Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Line 6 AMPLIFi 150
Photos
1/94

Test exclusif du Line 6 AMPLIFI 150

Ampli combo à modélisation pour guitare de la marque Line 6 appartenant à la série AMPLIFi

Prix public : 449 € TTC
test
121 réactions
Le combo à dents bleues
7/10
Partager cet article

Après avoir longtemps fait dans le rouge, Line 6 se met au Bluetooth avec la nouvelle série AMPLIFI, combinant enceinte Multimédia et combo à modélisation.

Depuis le tout premier POD, un des pion­niers de la modé­li­sa­tion d’am­plis pour guitare qui sonnait, à l’époque de sa sortie, comme une petite révo­lu­tion, beau­coup d’eau a coulé sous les ponts. De nombreuses marques ont sillonné le chemin ouvert et perfec­tionné par Line 6 et nous ont proposé, sous forme de combos, de stacks, de plug-ins ou de multi-effets, toute une variété de produits inspi­rés du hari­cot rouge. À vrai dire sa dernière mouture, le POD HD500X (dont nous avons publié le test cet été), ne présen­tait pas de réelles nouveau­tés et nous avait, malgré ses quali­tés, un peu lais­sés sur notre faim. Certains aficio­na­dos de la firme améri­caine ont dès lors commencé à s’im­pa­tien­ter et même à s’inquié­ter de la voir douce­ment perdre son statut de leader précur­seur au profit de marques plus inno­vantes. Qu’ils se rassurent, Line 6 se rebiffe et présente aujour­d’hui au NAMM son dernier bébé, le combo guitare à modé­li­sa­tion AMPLIFi 150, qui risque de faire couler beau­coup d’encre, à commen­cer par la mienne.

PLAS­TIFi

À première vue, l’AM­PLIFI à l’as­pect rectan­gu­laire clas­sique du combo. Enfin clas­sique…on peine à distin­guer la galette derrière le tolex rouge et noir protégé par une impo­sante grille en plas­tique. Et c’est bien normal puisqu’il n’y a pas un, mais cinq H.P : deux woofers pour les fréquences médiums et deux twee­ters pour les fréquences aiguës dispo­sés autour d’un Celes­tion de 12 pouces. Hm…une sorte de système 2.1 dans un combo? Mais alors…­cela voudrait-il dire qu’on pour­rait s’en servir comme une enceinte pour nos appa­reils audio? Carré­ment! Et c’est là la première grosse origi­na­lité de l’AM­PLIFi (d’où la « faute » d’or­tho­graphe, Ampli­Fi…Hi-Fi…vous suivez?) : il ampli­fiera non seule­ment notre guitare, mais aussi ces soirées déglingues où l’on vomit partout et au lende­main desquelles il nous faut deman­der honteu­se­ment pardon par SMS pour avoir lâché maladroi­te­ment à un pote un « ta copine c’est un gros boudin » alors qu’on voulait dire qu’elle est rigo­lote et sympa, et même qu’elle est char­mante fina­le­ment… à sa manière.

Certains contes­te­ront que d’autres combos propo­saient déjà d’am­pli­fier des appa­reils audio en passant par une prise Aux In. Si c’est aussi le cas ici, à l’ar­rière de l’am­pli, nous leur rétorque­rons que les autres n’em­barquent pas d’en­ceintes spécia­le­ment élabo­rées pour cette utili­sa­tion ni de système BLUE­TOOTH (dont le logo est dessiné sur un petit bouton situé sur la gauche de la face haute) compa­tible avec Mac, PC ainsi qu’une pléthore d’ap­pa­reils fonc­tion­nant sous Android ou iOS. Sans câble, la fête est plus folle et l’on pour­rait compa­rer notre combo à une Jambox géante qu’on aurait presque pu poser sur notre biblio­thèque si son poids (pas énorme, mais quand même) et sa taille ne nous en dissua­daient pas. À moins d’avoir des écha­fau­dages dans notre salon, mieux vaut ne pas tenter le diable. Aux fans de Jackass qui aime­raient quand même essayer, nous souhai­te­rons bien du courage car il n’y a pas de poignée pour le soule­ver. À la limite, il y a un petit renfon­ce­ment avec une barre en plas­tique au-dessus qui nous permet­tra de l’at­tra­per par le haut, mais c’est bien incon­for­table.

Comme pour Zahia, je lui repro­che­rai une esthé­tique un peu trop « plas­tique ». Le panneau de commande et ses potards, de gauche à droite, DRIVE (pour le taux de satu­ra­tion), l’éga­li­sa­tion clas­sique BASS/MID/TREBLE, FX pour le niveau des effets, REVERB et surtout le gros master volume, paraissent fragiles. Son aspect géné­ral reste sobre quoiqu’un peu tris­tou­net (contrai­re­ment à Zahia pour le coup), la face haute étant beau­coup moins char­gée qu’un ampli à modé­li­sa­tion tradi­tion­nel.

L’en­trée jack se trouve à la gauche des potards alors qu’à leur droite, un peu plus haut, se situent 4 leds dési­gnées A,B,C, D repré­sen­tant chacune un son. Juste à côté, deux boutons, TONE qui permet de sélec­tion­ner l’un des quatre présets et TAP qui, comme son nom l’in­dique, fait office de tap tempo pour les effets.

Derrière, de gauche à droite, une prise casque, la prise AUX IN stéréo mention­née précé­dem­ment, une prise pour pédale FBV (vendue sépa­ré­ment, grrr) afin de contrô­ler les présets aux pieds, et une prise USB (« pour une utili­sa­tion future » d’après le guide de pilo­ta­ge…­Mys­tè­re…). En dessous nous trou­ve­rons la prise pour le câble d’ali­men­ta­tion et le bouton POWER pour allu­mer notre AMPLIFi. Il est temps d’ap­puyer dessus et véri­fier comment tout cela fonc­tionne.

 

 

 

SIMPLIFi

Ici, le Blue­tooth ne sert pas seule­ment à envoyer de la musique dans les enceintes de l’AM­PLIFi. Il nous permet surtout de le contrô­ler avec notre iDevice (pour être précis: iPod touch 5ème géné­ra­tion, iPho­ne5, 4 et 4s, iPad 3ème et 4ème géné­ra­tion, iPad2 et iPad mini) grâce à une appli­ca­tion spécia­le­ment conçue pour lui. Bien sûr, l’am­pli sera utili­sable en stan­da­lone. Mais le contrô­ler depuis notre portable ou notre tablette nous simpli­fiera gran­de­ment la vie.

Prenons un exemple: lorsque l’on appuie long­temps sur le bouton TAP, nous avons accès à l’ac­cor­deur (qui mute auto­ma­tique­ment le son). Celui-ci est repré­senté par des LEDS en anneau qui encerclent le gros bouton de volume. Quand on pince une corde, des leds s’al­lument en rouge côté gauche si la note est trop grave et côté droit si elle est trop haute. Quand la corde est juste, les LEDS s’al­lument en blanc au centre. Très bien, clas­sique, rien de nouveau. Sauf qu’il n’y a pas d’in­di­ca­tion de la note exacte, on aurait pu vouloir un MI et obte­nir une note juste, certes, mais un bémol en dessous. Mieux vaut dans ce cas se tour­ner vers le TUNER plus précis et réac­tif de l’ap­pli­ca­tion qui procède de la même manière, mais en nommant la note exacte que l’on joue.

Toujours en stan­da­lone, nous pour­rons modi­fier et sauve­gar­der, en appuyant long­temps sur le bouton TONE (fonc­tion inopé­rante quand on est connecté), les para­mètres des présets enre­gis­trés dans l’am­pli, comme par exemple le drive ou la réverbe, mais nous ne pour­rons pas chan­ger la modé­li­sa­tion ou la nature de cette réverbe. Quatre sons, pas un de plus, avec seule­ment la possi­bi­lité de les affi­ner.

Nous pour­rons enfin choi­sir entre le volume de la guitare seule ou accom­pa­gnée de nos morceaux préfé­rés en appuyant sur le gros bouton de master (appelé BLEND dans ce dernier cas). Le niveau de la guitare sera repré­senté par des leds blanches alors que le mix des deux le sera par des leds rouges.

Le mode Stan­da­lone est quand même extrê­me­ment bridé sans outil tiers et si vous n’êtes pas un mini­mum geek ou « connecté » comme on dit chez les marke­teux, il est forte­ment conseillé de passer votre chemin.

En revanche, avec l’AM­PLIFI REMOTE APP, une multi­tude de possi­bi­li­tés s’offrent à vous dont la plus essen­tielle, créer votre son. Nous aurons pour ça droit à 10 blocs : Noise Gate > Wah Wah > FX1 > FX2 > Ampli/Enceinte > Compres­sion > EQ 4 Bandes > Pédale de Volume > Delay > Reverb. Contrai­re­ment au POD HD par exemple, tout est en série, il n’y aura aucun effet en paral­lèle. On ne pourra pas rajou­ter de blocs d’ef­fets, seule­ment en dépla­cer avant ou après l’am­pli­fi­ca­tion.

Il y a 4 types de blocs d’ef­fets: DRIVES & DYNA­MICS (distos, compres­sions…), MODS (Chorus, Flan­gers…), DELAYS (Delay digi­tal, à bandes…) et FILTERS, SYNTHS & PITCH (filtres, café et petits pains au choco­lat). Une fois qu’on aura bâti un préset, on pourra le sauve­gar­der dans son appa­reil ou direc­te­ment dans l’am­pli et même le publier sur inter­net via le CLOUD pour le parta­ger avec la commu­nauté d’uti­li­sa­teurs Line 6.

C’est ici le moment que j’ai choisi pour râler (je suis français) car comme le disait Cris­tiano Ronaldo quand il rené­go­ciait les millions de son contrat avec le Real de Madrid, « je ne suis pas heureux ». Il n’y a pas de préset vide à partir duquel on peut bidouiller notre son. Nous sommes forcés de le sculp­ter à partir d’un préset déjà programmé. Rien de grave, il suffira de sauve­gar­der un TONE que nous aurons vidé manuel­le­ment, mais ça ne coûtait rien de nous le propo­ser.

Et puis je râle une deuxième fois parce que non content d’être français, je suis pari­sien. Je réitère donc une critique que j’avais déjà formu­lée à l’en­contre du POD HD500X: puisqu’il y a 4 sons dispo­nibles d’em­blée, pourquoi ne pas mettre, dans l’ordre, un clean, un crunch, un rhythm et un lead? Pourquoi l’avoir fait dans le désordre et avec des effets parfois enva­his­sants?

Heureu­se­ment, il y a quand même beau­coup de motifs de satis­fac­tion. L’ap­pli­ca­tion intègre un lecteur audio et nous aurons la possi­bi­lité de dres­ser une play­list de morceaux et de jouer par-dessus. Nous pour­rons d’ailleurs abais­ser leur tempo de moitié ou mettre en boucle des passages pour bien les assi­mi­ler. Et pour nous mettre dans des condi­tions opti­males, Line 6 nous propose sa tech­no­lo­gie TONE­MATCH qui sélec­tionne pour nous des présets en fonc­tion des morceaux lus par le lecteur. Si l’un de ces sons nous plaît parti­cu­liè­re­ment, nous pour­rons le placer dans le dossier FAVO­RITES.

Vous remarque­rez que le nom de l’on­glet est en anglais. Dans l’iPad gracieu­se­ment prêté par Line 6 était instal­lée une version BETA de l’app (avec un tout petit crash). Espé­rons qu’elle sera traduite dans notre langue et qu’elle gagnera en stabi­lité, ce dont je ne doute pas, connais­sant le sérieux de la marque dans ce domaine. J’ai aussi remarqué que si l’on bascule de l’AM­PLIFi REMOTE à une autre appli­ca­tion, la connexion Blue­tooth se perd avec l’am­pli. Elle revient auto­ma­tique­ment dès qu’on relance l’ap­pli­ca­tion.

Quand on change un para­mètre direc­te­ment sur l’am­pli (et on le fait souvent malgré l’iPad sur nos genoux, par réflexe), le chan­ge­ment sera effec­tif, mais ne sera pas indiqué sur l’ap­pli­ca­tion, on ne pourra pas savoir dans quelle mesure nous avons augmenté le DRIVE, par exemple.

J’ai aussi noté un dernier gros défaut qui sera sûre­ment corrigé dans la version finale: quand on lance un morceau dans le lecteur et que l’on change d’ap­pli­ca­tion pour lire la parti­tion ou les paroles par exemple, la chan­son s’ar­rête. Pour l’ins­tant, la solu­tion est de la jouer dans iTunes et de garder la « télé­com­mande » Line 6 ouverte (mais nous perdrons l’avan­tage des boucles et autres ralen­tis­se­ments de tempo de son lecteur).

Puisque nous pouvons jouer accom­pa­gnés par un MP3, il est dommage que les ingé­nieurs cali­for­niens n’aient pas ajouté une deuxième entrée jack comme sur le POD HD, un de ses gros points forts, afin de pouvoir jouer avec un ami (celui dont on a insulté la copine et qui n’est pas très rancu­nier, recon­nais­sant qu’elle n’a effec­ti­ve­ment pas un physique facile).

L’in­ter­face est agréable et les icônes d’am­plis, clas­sés en 4 caté­go­ries (CLEAN, AMERI­CAN, BRITISH, HIGH GAIN), sont clai­re­ment iden­ti­fiables. La firme améri­caine annonce plus de 200 amplis et effets. Pour les amplis, j’en ai compté 52 diffé­rents (vous pouvez consul­ter leur liste en jetant un coup d’œil aux captures d’écran, ils y sont tous). Chan­ger l’ordre de la chaîne ou passer d’un onglet à l’autre s’ef­fec­tue sans accroc sauf quand il s’agit de chan­ger d’am­pli ou d’ef­fet. Il faut alors appuyer sur une toute petite icône et on s’y reprend souvent plusieurs fois avant de passer à la page dési­rée. Enfin, tout ça est quand même infi­ni­ment plus pratique et ludique que de connec­ter notre ampli à son ordi ou devoir le para­mé­trer sur un petit écran LCD.

Pour finir, il n’y avait au moment du test que les 4 présets présents dans l’am­pli et pas de possi­bi­lité immé­diate d’en télé­char­ger. Line 6 nous rassure cepen­dant en affir­mant qu’il y en aura plusieurs centaines dès le départ. Il est aussi impor­tant de noter que l’AMPLIFI 150 aura son propre type de présets pour exploi­ter plei­ne­ment les possi­bi­li­tés des 5 enceintes. Il ne sera donc pas rétro­com­pa­tible avec les présets des autres produits de la marque.

 

ELEC­TRIFi

Pour vous présen­ter les sons de l’AMPLIFi 150, j’ai utilisé ma Fender Tele­cas­ter Deluxe et une Gibson SG stan­dard accor­dée un ton en dessous. Comme il n’y a pas une, mais cinq enceintes, au lieu de mettre un SM57 au hasard devant l’am­pli, nous avons opté avec Red Led et Los Teignos pour un enre­gis­treur ZOOM Q3 situé à quelques dizaines de centi­mètres de l’ap­pa­reil.

Voici donc pour commen­cer 2 présets d’usine.

1 arpege
00:0000:41
  • 1 arpege 00:41
  • 2 lust­for 00:09

Nous note­rons que les sono­ri­tés sont étran­ge­ment simi­laires au POD HD500X. D’ailleurs, j’ai trouvé le son au casque plus flat­teur que celui un peu plus agres­sif (criard?) prove­nant des enceintes. J’ai été quand même assez agréa­ble­ment surpris par les présets de départ, surtout par le LEAD que je vous dévoi­le­rai plus loin, très effi­cace et facile à jouer.

Si l’on ne penche pas l’am­pli vers soi, les basses restent bien présentes, mais on perd beau­coup d’ai­guës et de hauts médiums. Il faudra donc bien jouer face à l’am­pli. D’au­tant plus que son volume n’est pas exces­sif, vos oreilles ne crain­dront pas grand-chose. Les 150W annon­cés ne corres­pondent pas aux 150W d’un ampli à lampes. Même en le pous­sant à fond, il n’est pas sûr que votre guitare couvre un batteur. L’uti­li­sa­tion de cet ampli sera donc domes­tique ou ne sera pas. Pour la musique de votre iPod, il passera au niveau supé­rieur en gonflant son volume sonore et sera large­ment suffi­sant.

Voici quelques sons vite program­més et enre­gis­trés: un exemple à la Van Halen avec un modèle Marshall Plexi Variac, un riff metal sur une tête Line 6 Modern High Gain, une petite bossa sur un son clair modèle Line 6 Super Clean, trois accords arpé­gés en son clair + chorus sur Line 6 Sparkle et enfin une petite grille bluesy avec un Line 6 Bayou + réverb Large Hall qui nous permet­tra d’ap­pré­cier la bonne dyna­mique des modé­li­sa­tions.

4 vanha­len
00:0000:10
  • 4 vanha­len 00:10
  • 5 metal 00:17
  • 6 bossa 00:17
  • 7 clean chorus 00:30
  • 8 blues dyna­mic 00:32

Nous restons en terrain connu avec ce nouveau produit Line 6. Ce n’est pas du côté des modé­li­sa­tions qu’il faut attendre du nouveau. Les recréa­tions d’am­plis sont de qualité variable quoique dans l’en­semble rela­ti­ve­ment fidèles et satis­fai­santes. Les effets sont quant à eux toujours aussi bons (surtout avec la stéréo).

Pour finir, nous allons tester le lecteur audio de l’ap­pli­ca­tion en jouant d’abord sur  un morceau blues rock avec un son lead à base de Flan­ger dans un esprit 70’s (Modèle Line 6 JTS-45) puis, comme j’ai toujours regretté de ne pas avoir enre­gis­tré un solo sur « The Maze », long morceau psyché­dé­lique du dernier album d’Abrahma, le groupe dans lequel j’of­fi­cie, voici une petite impro jouée à l’ar­rache avec le son LEAD des présets d’usine.

blues­rock
00:0000:36
  • blues­rock 00:36
  • abrahma 01:23

Préci­sons-le : la capta­tion du Zoom Q3 ne rend pas grâce ici à la qualité de resti­tu­tion de l’Am­plifi qui évoque plus, in situ, une version body­buil­dée des Jambox de Jawbone. A mi-volume, l’ap­pa­reil permet tout à fait de remplir de son une pièce de 25 m². Et comme on dispose de fonc­tion de bouclages pratique pour s’en­traî­ner, on se dit que ce concept hybride s’en sort mieux que bien.

SALSIFi

En résumé, cet AMPLIFi 150 a tout d’un « prac­tice amp » comme le disent nos amis anglo-saxons. Il inté­res­sera donc tout natu­rel­le­ment les guita­ristes occa­sion­nels et même confir­més qui souhaitent s’exer­cer dans de bonnes condi­tions, avec un peu de tout direc­te­ment sous la main (accor­deur, lecteur audio avancé, présets prépa­rés et sélec­tion­nés, etc.). Le guita­riste profes­sion­nel soli­taire écumant les café-concerts y trou­vera aussi une utilité s’il veut se faire accom­pa­gner d’un play­back sans avoir à amener un deuxième ampli ou une sono. Mais il me semble que la vraie cible de Line 6, que l’on doit saluer au passage pour l’ori­gi­na­lité du concept, ce sont les plus « connec­tés » d’entre nous, ceux qui manient le mieux les nouvelles tech­no­lo­gies, à savoir les djeun’s. Même si le prix légè­re­ment trop élevé du combo, annoncé à 449€ (surtout sans la pédale FBV, grrr), risque de les effrayer, ils pour­ront toujours se tour­ner vers son petit frère, l’AM­PLIFi 75, légè­re­ment moins puis­sant, mais aussi moins cher, à 359 € (au grand soula­ge­ment de papa-maman). Il convien­dra parfai­te­ment au débu­tant amateur de simpli­cité, mais surtout à l’étu­diant qui n’a pas assez de place dans sa chambre pour un ampli + un système audio et qui voudrait pouvoir sono­ri­ser une grosse teuf bien fracasse.

7/10
Points forts
  • Bluetooth / pas de câbles
  • l’AMPLIFI REMOTE APP simple et complète
  • TONEMATCH
  • Tout à portée de main
  • Originalité du concept ampli/système audio
  • Polyvalent
  • Puissant pour l’audio
Points faibles
  • Un poil cher
  • Limité en standalone
  • Le plastique
  • Sonorités parfois agressives

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.