Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Audio-Technica ATH-M60x
Photos
1/12

Test Audio-Technica ATH-M60x

Casque studio de la marque Audio-Technica appartenant à la série ATH-M

Écrire un avis ou Demander un avis
M50x+10=M60x
8/10
Partager cet article

Cette semaine, on teste le nouveau casque d’Audio Technica : l’ATH-M60x. À l’époque, on s’était montré très positif sur le ATH-M50x, c’est peu vous dire qu’on attendait celui-ci au tournant. L’ATH-M60x reprend les mêmes bases que son prédécesseur, mais offre aussi des variations, aussi bien au niveau sonore que mécanique.

Débal­lage

En sortant le casque de sa boîte, on y découvre aussi trois câbles déta­chables : un en spirale de 1,2 m (3 m maxi­mum lorsqu’il est étiré), un câble droit de 3,0 m et un câble droit de 1,2 m. Ils sont tous enfi­chables grâce à une connec­tique jack 3,5 mm à baïon­nette. Les deux câbles les plus longs se terminent par un jack 3,5 mm à vis, pour rece­voir un adap­ta­teur 6,3 mm. Le câble le plus court se termine lui par un jack 3,5 mm serti, tout plas­tique, sans vis pour l’adap­ta­teur, qui semble plus avoir été pensé pour une écoute quoti­dienne et nomade, depuis une source numé­rique. 

tofs - 2Première chose remarquable, le casque béné­fi­cie de parties métal­liques, vrai­ment solides. De plus, la présence de vis, assez bien dissi­mu­lées, mais permet­tant de petites inter­ven­tions de répa­ra­tions, est une bonne nouvelle. Malgré cela le poids du casque reste correct : 200 grammes, sans le câble. On note que les cous­si­nets des écou­teurs sont assez épais, avec une tech­no­lo­gie « mémoire de forme », et le petit cous­sin d’amor­tis­se­ment de l’ar­ceau est confor­table : résul­tat, le casque est agréable à porter sur des séances d’écoute longues. Un autre bon point : les mousses très épaisses prennent bien la forme du pavillon de l’oreille (en tout cas de mon oreille… chacun a les siennes) et le casque n’a pas besoin de beau­coup serrer pour isoler des sons exté­rieurs. En conclu­sion, l’ATH-M60x se porte faci­le­ment. Un bon point, pour finir : tous les cous­si­nets (écou­teur et arceau) sont reti­rables et remplaçables.

Comparé avec l’ATH-M50x, dont nous avions dit beau­coup de bien, le M60x offre beau­coup de simi­la­ri­tés : mêmes haut-parleurs de 45 mm, avec aimant néodyme et bobine en alumi­nium cuivré, même plage de fréquences annon­cée par le construc­teur (15 Hz à 28 kHz), même impé­dance basse (38 ohms). Les acces­soires sont égale­ment les mêmes (3 câbles, une sacoche et un adap­ta­teur jack 3,5 mm <> 6,3 mm). On peut donc raison­na­ble­ment envi­sa­ger le M60x comme une varia­tion du M50x, avec les chan­ge­ments suivants : tech­no­lo­gie supra-auri­cu­laire, sensi­bi­lité supé­rieure (102 contre 99 dB), et poids allégé. 

tofs - 3On sent donc que le construc­teur essaie d’uti­li­ser la formule (plutôt à succès, il faut l’avouer) du M50x, pour concoc­ter un casque qui pour­rait venir concur­ren­cer, entre autres, l’in­cre­vable Senn­hei­ser HD 25.

Atten­tion toute­fois, si on le met en compète avec le HD 25 (ou avec le M50x d’ailleurs), il faut remarquer que le M60x n’est pas du tout pliable : on ne peut ni le replier pour le trans­por­ter, ni de rele­ver un écou­teur pour décou­vrir une oreille. On a l’im­pres­sion qu’Au­dio Tech­nica a fait le choix entre robus­tesse et mania­bi­lité : on a donc un casque solide mais assez peu modu­lable.

Au point de vue de l’er­go­no­mie, en revanche, rien à dire. Même si la mobi­lité des écou­teurs sur les axes verti­caux et laté­raux est assez réduite (par rapport à ce que l’on peut géné­ra­le­ment trou­ver sur le marché), je n’ai pas trouvé de problème d’iso­la­tion, ou de fatigue au niveau des oreilles. La tech­no­lo­gie supra-auri­cu­laire, asso­ciée à des coques fermées, permet une bonne isola­tion des sons exté­rieurs.

Passons aux mesures!

Bench­mark

Si vous êtes un habi­tué de ces tests, vous le savez déjà : nous avons mis en place un proto­cole de mesures objec­tives, afin de complé­ter l’écoute compa­ra­tive subjec­tive. Avec l’aide précieuse de notre parte­naire Sonar­works, nous avons le plai­sir de pouvoir vous four­nir des courbes précises de la réponse en fréquences et du taux de distor­sion harmo­nique (THD), réali­sées à l’aide d’une tête arti­fi­cielle et de maté­riel de mesure de labo­ra­toire.

M60xAFR

Un début plutôt discret dans le grave « sub » (je ne m’at­tends pas à beau­coup d’ex­trême grave à l’écoute), moins marqué que pour le M50x, puis on entre dans une zone bien linéaire à partir de 50 Hz et jusqu’à 300 Hz. En revanche, on constate ensuite un creux assez marqué entre 300 et 600 Hz, c’est-à-dire au passage entre les bas médiums et les médiums. Les hauts médiums, au contraire, sont bien présents, avec une bosse de 700 Hz à 3 kHz, qui culmine vers 1,5 kHz. En consta­tant cela, je me dis que ça devrait donner plutôt de belles voix, bien en avant… On verra à l’écoute.

À partir de 4 kHz, comme sur beau­coup de casques, on voit à nouveau une bosse, qui vient mettre en valeur les aigus. Il y a une sorte de « zone de turbu­lences » (ce qui est souvent le cas, de façon plus ou moins pous­sée) qui met, de façon sélec­tive, certaines fréquences aiguës en avant, d’autres plus en retrait : rien d’in­ha­bi­tuel ici, ni de drama­tique, et d’ailleurs on remarque que le casque traduit bien les fréquences jusqu’à l’ex­trême limite de l’au­di­tion.

En revanche, on souli­gnera d’as­sez nombreuses dévia­tions d’une voie à l’autre, et ce sur toutes les plages de fréquences.

M60xTHD

C’est simple : rien à redire, les mesures de THD sont excel­lentes, proche de 0,1 % la plupart du temps et plutôt basse sous 100 Hz, ce qui n’est pas toujours au rendez-vous. Cela augure un casque plutôt précis dans sa trans­mis­sion du grave.

Il est temps de passer à l’écoute et de voir ce que le M60x a dans le ventre!

Écoute

Richard Hawley – Don’t Get Hung Up In Your Soul (sur True­lo­ve’s Gutter)

Une ballade acous­tique, avec beau­coup de réverbe et une diffé­rence de dyna­mique impor­tante entre la voix et la guitare. Tout de suite, je suis frappé par le senti­ment d’une écoute très agréable. C’est vrai­ment le mot qui me vient : équi­li­brée, dyna­mique, précise, pas fati­gante. On remarque en parti­cu­lier un bel équi­libre entre les notes chan­tées dans la tessi­ture bary­ton et celles proches de la tessi­ture ténor. La guitare, quant à elle, est bien défi­nie dans son registre médium, mais égale­ment équi­li­brée avec l’aigu. La contre­basse est assez précise, proba­ble­ment à cause de la bosse dans le grave, mais aussi du coup-bas en dessous de 50 Hz, qui la « dégraisse » un peu. On remarque aussi un très bon suivi sur la réverbe de la voix.

tofs - 1Sun Kil Moon – Butch Lulla­bye (sur Common As Light And Love…)

Sur l’in­tro, on doit entendre à la fois les notes graves, les harmo­niques médiums ajou­tés par la distor­sion, l’at­taque légè­re­ment piquée des notes, tout en sépa­rant bien la grosse caisse qui sonne assez sèche et médium. Le résul­tat est très convain­cant : on remarque en parti­cu­lier un kick bien sec, bien défini dans le mix. Sur la voix parlée, pas de sifflantes, c’est équi­li­bré entre le coffre et les nasales, et l’ar­ti­cu­la­tion est bien rendue. Je trouve que, sur ce morceau, le casque brille parti­cu­liè­re­ment par son image stéréo. Il y a deux percus­sions (un shaker et une caisse claire) ajou­tées en over­dub, qui doivent appa­raître bien à gauche et à droite. Sur ce point, le M60x s’en tire très bien.

Massive Attack – Tear­drop (sur Mezza­nine)

Voilà un titre avec beau­coup d’ex­trême grave, mais qui ne doit jamais masquer les nombreux détails dans le haut médium et l’aigu. Sur le premier couplet, quand la basse s’in­ter­rompt, on perçoit une réso­nance infra­basse sur la grosse caisse. Certains casques n’ar­rivent pas à la retrans­crire. Là, éton­nam­ment, ça passe tout juste, malgré le profil plutôt modeste du casque sous 50 Hz : certes, dès que son volume baisse légè­re­ment elle dispa­raît, mais on arrive à la perce­voir à l’écoute. Pas de diffi­culté pour trans­mettre les notes de la basse, sans « bouf­fer » la voix, qui est trans­mise avec beau­coup de préci­sion. Tant qu’on est sur la voix, on notera peu de sifflantes sur la phrase avec tous les « S » (1:17 min). Sur la partie finale, très touf­fue, l’image stéréo des percus­sions est, encore une fois, excel­lente.

Char­lie Mingus – Solo Dancer (sur The Black Saint And The Sinner Lady)

Voilà un morceau avec beau­coup de souf­flants jouant dans des tessi­tures simi­laires : c’est très touffu et le but est d’es­sayer de discer­ner les timbres. Le M60x s’en sort plutôt bien. La contre­basse est parfois un peu noyée. Le trom­bone contre­basse, ultra grave, est présent dans l’har­mo­nie, même si c’est de façon un peu vague (il appa­raît et dispa­raît). En revanche, je retrouve de très beaux timbres dans les médiums, un piano bien lisible, et de façon géné­rale une bonne retrans­crip­tion des dyna­miques et de l’har­mo­nie.

Edgar Varèse – Ioni­sa­tion (New York Phil­har­mo­nic, dir. Pierre Boulez)

Ici on cherche à juger de l’image stéréo et du suivi de la réver­bé­ra­tion natu­relle de la salle, qui joue sur l’im­pres­sion d’es­pace. L’écoute se fait entre 0:30 et 1:15 min. C’est excellent : très bonne défi­ni­tion des percus­sions les unes par rapport aux autres, chaque timbre, chaque dyna­mique est bien retrans­crite. Le M60x n’ar­rive pas à faire entendre l’in­fra­basse de la grosse caisse, mais il se révèle très précis sur la dyna­mique de la réso­nance natu­relle de la salle, et sur l’image stéréo.

Conclu­sion

Bien sûr, l’ap­pré­cia­tion d’un casque est toujours très subjec­tive. Selon l’usage que l’on veut en faire, les condi­tions d’écoute, ce qu’on cherche à entendre, les oreilles de chacun… Les conclu­sions peuvent varier. Malgré tout, en consta­tant les mesures plutôt très correctes, et surtout après une séance d’écoute, on a trouvé que l’ATH-M60x était un casque très convain­cant : avec un son plutôt bien équi­li­bré, de la préci­sion sur les timbres hauts médiums (en parti­cu­lier de très belles voix), un grave qui n’est pas en reste et une image stéréo remarquable. Objec­ti­ve­ment, même s’il n’offre pas autant de possi­bi­li­tés de manie­ments que certains de ses concur­rents, le casque allie un rendu sonore très satis­fai­sant, une fabri­ca­tion qui respire la soli­dité, le confort d’usage, et une offre géné­reuse d’ac­ces­soires.

Tarif moyen : 181 €

  • tofs - 1
  • tofs - 2
  • tofs - 3
  • M60xAFR
  • M60xTHD

 

8/10
Points forts
  • Solidité de construction
  • Confort
  • Coussinets bien isolants
  • Sonorité convaincante
  • Bonne image stéréo
  • Impédance basse
  • Nombreux accessoires
Points faibles
  • Écouteurs non repliables/non relevables
  • Peu de graves sub (si c’est ce que vous recherchez)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.