Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Ashdown PiBass
Photos
1/12

Test Ashdown PiBass

Tête d'ampli Basse de la marque Ashdown

Écrire un avis ou Demander un avis
π = 240 Watts
Partager cet article

Depuis quelque temps déjà, un vent chaud souffle depuis la Pologne, et ce, directement sur nos trognes de bassistes.

Certains d’entre vous connaissent déjà les produits typiques de ces régions slaves : des basses Mayones aux amplis Taurus, le pays affiche de belles ventes au-delà de son terri­toire. Car même si elles ne sont pas légion, les marques polo­naises s’ex­portent toujours mieux que les nôtres. Wojtek Pili­chowski n’est pas une basse, ni un ampli polo­nais, mais il s’ex­porte aussi pour se faire endor­ser. Et c’est la marque anglaise Ashdown qui s’y colle, avec la tête PiBass, que nous asso­cie­rons à une enceinte en 12 pouces : la Mi12. 

Un stack de 240 watts, pour moins de 800 € et un poids total ne dépas­sant pas 19 kilos. On pourra faci­le­ment comprendre ceux qui intri­gués, m’ont demandé de tester la chose pour eux. 

Des cendres de Trace Elliot

Quand un consor­tium achète une marque d’ins­tru­ment ou d’am­plis, il est géné­ra­le­ment constaté que les choses viennent à dras­tique­ment chan­ger pour cette dernière. Et quand en 1992, Kaman se paye la marque anglaise Trace Elliot, son person­nel ne tarde pas à en payer les frais. C’est le cas de Mark Gooday, un ingé­nieur offi­ciant chez Trace en tant que mana­ger et qui sera remer­cié en 1997 durant une réduc­tion du person­nel. Comme Mark a les épaules d’un entre­pre­neur, il décide de rebon­dir la même année et réalise un rêve tenu au secret jusque-là : créer sa propre marque.

Ashdown Engi­nee­ring est alors fondée. Mark a décidé de bapti­ser l’en­tre­prise du nom de jeune fille de sa femme et il prend le parti de créer des amplis haut de gamme, soudés à la main au Royaume-Uni, comme l’étaient les Trace Elliot durant la grande époque. La marque gros­sit, décide de s’in­té­res­ser aux nouvelles tech­no­lo­gies et se retrouve première sur le créneau de la Classe D, avec la fameuse Super­fly.

Puis, Ashdown se penche sur le marché de l’en­trée de gamme et fait sous-trai­ter la produc­tion en Asie, afin d’at­ti­rer une nouvelle clien­tèle sur des produits plus acces­sibles. Aujour­d’hui, la compa­gnie qui a vendu plus d’un million d’am­plis aux bassistes propose des systèmes minia­tu­ri­sés à prix réduit, c’est le cas de la PiBass et de la MiBass.

Low Cost

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

La clien­tèle est clai­re­ment ciblée pour ce produit, son prix acces­sible étant un argu­ment de vente défendu par la marque et imposé par Wojtek Pili­chowski. Le bassiste, qui est aussi profes­seur, tenait à ce que le tarif puisse inté­res­ser les débu­tants. Ce stack comprend une tête d’am­pli de classe D, au petit format (8×31×22cm) et au poids plume (3,5 kilos pour 240 watts) et un cais­son équipé d’un 12 pouces et son twee­ter (non réglable et constam­ment actif), aux dimen­sions réduites (54×39×36cm), pour 16 kilos à la pesée. Voilà de quoi soula­ger quelques dos, four­bus par la pratique de notre art.

La PiBass est équi­pée d’un égali­seur semi-para­mé­trique débrayable, d’un switch actif passif, d’un boost pour les aigus et ses connec­tiques comprennent une entrée jack, une sortie casque, une DI et une seule sortie pour enceinte (au format Spea­kon). Son tableau de bord ne compren­dra pas le clas­sique vu-mètre qui siège géné­ra­le­ment sur la façade des amplis Ashdown. On pourra néan­moins profi­ter d’une LED bleu éclai­rant par jeu de trans­pa­rence l’em­blème de Wojtek (le symbole π) et témoi­gnant simple­ment de la mise en marche de l’am­pli. 

La PiBass et la Mi12 sont toutes deux fabriquées en Répu­blique Popu­laire de Chine. 

Bien fourni, mal fini

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

Je ne suis géné­ra­le­ment pas le dernier à défendre la démo­cra­ti­sa­tion des prix et à consta­ter que les débu­tants d’aujour­d’hui sont, de manière géné­rale, mieux servis que celui que je le fus à son époque (on avait la télé en couleur, mais pas de portables, c’est juste pour vous situer…). Et il est évident qu’à moins de 800 € pour un stack de 240 watts, l’ir­ré­pro­chable n’est pas forcé­ment de mise. Mais le débal­lage de la tête a fait appa­raître quelques décep­tions tant sur sa fini­tion, que sur la qualité de certains compo­sants qui l’équipent. J’ai pu consta­ter à cet effet que les vis du châs­sis de la PiBass étaient mal serrées et légè­re­ment enfon­cées de travers. Est-elle passée par un service tech­nique avant de tomber entre mes mains ? On peut gager que la chose est possible.

Mais j’ai par la suite remarqué que les switchs étaient légè­re­ment tordus (voir photos), que leur action géné­rait du bruit (essen­tiel­le­ment le Bright et l’em­brayage de l’EQ) et pour finir, durant leur mani­pu­la­tion, que les bandes de l’éga­li­seur présen­taient une fragi­lité assez évidente. De son côté, l’en­ceinte s’en sort mieux : la pose du tolex n’est pas forcé­ment d’une préci­sion impé­riale, mais il n’y a pas de quoi se fâcher. Si les ouvriers qui assemblent ce maté­riel et notam­ment, ceux qui sont en charge de fixer la grille pouvaient juste apprendre à visser droit, cela ne serait pas forcé­ment plus mal. Voilà pour le constat. 

Pour les débu­tants ?

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

Si le prix peut certes ravir les plus novices, souvent moins fortu­nés ou plus frileux à la dépense que les bassistes plus confir­més, je doute que l’em­ploi d’un égali­seur semi-para­mé­trique soit tout à fait perti­nent pour un néophyte. Obte­nir un son d’un égali­seur simple rele­vant d’un certain appren­tis­sage, faire de même sur ce système, demande une réelle expé­rience sur le terrain. Car si un égali­seur semi-para­mé­trique permet des ajus­te­ments bien plus fins et précis, il est tout aussi suscep­tible d’em­brouiller l’uti­li­sa­teur.

Est-ce qu’un débu­tant a vrai­ment besoin de cela ? 

Aris­tote aura beau parler, en nous racon­tant que celui qui peut le plus peut le moins… Je serai plus enclin à dire que tout ce qui est super­flu ne profi­tera pas au débu­tant. Pour­tant je vous l’avoue volon­tiers, je n’ai rien d’un philo­sophe grec, mais aux dernières nouvelles, Aris­tote n’était pas bassiste non plus ! 

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

Et puis il faudra préci­ser que les trois potards permet­tant de balayer les fréquences ne se limitent pas qu’aux bandes des médiums. Ils affectent aussi le spectre de la bande grave et celui de l’ai­guë. Imagi­nez donc à quel point l’ajus­te­ment du signal devient une épreuve de préci­sion. À chaque fois qu’on touche au semi-para­mé­trique, il faut réajus­ter les bandes extrêmes et à chaque fois que l’on touche à une bande, l’in­verse s’im­pose. Je prédis que pas mal de novices vont se sentir un peu décon­te­nan­cés par la PiBass et ses réglages pous­sifs. Malgré mes vingt ans de basse, je me suis moi-même senti un peu perdu.

Et Pi basta

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

C’est parti pour une courte séance d’écoute, cette fois j’ai vrai­ment galéré pour tailler des sons, alors je ne vous présen­te­rai que cinq extraits, bien embal­lés dans mes excuses. J’uti­lise toujours ma vieille JB Stan­dard et un Beyer­dy­na­mics pour les prises, le tout mixé avec la DI dans une inter­face UR22 de Stein­berg. 

Premier constat au bran­che­ment, la DI souffle un peu, j’ai donc pris le temps de bien placer le micro pour pouvoir bais­ser le volume du XLR dans le mix. 

Second constat, l’am­pli avec ou sans DI bran­chée fait pas mal de bruit, notam­ment le souffle du Twee­ter qui, quand on joue seul, fini par bien prendre la tête et les oreilles qui l’en­tourent. Il serait donc satis­fai­sant de pouvoir à l’ave­nir condam­ner ce piezo, un simple volume ou au mini­mum un inter­rup­teur à l’ar­rière de l’en­ceinte. 

Je ne remet­trai pas en ques­tion la poly­va­lence de ce système, pour l’avoir testé, j’ai pu obte­nir la rondeur d’un Bass­man, les jolis médiums d’un AMPEG et la dyna­mique d’un SWR. Mais que de travail pour le faire ! J’avais pour­tant pris le parti de cher­cher des signa­tures sonores assez simples, mais cet égali­seur est réel­le­ment tatillon pour moi qui ai plus l’ha­bi­tude des valeurs simples. Je sais pour­tant régler un semi-para­mé­trique, j’ai eu à le faire maintes fois même si mon maté­riel person­nel en est dépourvu. Mais ces trois potards m’ont donné bien du fil à retordre, je ne pour­rais pas m’ima­gi­ner sur scène avec un tel système à gérer.

Ashdown Pibass -240 and Mi 12

Le premier extrait est une prise avec l’éga­li­seur débrayé, juste pour vous donner quelques repères. Sur le second, j’ai répété la même ligne en employant l’éga­li­seur sans le para­mé­trique. Pour la troi­sième prise, qui consiste en un petit groove chaloupé, j’ai cher­ché un son rond, mais quand même précis. Cette fois le semi-para­mé­trique fut de la partie comme sur tous les extraits qui suivront. Un peu de média­tor sur le quatrième (je n’ai pas pu faire mordre le gain comme je le voulais) et enfin du slap.

Je dois recon­naître que pour le prix de ce stack, les sons qu’il délivre sont vrai­ment variés. Il est possible de mode­ler le signal pour qui pren­dra le temps de le faire et d’abou­tir à un grain de qualité. Mais il faudra pour cela passer par des étapes d’ajus­te­ment que je trouve person­nel­le­ment labo­rieuses. On aurait peut-être pu faire presque aussi effi­cace en restant simple, je l’es­père en tout cas pour la prochaine version de la PiBass, s’il en est. 

 

EQ 0 Flat
00:0000:18
  • EQ 0 Flat 00:18
  • EQ 1 doigts sans Para 00:18
  • EQ 2 doigts avec para 00:25
  • EQ 3 media­tor avec para 00:33
  • SLAP 00:25

Peut mieux faire

Si pour quelques dizaines d’Eu­ros de plus, la marque pouvait propo­ser un produit mieux fini et peut être plus simple à l’em­ploi, je serais le premier à le conseiller à un débu­tant. Pour ce premier jet, dans le Low cost à faible encom­bre­ment, Ashdown peut et doit mieux faire pour faire face à une concur­rence qui a bien pris les devants sur le secteur. La puis­sance, le format réduit et le prix attrac­tif sont bien là, il reste néan­moins des efforts à four­nir quant à la qualité de fabri­ca­tion de la PiBass et de ses compo­sants. À suivre.

 

 

Points forts
  • Prix accessible
  • Format réduit
  • Poids plume pour 240 watts
  • Ampli polyvalent
Points faibles
  • Égaliseur un peu difficile à régler
  • Composants électroniques médiocres (switch tordus et contrôles fragiles)
  • Système bruyant

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.