Yamaha Montage 8
+
Yamaha Montage 8

Montage 8, Clavier synthétiseur numérique de la marque Yamaha appartenant à la série Montage.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Yamaha Montage 8

Note moyenne :5.0(5/5 sur 1 avis)
 1 avis100 %
Cible :Utilisateurs avertisRapport qualité/prix :Correct
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?Demander un nouvel avis
Comparer les prix
Les Tuilières02/04/2017

L'avis de Les Tuilières"Sons superbes, ergonomie fort bien pensée pour la scène"

Yamaha Montage 8
J'ai acheté la version Montage 8. Déjà le toucher est très agréable, techniquement on peut faire ce que l'on veut. Plus léger qu'un toucher piano mais il répond parfaitement.
Le gros plus, c'est la dynamique énorme que l'on obtient avec ce clavier. Un choix de plusieurs courbes de vélocité est proposé. On arrive à faire d'excellentes nuances. On peut passer d'un PP où l'on ne perçoit plus que la trace du son à une attaque nette et FF.
Les LIVESET sont hyper pratiques pour préparer ses concerts. Une fois qu'on a en main le concept, c'est génial. L'écran tactile répond très bien (pourtant j'ai souvent du mal avec le tactile, à part l'iPad).
Sinon, ne pas faire comme certains une fixation sur le gros bouton central. Il peut immédiatement se gérer avec une pédale FC7 (qui laisse malgré tout la possibilité d'en avoir une 2ème connectée), si il gène il peut s'éteindre dans les préférences et finalement, avoir le tempo en visuel en commençant un titre ça peut bien aider. Et puis le morphing, but n°1 de ce super knob que je connaissais déjà avec Nord prend ici encore plus de paramètres en compte.
Autre point fort, passer d'une performance à l'autre sans coupure de son, en tenant les notes, c'est quand même formidable.
Question solidité, évidemment un instrument à 4000 boules on y fait super gaffe, limite maniaque. J'ai d'emblée acheté la housse Yamaha dédiée, elle est top, super qualité des fermetures éclairs, 3 poignées, de bonnes roulettes doubles et système de sangle qui fait que le tout se transporte sans se casser (trop) le dos. venant d'un Nord Stage à 20kg, j'avais peur en ajoutant 10kg de plus mais ça se passe finalement plutôt bien.
J'ai aussi acquis une housse Gator pour le protéger de la poussière après chaque utilisation.
Mais c'est du solide, réputation Yam habituelle, chaque prise ou port est maintenu par une vis au chassis. Le revêtement de la planche de bord ne craint pas les salissures. Seuls les flancs en plastoc paraissent frêles, ça vaut pas les flancs en bois c'est sûr.
Je regrette juste la prise en main lors des manutentions, pas vraiment d'encrage pour les doigts et le clavier appuie un peu fort contre la hanche, j'ai parfois peur d'abîmer les touches.
En vrac :
-Indications des ports visibles par dessus de manière à plugger sans être obligé de passer derrière, petit détail mais on gagne du temps.
-Ecran tactile parfaitement lisible, bien incliné avec 2 polices de grosseurs différentes au choix et des couleurs !
-Un petit bip qui aide aux sélections tactiles, que l'on peu débrayer.
-Presque toutes les commandes tactiles basiques sont doublées par les boutons
-A propos des boutons, ils ont le clic précis et sont assez ergonomiques en étant moins sensibles que ceux de Nord pour exemple).
-Le système d'éclairage des boutons (éteint ou à 2 intensités) est très bien vu.
-Des sorties TRS symétriques (soit 2 jacks monos soit 2 adaptateurs Jack-XLR pour profiter du "balanced").
-L'entrée audio stéréo, avec son propre bouton et son potard de gain routable dans les effets du montage et dans les sorties subsidiaires, bonjour les possibilités !!
-Plusieurs possibilités de gestion de pédales de sustain (dont la demi-pédale). Par contre il faut que ce soit une pédale à contact ouvert, c'est à dire circuit fermé quand la pédale est au repos, l'inter doit s'ouvrir lorsqu'on appuie sur la pédale.
-Système d'auto-power off, programmable et débrayable : qui agit physiquement sur le bouton d'allumage, au début j'ai cru que j'avais Alzheimer...
T'allumes ton synthé en basculant le bouton, tu reviens le synthé est éteint avec le bouton power re-basculé de l'autre côté. Belle farce !

Concernant le son, on sent que les convertisseurs ont été particulièrement soignés, on entend TOUT !
8 layers possibles pour une seule sonorité, déjà avec 2 ou 3 ça devient la tuerie.
Je pense que le niveau de programmation demandé pour tirer pleinement partie des possibilités sonores ouvrira la porte à des ventes de sons, de bibliothèques. Mais qui peut le plus, peut le moins, on peut entrer soi-même dans les innombrables possibilités de la machine mais ON N'Y EST PAS OBLIGE!
Je trouve quand même que les ingé de Yamaha ont exagéré dans les paramètres, c'est de la folie !
Alors ok, on peut dire que c'est cher comparé à du VST, Kontakt etc... Mais je me vois pas avec un MacBook + carte son + clavier maitre débarquer sur scène.
Le Montage a ce côté polyvalent: instrument direct 100Ù fiable pour les prestas et multipiste 16 voies sans freiner son DAW une fois au studio.
On a pas toujours le dernier Mac ou PC à disposition.

Par contre, il ne faut pas penser utiliser ce synthé totalement au bout d'1/4 d'heure. C'est pas le PSR du gamin, il faut prendre le temps de suivre les tutos (merci Moessieurs au passage), de bien lire le manuel de référence, même le manuel de premiers pas.
Si vous avez tendance à jeter l'éponge dès la première utilisation alors non, l'instrument n'est pas fait pour vous.

Attention aussi, il faut soigner la chaine de restitution sonore. Pas la peine de sortir sur un ampli cube pourri. C'est comme boire un Bordeaux millésimé dans un gobelet en plastoc.

Je reviendrai sans doute inscrire d'autres remarques plus tard, je ne l'ai que depuis 1 mois. Je suis loin d'avoir encore tout découvert.