Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Pioneer DJM-T1
Photos
1/181

Test de la Pioneer DJM-T1

Console DJ 2 voies de la marque Pioneer appartenant à la série DJM

test
25 réactions
Pioneer prend le contrôle du tracteur

Pioneer continue de développer sa gamme de produits certifiés Traktor, le célèbre logiciel de Native Instruments, et nous livre une table de mixage deux voies équipée de fonctions contrôleur conçues spécifiquement pour la nouvelle version du software Traktor Scratch 2.0.

Le concept

Pioneer DJM-T1

Pour commen­cer ce test, je vais déjà expliquer le concept de la DJM-T1. Imagi­nez tout simple­ment que Pioneer a regroupé dans le même appa­reil une table de mixage deux voies très perfor­mante avec un cross­fa­der qui permet de scrat­cher sans problème, une carte son, la dernière version du célèbre logi­ciel Trak­tor Scratch Duo 2.0 et un contrô­leur dédié à Trak­tor qui permet de gérer la navi­ga­tion dans le logi­ciel, les hot cue, les effets, les samples… et tout ce que Trak­tor propose comme fonc­tion­na­li­tés. En résumé, vous contrô­lez Trak­tor entiè­re­ment avec la mixette sans toucher à l’or­di­na­teur.

Avant de voir les réelles possi­bi­li­tés de la DJM-T1, je vais procé­der à une descrip­tion rapide de la table pour passer rapi­de­ment à la partie qui nous inté­resse ici, à savoir l’uti­li­sa­tion de Trak­tor via la surface de contrôle dédiée.

Descrip­tion rapide du maté­riel

Une fois la table sortie de son carton on s’aperçoit très vite que c’est du sérieux, l’in­verse aurait été éton­nant venant d’une firme comme Pioneer dont la qualité des produits n’est plus à démon­trer depuis des décen­nies. Les mensu­ra­tions plutôt compactes (265 × 403 × 108 mm)  de l’ap­pa­reil convien­dront parfai­te­ment aux DJ tech­niques qui aiment le scratch et le beat juggling.

Pioneer DJM-T1

Commençons la descrip­tion par les façades avant et arrière.

Sur la façade arrière on retrouve toutes les entrées et sorties clas­siques sur ce genre de table de mixage: deux sorties master en RCA et XLR et une sortie Booth en gros jack pour les retours. On retrouve sur les deux voies les fameuses entrées phono/line pour pouvoir bran­cher soit des platines vinyles soit des platines CD. On termine avec l’ali­men­ta­tion ainsi qu’une prise USB pour relier l’or­di­na­teur à la table.

Sur la façade avant, Pioneer a eu la bonne idée d’ins­tal­ler une entrée auxi­liaire pour bran­cher un lecteur addi­tion­nel, ce qui faci­lite énor­mé­ment son instal­la­tion. La plupart du temps, ce genre de prises est installé à l’ar­rière de l’ap­pa­reil, ce qui rend leur accès diffi­cile, de plus cette entrée est accom­pa­gnée de boutons de réglages pour le volume et l’éga­li­sa­tion. Nous y retrou­vons égale­ment une prise micro, la prise casque, l’in­ver­seur et le contrô­leur de la courbe du cross­fa­der.

Passons main­te­nant à la partie centrale de la table :

Pioneer DJM-T1

Le cross­fa­der de la DJM-T1 béné­fi­cie d’une struc­ture magné­tique exclu­sive Pioneer qui lui assure une extrême longé­vité.  Il est assez souple pour pouvoir scrat­cher sans aucune diffi­culté. On regrette d’ ailleurs que les faders, que je trouve un peu raides à mon goût, ne soient pas de la même qualité que ce dernier.

Les faders et le cross­fa­der sont équi­pés du méca­nisme P-LOCK de Pioneer qui permet à ces derniers de ne jamais se déta­cher, même dans les moments les plus chauds de votre set (les DJs qui ont déjà perdu leur cross­fa­der en plein milieu d’une routine savent de quoi je veux parler).

Pioneer DJM-T1

Pour le reste, tout est très clas­sique, avec les boutons de réglage du gain, un égali­seur trois bandes sur chaque canal ainsi que la zone dédiée au réglage du casque.

Mais ce qui nous inté­resse dans ce test ce sont surtout les commandes dédiées au logi­ciel Trak­tor, donc passons direc­te­ment à l’étude de celles-ci, pour plus d’in­for­ma­tion sur le maté­riel je vous laisse consul­ter la fiche tech­nique dispo­nible sur le site inter­net de Pioneer.

DJM-T1 et Trak­tor : les insé­pa­rables

Le test de la DJM-T1 est indis­so­ciable du test de la nouvelle version de Trak­tor telle­ment la table de mixage a été étudiée pour faci­li­ter l’uti­li­sa­tion de ce dernier. J’irai même plus loin en disant que la DJM-T1 ne présente pas un grand inté­rêt à être utili­sée sans le logi­ciel.

La machine déve­lop­pée par Pioneer est entiè­re­ment compa­tible avec le fameux logi­ciel de Native Instru­ments. Il vous suffit de connec­ter le mixer à l’or­di­na­teur via un simple câble USB, d’ins­tal­ler le logi­ciel et de profi­ter plei­ne­ment de toutes les fonc­tions de Trak­tor.

Pioneer DJM-T1

Le mixer est bien évidem­ment vendu avec le CD d’ins­tal­la­tion de Trak­tor Scratch Duo 2,0 ainsi que les vinyles ou CD Control permet­tant de scrat­cher les morceaux choi­sis.

Tout sur la surface de contrôle du logi­ciel est placé intel­li­gem­ment, vous pouvez explo­rer votre biblio­thèque à l’aide de la molette située au sommet de la table et assi­gner le morceau choisi à l’une ou l’autre platine avec les boutons LED A et B.

Pioneer DJM-T1

Vous aurez la possi­bi­lité de comman­der les huit hot cue, quatre par platines, par une simple pres­sion sur le bouton dédié à cet effet ainsi qu’en­voyer des boucles ou des sons grâce au sampler inté­gré dans la nouvelle version de Trak­tor.

La DJM-T1 permet aussi de contrô­ler les 6 diffé­rents effets inté­grés dans le logi­ciel. Vous retrou­vez les grands clas­siques de Pioneer comme le Flan­ger, le Delay, la Reverb…

L’in­no­va­tion la plus marquante du nouveau logi­ciel de Native Instru­ments est la possi­bi­lité d’uti­li­ser un sampler en plus des platines. Vous pour­rez ainsi jouer simul­ta­né­ment quatre samples par platines, soit pas moins de huit boucles ou samples en même temps, ce qui ouvre sur des possi­bi­li­tés quasi infi­nies pour vos mixes.

Pioneer DJM-T1

Pour finir, Pioneer a placé deux touches play /stop qui peuvent s’avé­rer utiles en cas de mauvais fonc­tion­ne­ment des platines.

La touche quan­tize située en haut à gauche de l’ap­pa­reil fonc­tionne comme une petite baguette magique et vous remet au bon tempo toutes les boucles, samples, effets par rapport au BPM du morceau qui défile.

Les touches sync situées au-dessus du vumètre permettent de caler au même tempo les deux morceaux sans avoir à toucher au pitch de la platine. Faîtes quand même atten­tion à ne pas abuser de cette fonc­tion, car le jour où vous jouez dans un club sur un autre maté­riel il se peut que vous ayez quelques problèmes pour mixer correc­te­ment deux morceaux.

Pioneer DJM-T1

Enfin, la touche Shift qui fonc­tionne comme sur nos bonnes vieilles calcu­lettes et nous permet d’ac­cé­der aux fonc­tions bis de certaines touches. Par exemple, pour suppri­mer un hot cue, il suffit de pres­ser la touche shift et d’ap­puyer sur le bouton du point cue que l’on veut effa­cer.

En résumé, tout ce qu’il est possible de faire avec le logi­ciel se contrôle à partir de la mixette. Vous pouvez sampler en direct et rejouer le sample instan­ta­né­ment, vous pouvez combi­ner les trois effets en même temps ainsi que jouer jusqu’à huit boucles simul­ta­né­ment. En bref, votre créa­ti­vité est la seule limite.

Pour qui et à quel prix ?

Le prix rela­ti­ve­ment élevé de la DJM-T1 (1500€ envi­ron) en fait un produit qui s’adresse avant tout aux DJ profes­sion­nels, mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas qu’un simple mixer et que le produit regroupe une carte son de très bonne qualité, un contrô­leur dédié au logi­ciel Trak­tor ainsi que le logi­ciel qui, à lui tout seul coûte déjà envi­ron 100 euros. Le prix est donc fina­le­ment justi­fié, même si les débu­tants opte­ront pour un système moins onéreux.

Pour aller plus loin, je pense que cette table de mixage est avant tout desti­née aux DJ qui ont une approche tech­nique du DJing. Elle est idéale pour créer toutes sortes de routines, que ce soit pour scrat­cher ou pour faire du beat juggling.

Pour les DJ qui maîtrisent un peu les diffé­rentes tech­niques de DJing, la prise en main est quasi immé­diate et l’er­go­no­mie parfaite de la table de mixage vous fait profi­ter plei­ne­ment des possi­bi­li­tés qu’offre Trak­tor. J’en suis le parfait exemple, car je ne connais­sais pas du tout le logi­ciel (j’uti­lise le système Serato) et au bout d’une petite heure je l’avais parfai­te­ment pris en main.

Pour finir, la DJM-T1 étant complè­te­ment dédiée à l’uti­li­sa­tion de Trak­tor, je la conseille aux DJs qui utilisent déjà le logi­ciel de Native Instru­ments ou qui ont l’in­ten­tion de travailler dessus. Sinon, elle perd de son inté­rêt.

Conclu­sion

En conclu­sion Pioneer avec la DJM-T1 rentre par la grande porte dans le monde des tables de mixage avec logi­ciels de mix inté­grés et se présente comme un concur­rent sérieux, notam­ment face à la TTM57 SL de chez Rane qui fonc­tionne avec Serato.

Avec un produit simple et élégant, Pioneer remplit parfai­te­ment sa mission et nous fait profi­ter au maxi­mum des nouvelles fonc­tions de la version de 2.0 de Trak­tor Scratch Duo. Il n’y a rien de super­flu sur cette mixette et toutes les commandes sont exac­te­ment là où les DJ veulent et s’at­tendent qu’elles soient. C’est presque un sans faute pour la DJM-T1.

Points forts
  • La finition
  • Simplicité d'utilisation
  • Crossfader performant pour scratcher
  • Bonne intégration avec Traktor
Points faibles
  • Les faders un peu durs
  • Moins intéressante sans Traktor

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.