Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

Test de la platine vinyle Pioneer DJ PLX-500

Disque de platine
9/10
Partager cet article

Suite au succès de la PLX-1000, la PLX-500 de Pioneer entend bien aujourd’hui se faire une place à côté de votre table de mixage.

Cet article, initia­le­ment publié sur le site bonedo.de, a été traduit de l’al­le­mand

 

Même si ce nouveau concur­rent ne court pas dans la même caté­go­rie que les modèles haut de gamme et qu’elle a été réduite en termes de poids et de plage de pitch, elle intègre néan­moins une inter­face audio USB 44,1 kHz. Celle-ci permet de numé­ri­ser vos vinyles et d’uti­li­ser des logi­ciels compa­tibles DVS sans avoir besoin d’une inter­face audio supplé­men­taire. Voilà un argu­ment qui pour­rait être déci­sif à l’heure d’ache­ter votre nouvelle platine, sans oublier le look profes­sion­nel de cette PLX-500 qui pour­rait encore faire pencher la balance. La réduc­tion du couple et de la tolé­rance au pleu­rage et au scin­tille­ment vien­dront-ils gâcher la fête, ou est-ce que cette PLX-500 est fina­le­ment une platine qui pour­rait arri­ver en tête de sa caté­go­rie ?

Détails

Pioneer_PLX-500-FeutrineLa PLX-500 est une platine vinyle de style clas­sique à la touche Pioneer. Elle est vendue 329 €, soit envi­ron la moitié du prix de la PLX-1000 – un message clair envoyé aussi bien aux aspi­rants DJ qu’aux profes­sion­nels. Compa­rée à la PLX-1000, la PLX-500 pèse envi­ron 5 kg de moins et affiche 10,7 kg sur la balance. Cela est en grande partie dû au plateau lui-même qui est consi­dé­ra­ble­ment plus léger que celui de la PLX-1000. Le boîtier en plas­tique, dispo­nible en noir ou en blanc, saute aux yeux avec son contraste entre surfaces mate et brillante. La suspen­sion du bras est égale­ment en plas­tique. Globa­le­ment, l’as­pect exté­rieur de la platine n’at­teint pas le même niveau de raffi­ne­ment que celui de la PLX-1000, mais il semble bien fait et tenir la route pour un usage profes­sion­nel. Cette impres­sion est renfor­cée par les grands patins argen­tés ajus­tables qui absor­be­ront les chocs.

Pioneer annonce un poids initial du couple de 1,6 kg/cm, un temps de démar­rage infé­rieur à une seconde à 33 RPM et une tolé­rance au pleu­rage/scin­tille­ment de 0,15%. Les adeptes du vinyle qui veulent numé­ri­ser leur précieuse collec­tion pour­ront le faire sans problème grâce à la connexion directe à l’or­di­na­teur depuis l’in­ter­face audio inté­grée et au logi­ciel Rekord­box. Cette fonc­tion­na­lité place la PLX-500 dans la même caté­go­rie que la Numark TT250 USB qui présente le même niveau d’équi­pe­ment. 

De prime abord, on distingue immé­dia­te­ment sur la platine le bouton Stop/Play signé Pioneer, mais qui n’est malheu­reu­se­ment pas rétro-éclairé. À sa gauche, nous trou­vons l’in­ter­rup­teur de marche/arrêt et l’in­di­ca­teur stro­bo­sco­pique, un stan­dard sur les platines à entrai­ne­ment direct. Les miroirs sont cali­brés pour des vitesses de 33 1/3 et 45 RPM. De plus, la PLX-500 offre une troi­sième vitesse de 78 RPM pour les disques recou­verts de gomme-laque (Shel­lac) qui requièrent un diamant/saphir spécial. La pointe du diamant s’illu­mine d’une pres­sion sur un bouton.

Pioneer_PLX-500-Close-2Le fader de pitch a une course de 100 mm. Son mouve­ment est très doux dans son rail et il offre une plage de réglage de +/- 8%. Une encoche centrale et une LED verte asso­ciée aident à le remettre en posi­tion neutre. La suspen­sion du bras, en plas­tique, parait solide et offre toutes les fonc­tion­na­li­tés néces­saires : levier, réglage en hauteur avec un méca­nisme de blocage ainsi qu’un système anti-pati­nage. 

Le bras chromé a une forme en S et semble être de très bonne qualité. Selon Pioneer, il est isolé et amor­tit les vibra­tions. Une cellule pré-montée est incluse. Dans le coin supé­rieur droit, nous trou­vons, niché dans son renfon­ce­ment, un adap­ta­teur inclus pour les singles.

Un coup d’œil à l’ar­rière de la PLX-500 révèle le connec­teur d’ali­men­ta­tion et le port USB, ainsi qu’un câble RCA qui ne peut malheu­reu­se­ment pas être déta­ché.  En bascu­lant le commu­ta­teur Ligne/Phono, la platine peut être bran­chée à une entrée de niveau phono ou ligne, par exemple une table de mixage. Il n’est pas néces­saire de bran­cher la platine à la terre avec un câble séparé. 

Pioneer a aussi été très géné­reux en ce qui concerne les acces­soires inclus. En plus des câbles, la PLX-500 est en effet livrée avec une tête et une cellule pré-montée, une protec­tion anti­pous­sière et une feutrine.

En action

Pioneer_PLX-500_RearLa platine nous donne une bonne impres­sion de fermeté et de soli­dité et ne cède pas à la pres­sion exer­cée par notre main. Pour tester le mix et le scratch, nous avons monté un Orto­fon « Made from Scratch » sur la ferme­ture à baïon­nette du bras de lecture et choi­sis la pres­sion recom­man­dée pour le diamant, laquelle est de 4 grammes. La plage d’anti-déra­page va de 0 à 6 ; je l’ai réglée à 0 afin d’avoir la meilleure préci­sion possible et éviter que le diamant ne saute durant la lecture et le back cue.  Étran­ge­ment, le bras pousse vers l’ex­té­rieur lorsqu’il flotte, ce qui indique qu’un contre­poids est déjà appliqué. Cela pour­rait-il affec­ter le diamant pendant le scratch ?

Couple

Pioneer_PLX-500_DiamantLa platine démarre rapi­de­ment ! Selon Pioneer, le couple est même un peu plus haut que celui de la Tech­nics SL-1210 MK2. D’un autre côté, nous pouvons ralen­tir la PLX-500 avec mon doigt plus faci­le­ment que sur les modèles clas­siques. Cela ne nous semble pas être un incon­vé­nient car ça faci­lite le pitch bending en pous­sant et en frei­nant la platine à la main. Les DJ qui sont habi­tués à la Pioneer PLX-1000 auront peut-être besoin d’un peu de temps pour s’y habi­tuer.

Une fois le disque installé, la PLX-500 se comporte comme une pro : même si notre main reste sur le vinyle, la platine conti­nue de tour­ner, le drop se fait donc avec très peu de retard. Lorsque nous démar­rons la platine en appuyant sur le bouton, elle part rapi­de­ment et atteint sa vitesse opti­male en moins d’une seconde. Le frein, qui n’est pas réglable, arrête le morceau avec une légère atté­nua­tion et un joli effet sonore. 

Perfor­mances

Un autre critère qui fait la valeur d’une platine DJ est sa tolé­rance au pleu­rage/scin­tille­ment. Avec 0,15% annoncé, la PLX-500 est légè­re­ment moins précise que la PLX-1000. Les miroirs du stro­bo­scope indiquent si la vitesse est stable. À 33 RPM, le point sur le plateau reste bien en posi­tion, alors qu’il bouge percep­ti­ble­ment à 45 RPM, ce qui indique plus de dévia­tion. Mais cela ne signi­fie pas néces­sai­re­ment que la phase du morceau est conti­nuel­le­ment corri­gée dans le mix. Serato DJ, auquel nous avons bran­ché une Tech­nics SL-1210 M5G ainsi que la Pioneer PLX-500, aide à prou­ver ceci : après deux minutes de lecture du même morceau sur les deux platines, la PLX-500 reste en phase avec la Tech­nics 1210 M5G sans avoir à effec­tuer la moindre correc­tion.

Le son

Pioneer_PLX-500_TonarmEn compa­rant direc­te­ment la PLX-500 à la Tech­nics SL-1210 M5G au volume maxi­mum, le signal phono de la Pioneer souffle légè­re­ment, tandis que celui de niveau ligne contient un petit peu de bruit. À volume normal, on ne perçoit aucun des deux, raison pour laquelle ils n’ont pas influé sur notre verdict final. 

En jouant un vinyle stan­dard, j’ai trouvé que la PLX-500 lui donnait une légère couleur assom­brie. Avec la même cellule, le son de la Tech­nics est légè­re­ment plus brillant et trans­pa­rent. Quant au volume de sortie, les deux platines atteignent le même niveau élevé.

La PLX-500 en soi sonne très bien. En compa­rant la cellule de Pioneer à l’Or­to­fon Pro montée sur la SL-1210 M5G, on constate cepen­dant qu’elle est un petit peu plus sourde. Pour cette raison, je vous recom­mande de choi­sir une cellule diffé­rente pour numé­ri­ser vos vinyles – même une ellip­tique, si possible. 

Rekord­box en tant qu’ou­til d’en­re­gis­tre­ment et logi­ciel DVS

Pour numé­ri­ser vos vinyles et archi­ver votre collec­tion numé­rique, Pioneer offre le logi­ciel Rekord­box. Il dispose d’une fonc­tion de lecture et d’ar­rêt auto­ma­tiques très pratique pour enre­gis­trer et peut auto­ma­tique­ment sépa­rer les faces en plusieurs morceaux. Il permet égale­ment de norma­li­ser le niveau. 

Rekord­box fonc­tionne bien pour numé­ri­ser des disques en bon état. Les vieux vinyles ont souvent besoin d’une restau­ra­tion audio plus détaillée, et pour cela vous devriez utili­ser un logi­ciel spécia­lisé. L’in­ter­face audio inté­grée à la PLX-500 peut aussi être utili­sée pour le DVS ; cela requiert cepen­dant un inves­tis­se­ment de 139 € pour acqué­rir Rekord­box DJ et encore 109 € pour le plug-in DVS, ainsi qu’une collec­tion de disques compa­tibles.

Conclu­sion

La Pioneer PLX-500 est une platine à entrai­ne­ment direct très abor­dable. Son couple, ses perfor­mances en termes de pleu­rage/scin­tille­ment et son robuste châs­sis avec son plateau soli­de­ment monté forment la base d’un outil profes­sion­nel pour lire et scrat­cher avec des vinyles. Le son est convain­cant. L’in­ter­face audio inté­grée est un autre avan­tage, elle envoie le signal à un ordi­na­teur sans avoir besoin de maté­riel supplé­men­taire et permet aux « craters » de numé­ri­ser leur collec­tion de vinyles en utili­sant le logi­ciel Rekord­box. Il est possible de faire du DVS en utili­sant Rekord­box ou une appli pour iPad sans dongle maté­riel supplé­men­taire. Globa­le­ment, la Pioneer PLX-500 est une très bonne platine vinyle dans sa gamme de prix. 

  • Pioneer_PLX-500_Full
  • Pioneer_PLX-500-Feutrine
  • Pioneer_PLX-500-Vide
  • Pioneer_PLX-500-Couvercle
  • Pioneer_PLX-500_Chassis
  • Pioneer_PLX-500_Rear
  • Pioneer_PLX-500_Diamant
  • Pioneer_PLX-500_Tonarm
  • Pioneer_PLX-500-Close-2
  • Pioneer_PLX-500-Close-1
  • PLX-500-Accessoires

Carac­té­ris­tiques

  • Entrai­ne­ment direct à couple élevé (33 1/3 RPM en moins d’une seconde)
  • Look de platine vinyle clas­sique
  • Bras en S
  • Construc­tion robuste pour un excellent amor­tis­se­ment des vibra­tions
  • Bras caou­tchouté pour une meilleure isola­tion et préven­tion du feed­back 
  • Moteur DC triphasé sans balais
  • Vitesses : 33 1/3, 45, 78 RPM
  • Tolé­rance au pleu­rage/scin­tille­ment : 0,15% ou infé­rieur WRMS (JIS WTD)
  • Rapport signal/bruit : 50 dB ou supé­rieur (DIN-B)
  • Couple de démar­rage : 1,6 kg/cm ou supé­rieur
  • Temps de démar­rage : 1 seconde ou infé­rieur à 33 1/3 RPM
  • Bras en S univer­sel, struc­ture de soutien par cardan, équi­li­brage statique
  • Sorties : 1 RCA stéréo (Phono/Ligne)
  • Dimen­sions (L x H x P) : 450 × 158,5 × 367,5 mm
  • Poids : 10,7 kg
  • Acces­soires inclus : Platine, couvercle, feutrine, protec­tion anti­pous­sière, tête avec cartouche pré-montée, contre­poids, adap­ta­teur pour EP, câble d’ali­men­ta­tion, câble USB, câble adap­ta­teur audio, manuel utili­sa­teur
  • Tarif : 349 €
9/10
Points forts
  • Bonne qualité de fabrication
  • Châssis robuste et poids
  • Anti-vibration de bonne qualité
  • Interface audio intégrée pour numériser les vinyles et pour le DVS
  • Qualité et volume sonores
  • Protection antipoussière et cellule incluses
  • Tarif abordable
Points faibles
  • Le bras vire vers l’extérieur même sans aucun anti-dérapage

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.