Korg Kronos 73
+
Korg Kronos 73

Kronos 73, Workstation de la marque Korg appartenant à la série Kronos.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Korg Kronos 73

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.4( 4.4/5 sur 9 avis )
 6 avis67 %
 2 avis22 %
 1 avis11 %
Cible : Utilisateurs avertis Rapport qualité/prix : Correct
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?Demander un nouvel avis
Acheter chez Energyson
YamahaTaz8427/12/2014

L'avis de YamahaTaz84"Bon clavier"

Korg Kronos 73
J'utilise ce clavier en tant que professionnel. j'ai craqué pour ses sons de piano, rhodes et hammond ainsi que ses nappes et lead inégalées !

Je l'utilise depuis 2 ans sans trop rentrer dans les détails. Je fais quelques combis et prog adaptées mais sans plus, j'ai besoin d'un clavier pour jouer live avec de bons sons, rien de plus.

Le seul problème (en plus du poids, il pèse quand même le cochon!) c'est son toucher. Il est déjà reparti chez Korg car les RH3 sont de mauvaise qualité, il y a des touches qui claquent. Korg n'a même pas avoué que c'était le cas et me l'a renvoyé dans l'état. Les touchers deviennent de plus en plus catastrophiques dans cette marque. C'est la seule chose que je regrette. En dehors de ça et de son temps de démarrage extrêmement long c'est une super machine.
coyote1416/02/2014

L'avis de coyote14"Une workstation-sampler qui fera date!"

Korg Kronos 73
Workstation-sampler(avec un grand « W ») comportant donc un sampler, un séquenceur MIDI et audio 16 pistes chacun, 9 moteurs de synthèse (nous y reviendrons plus tard), ainsi que pléthore d'effets, dont 12 utilisables simultanément en insert.
Ce modèle précisement (Kronos73) propose un toucher 73 touches (et non 76!) lourd utilisant une mécanique RH3 (là aussi, nous y reviendrons). C'est la raison de mon choix pour ce modèle : avoir un toucher lourd sur un clavier le plus léger possible.
La connectique est bonne, sans excès : S/PDIF en entrée et sortie, 6 sorties analo, une paire d'entrées analos (munis de préampli avec gain réglable), 3 ports USB (tous utiles), et 3 prises pédale. Pas d'ADAT, pas d'option au niveau connectique, d'ailleurs.
Le grand écran est tactile et en couleur avec une excellente définition (et pas multitouch comme l'a affirmé bêtement le plus grand magazine francophone lors de son banc d'essai. Il n'a pas non plus de lecteur CD comme l'a indiqué ce même rédacteur dont on se demande s'il n'a pas écrit son test à l'aide de son Oasys...Bref).
Le Kronos reprend à l'identique le moteur sonore de l'Oasys et de toutes ses options. Il lui rajoute d'autres moteurs sonores, des technologies plus récentes, au prix d'une finition nettement moins bonne. Par contre, niveau son, ce n'est pas une déclinaison vers le bas de son prédécesseur. Il en reprend la dynamique des convertisseurs, un point fort de la machine.
Au sujet du banc d'essai, je vous invite à lire l'excellent test de Synthwalker sur ce site (cliquez sur « test » en haut de la page), ce qui va me permettre d'alléger un peu l'exercice (quoique...) Le site https://www.kronoscopie.fr est aussi la ressource francophone la plus complète sur l'instrument.

UTILISATION

C'est un synthé vraiment très, très complet et, reconnaissons-le : complexe. L'organisation des pages d'édition est logique et cohérente quelques soient les menus abordés, mais la quantité de paramètres est impressionnante, ce qui fait du Kronos une machine nécessitant un long temps d'apprentissage. Tout ce qui relatif au Karma est vraiment nébuleux.
Dans son approche, dans son architecture surtout, il retrouve des similitudes avec des fonctionnalités issues du monde du logiciel (flexibilité du routing, fonctions side-chain, Vu-mètre dynamiques, jauge CPU, etc).
Le Kronos se présente donc comme une machine dotée d'un logiciel (non, ce n'est pas un gros mot ; c'est surtout le cas de n'importe quel synthé numérique depuis des dizaines d'années) très souple et personnalisable dans la façon dont la machine répond aux commandes en façade. C'est aussi un synthé fabriqué à l'aide de composants informatiques (carte-mère Intel, processeur Atom). Personnellement, je n'y ai trouvé que des avantages, car cela procure beaucoup d'avantages à l'utilisation (connection immédiate d'un iPad avec MIDI et audio dans les 2 sens sans aucune installation, facilité à upgrader mémoire et disque dur si nécessaire avec des composants du commerce, mise en réseau aisée), le tout de façon économique.
Vu ainsi, il est réducteur de présenter un Kronos comme une machine de studio, comme cela est trop souvent perçu. La finition de la machine ne pose pas de problème particulier, même s'il faut reconnaître qu'on n'est plus du tout dans l'esprit de l'Oasys. Ses concurrents actuels bénéficient aussi d'un aspect plus robuste dans la solidité des matériaux utilisés, dont acte.

Personnellement, je me balade avec, que ce soit en répète avec mon groupe, en vacances, etc... et je n'ai jamais, je dis bien jamais, rencontré de défaillance. Il est vrai que je suis soigneux, et je respecte la crainte qu'il peut inspirer en terme de fragilité. Je dirais en conclusion que c'est un instrument qui exige d'être plus soigneux dans la manipulation.

En terme de stabilité, bug, etc : j'ai du avoir un freeze depuis un an (soit autant que mon Motif XS), et pourtant, on ne peut pas dire que je n'en fais pas une utilisation intensive. Les quelques problèmes rencontrés jusqu'à l'OS 1.6 étaient surtout des fonctionnalités mal implémentées, ou une gestion un peu lourde (les fichiers sampling impossible à écraser, par exemple), toutes choses résolues avec la mise en ligne de l'OS 2.02 qui a apporté d'autres fonctionnalités, tel que le support d'un disque dur SSD supplémentaire, de l'ethernet et le streaming des samples, une première sur une workstation Hardware ! Cette dernière fonctionnalité, qui fut l'invention du Gigasampler de Tascam en son temps, a été repris depuis par tous les samplers logiciels (Kontakt, Halion, MachFive...). Le Kronos est le premier synthé Hardware à offrir cette fonctionnalité, comblant un retard technologique évident entre les synthés hardware et les logiciels. Il est évident que les autres grandes marques devront s'y mettre lors de leurs prochaines Workstations. On peut ainsi sampler confortablement de gros plug-in et emporter les sons avec soi sur la route, sans ordinateur.
En revanche, pour ceux qui jouent sur scène, l'adjonction d'un onduleur me semble vraiment obligatoire, car le temps de boot de la machine dépasse allègrement les 2 minutes (voir plus en fonction du nombre de samples à charger). La moindre coupure serait dramatique sans alimentation secourue ! On peut considérer qu'il s'agit là d'un défaut.
Au niveau utilisation, il faut aussi reconnaître que l'écran tactile, très beau et bien défini, est réactif, mais que les commandes sont très petites. Cela requiert, malgré sa taille, l'agilité d'un smartphone, et donc ça ne plaira pas à tout le monde. Pas mal de personnes utilisent un stylet, par exemple.
J'apprécie particulièrement la possibilité d'affecter, quelque soit le mode, à peu près n'importe quel paramètre à n'importe quelle commande en façade, et il faut souligner que le Kronos est mieux pourvu que ses concurrents actuels de ce point de vue. La machine se prête très bien aux manipulations en temps réel, manipulations qu'il est possible d'enregistrer en temps réel dans le séquenceur, rendant les mix très vivants si on le souhaite. Le seul manque, ce sont des pads, comme sur un Fantom G, mais heureusement la plupart des contrôleurs MIDI munis de pad sont reconnus, et auto-alimentés, par le Kronos. Pour ma part, l'Akai MPD32 est son compagnon idéal. Seul défaut : il faut brancher le contrôleur APRES avoir booté le Kronos, sans quoi le contrôleur n'est pas reconnu.

Tant qu'on parle du séquenceur, il y a du bon et du moins bon : les capacités sont nombreuses, avec 16 pistes MIDI et 16 pistes audio (16 ou 24 bits au choix). Les pistes audio peuvent être jumelées pour être lues en stéréo. L'import de fichier WAV (pas MP3, ni ogg, malheureusement...) est possible mais pas intuitif. Chaque piste bénéficie d'un EQ à 4 bandes (très pratique). Mais malheureusement, celui-ci tire un bénéfice limité du grand écran, les informations reportées ne sont pas très claires ni facilement éditables (uniquement des listes, pas de graphique, comme sur le Krome, dont le séquenceur ressemble de plus en plus à un Cubase simplifié). Parmi les points forts, on peut noter que les fonctionnalités du Karma et des effets sont complètes en mode séquenceur, il n'y a pas de restriction engendrée par leur utilisation dans ce mode. Un bon point.
Le sampler est très bon, le plus complet qu'il m'ait été donné de voir sur un synthé hardware. L'OS 2.0 rajoute la possibilité d'utiliser des samples en streaming : seul les premiers instants d'un son sont chargé en RAM, le reste est lu en flux depuis le disque dur SSD qui ne bronche jamais. Du coup, on n'est plus limité à la capacité de la RAM pour charger des samples, et on peut lire des banques gigantesques, tout comme sur un sampler logiciel. C'est à ma connaissance la seule Workstation à faire cela (exception faite des solutions type Receptor). C'est une fonctionnalité qui réduit l'écart entre le logiciel qui avait pris l'avantage de ce point de vue, et le Hardware qui reprend des couleurs.
Attention, si l'on veut éditer les samples dans le Kronos, il faut les charger complètement en RAM : il reste donc un intérêt à augmenter la capacité en RAM, comme le permet l'OS 2.0 (pas plus de 3Go, l'OS étant un 32 bits, mettre plus ne sert à rien). Les samples Akaï et Sound Font 2 sont facilement importables (l'import ne fonctionnait pas très bien avant l'OS 2.0). L'import des samples 16 bits ou 24 bits se fait de façon transparente ; dans ce dernier cas, la conversion en 16 bits se fait automatiquement. Rien à dire sur la qualité sonore, c'est un sampler très transparent, même quand on sample via les entrées audio (de très bonne qualité). Il est simplement dommage de ne pouvoir conserver la résolution interne en 24 bits tout au long de la chaîne audio, comme sur les sampler Akai Z4 et Z8. La résolution 24 bits n'est disponible que pour les pistes audio du séquenceur.
On peut sampler depuis n'importe quel mode, même le séquenceur. L'affectation des samples à chaque note n'est pas très complexe, et des fonctions très complètes permettent d'éditer finement les samples (fonctionnalités de bouclage, time stretch, time slice, etc...Les samples peuvent être lus à l'envers). L'architecture est un peu obscure au début : un multisample est une couche de plusieurs samples, parcourant tout le clavier, mais sur un seul niveau de vélocité. Quand on importe le sample dans un programme, 8 couches de vélocité peuvent être empilées. C'est suffisant pour la plupart des cas. Les samples peuvent être paramétrés en « release » pour être joué au relâchement d'une touche : utile pour les instruments à cordes pincées, les pianos électriques, etc...Contrairement à un Motif, par exemple, un paramètre release velocity déclenche un sample différent selon la vitesse de relâchement : sur un Rhodes, par exemple, le bruit d'échappement dépend de la vitesse de relâchement, au lieu de déclencher invariablement le même sample. Un must pour qui aime jouer dans la nuance. Également un mode « mono legato » permet intelligemment de simuler le jeu des synthés analos comme le Minimoog où le son n'est lu du début que lorsque qu'on joue des notes détachées. Un jeu lié lit le sample non pas du début, mais du point où le précédent sample avait été interrompu. Un must quand on veut sampler un synthé analogique avec les enveloppes de celui-ci et non celles du Kronos. Expressivité maximal sur les solos !

L'organisation des banques est la suivante : il y a 2 types de programmes :
- les programmes faisant appel à la synthèse HD1, qui est la synthèse à lecture d'échantillons/ou séquences d'onde.
- les programmes faisant appel aux 8 autres types de synthèse, qu'on appelle EXi.

Ces 8 synthèses n'en sont réellement que 5 : l'EP1 (piano électrique) et le SGX-1 (Piano) sont en fait un sampling très évolué (banques gigantesques lues en streaming). On peut d'ailleurs charger leurs samples dans le moteur HD1 quand le Kronos est bardé de RAM. L'AL-1, le MS20-EX et le Polysix sont de la modélisation analogique, même s'ils sonnent assez différemment tous les 3. MOD7, STR-1 et CX-3 sont par contre, eux, des moteurs de synthèse bien distincts.

Une banque de 128 sons est pré-configurée, au choix, en HD1 ou EXi, et chaque programme peut combiner 2 patches. Mais en aucun cas (à moins de ruser grâce à certains modes de synthèse) on peut avoir des patches HD1 ou EXi dans la même banque, et donc pas non plus au sein d'un même programme. Cet exercice imposé est une limitation incontournable, sans doute un limitation de l'OS ou du hardware, est un peu dommageable, mais elle disparaît en mode performance ou séquenceur, ou l'on peut s'en donner à cœur joie dans les mélanges de synthèses : ouf !

Chaque programme se voit gratifier d'un affectation des contrôleurs temps réel par défaut, ainsi que d'une drum track, faisant partie du programme même . Les utilisateurs de Korg connaissent bien ce principe depuis le triton. Le Karma, même s'il n'est pas toujours activé, est aussi programmé en relation avec l'instrument choisi : une guitare aura souvent un motif Karma du type Strumming, etc.

Le Karma est relativement imbitable. Si les réglages de base (activation ou pas, etc) restent simples, il est délicat de le faire à votre main, car les modifications de paramètres produisent des effets assez imprévisibles. Du coup, la conclusion à laquelle je suis arrivé, c'est que le Karma doit davantage être vu comme un outil qui emporte le musicien vers un terrain imprévisible (ce qu'on peut apprécier), plutôt qu'un outil permettant d'atteindre un objectif précis et connu d'avance. Les résultats obtenus sont très enthousiasmants, le Kronos bénéficiant de la version 2.2 du Karma, et non 3.0 (ce qui n'arrivera plus chez Korg selon le concepteur du Karma...). A vrai dire, ce n'est pas un problème tant l'outil est déjà abyssal ! Autre point fort : le Karma peut émettre par le MIDI out, on peut donc bénéficier de ses motifs déjantés pour piloter d'autres synthés (je m'en sers souvent sur mon Minimoog et ça poutre!). Certains motifs Karma sont spécialisés (comme ceux qui balayent les séquences d'onde), ou d'autres spécialisés dans les drums, les basses, les instruments acoustiques.

Poursuivons avec le mode Combi, qui peut regrouper jusqu'à 16 programmes, se partageant 4 motifs Karma au maximum. C'est le mode qui donne un peu l'impression que la machine joue toute seule, ce qui déplaira à certains. Mais c'est aussi le mode qui donne de l'inspiration pour commencer un morceau, et une passerelle très pratique existe pour passer en mode séquenceur et enregistrer sa combi en MIDI. Surtout : son utilisation n'est pas obligatoire, inutile de pester contre cette machine qui joue toute seule...Je le vois plus pour ma part comme un ensemble de démos pour jammer par dessus et s'entraîner, et je m'en sers assez peu finalement.

Enfin, le mode Disk gère tous les fichiers, d'une façon similaire à un ordinateur (création de répertoire, copie de fichiers, etc). L'arborescence est simple à comprendre, mais on met un certain temps à comprendre à quoi correspondent tous les types de fichier, et quels sont les liens entre eux. Les fichiers natifs Kronos bénéficient d'une fonctionnalité géniale : pour un fichier PCG, par exemple, archivant tous les programmes d'un Kronos, il peut être chargé en entier. Mais on peut aller l'explorer sans le charger en mémoire, directement depuis le disque, pour aller chercher LE programme dont on a besoin, pour l'importer lui et lui seul dans la mémoire du Kronos. On dispose même d'une fonction « pré-écoute » qui permet d'écouter le programme avant tout chargement en mémoire. C'est identique pour les fichiers sampling, etc. C'est aussi l'un des moyens de fabriquer une banque à partir de plusieurs (l'outil gratuit PCG Tools étant relativement incontournable de ce point de vue).

L'éditeur VSTi du Kronos est un peu superflu, je trouve. Son interface est bonne, mais il ne supporte pas l'automation des paramètres, comme n'importe quel VSTi. Il n'est donc pas possible de dessiner ses courbes dans sa DAW, comme on le fait pour un VSTi classique. Également, il ne permet aucune édition du mode sampling, ce qui aurait été une grosse valeur ajoutée. On a donc l'impression que Korg l'a davantage créé pour ne pas essuyer de reproches, plutôt que pour apporter une réelle valeur ajoutée au clavier.

Concernant les différents modes de synthèse, il faut souligner la remarquable homogénéité de l'organisation des menus : on retrouve de nombreux points de convergence dans l'organisation des menus, et donc j'ai envie de dire que, quand on maîtrise le mode de synthèse le plus compliqué (sans doute le MOD7, suivi de l'AL-1), on maîtrise tous les autres. Les effets sont les mêmes, les différents onglets se retrouvent au même endroit...Autre exemple, quand on va dans un menu, puis un sous-menu, si vous revenez plus tard dans ce même menu, vous vous retrouvez dans le dernier sous-menu visité, au lieu de vous retrouver dans le premier. Le dernier paramètre est encore actif pour être modifié. Bref, la machine sait aussi aider l'utilisateur, même si celui-ci doit en payer le prix au départ.

SONORITÉS

Difficile avec une telle armada de synthèse de décrire la couleur sonore de cet instrument. Yamaha avait été confronté au même dilemme avec son EX5 il y a quelques années, là-aussi un clavier multi-synthèse ; le Kronos bénéficie de l'expérience et du recul de l'Oasys (le synthé, mais aussi la carte PCI) qui a quand même une bonne dizaine d'années au compteur. On retrouve beaucoup des innovations de l'époque, notamment sur les oscillateurs et les filtres dont la programmation a particulièrement été optimisée pour repousser plus loin encore les défauts inhérents au numérique (Technologie faible aliasing, notamment, réponse non-linéaire des modulations grâce aux sources de modulation combinables entre elles)...

A la vérité, voici ce qu'il en est : le Kronos est le synthé qui offre la plus large palette sonore sur le marché au moment où j'écris ces lignes. C'est une sorte de compilation de la manufacture électronique des 30 dernières années. Quand j'ai besoin d'un son chaleureux, un tour dans l'AL-1 correctement programmée avec utilisation un peu maline des effets, et j'ai la basse qui bétonne, le brass moelleux, la nappe cuivrée. Un son analo un peu plus sec ou agressif, un tour vers le MS20. Un son plus classique et rapide qui sonne direct, le Polysix. Une nappe évolutive et plus contemporaine, le moteur HD1 est mis à contribution avec des séquences d'onde (il inclut toutes celles de la Wavestation). Le son 80's expressif et ciselé, direction MOD7. Une couleur soul dont je raffole, j'empile un son d'EP-1 avec un CX3, que je dose avec des contrôleurs. Le sound design façon Absynth avec des sons un peu hallucinés ou ethérés? Direction STR-1.
Soyons lucide pour la comparaison avec les analos, il faudra s'armer de patience pour s'approcher avec un synthé numérique, si bon soit-il, du son d'un vintage. Mais pour qui ne veut pas aller sur scène avec son vieux coucou (comme moi avec mon Minimoog), c'est idéal, car j'ai pris l'habitude de sampler mes analos. Il est vraiment possible de façonner le son à son goût. Les modulations répondent parfaitement (là, on sent l'héritage de l'Oasys), y compris sur les effets.

L'import des sons de DX7 est aisé, et là, le Kronos sonne vraiment pile comme l'ancêtre Yamaha (mieux, même, avec des convertisseurs et des effets de haute volée).

Au sujet des convertisseurs, ils sont très réussis, dans le sens où les transitoires sont très bien retranscrits, le son est dynamique et parfois violent. Il ne faut pas compter sur eux pour « amortir » un patch mal programmé : le synthé sonne « cash » ! Un patch mal programmé ne pardonnera pas, le son pourra sembler criard, violent. Le niveau de chaque étage doit être correctement calibré pour que le son reste homogène. Heureusement, il y a de nombreuses façons de « polir » le son, de le façonner. Autant de possibilités de se perdre en cours de route également ! Je suis de ceux qui pensent que la première qualité d'un synthé est la rapidité entre l'idée et le résultat : disons qu'avec le Kronos, le résultat est toujours à la clé, mais il faut savoir garder son idée de départ en tête.

Faisons un petit tour des moteurs sonores :

SGX1- piano : le moteur de piano acoustique, qui offre un échantillonnage très pointu, note à note, avec tables d'harmonie, sur 8 niveaux de vélocité. Ce moteur utilise le disque dur SSD pour lire à la volée les échantillons qui n'ont donc pas besoin d'être chargés en RAM. Il offre 2 sons de piano, allemand et Japonais. Les 2 sont très bons, mais le second me semble plus réussi. Ce moteur n'a toutefois rien de révolutionnaire, même s'il est grandement possible d'améliorer cela grâce aux effets. Disons qu'on a un moteur sonore parmi ce qui se fait de mieux, mais il n'écrase pas un Roland RD700NX ou un Nord Stage 2 (c'est surtout une affaire de goût). Par contre, le moteur de synthèse permet de contrôler beaucoup de paramètres en temps réel, un peu dans l'esprit d'un Roland V-Piano.

EP-1 : là-aussi faisant appel au sampling, une merveille. Les Rhodes sont tous là, du Mark 1 et Mark 5 (celui que je préfère, c'est le Mark II), et ont un grain terrible. Le Wurlitzer est aussi de la partie, même s'il peut sembler moins réussi. Un travail sur les effets pourra permettre de s'approcher au plus près du 200A, et pour l'avoir testé dans de nombreux mixes, il ressort bien à chaque fois. Ce moteur dispose d'effets vintage spécifiques, en sus des effets disponibles pour tous les moteurs sonores, un peu dans l'esprit des effets COSM de Roland, mais ils sont encore plus convaincants. Sans doute l'un des moteurs sonores les plus réussis.

CX3 : J'ai appris à apprivoiser ce clone de Hammond B3/C3, car au début, je lui trouvais un son un peu sage, un peu à l'instar du KB3. Il faut travailler beaucoup les effets. La récente révision de ce moteur dans la version 2.2 de l'OS apporte un rendu plus réaliste, une Leslie Cutomisable entre autres. Tout est là : mode Upper / Lower, les différents modes de vibratos/Chorus. Chaque tirette harmonique est automatiquement affectés aux contrôleurs en façade, le rendant très facile à customiser. Je trouve la Leslie réussie, c'est-à-dire qu'elle ressort bien dans un mix sans trop d'agressivité. Elle est aussi pleinement paramétrable. Il manque toutefois à ce moteur les Farfisa/Vox, qu'on retrouve heureusement dans le moteur HD1

MOD7 : le moteur FM le plus abouti et le plus complexe qu'il soit. Il offre l'import DX7 par banque entière, DX7 dont ils reprend chacun des algorithmes, mais il en rajoute un paquet, donc certains utilisent un bruit blanc, l'entrée audio, ainsi que n'importe quel sample en ROM ou RAM (et malheureusement pas les séquences d'ondes). Des cordons de patchage viennent altérer les algorithmes, en « forçant » certaines liaisons entre blocs. 2 filtres peuvent être rajoutés sur le trajet, ainsi qu'un Waveshaper très souple et réussi, bien que très radical (dommage qu'on ne puisse se fabriquer ses propres courbes de Waveshaping). La MOD7 est donc une synthèse FM modulaire de haute volée. C'est de loin le moteur le plus complexe, mais aussi le plus enthousiasmant du Kronos ! Par contre, accrochez-vous pour programmer un son en partant de rien, vous allez en baver ! Le mieux est d'importer un son de DX et de le modifier.

AL1 : c'est, à la base, le moteur VA du Kronos, avec une architecture à 2 oscillos + un SubOsc, des filtres complets au routage flexible. Mais ce moteur va au-delà de la simple imitation analogique, puisqu'il rajoute de la FM, du Ring Mod, un Drive...pour passer du son rondouillard Rock Prog à Papa jusqu'au lead tranchant et agressif du fiston. Ce moteur tire pleinement parti des convertisseurs qui sont vraiment très bons. Mais il est aussi complexe et il est parfois délicat de trouver comment modifier le son, tellement les paramètres sont nombreux. Il est vraiment dommage que l'interface très clinique de l'écran tactile n'aide pas à la maîtrise de ce moteur de synthèse qui aurait mérité une interface plus simple (à la Polysix!). Par contre, je pense qu'il s'agit d'un moteur sonore très qualitatif, même face aux ténors du genre Nord/Access (Parole d'ancien possesseur de Nord Modular / Virus KC)).

PolySix / MS20 : les moteurs reprennent stricto sensu les logiciels de la Korg Legacy Collection. Ils bénéficient là encore du hardware remarquable, des effets du Kronos et des modulations sans fin de la machine. Pour avoir le logiciel original, mes essais en comparaison ont abouti à la conclusion que le synthé sonnait très proche du Soft original, mais que ses possibilités sont décuplées par les parties communes de la machines (effets, combis, etc...). Malheureusement, le MS20 controller du Logiciel n'est pas compatible avec le Kronos pour la partie patchage, seulement les notes et les contrôleurs MIDI traditionnels (cutoff, filtre, enveloppes, molette de modulation, etc). Un bémol : la Korg Legacy Collection propose des menus de modulation qui font doublon avec le moteur de synthèse du Kronos. Ainsi, il est possible de faire la même action de 2 ou 3 façons différentes, ce qui peut perdre un peu l'utilisateur. Ainsi, l'utilisation du panneau de patchage du MS20 n'est plus tellement utile, puisque les mêmes modulations peuvent être créées, souvent de façon plus souple, par les menus du Kronos. Le MS20 peut être utilisé en processeur audio, grâce à la fonction ESP fidèlement implémentée, en injectant un signal audio dans les entrées du Kronos. A vous le fameux « guitare synthé » en branchant votre gratte dans le Kronos !
Le Polysix est le moteur de synthèse à utiliser quand on veut un son typé analo mais pas trop compliqué à programmer. Il me surprend souvent sur les pads, et mêmes les sons de basse qui peuvent être assez épais. Il a ses propres effets (ensemble, chorus...) et son propre arpégiateur (qui n'émet pas en MIDI Out, dommage.)

STR1 : la synthèse la plus délicate à appréhender, car novatrice et difficile à comprendre au départ. Le principe : un son vient trigger une corde. Le son de départ peut être un sample ou une simple impulsion, un bruit blanc, etc...la corde est une modélisation physique qui, selon la force de déclenchement, l'endroit où on la pince, etc...bref, la façon dont elle est excitée, sonnera différemment. Des paramètres non-linéaires permettent de rendre le son plus ou moins prévisible. Les matériaux / dimensions de la corde sont modélisables. L'entrée audio peut aussi être mise à contribution comme déclencheur.
Ce moteur a été vendu par Korg comme étant celui qui est destiné à imiter les guitares. Non seulement il est assez mauvais dans l'exercice, mais surtout, surtout, si on le limite à cela, on passe à côté de son grand intérêt : c'est un moteur pour « inventer » des instruments dont on conçoit le déclenchement, les tailles, le matériaux...Bref, une belle prise de tête qui ne conviendra pas à tout le monde, mais quand on voit la variété des sons qu'il est capable de sortir, c'est juste diabolique ! Les contrôleurs temps réels font merveille sur le son, qu'il est facile de déjanté par ce biais. Ce son ressemble assez, dans son esprit, à la philosophie d'Absynth. Si le déclencheur est une nappe, le son ne sera pas celui d'une corde pincée, mais d'une corde frottée doucement, ce qui peut produire de très belles nappes.

Venons-en aux effets : il y a 12 effets d'insertion, 2 bus d'effets additionnels MFX, et enfin, 2 Total FX. Les effets, leurs réglages et leur routing est mémorisable par programme, pas de loup ici. Avoir 16 effets d'insertions auraient été plus logique (pour être raccord avec 16 parts multitimbrales du séquenceur et des combis). Mais peut être la puissance CPU aurait été trop juste, et, plus certainement, la latence, car pour empiler 12 effets qui peuvent se succéder, les latences de chacun s'ajoutent probablement. Fort heureusement, aucune latence n'est perceptible avec l'architecture actuelle. Pas de lacune dans les effets, hormis que certains effets liés aux moteurs de synthèse (CX3, EP-1) ne sont pas disponibles dans le module d'effet général. Seul le Polysix offre ses effets pour les autres synthèses. Quelques algorithmes sont particulièrement puissants et font bien davantage qu'embellir le son , en voici quelques exemples : un superbe Waveshaper, très radical, tronçonne le son violemment et musicalement, un grain shifter découpe le son en tranche très fines. Egalement toute une section de simulateurs d'amplis, micros, préamplis...pour épaissir le son avec des résultats très bons. Un vocoder est aussi de la partie, il peut utiliser n'importe quel signal comme modulateur et comme porteuse, donc le résultat dépend surtout de vos choix de sources audio. Bien sûr, tous les effets peuvent être utilisés en temps réel sur les entrées audio, ce qui fait du Kronos un processeur d'effet, dans le même esprit qu'un V-synth. Il sera très à l'aise en piano-bar pour rajouter compresseurs, réverbs sur vos voix et guitares, via ses 2 entrées audio. Les réglages sont nombreux, parfois complexes à appréhender, mais c'est davantage dû à la nature des effets, proches de ce qu'on trouve sur un bon software, qu'à l'interface du Kronos elle-même. Elle est d'ailleurs réussie de ce point de vue, puisqu'on a droit à des vu-mètres dynamiques, une page avec tous les routages d'effets, qui peuvent se succéder comme une chaîne de plusieurs maillons, mais aussi « rejoindre » un bus déjà existant, à n'importe quel endroit de la chaîne.
Enfin, des presets d'effets existent, et il est possible de sauvegarder les siens, ainsi que les renommer. Il est également possible de copier tout ou partie du routing d'effet d'un autre program, Combi, song...Très souple. On aurait aimé pouvoir sauvegarder un bus d'effet complet, comme dans Cubase, par exemple.
Une limitation très pénible, toutefois : un programme est constitué de 2 sons. Eh bien chaque son ne peut pas bénéficier de ses propres effets : la « maille » minimum est le programme. Seuls les effets MFX peuvent être différenciés pour chaque son. C'est très curieux d'avoir une telle limitation alors que le reste est si souple !
Enfin, le Kronos dispose d'effets dédiés au mastering (assez unique dans une workstation, l'ambition clairement affichée ici étant de pouvoir accueillir un projet complet de A à Z sans passer par l'étape DAW: compresseurs multibandes, limiteurs, … ce qui rend possible la production de morceaux réellement finalisés, si, bien entendu, on a suffisamment de savoir-faire pour les utiliser (on peut faire beaucoup de dégâts à un mix avec un compresseur multibande, par exemple...). Heureusement, les presets d'effet fournissent là-aussi une bonne base pour travailler, en proposant des réglages par genre musical, ou par type d'instruments.

AVIS GLOBAL

Je possède le Kronos depuis novembre 2011. C'est très volontairement que je mets cet avis en ligne uniquement maintenant (et aussi par paresse jusqu'ici;-) , parce que plusieurs mois sont nécessaires pour faire un tour à peu près exhaustif de la machine. J'ajoute que c'est mon tout premier Korg ! (hormis la Korg Legacy Collection...). C'est une marque qui a peu à peu éveillé mon intérêt, entre le M1 que j'exècre (ne me demandez pas pourquoi, j'en sais rien), jusqu'à ce Kronos qui a répondu très exactement à ce que je cherchais au moment où il est sorti : un vrai synthé, archi complet, avec des sons qui cognent dans les styles que j'aime, qui se suffit à lui-même. Mon projet alors était de renouer avec le jeu en groupe pour sortir un peu de mon home-studio, avec un instrument tout terrain. Mais, venant d'un Motif XS8 (un très bon Rom Player en l'occurence), j'étais frustré de ses capacités de synthèse limitées, et du mode sampling très limitatif.

Ce qui peut ne pas plaire, c'est le nombre de paramètres abyssal, même si l'interface bien réussie limite la casse. L'écran tactile n'a qu'un seul défaut, les commandes y sont trop petites. Certains modes de synthèse ont une interface simple et dépouillée (EP1, notamment), mais la synthèse AL1 ne bénéficie pas d'une interface à la hauteur de ses possibilités. Le sampler est magnifique, très complet, et est le seul à offrir le streaming sur un synthé Hardware. Les effets sont très bons, très souples dans leur routing et leur utilisation. Le séquenceur a une interface passable (j'ai pu tester récemment celui du Krome, bien plus convivial), mais gère très bien l'audio. Le clou du spectacle est, pour ce qui me concerne, la synthèse MOD7 qui est énorme, qui sonne vraiment, et qui aurait justifié un synthé à elle seule : on va même, sur certains aspect, au-delà des fleurons Yamaha que sont les SY/TG/DX et FS1R (ce dernier étant plus spécifique, encore). J'aime toujours autant les MS20/Polysix, très inspirants, comme je les aimais déjà dans la Legacy Collection. Peu importe leur rapport plus ou moins lointain avec les originaux qui les ont inspirés, ils sonnent très bien pour ce qu'ils sont. Reste l'OVNI STR-1, synthèse singulière et ardue (peut être la plus déroutante). Le moteur HD1, qui est celui qui offre le plus de sons, représente dignement le sampler/Romplayer sans véritable point faible, avec des capacités de synthèse aussi poussées que les autres moteurs, proposant des tables d'ondes en plus (Wave sequences)

Mais il faut aussi savoir voir les choses en face : on m'a souvent demandé ici ou là si je conseillais le Kronos. La réponse n'est pas très simple, car cela dépend beaucoup de chaque type d'utilisation, et j'avoue que j'ai souvent orienté des utilisateurs vers d'autres claviers plus simples d'accès. Pour qui n'a pas besoin de sampling évolué ou de synthèse FM, d'un simple Romplayer ou d'un synthétiseur à modélisation analogique, il y a des instruments plus démocratiques financièrement et surtout techniquement. Beaucoup sont redescendus de leur arbre en étant confronté aux arcanes de la machine, qui nous confronte souvent à nos propres limites et connaissances en matière de synthèse, et je pense que c'est cela que tout le monde n'aime pas. En fait, la machine n'exige aucune compétence particulière, mais de l'expérience dans les synthés, du vécu, et beaucoup de travail (un mot parfois mal venu dans le domaine des loisirs qu'est la musique). Passé un cap, l'instrument est un perpétuel terrain de jeu où tout reste à découvrir, et on éprouve une grande satisfaction quand on a programmé un joli patch utilisant bien le moteur sonore. Saluons au passage le formidable travail des Sound Designers de Korg qui ont pondu une quantité impressionnante de programmes, quasiment tous de qualité et utilisables dans des productions.

Reste l'aspect matériel : l'extérieur est sans doute plus fragile que ses concurrents, et le loupé de Korg sur le problème des touchers lourd RH3 (modèles 73 et 88 notes) a fait l'objet d'une révision sur les modèles Kronos X. Assurez-vous pour un Kronos 1ère génération que ces rubbers ont été remplacés. (les miens l'ont été, ayant la chance d'habiter juste à côté de l'importateur). L'intérieur de la machine fait, à tort, débat sur un synthé qui serait un « PC déguisé » : c'est assez grotesque puisqu'au niveau sonore, le Kronos n'a rien à envier à ses concurrents de même génération, son OS sur Linux est très bien fini (on en est à l'OS 2.21) et très stable. Sa conception à partir de composants courants rend le Kronos facilement upgradable en Kronos X (compter environ 150/200€) et ne procure que des avantages de mon point de vue. Tous les synthés numériques ont une partie hardware qui fait tourner un logiciel, technologie qui avoisine la petite trentaine d'années maintenant. Jugeons donc la machine non pas sur l'impression qu'elle dégage, mais sur ce qu'elle permet, au prix d'une avance technologique qui sera sans doute (et on le souhaite!) bientôt comblée par Yamaha en premier lieu, seule firme (avec Kurzweil, peut-être?) à être en mesure de rattraper ou dépasser un prochain jour le Kronos. Depuis, Korg semble se recentrer sur des machines plus orientées live, moins excitantes mais plus immédiates, là où bien d'autres constructeurs sont présents avec talent (Nord, Elektron, Roland, Arturia...). Quel plaisir de trouver sur le marché un tel choix, aussi bataillé, pour tous les goûts !
Folow10/02/2014

L'avis de Folow"KRONOS - le top"

Korg Kronos 73
Je passe rapidement sur les caractéristiques, juste pour dire que je l'ai en 73 notes (toucher lourd donc). Les + en caractéristiques : le Karma, l'écran tactile...
connectique complète, sons + de 1500, styles via karma, effets complets et jusqu'à 12 empilables + masters, contrôles via 8 potards 16 boutons, 9 tirettes... + le reste ! complet quoi !

UTILISATION

La configuration générale n'est pas "simple". on peut la rendre simple pour du live, mais il faut vraiment rentrer dans la machine pour en tirer ce qu'on souhaite.
l'édition (le choix) des sons est quant à elle très facile et l'ajout d'effet reste simple.
l'édition des sons est facile si on reste dans les réglages de base... si on veut créer vraiment, ben faut vraiment chercher... mais on fait ce qu'on veut quand on prend le temps.
Le manuel est clair... mais il faut avoir déjà touché un synthé pour apprécier les capacités étendues du kronos.
pour ma part pas de pb, mais il faut être averti

SONORITÉS

Les sons sont purement formidables. tous styles, tous types.
les pianos les orgues, les rhodes, les violons, les batteries, à peu près tout est au top.
pour comparer, je dirais qu'ils sont plus chaud mais moins basiques et passe partout que chez yam, que un virus sera plus pro dans les sons électro, et que perso un nord reste à mon gout supérieur dans les sons de piano.
quand on a pas les sous, la place ou la nécessité de tout ça, ben le kronos est tip top.
Je fait de tout avec, studio pour reprises ou compos, et tout style. la seule chose que je ne fait pas avec c'est la gratte électrique ! sinon le reste est à s'y méprendre même pour des oreilles pro.
les cuivres ont moins d'expression que chez yamaha, (les guitares aussi mais c'est pas grave).
L'ensemble est du très haut niveau (encore heureux vu le prix !)
L'expression est très bonne à tout niveau, vélocité parfaitement réglée de base (et réglable), aftertouch super... bref que du bon sur toute la ligne, avec en plus 2 touches d'expressions pour modulation des sons et le curseur 4 direction "vecteur". ça permet de donner une vie au sons super agréable en live c vraiment sympa.

AVIS GLOBAL

je l'ai depuis 2 ans, et c'est vraiment le top pour moi.
j'ai eu d'autres claviers (M3, arrnageurs, j'ai un MOXF6 et j'ai essayé d'autres claviers).
Ce que j'aime le plus c'est la puissance, la patate dans les sons, mais tout est parfaitement réglé, la qualité des sons de tous type.

Les moins : le poids (on y peut rien), le démarrage en 2 minutes (en cas de pépin sur scene C chaud), pas de contrôle direct d'une DAW (il faut vraiment tout faire soi même à ce niveau), et 2 points qui sont une qualité/défaut : l'interface est vraiment complexe, mais permet de faire tout ce que l'on veut... à chacun de voir. à ce niveau certains critique le fait d'avoir l'impression d'un ordi qui fait tout tout seul... ce n'est pas mon cas, mais faut avoir des bases solides et pas peur d'aller dans la machine. autre point : le karma : c'est un élément génial, possibilités infinies, et l'impression d'un élément vivant pour des styles d'enfer. C'est en fait un peu le remplaçant des "styles" qu'on trouve dans un arrangeur. l'inconvénient est qu'il est moins "contrôlable" dans le sens ou il y a tellement de paramètres qu'on ne peut pas tout le temps gérer au poil ce qu'on veut faire. C jouissif mais pas totalement maîtrisable. là encore à chacun d'essayer et de voir.
à aujourd'hui, même si c'est son gros gros point fort, je préfère encore les pianos des Nord... mais il fait tout ce que je veux quand même, et d'autres banques de sons sont dispo (mais payantes) et j'ai pas essayé les démo.
pour les problèmes dont certains ont pu parlé, je n'en ai eu qu'un seul, c'est une des touches du clavier qui frottait sur la barre avant (mon fauteuil avait cogné un grand coup et un peu poussé la barre. c'est réglé en 2 secondes mais je le précise quand même.
autre point : la qualité de sortie des sons. il y a un réel écart entre par exemple le MOXF 6 yam et le kronos (certainement autant qu'un XF yam et un krome). il faut le savoir et le tester mais en être conscient (je n'avait pas forcément compris ça avant).

Si je ne devait avoir qu'un clavier ça serait celui là, et depuis le début et encore 2 ans après je kif le Kronos, et je referait ce choix.
Mais attention : il faut être geek ou clavier averti pour aller dans le ventre de la bête, sinon on peut vite être dépassé par les possibilités. mais c'est le prix à payer pour un plaisir vraiment immense.
porgy29/12/2013

L'avis de porgy

Korg Kronos 73
voir site web

UTILISATION

l'utilsiatione st simple du fait du large écran tactile permettant d'avoir un paramétrage visuel des sons.

SONORITÉS

Sons de piano excellent (le meilleur à mon gout sur ce genre de workstation).
Sons de rhodes très bon.
sons d'orgues moyens à mon gout. Je possede un PA3X Korg sur lequel les sons d'orgues sont meilleurs.
Sons synthétiques excellent.

AVIS GLOBAL

1 an et demi.
La qualité des sons est vraiment à mettre en avant. Le point négatif pour moi est le Karma qui ne permet pas de faire les arpeges que l'on souhaite. Sur le triton Korg avait un concept interessant sur l'arpégiateur. Un autre point négatif est le 73 notes. il me manque toujours la derniere pourtant ca ne fait pas économiser énormément de poids.
J'ai eu un fantom G7, un nord stage, RD700GX, Kurzweil PC88.
Aujourd'hui je possede un PA3X, un motif XF7 et le Kronos.
C'est pour moi le meilleur son de piano. L'editeur permet de paramétrer tous els sons simplement mais possede quelques bugs.
A ce jour c'est le meilleur workstation.
A quand un clavier qui integrera tous les sons possible et inimagineable. Meme avec 3 clavier et un expandeurs, il me manque toujours des sons pour les orchestre de reprise.
Tistouc28/02/2013

L'avis de Tistouc"Tout simplement parfait..."

Korg Kronos 73
J'ai été assez surpris par la qualité du clavier en 73.
Le seul bémol vient du clavier qui est assez long a charger mais une fois allumé, c'est un réel bonheur.

UTILISATION

Le manuel est aussi en français, pas au complet mais les 1200pages concernant le manuel en anglais sont loin d'être compliqué à comprendre. Le DVD de formation permet de faire une première découverte avec l'instrument et il est assez bien fait.
Concernant l'édition des sons c'est simple, peut être parce que je suis habitué à Korg.

SONORITÉS

Les sons sont tout ce qu'on peux rêver concernant les drums, gros sons de synthé, piano électrique piano, orgue, basse...
Concernant les instruments acoustiques, tels que guitare, violons, cuivres, woodwinds... Passez votre chemin, visez plutôt yamaha. Si vous avez les 2, c'est le mieux, vous n'aurez même plus besoin ou presque plus de vst...

AVIS GLOBAL

Je l'ai depuis quelques semaines et je ne regrette pas du tout mon achat, je le referai sans hésitation.
guillaumy22/01/2013

L'avis de guillaumy"pas adapté pour la scène "

Korg Kronos 73
Kronos 73 (toucher lourd) voir caractéristiques sur AF
que j'amplifie avec un Motion Sound KBR 3D (ampli stéréo)
J'ai connecté le clavier à un Macbook sans souçis.

UTILISATION


La configuration générale est-elle simple?

D'abord j'indique que je n'avais jamais abordé une interface Korg auparavant, ce qui a sans doute son importance quand à la suite de cet avis.

Ce qui a motivé mon achat, c'est la variété des différents moteurs de sons, des timbres, des effets, une apparente jouabilité avec une "surface de controle" bien complète sur le kronos.

L'usage souhaité était d'avoir un clavier à l'aise sur scène (mon activité principale) et en home studio, ce pourqu'oi il a tout l'air d'avoir été conçu.

Et là le compte n'y est pas pour moi!

la configuration générale est loin d'être intuitive, il faut un certain nombre d'heures bien documenté (Pdf et forum) pour s'y retrouver dans la navigation et pouvoir effectuer des opérations aussi basiques que d'affecter des controleurs a des
paramètres d'effets accéssibles en direct en mode SET LIST (le mode "live" du kronos)par exemple...

Le manuel s'avère nécessaire et n'est pas toujours bien clair je trouve!

L'édition des sons et combis est fastidieuse a souhait, c'est à dire que la profusion de paramètres éditables sensée permettre d'arriver exactement à ce que l'on veux a ici l'effet inverse, limite "inhibant toute spontanéité" C'est à dire que la plupart des paramètres en amènent d'autres puis d'autres et un peu sans fin ni grande efficacité au résultat final...J'entends le plaisir vient du parcours dans la machine pour arriver au "son" certes, mais bien souvent le résultat final s'est pour moi révélé décevant passé par la suite dans une sono facade et ampli stéréo...boff quoi.



SONORITÉS

Les pianos accoustique et E.Piano essayés au magazin sur des Ecoutes de monitoring sonnaient super, un poil grave mais avec les possibilités d'EQ de la bête je ne pensais pas avoir trop de souçi...
Mes désillusions sont venues d'abord de mon impossibilité (malgré des heure!!!)à trouver un réglage satisfaisant d'un simple piano accoustique a peu près réaliste avec le SGX-1 piano.

J'ajoute qu'entre le résultat au casque et sur un ampli clavier même stéréo c'est le jour et la nuit bien sur; il est donc acquis qu'il faut optimiser chaques sons qui ont vocations a être joué sur scène directement avec l'ampli et là j'ai galéré dur..!

Globalement le son est, bon, au casque très précis même, mais froid (korg?) et difficile à réchauffer sur un ampli pourtant de bonne qualité, je ne parle pas non plus des sonos de façades de plus ou moins bonne qualité lors des concerts.
Vraiment pas facile a faire sonner dans un mix live de façade, une mauvaise surprise la dessus le kronos...

La difficulté de pouvoir organiser mes paramètres de controle d'effet et d'expression selon des règles simples, certains aspect de l'interface du kronos bug ou ne sont pas encore develloppé informatiquement ce qui en restreint les possibilités réelles...
Retravailler à partir d'un preset et réecrire ses propres patch sur les assignations de controleur originales du preset s'avère parfois impossible.

Le temps necessaire pour re-équilibrer une balance dans un combis, regler une reverb rapidement sur scène est bien trop long.

Bien content d'avoir tous les sons du set dans ma SET LIST en Preset le fait qu'il lui faille 2 min pour re-Booter en cas de coupure de courant n'est pas vraiment rassurant...

En résumé sur scène il n'a pas vraiment fait le boulot; au regard de ce que je pouvais en attendre pour beaucoup lié a son ergonomie limitée ainsi qu'au son globalement froid et pas très réaliste.






AVIS GLOBAL

Je l'ai acheté il y a trois mois, pas sur un coup de tête mais pour un ensemble d'usage que j'en escomptais...
Je savais que la machine ne manquait pas de complexité et nécessitais du temps pour être utilisée dans tout son potentiel certes...

Je m'y suis donc mis a fond pendant 2 mois très intense.

Motivé,j 'ai voulu réussir a l'utiliser dans un premier temps basiquement sur scène et c'etait deja pas gagné. l'ergonomie et l'architecture interne rendent assez illisible les différents paramètres assignés à la surface de controle qui changent en fonction des différents modes Set list, Combi, prog, pas evident de se rappeller de tout en live en l'absence d'une logique clair dans l'organisations des controleurs...

Bref J'a eu toutes les peines à parvenir a quelque chose d'acceptable pour moi dans les fonctions basiques (jouer des pianos / E.P/ et B3 et effet dans un contexte Jazz, musique actuelles).

Par conséquent toutes les autres parties du kronos (sequenceur, empilage de synthèse avancé , Karma etc...) qui par rapport a mon usage premier étaient un bonus, je ne les ai même pas regardé tant les fonctions basiques de jeux du clavier etait déjà difficile a obtenir! pas par manque de curiosité!


Ce n'est vraiment pas un bon clavier de scène a mon sens et l'intégration logiciel n'est pas vraiment idéale non plus...sous logic 9 du moins il a un comportement bizarre en tant que plug In

Le Poid est quand même assez lourd au vue du nombre de notes (22 kG) compter 30 kg avec un flycase, tout de même.

La finition laisse un peu a désirer a peine déballé et retourné chez Korg pour craquement sur les sorties audio, changé sans souçi mais bon vu le prix de l'engin
on est en droit d'avoir une finition irréprochable...

Au final une grosse erreur d'aiguillage pour moi le kronos, il convient sans doute a
des gens tres experimentés en grosse workstation déjà dans l'environnement korg depuis longtemps plus axés son a l'image peut être...
Ses points forts le potentiel de la bête, la qualité du clavier, le talon d'achille est pour moi l'ergonomie tres mediocres le beau son pas vraiment au rendez vous.

Une perte de temps pour un musicien comme moi qui doit aussi et surtout travailler son instrument apres le "bachotage" kronos!


Revendu argus pas bon du tout mais pas le choix que de m'en débarasser au bout de 3 mois seulement...

Déçu je ne referrai pas ce choix.

J ai réinvesti depuis dans un Nord Stage 2 76 , moins chère, et suis content du choix car au moins lui sur scène il assure!!!

vipmusicos10/01/2013

L'avis de vipmusicos"Une "bête de grande profondeur""

Korg Kronos 73
clavier 73 lourd (absolument top)
Pour le reste, référez vous à la doc commune aux trois versions...
Mon modèle intègre= 4Go de RAM (ramenés à 3Go utiles), 2SSD (celui d'usine de 30Go et un second de 128Go), une clé uSB2 de 4Go (gadget, mais c'est très pratique d'en avoir une fournie, qu'on dédie à l'engin), et surtout un Nanopad2 (on branche et c'est configuré comme substitut de l'écran de pads virtuels)...

UTILISATION

"Sobre", "efficace", "clair" , "épuré", voilà les adjectifs qui viennent à l'esprit quand on parle du Kronos... mais "simple" me semble radicalement inapproprié!!
J'ai 5 ans de Red Karma derrière moi, mais si globalement la patte Korg conserve ses caractéristiques, tout est nettement plus touffu avec le Kronos: même si l'ergonomie est au top (bel écran tactile, sections claires, commandes solides a priori), en revanche à chaque section son lot d'écrans multiples, d'onglets à foison= tout est éditable, paramétrable, en profondeur; du sounddesign synthé à l'enregistrement multipiste audio, en passant par la gestion des modules Karma, des inserts Fx, on a la main sur tout, pour optimiser les rendus "à sa sauce"...et, pour un néophyte, et même un simple amateur éclairé un peu habitué à ces machines comme je le suis, cela file un peu le vertige!
Le guide de prise en main en français ressemble plus à un descriptif publicitaire qu'à un guide opérateur (cela devient la tendance de balancer des produits internationaux avec une base pdf éditée insignifiante dans les langues des pays de distribution, histoire de se mettre en conformité avec la législation, sans vraiment rendre service aux utilisateurs/clients!)...

La grosse artillerie de 1175 pages pdf est, bien entendu, en anglais et pas éditée sur papier!

Si on part du principe que c'est une bécane haut de gamme réservée à un public initié, ok... pour les gus moyens, dont je fais partie, la partie info/guide dans ma langue (surtout pour un engin de cette complexité) me semble radicalement insuffisante!


SONORITÉS

Sons sublimes sauf pour les choeurs/scats humains d'usine et leurs animations par le Karma2 (qui les rend souvent super synthétiques et artificiels)= on est très loin derrière le Tyros 4 que je possède et que j'ai upgradé avec des samples issus du meilleur de la MAO (samples réutilisables of course sur Kronos)... Mais sur ce terrain et celui des instruments acoustiques (notamment par rapport aux SA2 des Tyros 3/4), c'est un peu décevant pour la palette d'usine.

En revanche côté, moteurs synthés, pianos, pianos électriques, orgues, et même drums, le Kronos met la misère à mon Tyros 4 que je trouvais encore il y a quelques temps tout à fait top!

Avec les animations Karma, le mélange des palettes sonores, le Kronos "sonne", mais alors "sonne grave"... et je ne suis qu'en phase de découverte de surface!

AVIS GLOBAL

Pas à conseiller à des débutants sur WS... mais assurément, même si je n'ai que trop peu de recul, Le clavier de mon set, et pourtant j'ai un Tyros 4 "ESP"... la vedette de mon home-studio s'appelle Kronos et s'installe pour longtemps!

Les seuls bémols tiennent au niveau de certaines sonorités d'usine(choeurs, scats, certains instrus acoustiques), de la complexité d'usage ( qui, en même temps, est la qualité de la bestiole= faite pour peaufiner, approfondir et durer!), et du manque d'un manuel des grandes profondeurs, dans la langue des utilisateurs, car à ce niveau d'excellence et de prix, on pourrait attendre un respect des clients dans leurs diversités linguistiques...

Pour conclure positivement, le Kronos est une sorte de Graal (version enfin démocratisée de l'Oasys) du keyboardiste moderne= je ne doute pas un instant qu'il restera le coeur de mon home-studio= tant pour son ouverture possible vers toutes les palettes de sons (sampling, collections additionnelles de progs, combis, seq waves, soundesign via 9 moteurs de synthèse= déjà qui peut se vanter d'avoir fait le tour des possibilités de la FM7???!!!) que par ses qualités d'enregistreur numérique et station fx (que je n'ai même pas encore abordées)...

Edition 2015: Encore une fois, Korg a démontré que les clients avaient de l'importance= l'OS3 a été mis gratos à disposition de tous les possesseurs des Kronos de 1ère génération à la sortie du Kronos2! Mode SetList avec de beaux effets de couleurs pour bien s'y retrouver+ des tas de goodies pour l'ergonomie+ des fx en plus... franchement, il est d'autres constructeurs qui feraient bien de s'inspirer de cet esprit Korg!
ganice22/11/2011

L'avis de ganice"grandiose!!!"

Korg Kronos 73
voir site korg

UTILISATION

oui

SONORITÉS

certains sons tres realistes(les pianos accoustiques,rhodes etc

AVIS GLOBAL

je ne possede pas ce clavier mais j'ai eu le plaisir d'ecouter la demo au magasin de musique"milonga" par le demonstrateur korg -france michel deustch! lorsqu'on recherche un synthe,on recherche avant tout la qualite sonnore des programmes;ce magasin possede de plus les claviers yam roland rd700nx ,le tout nouveau clavia et je possede le kurz pc3 donc la comparaison peut-etre plus precise:jusqu'a present les korgs n'etaient pas trop reputes pour les sons accoustiques(surtout pianos accoustiques )mais c'est la premire fois que lorsque on ecoute le kronos ,on entend vraiment le grain sonnore d'un vrai piano ainsi que la resonnance ;pour faire court, le kronos depasse ses concurents dans bien des domaines ;le mieux etant evidemment,de l'ecouter
Scoubidou14/09/2011

L'avis de Scoubidou"SubliXXime !!! Revu et corrigé..."

Korg Kronos 73
Le clavier comporte 73 notes avec un touché lourd de type RH3, du Mi au Mi, parfait pour mon utilisation, ce qui n'était pas le cas avec le M3-73 dont le clavier allait du Do au Do.
La réponse du clavier est sensiblement la même que sur le SV-1 (voir identique?); j'avais essayé le sv-1 en magasin et j'avais adoré le comportement du clavier…

Après 1 an d'utilisation, je suis toujours enchanté par la qualité du clavier.
Depuis, j'ai pu lire ici ou là des personnes qui l'ont beaucoup critiqué. Pourquoi??? En tout cas, mon Kronos est un des premiers fabriqués et je n'ai aucun problème de clavier. La seule remarque est que les espacements entre les touches ne sont pas parfaitement égaux, je ne l'avais pas remarqué. En comparant les "nouveaux Kronos" en magasin, je n'ai pas l'impression que ce "problème" d'irrégularités soit résolu! en tout cas, moi cela ne me dérange pas, d'autant plus que je me suis aperçu que le clavier du piano Kawai de ma femme n'était pas parfaitement régulier non plus ;-)

L'écran est magnifique, malgré que ce n'est pas un iPad ;-p

Il y a un port USB qui permet de communiquer avec un ordinateur en audio et en midi.
Et là, attention c'est du lourd :
Le Kronos est reconnu «Out of the Box» par mon système GNU/Linux basé sur KXStudio (j'ai aussi testé avec Tango Studio, aucun problème non plus)!!!
Tout fonctionne à merveille.
On retrouve les entrées/sorties du Kronos dans Jack. J'ai pu routé le son du Kronos vers les sorties de ma RME 9632 HDSP qui sont connectées sur mes enceintes de monitoring, ça tourne comme une horloge quelque soit le réglage de latence dans Jack.
Incroyable, c'est d'la bombe!!!

Avec la version 2 (X), on a accès au contenu du disque interne en FTP, il faut utiliser un adaptateur ethernet USB (celui de la pomme est parfaitement reconnu!). C'est génial pour transférer, renommer et organiser le contenu du Kronos. En plus, avec le FTP, c'est facile de synchroniser un répertoire de son ordi, qui correspond au contenu du Kronos. Une belle avancée!!!

Peut-on espérer que Korg nous sortira un éditeur compatible GNU/Linux??? Ce serait là un vrai miracle!

En tout cas, tout ça est déjà trop beau… je n'en croyais pas mes oreilles!!!!
Merci à KORG de prendre ses utilisateurs au sérieux.

De plus, le code source de l'O.S. faisant tourner le Kronos est fourni dans les DVD livrés avec la machine!!!

UTILISATION

Le mode Set List apporte un confort indéniable, pourquoi n'y avait-on pas pensé plus tôt???

sinon pour le reste, cela reste une machine assez complexe pour ceux qui n'ont jamais eu de workstation… pour les autres, l'écran tactile et les divers raccourcis rendent agréable l'édition sans pc.

Après un an d'utilisation, je suis loin d'avoir saisi toutes les possibilités de cet instrument!!!

SONORITÉS

Le mieux c'est de l'écouter pour se rendre compte!!! ;-)

Pour ne pas en faire un roman, tout est très bon!

Les sons d'harmonica sont nazes, comme chez tout le monde
J'ai été bluffé par les sons d'accordéons qui sonnent superbement bien!

Les pianos sont fabuleux.
Les pianos électriques idem

Avec la mise à niveau 2.02, le streaming est fonctionnel pour les samples perso, si on manque de sons, il suffit d'importer des banques Akai, ou des SoundFont (SF2) pour personnaliser la machine.
J'ai commencé par exemple à sampler Omnisphère et Mach Five pour les avoir dans le Kronos.

Le Kronos est pour moi l'instrument idéal pour remplacer tous les autres. On peut tout mettre dedans!
Si vous trouvez le son du Kronos froid de chez Findus ;-p , voici mon conseil : ajoutez un bon petit EQ en sortie (style Manley Mini Massive).


AVIS GLOBAL

Tout simplement le meilleur clavier que j'ai pu acheté depuis 12 ans!!!
Je l'ai acheté il y a un an après 8 mois à parcourir forums et documentations!!! Faut dire que Korg nous a laissé le temps de la réflexion!

Il a donc tout naturellement remplacé mon merveilleux K2500XS Kurzweil, désolé mon vieux, mais j'avais pas la place pour vous 2 :-(((

Avec les améliorations apportées avec la version 2.02 (X), il est de loin le meilleur du marché. Enfin un instrument qui rivalise techniquement avec les instrus virtuels.
Désormais, les instrus virtuels, j'en sample le meilleur avec le Kronos et je les remise au placard (sauf DFH2).

Merci KORG!!!