Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
audio-techniCasques
9/10
Award Valeur sûre 2007
Partager cet article

Audio Technica n'a peut-être pas la renommée de Beyer, AKG ou Sennheiser dans le domaine du casque de studio, mais il n'en propose pas moins avec ce M50 l'un des tous meilleurs produits du marché. Explications.

Bien que cousins, nos deux casques ne ciblent pas le même public ou tout du moins les mêmes usages. Audio­fan­zine oblige, nous attaque­rons donc ce test avec le modèle dédié au studio.

ATH-M50 : casque de studio

m50 vue ensemble1

À la prise de contact, la première chose qui frappe est la qualité de fabri­ca­tion qui se dégage. Le casque pèse un certain poids et respire la qualité au toucher. Chaque pièce est très propre avec des assem­blages parfaits. Les quelques puits de vis, placés à l’in­té­rieur de l’ar­ceau, sont plus que discrets. Bref, une belle pièce.

Côté mousses et cous­si­nets, ceux des écou­teurs sont plutôt moel­leux tandis que celui de l’ar­ceau est nette­ment plus ferme. Ils sont recou­verts d’un tissu synthé­tique agréable au toucher. Ajou­tons que les écou­teurs pivotent laté­ra­le­ment et verti­ca­le­ment à 180 ° ce qui promet non seule­ment un bon appui sur toute forme de tête, mais égale­ment une utili­sa­tion type DJ en plaquant le casque sur une seule oreille.

Les côtés gauche et droit sont clai­re­ment iden­ti­fiés par un L et un R très visibles, séri­gra­phiés en noir sur des pièces plas­tiques à l’as­pect chromé (lui aussi très réussi). Pratique pour ceux qui n’ont pas l’ha­bi­tude de la conven­tion voulant que le câble du casque soit toujours à l’oreille gauche.

Câble et confort

À propos du câble, juste­ment, on peut regret­ter que celui-ci ne soit pas déta­chable. On sait que le câble, souvent soumis à des trac­tions inop­por­tunes, est la plupart du temps le point faible d’un casque et la première pièce qui lâche, la prin­ci­pale cause de panne. La sortie du câble de l’écou­teur semble cepen­dant parti­cu­liè­re­ment solide, propre à suppor­ter sans bron­cher les mauvais trai­te­ments.

m50 ecouteurs

Le câble est droit sur une longueur de 80 cm et ensuite enroulé de type télé­phone sur 35 cm. Cette section semble pouvoir s’éti­rer jusqu’à au moins 1,80 m sans géné­rer de trac­tion sur les prises. Certains n’aiment pas les câbles télé­phone, entre autres à cause du poids, mais aussi parce qu’avec l’âge, ils ont une fâcheuse tendance à dégé­né­rer en sac de nœuds. Pour d’autres, c’est la solu­tion idéale puisqu’elle permet de dispo­ser d’un câble à longueur variable et protège en plus les prises des trac­tions impromp­tues par son effet ressort. Sans comp­ter qu’on risque moins de s’em­mê­ler dedans que dans un câble droit plus long. Ques­tion de goût, donc. Ici, il faut préci­ser que le poids du câble reste raison­nable d’au­tant plus qu’il porte essen­tiel­le­ment côté jack et non sur le casque. Par ailleurs, la torsade a une élas­ti­cité parfaite et la qualité du câble semble à même d’évi­ter le risque de trans­for­ma­tion en sac de nœuds avant bien des années. Ce qui ne pourra évidem­ment se véri­fier que dans le temps. Termi­nons ce tour avec la prise jack. Quoi ? Pas de minijack ? Si. Comme toujours, c’est en dévis­sant la partie jack 6,35 qu’on accède à celui-ci. Mais là, on a une belle pièce dont la forme laisse penser à une simple prise gros jack. Très esthé­tique. Les connec­teurs sont plaqués or et la sortie de câble est entou­rée d’un ressort, le tout respi­rant la soli­dité.

À l’en­fi­lage, le casque s’avère facile à régler. Le cous­si­net supé­rieur est un peu ferme et on sent le poids du casque peser légè­re­ment, mais peser tout de même sur le haut du crâne (enfin, sur le mien en tout cas), lais­sant craindre pour le confort en utili­sa­tion longue durée. Côté cous­sins d’oreilles, la première impres­sion n’est pas non plus excep­tion­nelle. Pour­tant, après deux heures d’af­fi­lée d’écoute de musique, aucune gêne n’ap­pa­raît. Comme toujours avec les casques fermés, il faut de temps en temps l’écar­ter un instant des oreilles pour permettre à celles-ci de respi­rer, mais ce casque, s’il ne risque pas de s’ou­blier, s’avère très confor­table en utili­sa­tion prolon­gée. De plus, avec le temps, les mousses se tasse­ront légè­re­ment et s’adap­te­ront encore mieux à la morpho­lo­gie de l’uti­li­sa­teur. Par ailleurs, la tenue sur la tête est excel­lente, le rendant oppor­tun pour un musi­cien ayant tendance à pas mal bouger en jouant.

Côté fabri­ca­tion et ergo­no­mie, ce casque fait donc un sans-faute et justi­fie large­ment son prix.

Côté son

Le test a porté en premier lieu sur une utili­sa­tion studio, lors de prises de son, de contrôles de pistes brutes et un peu de mixage (en complé­ment et contrôle évidem­ment des enceintes de moni­to­ring). Puis diffé­rents disques ont été écou­tés pour affi­ner les impres­sions.

m50 ecouteur

Dans les casques d’une certaine hauteur de gamme, les quali­tés sonores sont plus ou moins équi­va­lentes et l’ATH-M50 rentre dans cette caté­go­rie comme le lais­sait présa­ger sa qualité de fabri­ca­tion. L’en­semble du spectre est bien détaillé et on ne rencontre d’agres­si­vité dans aucune plage de fréquences. Après, on entre dans des consi­dé­ra­tions de goût par rapport à un style de son. Certains aime­ront avoir des basses très présentes, d’autres plus en retrait. Certains appré­cie­ront des aigus très cris­tal­lins là où d’autres les préfèrent plus moel­leux.

L’ATH-M50 ne se situe dans aucune de ces caté­go­ries. Il présente un son plutôt plat (neutre). Les basses sont un peu flat­teuses, sans excès (loin d’un K240 Studio par exemple) et les aigus biens défi­nis. Les voix sortent clai­re­ment et préci­sé­ment, de même que les réverbes. Sur une écoute du Sacre du Prin­temps par le Phil­har­mo­nique de Berlin, la merveilleuse acous­tique et la réverbe natu­relle et discrète de la Berli­ner Phil­har­mo­nie sont parfai­te­ment audibles. Côté médiums, l’ATH-M50 présente un para­doxe : certains sont parfai­te­ment défi­nis tandis que d’autres sont étran­ge­ment brouillons. Ainsi, toujours sur l’en­re­gis­tre­ment du Phil­har­mo­nique du Berlin, les timbres des cuivres et bois sont vrai­ment très beaux et respec­tés (comme pour tous les autres instru­ments de l’or­chestre) tandis que les violons sont plus brouillons. La plupart des produc­tions récentes ressortent extrê­me­ment bien sur ce casque alors que l’écoute de rock 60's assez chargé en médiums se montre plus médiocre et assez fouillis. Enfin, l’ATH-M50 se montre parti­cu­liè­re­ment effi­cace côté dyna­mique : les tran­si­toires sont bien rendues, l’am­pli­tude dyna­mique est impor­tante et il est très agréable et détaillé sur toutes les percus­sions.

D’une façon géné­rale, le casque offre un très bon niveau de détail et de fidé­lité pour son prix. Ajou­tons qu’il dispose d’une assez bonne puis­sance de sortie.

Isola­tion et conclu­sion

m50 detail finition1

De ce côté, l’ATH-M50 semble plutôt dans la moyenne, peut-être légè­re­ment en dessous, en tout cas sans musique. Ceci s’avère plutôt agréable au final, car on n’a pas cette impres­sion de « coupé du monde » dès qu’on le chausse. En revanche, dès qu’on appuie sur play, on est bien immergé dans le son, comme on peut l’at­tendre d’un casque fermé. Or, si le son entre, il sort égale­ment. Lorsqu’on posi­tionne le casque sur la tête d’un artiste pour un enre­gis­tre­ment, pour peu que le volume d’écoute demandé soit un peu élevé, on a un risque de repisse du play­back dans le ou les micros utili­sés pour l’en­re­gis­tre­ment

À son prix public (130 € HT soit 155,48 € TTC), le ATH-M50 est un très bon deal. Sa belle qualité de fabri­ca­tion, l’in­tel­li­gence de sa concep­tion, sa qualité sonore et sa neutra­lité en font un bon casque qu’on préfé­rera toute­fois dédier à la control room qu’à la cabine d’en­re­gis­tre­ment à cause de son isola­tion légè­re­ment en retrait. Krava­torf, de passage à la maison, l’a préféré au HD280 Pro de Senn­hei­ser, mais lui préfère son Sony MDR7509 (au tarif nette­ment plus élevé). Ce casque testé neuf devrait de plus s’amé­lio­rer après un certain rodage. Un choix à recom­man­der, donc.

9/10
Award Valeur sûre 2007
Points forts
  • Qualité de fabrication et solidité
  • Confort
  • Casque repliable et facile à transporter
  • Bonne isolation
  • Un son cohérent
Points faibles
  • Pas grand chose si l'on aime le rendu sonore du casque...
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.