Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Le guide de l’enregistrement - 58e partie

Bien débuter L'enregistrement de la basse - Trucs et astuces
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail

Aujourd'hui, je vous propose un épisode sensiblement hors-sujet. En effet, si les quelques astuces que nous allons voir permettent d'améliorer l'ordinaire d'une ligne de basse électrique un peu "ramollo", ces dernières peuvent autant être utilisées à la prise qu'en situation de mixage, avec du matériel ou via des plug-ins.

En piste

Afin d'illustrer mon propos, j'ai utilisé comme base de travail l'un des enregistrements effectué précédemment, à savoir la reprise de l'ampli basse (tête Ampeg SVT-CL et HP Ampeg SVT-810E Heritage) via un Shure sm57 dans l'axe, collé à la grille :

00:0000:00

Le premier "truc" que je vais vous présenter est somme toute simple, il s'agit d'ajouter une pointe de distorsion au signal de façon à ce que la ligne de basse ressorte du mix sans que cela ne vienne trop l'alourdir. Pour ce faire, il se trouve que les pédales pour guitare sont bien souvent plus adaptées que celles pour basse, du moins en situation d'enregistrement et dans le cadre de cette technique. En effet, les pédales de saturation "crunchy" pour guitare sont bien souvent "pauvres" dans le bas du spectre, ce qui évitera d'engluer la pâte sonore lors du mélange avec le signal source. Ici par exemple, j'ai utilisé la célèbre Tube Screamer d'Ibanez :

00:0000:00

Sous-mixée avec la piste originale, cela m'a permis de donner légèrement plus de "mordant" à la prise sans pour autant nuire au registre grave.

Pour les deux exemples suivants, j'ai appliqué la même technique en y allant un peu plus fort grâce à une pédale de Fuzz virtuelle, d'abord axée sur le haut du spectre via un violent coupe-bas de 48 dB par octave placé à environ 430 Hz, puis orientée vers le bas via un passe-bas de 48 dB par octave placé à environ 840 Hz. Mélangée à la source cela donne :

03 Bass FuzzHi
00:0000:23
  • 03 Bass FuzzHi 00:23
  • 04 Bass FuzzLo 00:23

Le premier sample ajoute une fois de plus un peu de mordant à la prise, mais de façon beaucoup moins subtile que précédemment. Le second permet quant à lui d'épaissir le son sans trop le faire "baver".

Pour le prochain extrait, j'ai employé ma technique fétiche pour mettre en valeur l'attaque des notes, à savoir ajouter une légère dose de Bit Crusher dans le haut du spectre (coupe-bas 48 dB/oct. @ 430 Hz) grâce à l'excellent plug-in Decimort 2 signé D16 Group :

00:0000:00

Avec un tel traitement, il sera très facile de faire ressortir cette ligne de basse au mixage sans qu'elle ne vienne parasiter le reste de l'arrangement.

Une autre astuce très utilisée dans le domaine de la basse électrique consiste à mélanger à la source une version transposée à l'octave inférieure ou supérieure :

06 Bass OctDown
00:0000:23
  • 06 Bass OctDown 00:23
  • 07 Bass OctUp 00:23

Écoutée de façon isolée, cette technique est loin d'être transparente. Mais dans le contexte d'un mix, le subterfuge passera bien souvent inaperçu et cela permettra de redonner une certaine "assise" au son dans le cas d'une transposition à l'octave inférieure, ou de regagner en "définition" lors de la transposition à l'octave supérieure.

Enfin, pour épaissir le "gras" d'une prise de basse anémique, rien de tel que le doublage de la ligne par un synthétiseur :

00:0000:00

Ici, j'ai utilisé le patch "Sub Engineer Bass" inclus dans la collection de base de Kontakt 5, mais sachez qu'il n'y a pas de règle en la matière : un simple oscillateur sinusoïdal peut faire la blague. Dans les années 60/70, on utilisait déjà les Rhodes & Co pour ce genre de manoeuvre, et le fameux synthé JUNO-106 de Roland a été employé un nombre incalculable de fois dans cette optique à partir du milieu des 80's. Bref, attrapez ce que vous avez sous la main et testez ! 

Pour finir, je tiens à vous encourager à utiliser ces techniques avec parcimonie sous peine de vous retrouver avec un gloubi-boulga sonore assez indigeste :

00:0000:00

Pour ce dernier sample, j'ai tout simplement empilé toutes les astuces exposées aujourd'hui. Avouez que le rendu n'a rien de très enthousiasmant lorsque l'objectif est d'obtenir une ligne de basse électrique digne de ce nom. Après, dans l'optique d'un son de basse "produit" et pas forcément réaliste, tout est toujours discutable bien entendu !

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles aventures.

Téléchargez les extraits sonores (format FLAC)

← Article précédent dans la série :
L'enregistrement de la basse - Les alternatives
Article suivant dans la série :
L'enregistrement de la basse - Point matériel →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Pin it
  • Mail