Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Behringer B-Control Deejay BCD3000
Photos
1/101

Test de la BCD3000 de Behringer

Interface audio DJ de la marque Behringer appartenant à la série B-Control

test
DJ Behringer aux platines

Behringer, qui avait déjà mis un pied dans le monde du DJing avec la BCD2000, revient à la charge avec une nouvelle version qui a pour principale nouveauté d’être livrée avec une version allégée du célèbre logiciel de Native Instrument : Traktor. Le mariage des deux compatriotes allemands est-il une réussite ? C’est ce que nous allons voir dans ce test…

Behrin­ger, qui avait déjà mis un pied dans le monde du DJing avec la BCD2000, revient à la charge avec une nouvelle version qui a pour prin­ci­pale nouveauté d’être livrée avec une version allé­gée du célèbre logi­ciel de Native Instru­ment : Trak­tor. Le mariage des deux compa­triotes alle­mands est-il une réus­site ? C’est ce que nous allons voir dans ce test…

 

C’est un fait, l’in­for­ma­tique fait petit à petit son trou chez les DJs amateurs ou profes­sion­nels, et Behrin­ger l’a compris. Même si l’in­sta­bi­lité de certaines confi­gu­ra­tions à base de PC asth­ma­tiques donne de temps en temps quelques sueurs froides, il faut avouer qu’uti­li­ser un ordi­na­teur au centre de sa confi­gu­ra­tion a bien des avan­tages : ne plus avoir à trans­por­ter ses kilos de vinyles, une recherche plus rapide et aisée au sein de sa disco­thèque, une synchro­ni­sa­tion des tempi simpli­fiée, etc. Certes, on perd le toucher souvent sensuel des bons vieux disques noirs, mais certaines inter­faces tentent de recréer le côté acces­sible et effi­cace qui fait parfois défaut à l’ou­til infor­ma­tique.

Ya du monde dans la boîte?

BCD3000

Au débal­lage, on découvre une jolie boîte noire ressem­blant forte­ment à sa grande sœur, la BFD2000 : à première vue seule la couleur diffère. Mais un petit logo attire de suite mon atten­tion : ‘Trak­tor LE enabled’. C’est donc ici que se situe la prin­ci­pale nouveauté et elle est de taille : le logi­ciel s’est taillé une belle répu­ta­tion dans le milieu et ce n’est pas un hasard… Le poids de la bébête est correct et elle semble bien assez lourde pour rester en place. Pour assu­rer une bonne stabi­lité, Behrin­ger a pensé à four­nir des petits morceaux de caou­tchouc qu’il faudra coller sous les pieds de la BCD3000. Malheu­reu­se­ment, ce système s’avère très peu effi­cace : au bout de 30 minutes d’uti­li­sa­tion, j’avais déjà perdu un morceau et la table s’est mise à glis­ser telle Surya Bonaly sur la pati­noire des Jeux olym­piques d’Al­bert­ville. C’est donc un premier mauvais point, vous n’au­rez plus qu’à jouer au McGy­ver et sortir de la glue surpuis­sante afin de fixer vos pieds en caou­tchouc faits maison.

Mis à part les jogs qui sont en caou­tchouc, le reste est fait de plas­tique mat et est assez agréable. Les faders linéaires n’ont pas tous la même résis­tance : le cross­fa­der et les faders de volume sont assez lâches tandis que les varia­teurs de tempo se révèlent plutôt durs, c’est un très bon point. Mention très bien pour les enco­deurs rota­tifs qui respirent la qualité. J’émets cepen­dant une réserve à propos des switchs qui font quant à eux un peu cheap…

Le manuel est assez succinct, mais poly­glotte et fina­le­ment plutôt bien fait. Il faut aimer l’usage du tutoie­ment qui fait un peu ‘toi le jeune qui veut mixer dans les soirées’… En tout cas, toutes les possi­bi­li­tés de routing sont expliquées et même les câblages d’un XLR et d’un jack 6.35mm sont sché­ma­ti­sés ! Bravo profes­seur Behri, les jeunes ont soif de connais­sance.

 

Mieux potard que jamais

Potards

La surface se compose de cinq grandes parties : une pour chacun des deux lecteurs virtuels de Trak­tor, une pour contrô­ler les effets, une pour l’en­trée micro et enfin une pour la partie Master (volume géné­ral, casque et mix).

Au niveau de l’en­trée micro, on peut contrô­ler son volume, et régler le niveau des hautes et basses fréquences grâce au petit égali­seur inté­gré. On retrouve aussi une LED ‘clip’ qui s’al­lume lorsque qu’il y a satu­ra­tion en entrée. Deux switchs ‘Ext IN A’ et ‘Ext IN B’ permettent de bascu­ler vers les entrées analo­giques situées derrière la console. Vous pour­rez y bran­cher votre lecteur CD ou vos platines vinyles. À partir de là, vous pour­rez mixer un vinyle avec un lecteur de Trak­tor, ou encore un vinyle avec un CD, etc.  Sachez néan­moins que vous ne pour­rez pas bran­cher de lecteur CD sur l’en­trée A car seule l’en­trée B possède un switch phono / line.

La section de contrôle d’ef­fets comporte 4 enco­deurs rota­tifs permet­tant de contrô­ler direc­te­ment les para­mètres des effets inté­grés de Trak­tor. Un switch sert à acti­ver / désac­ti­ver la section d’ef­fet, deux autres switchs sont là pour passer à l’ef­fet suivant ou précé­dent et enfin un bouton dénommé ‘action’ dont la fonc­tion diffère suivant l’ef­fet sélec­tionné.

La section ‘Out­put’ regroupe trois poten­tio­mètres : ‘Mas­ter output’ (volume géné­ral), ‘Phones Vol’ (volume du casque) et ‘Phone Mix’ qui permet de régler le mix entre le signal Master et le signal Moni­tor. On pourra choi­sir de router vers le circuit de pré écoute l’une des deux (ou les deux) platines de Trak­tor grâce aux deux boutons Cue A et Cue B.

J’suis pas une blonde platine, DJ!

Fader

Passons main­te­nant au cœur de l’in­ter­face : le contrôle des platines virtuelles de Trak­tor ! On retrouve trois poten­tio­mètres d’éga­li­sa­tion : grave, médiums et aigu avec leurs boutons ‘kill’ respec­tifs. Ces derniers permettent de couper brusque­ment une bande de fréquence, ce qui peut faire son effet quand ils sont bien utili­sés. Au niveau des faders linéaires, on a le clas­sique fader de volume, le varia­teur de vitesse et l’ir­rem­plaçable cross­fa­der. Au dessus du varia­teur de vitesse, on a deux touches ‘bend’ (+ et -) qui permettent d’ac­cé­lé­rer ou ralen­tir le morceau afin de faire corres­pondre les rythmes de deux morceaux. Si vous voulez recher­cher rapi­de­ment un passage dans un titre, des boutons ‘sear­ch’ sont à vos dispo­si­tions au dessus du varia­teur. Pour ce qui est des outils de trans­port, on retrouve le jog wheel, une touche ‘play’ et ‘cue’. On pourra direc­te­ment défi­nir le point cue grâce au bouton ‘set cue’. La touche ‘set loop’ permet­tra de défi­nir le début d’une boucle de 4 temps. Si l’on appuie une deuxième fois sur cette touche, on arrête sa lecture. La boucle que l’on aura défi­nie précé­dem­ment pourra être rappe­lée plus tard via la touche ‘reloop’. La touche ‘sync’ vous sera très utile, car elle synchro­ni­sera auto­ma­tique­ment les deux lecteurs de Trak­tor. Calez les disques en un clin d’œil ! Enfin, le bouton ‘scrat­ch’ permet de simu­ler l’ac­cé­lé­ra­tion et le ralen­tis­se­ment d’un disque vinyle.

Après avoir fait le tour de la surface de contrôle, il est temps de retour­ner la console et de voir les diffé­rentes connexions audio dispo­nibles. On retrouve une entrée micro au format XLR (c’est mieux qu’un simple jack 6.35mm), deux entrées RCA avec masse pour platine vinyle. L’une des deux (la B) est swit­chable en niveau ligne pour y bran­cher un lecteur de CD par exemple. La sortie géné­rale ‘Mas­ter’ est aussi en RCA. Pour finir, une prise pour la liai­son USB avec l’or­di­na­teur et une prise d’ali­men­ta­tion.

Voyons main­te­nant ce qu’il se passe au niveau logi­ciel…

Dark Fader

Connecteurs

Suite à l’ins­tal­la­tion du driver de la BCD3000, appa­raît une fenêtre de confi­gu­ra­tion permet­tant de régler, pour le driver ASIO, la taille du buffer (et donc le temps de latence de l’in­ter­face audio), de choi­sir entre le niveau micro et le niveau ligne sur l’en­trée A, et de choi­sir la sortie physique (1–2 ou 3–4) du master et du casque. Un page pour le driver WDM/MME est dispo­nible et une autre pour le MIDI permet de passer du mode stan­dard (toggle off : dès qu’on relâche la touche, on revient à la valeur d’ori­gine) au mode avancé (toggle on : il faut dans ce cas là réap­puyer une seconde fois sur la touche pour reve­nir au para­mètre initial).

Après avoir lancé Trak­tor LE, on voit appa­raître une boîte de dialogue propo­sant d’ache­ter, à prix préfé­ren­tiel bien sûr (99€), la version complète du logi­ciel. Pour les inté­res­sés, sachez que cette mouture propose 4 lecteurs et canaux, des effets, des filtres et des EQ en plus, et des points CUE sauve­gar­dables. La version livrée avec la BCD3000 intègre donc ‘seu­le­ment’ deux lecteurs, ce qui est large­ment suffi­sant pour la plupart des situa­tions. Parmi les effets, on dispose d’un filtre, d’une réverbe, d’un délai et d’un flan­ger. Rajou­tez à cela une égali­sa­tion trois bandes et vous obtien­drez tout le néces­saire pour commen­cer à mixer tranquille­ment. Aucune fonc­tion primor­diale n’a été aban­don­née pendant la cure d’amai­gris­se­ment de Trak­tor. La seule chose que l’on peut regret­ter se situe au niveau des boucles et des points ‘Cue’. En effet, la longueur des boucles est fixe (4 temps) et il est impos­sible d’en enre­gis­trer plusieurs, de même pour les points ‘Cue’. Si ces options ne vous inté­ressent pas, alors la version light vous suffira alors large­ment…

Un trac­teur, mais léger

Trak­tor LE hérite des quali­tés de son ‘gros’ frère. On retrouve ainsi une collec­tion gérant les ID3 tag, une fonc­tion de recherche effi­cace, la possi­bi­lité de créé rapi­de­ment et faci­le­ment des play­lists et le calcul auto­ma­tique du tempo de chaque titre. La synchro­ni­sa­tion auto­ma­tique via le bouton ‘sync’ est vrai­ment effi­cace, du moins sur les morceaux avec un beat marqué (techno, house, etc.). Quel bonheur d’avoir ses morceaux calés et prêts à être mixés en un quart de seconde ! Pour ce qui est de la fonc­tion ‘scrat­ch’, elle reste plus anec­do­tique vu la taille du jog wheel. De plus, j’ai remarqué un défaut assez contrai­gnant : il est impos­sible d’en­voyer de bouger le cross­fa­der quand la bouton ‘scrat­ch’ est enclen­ché ! Espé­rons que ce ne soit qu’un bug et qu’il soit rapi­de­ment corri­gé…

Traktor LE

Pour le reste, c’est du tout bon. La latence est très faible (jusqu’à 4ms) et le système répond au doigt et à l’œil. Toutes les fonc­tions du soft sont acces­sibles via l’in­ter­face de contrôle et on ne touchera la souris seule­ment pour cher­cher et char­ger les morceaux. Toute l’étape de mixage peut être gérée via la BCD3000. En bref, on a vrai­ment l’im­pres­sion que Trak­tor LE et la petite dernière de chez Behrin­ger sont faits l’un pour l’autre. C’est beau l’amour quand même !

Au niveau de la qualité du son, elle dépen­dra bien évidem­ment prin­ci­pa­le­ment de vos fichiers et de votre système de diffu­sion. À ce niveau-là, la BCD3000 s’en sort plus qu’hon­nê­te­ment, tant au niveau des entrées que des sorties. Quelques chiffres pour les amateurs de feuilles Excel : rapport signal/bruit de 101dB, diapho­nie <80dB à 1kHz et niveau de sortie maxi­mum : +18dBu. Tout ça en 24 bis  / 44.1kHz.

Pour finir, sachez que si vous dési­rez utili­ser la belle avec des platines vinyles, il vous sera possible d’ap­pliquer les effets au signal analo­gique entrant. C’est une très bonne nouvelle, mais il vous faudra obli­ga­toi­re­ment la bran­cher à un ordi­na­teur. En clair, elle ne fonc­tion­ne­ment pas en auto­nome. Il est bon de noter que vous ne pour­rez pas utili­ser non plus de vinyles time­co­dés avec cette inter­face et Trak­tor LE. Pour cela, il faudra vous tour­ner vers un Trak­tor Scratch par exemple.

Conclu­sion

Boutons

C’est sûr, le prin­ci­pal avan­tage de la BCD3000, c’est le fait qu’elle soit livrée avec Trak­tor LE, qui est un excellent soft. Pour 262€ TTC, vous dispo­sez donc d’une solu­tion ‘clé en main’ d’en­trée de gamme (faut avoir un ordi­na­teur quand même). Pour autant, elle reste ouverte à l’uti­li­sa­tion de platines vinyles / CD, et ce, de manière intel­li­gente, car il est possible d’uti­li­ser les effets logi­ciels avec vos signaux analo­giques issus de vos platines. La BCD3000 inté­res­sera donc les DJs possé­dant déjà une paire de platines vinyles et voulant s’ou­vrir au monde de l’in­for­ma­tique ou ceux ayant juste un ordi­na­teur et voulant commen­cer à pratiquer le DJing.

Même si quelques petits défauts viennent ternir le tableau, par exemple les patins en caou­tchouc qui se font la malle ou encore la fonc­tion scratch gadget et les jogs un peu petits, il faut avouer que Behrin­ger se place très bien face la concur­rence en termes de rapport qualité/prix…

Points forts
  • Livré avec Traktor LE
  • Intégration parfaite surface de contrôle / logiciel
  • Effets sur les entrées analogiques
  • Prix
Points faibles
  • Patins en caoutchouc qui ne restent pas en place
  • Fonction scratch un peu gadget
  • Pas de mode autonome
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    Auteur de l'article Red Led

    Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.