Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
42 réactions
Des pads et des couleurs

Afin d'accompagner la nouvelle version de son logiciel Traktor, Native Instruments a sorti un nouveau contrôleur pour profiter à fond des dernières fonctions ajoutées.

La prin­ci­pale inno­va­tion de cette nouvelle mouture du logi­ciel sont les Remix Decks. C’est un peu comme si on avait inté­gré une version light d’Able­ton Live dans Trak­tor. Avec ces Remix Decks, Native Instru­ments annoncent sur leur site inter­net qu’ils ont réussi à réunir les deux grandes familles de DJ, les mixeurs qui utilisent des configs stan­dards (platines, contrô­leurs…) et les perfor­mers live qui, eux, sont le plus souvent accom­pa­gnés d’or­di­na­teur et de logi­ciels (Able­ton Live, Cubase…). Et comme on est un peu tatillon chez Audio­Fan­zine, on va véri­fier tout ça…

Concept et fonc­tions du nouveau Trak­tor

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Comme je le signa­lais dans l’in­tro­duc­tion, le Kontrol F1 a été conçu pour opti­mi­ser l’uti­li­sa­tion des nouvelles fonc­tions du logi­ciel de Native Instru­ments, Trak­tor qui sort en version 2.5. Je ne pouvais pas réali­ser ce test sans vous parler de cette nouvelle version du logi­ciel et surtout de la prin­ci­pale inno­va­tion de ce dernier : les Remix Decks. Ces derniers se présentent sous la forme de 4 petites fenêtres (4 slots) pouvant chacune accueillir 4 échan­tillons de sons diffé­rents, le tout réparti sur 4 pages. Faites le calcul, ça fait 64 échan­tillons diffé­rents à char­ger sur vos remix decks. Une des parti­cu­la­ri­tés des RD, ils se comportent exac­te­ment de la même manière que les decks prin­ci­paux du logi­ciel (A et B). Une fois le son chargé vous n’avez plus qu’à le jouer à l’aide des pads du Kontrol F1 ou de n’im­porte quel autre contrô­leur. Ainsi, vous profi­tez de 64 slots par Remix Deck pour ajou­ter des boucles, des sons, des samples… et agré­men­ter vos mix à l’aide de tout ça. Les quatre slots repré­sen­tés à l’écran peuvent être acti­vés en même temps et il vous sera possible de scrat­cher, pitcher, lire en reverse, synchro­ni­ser tous les sons char­gés sur les RD, comme on le ferait avec les sons char­gés sur les decks prin­ci­paux. À la manière d’Able­ton Live, vous allez pouvoir envoyer jusqu’à 16 séquences en même temps. 

Les decks prin­ci­paux et les RD commu­niquent entre eux et c’est valable dans les deux sens. Je m’ex­plique : imagi­nons que vous avez bouclé une partie du morceau sur un des prin­ci­paux decks, une fois la boucle effec­tuée, vous allez pouvoir l’as­si­gner à un des RD et ainsi pouvoir char­ger un autre son sur la platine. De même, un son chargé sur un des 64 slots des RD va pouvoir être chargé sur les decks prin­ci­paux et ainsi vous pour­rez le scrat­cher ou ajou­ter des effets… Comme n’im­porte quel son chargé sur les decks prin­ci­paux. Même si la tota­lité des fonc­tions est acces­sible à la souris, il est quasi­ment impos­sible d’en profi­ter plei­ne­ment sans l’aide d’un contrô­leur comme le Kontrol F1.

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Les RD supportent n’im­porte quel format de son de n’im­porte quelle durée. Vous pouvez simple­ment ajou­ter des samples tels que des sirènes ou des jingles mais aussi des boucles ou des morceaux entiers. Le construc­teur four­nit un peu plus d’1 Go de sons à télé­char­ger sur leur site, mais rien ne vous empêche d’uti­li­ser vos propres sons ou produc­tions. Vous pouvez char­ger les sons à la volée ou prépa­rer vos remix decks à l’avance et sauve­gar­der vos présets. Lorsque vous effec­tuez une sauve­garde, un fichier « .trakt » est créé, ce fichier peut être copié et chargé sur un autre ordi pour accé­der direc­te­ment à vos réglages.

Assez parlé de Trak­tor et de ses Remix Decks, voyons main­te­nant comment le Kontrol F1 fonc­tionne et les outils qu’il nous propose.

Débal­lage et instal­la­tion

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Dans le carton d’em­bal­lage, on trouve le boîtier, un cordon USB, quelques notices, un cache addi­tion­nel… et c’est tout. Première surprise, il n’y a aucun CD d’ins­tal­la­tion dans le carton et il vous faudra abso­lu­ment une connexion inter­net haut débit pour instal­ler ou mettre à jour votre version de Trak­tor et pour instal­ler les drivers. Je sais que la déma­té­ria­li­sa­tion des données est à la mode (VOD, MP3, jeux vidéo…), mais fran­che­ment je ne trouve pas ça pratique et tout le monde n’a pas encore inter­net en haut débit à la maison.

Le Kontrol F1 est livré avec la version 2.5 de Trak­tor et une mise à jour gratuite est dispo­nible pour les déten­teurs de la version 2. L’ins­tal­la­tion ne prend que quelques minutes et le boîtier béné­fi­cie de la tech­no­lo­gie Plug’n Play avec Trak­tor. J’in­forme les déten­teurs de vieux ordi­na­teurs que le boîtier fonc­tionne en USB 2.0 et la config mini­mum est assez exigeante. Pour les utili­sa­teurs de PC, il vous faudra obli­ga­toi­re­ment Windows 7 et un bon proces­seur (Intel Core 2 Duo ou AMD Athlon 64) ainsi qu’au mini­mum 2 Go de RAM, même si 4 Go est préfé­rable. Pour les utili­sa­teurs Mac, même combat, les dernières versions de Mac OS X sont néces­saires (10.6, 10.7 ou 10.8) ainsi qu’une machine assez perfor­mante. Une fois le boîtier relié à l’or­di­na­teur via le cordon USB, les pads s’illu­minent de mille feux, signe que le Kontrol F1 est prêt à l’em­ploi.

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Les dimen­sions de la machine sont très compactes (294 × 120 × 52mm) et son poids est assez surpre­nant : seule­ment 700 grammes. Pour les connais­seurs des produits Native Instru­ments, ce sont les mêmes dimen­sions que le Kontrol X1. Sobriété et qualité sont au rendez-vous. Les maté­riaux utili­sés sont de bonne qualité et semblent parés pour des heures d’uti­li­sa­tion. L’ap­pa­reil est composé de trois parties : la partie supé­rieure est desti­née au contrôle des filtres passe-haut et passe bas et du volume. On verra un peu plus tard que le Kontrol F1 peut s’uti­li­ser de diffé­rentes manières et que les commandes diffèrent d’un mode à l’autre. Pour le contrôle des filtres ou des effets, le F1 dispose de quatre potards cran­tés et de quatre faders pour le contrôle du volume. Chaque Remix Deck dispose de son propre fader de volume et de son filtre passe-haut/passe-bas. La courbe des potards et des faders est ferme et permet un bon contrôle.

La partie centrale se compose d’une molette sans fin et de 8 touches de commandes. Cette partie est dédiée à la navi­ga­tion et au contrôle des diffé­rentes fonc­tions que les Remix Decks proposent (sync, reverse, captu­re…) ainsi que le para­mé­trage du boîtier (couleur des pads, sauve­garde des sets…).

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Pour en finir avec la descrip­tion du boîtier, parlons un petit peu des pads. Ils sont aux nombres de 16, tous rétro-éclai­rés (16 couleurs diffé­rentes), de très bonne qualité et agréables au toucher. Les pads permettent le déclen­che­ment des samples, des boucles et même des morceaux en inté­gra­lité. Les pads répondent très bien et certains les trou­ve­ront même un peu trop sensibles au début. Un exemple pour illus­trer cette réac­ti­vité : j’ai réussi avec deux doigts à repro­duire un roule­ment de batte­rie très rapide et très précis. Une simple pres­sion suffit à lancer les diffé­rents échan­tillons de son. Dernière préci­sion, les pads ne réagissent pas à l’in­ten­sité de la pres­sion, que vous appuyiez fort ou non sur le pad, cela ne change rien.

Le boîtier du Kontrol F1 est vrai­ment bien conçu, ses dimen­sions compactes lui permettent d’être trans­porté faci­le­ment et l’auto-alimen­ta­tion d’être instal­lée rapi­de­ment et n’im­porte où. Les maté­riaux utili­sés sont de bonne facture et les potards, faders et pads sont agréables à utili­ser. Petit plus, ces derniers une fois allu­més sont très flashy et ça en jette vrai­ment lors d’une pres­ta­tion live.

Les diffé­rents modes d’uti­li­sa­tion

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Le Kontrol F1 propose trois modes de fonc­tion­ne­ment : un mode MIDI, un mode USER MAP (utili­sable avec le cache addi­tion­nel) et le mode par défaut. Le chan­ge­ment de mode s’ef­fec­tue à l’aide de la touche Shift et de la molette. Le mode MIDI permet, via l’édi­teur de commande MIDI de Native Instru­ments, de recon­fi­gu­rer les commandes du contrô­leur comme bon vous semble et de l’uti­li­ser ainsi avec un autre logi­ciel. Le mapping par défaut du F1 est assez complexe et diffi­cile à repro­duire. La bête a été déve­lop­pée pour fonc­tion­ner en natif avec Trak­tor et du coup plusieurs fonc­tions passent à la trappe lorsqu’on l’uti­lise avec un autre logi­ciel. Il est par exemple impos­sible de profi­ter des LEDs de couleurs des pads…  

Le F1 est livré avec un cache addi­tion­nel que l’on peut dispo­ser par-dessus le cache de base. Sur ce cache sont notées les nouvelles fonc­tions que ce mode propose. Pour chan­ger de cache, c’est très facile, il faut tout simple­ment enle­ver les boutons des faders, placer le cache et remettre les boutons. Pas de panique lorsque vous enle­vez les boutons des faders, ils sont démon­tables et il n’y a aucun risque qu’ils cassent. Les fonc­tions que propose ce mode se rapprochent de celles du Kontrol X1. Les pads deviennent des hotcue (8 par pistes), les faders et les potards servent eux à la gestion des effets. Ce mode peut faire le bonheur des DJs qui utilisent un système DVS avec des vinyles ou CD time-codés et ainsi leur permettre d’avoir accès à plusieurs fonc­tions du logi­ciel via le contrô­leur (loop, sync, keylo­ck…).

Le mode le plus inté­res­sant reste le mode par défaut (natif pour Trak­tor 2.5) qui permet de contrô­ler les nouvelles fonc­tions de Trak­tor et notam­ment les Remix Decks.

Contrôle des Remix Decks

Passons main­te­nant à l’uti­li­sa­tion et à la prise en main des nouvelles fonc­tions de Trak­tor via le Kontrol F1. Avant de commen­cer à utili­ser le F1, je vous conseille de lire la notice. Elle est très bien faite et vous fera gagner pas mal de temps. Pour ma part c’est la première fois que j’uti­lise un contrô­leur de ce type et il m’a fallu une petite heure pour prendre en main les diffé­rentes fonc­tions.

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Commençons par la prépa­ra­tion des Remix Decks. Vous pouvez char­ger les échan­tillons à la volée, mais je conseille forte­ment à ceux qui veulent profi­ter au maxi­mum du F1 de prépa­rer leur set à l’avance. Chaque RD peut accueillir jusqu’à 64 échan­tillons répar­tis en quatre pages de 16 slots. Les 16 pads permettent d’avoir accès à 16 diffé­rents échan­tillons direc­te­ment. Pour passer d’une page à l’autre, il faut simple­ment tour­ner la molette et choi­sir une des pages. Un petit écran à deux chiffres vous indique sur quelles pages vous vous trou­vez (P1, P2, P3, P4).

L’as­si­gna­tion des sons aux pads se fait de manière intui­tive. Enclen­chez la fonc­tion Browse à l’aide de la touche dédiée puis choi­sis­sez un son dans l’ex­plo­ra­teur de Trak­tor avec la molette et appuyez sur le pad. C’est un jeu d’en­fant. Je vous conseille de clas­ser un mini­mum les échan­tillons et d’uti­li­ser les 16 teintes des pads pour créer un petit code couleur pour vous y retrou­ver faci­le­ment. Pour chan­ger la nuance d’un des pads, il faut appuyer sur Shift et Color en même temps puis sur le pad dont on veut chan­ger la couleur, choi­sis­sez puis appuyez de nouveau sur le pad. Lorsqu’un son est chargé sur un des slots, le pad corres­pon­dant s’illu­mine. Si le slot est inac­tif la lumière du pad est de faible inten­sité, à l’in­verse lorsque le slot est actif : la lumi­no­sité s’in­ten­si­fie. Les pads qui corres­pondent à un slot vide restent éteints. 

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Chaque pad peut être confi­guré indé­pen­dam­ment grâce à la touche Type. Une fois cette touche enclen­chée, on peut chan­ger le mode de lecture de chaque slot. Ainsi, l’échan­tillon peut, soit être joué comme une boucle, soit en one shot (la lecture s’ar­rête à la fin). De même, on peut choi­sir si l’échan­tillon reste jusqu’à ce qu’on réen­clenche le pad corres­pon­dant ou s’il faut main­te­nir appuyé. 

Main­te­nant que nous avons nos RD char­gés et confi­gu­rés, notre code couleur et nos pads program­més, voyons ce que le Kontrol F1 nous propose comme outils pour profi­ter des nouvelles fonc­tions de Trak­tor.

Une série de touches vous donne accès aux fonc­tions suivantes: REVERSE active la lecture du sample à l’en­vers, PITCH change la tona­lité (12 demi-tons), SPEED change la vitesse, SIZE change la durée. Ces dernières sont acces­sibles à la volée et peuvent être modi­fiées pendant la lecture. La mani­pu­la­tion est quasi­ment la même à chaque fois et s’ef­fec­tue à l’aide des touches dédiées et de la molette. D’autres fonc­tions, un peu plus évoluées cette fois, sont égale­ment acti­vables direc­te­ment à partir du boîtier de contrôle :

SYNC permet de synchro­ni­ser les RD entre eux ainsi que les decks. Chaque RD possède son propre rythme et sa propre grille de tempo. Un RD peut être dési­gné comme le tempo maître ou se caler sur celui d’un des deux decks prin­ci­paux.

Native Instruments Traktor Kontrol F1

CAPTURE est une fonc­tion très inté­res­sante car elle permet de boucler une partie de morceau qui se joue sur les decks prin­ci­paux et de l’im­por­ter direc­te­ment sur un des slots des RD. Une fois la touche Capture enclen­chée, vous choi­sis­sez la longueur de la boucle à l’aide de la molette (de 1/32 à 32 mesures) et vous l’as­si­gnez à n’im­porte quel slot en appuyant sur le pad corres­pon­dant.

Quatre para­mètres sont modi­fiables en pres­sant la touche SHIFT et acces­sibles via les pads. En pres­sant SHIFT les pads s’al­lument en orange et vous indiquent si ces para­mètres sont actifs ou non.

KEYLOCK bloque la tona­lité de l’échan­tillon, FX envoie le slot choisi vers la section d’ef­fets du logi­ciel, MONI­TOR envoie le slot choisi dans le casque, PUNCH permet de bascu­ler d’un échan­tillon à l’autre d’un même RD sans arrê­ter la lecture. Cette dernière demande un peu de pratique, mais s’avère très inté­res­sante, surtout pour des départs de séquences en différé.

Tout en bas du boîtier vous retrou­vez quatre touches de la même matière que les pads. Ces touches contrôlent la fonc­tion MUTE et l’ar­rêt des 4 slots en même temps. Un peu comme sur Able­ton Live, pour ceux qui connaissent, vous pouvez soit arrê­ter complè­te­ment la lecture (SHIFT + MUTE) soit muter le RD sans arrê­ter la lecture (MUTE seule­ment).

Pour qui et à quel prix ?

Native Instruments Traktor Kontrol F1

Même si le Kontrol F1 dispose de trois modes de fonc­tion­ne­ment, dont un en MIDI, je conseille de l’uti­li­ser dans son mode par défaut et de profi­ter ainsi de toutes les nouvelles fonc­tions de Trak­tor. Pour le mode MIDI, le mapping du F1 est assez complexe et du coup n’est pas vrai­ment pratique à utili­ser avec un autre logi­ciel. Pour le mode USER MAP, je serais un peu moins caté­go­rique. Le boîtier est de bonne qualité, les pads et les autres commandes sont agréables à l’uti­li­sa­tion et répondent très bien. Les DJ qui mixent sur platine vinyle ou CD avec un système DVS pour­raient être inté­res­sés par ce produit et les commandes qu’il propose HOT CUE, FX, LOOP… 

Le Kontrol F1 est vendu 250 euros, ce qui peut paraître un peu cher pour un simple contrô­leur addi­tion­nel. C’est à vous de voir si les nouveaux Remix Decks de Trak­tor et leurs fonc­tions vous plaisent assez pour inves­tir. Si c’est le cas, je vous conseille forte­ment de vous procu­rer un F1, voire deux, pour un meilleur confort et pouvoir gérer ainsi deux Remix Decks en même temps.

Conclu­sion

Native Instru­ments a fait preuve d’am­bi­tion en voulant réunir le meilleur des mondes. En intro­dui­sant les Remix Decks à leur logi­ciel, les déve­lop­peurs de NI ont eu une brillante idée. Idée d’au­tant plus bonne qu’elle est très bien mise en oeuvre. La prise en main demande un peu de temps de pratique, mais entre le manuel d’uti­li­sa­tion très bien fait et les diffé­rents tutos vidéos, cela ne vous pren­dra que quelques heures pour maitri­ser la bête. Par contre, il est quasi­ment impos­sible de profi­ter plei­ne­ment de ces inno­va­tions sans s’ai­der d’un contrô­leur addi­tion­nel et du coup, sans mettre un peu la main au porte-monnaie. Comme on dit « quand on aime on ne compte pas »…

Le F1 est un très bon produit et reste pour le moment la seule réelle solu­tion pour contrô­ler les Remix Decks du nouveau Trak­tor. Les dimen­sions compactes, de même que la faci­lité d’ins­tal­la­tion et le design flashy font du F1 un bon compa­gnon pour les pres­ta­tions live. Les pads répondent parfai­te­ment et permettent de réali­ser des solos de percus ou de batte­ries du meilleur effet. Le prix en refroi­dira peut-être quelques-uns, mais pour ceux qui veulent profi­ter à fond du nouveau Trak­tor, l’achat de ce nouveau contrô­leur est pratique­ment obli­ga­toire.

Points forts
  • Bonne qualité globale
  • Seul contrôleur à exploiter Traktor 2.5 complètement
  • La réactivité des pads
  • Les dimensions compactes
Points faibles
  • Ne peut contrôler qu’un remix deck en même temps
  • Ce n’est qu’un contrôleur additionnel
  • Le mapping pour une autre utilisation en MIDI est laborieuse

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.