Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Dave Smith Instruments Prophet 12
Photos
1/300

Tous les avis sur Dave Smith Instruments Prophet 12

Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
Filtres
Mots clés
Note moyenne :
( 4.4/5 sur 9 avis )
6 avis
67 %
2 avis
22 %
1 avis
11 %
Donner un avis
Test de la rédaction
Le Magnifique !

Test du Dave Smith Instruments Prophet 12

Au NAMM 2013, le Prophet 12 a volé la vedette à tous les autres synthés. Il aura fallu plus de 6 mois à DSI pour le finaliser. Voyons si le détour valait cette attente, ou le contraire… Lire la suite…
Avis des utilisateurs
  • MrFlangerMrFlanger

    Le mal aimé

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 14/07/18 à 16:12
    C'est toujours compliqué de donner un avis, car ça n'est jamais objectif, et ça rentre forcément dans le cadre d'une pratique musicale qui est toujours personnelle.

    Ceci dit, pour cet instrument, j'ai l'impression de rendre justice; en tout cas de nuancer la perception que beaucoup de gens en ont.

    Il y a quelques semaines encore, dans un célèbre festival Nantais j'entendais:
    "Le Prophet 12, quelle horreur! les oscillos sont trop droits, et c'est numérique".
    Et je dois dire que pendant longtemps j'ai eu le même avis tant les démos qui circulaient officiellement donnaient cette impression de froideur métallique, teintée d'aliasing moche. Et effectivement on peut le faire sonner comme ça!
    Lire la suite
    C'est toujours compliqué de donner un avis, car ça n'est jamais objectif, et ça rentre forcément dans le cadre d'une pratique musicale qui est toujours personnelle.

    Ceci dit, pour cet instrument, j'ai l'impression de rendre justice; en tout cas de nuancer la perception que beaucoup de gens en ont.

    Il y a quelques semaines encore, dans un célèbre festival Nantais j'entendais:
    "Le Prophet 12, quelle horreur! les oscillos sont trop droits, et c'est numérique".
    Et je dois dire que pendant longtemps j'ai eu le même avis tant les démos qui circulaient officiellement donnaient cette impression de froideur métallique, teintée d'aliasing moche. Et effectivement on peut le faire sonner comme ça!

    Puis le hasard a fait que je suis tombé sur une démo de Lynnk , puis d'autres de MrKay, puis de sacred synthesis, et finalement de Pulsophonic (l'homme à la très grosse moustache). Et là je me suis dit:

    "On m'aurait menti à l'insu de mon plein grès? La perpendicularité des oscillos serait-elle un mythe?"

    Et bien oui. Et non. Mais surtout oui.

    Non car effectivement on a tout sous la main pour arriver à du moche, entre "decimation" et "hack" on arrive vite au son du commodore dans une disto cheap.

    Et oui car c'est un synthé à programmer...pas de salut de toute façon, tant les banques d'usine sont moches. Une honte vue la gamme de la machine. Car On n'est pas chez Bontempi:
    Finition exceptionnelle, ça respire la qualité. Bref on est sur du bon.

    Après avoir lu les différents commentaires ici et là (Robert Rich entre autres, et les stars du forum AF) j'ai tout de suite attaqué la programmation en appliquant les règles suivantes:
    - on ne monte pas les oscillos à fond
    -Decimator et hack tu n utiliseras point (sauf si c'est ton goût)
    - le drive est super bon pour réchauffer le tout
    - le HPF redonne un peu de basses en plus (alors oui il manque de personnalité, mais ça le rend passe-partout, en plus d'être passe-haut).
    - et enfin un coups de "random" dirigé vers "all slope" pour un drift à l'ancienne

    Et là on fait de très jolies nappes vintage pour peu qu on y aille avec douceur, par petites touches. Alors ça n'est pas un Prophet6 non plus, mais dieu que c'est joli et suave aussi! Et en terme de palette sonore, et de modulations, c'est le pieds total; ça plus les lignes de retard qu on peut transformer en chorus par exemple.
    Et finalement le fameux feedback qui permet de jouer sur des résonances inquiétantes. Ami du drone, bienvenue.

    Donc pour moi c'est un instrument de très bonne facture qui a certainement pâti d'un lancement "à la one again", et de banques vraiment moches (heureusement Pulsophonic est là). Effectivement rien n'est donné non plus, et il faut s'investir et prendre son temps avec car on peut très vite sortir des rails. Le prix en occasion baissant un peu, ça devient une vraie bonne affaire à mon sens. Bref je l'aime.


    Lire moins
  • revegarevega

    DARK SIDE OF THE PROPHETS!

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 11/07/17 à 11:51
    1 photo
    A peine sorti le P12 a fait couler beaucoup d'encre car une fois de plus (Prophet 8 syndrome) ceux qui s'attendaient à une resucée du Prophet 5 en ont eu pour leur compte en déception. Pourtant on est bien loin de pouvoir négliger les pouvoirs de ce synthétiseur très intéressant et souvent critiqué.
    Le Prophet 12 est un bien curieux appareil dans la gamme qu'il incarne. Loin de prendre exemple sur ses ancêtres 'analog', il se permet d'officier dans un registre hybride numérique/analog succédant ainsi au PolyEvolver mais avec un son différent et une approche plus démocratique.

    On ne va pas revenir dessus mais le Prophet 12 est dignement construit et embarque un panneau large et des......
    Lire la suite
    A peine sorti le P12 a fait couler beaucoup d'encre car une fois de plus (Prophet 8 syndrome) ceux qui s'attendaient à une resucée du Prophet 5 en ont eu pour leur compte en déception. Pourtant on est bien loin de pouvoir négliger les pouvoirs de ce synthétiseur très intéressant et souvent critiqué.
    Le Prophet 12 est un bien curieux appareil dans la gamme qu'il incarne. Loin de prendre exemple sur ses ancêtres 'analog', il se permet d'officier dans un registre hybride numérique/analog succédant ainsi au PolyEvolver mais avec un son différent et une approche plus démocratique.

    On ne va pas revenir dessus mais le Prophet 12 est dignement construit et embarque un panneau large et des finitions de bon standing. Sur ce point c'est parfait. Evidemment la parenté avec le Pro2 n'est pas anodine mais les deux appareils ont tout de même suffisamment de personnalité pour ne pas faire de doublons.
    Les banks de sons "FACTORY" d'origine ne sont pas extraordinaires et sont même très ennuyeuses. A quelques exceptions près on ne sent pas les possibilités remarquables de l'appareil loin de là. Le mieux est de faire votre tambouille par vous même sans vous retenir sur les ingrédients: GLOBAL+27 Basic Patch et c'est parti: OSC+ FM+ LFO+ ROUTING,+EFFECT etc etc etc… surprise garantie tant dans la qualité du son que dans l'aisance de sa programmation.
    Justement le son:
    Au démarrage pas de surprise le son nous parait familier avec le fameux Curtis en passe bas. Magré des presets ratés on se rend vite compte que l'appareil n'a pas tout à fait le velours des précédents et semble plus apte à l'expérimentation et à l'ouverture de nouvelles textures. Bingo, on va faire un voyage dans de nouvelles contrés.
    4 DCO et 19 formes d'ondes forment le premier maillon de son architecture et ça commence plutôt bien. Cette diversité apporte un vrai plus en terme d'originalité et d'identité sonore.
    Seulement un seul Sub OSC (pour le l'OSC 1), correct mais j'aurais aimé un sub par OSC plus pertinent pour certains réglages sur des sons très expérimentaux.
    En plus chaque OSC bénéficie de la fonction Fine Tune et ça c'est très pertinent pour avoir un son vivant avec 4 forme d'onde similaire.
    Le filtre (seul apport analogique) passe haut et passe bas donne toute la 'chaleur' de l'appareil et on retrouve le fameux Curtis sur le Low Pass si cher à DSI (quoi que les derniers P6 et Pro2 en sont exempt) . A cela il faut compter les 4 LFO au 8 formes d'ondes paramètrable, super efficace et diablement précis. La matrice de modulation est extrêmement simple et vous embarque vers un univers modulaire digne de ce nom, on peut alors tordre, moduler assigner plus de 100 points de sorties! Même le Delay paramètrable en 4 bloque distinct peut se trouver moduler distinctement via la matrice, les interactions sont alors incroyable.
    Le bloque CHARACTER avec ses 5 modules apporte un plus en terme d'identité sonore, on aime ou pas. Clairement ça oriente la programmation sur un registre plus numérique mais dosé finement c'est pas mal du tout et très original.
    Certaines autres fonctions améliorent les capacités créatrices du P12.
    Unisson: ça densifie le son très nettement avec le cumul dosable jusqu'à 12 voix! Evidemment on passe en mono mais pour les basses c'est un vrai plus.
    Hold: ça parait bête mais pas mal de synthés n'en sont pas pourvu et ça change tout quand on paufine un réglage en mode 'drone' ou 'nappe'.
    Feedback: je n'aime pas ça en règle générale mais sur le Prophet 12 ça se révèle positif sur les textures complexes et inquiétantes.
    Tuning: intéressant mais attention on sent des paliers lorsque les valeurs sont modifiées. Dommage.
    Stack/Layer: Comme chez les Nordiste de chez Clavia, on empile deux programmes et on les doses à sa sauce, les résultats sont surprenants sur des sons complexes. Attention à l'overdose, les sons ne sont pas évident à mixer.
    Envelope 3 et 4: Un plus pour sculpter des sons précis.
    Modulation: Le coeur de la machine lorsque l'on veut s'éloigner de la synthèse classique. Une floppé de points d'entrée, de sortie et de possibilités d'inter moduler les paramètres. Comme le Pro2 c'est un outil de haute précision, chirurgicale même.
    Split: Pas une nouveauté loin de là mais pas systématiquement intégré sur les appareils DSI. Ici c'est très intéressant surtout pour le live.
    Arpégiateur: Très intéressant puisqu'il est programmable mais en contrepartie d'un séquenceur absent! Un peu frustrant quant même...

    Il faut bien le souligner, le P12 est un appareil capable de nappes complexes, évolutives, sombres, dissonantes d'orgues spatiaux (Interstellar ambiance), de claviers lunaires et galactique, de basses dissonantes, de drones hypnotiques et... En fait tout ce que vous voulez avec beaucoup de simplicité et de rapidité. J'ai souvent lu que ses ambiances étaient 'froides', c'est pas tout à fait faux (même si bien exagéré par ses détracteurs qui n'ont, souvent, pas mis les mains dessus), en même temps il semble taillé pour ça et sa musicalité rattrape ce sentiment avec brio.On peut également lui faire jouer toute une panoplie de sons 'rétro' (avec les formes d'ondes de base c'est particulièrement simple) mais ce sera à votre bon coeur et votre sagacité créatrice, la bank de sons étant fort peu fournie en la matière.
    Pour ce qui est des basses, il s'en sort plutôt pas mal mais je lui préfère son frérot le Pro2 dont le filtrage le situe un niveau au dessus à ce sujet (la comparaison entre les deux demanderai une étude plus approfondie mais ils se complètent très très bien).
    L'édition est ultra simple (bouton 'write') et le choix du titre de votre patch se fait avec la même aisance que sur le Pro2, donc parfait.
    En fait il faut être claire le Prophet 12 ne brillera que par ce que vous en ferez et sera le digne témoin de votre fibre créatrice. Pour ceux qui ont oublié qu'un synthétiseur n'existe que par ce que vous en faites, c'est clairement pas pour vous.

    Alors si vous cherchez une machine intuitive pour sculpter des sons planants, industrielles, ambiantes, progressifs et hypnotiques le P12 est pour vous sans aucun doute. De Trent Reznor (la BO de Gone Girl en est truffée) à Alessandro Cortini (NIN keyboard) en passant par Robert Rich (qui ne tari pas d'éloge à son sujet), les amateurs de complexités sonores en auront pour leur compte assurément. En regardant le Blade Runner 2049 je me suis surpris à y déceler des timbres que le P12 peut faire sans difficulté et bingo, il y arrive et avec beaucoup d'aisance.

    Les +
    Couverture sonore
    Modulations
    Ergonomie
    Taille
    Modulations complexes
    Programmation facile
    Solidité
    Finitions
    Alimentation


    Les -
    Manque un VRAI sequenceur :(
    Un seul SUB OSC


    En résumé le Prophet 12 est un instrument remarquable, parfaitement autonome (même si j'aurai préféré un vrai séquenceur) et unique en son genre. Avec une prise en main exemplaire et un son hybride de très bonne qualité (bien meilleur définition que les cousins de chez Clavia à mon goût) mais qui ne ravira pas tout le monde par son empreinte analog/numérique assumé. Pour moi qui ai déjà une flopée d'appareils divers et variés (dont un paquet de DSI) il m'apporte des sonorités que j'aurai bien du mal à reproduire avec un autre arsenal (à moins de passer au full modulaire avec les contraintes de ce type de system…). Le prix en neuf est à considérer, celui en occas (+ou- 2000 €) en fait une affaire . De toutes les façons vous avez peu de chance d'en faire le tour un jour sauf si, comme je l'ai mentionné, vous vous arrêtez aux presets.
    Donc pour les oreilles ouvertes sur le présent, le futur, les dimensions parallèles et l'univers sans limite, c'est bien ici. Enjoy!!

    Edit au 14/03/2021: C'est seulement aujourd'hui que certains musiciens reconnaissent le très grand potentiel de ce Prophet. Maintenant qu'il est hors catalogue on en voit plus beaucoup d'occasion et les vidéos Youtube montrent clairement le potentiel énorme de ce synthé mal accueilli. Je m'étonnes juste que personne n'ai, pour le moment, joué les bandes sons de Blade Runner 1&2 car il en est capable le bougre et bien plus. Ce jour là le P12 deviendra instrument de convoitise comme tous ses ancêtres.
    Lire moins
  • PulsophonicPulsophonic

    Un extra-terrestre dans le monde de la synthèse.

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 03/12/16 à 15:02
    J'ai ce synthé depuis maintenant une semaine. C'est la version 1.4.1, donc plus récente que la version que Synthwalker a testée dans ces mêmes lignes.

    A la lecture du test, jamais je n'aurais acheté cette machine mais depuis, Dave Smith et son équipe ont fait des mises à jours qui ont supprimé à 99% l'aliasing et les artefacts, rajouté la FM linéaire, amélioré pas mal de petites choses. Bref, une version qui n'a que très peu de points en commun avec la version testée si ce n'est l'électronique et la carcasse.

    Mais comme nous sommes en présence d'un synthé hybride, il est évident que la partie soft est hyper importante. Et grâce à un ami qui le possède, j'ai pu l'écouter et l'apprécier......
    Lire la suite
    J'ai ce synthé depuis maintenant une semaine. C'est la version 1.4.1, donc plus récente que la version que Synthwalker a testée dans ces mêmes lignes.

    A la lecture du test, jamais je n'aurais acheté cette machine mais depuis, Dave Smith et son équipe ont fait des mises à jours qui ont supprimé à 99% l'aliasing et les artefacts, rajouté la FM linéaire, amélioré pas mal de petites choses. Bref, une version qui n'a que très peu de points en commun avec la version testée si ce n'est l'électronique et la carcasse.

    Mais comme nous sommes en présence d'un synthé hybride, il est évident que la partie soft est hyper importante. Et grâce à un ami qui le possède, j'ai pu l'écouter et l'apprécier à sa juste valeur "actuelle".

    Et j'ai été très agréablement surpris, je dirais pour résumer que rien ne sonne pareil dans tout ce qui existe.

    Un son qui oscille entre numérique et analogique, entre froideur et chaleur, entre analo typique, PPG ou FM à la DX7. Tout cela est même assez déroutant car on se demande d'un preset à l'autre ce qui fait qu'il puisse autant changer d'identité sonore.

    Ne vous attendez pas à des nappes de type OBXa ou Andromeda avec un coffre dans le grave qui va faire vibrer les murs, mais il n'en est pas moins "petit" pour autant. Il sait faire aussi de superbes nappes mais je trouve que le nom de "texture" est plus approprié.

    Donc, nous allons parler de textures. Et là, c'est la déglingue assurée. Textures "analos" étonnantes (il évoque les synthés analos mais ne sonne pas pareil), textures évolutives, textures chargées de couleurs sombres ou plus claires, textures très typées PPG, bref, il assure dans ce domaine sur un plan dans lequel ne se trouve aucun autre synthé (et j'en ai eu pas mal sous les doigts)...

    Les sons FM sont d'une pureté incroyable. De petits piano électrique à des "Tines" cristallins, il est vraiment bon là dessus aussi.

    J'ai trouvé les leads un peu en retrait mais je ne me suis pas encore suffisamment penché dessus.

    En retrait aussi les basses de type "berlin school", c'est pas son truc, par contre pour d'autres types de basses type industriel ou 80's, ça le fait vachement.

    Je vais en rester là et j'affinerai d'ici un mois car en une semaine, vous imaginez bien que je n'ai pas capté les subtilités de la machine.

    D'ailleurs, son interface est un modèle d'ergonomie, jamais je n'ai vu de synthé plus simple à comprendre. Mention spéciale pour ce boulot, on sent que Dave Smith n'est pas tout à fait un amateur.

    Enfin le look, il est vraiment très joli. Par contre, je trouve la qualité du clavier pas à la hauteur du reste, il est assez bruyant et n'inspire pas la solidité.

    J'affinerai ce test dans un mois.


    Lire moins
  • sonic75sonic75

    Oui il sonne "froid", et alors?

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 05/03/16 à 12:33
    Mon résumé sans rentrer dans les détails techniques de la machine:

    J'ai acheté ce Prophet 12 justement pour son grain un peu froid et crunchy... Beaucoup le critique car ils ne retrouvent pas la chaleur et le gras d'un vrai analogique mais qui a dit que ce P12 était fait pour ça?? De plus, c'est un hybride et pas un pure analogique.

    Il est idéal pour les leads complexes, les pads et les nappes évolutives (avis perso), pour les basses bien rondes et chaudes il faudra passer son chemin. Mon Sub 37 est là pour ça... Le P12 a une puissance sonore haute dans le spectre. Oubliez les presets d'usine, avec un peu de patience on arrive à obtenir des sons tout à fait extraordinaires qui sortent......
    Lire la suite
    Mon résumé sans rentrer dans les détails techniques de la machine:

    J'ai acheté ce Prophet 12 justement pour son grain un peu froid et crunchy... Beaucoup le critique car ils ne retrouvent pas la chaleur et le gras d'un vrai analogique mais qui a dit que ce P12 était fait pour ça?? De plus, c'est un hybride et pas un pure analogique.

    Il est idéal pour les leads complexes, les pads et les nappes évolutives (avis perso), pour les basses bien rondes et chaudes il faudra passer son chemin. Mon Sub 37 est là pour ça... Le P12 a une puissance sonore haute dans le spectre. Oubliez les presets d'usine, avec un peu de patience on arrive à obtenir des sons tout à fait extraordinaires qui sortent donc de l'ordinaire! La programmation est assez aisée, due à son ergonomie bien pensée.

    Pour ce qui de la qualité de construction, il n'y a rien à dire! C'est simplement parfait! Très très bien fini et très agréable à regarder. Cela vient sans doute des matériaux utilisés, métal et bois... Comme sur toute la série des DSI. Du solide! Le touché est très bon. Pour conclure, ce Prophet 12 est une superbe machine destinées aux musiciens qui recherchent un sons et un grain particulier et qui aiment programmer leurs PROPRES sonorités... Le "j'allume et je suis sous le charme avec des sons d'usine à tomber" est à oublier. C'est un vrai synthé qui demande un minimum de travail et de patience dans la programmation et donc pas une workstation à tout faire.
    Lire moins
  • TomavatarsTomavatars

    Magnifique, didactique et ludique

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 31/12/13 à 16:56
    Toutes les caractéristiques ont été présentées dans le test sans compromis de Synthwalker et les avis précédents.
    Pour ma part, l'ensemble des caractéristiques est vraiment bon. Il manque effectivement un audio in qui aurait été bien. J'aurais aimé que la factory bank soit écrasable, mais c'est pas un drame.
    Ce qui m'embête en revanche, c'est de ne pouvoir déterminer que le layer A ne sorte uniquement par l'output A lorsque l'output B est branché. En effet, les six premières voix sortent par l'output A puis les six autres par l'output B. C'est gênant lorsque l'on veut geler une piste dans un DAW, soit obligé de débrancher l'output B, soit obligé de geler deux pistes.

    UTILISATION

    C'est......
    Lire la suite
    Toutes les caractéristiques ont été présentées dans le test sans compromis de Synthwalker et les avis précédents.
    Pour ma part, l'ensemble des caractéristiques est vraiment bon. Il manque effectivement un audio in qui aurait été bien. J'aurais aimé que la factory bank soit écrasable, mais c'est pas un drame.
    Ce qui m'embête en revanche, c'est de ne pouvoir déterminer que le layer A ne sorte uniquement par l'output A lorsque l'output B est branché. En effet, les six premières voix sortent par l'output A puis les six autres par l'output B. C'est gênant lorsque l'on veut geler une piste dans un DAW, soit obligé de débrancher l'output B, soit obligé de geler deux pistes.

    UTILISATION

    C'est tout l'avantage du Prophet 12, la configuration générale est simple et facile d'accès pour une édition poussée qui peut être très complexe. C'est un vrai couteau suisse qui permet de comprendre énormément de choses sur la synthèse et qui est très fun et rapide à utiliser.
    De plus toutes les fonctions sont bien réparties sur le panneau de contrôle et tout est très clair et beau en plus, l'écran est très bien défini.
    Enfin, les deux sliders sont un gros atout étant sensible à la position et à la pression, ces deux contrôles en plus des habituels wheel et pitch en font un superbe instrument de performance.

    SONORITÉS

    On a tendance à dire qu'il sonne froid, c'est pas faux mais il est largement possible de le faire sonner analo avec du travail.
    La sonorité me convient à merveille, autant pour faire de la musique indus, c'est un bijou, que pour faire ce qu'on veut en fait. Perso, je l'utilise en ce moment pour faire des sons à la Jean jacques Perrey et c'est l'éclate.
    Franchement, c'est large et on va où on veut. Certes avec du travail mais c'est la moindre des choses. C'est pas un émulateur ça c'est sûr.

    Une petite note pour dire qu'il est très facile d'obtenir des sons très sales et industriels, il faut travailler en subtilité, donc ne pas se laisser abuser par le character section.

    AVIS GLOBAL

    Je l'utilise depuis deux mois, et je pars toujours de zéro (basic patch - simplement en appuyant sur latch et hold en même temps, c'est très pratique).
    J'ai crée plus de 200 patchs, la plupart sont des tests et des expérimentations, mais entre deux patchs très similaires il peut exister un monde de différences.

    C'est mon premier synthé hardware. J'ai déjà eu des petites merdes mais jamais pu développer comme je le peux là.
    Ici c'est une leçon permanente. Avec des leçons de synthèse de Gordon Reid, c'est tiptop !

    J'aime tout dans ce synthé, hormis que l'équipe l'a sorti peut-être un peu trop tôt, vu qu'il nécessite encore pas mal de mises à jour de l'os.

    Il est cher c'est sûr. Mais je pense qu'il en vaut le prix, rien que pour la finition de l'engin et ses capacités - quand même, 12 voix de polyphonies, quatre oscillos par couches, c'est énorme !

    Je referais ce choix sans hésiter.
    Lire moins
  • JiMMyPulseJiMMyPulse

    The Modulator

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 14/10/13 à 19:49
    Le Prophet 12 est face aux grandes attentes qu’il avait générées à sa présentation au NAMM 2013. Nombreux étaient ceux qui imaginaient qu’il serait un des synthés polyvalents par excellence. Il ne l’est pas vraiment, mais il recelle de nombreuses possibilités.
    Voir le test de Synthwalker pour plus de détails techniques.
    Le toucher du clavier est de bonne facture, finition impeccable, jeu agréable et expressif avec aftertouch, deux sliders qui peuvent être figés en latch, trois entrées pédales (sustain et 2 pedales) et tous les potards sous la main. Ca c’est cool. Alimentation interne etc... Deux sorties audio stéréo. Split et Stack de deux sons avec réglages 100% indépendants,......
    Lire la suite
    Le Prophet 12 est face aux grandes attentes qu’il avait générées à sa présentation au NAMM 2013. Nombreux étaient ceux qui imaginaient qu’il serait un des synthés polyvalents par excellence. Il ne l’est pas vraiment, mais il recelle de nombreuses possibilités.
    Voir le test de Synthwalker pour plus de détails techniques.
    Le toucher du clavier est de bonne facture, finition impeccable, jeu agréable et expressif avec aftertouch, deux sliders qui peuvent être figés en latch, trois entrées pédales (sustain et 2 pedales) et tous les potards sous la main. Ca c’est cool. Alimentation interne etc... Deux sorties audio stéréo. Split et Stack de deux sons avec réglages 100% indépendants, mais pouvant aussi être liés. Il est assez lourd aussi, à savoir si vous devez le trimballer sur votre dos!

    UTILISATION

    Je cherchais un clavier pour créer des textures complexes sans pour autant plonger dans des menus à rallonges ou utiliser des VST.
    Configuration très simple, tout tombe vraiment presque naturellement sous les doigts.

    SONORITÉS

    Il m’arrive de partir d’un patch intéressant, mais en principe j’aime commencer en scratch. Ceci pour dire que sur les 396 patches du P12, seule une quarantaine est valable. Le reste semble pas vraiment cohérent au niveau sonorités (pas classés et crées sur l’OS en développement) et finalement pas assez vendeur pour celui qui veut tester en magasin, mais certains utilisent toutefois bien les modulations. Oubliez les patches si vous souhaitez faire un test flash, mais considerez le clavier pour ce qu'il est vraiment. Toutefois DSI aurait effectivement pu soigner un peu mieux ses sons d'usine. (EDIT Mai 2014: les derniers OS ont donnés plus de punch aux patches d'usine qui ont été revus d'ailleurs pour la sortie du modèle Rack, et il n'y a pas photo, c'est nettement mieux!).
    Le son : il est plus enclun pour le tiède à froid, métallique doux à corrosif, complexe et percussif. Finalement c’est un peu cela que je cherchais pour de l’expérimental, electro industriel, electro-ambiant et wave. Mais j’imagine que ceux qui cherchent un son facile bien chaud, lisse et analogique ne s’y retrouvent pas directement. Toutefois il y a moyen de sortir des sons de nappes, bells ou keys assez sympas avec le bon fignolage, tout comme des sons d’atmos ou d’intros bien originaux et parfois super brutaux. Et genre analo aussi avec les bons réglages et en évitant d'utiliser les trucs trop digitaux comme les effets Decimation et Hack ou les formes d'ondes trop exotiques.

    AVIS GLOBAL

    Les moins bons points :
    Ce n’est pas un clavier du genre : j’allume, je prends un patch d’usine, zouuu j’ai un son Lead d’enfer et j’hallucine les amis. Et oui les patches... fait trouver les valables, mais finalement on n'achete pas une telle machine pour juste faire du patch d'usine (EDIT Mai 2014: les nouveaux patches sont nettement mieux)... le but est de faire travailler votre créativité.
    Les 4 délais, je n’y touche pas trop, sans doute que leur fonctionnement précis m’échappe encore (pourtant comme vous je sais utiliser ce genre d’effets), mais il y a des artefacts digitaux dès qu’ils dépassent un repeat de une seconde ET lorsque synchronisés sur le Midi (une explication est donnée dans le manuel). Soit, valable si vous préparez une maquette de son, et si de toute façon vous faites le processing effets en externe (Daw etc..), ce qui est mon cas. DSI aurait du donner un plus de largesse à cette section d’effets et y dédier plus de temps en développement.
    Lorsque l’on enclenche la synchronisation de l’oscillateur 1 sur le 4, il se crée un léger aliasing sur les hautes notes, (à partir de la sixième octave). Mais il faut ces deux conditions et écouter le son en solo pour l’entendre. Une fois dans le mix cet aliasing ne s’entend pas.
    Filter bleed : bon oui un peu, mais honnêtement cela ne m’a jamais agacé sur d’autres machines DSI.
    L’arpégiateur était basique, ca, ca m’agaçait ! J’aurais aimé un peu plus de sophistication, d’autant qu’avec ce bel écran OLED il y a moyen de faire quelque chose. Quelque chose programmable comme celui du Blofeld par exemple. Il manque également un MIDI out des notes de l’arpégiateur. (EDIT Mars 2014: effectivement, les derniers OS offrent plus de possibilités sur l'arpgégiateur et la clock est bien calée maintenant, OUF, il y moyen de travailler! ).
    Un manque dans le bas du spectre, mais on recolle en EQ dans le mix.
    Pas de séquenceur exhaustif (en fait il y en a un maintenant dans le bloc arpégiateur). Pas trop d’utilité pour moi (sauf dans le cadre d'un arpégiateur), étant donné que j’utilise des séquenceurs externes (Octatrack, MachineDrum ou mon DAW).
    Pas de Line IN : dito ci-dessus.
    J’aimerais aussi comme d'autres utilisateurs la gestion d’un double canal MIDI in et out pour les deux couches sons (EDIT: corrigé dans l'OS 1.0.2.11)

    Points positifs :
    Tu allumes, tu pars de rien et tu crées un son en ayant presque tout sous la main. Un plaisir à utiliser. Avec ses 4 oscillos + Sub oscillo et toutes les modulations imaginables, c’est vraiment très riche et profond en possibilités.
    La section Character est intéressante pour grossir et tailler les sons, mais ne pas abuser de trop de ces effets ensemble. La palette pour distorde les sons (distortions, drive, characters, modulation) est efficace.
    Mode unisson puissant, mais impossibilité de choisir un nombre de voies/voix donné, c’est soit tout (12 (ou 6 si deux sons sont activés), ou une.

    Conclusion :
    Yes, je suis satisfait, surtout grâce aux derniers OS qui rendent le P12 bien complet. Ce ne fut pas le coup de foudre ultime et absolu (comme pour mon Analog Four qui reste mon highlight pour 2013) mais il a trouvé sa place sonore dans mon set et finalement c’est ce dont j’avais besoin. Il faut prendre un peu de temps pour le dompter soniquement tout en ayant ses zones limites à l’oeuil. Mais une fois qu’on s’y met, les sons sont efficaces dans leur registre, très riche en textures et rapides à mettre au point (vraiment un plaisir d'ensuite faire varier avec les enveloppes et les modulations). Génial!
    Lire moins
  • minouagrifffeminouagrifffe

    une nouvelle daube sonore...

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 23/09/13 à 20:11
    Synthétiseur semi analogique signé dave smith, père du prophet 5. Très gros potentiel en terme de programmation. il y a beaucoup de choses pour faire mumuse. beaucoup de technologie embarquée mais sous le capot ça a le goût du numérique. L'impression première c'est plutôt 'la forêt qui cache l'arbre'. je cherche encore l'arbre (la douceur analogique est en option?). La finition du produit et la qualité de fabrication sont au rendez-vous. L'architecture sonore de la bête me fait penser tout de suite à la tempest. On décline certaines caractéristiques de celle-ci (écran, controleurs physiques). ça sonne assez raide et agressif. A fort volume, attention à vos monitors et vos oreilles.......
    Lire la suite
    Synthétiseur semi analogique signé dave smith, père du prophet 5. Très gros potentiel en terme de programmation. il y a beaucoup de choses pour faire mumuse. beaucoup de technologie embarquée mais sous le capot ça a le goût du numérique. L'impression première c'est plutôt 'la forêt qui cache l'arbre'. je cherche encore l'arbre (la douceur analogique est en option?). La finition du produit et la qualité de fabrication sont au rendez-vous. L'architecture sonore de la bête me fait penser tout de suite à la tempest. On décline certaines caractéristiques de celle-ci (écran, controleurs physiques). ça sonne assez raide et agressif. A fort volume, attention à vos monitors et vos oreilles. Prudence avec un casque! Dans quelques années, les marchands de prothèses auditives risquent fort de se frotter les mains avec ce genre d'instrument tueur d'oreilles. Pour les aficionados de musiques hardcore, Le prophet 12 va être leur petit bijoux de prédilection.

    UTILISATION

    synthétiseur parfait pour faire de la sic froide et distordue. une petite boite a rythme "tempest" en plus et vous êtes pret pour une 'rave party' en sibérie. pour les musiciens aux oreilles blindées, ce synthé conviendra parfaitement, pour élaborer des textures modulées très complexes. merci pour la matrice de modulation dave. mais beaucoup de boutons ne fait pas forcément plus plaisir. le syndrôme usine a gaz n'est pas loin. un prophet 5 c'est parfait. pourquoi aller chercher midi a quatorze heure!

    SONORITÉS

    c'est triste a dire mais le prophet 12 est à l'image de sa consoeur "tempest". Sacré dave, tu es bien le roi de l'amortissement technologique. C'est bien de penser aux musiciens peu fortunés. On décline les produits à tout va (prophet 8, tetra4, mopho...). le consommateur si retrouve financièrement parlant mais... on est en 2013 et les synthés d'aujourd'hui font pales figures devant leurs ancêtres des années 80. le prophet 12 a un son très désagréable ( froid, strident). certe il conviendra pour les amateurs de sons froids et durs (style techno). Le prophet 8, qui ne m'avait pas emballé non plus à sa sortie, pour n'avoir que le nom en commun avec son légendaire cousin (prophet 5), a un son plus interessant que son successeur à 12 voix ( Dave, merci d'avoir sorti le prophet 12 , maintenant je trouve le prophet 8 vraiment bien!). Et oui, plus de boutons et plus de paramètres ne font pas forcement plus de musicalité. Les amateurs de sonorités "année 80" seront déçus, la nouvelle génération de musicounets friands de sonorités acides, sera ravie. Bien réfléchir avant de mettre 2600 euros dans du synthé/hardware qui sonne moins bien que du synthé/software coutant 200 euros. évitez d'acheter "chat dans la poche". Moralité: ça ne sert à rien d'avoir une belle femme dans son lit si on ne prend jamais son pied avec. Mieux vaut caresser son chat et le faire ronronner comme un bon vieux vco bien chaud.




    AVIS GLOBAL

    c'est triste a voir. un ingénieur capable d' élaborer une machine sublime (prophet 5), nous pondre une machine magnifique d'aspect mais qui a un rendu audio décevant. Faire des compromis sur la qualité audio d'une machine pour en vendre plus et baisser les coûts de fabrication c'est bien pour l'économie mais il nous faudrait des porte-monnaies à la place des oreilles pour que cela fonctionne. Produire moins cher pour vendre plus... tout part en sucette! L'avantage de tout cela: mettre en avant les qualités sonores de certaines machines souvent sous estimées (roland d110, roland jd 800, roland alpha juno...). faute de grives on mange des merles. on nous laisse pas le choix. va falloir encore s'acheter des vieux coucous analogiques (prophet 5, jupiter 8... ) pour obtenir "LE SON". si vous préférez mettre vos sous dans du synthé plus récent, mieux vaut lorgner sur un andromeda, ou un prophet 8. Si c'est pour balancer 2600 euros dans une machine avec de la personnalité, économisez un peu plus longtemps et prenez vous un solaris (john bowen). c'est aussi de la commande numérique par dsp, mais le son est plus intéressant. une machine qui réunit a elle seule un prophet 5, prophet vs, table d'onde, oberheim, moog. un synthé story a lui tout seul. les nombreuses démos de ses sons sur le net ne laissent pas indifférentes. Pour les personnes qui ont goûté à l'excellence (prophet 5, obx, synthex, emu II & III...), le prophet 12 leurs paraîtra bien fade.
    Allez dave, j'attends que tu nous fasses un vrai prophet 5. Pas grave si ça coûte 6000 euros à la sortie (tu n'as pas l'air d'aimer faire 2 fois la même chose). J'espère que je ne serais pas mort d'ici là. Si vous avez les moyens, le prophet 12 est à acheter pour l'admirer dans un coin. pour le reste il faudra du courage pour être inspiré par ses sons. A force de sortir tous les ans un synthé DSI, on aura peut être la chance au bout du compte d'avoir un synthé qui tient la route. j'espère que le futur prophet 24 sera plus intéressant. Allez! je retourne chez mon ami YAMAHA avec son bon vieux DX7, si c'est pour avoir des bonnes basses numériques FM, je préfère ça qu'un P12. Les 2 choses positives du prophet 12: il est très beau...il n'est pas cher. Encore heureux! Vu que ça ne casse pas des briques. il n'y a pas de quoi fouetter un chat.
    La tempest je déteste,
    Le prophet 12 c'est une bouse,
    Tant pis,
    J'attendrais le prochain dsi,
    Peut être que ça sera une tuerie.
    Lire moins
  • Mr KayMr Kay

    Je module, donc je suis.

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 21/09/13 à 15:00
    1 photo
    - Synthétiseur hybride, 61 touches, polyphonique (jusqu'à 12 voies) et bi-timbral
    - Quatre oscillos par voie + un sub oscillateur (onde sïnusoide une octave en dessous de l'oscillateur 1)
    - Formes d'ondes "analogiques" (dent de scie, carré, triangle, sinusoïde), tables d'ondes, trois générateurs de bruit
    - FM/AM
    - Filtres analogiques passe-haut et passe-bas
    - Quatre LFO paramétrables, quatre enveloppes bouclables dont deux assignables
    - Section "character" (EQ, overdrive, bit reduction héritée du PEK), feedback, distorsion
    - 4 delays (qu'on peut transformer en chorus/flange/reverb en modulant la durée)
    - Matrice de modulation
    - Arpégiateur.
    Je suis les DSI depuis un certain nombre......
    Lire la suite
    - Synthétiseur hybride, 61 touches, polyphonique (jusqu'à 12 voies) et bi-timbral
    - Quatre oscillos par voie + un sub oscillateur (onde sïnusoide une octave en dessous de l'oscillateur 1)
    - Formes d'ondes "analogiques" (dent de scie, carré, triangle, sinusoïde), tables d'ondes, trois générateurs de bruit
    - FM/AM
    - Filtres analogiques passe-haut et passe-bas
    - Quatre LFO paramétrables, quatre enveloppes bouclables dont deux assignables
    - Section "character" (EQ, overdrive, bit reduction héritée du PEK), feedback, distorsion
    - 4 delays (qu'on peut transformer en chorus/flange/reverb en modulant la durée)
    - Matrice de modulation
    - Arpégiateur.
    Je suis les DSI depuis un certain nombre d'années et il y a de sérieux progrès en matière de construction.
    Tirant la conséquence des expériences malheureuses sur le P'08 et le Poly Evolver, ils ont pris les devants et fait d'entrée de jeu la "pot edition", ne laissant des encodeurs crantés que sur certains paramètres, l'alimentation est interne.
    Le design général est plus homogène et du plus bel effet avec ses flancs et son dessous de clavier en bois. On sent d'entrée de jeu qu'on a affaire à une machine "de caractère".

    UTILISATION

    Comme la construction, l'ergonomie a fortement été améliorée par rapport aux modèles précédents et là on frise la perfection, je n'ai regardé le manuel qu'une fois ou deux.
    L'articulation entre les contrôles et l'écran OLED permet d'accéder rapidement à tous les paramètres de manière très fluide, sans se perdre dans les menus/sous-menus, un tour de force compte tenu de la richesse du moteur. Le clavier dispose également de deux sliders tactiles (provenant de la Tempest) que l'ont peut assigner à ce que l'on veut et munis d'un bouton "latch" permettant de figer la valeur.
    On appréciera également la touche "hold", qui permet de faire durer indéfiniment un accord, une loop d'arpégiatteur, laissant les deux mains libres pour tourner les potards et travailler finement les textures.
    Un autre point appréciable est que laisser appuyé un bouton d'un oscillo, d'une LFO ou d'un delay, permet de modifier individuellement un paramètre ou bien les quatre d'un coup, bien vu.
    Les boutons "show" et "revert param" sont aussi très appréciables pour comparer une valeur courante à celle du patch en mémoire et revenir en arrière si on sent qu'on commence à faire fausse route.
    La multi-timbralité est limitée à deux voix (mais ça me suffit, la dernière fois que j'ai vérifié, je n'avais toujours que deux mains!). On peut splitter le clavier ou bien empiler deux sons. Les deux couches sont paramétrables séparément et on peut les copier d'un patch à l'autre, très pratique pour recombiner les sons, expérimenter...

    EDIT 01/11/2013 : les mises à jour de l'OS ( dernière en date v1.0.3.0), corrigent des bugs et améliorent la fluidité : le P'12 a maintenant une chose que j'appréciais beaucoup sur mon Blofeld : les encodeurs sont maintenant sensibles à la vitesse de rotation, salutaire pour certains paramètres nécessitant jusque là des tours et des tours (le pitch quand on synchronise les oscillos, la durée des delays, la fréquence des LFO...).



    SONORITÉS

    C'est un synthétiseur, donc pour les sons "réalistes", à oublier d'urgence.
    Certains vont râler car les oscillos sont numériques, les habituels DCO de chez DSI étant présents dans les entrailles de la machine, mais inhibés pour laisser la place à des Sharc haute résolution (visiblement les mêmes que sur le Solaris). Mais à l'usage et en comparant avec mon petit Mopho Kb à côté, les raisons me semblent assez évidentes :
    - on a l'onde sinusoïdale (bien pour les sonorités douces et les basses profondes)
    - le paramètre "slop" (simulant le comportement d'un VCO) est bien plus efficace et individuel par oscillo, on peut aussi l'appliquer aux tables d'ondes
    - la modulation de largeur d'impulsion n'est plus limitée à la seule onde carrée
    - on a la FM, techniquement impossible sur les DCO utilisés par DSI
    A noter que ce choix technique résout le fameux problème du "filter Bleed" (un peu de son qui passe même quand le filtre est complètement fermé), j'ai fait des essais à la demande de certains utilisateurs, il y en a encore un tout petit peu, mais c'est insignifiant comparé à mon Mopho en sachant que le "saignement" de ce dernier est imperceptible dans mes conditions normales d'utilisation.
    Petit conseil, faire attention au master avant de pousser franchement le feedback ou d'activer le mode unisson!
    A l'arrivée, on a un véritable caméléon, pouvant faire du bon gros son bien gras, des nappes majestueuses, les sons ombrageux typiquement "prophétiens", le son plus droit que je pouvais avoir sur mon Nord 2X et bien d'autres choses de fou qu'on peut obtenir en empilant les oscillos, les couches et en modulant tout ça dans tous les sens (comme tout DSI qui se respecte, le P'12 est une orgie modulatoire).

    EDIT 01/11/2013 : à la lecture des autres avis, je précise que mes achats récents avant le P'12 étaient des monstres à modulation, dont un autre DSI, j'avais donc encore fraîchement en tête les ficelles adéquates pour "attaquer" le P'12 de front et parvenir à mes fins.
    Pour ceux qui se plaignent d'avoir du mal à faire des sons vintage, je suggèrerais de creuser du côté des modulation de la largeur d'impulsion, les paramètres "slop" et "drive" pour contrebalancer le filtre (les filtres Curtis ne sont de toute manière pas l'idéal pour faire du son typé Moog)

    EDIT 10/02/2014 : Le "slop" est à présent une destination de modulation et les lignes de delay bénéficient maintenant de leur propre filtre, bien vu!


    AVIS GLOBAL

    J'ai cette machine depuis maintenant un mois et demie, il est probable que je revienne plus tard, quand j'aurai davantage exploré et que l'OS sera pleinement achevé (des MaJ sont dans les tuyaux, avec des corrections de bugs mineurs et peut-être l'ajout de fonctionnalités supplémentaires).
    Je fais des musiques "froides" (post-punk, industriel), j'ai longtemps eu un tandem MS-2000/Nord2X et j'étais depuis un certain temps en quête d'une machine pour leur succéder, j'ai adoré le Poly Evolver, mais j'étais très frustré par la limitation à quatre voix de polyphonie (comme le MS), le Prophet'08 ne m'avait lui guère emballé. Le Nord Wave m'avait bien plu, mais il avait certaines limitations...
    Plus récemment, j'ai essayé un King Korg, mais je n'aurais pas changé mon MS-2000 contre ce synthé là tant l'ergonomie est en retrait. Je n'ai pas non-plus été convaincu par le Nord Lead 4 car au prix demandé, j'aurais trouvé plus pertinent un Nord Wave II corrigeant les principaux défauts du premier.
    Et puis ce jour là, il y avait un Poly Evolver dans la boutique, me rappelant que des synthés que j'ai pu essayer jusque là, c'était de loin mon préféré. Sachant que le Prophet 12 en reprend le gros des préceptes, j'ai pris le risque d'en commander un sans l'avoir essayé.
    Si j'ai des regrets, c'est l'abandon du séquenceur, mais des évolutions de l'OS pour enrichir l'arpégiateur semblent envisagées, et puis on peut envisager d'utiliser un Doepfer Dark Time, bien plus intuitif que le séquenceur habituellement embarqué sur les DSI. J'aurais aussi apprécié la possibilité de mettre les deux filtres en parallèle pour me monter un filtre coupe-bande ("notch").
    La machine n'est pas donnée, mais, ça reste très raisonnable pour un synthé de ce calibre et fabriqué en petite série aux US (en intégrant l'inflation, le prix demandé aujourd'hui est celui d'un Juno 106 à sa sortie). Donc si c'était à refaire, ce serait sans hésiter.

    EDIT 01/11/2013 : Une nouvelle mise à jour de l'OS (v1.0.1.5) corrige des bugs mineurs et l'ergonomie gagne encore un peu plus en fluidité, en attendant des amélioration de l'arpégiateur, cette fois visiblement en route.

    EDIT 10/02/2014 : Une mise à jour de l'OS a apporté le séquenceur tant attendu et articulé avec l'arpégiateur, il permet de bien délirer.
    Lire moins
  • alcoolsalcools

    Un vrai instrument (edit au 8/09/2013)

    Dave Smith Instruments Prophet 12Publié le 04/09/13 à 21:12
    1 photo
    Quel type de clavier (synthé, piano...) ? Combien d'octaves ? Quels contrôleurs (pitch, modulation, sustain...) ? Quelle connectique (Audio, MIDI, pédales...) ? Combien de sons, d'effets ? Quels styles ? Sont-ils éditables ? Via un utilitaire Mac/PC ? Quelle polyphonie ? ...

    Ceci est un premier avis vite fait que je completerai par la suite et je comparerai un peu a la serie Nord Lead, sachant que bcp hesitent avec le NL4.

    Pour les caracteristiques, telechargez la doc. Pour le prix, soyez pas surpris, le P12 s est retrouvé a 2449€ presque partout pendant 1 mois au debut des précommandes et je l ai acheté a ce moment là avant qu il ne remonte.

    Toutes les fonctions sont facilement......
    Lire la suite
    Quel type de clavier (synthé, piano...) ? Combien d'octaves ? Quels contrôleurs (pitch, modulation, sustain...) ? Quelle connectique (Audio, MIDI, pédales...) ? Combien de sons, d'effets ? Quels styles ? Sont-ils éditables ? Via un utilitaire Mac/PC ? Quelle polyphonie ? ...

    Ceci est un premier avis vite fait que je completerai par la suite et je comparerai un peu a la serie Nord Lead, sachant que bcp hesitent avec le NL4.

    Pour les caracteristiques, telechargez la doc. Pour le prix, soyez pas surpris, le P12 s est retrouvé a 2449€ presque partout pendant 1 mois au debut des précommandes et je l ai acheté a ce moment là avant qu il ne remonte.

    Toutes les fonctions sont facilement accessibles, pas de touche "shift" comme les Nord. Certain reglages se font tout de meme par les 4 encodeurs au dessus de l'ecran (topissime au passage) mais on accede au bon menu en tournant un potard lié a la fonction (appuyez sur un bouton osc et le menu osc apparait), donc besoin d une seule main en live (reproche que je fais aux Nord avec le Shift).

    4 osc + 1 sub, contre 2 osc pour le NL4. De même, 4 LFO pour le P12 et 2 pour le NL4.

    Tous les effets (character et delay) sont cumulables (pas sur le NL4 qui oblige à choisir 1 effet dans la section que j'appelerai "Caractère" (bitcrusher, comb,...)) et indépendants si utilisation de 2 sons en meme temps en split ou stack. Un bon chorus voire aussi un phaser auraient en revanche pas été de refus.

    UTILISATION

    La configuration générale est-elle simple ? L'édition des sons ou des effets est-elle facile ? Le manuel est-il clair et suffisant ? ...

    Super intuitif (encore plus que le Nord Lead 4 à mon gout. Les 2 sont excellents dans ce domaine, mais l'absence de double sérégraphie rendue obligatoire chez Nord a cause des doubles fonctions pilotees par Shift, rend le tableau bord plus lisible sur le P12). Les potard sont agreables, le clavier répond bien, l'aftertouch est bien progressif (absent sur le NL4 !!!), tout ça semble bien costaud. Le P12 est plutot compact et reste leger mais avantage evident au NL4 sur la transportabilité (une octave en moins tout de meme sur le NL).

    Les sons s'éditent donc avec une grande simplicité, meme si le manuel n est pas traduit en français, d autant que celui ci est franchement succint.

    Une des grosses difference entre un NL et le P12 (a mon avis) est la partie modulation. Sur les NL, il suffit de lire le panneau pour voir ce qui peut etre modulé ou est en train de l etre : visuel et simple effectivement, mais tres limité dans les possibilités. Sur le P12, presque tout peut se faire moduler par presque tout (bienvenu l'écran ! ), et on peut assigner jusqu'a 20 modulations par son, ce qui permet de faire des sons vraiment évolutifs et riches, tout ceci avec une tres grande simplicité (pas besoin de lire la doc).

    Bon, c l heure de l apérot, je finirai plus tard !-D
    ---> Allez je reprends (même si pas motivé, car juste pendant la nuit, il y en a déjà un qui a déclaré mon avis inutile alors que personne n'en n'a encore mis ! ).

    Une autre grosse différence est la NON multitimbralité du P12 face au NL4 qui a 4 canaux midi pour ses 4 slots. On peut bien effectuer un split sur le P12, mais il n'y a toujours qu'un seul canal midi (donc ne comptez pas piloter juste un des 2 sons par midi par exemple). De plus, nombreux sont les sons d'usine qui utilisent le mode Stack (les 2 sons sont fusionnés en layer) et un split dénature alors le son (si vous ne comptez pas trop utiliser les presets d'usine, cela ne posera pas de problème).

    L'avantage de la multitimbralité confère au NL4 un avantage évident, même en jeu live, car vous avez au final 4 sons différents sous la main, d'autant que Nord est très intuitif pour le zap des slots.

    Faute de multitimbralité, on est souvent tenté d utiliser les 2 sons en stack (autant amortir ! 4osc pour rien, ça serait domage), et DSI serait inspiré de mettre a jour le P12 afin de pouvoir synchroniser les 2 sons : Par exemple, pas moyen d utiliser le tap tempo pour adapter le delay des 2 sons en meme temps, il faut regler le tempo du son 1 puis celui du son 2. En mode stack, c est un vrai probleme pour le live et une grande perte de temps. Meme histoire pour les LFO, si les 2 sons doivent se compléter, il y a fort à parier pour que les tempos soient les memes.

    SONORITÉS

    Les sons conviennent-ils à votre style de musique ? Sont-ils réalistes ? Les effets sont-ils efficaces et adaptés ? L'expression est-elle bonne ? (réaction à la vélocité, à l'aftertouch) ? Quelles sont les sonorités que vous préférez, que vous détestez ? ...

    Je ne ferai pas de comparatif sonore n'ayant joué sur un NL4 que 20 minutes dans un magasin, et le son est souvent une question de goût ou de presets plus ou moins heureux.

    Mes impressions (à confirmer avec le temps) :
    L'édition super intuitive permet de trouver un son "simple" très rapidement, ou obtenir des sons super modulés facilement si on prend le temps. Mon impression immédiate est que ce P12 ne sonne pas très analo (j'ai même racheté mon Tetr4 que j'avais prématurément vendu et c'est loin de sonner pareil même si c'est la même marque). Bien sûr, on peut émuler beaucoup de vieux sons comme tout VA qui se respecte, mais on sent que la machine est faite pour explorer, les textures, les pads, les sons percussifs, tout ce qui tourne autour du bitcrusher, qui grrrrr, qui pfffff ou zzzzz. Il est très facile d'obtenir de gros sons (en même temps, si on mélange en stack 2 sons ayant chacun 4 OSC + 1 Sub, ça commence à faire) et la matrice de modulation est tellement bien faite qu'on se prend vite au jeu d'empiler les modulations.

    En jeu en groupe (live donc), j'ai en revanche l'impression qu'il a un peu de mal à sortir du mix (chose que les Nord font très bien) mais il passe actuellement par mon G2 (sans modification à part les destructions dûes aux convertisseurs A/N N/A du G2) et y perd au passage un peu de dynamique et le son est "moins plein". Dès la semaine prochaine, je rentrerai direct dans la table et on verra si ce point évolue.

    AVIS GLOBAL

    Je l'ai eu dès le lancement (le numéro 104 si je me trompe pas) mais je suis encore dans la période découverte et émerveillement, donc je n'ai pas assez de recul pour donner un avis ferme et définitif ; j'en donne un rapide car je sais que nombreux sont ceux qui hésitent en ce moment.

    Pour conclure, j'en suis pour l'instant très content, ce synthé donne envie de jouer et de faire ses propres sons (alors que je suis habituellement plus motivé à modifier des presets que de les créer de zéro). Je sais, je cache ma joie, mais je me suis plusieurs fois emballé au début pour etre finalement vite deçu (Virus TI ou Nord Lead 3 par exemple).

    Pour la conclusion sur la comparaison P12 / NL4, je mets déjà ça en avant :
    - 4 osc + 1 sub, contre 2 osc pour le NL4.
    - 4 LFO pour le P12 et 2 pour le NL4.
    - Presque tout est modulable par presque tout sur le P12, les destinations de modulations sont très limitées sur le NL4.
    Ces 3 éléments doivent faire comprendre une différence technique insurmontable entre ces 2 synthés. Il sera fatalement possible au P12 de faire des sons plus riches que sur le NL4, et ceci peut déjà vous orienter en fonction de ce que vous souhaitez obtenir de votre nouveau synthé.

    Je suis allé essayer le NL4 hier (raison de mon édit du 8/09/2013), et ça a plutot confirmer ce que j'imaginais.

    Le NL4 est moins intuitif car les doubles fonctions s'empilent, la sérégraphie est chargée, l'organisation des potards ne me semble pas couler de source, il faudrait en fait que Nord augmente désormais le nombre de boutons/potards pour revenir à leur esprit d'origine : 1 bouton = 1 fonction. Très déçu aussi par le delay : Primo, pas de ping-pong stéréo, secondo, il y a juste 3-4 préréglages de feedback donc aucune finesse de réglage sur ce point crutial et pas de feedback infini. Le Bitcrusher n'est pas assez progressif pour rester aisément musical et détruit le son presque illico alors que celui du P12 est un bonheur. L'absence d'aftertouch que j'utlise beaucoup est aussi une lacune qui me sidère. Pour compenser un peu les faiblesses de modulations du NL4, je trouve aussi dommage que les groupes Morph ne puissent pas être modulés par les LFO. Impensable aussi : Pas d'écran sur le NL4; vous devrez ainsi vous souvenir que vous avez adoré le son 68 de la bank 2, par exemple ! Les sources de controle sont aussi trop réduite (Vélocité et Wheel/pédal, ces 2 dernières contrôlant la même chose); c'est du gâchis quand on connais l'efficacité des groupes morph chez Nord.

    Quelques avantages tout de même au NL4. La section filtre est vraiment très bonne et cloue le bec au débat analo/VA (si je pouvais avoir la même sur mon P12... je veux même bien en sacrifier 2 dans l'échange). La transportabilité car le NL4 est vraiment petit/léger, il fait presque jouet. Les groupes morph sont un atout indéniable de Nord. On peut en créer sur le P12 grace à la matrice de modulation, mais c'est moins intuitif et on n'a pas une vision immédiate sur le tableau de bord de ce qui est affecté, mais en revanche, on a bien + de sources de controle que sur le NL4 (ne serait-ce que l'aftertouch ou les 2 sliders tactiles). J'ai bien aimé les effets TALK, et la présence d'un compresseur peut se révéler utile au niveau sonore. Et enfin, les 4 slots sont un avantage indéniable sur le P12.

    En fait, pour le mec qui programme quasiment pas et s'éclatent uniquement sur le filtre, le NL4 me semble le + adapté. Pour les autres (les bosseurs quoi !), ça dépend de ce qu'on veut faire. Mais pour la première catégorie, le P12 leur donnera peut-être envie de voir un peu plus loin que le bout de leur filtre grace à son tableau de bord boutonneux très bien organisé, justement !

    Je précise que je n'ai rien contre Nord (Regardez mon matos actuel et passé pour vous en rendre compte) et ce n'est que mon avis (motivé par certain données techniques bien réelles).

    Petit mot sur la housse DSI : le constructeur (Mono) la vend en direct beaucoup moins cher, il lui manque juste le repiquage du logo. Cette housse est bien conçue, semble solide et bien protéger. Qualitativement, c est dans l esprit d une housse Nord, voire meme un peu mieux. Mais le rangement avant est petit donc ne prevoyez pas d y mettre un effet format demi rack 1 U. Le port en sac a dos est plutot bien fait et confortable (sur courte distance bien sur, la bete pesant tout de meme 12kg).
    Lire moins
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives. Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus). Pour personnaliser vos cookies, merci de cliquer ici.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.
Préférences du site
Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).
Connexion
C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.
Analytics
Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.