• Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Test des ADAM A3X

test L’ADAM est toute petite
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Une enceinte ADAM à moins de 200€ ? C’est dorénavant chose faite avec la petite dernière dénommée A3X, dotée d’un haut-parleur de 4,5 pouces et du fameux tweeter à ruban cher à la marque. Alors, a-t-elle tout d’une grande ?

Avec l’arrivée de la nouvelle série «AX», remplaçant les anciennes «A»  en entrée de gamme, ADAM en a profité pour étendre leur catalogue en ajoutant deux tailles supplémentaires : la grosse A8X et son boomer de 8,5 pouces, testée par notre très cher MattKorma, et la petite A3X qui nous intéresse aujourd’hui. En regard du prix très accessible de l’enceinte (moins de 200€ en magasin), la première question que l’on se pose est : l’A3X est-elle une digne petite soeur ou un infâme rejeton ? C’est ce que nous allons voir tout de suite...

 

ADAM A3X

Au déballage, nous sommes surpris par la taille de l’enceinte. En effet, avec des dimensions de 252 x 150 x 185 mm, l’A3X est vraiment compacte et trouvera refuge dans n’importe quel home studio. Cependant, ses dimensions sont légèrement supérieures à l’autre petite enceinte que nous avons testée précédemment, la Focal CMS 40. Le poids de l’ADAM est en revanche un peu moindre, ce qui intéressera les home studistes nomades aux épaules fragiles. Niveau look, pas de surprise : l’enceinte ressemble en tout point à ses grandes soeurs avec sa robe gris foncé, ses deux bass reflex, son boomer sans grille de protection et son fameux tweeter à ruban X-ART. C’est un peu la mini-moi de chez ADAM ! La fabrication est sans faille et le tout à l’air robuste. On fera tout de même attention au haut-parleur lors des transports, ce dernier n’étant protégé par une grille. La gamelle du boomer a un diamètre de 4,5 pouces et est en fibre de carbone, contrairement aux A5/7/8X qui ont un haut-parleur en fibre de verre/carbone/rohacell. En revanche, le tweeter à ruban a l’air rigoureusement identique à celui équipant les autres enceintes de la gamme: un très bon point !

 

À l’intérieur de l’enceinte, on retrouve deux amplis de type A/B doté d’une puissance de 25 Watts RMS. On peut aussi noter que les enceintes ne sont pas blindées magnétiquement, alors attention aux vieux moniteurs cathodiques...

 

Sur la face avant, on retrouve le switch de mise sous tension (plus pratique que derrière), ainsi que le potard de volume. Sachez que l’on pourra linker les volumes des deux enceintes, et ainsi régler le tout en ne touchant qu’à un seul bouton : très pratique à l’utilisation.

 

Derrière, on aperçoit la connectique avec une entrée XLR symétrique et une entrée RCA asymétrique. Point de jack TRS 6,35 mm ici, dommage. Niveau réglages, on pourra toucher au gain du tweeter (-/+ 4 dB) et c’est tout... L’A3X n’offre donc aucune autre correction acoustique et c’est un peu léger. Le prix très bas de l’enceinte se répercute sur certains détails comme celui-ci, il n’y a pas de miracles ! Côté données techniques, sachez que le tweeter prend le relai à 2,8 kHz et que l’entrée accepte un niveau allant jusqu’à +14 dB (sensibilité en entrée).

 

Passons maintenant à l’écoute...

 

Écoute

 

Les ADAM A3X ont été comparées avec trois autres paires d’enceintes : les M-Audio DSM1, les Tannoy Reveal 601A et les Focal CMS 40. Les petites ADAM sont donc les moins chères de notre panel, mais pas forcément les plus ridicules sous certains aspects. Nous avons donc écouté des morceaux de musique que nous connaissons bien, en plus d’une utilisation home-studiste.

 

ADAM A3X

Après avoir branché les A3X, nous avons été très surpris par le son délivré par ces petites enceintes. Le bas est tout bonnement impressionnant pour une enceinte de cette taille, et les aigus sont aussi assez détaillés. Les moyennes fréquences sont en revanche un peu plus en retrait, surtout face aux CMS 40. On fera aussi attention à notre placement par rapport aux enceintes, le sweet spot étant moins large que sur les autres enceintes que nous avons testé, peut-être à cause du tweeter. À la première écoute, les ADAM semblent avoir plus de bas et d’aigus que les CMS 40, mais au fil des morceaux, on se rend compte que les Focal sont plus détaillées dans les médiums et possèdent des graves atrophiés, mais finalement plus lisibles.

 

Il est temps désormais d’écouter le premier morceau, «Hurt» de Johnny Cash, avec en face à face les ADAM A3X (400€ la paire environ) et les Focal CMS 40 (600€ la paire). Leur encombrement est quasiment équivalent et le test complet des CMS 40 est déjà disponible sur votre site préféré. Ce qui suit est donc en partie identique au test des Focal.

 

La voix de Cash est plus proche de l’auditeur sur les Focal, mais la guitare est plus brillante sur les ADAM. Le mix général est plus creusé sur les A3X et le haut-médium est plus précis sur les CMS 40. On perd aussi un peu le coffre de la voix de Cash sur les ADAM A3X. Si on a d’abord l’impression d’avoir un son plus «boxy» sur les CMS 40, il est finalement plus droit que sur les ADAM.

 

ADAM A3X

On continue avec «Angel» de Massive Attack. La basse monstrueuse de ce morceau montre que les ADAM descendent plus bas que les Focal, néanmoins, les CMS 40 laissent transparaitre un instrument plus précis avec une attaque plus lisible. Le bas des ADAM pourrait avoir tendance à masquer et flouter certaines fréquences. Le kick est plus sec sur les CMS, même si la résonance passe complètement à la trappe pour ne laisser que l’attaque. Enfin, les guitares électriques du milieu du morceau sonnent un peu plus «nid d’abeille» sur les ADAM.

 

On passe maintenant aux Raconteurs et leur chanson «Consolers of the lonely», avec un morceau aux guitares vintage et à la batterie très «rentre-dedans». La grosse caisse de cette dernière a un son moins contenu et un peu plus mou sur les ADAM, la dynamique des Focal se fait entendre et les transitoires claquent sans problème. Les sibilantes des voix ressortent plus sur les A3X tandis que les moyennes fréquences des guitares sont plus en avant sur les Focal. Ces dernières donnent le sentiment d’avoir un son plus droit et plus contenu. En comparaison, les moyennes fréquences des ADAM sont trop en retrait.

 

C’est au tour de Michael Jackson et de sa chanson «Liberian Girl». Sur la douce introduction, les enceintes ne se démarquent pas vraiment, mais dès que la voix de MJ débarque on ressent un manque de bas médium sur les ADAM. En ce qui concerne les détails, les queues de réverbes, les enceintes restent équivalentes, mais les Focal se démarquent sur l’image stéréo. Les ADAM donnent le sentiment d’avoir plus d’air, mais leur image stéréo semble exagérée, et les hautes fréquences sont trop en avant.

 

ADAM A3X

Avec le morceau de Metallica «Enter Sandman», les Focal montrent leur faiblesse avec une basse qui est beaucoup moins en avant, et il en va de même pour la résonance des toms de la batterie. En revanche, les différentes pistes de guitares se détachent très bien. Le rendu du charley est très différent sur les deux enceintes, avec un son beaucoup plus brillant sur les ADAM. Quoi qu’il en soit, les ADAM et les Focal s’en sortent toutes les deux très bien sur ce morceau.

 

Sur «Feel Good» de Gorillaz, le kick est plus sec sur les Focal, et l’effet mégaphone de la voix de Damon Albarn semble un poil exagéré sur les ADAM. La basse est plus boomy et présente sur ces dernières, mais reste moins lisible que sur les Focal.

 

Vient ensuite «Walk on the wild side» et sa fameuse contrebasse. Le corps de cet instrument reste aux abonnés absents sur les CMS 40, il n’y a que le son des cordes ! La voix de Lou parait toujours plus proche et a plus de présence sur les Focal. En revanche, le timbre de la caisse claire ressort plus sur les ADAM A3X.

 

Sur «Seven steps to heaven» de Miles Davis, la contrebasse est plus timide sur les Focal, en revanche la trompette est plus douce et plus chaleureuse que sur les A3X. La cymbale ride a une attaque plus franche sur les CMS, et d’une manière générale, la dynamique est les transitoires sont mieux respectées. Sur les ADAM, l’attaque des notes de la contrebasse se fait un peu manger par la résonance du corps, ce qui n’est pas le cas sur les Focal. Il faut dire que le corps passe quasiment à la trappe sur ces dernières !

 

Pour finir avec «Ainsi parlait Zarathoustra», le son des cuivres est plus nasillard sur les ADAM et nous retrouvons globalement les mêmes différences que sur les précédents morceaux. Les timbales descendent plus bas sur les ADAM, alors qu’il ne reste presque que la peau sur les Focal.

 

Conclusion

 

Avoir des ADAM pour moins de 200€ (l’unité), c’est chose faite et l’on peut dire que les petites A3X sont surprenantes. Le bas est très développé pour des enceintes de cette taille, et le tweeter X-ART délivre un son toujours aussi détaillé. Le constructeur allemand n’a pas rogné sur la qualité de construction pour baisser ses prix, et l’on retrouve quelques détails bien pratiques comme le switch à l’avant et le stéréo link. On pourra émettre quelques réserves concernant la lisibilité du bas, qui souffre d’un léger flou, et la mise en retrait des médiums par rapport aux hautes fréquences. De plus, l’absence de véritable correction acoustique ne permet pas de lutter contre ces défauts. Grâce à leur très bon rapport qualité/prix, on ne peut que conseiller ces enceintes aux home studistes ou mélomanes peu fortunés et désireux d’acquérir du matériel de qualité. Il faudra cependant prendre en compte les quelques faiblesses de l’A3X afin d’éviter les surprises en mixage. Reste que les ADAM A3X sont sans doute les meilleures enceintes très compactes dans cette fourchette de prix.

 

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Rapport qualité/prix
  • Tweeter X-ART
  • Du détail dans le haut
  • Pas mal de graves
  • Qualité de construction
  • Stereo link
  • Corrections quasi inexistantes
  • Léger effet de masque dans le bas et médiums en retrait
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail