pilip 25/05/2019

Arturia MicroFreak : l'avis de pilip

« Un bien bel OVNI ! »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
(données officielles Arturia, condensées)

- Synthesizer with 256 preset slots and 160 factory presets
- 12 Digital oscillators with variable modes, with integrated open source Plaits engine created by Mutable Instruments
- Analog State Variable Filter, 12dB/octave, resonant, Low Pass, Band Pass, High Pass
- ADSR envelope
- Cycling Envelope
- LFO with Sync: Sine, Tri, Saw, Square, Random, Slew Random
- Modulation matrix with 5 sources and 7 destinations (3 custom destinations)
- Monophonic or Paraphonic modes - Up to 4 voices
- 25-key capacitive keybed with polyphonic aftertouch
- Powerful arpeggiator
- 64-step sequencer
- CV / Gate / Mod outputs
- USB, Clock and MIDI in and out
- 6.35mm master and 3.5mm headphone output


Les premières impressions sont très bonnes: la construction est propre et solide, la finition est bonne. Ca sonne directe à l'écoute des presets, la palette sonore est étendue, il manque le manuel imprimé mais quand on pense au prix... Et quel prix! C'est donné pour un synthé si puissant et attachant. On y vient.

Passées les premières impressions, et après avoir changé mon livre de chevet pour le manuel imprimé du Microfreak, j'y retourne encore et encore. Et rapidement on commence à comprendre l'étendue des possibilités offertes par la machine... :8O:


La matrice permet de moduler de nombreuses destinations avec de nombreuses sources (grâce aux boutons ASSIGN), à l'instar d'un synthétiseur modulaire. On a vraiment cette liberté de moduler dans tous les sens, ET SURTOUT de stacker/mixer des sources ensembles, ou encore de moduler des sources qui elles-mêmes moduleront autre chose! C'est clairement des possibilités offertes uniquement avec du modulaire (pour FX et drônes psychés c'est le Graal). Il est possible aussi de moduler le taux de modulation de chaque point de patch avec n'importe quelle source! Et tout ça avec une facilité déconcertante (sur un modulaire il faut passer par un vca et gnagnagna... certains me comprendront).
Certaines destinations sont rares comme la modulation de la résonance ou des segments des enveloppes (vitesse de l'attaque, amplitude du sustain...). Ces possibilités sont présentes sur le RSF Kobol Expander mais aucun autre synthé ne me vient à l'esprit disposant de ces capacités.


Les 4 oscillateurs digitaux proposent 12 types de synthèse numérique (il y a de quoi faire! ), toutes convaincantes et inspirantes. Ces oscillos sont contrôlés en monophonie (unisson) ou paraphonie 4 voix via le très beau clavier tactile (qu'il faut prendre en main pour l'aftertouch notamment car la sensibilité est bien différente des claviers standards): après quelques jours d'adaptations c'est ok. On peut aussi contrôler les oscillos avec l'arpegiateur, basique mais fonctionnel et stable, ou le sequenceur qui lui est particulièrement puissant (sequenceur 4 voix: on plaque un accord pour chaque step, ou on joue une seule note pour de la monophonie en unisson). Mode temps réel possible aussi. Le séquenceur dispose aussi de quatre voix pour la modulation! la encore on est sur des fonctions relativement rares en hardware dans un synthé. Les fonctions Spice et Dice ajoutent encore des possibilités (jouent sur la longueur de gate de l'arpg/seq, sur la probabilité que chaque note soit jouée, etc)


Le filtre, dont certains critiquent le manque de personnalité, est selon moi excellent et parfaitement adapté à l'esprit du synthé. En 12dB/oct et multimodes, il est linéaire et pure (aux antipodes des filtres Steiner mis dans les minibrutes et microbrutes), et permet de filtrer les contenus harmoniques très riches des différentes synthèses avec précision sans perdre le caractère propre à chaque synthèse.
La résonance ne fait pas chuter les basses fréquences d'un iota et permet là aussi de sculpter le son de manière idéale. Le filtre etant analogique, on n'a pas de mauvaise surprise quand on pousse la résonance (saturation numérique, modification du niveau général, résonance non musicale, etc). Le filtre, à son tour, est aussi une réussite!

Le seul point que je pourrais reprocher et le clavier de seulement deux octaves! il faudrait 5 octaves pour etre à l'aise et profiter pleinement du synthé.



J'en arrive à cette conclusion:

Le Microfreak sonne, il est extrêmement complet, il est original, il est intuitif et agréable à utiliser, et en plus il est pas cher.

Arturia a créé ici un vrai petit bijou, c’est selon moi une des meilleures sorties de ces dix dernières années dans le domaine de la synthèse sonore hardware.


Bon son à tous.
Philippe


Photos liées à cet avis

photo