Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
John Bowen Synth Design Solaris
Photos
1/209

John Bowen Synth Design Solaris

9/10

Acheter neuf John Bowen Synth Design Solaris

  • Espace Claviers Pas de stock / Livré en 10 jours 4 490,00 €

Annonces John Bowen Synth Design Solaris

Me prévenir à chaque nouvelle annonce sur ce produit

test

News

Images

Vidéos

Avis

Note moyenne :
( 4.8/5 sur 6 avis )
5 avis
83 %
1 avis
17 %
Donner un avis
Cible : Utilisateurs avertis
stefanovicstefanovic

Ergonomie et son au top

John Bowen Synth Design SolarisPublié le 07/05/22 à 23:02
Ca fait 4 ans que je l'ai, c'est mon premier synthé "complet", avec un clavier et une vraie interface. Auparavant, j'ai monté un Shruti et un Ambika, tout deux très bons, mais dont l'interface (très bonne au demeurant compte-tenu des contrôleurs physiques) occupe trop l'esprit, et demande trop de navigation. Ici, tout (ou presque) est sous la main.
Je vous préviens, mais vous l'avez déjà compris, j'accorde beaucoup d'importance à l'ergonomie : pour moi un bon synthé c'est la combinaison d'un bon moteur de génération sonore et d'une interface utilisable. J'avais le son avec le Shruti et l'Ambika (sauf dans l'aigu), pas l'ergonomie. Donc mon test sera volontairement orienté vers ça. Et...…
Lire la suite
Ca fait 4 ans que je l'ai, c'est mon premier synthé "complet", avec un clavier et une vraie interface. Auparavant, j'ai monté un Shruti et un Ambika, tout deux très bons, mais dont l'interface (très bonne au demeurant compte-tenu des contrôleurs physiques) occupe trop l'esprit, et demande trop de navigation. Ici, tout (ou presque) est sous la main.
Je vous préviens, mais vous l'avez déjà compris, j'accorde beaucoup d'importance à l'ergonomie : pour moi un bon synthé c'est la combinaison d'un bon moteur de génération sonore et d'une interface utilisable. J'avais le son avec le Shruti et l'Ambika (sauf dans l'aigu), pas l'ergonomie. Donc mon test sera volontairement orienté vers ça. Et puis le test de Synthwalker est déjà hyper-complet.

Du coup j'ai acquis le Solaris sur la base de ce qu'on disait de ses possiblités sonores et de son interface, après avoir lu pas mal de choses sur la philosophie de design de John Bowen.

Donc 5 écrans larges, pour les sections osc, mixer, filtres, lfo, enveloppes. Résultat: pas de surutilisation d'un seul écran, et donc forcément pas de navigation pour aller à la page qui nous intéresse. Et du coup l'ajustement d'un son par ex se fait très facilement entre sections.
Mais pas aussi facilement à l'intérieur d'une section. Je m'explique : imaginez que vous vouliez explorer et ajuster les enveloppes d'amplitude et de freq du filtre, par exemple faire passer l'attaque de l'amplitude derrière ou devant cette du filtre. Ou alors jouer sur les battements entre 2 ou 3 oscillateurs, genre sur la longueur du pwm ou le tuning. Vu qu'un seul écran est consacré à toutes les enveloppes (resp. osc), il faut passer d'une enveloppe (resp. osc) à l'autre avec les boutons dédiés.

La manipulation est rapide, grâce aux boutons dédiés directs (passer à l'osc 2, 3 ou 4 passer à l'env 1,2,3...) mais vous n'avez pas sous les yeux, en même temps, les valeurs de chaque enveloppe et vous ne pouvez donc pas les comparer en même temps, comme on pourrait le faire avec un synthé classique où on voit les réglages de tous les oscillos ou toutes les enveloppes. Tiens d'ailleurs une version prototype du solaris prévoyait deux écrans pour les enveloppes, mais cela n'a pas été retenu. Il s'agit quand même d'un super compromis, compte-tenu du nombre d'objets par section (5 osc, 5 env, 5 lfo).

Par ailleurs, les écrans montrent les valeurs de façon textuelle (decay: "20ms"), qu'il faut donc retenir, et non sous forme de longueur graphique comme peut le faire un ARP Odissey avec des faders, ou d'un angle comme sur un minimoog avec des potards. Si cela avait été le cas, on aurait pu comparer des longueurs de bar graph en passant d'un osc à l'autre, mais bon, c'est pas le cas lol.

Les encodeurs, c'est quand même une des raisons pour lesquelles je me suis décidé pour un Solaris : je voulais des encodeurs pour ne pas avoir d'information incorrecte de position ou de saut de valeur quand on passe d'un preset à l'autre. Le top reste les faders motorisés, ou alors les potards avec ring led, mais tout ça a un coût et un encombrement qu'il faut assumer...

Les modulations sont précisées en mode "destination". Par exemple, pour un osc, si vous voulez moduler sa "shape", c'est dans la sous-section mods de la section osc que cela se passe. C'est très utilisable pour la création du son. Ca l'est un peu moins quand on analyse les subtilités d'un son créé par d'autres, ou qu'on essaie de comprendre/corriger son propre son. Là ce qu'on voudrait parfois c'est un mode "source": "cette modulation, où va-t-elle ?"

J'ai pris l'option OLED, et j'ai super bien fait. L'angle de vision est très grand, ce qui est important pour un synthé plat et relativement profond (pas besoin de se pencher au-dessus d'un écran pour mieux voir). Le rafraîchissement des écrans est hyper rapide, les encodeurs le sont aussi, on a vraiment l'impression que le synthé répond au doigt et à l'oeil, c'est hyper satisfaisant. Quand on compare avec le grand LCD du milieu, ou celui de l'Ambika, y'a pas photo, et je ne ressens plus ce frein, cette petite hésitation, qui vient toujours en travers de ma manipulation, à cause de ce rafraîchissement ralenti voire flou, qui m'empêche d'atteindre rapidement une valeur que je vise.

Malheureusement, la version 2 de l'OS me semble avoir ralenti ce taux de rafraîchissement, et j'ai moins cette impression que j'adorais. J'en ai parlé à John et Jim, mais eux ne sentent pas la différence. J'aimerais bien avoir un autre avis là-dessus, de quelqu'un qui a la version OLED et qui aurait la possibilité de repasser en 1.4.4, juste pour tester la manipulation des encodeurs et le feeling de la boucle action/rafraîchissement de valeur.

L'OS 2 a fait beaucoup de progrès, on est passés par plusieurs beta, mais John et Jim sont super à l'écoute, et tous les bugs que j'avais ont été traités. Notamment j'avais des pbs de réception midi par usb au bout d'un moment, tout a été réglé. Et là quelle satisfaction d'avoir plusieurs sons en même temps : la polyphonie n'est pas énorme, mais quel dommage de la mobiliser entièrement pour un son de basse ! Là on peut au moins compter sur 8 autres voies (et oui, le minimum de voies pour un son, c'est deux) pour autre chose que la basse...

Pour le son, beaucoup a été dit, et même si je ne suis pas un spécialiste, je l'apprécie énormément, il a une ampleur et une précision de dingue. Et quelle diversité entre les générateurs classiques, les tables d'onde, la FM, les rotors, les types de filtres, le feedback etc !
Je me suis essayé au Voice Component Modelling pour simuler l'analo, en utilisant le sequenceur en mode step pour moduler subtilement quelques paramètres, c'est pas mal, ç'aurait été encore mieux si on avait pu moduler l'ADSR de cette manière. J'ai essayé de le simuler avec un soft qui tourne sur un browser avec Webmidi: https://jsfiddle.net/rv24ho7k/3/, à bon entendeur.

Cela dit, quand je mets en route mon Ambika, je ne peux m'empêcher d'être surpris par la chaleur et le grain brut que ce dernier dégage par rapport au Solaris. Bon, c'est sa particularité aussi à l'Ambika. Mais je mets ça aussi sur le compte du niveau sonore. Le Solaris permet d'empiler bcp de générateurs, donc je soupçonne qu'il garde un peu de place au niveau de l'amplification/mixage. Du coup, certains sons simples (genre un mono avec 2 ou 3 oscillateurs seulement) manqueront un peu de pêche a priori. J'ai remarqué que certains presets dédoublaient le mix des osc1 et osc2 par ex, et je pense que c'est pour augmenter le niveau. Je trouve dommage qu'on ne puisse pas mettre le niveau sur la fameuse position 11 (voire plus) pour certains sons simples, plutôt que d'en arriver à surmixer les osc. Ou alors je suis passé à côté d'un truc.

Je n'utilise pas encore les rotors, le feedback, le lag, enfin plein de trucs, je n'ai pas encore assez d'expérience. J'arrive à rien avec le ring modulator (AM?), enfin en tout cas c'est pas fameux, mais c'est sûrement moi qui ne sais pas faire. L'archi est quand même assez simple à comprendre, même pour qq'un d'inexpérimenté. Sauf les "parts", et leur nouvelle signification avec la version 2. Ou en tout cas leur signification pécédente en mode monotimbrale, toujours pas compris, mais c'est pas grave, j'arrive à faire ce que je veux dans la version 2, alors... Bon pour un débutant, c'est peut-être un peu chaud, notamment à cause des écrans partagés entre enveloppes, oscillateurs etc.


Conclusion:

(+) côté IHM/ergo, compte-tenu des choix de design (plusieurs écrans, encodeurs, grande modularité, grande diversité), on peut guère faire mieux, il y a peu d'erreurs flagrantes qui seraient facilement corrigeables
(+) la qualité et le nb des dispositifs de contrôle (clavier, joystick, ruban, aftertouch, encodeurs)
(+) la version OLED, pour l'angle de vision et la réactivité
(+) côté son, c'est quand même assez fantastique, y compris au niveau des sons monos. Et la diversité. Maintenant, je n'ai pas assez d'expérience avec d'autres synthés, notamment purs-analos, pour comparer le grain vintage (cf amélioration)
(+) côté OS, pour mon utilisation, je ne rencontrais pratiquement plus aucun problème pendant la période de béta, c'est très mature. Et John et Jim sont hyper réactifs et constructifs. Il y a eu bcp d'améliorations pour toutes les manips genre nommage des presets, et pas mal de design sur la partie multi...
(+) aucun défaut important, que ce soit au niveau du son ou au niveau de l'interface. Surtout depuis la reprise des travaux sur l'OS par Jim, et depuis la version 2.

Améliorations possibles :
(-) j'aimerais retrouver la réactivité des potards de la version 1.4.4 !
(-) l'OS a parfois quelques (rares) ratés, notamment la gestion de l'AT ou de la wheel qui nécessite du recalibrage ou une réinstall de l'OS. Mais ces derniers temps je n'ai pas de problème.
(-) j'aimerais avoir plus de liberté pour régler le niveau d'un son. Mais c'est peut-être gérable à l'extérieur, genre sur la table de mix.
(-) il me semble que le côté son vintage pourrait être amélioré. Je suis d'accord avec Kalaspace, ou Theo Bloderer de GreatSynthesizers, c'est très précis, et il y a peu de "surprise" ou de fluctuation. Pour les sons polys, je pense que c'est améliorable en modifiant l'OS pour gérer les paramètres de voies différents (après, faut-il chercher absolument cette imitation parfaite ? Le Solaris est déjà très bien pour ce qu'il est)
(-) effets globaux, un peu bizarre maintenant que la multitimbralité est réalisée. Mais chaque chose en son temps.
(-) contrairement au code de l'OS, le code DSP sera compliqué à changer (DSP SHARC, avec outils proprio chers, il faut des spécialistes, ça doit pas courir les rues). Mais John y pense, à voir s'il arrive à mobiliser les ressources.
(-) la version "voice expander" est trop chère (2200€ annoncés par soniccore). Du coup, on ne peut pas pallier facilement le relatif manque de voies, surtout en multi avec l'obligation de 2 voies/son: 1 lead, 1 basse, et il ne reste plus que 6 voies...

(+) même sans correction de ces points d'amélioration, le Solaris est excellent tel qu'il est maintenant. Si en plus c'est amélioré...
Lire moins
»
Analog 80Analog 80

Déjà un classique !

John Bowen Synth Design SolarisPublié le 14/08/15 à 13:42
Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce synthétiseur ?

Je l'utilise en studio pour mes projets de musique électronique.

Vous semble-t-il solide et bien fini ? Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ? Qu’en est-il de la qualité de son clavier et de son toucher ?

Finition irréprochable (chassis métal), ergonomie bien pensée (nombreux encodeurs et multiples écrans, tout est visualisable en un coup d'oeil), qualité du clavier et toucher parfait ! Le mien a quelques options sur mesure : led bleues sur les molettes pitch et mod (plus de série) et un mix d'encodeurs crantés et non crantés sur les paramètres, sélections. J'aime...…
Lire la suite
Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce synthétiseur ?

Je l'utilise en studio pour mes projets de musique électronique.

Vous semble-t-il solide et bien fini ? Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ? Qu’en est-il de la qualité de son clavier et de son toucher ?

Finition irréprochable (chassis métal), ergonomie bien pensée (nombreux encodeurs et multiples écrans, tout est visualisable en un coup d'oeil), qualité du clavier et toucher parfait ! Le mien a quelques options sur mesure : led bleues sur les molettes pitch et mod (plus de série) et un mix d'encodeurs crantés et non crantés sur les paramètres, sélections. J'aime avoir le choix ! J'ai la version en blanc avec flancs en bois. L'ensemble est massif et imposant. De toute beauté.

Quel est votre avis sur le son de manière globale ? Que pensez-vous des sons d’usine ?
Que pensez-vous des possibilités d’édition et de traitement ?

LE SON : voilà ce qui devrait être le principal (avec l'inspiration que nous procure un instrument) dans le choix d'un synthé ! Pour moi il doit être unique et ici je suis comblé car tout est possible (ou presque!). Il sort en 96Khz/32 bits ! C'est important de le signaler car c'est le seul synthé au monde à le faire et avoir une telle dynamique, niveau patate, ça envoi direct très fort !
Les banks fournies donnent un bon aperçu des capacités de la machine mais ce synthé sait faire bien plus (ajout de ses propres samples pour développer un son original, création de sons percussifs inédits, etc...). Le fait qu'il soit monotimbral n'est pour moi pas un défaut tellement les possibilités pour travailler ce seul timbre sont immenses et se suffisent à elles mêmes. Avec une polyphonie de 10 voix confortable, on peut connecter entre eux les différents modules, tables d'ondes et samples types prophet 5/VS, Oberheim, Minimoog, TB303, Waldorf. On est dans la même philosophie modulaire virtuel que l'Arturia Origin (que je possède aussi). Ce qui est vraiment intéressant et laisse libre court à son imagination. On peu ainsi créer (par exemple) un synthé hybride virtuel analogique/numérique (à la manière d'un DSI Poly Evolver ;-)) et y ajouter un arpégiateur et/ou un séquenceur pas à pas ! Le top. Les différents oscillateurs sont très convaincants et les filtres très bons et sans aucun aliasing. Pour piloter tout ça, nous avons un grand ruban sur la longeur du clavier, un beau joystick et 2 mollettes (pitch et mod). On peut bien sûr affecter différents types de contrôles à ces éléments. ça ajoute de l'expressivité ! Côté effets, il y a chorus, flanger, phaser, délai, EQ que l'on peut aussi moduler dans tous les sens mais pas évident à gérer. Il n'a pas de reverb ! Dommage mais bon de toute façon rien ne vaut une bonne reverb externe ! Et la c'est le nirvana tellement les sons peuvent être profonds (voir abyssaux !), pour les basses ça déchire aussi (autant qu'un moog ou une tb) et on peut aussi le rendre bien "crâde" avec des distortions. Me reste encore à explorer les rotors, le module voix et quelques autres goodies...

Quelles sont les choses que vous appréciez le plus et le moins ?

J'apprécie le grand nombre d'encodeurs et contrôleurs, la qualité et la beauté de l'instrument. La profondeur du son. Sa modularité pour explorer d'autres univers sonores.
J'aime moins l'alimentation externe qui peut se décrocher facilement si on ne fait pas attention. L'idée de la carte mémoire pour les banks de sons est bonne mais j'aurais aimé en plus une mémoire en interne car si on perd sa carte ou qu'elle a un défaut de lecture, le solaris n'est pas utilisable ! Il faut un lecteur de carte branché à son pc pour pouvoir organiser ses banks correctement. Je conseille donc d'avoir 2 cartes mémoire au cas où...
Lire moins
»
G.jourdainG.jourdain

un monstre , donc faut savoir faire avec....

John Bowen Synth Design SolarisPublié le 23/06/15 à 11:25
que dire de ce synthé?
je suis par tempérament à l'opposée de cet outil. moi j'aime le consommable...
pas de prise de tête pour créer un son..j’écoute et j'utilise si j'aime.
mais là, c'est autre chose; moi le novice, je me prends à bouger des potars et je reste sur une,voir deux fesses...

alors ensuite, c'est un synthé à la teuton..;très bien fini. l'ergonomie pour de la synthèse est presque facile . le clavier est de premier ordre.
les sons d'usine ne reflètent pas le monstre dans toutes ses possibilité; mais pas d'inquiétude; de bonnes âmes ont fait des banques de sons, toutes plus différentes les unes des autres.
synthé indémodable; c'est sûr. même si la puissance des DSP vont...…
Lire la suite
que dire de ce synthé?
je suis par tempérament à l'opposée de cet outil. moi j'aime le consommable...
pas de prise de tête pour créer un son..j’écoute et j'utilise si j'aime.
mais là, c'est autre chose; moi le novice, je me prends à bouger des potars et je reste sur une,voir deux fesses...

alors ensuite, c'est un synthé à la teuton..;très bien fini. l'ergonomie pour de la synthèse est presque facile . le clavier est de premier ordre.
les sons d'usine ne reflètent pas le monstre dans toutes ses possibilité; mais pas d'inquiétude; de bonnes âmes ont fait des banques de sons, toutes plus différentes les unes des autres.
synthé indémodable; c'est sûr. même si la puissance des DSP vont continuer à augmenter, il sera dans le coup pour longtemps. il se balade en 96 kbits le bougre déjà...

pour qui ? pas pour moi, car je gâche la bête; bien que je vais me le garder, pour la postérité et profiter des sons déjà proposées par toutes ses banques en bougeant de temps en temps un ou deux potars.
mais celui qui aime triturer le son, circulez, faut de suite le commander. il n'y aura pas mieux actuellement sur le marché.
enfin, le site John bowen est un régal de courtoisie et d'aide.
Lire moins
»
chapolinchapolin

Un synthétiseur franchement formidable.

John Bowen Synth Design SolarisPublié le 31/03/15 à 15:18
J'ai acheté ce synthé d'occasion et après environ deux semaines d'utilisation voilà un premier avis que je viendrais étoffer au fil de mon utilisation. En ce moment j'ai peu de temps, j'ai donc choisi avant de me plonger dans la programmation, de tester (et de classer) les centaines de presets mis gracieusement à disposition par d'autres utilisateurs et John Bowen lui-même. En l’occurrence ils peuvent servir pour produire, de point de départ et illustrent bien le synthé et ses possibilités.

Je me disais que je testerais çà vite fait mais très régulièrement je n'arrive pas à passer au preset suivant et je reste hypnotisé par la beauté et la clarté du son. D'autre fois c'est un sentiment...…
Lire la suite
J'ai acheté ce synthé d'occasion et après environ deux semaines d'utilisation voilà un premier avis que je viendrais étoffer au fil de mon utilisation. En ce moment j'ai peu de temps, j'ai donc choisi avant de me plonger dans la programmation, de tester (et de classer) les centaines de presets mis gracieusement à disposition par d'autres utilisateurs et John Bowen lui-même. En l’occurrence ils peuvent servir pour produire, de point de départ et illustrent bien le synthé et ses possibilités.

Je me disais que je testerais çà vite fait mais très régulièrement je n'arrive pas à passer au preset suivant et je reste hypnotisé par la beauté et la clarté du son. D'autre fois c'est un sentiment de puissance démesurée qui fait résonner l'appartement, juste en appuyant sur quelques notes ... bref j'avance à la vitesse d'un escargot.
Il y a de tout, du son très chaleureux, analogique (aussi bien que feu mon prophet 08) au métallique à vous glacer les os (aussi bien que le Q rack). Des nappes de rêve, des leads qui chantent, qui arrachent, qui caressent, des basses qui suintent, qui jubilent, qui gargouillent et bavent, qui tuent, qui groovent, des fx évolutifs ... mais toujours avec un son aussi savoureux qu'un très bon instrument acoustique. Il faut faire gaffe aux moniteurs car les niveaux sonores sont très hauts.

Le matin j'ai l'habitude d'un temps de chauffe sur mon piano. C'est comme le café, je ne m'en passe pas et pour moi le plaisir du toucher au piano est primordial, autant que le son. Cela dit, depuis une semaine je passe ce temps "privilégié" de chauffe sur le solaris. Car si le son y est, son clavier donne de très bonnes sensations de jeu pianistique, un comble pour un toucher de type synthé. Ça répond et c'est indéniablement un point fort, rapidement incontournable (dommage en fin de compte de ne pas avoir 88 notes) !

Les presets sont réunis dans des dossiers que l'on place sur la carte CF logée dans la fente à l’arrière. Il peut y avoir 128 dossiers contenant 128 presets et ainsi il suffit de télécharger les dossiers mis à disposition par les auteurs et de les copier/coller (ou d'en créer) sur la carte. Cela peut se faire à chaud, sans éteindre le solaris, on enlève la carte pour la lire dans un ordi et y copier/coller les dossiers numérotés avec les presets dedans, et hop on remet la carte et les nouveaux presets sont là directement utilisables. Plus besoin de s'embêter avec des dumps. Pour renommer un preset on peut bien sur le faire au moment de la sauvegarde, mais aussi dans l'ordi en éditant son fichier et en y écrivant le nom qu'on veut (hyper rapide). Il suffit de numéroter le preset en renommant son nom de fichier (pre0 à pre127) pour lui donner la place qu'on veut (0 à 127) dans sa banque. Les dossiers/banques contenant les presets sont numérotés de Bank0 à Bank127, à vous de savoir que la banque 10 contient des pads par exemple (rien n'empêche d'avoir sur la carte un fichier texte aide mémoire). C'est simple, hautement pratique, un incalculable gain de temps.

Pour me lancer j'ai utilisé le manuel en français qui est bien fait et clair, il suffit de suivre. On trouve d'autre part beaucoup d'indications et conseils utiles sur le forum.

Alors la fameuse question de l'analogique ? Je n'ai pu m'empêcher (bien sûr) de bidouiller les boutons et potards, d'écouter une à une les différentes formes d'ondes (et de délirer avec chacune d'elle avant de pouvoir me reprendre) et d'autre part, je n'ai eu en ma possession qu'un matrix 1000 et un prophet 08, ce dernier sonnant vraiment très (trop ?) analogique. Je ne suis pas un spécialiste mais ayant beaucoup souffert de me séparer du p08 et de son filtre magique je dirais qu'ils ne me manquent plus (trop). Voilà c'est dit. Les filtres du solaris sont vraiment très (très) bons si je compare à ceux du p08 mais encore ils sont très variés, il y en a une ribambelle. Au bout du compte les sonorités ont une présence fabuleuse, lumineuse ... analogique. Tout en pouvant sonner froidement ... super numérique. Donc oui on s'approche clairement de l'analogique au point d'être "analogique" (on trouve d'ailleurs des démos comparatives dans lesquelles on ne distingue pas le solaris de l'original !). Où se trouve la part de subjectivité dans tout çà ? En ce qui me concerne je n'ai pas suffisamment de points de comparaison ni d’expérience, mais en tout cas çà sonne carrément et c'est chaleureux, que ce soit des basses, des pads ou des leads, des fx ou des sons évolutifs.

Pour le moment les presets que je teste sont classés par auteurs dans chacune des banques. Un auteur, une banque. Et ce qui en ressort, c'est que pour chaque banque j'ai l'impression d'avoir un synthé différent. Comme si le solaris pouvait sonner différemment suivant la personnalité qui le programme, comme si il y avait plusieurs synthés dans un seul. De là naît beaucoup d'enthousiasme.

Un petit mot sur l'ergonomie, la modularité : c'est un modèle du genre, carrément FAN-TAS-TI-QUE ! Comme tout synthé il y a parfois un beug mais beaucoup moins que ce que j'avais imaginé et en plus les beugs sont répertoriés en vue d'amélioration, il est donc stable, très stable en fait. Pour naviguer dans les sons il y a différentes méthodes des lentes, des rapides et des très rapides ... (j'aime beaucoup la page qui affiche 10 sons à la fois et qu'on parcours en moins d'une seconde ou plus tranquillement à la molette).

Le solaris est cher mais pas tant que çà au vu de ses innombrables qualités, il le vaut largement (surtout quand on voit le prix d'un piano neuf de basse qualité). Les plus fortunés se l'offriront en reportant leur vacances de quelques mois et les plus pauvres économiseront longuement ... en ce qui me concerne j'ai du vendre un rein !! mais il y a de quoi être enchanté ! je referais ce choix sans la moindre hésitation.
Lire moins
»

Extraits audio

Fiche technique

  • Fabricant : John Bowen Synth Design
  • Modèle : Solaris
  • Catégorie : Claviers synthétiseurs numériques
  • Fiche créée le : 28/03/2007

John Bowen Solaris - Specifications

Oscillators Four (4) oscillators. Each can be of the following types:
  • MultiMode (standard waveshapes, combinations, plus saw stack)
  • WaveTable (wavetables 1-64 from the Waldorf Microwave synthesizers)
  • Sample playback (.raw format)
  • CEM VCO chip model (like those used in the later Rev. 3.x versions of the Prophet 5)
  • All of the waveforms used in the Prophet VS
  • (temperature stable) model of the oscillator used in the MiniMoog.
Rotors Two (2) rotors which are special sound sources, implemented as a looping wavesequence of four (4) assignable inputs, played successively.
Amplitude Modulators Two (2) Amplitude Modulation sections that multiply the two inputs, carrier and modulator. The four algorithms are Shift, Clip, Absolute, Ring
Filters Four (4) filters. Each can be of the following types:
  • a MultiMode filter with 23 different modes, including 4, 3, 2, & 1 pole settings of Lowpass and Highpass, several Bandpass and Band Reject (Notch) plus some series combinations. This filter design is based on the CEM VCF chip model (like those used in the later Rev. 3.x versions of the Prophet 5)
  • SSM VCF chip model (like those used in earlier Rev. 1 and Rev. 2 versions of the Prophet 5) - this filter does not have gain compensation
  • model of the MiniMoog 'ladder' filter
  • model of the Oberheim State Variable Filter (found in earlier Oberheim synthesizers), Lowpass, Highpass, Bandpass, Band Reject (Notch)
  • Comb filter (two types, with positive and negative feedback).
  • Vocal formant filter (a set of 5 vowel sounds that can be crossfaded)
Mixers Four (4) mixers, each with four inputs. The Inputs are freely assignable using any audio source. Insert Effects can be inserted post-mix before these feed into their respective filters.
Vector Mixers Two (2) separate vector mixers, each with four (4) inputs assignable to the cardinal points of the built-in joystick for manual blending.
Envelope Generators (EGs) Six (6) EGs, each with five (5) stages - Delay, Attack, Decay, Sustain and Release.
Looping Envelope Generator One looping envelope generator, with eight (8) stages. Variable Loop Start and Key Off (Sustain) points. Times and Levels can be modulated, and output is bi-polar.
Low Frequency Oscillators (LFOs) Four (4) LFOs plus one (1) LFO dedicated (i.e., already pre-wired) to oscillator frequency as Vibrato LFO. Each LFO offers control over delayed start, fade-in and fade-out times, MIDI clock, key sync and phase control.
Arpeggiator The Arpeggiator has a wide variety of modes, and can be transposed from the keyboard using an assignable switch function.
Four Row Step Sequencer Four (4) rows of step sequencer control - Seq A, B, C, & D. Values are +/- 127, or Rest for Row A, which controls the rhythmic pattern for all 4 rows, however, each row can be set to a different step length of 1 to 16 steps. Each sequence row's output is freely assignable through the system. Sequences can be stepped through via key event as well as normal and non-retriggering modes.
Lag Processors Four (4) Exponential Lag Processors to smooth out control signals.
Key Tables Four (4) programmable Key Tables. Users can set a value from 0-127 for each MIDI Note number/key. Values are interpolated where they are not specifically entered by the user.
Effects Phaser, chorus/flanger, delay, and 3-band EQ effects are available. The series order of the FX is user-definable. There are also three (3) Insert Effects, which can be pre- or post-filter. These are Decimation, BitChop, and Distortion.
Audio Inputs & Outputs Four (4) External analog inputs. Eight (8) analog outputs, configured as four stereo pairs. 1/4” jacks, balanced. S/PDIF optical In and Out. All inputs (including S/PDIF) can be selected as Audio Sources throughout the synthesizer for further processing or use as modulation sources.
Keyboard Fatar manufactured TP-8, 61-key weighted, dynamic bubble contact, monophonic after-touch strip
Performance controls
  • two wheels (pitch and modulation)
  • joystick
  • 750mm ribbon controller
Main display one (1) 240 x 60 backlit graphic display
Section displays five (5) 2 x 40 backlit character displays
MIDI In/Out/Thru jacks
USB you can use USB instead of MIDI. the Solaris will be recognised as a MIDI usb device
Power 120-240V (AC)
Dimensions 39" x 16.73" x 6" (WxDxH) 98 x 42.5 x 15 cm (WxDxH)
Weight approximately 33 pounds (15kg)
»

Manuels et autres fichiers

Claviers synthétiseurs numériques concurrents

Autres catégories dans Synthétiseurs

Autres dénominations : solaris

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.