korvan 26/12/2016

Roland JU-06 : l'avis de korvan

« Et 30 ans plus tard... »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Bonjour,

Je tenais à émettre un avis sur le JU-06 quelques années après en avoir donné un (avis) à propos du Juno 106.

A l'époque, j'évoquais au final quelques regrets du fait d'avoir stocké le Juno 106 dans un coin à cause des problèmes assez récurrents de chipsets 80017A, le bricolage n'étant pas ma qualité première.

Dommage, car le son et la simplicité de ce synthé me plaisait au point de vouloir en acheter un deuxième afin de pouvoir jouer live sur l'un tout en séquençant l'autre, mais l'entretien et les problèmes éventuels m'avaient bloqués dans ce projet.

La place supplémentaire nécessaire a également été un facteur déterminant dans mon "non passage à l'acte", car ayant un coin musique avec des murs en dur, je dois gérer au mieux l'encombrement de ce local.

Suite à la sortie du Ju-06, et après avoir lu divers commentaires, avis et autres infos, j'ai décidé de tenter cet avatar 30 ans après l'original.

A la réception, j'ai trouvé le packaging bien sympa; la notice "carte de France" bof; le fond plastique du Ju, mouais...; l'absence d'alim USB, bof bof...

L'essentiel pour un synthé restant pour moi le son, branchement de casque, clavier par Midi et hop! Ben il est là le son.

Si je passe en mode pro (joke) et fait une écoute du 106 puis du Ju-06 séparément, je trouve une différence de son; en fait si je fais tourner les 2 en même temps, je ne sais plus qui est qui.

La différence est, pour moi, dans la tête, et surtout se joue au niveau sensations physiques, avec le 106 un poil décati mais bien présent physiquement et le bonsaï 06 tout mini et tout clean, un poil translucide (à mettre en opposition à la présence physique et non sonore du 106).

Au final, la question analogique vs numérique devient obsolète (ou en passe de le devenir) avec cette démonstration par la technologie ACB, même si je sais que ce sujet peut être sensible pour des personnes préoccupées par ce point. Je ne discute pas l'aspect factuel, il s'agit uniquement de mon écoute et de mon ressenti.

Le souffle du chorus 106 m'a toujours un peu envahi, de par le fait que pour ne plus l'entendre "hors musique" il fallait le couper; l'option du 06 permettant de supprimer ce souffle est un avantage de cette simulation numérique.

J'aime bien les 128 mémoires du 106, plus que 64 mémoires 30 ans plus tard sur le 06.

En fait je trouve excellent le son de ce Ju-06 et même si plein de petites choses font (un peu) râler, c'est une acquisition que je ne regrette pas, et j'ai maintenant l'impression d'avoir 2 Juno 106 à la maison.

L'un, l'original, auquel je suis particulièrement attaché car c'est maintenant un vieux compagnon, qui fait toujours un peu trembler quand on l'allume (quel pièce risque aujourd'hui faire un malaise? mais bon, je suis peut-être de tempérament un peu trop anxieux), et que l'on évite de trop balader.

L'autre, un peu le modèle "Yorkshire" (propos non péjoratif), plus petit, peu de voix (4, c'est triste), peu de mémoire(s) mais qu'on peut emmener partout et qui fait bien son job de compagnon mobile.

De plus, l'option entrée audio est vraiment pratique, et toujours dans le cadre de la portabilité, si cette option était généralisée à d'autres synthés, cela serait un vrai plus pour qui ne veut pas se traîner une petite table de mix.

Les petits sliders sont exploitables, il suffit juste d'être précis, je préfère cela à un énorme principal bouton de cutoff type Novation Mininova (je sais, je caricature; à moins que cela ne soit le Mininova lui-même qui caricature, avec ce potard géant? mais il n'y a pas que le cutoff dans la vie synthétique...)

Le 06 aurait peut-être gagné à être un peu plus grand (les 2 surfaces de contrôle sur la gauche ne me semblaient pas primordiales), une polyphonie un peu plus élevée aurait également été appréciable, l'accroche marketing "série limitée" pas limitée qui est au final assez moyenne (il y en a finalement bien pour tout le monde).

De plus, la tendance consistant à re-créer plutôt qu'à créer est un peu générale, pas forcément super enthousiasmante et on ne peut pas reprocher à Roland l'exclusivité de cet état de fait, je suis même prêt à encourager des petites resucées de D-50, de Korg WS, etc... en attendant de commencer à passer quand même un jour à autre chose et à des synthèses un peu plus originales que ce qui a été initié il y a 30, 40 ou 50 ans.

Quoiqu'il en soit, j'estime que ce Ju-06 s'en tire avec les honneurs et que Roland a fait un boulot étonnant.