Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Ultrasone Signature Master
Photos
1/13

Test des casques Signature Series Natural et Master de Ultrasone

Casque studio de la marque Ultrasone appartenant à la série Signature

Écrire un avis ou Demander un avis
test
20 réactions
Ultrasone et les matines
8/10
Partager cet article

Frères et soeurs AFiens et AFiennes, dormez-vous ? Il est temps de se réveiller au son d'Ultrasone. Cette semaine, on teste les nouveaux modèles Natural et Master, derniers ajouts à sa gamme Signature. Des groß basses, des aigus qui scintillent... On vous dit tout sur ces nouveaux casques made in Bavaria.

Test des casques Signature Series Natural et Master de Ultrasone : Ultrasone et les matines

On vous l’avait annoncé en septembre dernier, Ultra­sone étend sa gamme de casques Signa­ture avec trois nouveaux modèles. Pour ce test, nous en avons sélec­tionné deux : le modèle Natu­ral (axé moni­to­ring et prise de son) et le modèle Master (axé… ben, maste­ring, bien entendu).

Emballage UltrasoneSur ces casques, Ultra­sone reprend ses deux tech­no­lo­gies proprié­taires, c’est-à-dire le système S-Logic (ici en version « 3 », qui a pour but d’af­fi­ner et d’ac­cen­tuer la spatia­li­sa­tion et l’im­pres­sion de profon­deur sonore) et le système ULE – pour Ultra Low Emis­sion (qui limi­te­rait la présence du champ magné­tique du haut-parleur à proxi­mité de l’oreille). Il nous parais­sait donc inté­res­sant non seule­ment de tester les casques avec les habi­tuels bench­mark et écoute subjec­tive, mais aussi d’es­sayer de voir de plus près ce qui consti­tue cette tech­no­lo­gie.

Pour finir cette intro­duc­tion, préci­sons qu’on a affaire au haut de gamme de la marque : le Natu­ral est à 649 €, le Master à 949 €. Des chiffres à garder en tête quand on parlera des quali­tés des produits.

Débal­lage : Ding

Mallette et papier UltrasoneOn peut dire ce qu’on veut, côté présen­ta­tion du produit, Ultra­sone sait mettre les formes : embal­lage élégant, casque bien protégé avec à l’in­té­rieur du carton une petite mallette, portant le sigle de la série, le logo de la marque et une repro­duc­tion de la pastille métal­li­sée que l’on retrouve sur le modèle du casque (cuivre pour Pulse, argent pour Natu­ral, or – appa­rem­ment véri­ta­ble­ment plaqué – pour Master). Marke­ting ? Certes mais la mallette est toujours une bonne idée pour trans­por­ter un casque, surtout un casque de ce prix-là.

Passons rapi­de­ment sur l’ap­pa­rence du casque, qui n’est pas du tout de notre goût… Diffi­cile de s’ima­gi­ner porter avec sérieux un casque avec une médaille dorée sur chaque oreillette. Mais, chacun ses goûts.

Casque emballéChaque casque est accom­pa­gné de ses acces­soires et, chez Ultra­sone, on n’est pas radin : trois câbles diffé­rents pour chaque modèle – droit de 1,2 m avec dune prise jack stéréo 3,5 mm plaqué or, un torsadé de 3 m, avec une prise jack stéréo 6,35 mm plaqué or et, pour finir, un câble  droit 1,20 m, avec jack 3,5 mm plaquée or, micro inté­gré et télé­com­mande (câble pour utili­sa­tion nomade, appel télé­pho­nique…). Pour les câbles, une seule diffé­rence existe entre les deux casques : le Master a des jacks de marque Neutrik.

Câble fiche NeutrikÀ ce propos, ce qui nous frappe dès le début, c’est la ressem­blance entre les casques. On se demande, en les mani­pu­lant, s’il existe une grande diffé­rence (autre que moné­taire) entre le modèle Natu­ral et le modèle Master : deux casque circum-auri­cu­laires fermés, fabriqué dans le même plas­tique de bonne qualité, avec des parties démon­tables (présence de nombreuses vis, ce qui, je le répète de test en test, est toujours un signe de sérieux de la part d’un construc­teur, puisque le produit sera répa­rable).

Pour en savoir plus, on va regar­der les spéci­fi­ca­tions, et l’on découvre qu’en effet ils sont très proches : même driver en mylar et titane de 40 mm, même aimant au néodyme, même plage de fréquence annon­cée (8 Hz – 44 Hz), même SPL (98 dB) et même impé­dance (32 ohms, plutôt basse, on aime bien). Alors, certes, le modèle Master béné­fi­cie d’une paire de cous­si­nets supplé­men­taire (en véri­table cuir, là où le Natu­ral a du cuir arti­fi­ciel) et il pèse un peu plus lourd (325 grammes contre 310). Mais l’on peine, au premier coup d’oeil, à voir de diffé­rence impor­tante entre les deux modèles.

Ultrasone MasterCe qui ne consti­tue pas néces­sai­re­ment une critique, étant donné que les deux casques nous laissent un bon senti­ment quant à leur robus­tesse, leur ergo­no­mie (oreillettes repliables laté­ra­le­ment et verti­ca­le­ment) et leur confort. Sur ce dernier point, en parti­cu­lier, rien à redire : on béné­fi­cie d’une très bonne isola­tion phonique, complé­tée par une impres­sion agréable grâce à des cous­si­nets et une mousse d’ar­ceau bien rembour­rés, et qui s’adaptent bien à la forme du crâne.

S-Logic 3Pour aller voir plus loin, on retire le cous­si­net (plutôt faci­le­ment) et la mousse de protec­tion, pour décou­vrir une struc­ture complexe, faite d’évents et de réflec­teurs, qui couvre partiel­le­ment le driver. Au final, il ne faut pas se leur­rer : à moins qu’il n’em­barque un système élec­tro­nique de correc­tion, un casque reste toujours la mise en appli­ca­tion des mêmes éléments – 2 haut-parleur avec leur impé­dance et leur courbe spéci­fique, dont la réponse en fréquence est trans­for­mée acous­tique­ment par la forme des écou­teurs (ouvert ou fermé, avec des évents ou non, avec des maté­riaux absor­bant ou non), et des câbles/connec­tiques de plus ou moins bonne qualité. Point. Ici, il s’agit donc, si nous compre­nons bien ce que nous avons observé, d’une plaque en mu-métal (d’où la tech­no­lo­gie ULE) avec un ensemble diffé­rents d’évents corol­laires et centraux, plus ou moins calfeu­trés, plus un réflec­teur rouge dont la forme est proba­ble­ment calcu­lée pour répondre aux réflexions sonores dans le canal audi­tif.

Mais alors, qu’est-ce que cela vaut, une fois qu’on met le casque sur la tête ? Passons au bench­mark pour en savoir plus.

Bench­mark : Daing

Si vous êtes un habi­tué de ces tests, vous le savez déjà : nous avons mis en place un proto­cole de mesures objec­tives, afin de complé­ter l’écoute compa­ra­tive subjec­tive. Avec l’aide précieuse de notre parte­naire Sonar­works, nous avons le plai­sir de pouvoir vous four­nir des courbes précises de la réponse en fréquence et du taux de distor­sion harmo­nique (THD), réali­sées à l’aide d’une tête arti­fi­cielle et de maté­riel de mesure de labo­ra­toire.

La première chose qui nous frappe quand on observe ces courbes, c’est leur simi­la­rité. En parti­cu­lier, en ce qui concerne la linéa­rité, on a l’im­pres­sion que les modèles Natu­ral et Master sont sépa­rés par peu de choses.

Obser­vons d’abord la courbe du modèle Natu­ral :

On a ce que l’on pour­rait nommer trois « bosses » – une première accen­tua­tion autour de 60 Hz, une seconde autour de 1000 Hz, une dernière vers 10 kHz. Si l’on observe la courbe du modèle Master, on retrouve à peu de chose près les mêmes pics. Entre ces pics, on remarque des atté­nua­tions, plus ou moins fortes, sur le modèle Natu­ral : plus spéci­fique­ment une chute assez impor­tante des basses en dessous de 30 Hz, un creux léger vers 300 Hz (diffé­rence de 6 dB entre 60 Hertz et 300 Hertz), et surtout un creux impor­tant juste avant 3.000 Hz (diffé­rence de 14 dB entre 1000 Hz et 2800 Hz). Au-dessus de 3 kHz, on trouve l’ha­bi­tuel série de bosses et de creux, le « profil acci­denté », que l’on retrouve dans la plupart des casques du marché.

Ultrasone Signature Natural PAPFRUltrasone Signature Natural THD

Quelle diffé­rence majeure avec le modèle Master ? Eh bien, l’on pour­rait dire que le Master reprend les mêmes carac­té­ris­tiques et les accen­tue encore plus, avec un pic de +10 dB à 11 kHz, et une diffé­rence de 9 dB entre 80 Hertz et 300 Hertz. On lui trou­vera donc, à l’écoute, des basses et les aigus encore plus boos­tées, par rapport à un médium rela­ti­ve­ment linéaire.

Ultrasone Signature Master PAPFRUltrasone Signature Master THD

Pour finir, deux points attirent notre atten­tion, sur lesquels nous serons critiques. En premier lieu la dispa­rité assez forte (jusqu’à 5dB) entre voie de gauche et voie de droite, ce qui nous fait soupçon­ner une tolé­rance plutôt impor­tante dans la sélec­tion des haut-parleurs. Deuxième critique, la distor­sion harmo­nique qui, sur les basses et les aigus, dépasse faci­le­ment les 1%. Sans surprise, le modèle Master, avec ses effets d’ac­cen­tua­tion plus pous­sés, présente une THD plus forte (jusqu’à 2,7 % à 4,5 kHz).

Passons à l’écoute

Écoute : Dong

Richard Hawley – Don’t Get Hung Up In Your Soul (sur True­lo­ve’s Gutter)

Une ballade acous­tique, avec beau­coup de réverbe et une diffé­rence de dyna­mique impor­tante entre la voix et la guitare. Par rapport aux courbes obser­vées dans la partie précé­dente, le résul­tat n’est pas très surpre­nant : dans les deux cas, une guitare avec beau­coup de détails dans l’at­taque, jusqu’à bien perce­voir le son du plectre, une voix mise en avant, dont l’ar­ti­cu­la­tion est très souli­gnée, sans pour­tant tomber trop dans le sifflant. La basse sur ce morceau a tendance à être assez sourde, et ici c’est le casque avec le moins de grave (Natu­ral) qui s’en tire le mieux, l’autre ayant tendance à en rajou­ter un peu trop, quitte à perdre de la préci­sion. En tout cas on est frappé par le fait que les deux casques ne sont sépa­rées que par des diffé­rences subtiles. Un point très bon à souli­gner : la spatia­li­sa­tion. On appré­cie tout parti­cu­liè­re­ment le suivi de la réverbe sur la voix est la scie musi­cale, dans l’es­pace pano­ra­mique, qui donne une belle impres­sion de profon­deur au mix

Sun Kil Moon – Butch Lulla­bye (sur Common As Light And Love…)

Sur l’in­tro, on doit entendre à la fois les notes graves, les harmo­niques médiums ajou­tées par la distor­sion, l’at­taque légè­re­ment piquée des notes, tout en sépa­rant bien la grosse caisse qui sonne assez sèche et médium. Encore une fois, la basse convainc plutôt sur le côté punchy, que sur la préci­sion du timbre. Cepen­dant, on ne peut pas dire qu’elle manque tota­le­ment de subti­lité, les attaques sont précises et elle se diffé­ren­cient bien de la grosse caisse. et surtout les notes les plus graves passent sans problèmes. La voix, bien mise en avant, a un timbre et des attaques très clairs sur les deux casques. Même impres­sion que pour le titre précé­dent : les deux casques ont des signa­tures sonores très proches l’une de l’autre. Là aussi, comme sur l’écoute précé­dente, le modèle Natu­ral nous a paru un peu plus équi­li­bré.

Massive Attack – Tear­drop (sur Mezza­nine)

Un titre avec beau­coup d’ex­trême grave, mais qui ne doit jamais masquer les nombreux détails dans le haut médium et l’aigu. Une des diffi­cul­tés récur­rentes, sur ce morceau, c’est de retrans­crire l’ac­cen­tua­tion aiguë de la voix (son  égali­sa­tion, mais aussi le timbre de la chan­teuse) sans causer de fatigue audi­tive. Les casques ultra­sone s’en tire plutôt bien, ce qui est surpre­nant pour des casques avec un telle accen­tua­tion des aigus. En parti­cu­lier, on ne remarque pas de sifflantes gênantes. Les réso­nances dans l’ex­trême grave, que l’on retrouve en parti­cu­lier sur la grosse caisse durant le premier couplet, sont bien présentes à l’écoute sur le modèle Master, beau­coup moins sur le Natu­ral. Cepen­dant, sur la préci­sion et l’équi­libre des timbres, c’est le modèle Natu­ral qui nous a le plus convaincu.

Char­lie Mingus – Solo Dancer (sur The Black Saint And The Sinner Lady)

Voilà un morceau avec beau­coup de souf­flants jouant dans des tessi­tures simi­laires : c’est très touffu et le but est d’es­sayer de discer­ner les timbres. Ici, c’est dans le médium qu’il faut faire preuve de subti­lité : bien sépa­rer les diffé­rents cuivre – le sax solo, le piano, la contre­basse, dans une image stéréo nette et large. Du point de vue de la spatia­li­sa­tion, les deux casques savent vrai­ment tirer leur épingle du jeu : c’est large, profond, précis. Pour ce qui est de la distinc­tion des instru­ments les uns par rapport aux autres, à l’écoute notre préfé­rence est allé vers le modèle Natu­ral. Une seule raison à cela : les basses très accen­tuées du modèle Master on tendance à un peu trop masquer la sono­rité de certains instru­ment par rapport à d’autres (par exemple les trom­bones ont tendance à couvrir un peu les sax). Un peu de fatigue audi­tive commence à se faire sentir.

Edgar Varèse – Ioni­sa­tion (New York Phil­har­mo­nic, dir. Pierre Boulez)

Ici on cherche à juger de l’image stéréo et du suivi de la réver­bé­ra­tion natu­relle de la salle, qui joue sur l’im­pres­sion d’es­pace. L’écoute se fait entre 0:30 et 1:15 mins. Ce qui nous frappe en premier lors de cette écoute finale, c’est le rendu très précis de l’es­pace et de l’acous­tique de la salle de concert. La réver­bé­ra­tion natu­relle de la caisse claire, qui émane préci­sé­ment de la place de l’ins­tru­ment dans le pano­ra­mique, pour s’étendre ensuite à droite et à gauche, est tout simple­ment remarquable. D’au­tant plus que la réverbe suit avec préci­sion les accen­tua­tions dyna­miques du jeu du percus­sion­niste. Sur ce titre, il nous a semblé que c’était plutôt le modèle Master qui brillait, surtout grâce à un rendu très agréable et géné­reux du timbre des percus­sions les plus graves (timbale, Gong, grosse caisse d’or­chestre) sans pour autant occul­ter la sono­rité des instru­ments plus médiums.

Conclu­sion

Ce n’est pas le premier test d’un casque Ultra­sone que nous réali­sons dans ces pages, et cette fois-ci comme la précé­dente, nous sommes obli­gés de recon­naître l’ori­gi­na­lité des casques, tout en admet­tant que les partis pris du construc­teur pour­ront en rebu­ter certains. Comme souvent chez Ultra­sone, ça monte bien haut et ça descend très grave, avec une courbe sur laquelle le construc­teur n’hé­site pas accen­tuer forte­ment certaines fréquences. Si vous recher­chez de la linéa­rité en dessous de 1000 Hz, vous ne sonnez pas à la bonne porte. De plus, nous avons trouvé que ces accen­tua­tions impor­tantes du grave et de l’aigu pouvait causer, à longueur du test, une certaine fatigue audi­tive. C’est domma­geable pour des casques profes­sion­nels, utili­sés sur de longues durées de travail. Toute­fois, et plus objec­ti­ve­ment, il nous semble que même les détrac­teurs de la marque alle­mande seraient obli­gés de recon­naître la qualité de l’image stéréo et de la profon­deur du son de ces casques. Mais, là où nous montre­rons véri­ta­ble­ment plus critique, c’est sur le prix du modèle Master qui, malgré quelques éléments d’ex­cel­lente qualité (par exemple les fiches Neutrik), ne nous a pas semblé assez diffé­rent ni dans sa construc­tion ni dans son rendu sonore, pour justi­fier ses 300 € le plus. En revanche, pour ce qui est du modèle Natu­ral, l’écoute nous a paru tout à fait convain­cante de ses quali­tés propres, et avec sa person­na­lité qui ne répon­dra pas à toutes les attentes, mais qui saura certai­ne­ment en intri­guer plus d’un.

8/10
Points forts
  • Bonne isolation
  • Robuste
  • Pliable
  • Sa mallette
  • Confortable
  • Spacialisation du son excellente
  • Médiums et aigus précis
Points faibles
  • Grave trop accentués (surtout sur Master)
  • Un peu fatiguant auditivement
  • Look clinquant

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.