tants à tel ou tel moment, dans quelles zones de fréquences vous voudriez les « piéger », l’évo­lu­tion de tout ça en fonc­tion des passages du morceau, etc. En résumé, il vous faut décrire et forma­li­ser par écrit le son que vous avez dans la tête avec le plus de préci­sion possible. C’est cette vision sonore du titre qui va faire que le mix sera vôtre. Vous allez y lais­ser un peu de vous même et cela fera toute la diffé­rence entre votre mix et le même morceau mixé par un autre alors lâchez-vous !

Après, il n’y a pas de secret, c’est comme tout, il faut se lancer. Le mixage, c’est faire des choix et les assu­mer jusqu’au bout. Fixez-vous donc un but et ne le lâchez plus jusqu’à l’avoir atteint. Qu’im­porte si votre vision est bonne ou non, il n’y a de toute façon aucune « réponse ultime » à ce genre de ques­tion­ne­ment. L’im­por­tant, c’est de concré­ti­ser cette vision. Donc inutile de vous faire des nœuds au cerveau et de vous mettre la pres­sion. D’au­tant qu’à ce stade, rien n’est encore défi­ni­tif…

La semaine prochaine, nous verrons comment confron­ter votre vision à la réalité des enre­gis­tre­ments afin de l’af­fi­ner un peu plus et d’en­fin attaquer le mixage.

← Article précédent dans la série :
Le film de votre mix
Article suivant dans la série :
Régler les gains et niveaux →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.