Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

Introduction

Autoprod : Faire connaître sa musique (I)
Partager cet article

Comment attirer l'attention sur votre musique ? Se faire connaître est un art, promouvoir ses morceaux un métier... Voici donc des conseils pour savoir comment améliorer le succès "commercial" de votre musique.

Il s’agit vrai­ment d’une série d’ « Astuces du Jour ». Les ingur­gi­ter en un seul coup vous rendra proba­ble­ment malade. L’ar­ticle comporte volon­tai­re­ment des répé­ti­tions pour que vous n’ayez pas à lire tous les chapitres en une seule fois. Donc allez-y lente­ment !

Inspi­rez-vous en, essayez-en une. Juste une. Ça marchera et ça va vous encou­ra­ger à en faire plus. La semaine d’après, essayez-en une autre puis celle d’après encore une autre. Et fina­le­ment tout le monde vous deman­dera pourquoi vous avez autant de chance !

Impor­tant

  • Rien ne vous dit ici d’être ce que vous n’êtes pas.
  • Le but est simple­ment de mettre en avant ce que vous êtes vrai­ment et que tout le monde puisse le voir.
  • N’ou­bliez jamais que vous êtes un artiste.
  • Et une partie de votre travail d’ar­tiste est d’at­ti­rer l’at­ten­tion sur ce que vous créez.
  • Une brosse à dents sur le rebord d’un lavabo n’est pas de l’art. Une brosse à dents accro­chée sur un mur avec un spot dirigé dessus dans une pièce remplie de monde, ça c’est de l’art. C’est parti… 

Les grandes stra­té­gies

Stratégie, stratégie...Appe­lez là où vous voulez aller et deman­dez comment y parve­nir. Cela marche dans l’autre sens aussi.

Défi­nis­sez vos buts (votre desti­na­tion finale) et appe­lez quelqu’un qui y est déjà pour lui deman­der comment faire pour arri­ver là.

Si vous voulez être dans Guitar Maga­zine, prenez le télé­phone, appe­lez leur bureau à Paris, et lorsque la récep­tion­niste répond, deman­dez « L’édi­to­rial, S’il vous plaît » . Deman­dez à quelqu’un du service de l’édi­to­rial quels publi­cistes ils recom­mandent. Ensuite appe­lez chaque publi­ciste et essayez d’at­ti­rer leur atten­tion. (Indice : ne faites pas perdre le temps des gens de Guitar Maga­zine en leur deman­dant les numé­ros de télé­phone des publi­cistes. Vous pouvez les trou­ver quelque part. Raccro­chez le plus rapi­de­ment possible.)

Si vous voulez jouer au club le plus bran­ché en ville, rendez-vous y et deman­dez au proprié­taire de vous accor­der 5 minutes de son temps pour qu’il vous donne des conseils. Deman­dez-lui sur quels critères (par ordre d’im­por­tance) il se base pour enga­ger ses artistes/groupes. À nouveau, soyez brefs. Obte­nez les infor­ma­tions cruciales et partez. (Jusqu’à ce que vous reve­niez pour jouer dans son club !)

En d’autres mots : appe­lez là où vous voulez aller et deman­dez comment y parve­nir. Vous y arri­ve­rez bien plus vite qu’en marchant aveu­glé­ment dans la rue en espé­rant que cela vienne tout seul

Mettez vos fans au travail

Vous savez, ces personnes qui sont toujours au premier rang à chaque fois que vous jouez ? Vous savez, ces personnes qui vous envoient sans arrêt des e-mails en vous disant combien ils aiment votre musique ? Vous savez cette personne qui a dit : « Et si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle moi ! ». Mettez-les au travail !

Souvent, les personnes qui agissent comme cela sont des personnes qui rêvent de pouvoir entrer dans ce milieu, qui cherchent à être utiles. Elles veulent sentir qu’elles ont un autre but dans la vie que leur boulot de comp­table (pas d’of­fense !). Vous pouvez être la meilleure chose qui puisse arri­ver dans leur vie.

  • Vous pouvez remettre en confiance une adoles­cente qui traverse une période diffi­cile d’in­sé­cu­rité et qui est dans une phase d’im­po­pu­la­rité dans son lycée. Vous pouvez lui donner une mission !
  • S’ils sont vrai­ment fans de votre musique, invi­tez-les à venir manger une pizza chez vous tout en faisant un mailing pour les clubs de la région.
  • Allez ensemble en ville pour y coller vos affiches de concert, pour y poser vos flyers dans les cabines télé­pho­niques.
  • Dites-leur de rame­ner leurs amis à un concert que vous faites à 100km d’ici.
  • Ayez l’au­dace de deman­der à ces personnes qui vous envoient sans cesse des e-mails si elles sont prêtes à ouvrir « L’of­fi­ciel du Rock » et à envoyer votre press­book à 20 maga­zines chaque semaine.
  • Bien­tôt vous les lais­se­rez faire tout seul, pour prêcher le message de votre musique.
  • Fina­le­ment, lorsque vous commen­ce­rez à être plus connus, ces personnes pour­ront être à la tête de 20 autres personnes qui s’oc­cu­pe­ront toutes comme des damnés de promou­voir votre musique à chaque fois que vous avez un concert ou un nouveau CD.

Ceux d’entre nous qui sont débor­dés de travail peuvent se deman­der « Comment quelqu’un serait-il inté­ressé à faire ce travail d’es­clave ? » En fait, il y a plein de gens qui ont du temps à consa­crer et qui veulent faire autre chose que de rester planté devant leur télé. N’ou­bliez pas non plus que pour la plupart des gens, le monde de la musique est de la magie pure. C’est Holly­wood. Ces sont les paillettes, c’est deve­nir célèbre et c’est si exci­tant ! Travailler avec vous est proba­ble­ment la meilleure manière pour eux de se rappro­cher de cet envi­ron­ne­ment. Donnez leur la chance de pouvoir entrer dans ce cercle fermé : mettez-les au travail.

Mettez les photos du public sur votre site

Un truc pour que votre public signe cette fameuse mailing-list et qu’elle fasse partie de votre fan club.

  • À chaque concert que vous faites, prenez votre appa­reil-photo et un cale­pin.
  • Au milieu du concert, quand tout le monde commence à prendre vrai­ment du plai­sir, prenez des photos du public, direc­te­ment de la scène. Dites-leur de sourire, de faire une grimace, de lever leurs bières, n’im­porte quoi.
  • Ensuite, faites passer votre cale­pin et dites-leur « SVP lais­sez-moi votre e-mail sur le cale­pin et dans quelques jours, je vous enver­rai un mail, qui vous indiquera ou vous pouvez voir VOS photos sur mon site web. »
  • À la fin du concert, avant d’al­ler vous coucher, écri­vez un petit article du concert. Scan­nez vos photos et mettez-les quelque part sur votre site web. Faites une page web dédiée à ce concert, avec l’ar­ticle que vous avez écrit et un lien vers un livre d’or inti­tulé « Si vous étiez à ce concert, présen­tez-vous ! »
  • Envoyez un e-mail à tous ceux qui étaient au concert. Et bien évidem­ment, TOUT LE MONDE ira voir votre site. Pourquoi ne le feraient-ils pas ? Les gens s’in­té­ressent bien plus à eux qu’à vous.
  • Restez en contact avec eux. Tous !

(PS : l’autre idée cachée de tout cela est de faire de chaque concert un événe­ment unique. Excep­tion­nel. Quelque chose qui vaut la peine qu’on en parle. Cela vous permet­tra à vous aussi de ne pas le voir comme « un concert de plus ». Parce que pour beau­coup de vos fans, ça ne l’est pas. C’est la meilleure chose qu’ils ont eue ce mois-ci.

Résul­tats extrêmes = actions extrêmes

Même avec un talent excep­tion­nel, vous ne pouvez pas avoir du succès ou une grande renom­mée sans des actions extrêmes. Soyez moins fainéants. Trou­vez ce que vous aimez et inves­tis­sez-vous y à fond.

Si cela vous pompe toute votre éner­gie, alors arrê­tez

« Si cela vous fait peur, alors faites-le ». Si quelque chose vous fait peur mais dans le bon sens du terme (quelque chose qui vous donne de l’éner­gie), c’est bon signe. MAIS SI QUELQUE CHOSE VOUS DEPRIME COMPLE­TE­MENT ET VOUS POMPE TOUTE VOTRE ENER­GIE, ALORS ARRE­TEZ !

La vie vous indique quel est le bon chemin à prendre. Si ce que vous êtes en train de lire vous ennuie au lieu de vous encou­ra­ger, alors arrê­tez de lire ! Allez faire ce que vous avez vrai­ment envie de faire ! C’est là où vous réus­si­rez.

Ayez quelqu’un qui s’oc­cupe du côté busi­ness

Si vous voulez être en tour­née avec « les grands », faire la couver­ture des maga­zines natio­naux, être sur la radio plus qu’une fois par mois, ou passer à la télé, alors vous allez devoir trou­ver quelqu’un qui s’oc­cupe de tout cela pour vous.

Quelqu’un qui adore ce que vous faites. Quelqu’un qui est un passionné. Quelqu’un de persua­sif qui arrive à obte­nir les choses dix fois plus vite que vous. Quelqu’un qui est hyper­ac­tif et surtout qui ne se décou­ra­gera jamais.

Comme votre amour pour faire de la musique.

Vous n’al­lez pas arrê­ter de faire de la musique parce que vous n’avez pas été signé, hein ?

Vous devez donc trou­ver quelqu’un qui est aussi passionné que vous pour le côté busi­ness de la musique et plus parti­cu­liè­re­ment le côté busi­ness de VOTRE musique.

C’est possible. Il y a beau­coup de gens dans ce monde. MAIS soyez prudent.

Soyez un commer­cial novice, pas un expert

Arri­vez au point d’être un commer­cial, un tour­neur et un agent novices. Puis passez la main à un expert.

Moby, le célèbre artiste de musique élec­tro­nique, a dit que la prin­ci­pale raison de son succès était dû au fait qu’au lieu de faire tout tout seul, il avait trouvé les meilleurs experts de chaque aspect du busi­ness.

(Para­phrase) « Au lieu d’être un agent artis­tique, un publi­ciste, un label et un mana­ger, j’ai passé tout mon temps à trou­ver et impres­sion­ner le meilleur agent, publi­ciste, label et mana­ger. Et j’ai paral­lè­le­ment conti­nué à faire autant de musique que je pouvais. »

Si vous sentez que vous deve­nez un expert, deman­dez-vous quelles sont réel­le­ment vos passions et faites-le choix pour votre avenir…

Peut-être que vous êtes meilleur agent que bassiste.

Peut-être est-il temps d’ad­mettre vos faiblesses en tant que mana­ger et trou­ver quelqu’un qui s’en occupe. Peut-être est-il temps de consi­dé­rer votre génie comme agent artis­tique et d’en faire votre profes­sion.

Pensez tout de leur point de vue

Deman­dez-vous constam­ment, « qu’est-ce qu’ils veulent vrai­ment ? »

Vous voulez connaître la prin­ci­pale règle pour vendre et promou­voir votre musique ?

Deman­dez-vous constam­ment, « Qu’est-ce qu’ils veulent ? » (avec « ils » étant ceux que vous essayez d’at­teindre).

Pensez-y sans arrêt et ne le prenez pas à la légère.

Penser du point de vue de la personne qui est en face de vous est l’un des trucs les plus connus de marke­ting. Mais appliquer ce prin­cipe est une toute autre affaire. Si vous le faites bien, les résul­tats seront sans précé­dent.

Chaque fois que vous décro­chez le télé­phone. Chaque fois que vous écri­vez un e-mail. Chaque fois que vous envoyez un dossier de presse.

Deman­dez-vous pourquoi toutes ces personnes font vrai­ment ce travail dans l’in­dus­trie du disque. Essayez d’ima­gi­ner cet être humain surchargé de travail, cher­chant un peu de bonheur sur terre, et qui aime assez la musique (ou le monde la musique) pour faire ce qu’il fait, tout en sachant qu’il pour­rait faire autre chose.

Deman­dez-vous à quoi peut ressem­bler sa « Boite de Récep­tion » et combien il serait peu recom­mandé de lui envoyer un e-mail avec pour sujet « Salut » suivi d’un para­graphe long de 7 pages détaillant votre volonté de réus­sir.

Deman­dez-vous ce que les gens cherchent VRAI­MENT quand ils vont dans un club écou­ter de la musique. Pour certains d’entre eux, il s’agit juste d’une manière de plus de se mettre en avant. Pour d’autres, c’est la recherche de musique complè­te­ment origi­nale et surpre­nante. D’autres encore recherchent simple­ment l’as­pect visuel du concert.

Personne ne vous doit son atten­tion. Ni votre public. Ni la personne que vous appe­lez ou à qui vous envoyez un e-mail. Pas même l’in­dus­trie du disque.

Lais­sez votre ego à la maison. Pensez tout de leur point de vue. Faites que leurs rêves deviennent réalité. Faites tout ce qu’ils attendent vrai­ment.

(Cela s’ap­plique aussi à un niveau plus bas : quel genre de messages vous lais­sez sur le répon­deur, quelle note vous envoyez avec un paquet, quel sujet vous mettez dans vos e-mails.)

Et peut-être alors, mais vrai­ment peut-être, ils seront ou feront exac­te­ment ce que vous voulez.

Venez aux gens comme vous voudriez qu’on vienne à vous

Est-ce que vous préfé­re­riez que quelqu’un vous appelle avec une voix très profes­sion­nelle, froide et mono­tone, qui commence à lire son texte tout prêt telle une spea­ke­rine ? Ou préfé­re­riez-vous plutôt quelqu’un de normal, de chaleu­reux et amical ?

Quand vous prenez contact avec les gens, qu’im­porte la façon dont c’est fait (télé­phone, e-mail, cour­rier, face à face), mettez-y un peu de bonne volonté.

Soyez à part.

Si vous sentez qu’ils ont un peu de temps devant eux, qu’ils ne sont pas pres­sés, élar­gis­sez le sujet. Deman­dez-leur comment était leur jour­née et atten­dez-vous à une vraie réponse. Parlez de quelque chose de banal pour une minute ou deux.

Mais si au contraire ils ont l’air de mauvaise humeur, renfer­més, lais­sez tomber les « Comment allez-vous », ne dites pas tout ce que vous avez à dire, posez votre ques­tion et allez-vous en.

Cela veut dire que vous devez savoir exac­te­ment ce que vous voulez deman­der avant de les contac­ter, juste au cas où vous vous retrou­viez dans la situa­tion précé­dente.

Venez à eux comme vous voudriez qu’on vienne à vous. Imagi­nez quelle sorte de coup de télé­phone ou d’e-mail vous aime­riez rece­voir.

Quand vous contac­tez vos fans, imagi­nez quel genre de flyers ils aime­raient rece­voir dans leur boîte aux lettres. Quelque chose de clas­sique avec simple­ment les faits ou quelque chose de plus créa­tif, de plus drôle ou de plus dyna­mique ? Quelque chose d’ar­tis­tique ou plutôt profes­sion­nel ? Ou les deux peut-être ?

C’est à vous de déci­der.

Chaque contact avec les gens autour de votre musique (les fans et l’in­dus­trie même) est une exten­sion de votre art.

Si vous faites de la musique dépres­sive, morose et acous­tique, peut-être devriez-vous envoyer à vos fans un flyer bien noir qui vous déprime rien qu’à le voir.

Donnez le ton. Allez dans le sens des gens qui aiment ce genre de choses. Et igno­rez ceux qui ne l’aiment pas.

Soyez diffé­rent.

Tout le monde veut un peu de chan­ge­ment de nos jours.

 

Ils ne connaissent rien de vous. N’ayez aucun a priori

Les gens vous deman­de­ront toujours, « Quel genre de musique vous faites ? »

Et les musi­ciens de répondre, « Tous les styles, vrai­ment. »

Si la personne que vous venez de rencon­trer est un fan de musique afri­caine, faites atten­tion ! Vous feriez bien de combi­ner les poly­ryth­mies de l’Afrique de l’Ouest avec les riches harmo­nies vocales de l’Afrique du Sud, ainsi que les influences micro tonales du Nord-Est de l’Afrique. Et s’ils ont conscience de ce qui se fait dans le reste du monde, alors votre CD ferait bien de combi­ner du rap, de la coun­try, de l’opéra chinois, ainsi que de la techno trance, du folk­lore hongrois et le free jazz d’Or­nette Cole­man. (Vous avez bien dit « Tous les styles », non ?)

Cet exemple est bien entendu extrême, mais rappe­lez-vous constam­ment : les gens ne savent rien de vous, de votre passé. Si vous dites que vous êtes « tota­le­ment unique » alors vous feriez mieux de ne pas avoir d’ac­cords, de batte­rie, de guitares, de paroles, ou de n’im­porte quel son qui a déjà existé dans l’his­toire de la musique.

Quand vous parlez au monde, vous parlez à des incon­nus de tous hori­zons, de passés et de goûts diffé­rents.

Ouvrez votre esprit. Rendez-vous compte que vous ne faites pas tous les styles, et que vous n’êtes pas 100% unique.

Rendez-leur un service. N’as­su­mez rien. Dites leur à qui vous ressem­blez. Rédui­sez (juste un peu) le champ.

Si vous le faites de manière créa­tive (« Notre musique ressemble à l’in­croyable Hulk en train de faire l’amour. »), vous pouvez rendre dubi­ta­tives les personnes et leur donner envie d’avoir votre CD, ou de venir voir votre prochain concert.

Alors que si vous aviez dit, « Tout », vous n’avez pas avancé d’un pas.

 

Qu’est-ce qui a marché pour vous ?

À chaque fois que vous essayez d’en­traî­ner quelqu’un à faire quelque chose, deman­dez-vous ce qui a marché pour vous dans le passé.

Est-ce que vous essayez de trou­ver des personnes qui achètent votre CD ? Écri­vez sur un bout de papier les 20 derniers CDs que vous avez ache­tés, et pour chacun d’entre eux, écri­vez la raison pour laquelle vous l’avez acheté.

Avez-vous déjà acheté un CD après avoir écouté un extrait de 30 secondes sur le web, ou une carte postale ? Qu’est-ce qui a marché ? (Critiques, bouche à oreille, concerts ?)

Tant que vous y êtes, écri­vez aussi vos 10 artistes favo­ris de tous les temps et souve­nez-vous comment vous les avez décou­verts et pourquoi vous en êtes deve­nus fans ?

C’est main­te­nant que cela devient plus dur : deman­dez à vos amis de répondre aux mêmes ques­tions.

Vous fini­rez avec une liste de « Comment faire ? », qui vous donnera une centaine d’idées pour que l’on devienne fan de votre musique à vie.

PS : cela va au-delà de la musique. Quel genre de pub à la télé vous a fait ache­ter un produit ? Quel genre d’e-mail anonyme vous a fait cliquer sur un lien et regar­der leur site ? Quel genre de flyer ou d’af­fiche vous a fait aller à un concert de quelqu’un que vous ne connais­siez pas ?

Ayez l’as­su­rance de cibler

Si vous ne dites pas a quoi vous ressem­blez, vous n’au­rez aucun fan

Un inconnu vous demande, « Quel genre de musique vous faites ? »

Et vous de répondre, « Tous les styles, vrai­ment. »

Et elle enchaîne, « Et à qui ressem­blez-vous ? »

Et vous ajou­tez, « Personne. Nous sommes vrai­ment uniques. C’est quelque chose que vous n’avez jamais entendu avant. »

Puisqu'on vous dit de vous démarquer !À votre avis, qu’est ce que cette personne va faire ?

Rien.

Ils peuvent avoir éven­tuel­le­ment l’idée d’al­ler vous voir un de ces quatre.

Et ils s’en iront, et vous oublie­ront ! Pourquoi ???

Vous n’avez pas attiré leur curio­sité !

Vous avez violé l’une des GRANDES règles de promo­tion ! Pas bien, pas bien !

Et si vous aviez dit,
« C’est de la musique pour porno des années 70 jouée par des gars venus de Mars. »
Ou… « Ce CD est un baiser posé derrière votre oreille par un petit lutin rose. »
Ou… « Ça ressemble à un mélange d’AC/DC et de Céline Dion. »

N’im­porte laquelle de ces solu­tions provoquera une réac­tion de votre audi­teur.

Trou­vez-vous une phrase magique qui décrit ce à quoi vous ressem­blez.

Employez diffé­rents tons jusqu’à ce que vous voyiez laquelle provoque la meilleure réac­tion à des incon­nus. Utili­sez là. Ayez-là toujours à dispo­si­tion.

Ce n’est pas du tout néces­saire de trop réduire le champ de ce que vous faites. Parmi les 3 exemples ci-dessus, tous peuvent être utili­sés pour n’im­porte quoi.

Et c’est juste­ment le but : si vous avez une phrase qui décrit votre musique en des termes vagues mais curieux, vous pouvez atti­rer l’at­ten­tion de parfaits incon­nus. Ils vont commen­cer à se deman­der qui vous êtes.

Mais quoi que vous fassiez, éloi­gnez-vous des mots « Tout », « Rien », « Tous les styles », et « Complè­te­ment unique ».

Dites quelque chose !

N’ayez pas peur d’écar­ter un certain nombre de personnes

Dites fière­ment ce que vous n’êtes PAS : « Si vous aimez Céline Dion, vous nous détes­te­rez. »

…Et les gens qui détestent Céline Dion vous adore­ront. (Ou tout du moins vous donne­ront une chance.)

Vous ne pouvez pas faire plai­sir à tout le monde. Donc allez-y et faites abstrac­tion d’une partie des gens.

Un peu comme si vous étiez le videur d’un club qui joue exclu­si­ve­ment votre musique. Peut-être que vous ne lais­se­riez entrer que les personnes avec chemise. Peut-être unique­ment celles sans chemise!

Sachez qui vous êtes, et dites-vous avec assu­rance que quelque part, il y a une flopée de personnes qui aime­ront votre musique. Peut-être sont-ils seule­ment 1% de la popu­la­tion mondiale. Mais 1% repré­sente 60 millions de personnes, non ?!

Lais­sez tomber sans remords les autres 99%. Quand quelqu’un de vos 1% vous enten­dra dire que vous excluez tout le reste de la popu­la­tion, ils se senti­ront comme privi­lé­giés. Ils feront partie de votre clan.

Faites une liste des artistes que vous n’ai­mez pas, et utili­sez-là.

La plus chère des vodkas

Un fabri­cant de vodka a fait un jour une publi­cité en s’an­nonçant comme étant « La plus chère des vodkas que vous pouvez ache­ter ».

Je parie­rais qu’ils ont eu du succès avec. Il fallait oser. C’était quitte ou double. (Et pour sûr, cela a exclu un bon nombre de personnes !)

Les autres compa­gnies essaient toutes de trou­ver des moyens pour être les moins chères et contre toute attente, quelqu’un a eu le courage de déci­der de faire exac­te­ment l’op­posé de la concur­rence.

Tel le saumon, n'hésitez pas à aller contre courant... ;-)Il y a beau­coup de personnes qui consultent le Top 50, et qui essaient d’imi­ter les styles et les courants actuels.

Je vous suggère, en tant qu’ex­pé­ri­men­ta­tion, de décla­rer avec enthou­siasme que vous êtes tota­le­ment à CONTRE-courant de ce que tout le monde veut ou essaie d’être.

Peut-être pouvez-vous annon­cer votre concert comme étant « le plus ennuyeux des concerts que vous verrez jamais. »

Peut-être que vous voulez appe­ler votre musique « La musique la plus diffi­cile à rete­nir, impos­sible à danser, … »

Ou dites à l’in­dus­trie du disque, « Cette musique n’a aucun poten­tiel pour faire des tubes. »

Je suis certain que vous atti­re­rez l’at­ten­tion.

Mais c’est quitte ou double, tout comme l’idée d’avoir mis un saumon en illus­tra­tion…

Si vous ciblez suffi­sam­ment votre champ d’ac­tion, vous trou­ve­rez votre propre niche

Disons que vous ayez décidé que votre style de musique devrait fière­ment être appelé « Power­pop ».

Si vous dites, « Nous faisons de la power­pop ! » à chaque début de para­graphe de votre marke­ting.

Si votre adresse e-mail est « power­pop@ya­hoo.com »

Si votre album s’ap­pelle « Quelques gouttes de Power­pop »

Et bien alors… Si quelqu’un vient à mon maga­sin de disques et dit qu’il aime la power­pop, devi­nez qui je vais lui conseiller d’ache­ter ?

Ayez confiance en vous pour trou­ver votre niche, de défi­nir qui vous êtes, et pour le décla­rer haut et fort encore et encore et encore et encore.

Si vous persis­tez à le faire sans cesse, vous aurez VOTRE niche. Les gens ne pour­ront pas imagi­ner cette niche sans vous.

(Vous pouvez essayer de faire votre propre niche si vous êtes coura­geux. Vous pouvez être « le meilleur artiste de techno-opéra au monde ».)

Captez l’at­ten­tion, les sens et les émotions de chacun

Eveillez autant de sens que possible

Plus vous éveillez de sens chez les gens, plus ils se souvien­dront de vous.

Ayez une superbe photo de votre groupe et essayez de convaincre chaque chro­niqueur de mettre cette photo à côté de la critique de votre album.

Envoyez des vidéos avec votre dossier de presse. Faites autant de concerts que possible. Compre­nez le pouvoir des radios qui fait entendre votre musique aux gens et non pas simple­ment en parler.

Toucher leurs émotions est comme toucher leur corps et leur coeur ...Parti­ci­pez à autant d’émis­sions télé que possible. Faites que vos chan­sons et vos réali­sa­tions soient véri­ta­ble­ment char­gées d’émo­tions et non pas simple­ment faciles à rete­nir.

(Toucher leurs émotions est comme toucher leur corps. Si vous le faites, on se souvien­dra de vous)

N’uti­li­sez jamais un langage trop profes­sion­nel

N’es­sayez pas de sonner pro ou d’uti­li­ser des phrases types du busi­ness.

Est-ce que vous feriez ça à un ami ?

Vos fans sont vos amis. Parlez-leur comme à de vrais gens.

Écri­vez chaque lettre ou e-mail comme s’il s’agis­sait d’un bon ami. De vous à votre meilleur ami Gérard.

Même si c’est dirigé à 1000 personnes.

Lais­sez-les en vouloir plus

Qu’est ce qui est plus atti­rant ?

Quelqu’un qui tient une carotte devant vous et qui la tire en avant lente­ment ?

Ou quelqu’un qui vous met 50 carottes dans la bouche ?

Brian Eno dit que la meilleure chose que vous puis­siez faire est d’ame­ner les gens au point où ils commencent à cher­cher.

Donnez aux gens juste assez pour les atti­rer, mais pour faire en sorte qu’ils en veuillent plus. Faites-leur cher­cher des indices, des détails, des expli­ca­tions et n’al­lez pas plus loin. Faites un savant dosage entre ce que vous offrez et ce que l’on vous demande.

A Suivre ! La suite de l’ar­ticle est dores et déjà acces­sible.
Cliquez ici pour lire la suite du grand dossier.

Encore merci aux auteurs de cet article :

Derek Sivers, https://www.cdbaby.com
Vincent Cordel, https://www.atanata.net

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.