Gibson Vegas High Roller
+
Avis
Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test de la Gibson Vegas High Roller

Test

Gibson sur tapis vert

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Sortie en 2007 dans la catégorie Gibson US, la Vegas High Roller succède à la Vegas Standard sortie en 2006. L’occasion de revenir sur ce chaînon manquant entre la ES335 et la Les Paul qui joue la carte de la polyvalence.

Le corps est creusé dans un bel acajou ainsi que le manche qui est collé. La tête, inspirée de celle de la Firebird est assez élégante et les mécaniques dorées sur l'acajou de l'arrière de la tête sont du plus bel effet.

Les repères de touche 'Split Block MOP' sur une touche en ébène sont cohérents dans l'esthétique générale de l'instrument mais une fois encore, cela reste une question de goût.

L'ES-335-Paul ?

Les avantages d'une hollow-body se font sentir dès la prise en main. Légère, l'équilibre tête-corps est respecté. Le manche, un standard de chez Gibson mais plus fin que celui d'une Les Paul, est assez confortable quelle que soit la position adoptée, et sa jonction avec le corps permet un accès simple aux aigus, bien meilleur que sur une 335. Les 22 frettes sont assez hautes et associées à une action particulièrement haute sur ce modèle : le confort s'en trouve inévitablement altéré.

On peut aussi regretter que le potentiomètre de volume ne soit pas assez proche des cordes afin de pouvoir réaliser des effets de violoning avec l'auriculaire. De son côté, l'étroitesse de la tête pousse les mécaniques Pearloid à être trop rapprochées les unes des autres et rendent l'accordage difficile. Ajouter à cela leur manque de précision, ce sera le point le plus faible de cette guitare.

Le meilleur des deux mondes...

Une bonne guitare électrique doit avant tout sonner en acoustique et c'est le cas de cette Vegas High roller. C'est un peu normal, me direz vous avec une hollow-body ! Pas nécessairement et c'est bien là que l'on peut se rendre compte des qualités de fabrication d'une guitare électrique. Sans la brancher, la High Roller offre une belle projection sonore et un beau sustain. Et quand on la raccorde à un ampli, on se retrouve clairement face à un compromis entre ES-335 et Les Paul. De fait, on ressent vraiment l'influence de la caisse sur les sons clairs. En saturé/crunch, on retrouve un peu du caractère de l'ES-335 tandis que le mordant du micro aigu et la rondeur du grave nous renvoie à la Les Paul.

Derrière cette réussite, on trouve en fait les nouveaux micros BurstBucker Pro du constructeur. Petit rappel à l'intention de ceux qui auraient loupé quelques épisodes : en 2000, les nouveaux BurstBuckers de Gibson captaient les subtiles variations de la tonalité véritable d'un humbucker historiquement précis avec l'aide d'un bobinage "inégal" et de l'aimant de l'Alnico II. Deux années plus tard, Gibson développe un Alnico 5 BurstBucker spécifiquement destiné aux nouveaux modèles de Les Paul Standard. La performance exceptionnelle de ces capteurs (à l'origine appelés le BurstBucker V) a depuis fait l'objet d'une incessante demande de nouvelles versions.

Avec le BurstBucker Pro, on retrouve ainsi la véritable tonalité assommante d'un micro humbucking. Les humbuckers BurstBucker Pro™ sont offerts en paire calibrée ; (IM59A) pour la position manche et (IM59B) pour la position pont. Le rendement au niveau de sortie de ces micros est tout à fait semblable aux modèles #1 et #2 standard de BurstBucker™. Et les micros de BurstBucker Pro™ sont mis en pot dans de la cire afin de pouvoir résister à de fortes pressions de volume sans les ennuyeux effets de retour Larsen. Chaque modèle est disponible en version argent-nickel Allemand ou Plaqué-Or 24ct.

Conclusion

A déconseiller aux guitaristes de métal et aux shredders, la Vegas High Roller se positionne vraiment entre la 335 et Les Paul. Plus polyvalente que cette dernière, elle est toutefois plus à l'aise dans des styles comme le funk et le jazz. Et comme elle est loin d'être ridicule dans le rock, elle s'adressera aussi à ceux qui souhaitent filrter avec le gros son rock et se sentent limités par une 335 pour son accès aux aigus ou encore le format encombrant de sa caisse.

Bref une bonne guitare, bien construite et intéressante dans son concept, mais qui nous a semblé un peu chère tout de même (on la trouve à partir de 2 100 euros TTC en magasin). A essayer en tous cas.

Vidéo

Points forts Points faibles
  • Polyvalence
  • Bonne tenue de l'accord
  • Confort de la caisse et du manche
  • Esthétisme général
  • Mécaniques trop petites et peu précises
  • Potentiomètre du volume trop bas
  • Quelques petits défauts de finition
  • Prix
À propos de nos tests
Soyez le premier à réagir à cet article
Soyez le premier à réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail