Dunlop HT1 Heil Talkbox
+
Dunlop HT1 Heil Talkbox

HT1 Heil Talkbox, Talkbox de la marque Dunlop.

Enregistrer un tutoriel ou une astuce

Tutoriel : Utilisation d'une talkbox

Par Spawn-X le 04/08/2011 - (Tout public)

Introduction

La Talkbox... Ce nom à lui seul est porteur de beaucoup de choses. Pour les uns, il est synonyme de funk, pour les autres, de gros rock. De claviers loquaces, ou de guitares robotiques. De base sonore d'un courant musical, ou de mystère total autour de son mode de fonctionnement. Nous allons donc faire le point ici sur les bases techniques et les connexions de cet effet mythique, souvent incompris, et souvent confondu avec le vocodeur cher à Daft Punk et Kraftwerk. À vos jacks...

Étape 1

Il convient tout d'abord d'expliquer ici le fonctionnement de base de l'effet.
Une talkbox (que nous écrirons ici "TB"), n'est en fait rien de plus qu'un haut-parleur enfermé dans un boitier hermétique d'où le son ne peut s'échapper que par le seul orifice pratiqué dans ledit boitier, orifice auquel se trouve relié un tuyau souple de caoutchouc ou de PVC. La seconde extrémité de ce tuyau viendra alors de loger dans votre bouche, calée entre vos molaires afin d'être maintenu en place pendant les articulations que vous allez provoquer avec votre bouche, et votre bouche seule. Vos cordes vocales ne doivent émettre aucun son. Vous devez en fait "mimer" les mots que vous souhaitez faire dire à votre instrument. Au pire, vous pouvez chuchoter en soufflant légèrement tout en articulant. Cela aura pour résultat d'ajouter des sifflements d'air dans votre jeu, et pourra, le cas échéant, améliorer l'inéligibilité de votre texte. Mais surtout, n'émettez aucun son avec votre larynx.

Pour vous entrainer à la maison, vous pourrez donc vous contenter d'utiliser votre instrument, et votre TB sans avoir besoin du moindre micro.

Pour la scène et l'enregistrement, en revanche, un micro sera nécessaire pour saisir le son articulé par votre bouche. Récapitulons:

  • * Votre instrument génère un son que vous envoyez à l'entrée instrument de votre TB
  • * Le HP interne de votre TB s'excite et génère un son équivalent à ce que vous y entrez
  • * Le son s'échappe par le tuyau de la TB
  • * Le tuyau arrive dans votre bouche
  • * Le son s'échappe du tuyau DANS votre bouche
  • * Vous faites "semblant" de parler en vous contentant d'articuler les mots
  • * Le son sort de votre bouche en utilisant le son de votre instrument en guise de cordes vocales, et en se modulant au passage grâce aux articulations de votre cavité buccale.
  • * Vous placez votre bouche devant un micro, et il ne vous reste plus qu'à, soit amplifier le son de ce micro pour être entendu par votre public, soit à raccorder ce micro à votre système d'enregistrement.


OK? C'est clair pour tout le monde? On continue...

Étape 2

Avant de voir de quelle(s) manière(s) raccorder une TB à votre système d'amplification, il convient d'abord de faire le point sur les deux grandes familles de TB qui existent sur le marché:

1. Les TB traditionnelles que l'on pourrait qualifier de "Passive"
2. Les TB auto-amplifiées qui intègrent ce dont elles ont besoin pour exciter le haut-parleur qu'elles renferment en leur sein

La première catégorie regroupe ce qui est probablement le type de TB le plus répandu et le plus utilisé. Il s'agit en fait d'un simple "baffle" miniature ne renfermant quasiment que le haut-parleur (parfois quelques composants électroniques en plus pour confectionner un crossover destiné à filtrer le signal pour sécuriser le HP qui pourrait ne pas apprécier les excès de certaines fréquences, mais nous ne nous étendrons pas sur ce point).
Exemples de modèles: Dunlop "HEIL SOUND HT-1", Electro-Harmonix GOLDEN THROAT "MOUTH FILTER", GOLDEN THROAT I "MOUTH TUBE", GOLDEN THROAT II, Supertalker "S-TALKER", IBANEZ VOC TM-776 "TALKING MACHINE", DEAN MARKLEY "VOICE BOX", etc...

La seconde catégorie, en revanche, est plus autonome puisqu'elle permet bien souvent d'y connecter directement votre instrument sans qu'il soit nécessaire de passer préalablement par un ampli.
Exemples de modèles: Rocktron BANSHEE 1 et 2, Electro-Harmonix "GOLDEN THROAT DELUXE", etc.

Nous allons donc devoir détailler ici le mode de connexion de ces deux types de TB.

Mais tout d'abord, éludons définitivement ce qui concerne la fin de la chaine, à savoir, la récupération du signal modulé qui s'extirpe de votre bouche.

C'est en fait très simple. Imaginez que vous soyez en train de chanter. Vous allez donc vous placer face à votre micro favori, lequel sera alors connecté soit à un système de sonorisation pour le cas où vous seriez en live, soit à un système d'enregistrement audio. Ce n'est donc pas plus compliqué que cela. Vous allez en effet vous placez face à votre micro exactement comme si vous chantiez, mais, sans chanter. La TB va chanter pour vous, charge à vous d'articuler les mots qui vous chante (muarf!!!). Pensez quand m^m à bouger vos petits doigts boudinés sur votre clavier ou votre guitare pour que votre TB ait de la matière à chanter.

Ça, c'est donc fait, passons à la suite.

Étape 3

Voyons tout d'abord le cas de la première catégorie de TB, les TB PASSIVES.

Deux écoles "s'affrontent" si l'on peut dire. Les guitaristes, et les claviéristes qui utilisent généralement un synthé.

Les premiers disposent généralement déjà d'un ampli dédié à leur guitare et, selon les cas, d'un ensemble de pédales d'effet et/ou de racks plus ou moins conséquent. Du fait de leurs systèmes souvent relativement compliqués, la plupart des guitaristes s'arrangent pour utiliser leur ampli à la fois pour leurs sons de bases "guitaristiques" ET pour leur TB. Dans ce cas, il suffit bien souvent de jeter un coup d'œil à l'arrière d'un ampli pour guitare (stack ou combo) pour se rendre compte que d'une manière générale, la partie électronique de l'ampli offre un ou plusieurs connecteurs Jacks 6,35 destinés à connecter le haut-parleur interne (cas des combos) ou/et les baffles additionnels ou externes (cas des stacks).
Connecter une TB passive n'a dès lors rien de très compliqué. Il suffit en fait de placer la TB entre la sortie de l'ampli et l'entrée du HP d'origine.

ATTENTION DANGER!!! Les câbles à utiliser dans ce cas précis doivent être du type préconisé par le fabricant de l'ampli et d'une section suffisante pour ne pas fondre. NE SURTOUT PAS UTILISER DU CÂBLE JACK POUR INSTRUMENT COMME CEUX VENDUS EN MAGASIN POUR CONNECTER VOTRE GUITARE OU VOTRE SYNTHÉ A VOTRE AMPLI. Les dégâts pourraient être irréversibles et peuvent être à l'origine d'un incendie. Vous êtes avertis.

Il s'agit donc bien d'utiliser ici du câble dit HP.

Si votre ampli dispose directement de connecteurs Jack 6,35 pour connecter le HP d'origine, alors il vous suffira de vous rendre dans votre magasin de musique favori et d'y acheter un ou deux câbles HP Jack/Jack.

La connexion doit se faire de cette manière:

1. Sortie Jack "HP" au dos de l'ampli vers entrée Jack de votre TB
2. Sortie Jack de votre TB vers haut-parleur d'origine de votre ampli

Ainsi, lorsque la TB est bypassée, le signal électrique issu de l'ampli de puissance la traversera directement en direction du HP d'origine de l'ampli. Et dès que vous activerez la TB, celle-ci coupera le HP d'origine et viendra alors remplacer ce dernier.

Cas particulier des combos sans jack HP OUT.

Certains constructeurs connectent en effet directement le HP de l'ampli à une paire de "fil" bleu et rouge ou noir et rouge. Dans ce cas, la connexion s'effectue directement au niveau du HP au moyen de deux petites cosses métalliques qui viennent d'enficher directement sur les ergots/plots du HP lui m^m.

Si vous n'êtes pas trop bricoleur, je ne saurais que trop vous conseiller de vous adresser à un professionnel qui saura sans le moindre problème vous confectionner le câble dont vous avez besoin.

En revanche, pour ceux qui sont plus habitués à bricoler dans ce domaine, je n'ai à priori pas à vous expliquer la marche à suivre, car vous êtes en principe suffisamment à l'aise avec le fonctionnement et le câblage d'un HP pour savoir le faire par vos propres moyens.

Étape 4

La seconde école, celle des claviéristes, est généralement un peu plus ennuyée pour amplifier sa TB.
En effet, les claviéristes se connectent souvent directement à la sono de leur groupe, via, parfois, une petite table de pré-mixage lorsqu'il utilise plusieurs claviers. Et lorsque ce n'est pas le cas, ils utilisent alors un combo destiné spécifiquement à l'amplification de synthés. Or, ce type de combo est généralement conçu d'un seul bloc sans ouverture à l'arrière qui permette d'accéder au(x) HP interne(s).

Dès lors, de nombreux TBxers claviéristes s'arment d'un petit ampli additionnel. Ce dernier peut être initialement destiné à diverses utilisations. Ampli pour basse, pour guitare, de sono (mais de faible puissance toutefois), de monitoring/studio, etc.
Nombre de ces TBxers apprécient les amplis pour basse ou guitare notamment en raison du fait qu'ils embarquent souvent une section d'égalisation (préférer 3 bandes au minimum), ainsi que (pour les amplis guitare notamment) d'une section de distorsion qui peut agréablement colorer un son de base trop plat ou trop fade.

Enfin, pour les plus téméraires d'entre eux, certains ce sont lancé dans la confection de leur TB custom avec, parfois, l'intégration du HP et de l'ampli dans un seul et m^m boitier afin d'obtenir une sorte de TB auto-amplifiée.

Dans tous les cas, il convient de s'intéresser au type de routing que vous utilisez afin de savoir où prélever le signal audio que vous comptez ensuite envoyer à votre TB et tout cela dépasse largement le cadre de ce seul tutoriel.

Étape 5

Les AUTO-AMPLIFIÉES

Pour elles, en revanche, c'est beaucoup plus simple.
Elles se connectent en effet comme n'importe quelle autre pédale d'effet.

Il vous suffit donc de la connecter soit entre votre instrument et votre ampli, soit, si vous êtes guitariste, de la m^m manière entre votre guitare et votre ampli, ou, dans la boucle d'effet de ce dernier.

En effet, les guitaristes utilisent rarement leur TB avec un son clair qui ne favorise pas le rendu vocal de l'effet TB. Ils préfèrent donc généralement envoyer un son saturé à leur TB afin de lui faire gagner en sustain et en épaisseur.

Dès lors, plusieurs possibilités vous sont offertes.

Si vous disposez d'une Banshee, alors vous avez en votre possession une TB qui offre déjà un circuit de distorsion. Le timbre de cette disto peut cependant ne pas vous plaire. Alors, testez et voyez ce que cela donne.
La Banshee étant assez difficile à régler pour ne conserver qu'un son strictement clair, il peut être difficile d'obtenir de votre TB qu'elle ne se contente que d'amplifier un signal déjà saturé, mais on y parvient avec un peu de doigté.

À titre personnel, et en tant que guitariste, j'utilise ma TB en boucle d'effet. Le signal est donc prélevé en sortie de préampli avant les effets temporels (réverbes, délai, etc.) qui ne font généralement pas bon ménage avant la TB. Ainsi, le son que j'envoie à ma TB est un timbre de base de type saturation à la Marshall ou plus serré façon Mesa Boogie. Mon micro chant récupère ensuite le son de la TB qui sort de ma bouche, et je renvoie ensuite le signal du micro vers mes effets afin d'ajouter réverbe, délai, chorus et tout ce qui me passe par la tête.

À vous de voir, donc, ce qui convient le mieux à votre utilisation.

Étape 6

Conseils:

* Si vous êtes claviériste, cherchez un son de base de type Sawtooth qui est plus riche en harmoniques et permettra une meilleure intelligibilité tout en vous rapprochant autant que possible du timbre de la voix humaine. (écoutez Zapp et Roger dont Roger Troutman est considéré comme le véritable maître de la TB
* Si vous êtes guitariste, faites énormément d'efforts sur la prononciation, car malheureusement pour nous, les guitaristes TBxers ont la réputation de souvent limiter l'utilisation de la TB aux seuls effets de Wah wah. Peu de guitaristes, m^m parmi les plus célèbres (Jeff Beck, Peter Frampton, etc.) ont en effet tenté de réellement maîtriser la TB pour faire vraiment"parler leur guitare" comme ont pu le faire Troutman et d'autres claviéristes.
* Dans les deux cas, n'hésitez pas à "respirer" pendant vos articulations. Le souffle audible des sifflantes et des plosives aide en effet considérablement à améliorer l'intelligibilité.
* De la m^m manière, pensez à "ouvrir votre gorge" afin d'augmenter le volume de votre cavité buccale. Cela évitera d'obtenir un résultat étriqué et pincé en donnant plus de coffre et de profondeur au son de votre TB. Accessoirement, cela vous aidera aussi à respirer et ainsi à éviter de devenir tout bleu faute d'oxygène (quoi que sur scène, ça peut être un effet sympa, mais bon...)
* Enfin, tous les modèles de TB du marché actuel ou passé ne sont pas livrés avec le m^m type de tuyau caoutchouc. Certains disposent d'un tube de diamètre plus faible, d'autre ont un matériau plus rigide ou plus souple, bref, autant de différences qui peuvent aider à votre intelligibilité ou, au contraire, à vous faire passer pour un trisomique autiste. Aussi, n'hésitez donc pas à tester différents tubes. Les magasins de jardinage et les animaleries disposant d'un rayon aquariophilie peuvent stocker de nombreuses références différentes. À vous de chercher, puis, une fois le tube idéal dégoté, à trouver une solution pour adapter le nouveau tube à l'embouchure de votre TB. Car, qui dit diamètre différent de celui du tube d'origine dit forcément adaptation pour pouvoir l'y monter.

Conclusion

Vous l'aurez compris, techniquement parlant, une TB n'a rien de très compliqué et n'est pas des plus difficile à mettre en œuvre.

Alors, à vos tubes, et sortez nous des trucs originaux qui nous fassent triper plutôt que de sortir un Nième cover de CAAAAALIFORNIA LOOOOOOOOOVE...