Tokyo Dawn Labs TDR Feedback Compressor II
+
Tokyo Dawn Labs TDR Feedback Compressor II

TDR Feedback Compressor II, Compresseur logiciel de la marque Tokyo Dawn Labs.

Comparateur de prix
Petites annonces

Enregistrer un tutoriel ou une astuce

Astuce : F.B.I. : Supprimer les bruits avec un compresseur.

Par jensouniev le 05/05/2018 - (Tout public)

F.B.I. pour Fausse Bonne Idée, évidemment

Article posté trop vite. Ou, "comment se ramasser en beauté devant tout le monde" ?

Edit et mea culpa : Comme vous pourrez le constater en lisant les commentaires, très instructifs au demeurant, dans le fil de discussion attaché à cet article, ce qui paraissait une bonne idée à première vue s'est révélé être un demi fiasco complet. En voulant inventé un "nouveau" type de réducteur de bruit universel qui allait révolutionner le monde encore plus que l'invention du moteur fonctionnant à l'eau de mer, j'ai juste (re)découvert un noise gate. J'ai gardé l'intégralité de l'article original pour l'édification des générations futures. Les passages en italique sont des commentaires que j'ai rajouté après coup, par autodérision, et désespoir peut-être.

 

Qui n'a pas ragé, ayant fait une prise voix de folie, en écoutant le résultat massacré par un bruit de fond ? Une voiture qui passe dans la rue en bas du pâté de maison, un bruit électrique inerrant au matériel, la télé du salon où l'on a "rangé" les gosses devant un dessin animé pour que papa puisse enregistrer tranquillement à l'autre bout de la maison...

 

Vous me direz, normalement ton home studio doit être insonorisé, la pièce traitée sur un plan acoustique. Oui mais quand la salle d'enregistrement se trouve être la chambre à coucher des petites dernières, faute de place dans la baraque, ça devient tout de suite un peu compliqué. Donc en bon bidouilleur fauché, on se fait un écran anti bruit en récupérant des cartons, du scotch et de la mousse d'un canapé parti à la déchèterie. On suspend son micro USB au lit superposé, via un élastique piqué dans la boite à couture de madame. On se place dos à la penderie, rideaux fermés. Et on prie pour que personne n'ait une envie présente l'amenant à tirer la chasse de l'autre côté du couloir... (Bonjour le style ! Et ça veut publier des articles...)
En s'appliquant, on arrive à faire des prises relativement propres, parfois très inspirées. Mais il y a toujours ce bruit de fond, parce que l'on préfère, le 20 du mois, quand le compte en banque est dans le rouge depuis déjà dix jours, on préfère, disais-je, acheter des paquets de nouilles plutôt que du matos tip-top moumoute qui ne siffle pas en permanence. (en fait, là, le gars ne sais pas comment commencer son article et raconte sa vie pour s'échauffer).
 
Alors que faire ? On consulte ici et là les astuces. On entend parler de noise gate, de noise réduction, d'equalizer... Personnellement, je suis rétif au noise gate à cette étape. Si celui-ci fait très bien le boulot entre les syllabes, en cours de phonème il se désactive, ce qui laisse le bruit de fond. Le réducteur de bruit avec enregistrement du profil de bruit n'arrive pas à me convaincre non plus car il a tendance, soit à laisser du bruit tout le temps (même un peu), soit à dénaturer la voix quand on pousse sur les potards. l'EQ permet parfois de s'en tirer face à un sifflement dont la hauteur est déterminée, s'il n'a pas trop d'harmoniques, mais c'est souvent compliqué. Et face à un bruit rose ou blanc (ou d'une autre couleur), il ne pourra rien faire.
 
J'ai donc cherché (et trouvé) l'astuce suivante, qui a certainement déjà été inventé un milliard de fois mais dont je n'ai pas trouvé la trace sur AF. (Et pour cause, patate ! Elle ne marche pas ton astuce). Pour se faire, je me base sur deux programmes gratuits. Audacity pour l'enregistrement et TDR Feedback Compressor II pour... la compression, bien sûr.

 

Prérequis.

Dans Audacity, qu'on aura installé, on aura enregistré une prise voix, ou instrument c'est comme on veut.

 

Tuto Capture 01.PNG

Surligné en vert, ma si jolie voix de crooner. En rouge, le fameux bruit de fond insupportable que l'on veut supprimer.

On aura pris soin également de télécharger, installer et activé dans Audacity mon compresseur préféré, TDR Feedback Compressor II. Avantages de celui-ci : il est gratuit et facile à prendre en main pour un débutant comme moi, surtout grâce à son interface très visuelle : quand on tourne un bouton, on "voit" l'effet que ça va produire sur la courbe d'intensité.

Et puis il est joli aussi.

 

Méthode.

1) Dupliquer la piste dont on veut réduire le bruit de fond.

 

Tuto Capture 02.PNG

 

 2) Sélectionner la piste copie (en cliquant au bout à gauche dans l'espace où il n'y a rien (Vas-y ! Prends tout le monde pour des débutants !)). Allez dans "Effets". Cliquez sur "Inverser". (Et ça continue !)

On constate, en zoomant sur la forme d'onde ([Ctrl] + molette de souris vers l'avant), que la piste du bas est devenue l'exacte inverse de celle du haut.

 

Tuto Capture 04.PNG

Quand on en écoute qu'une, on a le son, quand on écoute les deux, on a plus rien.

 

3) On vérifie que notre piste "copie" est toujours sélectionnée.

On clique sur "Effets", on va vers le bas avec le petit triangle noir en bas du menu (c'est vrai que tu es le seul a "VRAIMENT" savoir te servir d'Audacity !), pour choisir TDR Feedback Compressor II, et on le règle de la manière suivante :

 

Tuto Capture 05.PNG

On appuie sur "Appliquer".

Tuto Capture 06.PNG

 

Certains diront "C'est des réglages pour cheval très malade !" et ils n'auront pas tort. J'explique :

 

   -   "PEAK CREST" et "SOFT KNEE" sont au minimum car je veux que tout ce qui est plus fort que le bruit soit atténué, mais pas le bruit.

   -   Le ratio est au max pour que l'effet soit le plus hard possible (il existe des compresseurs avec des ratios beaucoup plus forts).

   -   "ATTACK", "RELEASE PEAK" et "RELEASE RMS" sont au minimum pour que l'effet soit instantané dès que le volume descend en dessous de celui déterminé par le "TRESHOLD" et s'arrête instantanément dès que le volume remonte au-dessus. En clair, on veut bouffer tout le bruit, mais ne rien perdre de la voix enregistrée.

   -   Le "MAKEUP" doit rester à 0 pour ne pas changer le volume du bruit : le but est qu'il continue à annuler celui présent dans la piste 1 et dont il est l'inverse. Si on change le "MAKEUP", et donc le volume, l'annulation ne marchera plus.

   -   J'ai pu mettre un "TRESHOLD" à -55 dB car ma prise voix était somme toute relativement propre. (Petit prétentieux). Mais si votre bruit de fond est plus important, il faudra mettre la barre plus haut (-50, -45 dB...). C'est le seul paramètre à faire varier en fonction de l'enregistrement pour l'opération qui nous occupe.

   -   "DRY MIX" doit être tourné complètement à gauche : on ne veut pas mélanger le signal traité avec le signal brut pour les mêmes raisons qu'avec le "MAKEUP".

 

Et là, je m'aperçois que j'ai complétement oublié de m'intéresser au bouton à gauche, celui qui règle à partir de quelle fréquence le compresseur va œuvrer. Bof ! comme dirait Achille Talon. Au pire, on le met tout à gauche pour être tranquille. (ça fait pas sérieux un tel laisser-aller).

 

4) Une fois que c'est fait, on sélectionne les deux pistes, on va dans "Piste"->"Mix"->"Mixage et Rendu" et... Tadaaam !

Tuto Capture 07.PNG

 C'est quand même mieux non ? (Ça rappelle un peu la photo aux bartavelles dans "La gloire de mon père". Quelle vanité puérile).

 

Après, il reste a enlever encore deux ou trois choses, le bruit de mon levé de chaise au moment ou j'ai enclanché l'enregistrement, la tourne de ma partoche, la toux entre deux phrases... Mais dans l'ensemble, c'est propre. Cette méthode permet vraiment d'enlever un bruit constant de manière efficace, y compris au cœur d'un autre son. Elle est évidemment transposable dans votre DAW favorite, mais pas forcément avec n'importe quel compresseur. Il me semble en effet avoir entendu que certains introduisent des phénomènes de déphasage. A tester, donc.

Cette astuce a cependant ses limites. Si le bruit parasite est trop fort, on est obligé de mettre un treshold qui descend moins bas. On perd donc, entre autres, les respirations, les bruits de bouche ou de cliquetis de langue. Dans certains styles de musique, ça ira, mais pour une chanson intimiste guitare voix au coin du feu, c'est dommage (on perd le craquement des buches). Dans l'extrême, le bruit de fond est aussi fort que la voix enregistrée, voire plus, et ce n'est pas avec ce "truc du pauvre" qu'on arrivera à "enlever les œufs de l'omelette quand elle est cuite" comme dirait Los Teignos. Après, si il y en a que ça amuse d'enregistrer dans une laverie automatique...

 

Voilà pour l'astuce. Ça prend une minute à faire, ça évite de s'équiper avec un denoizer hors de prix, et surtout au rendu c’est relativement transparent.

 

Je ne sais pas si certains chibanis auront des modifications à suggérer, mais en tous cas, j'étais contant du résultat.

 

Moralité, même en étant spirituellement allergique à la bêtise, on n'est pas à l’abri d’être vicéralement contaminé ou contagieux. Heureusement que certains étaient mieux immunisés que moi.

 

Cela dit, en tant que noise gate, ça marche plutôt pas mal, non ? …

 

Oui, c'est vrai : piètre consolation.