Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Vestax VCI-380
Photos
1/138

Test Vestax VCI-380

Surface de Contrôle MIDI DJ de la marque Vestax appartenant à la série VCI

Prix public : 849 € TTC
The art of controllerism

La célèbre firme japonaise Vestax, marque majeure dans l’univers du DJing depuis 1977 et dont les produits sont souvent de très grande qualité, nous livre pour l’été un contrôleur MIDI deux voies qui fonctionne également en tant que mixeur autonome.

Vestax a construit sa légende notam­ment avec ses célèbres modèles de platines comme la PDX 3000 MK II ou des tables de mixage comme la série des PMC 05, sans oublier le QFO, véri­table OVNI déve­loppé par Dj Qbert, un des inven­teurs des tech­niques de scratch les plus complexes. Voyons comment les ingé­nieurs de Vestax abordent la vague du numé­rique et s’ils ont eu les mêmes exigences avec leur contrô­leur MIDI qu’avec leurs autres produits stars.

Débal­lage et instal­la­tion

Vestax VCI 380

Le VCI-380 est livré dans un joli carton où tout est bien rangé et bien protégé. Je conseille aux poten­tiels ache­teurs de l’ou­vrir propre­ment et de le garder pour ranger le contrô­leur, car l’anse (comme sur les cartons Apple) et les mousses de protec­tion sont de bonnes quali­tés et peuvent être réuti­li­sées pour le trans­port du contrô­leur. Dans le carton vous retrou­ve­rez la docu­men­ta­tion, un cordon d’ali­men­ta­tion, un câble USB, des CDs d’ins­tal­la­tion et bien évide­ment le contrô­leur. En bonus vous dispo­sez d’une carte de codes d’ac­cès pour télé­char­ger gratui­te­ment des banques de samples sur leur site.

Vestax VCI 380

Le VCI-380 a été conçu en étroite colla­bo­ra­tion avec la célèbre firme néo-zélan­daise Serato pour être entiè­re­ment dédié à la nouvelle version du logi­ciel ITCH. Il béné­fi­cie du coup de la tech­no­lo­gie Plug and Play et s’ins­talle faci­le­ment, peu importe le système d’ex­ploi­ta­tion utilisé (Mac OS ou Windows). L’ins­tal­la­tion des logi­ciels et des drivers (pour les utili­sa­teurs de Windows) ne prend que quelques minutes et il suffit de relier le contrô­leur à l’or­di­na­teur grâce au cordon USB pour voir le boîtier s’illu­mi­ner et cligno­ter dans tous les sens. Petit rappel, le boîtier n’est pas alimenté par le port USB et doit être bran­ché sur secteur. Pour ceux qui voudraient utili­ser le contrô­leur avec un autre logi­ciel de mixage comme Trak­tor par exemple, des mappages sont ou seront dispo­nibles sur le site du construc­teur.

Revue des effec­tifs

Vestax VCI 380

Les dimen­sions du boîtier sont assez compactes (LxPxH : 427×304×60mm) et le tout fait à peu près la taille d’une platine DVD de salon. Le VCI-380 peut ainsi être installé n’im­porte où, que ce soit en club ou à la maison, en prenant un mini­mum de place. Petite surprise au niveau du poids : 3,5kg, c’est assez surpre­nant pour un contrô­leur de cette taille, mais en même temps rassu­rant. Vous savez ce qu’on dit  (à tort ou à raison d’ailleurs), que plus le produit est lourd et plus il est solide et de bonne qualité. Ici, au vu du poids, le produit semble très solide et de très bonne qualité.

Vestax VCI 380

L’as­pect géné­ral du boîtier est sobre et harmo­nieux. Les maté­riaux utili­sés sont de très bonne qualité, que ce soient les plas­tiques pour les potards ou les caou­tchoucs pour les pads et les commandes de base (PLAY, CUE, SYNC). Seuls les boutons pour les faders, le cross-fader et le pitch font un peu cheap mais restent tout de même de bonne qualité. Par contre, Vestax a eu la très bonne idée de mettre un cross-fader démon­table et il est possible de rempla­cer celui d’ori­gine par le CFX-2 (envi­ron 120 euros) qui est un cross-fader numé­rique très appré­cié des scrat­cheurs.

Vestax VCI 380

Le construc­teur a équipé son contrô­leur de deux immenses jogs 13,5cm avec affi­chage d’un repère de lecture par LED très pratique pour se situer dans le temps et ne pas passer sa soirée les yeux scot­chés à l’écran de l’or­di­na­teur. Les jogs sont en plas­tiques et en caou­tchouc et leur toucher est  des plus agréables. Ils sont para­mé­trables à souhait, que ce soient leur sensi­bi­lité ou leur flui­dité (ce qui est plus rare) et vous permettent ainsi de profi­ter plei­ne­ment de la fonc­tion vinyle qui, une fois acti­vée, vous permet de scrat­cher, de faire des pull up… comme le ferait un DJ sur une platine vinyle. 

Vestax VCI 380

Le VCI-380 possède égale­ment deux strips de contrôle, ce sont deux bandes rugueuses tactiles que l’on voit de plus en plus souvent sur ce genre de maté­riel. Ces bandes possèdent plusieurs fonc­tions dont la plus utile est le needle drop (saut de tête de lecture en français) qui vous permet de navi­guer plus rapi­de­ment dans la piste qui est en cours de lecture. Mais les deux strips possèdent d’autres fonc­tions et sont aussi solli­ci­tés lors de la gestion des effets et des boucles.

Vestax VCI 380

Je finis la revue des effec­tifs par les faces avant et arrière. Sur la face avant, on retrouve les boutons pour régler la sensi­bi­lité des touches ainsi que la courbe des faders et du cross et la partie réser­vée à la gestion du casque. Vestax a eu la brillante idée de placer deux entrées casques sur le devant de la machine, une en 6,35mm et une en 3,5mm. Fini le moment de panique où juste avant de commen­cer son set, on ne retrouve plus le petit adap­ta­teur qui se perd toujours au fond du sac ou que l’on a oublié sur son bureau !

Vestax VCI 380

A l’ar­rière, on retrouve la partie connec­tique, le port USB, la prise pour l’ali­men­ta­tion ainsi que le bouton ON /OFF. Pour les connec­tiques, Vestax a plus ou moins pensé à tout. On dispose ainsi de deux entrées micro, une en gros jack et l’autre en XLR, ainsi qu’un bouton de volume indé­pen­dant pour chacune d’entre elles. Le construc­teur a été un peu avare au niveau des sorties puisqu’un seul Master Out en XLR est proposé. Il faudra se conten­ter de la sortie Booth en RCA pour bran­cher un système de retour indé­pen­dant. De plus, le bouton pour régler le volume de la sortie Booth se trouve à l’ar­rière du boîtier, ce qui n’est pas pratique du tout. On aurait bien aimé une autre vraie sortie master en RCA ou Jack 6,35 mm avec un bouton de contrôle de volume sur le dessus de l’ap­pa­reil. Une sortie en plus avec un autre format de bran­che­ment permet d’évi­ter de se retrou­ver bloqué quand le système de diffu­sion a un problème sur ses tranches ou lorsqu’il faut passer par des D.I., par exemple. Je râle un peu pour râler, mais ça m’est déjà arrivé donc je préco­nise d’avoir plusieurs formats en sortie sur sa table ou son contrô­leur. Pour finir avec la face arrière, nous retrou­vons les entrées RCA phono/line pour bran­cher une platine CD ou vinyle en complé­ment, car n’ou­blions pas que le VCI-380 est plus qu’un contrô­leur, puisque c’est aussi un système de mix auto­nome qui peut fonc­tion­ner comme nos bonnes vieilles mixettes. Et comme la vie est bien faite… ainsi que ma tran­si­tion, je vous propose de passer au chapitre suivant qui s’in­té­resse juste­ment à cet aspect. 

Un contrô­leur et un mixeur en même temps

Vestax VCI 380

Vestax déve­loppe des tables de mixage DJ perfor­mantes depuis des décen­nies. On leur doit notam­ment la célèbre série des PMC. La qualité des perfor­mances sonores qui ont fait leur renom­mée est bien au rendez-vous en sortie du VCI-380. Le mixeur inté­gré au contrô­leur est un mixeur deux voies et est équipé d’un égali­seur trois bandes de bonne qualité et perfor­mant. Même si on regrette l’ab­sence d’une commande pour le kill sur ces derniers, les filtres fonc­tionnent très bien et permettent de couper complè­te­ment la fréquence lorsque le potard est tourné au maxi­mum. Les potards sont équi­pés d’une butée très pratique quand on mixe dans l’obs­cu­rité et évite que l’on passe son temps à regar­der ses mains lors de pres­ta­tion live. La partie mixeur dispose égale­ment d’un filtre passe-haut sur chaque voie et qui se contrôle à l’aide de la molette de sélec­tion de l’ef­fet. Le mixeur auto­nome est compa­tible avec toutes les normes en matière de DVS comme Serato Scratch Live ou Trak­tor. Vous pour­rez bran­cher un boîtier Serato sur les entrées phono/line et ainsi pilo­ter le logi­ciel avec des platines connec­tées au contrô­leur. Ça peut s’avé­rer pratique lorsque vous devez parta­ger la scène avec un autre DJ qui pourra instal­ler sa config en complé­ment de la vôtre sans avoir à tout débran­cher.

Vestax VCI 380

Pour passer du mixeur au contrô­leur, un simple switch (PC /MIXER) placé à côté du potard de gain vous permet de chan­ger la source à la volée. Bien évidem­ment, cela s’avère pratique en cas de panne infor­ma­tique, car vous avez la possi­bi­lité de bran­cher sur une des tranches un lecteur MP3, par exemple. De même, si au cours d’une soirée on vous demande de jouer un son à partir d’un CD. Mais j’irai un peu plus loin dans l’uti­lité de dispo­ser d’un mixeur auto­nome avec ce produit : étant donné que l’on peut équi­per le contrô­leur du célèbre cross-fader CFX-2, les DJ qui ont encore du mal à scrat­cher sur des plateaux de contrôle (comme moi par exemple) peuvent ajou­ter à leur set d’équi­pe­ment une platine vinyle pour être plus à l’aise dans la réali­sa­tion de scratch.

Pour la partie contrô­leur, qui est quand même la partie la plus inté­res­sante, Vestax nous a gâtés et le VCI-380 s’ins­crit dans la lignée de ces prédé­ces­seurs comme le VCI-400 qui avait été bien accueilli par la critique. L’in­ter­face audio est la même que chez son grand frère et est de très bonne facture. Ses perfor­mances offrent une très bonne qualité sonore en sortie, que ce soit en analo­gique ou en numé­rique et permet d’an­ni­hi­ler complè­te­ment la latence lors de l’uti­li­sa­tion du logi­ciel de mix. 

Vestax VCI 380

Le VCI-380 a été prin­ci­pa­le­ment déve­loppé pour contrô­ler le logi­ciel ITCH de Serato et on peut dire que de ce côté-là, Vestax a réussi son coup. C’est votre clavier d’or­di­na­teur qui va être content puisque vous n’avez plus du tout besoin d’y toucher. Une commande physique a été pensée pour chacune des fonc­tions du logi­ciel. Vous avez à dispo­si­tion pour cela trois grosses touches en caou­tchouc pour les  commandes de base (Play/Stop CUE et SYNC) pour lancer la lecture, la stop­per, effec­tuer un point CUE… Un fader a été placé de chaque côté pour contrô­ler le pitch. Petit problème, le pitch ne possède pas de butée à zéro. Je sais que main­te­nant plus personne ne l’uti­lise et tout le monde utilise plutôt la commande sync qui cale auto­ma­tique­ment les BPM entre les deux pistes, mais j’au­rais quand même bien aimé une butée pour me repé­rer.

Plusieurs molettes sans fin et de nombreux boutons sont présents pour la gestion des effets et la navi­ga­tion dans l’ex­plo­ra­teur de votre ordi­na­teur. 16 Pads sensi­tifs, multi­fonc­tions et rétro-éclai­rés (rien que ça) permettent le contrôle des fonc­tions les plus avan­cées du logi­ciel. Avec le VCI-380 le logi­ciel ITCH va vous obéir au doigt et à l’œil. Bon, surtout au doigt.

ITCH au bout des doigts

L’er­go­no­mie bien pensée et les nombreuses commandes mises à dispo­si­tion vous permettent de tirer le maxi­mum de la nouvelle version du logi­ciel ITCH. Il vous sera facile de navi­guer dans l’ex­plo­ra­teur, de boucler des parties de musique, de jouer avec votre banque de samples, utili­ser les effets du  logi­ciel…   

Vestax VCI 380

Une partie du contrô­leur est dédiée à la navi­ga­tion et à l’as­si­gna­tion des pistes choi­sies aux platines virtuelles (ou decks). Vous faites défi­ler les morceaux de votre play­list à l’aide de la molette sans fin placée au milieu de l’ap­pa­reil, en cliquant sur celle-ci vous entrez dans le dossier et les deux petites touches placées de chaque côté de la molette vont vous servir à chan­ger de dossier. J’ai juste une petite remarque sur la navi­ga­tion, et ça concerne les deux touches pour char­ger le morceau sur la platine. C’est la même touche qui sert à la sélec­tion de la piste dans le casque et il faut d’abord appuyer sur la touche SHIFT puis ensuite assi­gner le morceau sélec­tionné pour char­ger un morceau. Ce sont deux actions que l’on répète un très grand nombre de fois lors d’un show ou d’une soirée. Je ne trouve pas telle­ment perti­nent et même un peu gênant d’avoir jumelé ces deux actions sur une même commande.

Passons main­te­nant aux pads et aux fonc­tions qu’ils contrôlent. Vous allez voir, ces pads nous réservent quelques surprises et je ne vous cache pas que ce sont les commandes avec lesquelles je me suis le plus amusé. Pour sélec­tion­ner le mode de lecture que vous voulez contrô­ler avec les pads, il vous suffit d’ap­puyer sur une des touches suivantes : 

  • HOT CUE/ SAMPLER : pour placer des repères sur vos pistes et ainsi pouvoir y accé­der juste en appuyant sur le pad corres­pon­dant. Vu qu’il y a 8 pads vous avez la possi­bi­lité de placer 8 repères. Cette commande est doublée et en appuyant de nouveau sur la touche Hot Cue vous acti­vez le sampler et vous avez accès direc­te­ment à votre banque de sons. Jouez avec les pads pour déclen­cher des séquences ou envoyer des sons (des sirènes ou des jingles par exemple).
  • SLICER : cette fonc­tion un peu magique vous permet de décou­per en huit parties votre mesure et chaque partie se retrouve assi­gnée à un pad. Cette action n’ar­rête pas la lecture en cours et les diffé­rents bouts de piste se déplacent sur les pads en même temps que le son défile. Le pad s’illu­mine lorsque la partie qui lui est assi­gnée est jouée. Cette fonc­tion demande un peu de pratique, mais lorsque vous la maitri­sez elle s’avère très utile notam­ment pour effec­tuer des remixes en live. Si on enclenche la touche slicer de nouveau les pads deviennent moins lumi­neux et le logi­ciel effec­tue une boucle et du coup les diffé­rentes parties du morceau qui sont en train de passer restent assi­gnées aux mêmes pads. Pour ceux qui ne connaissent pas encore bien le slicer je conseille d’uti­li­ser la deuxième fonc­tion, car pour se faire la main c’est beau­coup plus simple quand un pad équi­vaut  un son.
  • AUTO­LOOP : comme son nom l’in­dique, vous bouclez auto­ma­tique­ment une partie du morceau joué. Les pads ici vous servent à faire varier la longueur de la boucle de huit temps à un temps. Dans ce mode de lecture le strip peut rempla­cer les pads et on peut faire varier le temps de la boucle en passant son doigt dessus. Si on déplace son doigt vers la gauche la boucle dimi­nue et inver­se­ment si on déplace son doigt vers la droite. Le VCI-380 permet égale­ment de sauve­gar­der 8 boucles, une par pad.  
  • ROLL : cette fonc­tion est la même que celle que l’on vient d’ex­pliquer à la diffé­rence qu’en mode ROLL vous devez garder le doigt appuyé sur le pad. L’avan­tage du ROLL c’est que la boucle s’ef­fec­tue sans alté­rer la struc­ture du morceau, à la diffé­rence de l’AU­TO­LOOP qui fait reprendre la lecture là où vous déci­dez de sortir de la boucle.
Vestax VCI 380

Voilà pour les  diffé­rentes actions que vous pouvez effec­tuer grâce aux pads. Comme je vous l’avais dit un peu plus haut, les pads du VCI-380 nous réservent une surprise et elle est de taille puisque je vous présente une véri­table inno­va­tion dans le domaine et qui va, j’en suis sûr, en ravir plus d’un : le PAD FX. Vestax a eu la très bonne idée de combi­ner l’ac­tion des pads avec la gestion d’un effet supplé­men­taire que l’on assigne à ces derniers. La sélec­tion de l’ef­fet s’ef­fec­tue à l’aide d’une molette sans fin située au-dessus du pitch. Une fois l’ef­fet sélec­tionné, on l’ac­tive en cliquant sur la molette et on le déclenche avec les pads. Je vais vous donner un exemple qui expliquera je l’es­père un peu mieux le fonc­tion­ne­ment des Pads FX : en combi­nant le mode de lecture ROLL avec un effet de type phaser, par exemple, on peut arri­ver à de super résul­tats. Disons que l’on a sélec­tionné notre effet et que l’on veut faire des effets de répé­ti­tion à l’aide de la fonc­tion ROLL. En acti­vant la fonc­tion Pad FX, l’ef­fet sélec­tionné se déclen­chera en même temps que l’ac­tion ROLL lorsque l’on appuie sur le pad. Les pads sont sensi­tifs et en déplaçant la pres­sion de son doigt sur le pad, on modi­fie la puis­sance de l’ef­fet. Le rendu est tout simple­ment stupé­fiant et ouvre de nouvelles combi­nai­sons pour des mixes plus dyna­miques. Lorsque les Pads FX sont acti­vées, le strip sert alors à chan­ger de la durée de l’ef­fet. Autant vous dire que les combi­nai­sons possibles sont extrê­me­ment nombreuses. Si je n’ai pas été assez clair, voici une vidéo qui explique cette fonc­tion sûre­ment mieux que des mots. De plus je n’ai pu tester qu’une version bêta du contrô­leur et certaines fonc­tions qui sont expliquées dans la vidéo ont été ajou­tées juste avant la sortie du produit.

Ceci nous amène direc­te­ment à la gestion des effets. Hormis les Pad FX qui sont assez nova­teurs, la gestion des effets se fait de la manière la plus simple qui soit. Vous dispo­sez d’une molette pour la sélec­tion, d’une touche qui s’illu­mine lorsque l’ef­fet est activé et d’une autre molette pour la varia­tion de la puis­sance. De la même manière que pour les pads fx, en déplaçant son doigt sur le strip on joue sur la durée de l’ef­fet. 

Je pense que l’on a plus ou moins fait le tour des diffé­rentes possi­bi­li­tés qu’offre le contrô­leur. Inté­res­sons-nous main­te­nant à la prise en main et à la mani­pu­la­tion. 

Prise en main

Vestax VCI-380

On peut dire que de ce côté-là que Vestax frôle la perfec­tion avec ce contrô­leur, tant la prise en main est immé­diate. Même pour un DJ comme moi, qui a plus l’ha­bi­tude de mixer sur des platines vinyles et des mixettes, j’ai pris un énorme plai­sir à mani­pu­ler le VCI-380 et les outils de créa­tion qu’il propose. Sur le carton d’em­bal­lage est inscrit le mot « control­le­rism » en réfé­rence à la notion de turn­ta­blism (pratique du DJing  sur platine vinyle). Au début, cette inscrip­tion, en tant que DJ un peu old school et donc forcé­ment « réac », m’a un peu fait sourire, mais après quelques heures passées sur le contrô­leur mon sourire un peu moqueur s’est trans­formé en sourire de satis­fac­tion.       

Pour la première fois, je ne me suis pas du tout senti frus­tré par l’uti­li­sa­tion d’un contrô­leur plutôt que de mes platines chéries. Les énormes jogs procurent de réelles sensa­tions en scrat­chant et les pads multi­fonc­tions vous permettent d’ex­ploi­ter à fond les possi­bi­li­tés du logi­ciel ITCH. On passe d’un mode de lecture à l’autre à la volée et le code de couleur qui illu­mine les pads est très bien pensé et à aucun moment on ne se perd dans les fonc­tions. Et que dire des Pads FX qui ouvrent de nouvelles pers­pec­tives en matière de créa­tion ! Les combi­nai­sons possibles sont nombreuses et je pense qu’elles inté­res­se­ront tous les DJs, que ce soit de la scène hip-hop ou élec­tro.    

Juste pour faire la fine bouche, j’au­rais appré­cié que le boîtier soit un peu plus large et qu’il y ait plus d’es­pace entre le cross et les plateaux pour profi­ter d’une meilleure ampli­tude avec la main posée sur le plateau. Mais encore une fois c’est vrai­ment pour chipo­ter.

Pour qui et à quel prix ?

Pour ma part je conseille­rais ce contrô­leur à des DJs qui sont plutôt orien­tés hip-hop et scratch music. Effec­ti­ve­ment le VCI-380 ne possède que deux voies et les jogs ont été étudiés pour permettre un certain confort quand on les mani­pule. Les DJs qui se passionnent pour le mix pure­ment et simple­ment s’y retrou­ve­ront aussi, mais peuvent se sentir limi­tés par les deux voies. 

Vestax VCI-380

Les dimen­sions compactes et la prise en main simple et intui­tive font que le VCI-380 convien­dra aussi bien aux débu­tants qui mixent dans leur chambre qu’aux profes­sion­nels qui proposent des shows tech­niques et élabo­rés. Pour les débu­tants, seul le prix peut être un peu dissua­sif, car il leur faudra débour­ser pas loin de 800 euros. Pour les DJs qui veulent se lancer dans le mix sur contrô­leur et qui ont un budget suffi­sant pour le VCI-380, je leur conseille de l’es­sayer, car ils ne seront pas déçus, et pour un contrô­leur aussi compact, il leur sera diffi­cile de trou­ver un produit de meilleure qualité. 

Conclu­sion

C’est la première fois qu’un contrô­leur me fait sérieu­se­ment penser à inves­tir dans ce genre de maté­riel. Le VCI-380 est vrai­ment un produit capti­vant et une fois dessus on ne voit vrai­ment pas le temps passer. Les confi­gu­ra­tions clas­siques (platines CD ou vinyles + table de mixage) ont du souci à se faire. L’art du « control­le­rism » est en marche et avec des produits perfor­mants comme celui-ci je ne doute pas que plus d’un DJ va se pencher sérieu­se­ment sur la ques­tion et propo­ser des shows de qualité, unique­ment à l’aide d’un contrô­leur.

Pour moi c’est une réus­site et je dis bravo à Vestax qui était déjà au top dans l’uni­vers du DJing avec la célèbre mixette PMC 05 et les platines PDX 3000 MKII et qui a réussi à se renou­ve­ler et à ne pas se faire distan­cer sur le marché du DJing  numé­rique. La marque frappe fort et offre un produit qui frôle la perfec­tion et qui s’ins­talle direc­te­ment dans le haut du tableau.

Award Valeur sûre 2012
Points forts
  • La qualité des composants
  • Les outils de création proposés
  • La prise en main facile et intuitive
  • Les jogs performants pour le scratch
  • Les pads fx qui réagissent parfaitement et qui proposent un outil innovant
  • La qualité sonore en sortie
Points faibles
  • Une seule sortie Master
  • Le bouton pour régler le volume de la sortie Booth se trouve sur la face arrière
  • Le prix un peu élevé
  • Pas de butée pour le zéro du pitch
  • La commande pour l’assignation du casque est jumelée avec celle pour charger les pistes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.