AutoProduction & Business
Forums thématiques AutoProduction & Business
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test de MyMusicPro.com

pédago Un pro au bout du fil
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Que penserait un ingé son professionnel ou un programmateur radio de votre maquette? Que dirait un avocat du contrat qu'on vous propose? Et que diriez –vous si vous pouviez obtenir ces réponses d'un simple coup de téléphone?



Ma mère adore ce que je fais, mais ma mère n’est pas un pro, pas plus que ma copine, mon meilleur ami ou mes collègues. Du coup, quand je boucle une chanson et que je propose de faire écouter ma maquette à ce petit monde, j’ai certes droit à des critiques souvent intéressantes, mais rarement à des conseils précis, susceptibles de me donner du grain à moudre. Au-delà de ça, aucune personne dans mon cercle de proches n’est en mesure de dire ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire, quelles modifications porter ou quelle direction suivre pour qu’à la fin, mon morceau puisse prétendre à une diffusion radio, ou encore me permette de démarcher  les labels et maisons de disques. Evidemment, quand on s’appelle Sinclair, David Halliday ou Matthieu Chedid et que, depuis tout petit, on fréquente la crème des professionnels, ce problème ne se pose pas. Mais quand on est un poor lonesome zicos sans carnet d’adresses, c’est une autre paire de manches.

Et  c’est là qu’interviennent Universal et son nouveau site MyMusic-Pro.com. Oubliez Pascal Nègre, la StarAc et tous les préjugés que vous pourriez nourrir au sujet de la World Company du disque, ce site pourrait bien vous intéresser plus que vous ne le croyez, et si d’aventure, vous lâchiez 50 € dessus après avoir lu cet article, il se pourrait même que ce soit l’argent que vous ayez le mieux dépensé depuis ces derniers mois. Explication…

Hotline de luxe

L’idée de MyMusic-Pro.com est simple : proposer du conseil pour musiciens via téléphone. Est-ce que mon mix sonne pro ? Quels arrangements sont susceptibles de plaire à une radio ? Comment démarcher un label ? Dois-je accepter telle ou telle clause de ce contrat ? Que penser de ma pochette d’album, de mon son de caisse claire ou quelle option choisir pour mon costume de scène? Ce sont là autant de questions que vous pouvez poser au téléphone à une équipe d’experts réunie par Universal…

Ces derniers sont classés dans différentes catégories : ‘Potentiel de ma musique’ rassemble des directeurs artistiques ou des programmateurs radio, ‘Enregistrement/Technique Vocale’ des ingés son et des profs de chant, ‘Gérer ma carrière’ des directeurs de labels, des managers, des juristes ou mêmes des conseillers en communication graphique. Enfin la dernière catégorie est quant à elle dédiée aux musiques urbaines et comprend des managers, des ingénieurs du son, des attachés de presse, etc. spécialisés dans les genres Hip Hop et RnB.

Là où Universal a bien fait les choses, c’est dans la qualité globale des intervenants proposés. La grande force de la maison de disque, c’est son carnet d’adresse et les professionnels accessibles sur MyMusic-Pro.com ont en effet, pour la plupart, de vraies belles références. Si le réalisateur Laurent Guéneau a ainsi bossé avec Zazie, Iam ou Césaria Evora, Nicolas Gauthier a joué les directeurs artistiques pour Rachid Taha, Bernard Lavilliers et Alain Bashung. Et que dire de Regis Ceccarelli qui, en plus d’avoir publié un album chez  Blue Note et accompagné DeeDee Bridgewater, Bireli Lagrene, Steve Grossman ou Richard Bona, a signé des réalisations ou des arrangements pour des artistes aussi divers qu’Alain Souchon, Henri Salvador ou Abd-al Malik… Rayon producteur, on trouve aussi Yves El Baze qui s’est occupé des tournées de Liza Minnelli, Earth Wind & Fire, Al Jarreau, Curtis Mayfield, James Brown, Chic et a managé Barry White, Kool & the gang et Roger Hodgson. Quant aux musiques urbaines, elles sont dignement représentées avec Mounir Maarouf (Sinik), François Laforestrie, directeur de la radio Générations 88.2, ou encore François Trez, l’attaché de presse de Disiz La Peste. En marge de ce petit monde, on trouve aussi de vieilles gloires de la StarAc : l’occasion de se rendre compte qu’en dehors de ce travail alimentaire, un Matthieu Gonnet a aussi signé la BO d’"Un conte de Noël" d’Arnaud Desplechin et bossé avec le quasi underground Jean Guidoni… Bref, il y a de la qualité et de la variété dans le panel, et s’il n’est pas encore possible de faire écouter ses compos à Brian Eno, Steve Albini ou même Dominique Blanc-Francard, gageons que le succès aidant, Universal saura convaincre plus de professionnels de rejoindre l’équipe de MyMusic-Pro.

Mode d'emploi

Pour l’heure, vous devrez donc porter votre choix sur un des trente intervenants dispos sur le site. Le choix se fera bien sûr en fonction du domaine sur lequel portent vos questions et de votre genre musical, mais aussi en fonction du CV de l’intervenant et de sa côte. Chaque pro du site est en effet affublé d’une note allant de 0 à 5 étoiles, attribuée par les internautes à l’issue de leur entretien. Il est aussi possible de laisser un commentaire sur l’entretien. Le service démarre et comme Wengo, le partenaire technique d’Universal, a choisi de mettre une note de 3 étoiles de base à chaque intervenant, on ne peut pas encore dire que ces appréciations soient très fiables. Les commentaires laissés par les utilisateurs sont quant à eux tous très bons. Renseignements pris auprès d’Universal, ces derniers ne font l’objet d’aucune modération. En cas de mauvaise appréciation, il est toutefois prévu que l’intervenant use d’un droit de réponse, mais on nous rassure là-dessus : aucune censure ne sera exercée et l’échange demeurera en ligne.

Autre élément qui peut avoir son incidence dans le choix de l’intervenant : le prix. Car si tous ces experts sont rémunérés à la minute, ils ne pratiquement pas le même tarif. Les moins chers sont ainsi disponibles à 1 € la minute tandis que les plus chers sont à 4 € la minute. Comprenez bien toutefois que tout l’argent ne va pas dans la poche de l’intervenant. Interrogé sur ce sujet, Xavier De Baillenx, en charge du projet MyMusic-Pro.com chez Universal, nous explique qui gagne quoi dans l’histoire : « l’intervenant touche au minimum 52 % de la somme perçue, ce pourcentage augmentant en fonction des horaires qu’il pratique et de son deal avec Universal. Universal et Wengo se partagent quant à eux l’argent restant ». En gros, sur un coup de fil de 20 minutes à 2 € la minute, l’intervenant touche un peu plus de 20 € tandis que Wengo et Universal gagnent un peu moins de 10 € chacun…


Wengo ?


MyMusic-Pro.com est un site réalisé en partenariat par Universal et Wengo, le premier apportant son carnet d’adresses et sa force de communication tandis que le second gère toute la technique : du développement du site jusqu’au payement en ligne en passant par la mise en relation téléphonique. Il faut dire que Wengo est déjà un spécialiste du conseil via téléphone, le site de base mettant à votre disposition 1500 experts pour des sujets aussi variés l’enseignement, le juridique, les finances, mais aussi la psychologie, l’astrologie et même le shopping. En dehors du logo, le design de MyMusic-Pro.com  est d’ailleurs en tous points semblable à celui de Wengo.com.
Bref, le deal est plus qu’équitable pour les 3 partis. Reste à savoir si le client s’y retrouve et si, dans le cas évoqué, les 20 minutes de conseils valent les 40 euros… Le seul moyen de le savoir, c’était de tenter l’expérience en  soumettant deux titres et d’enregistrer les conversations pour vous laisser seuls juges de la pertinence du service. L’enregistrement des appels téléphoniques étant très réglementé en France, c’est après avoir signé une autorisation d’enregistrement que j’ai proposé mes propres compos à deux intervenants : Thierry Voyer, programmateur sur la radio Neo, et Régis Ceccarelli, producteur.

Comment ça marche? C'est plutôt simple. Vous commencez par aller sur la fiche de l’intervenant et vous cliquez sur ‘Prendre Rendez-vous’. Dès lors, vous accèdez à l’emploi du temps de ce dernier, ce qui permet de choisir un créneau horaire, puis vous rentrez les infos relatives au payement (ce que personnellement, je n'ai pas fait, les communications pour ce test étant à la charge d'Universal). Vous choisissez ensuite l’horaire de rendez-vous, indiquez le numéro sur lequel vous voulez être rappelé et saisissez dans un champ texte un message à l’intention de l’intervenant : c’est là qu'on indiquera les coordonnées du site (MySpace ou autre) où ce dernier pourra écouter ou récupérer les compos ou les pièces relatives à l'appel. Après validation, il ne reste qu’à attendre l’heure du rendez-vous. Quand cette dernière arrive, le serveur téléphonique vous appelle, puis appelle l’intervenant et vous met enfin en relation, une voix de robot vous informant de l’évolution de la procédure. Sitôt le coup de téléphone fini, le coût de l’appel est reporté dans votre espace Membre et votre carte est débitée. Simple comme bonjour. Mais le plus important est ailleurs, et je vous propose donc d’écouter l’intégralité de ces conversations basées sur le 'Presskit' que j'avais concocté. Ce dernier comprenait un communiqué de presse, deux MP3 tagués comme il se doit, les textes des deux chansons et quelques visuels (pochette, photos…). Bref, à peu de choses près ce qu'on trouve sur mon MySpace : http://www.myspace.com/nwarmusic.


Régis est tout sauf un con


L'entretien avec Thierry Voyer :
00:0000:00


L'entretien avec Regis Ceccarelli :
00:0000:00

(Enregistrés à l'arrache le téléphone dans une main, le Zoom Q3 dans l'autre...)

L’ambiance est plutôt détendue, mais très courtoise : on se tutoie, mais sur les deux coups de fils, j’ai vraiment ressenti un grand respect de l’intervenant pour ma démarche et ce que je proposais, ainsi qu’une grande simplicité. Aucun des deux ne me prend de haut en m’appelant ‘Coco’ et en tirant sur un Havane. Par ailleurs, même s’il y a du ‘gras’ dans les conversations (des choses plus superflues de mon point de vue), je n’ai jamais eu l’impression que Thierry Voyer et Régis Ceccarelli jouaient la montre pour faire grimper ma facture : tous deux ont pris le temps d’écouter mes compos (Régis a même pris des notes) et m’en ont dit le maximum de ce qu’ils pouvaient m’en dire, la critique s’avérant toujours constructive et, finalement, assez juste.

Chose intéressante, les deux coups de fil s’avèrent extrêmement complémentaires dans ce sens où les intervenants n’ont pas les mêmes profils. Si Régis, en tant qu’arrangeur, musicien et producteur,  déborde d’idées en termes de sons, d’écriture ou d’arrangement, Thierry m’apporte plus un point de vue de décideur sur la pertinence de ce que j’ai à faire écouter : même si une partie de l’entretien aborde le côté artistique, ses commentaires sont plus liés à son activité de programmateur et ce faisant, il me parle des portes auxquelles je pourrais frapper, ou encore de mon presskit…

A l'heure de l'addition

Reste à parler du coût de tout cela : en deux conversations de 20 et 25 minutes, j’ai dépensé 40 puis 50 €.  Cela les vaut-il ? Je vous laisse seul juge de la chose après avoir écouté les conversations. Toujours est-il que pour le prix de deux places à EuroDisney, je repars avec pas mal de choses à essayer, une idée globale du niveau de ce que je propose, de ce sur quoi je dois bosser et de ce à quoi je puis prétendre. Vous me direz sans doute que j'aurais pu glaner gratuitement autant de bons conseils sur les forums d'AF. Certes, sauf que cela ne se serait pas resté dans un cadre privé (ce qui peut être décisif pour une question juridique par exemple) et que mes interlocuteurs n'auraient pas nécessairement à mes yeux des références suffisantes pour être crédibles sur certaines questions : qui, en dehors d'un directeur ou d'un programmateur radio, peut vraiment dire si un morceau est diffusable ou non? Après que celui-ci m'a dit que mes titres n'étaient pas programmables en l'état, qu'il fallait les améliorer, j'économise par ailleurs les quelque 50 enveloppes et CD que j'aurais envoyés en pure perte…

Toutefois, vu que chaque intervenant est différent et pratique un prix différent, il va sans dire que le rapport prestation/prix est très variable suivant les cas. Le coach vocal Richard Cross est ainsi à 3 € la minute, soit 180 € l'heure par téléphone. Or, sur le site de son Centre de  Formation Vocale, on découvre qu'une heure de coaching vocal personnalisé est facturé 60 €… Sachant que pour un court de chant, le téléphone est plutôt un handicap, on voit mal ce qui justifierait de passer par MyMusic-Pro à ce prix là, si ce n'est l'éloignement. En effet, si les habitants des grandes villes disposent de tous les services nécessaires à deux pas de chez eux, ce n'est pas forcément le cas de ceux qui vivent en rase campagne. Et s'il fallait ajouter le prix d'un aller-retour en TGV  aux 60 € du cours de chant, il est fort probable que la solution téléphonique redeviendrait intéressante. Il en est sans doute de même avec les avocats : trouver un bon juriste près de chez soi n'est pas toujours évident, et encore moins un spécialiste en droit d'auteur et contrats musicaux…

En outre, mentionnons le fait que dans leur grande majorité, les professionnels réunis par Universal ne consultent pas : en dehors de MyMusicPro.com, je n'aurais jamais eu le moyen de savoir ce que Regis Ceccarelli ou Thierry Voyer pensaient de mes compos…

Conclusion

Même s'il est perfectible dans sa réalisation (on voudrait plus d'intervenants et un site au look moins "Wengo de base", avec un moteur de recherche, etc.), MyMusic-Pro.com a le mérite de proposer un vrai nouveau service aux musiciens, susceptible d'intéresser ceux qui ont déjà envoyé des centaines de CD à toutes les maisons de disques et les radios sans jamais avoir de réponse, mais aussi ceux qui ne disposent pas, à proximité de chez eux ou dans leur entourage, de personnes capables d'apporter des réponses précises à leurs questions. Le panel de professionnels qu'on y trouve est relativement varié et, sur les deux essais qu'il nous a été donné de faire, il ne fait aucun doute que les intervenants sont tout à fait pertinents et constructifs dans leur rapport avec le client.

Evidemment, le prix à payer en rebutera certains, mais je n'ai personnellement aucun doute sur le fait qu'une cinquantaine ou une centaine d'euros dépensés dans un entretien avec un interlocuteur de qualité peuvent même être, à la fin, un moyen d'économiser de l'argent. Une bonne idée, donc, testée en France et dont on espère qu'elle sera portée à l'international, histoire de taper dans du lourd : oui, je rêve de discuter de ma maquette avec  George Martin ou Nigel Godrich. Pas vous?



Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail