Vox AC15VR
+
Vox AC15VR

AC15VR, Ampli combo hybride pour guitare de la marque Vox appartenant à la série Valve Reactor.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
test VeRy Vox

Test du AC15VR de VOX

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Il y a quelques années, VOX ressortait leurs mythiques AC30 sous forme de tête d’ampli ou de Combo, le tout fait en Chine, donc à un prix abordable. Cette année encore, VOX nous gâte avec une série « hybride », utilisant une technologie d’amplification particulière mixant transistors et lampe. C’est le modèle 15 Watts qui passe aujourd’hui à la casserole.

Technologie hybride

 

 

Vox AC15VR

 

Tout le monde a déjà entendu parler des séries hybrides chez Marshall (Valvestate) ou chez Fender. Il s’agissait souvent d’un mix entre une amplification à transistors et une lampe 12AX7 en guise de préamplification. Cette technique permettait de lisser un peu la raideur du transistor et surtout de permettre à ces amplis de bien encaisser les pédales (nostalgie de mon Marshall 8080 Première série). VOX a utilisé ici une technologie différente pour cette série VR : La partie préamplification est assurée par des transistors et des ampli-ops, alors que la partie amplification repose sur une simple 12AX7 ! « Comment ça ? Il a dû se tromper ! » J’avoue avoir douté moi aussi de ces informations, mais elles s’avèrent exactes et vérifiées. C’est la même technologie qui a été utilisée dans la série Valvetronix. Cette lampe d’  «amplification» a même été renommée « Valve Reactor » pour l’occasion.

 

Explication : Une lampe 12AX7 est une double triode, qui est présente dans le circuit uniquement pour donner une couleur au son. Elle est ensuite raccordée à un amplificateur de puissance à transistors plus important et plus neutre. La lampe ne sert donc qu'à colorer le signal, le gros de l'amplification étant assuré par les transistors.

 

Autopsie

 

 

Vox AC15VR

 

L’ampli est doté de canaux séparés : un clair contrôlé par le « normal volume » et un canal plus axé crunch / distorsion avec deux niveaux de gain (OD1 et OD2). La section « master » comprend le volume général de l’ampli. Le mieux est de régler le volume du canal utilisé afin d’obtenir le son voulu (niveau de gain) et ensuite de lever le potentiomètre master pour augmenter le niveau général en faisant attention de ne pas trop pousser, sinon la saturation sera inévitable (mais si c’est voulu, allez-y !). Dans cette même section, on observe la présence d’une réverbe numérique qui devient vite brouillon quand on pousse un peu le volume. Mais elle suffit à donner un peu de vie au son clair si on ne dépasse pas 9 heures. On peut l’enclencher manuellement en levant le potard ou par le footswitch optionnel. Ce dernier permet aussi de changer de canal.

 

Le VOX AC 15VR est équipé d’un égaliseur deux bandes basses/aigus, comme quasiment tous les VOX si je ne m’abuse. En poussant le potard des basses, on écrase le signal pour retrouver ce qui fait le charme des amplis VOX. Essayez un réglage poussé en Palm Mute et vous comprendrez ! Pour ce qui est des aigus, le son a tendance à devenir un peu agressif passé midi aussi bien en son clair qu’en grosse distorsion.

 

 

Vox AC15VR

On remarque un panneau de contrôle qui va à l’essentiel, sans fioritures ni couleur Funky, on ne rigole pas chez VOX. Sur ce modèle il n’y a pas de simulation d’ampli, pas d’effets inutiles, pas de boucles d’effet, pas de sortie directe. On branche et on joue !

 

 

Sur le panneau arrière, il est possible de connecter un Haut-Parleur externe à l’ampli qui bypass le haut-parleur interne. Attention de bien respecter l’impédance de 8 Ohms et d’effectuer l’opération lorsque l’ampli est éteint !

 

Au Charbon

 

Vox AC15VRLe VOX AC15VR est un ampli de 15 Watts équipé d’un Celestion Custom de 12 pouces. Grâce à son master volume, il est possible de pousser l’ampli afin d’obtenir une distorsion de la lampe, on obtient alors un bon crunch ou en poussant plus loin le gain, une distorsion assez moderne. On trouve facilement un son agréable et le façonner à sa sauce est très simple : il suffit de comprendre le principe des différents volumes.

 

L’ampli ne vibre pas à fort volume, pas de bruit résiduel, l’aspect et les finitions sont de bonnes factures. J’ai remarqué un temps de chauffage de quelques secondes avant de pouvoir l’utiliser, cela prouve bien la présence d’au moins une lampe.

 

Deux guitares ont été branchées dans la bête : une Gibson Les Paul Custom de 1978 et une Fender Stratocaster de 1972. Les samples ont été enregistrés au Studio UFO avec un Shure SM57 et un BeyerDynamic M160 branchés dans un Chandler Limited TG2 sans EQ ni compression, le tout dans une Interface Digidesign 192 I/O.

 

J’ai pris soin de prendre en photo les réglages utilisés au niveau de l’EQ. L’ampli manquait un peu de basses, et puis un VOX offre, a priori, une jolie saturation quand on pousse le potard Bass.

 

Fender Clean- Crunch Neck
00:0000:26
  • Fender Clean- Crunch Neck00:26
  • Fender Clean Neck00:24
  • Gibson ODD1 bridge00:25
  • Gibson Clean Middle00:23
  • Gibson ODD2 bridge00:26
  • Gibson Clean Neck00:18
  • Gibson ODD1 Neck00:15
  • Gibson ODD1 Middle00:15
  • Gibson Clean bridge00:26
  • Gibson ODD2 Middle00:22
  • Gibson ODD2 Neck00:26

 

 

 

 

Vox AC15VRÀ l’écoute des samples, on se rend compte que ça tient la route pour des crunchs et des clairs moelleux, mais l’overdrive de type 2 est un peu « poussive », on pourrait dire qu’elle est plus « Moderne » mais c’est trop sale pour être exploité correctement.

 

Lorsqu’on pousse les basses (comme sur la photo des réglages), le son se compresse de façon agréable. Les aigus deviennent vite agressifs quand on pousse un peu, j’ai remarqué ce phénomène sur la Stratocaster et sur une Telecaster Thinline.

 

Le niveau de l’ampli est suffisant pour jouer en appartement, mais il suffit d’un batteur/bûcheron + un bassiste pour couvrir ce pauvre AC15VR (normal me direz-vous). Il existe une version 30 Watts (AC30VR) pour ceux qui voudraient l’utiliser en répètes, car si on peut brancher un 4X12 grâce à la sortie externe, il sera très difficile d’obtenir un son clair à un niveau élevé.

 

Autre détail qui a son importance : le changement de canal n’est pas sans encombre. Le son s’écrase une demi-seconde avant d’arriver au canal overdrive, ce qui n’est pas trop la classe avant de lancer un solo ou de partir sur une grosse rythmique ravageuse. J’ai déjà connu des amplis qui faisaient « poc » lors du changement de canal, mais là, il s’agit plus d’un fade in court.

 

Conclusion

 

Vox AC15VRPour conclure, ce petit ampli tient la route, on le trouve à moins de 300 € en France, il suffira largement pour des guitaristes voulant jouer chez eux grâce au master volume qui permet de pousser le gain sans se faire des ennemis dans le voisinage. Il ne possède pas de prise casque coupant la sortie Haut-Parleur, mais une sortie vers un cabinet externe est possible. On apprécie la simplicité d’utilisation, le peu de temps pour trouver un son de bonne qualité, bref, à moins de détester la philosophie et le son VOX, on peut acheter les yeux fermés.

 

 

Points forts Points faibles
  • Bon rapport qualité/prix
  • Qualité de construction
  • De jolis crunchs
  • Sortie pour brancher un autre Haut-Parleur
  • Un peu lourd pour un 15 Watts
  • L’overdrive de type 2 trop sale
  • Changement de canal pas très net
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail