Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia V Collection X
Photos
1/12

Test de l'Arturia V Collection X

Bundle d'instruments virtuels de la marque Arturia appartenant à la série V Collection

Écrire un avis ou Demander un avis
Test écrit
106 réactions
V Col polytechnique
9/10
Award Qualité / Prix 2023
Partager cet article

Comme chaque année, Arturia nous revient avec sa fameuse V Collection, le plus gros bundle de synthés modélisés existant sur le marché, accueillant toujours plus de nouveaux venus à chaque fois, ou de nouveaux revenus...

Si je vous dis cela, c’est que sur les produits qui gros­sissent chaque nouvelle édition du bundle, certains sont en géné­ral sortis au court des douze précé­dents mois, d’autres sont des refontes de modé­li­sa­tions vieillis­santes et d’autres encore sont de vraies nouveau­tés.

Et cette V Collec­tion X n’échappe pas à la règle puisqu’en plus d’Aug­men­ted Brass et Augmen­ted Grand Piano sur lesquels nous allons nous pencher, on y trouve Acid-V, l’ému­la­tion de TB-303 que nous avions testée à l’époque de sa sortie, mais aussi Mini­freak-V, version logi­cielle du synthé éponyme d’Ar­tu­ria. Si nous ne éten­drons pas sur la première, vrai­ment excel­lente en termes de son et propo­sant quan­tité de petites choses éten­dant les possi­bi­li­tés de l’ori­gi­nal, on souli­gnera la perti­nence du Mini­freak qui, à défaut d’être déjà une légende de la synthèse, n’en est pas moins un synthé simple à prendre en main et jouis­sant, comme toutes les créa­tions d’Ar­tu­ria, d’une vraie person­na­li­té… On renverra au test de Synth­wal­ker pour en savoir plus sur le petit monstre.

Évoquons à présent Augmen­ted Brass et Augmen­ted Grand Piano qui rejoignent l’Aug­men­ted Strings et l’Aug­men­ted Voice de la V Collec­tion 9, et se voient complé­tés par la première de deux vraies nouveau­tés de cette mise à jour : Augmen­ted Wood­winds.

Réalité Augmen­ted

AUGlayersRappe­lons-le : la série Augmen­ted exploite un concept assez à la mode en ce moment, qui consiste à mélan­ger samples et synthèse pour produire des sons hybrides où le grain de l’acous­tique amène son supplé­ment d’âme aux sons synthé­tiques, un peu à la façon des premiers instru­ments d’Out­put.

AUGmodDans le détail, on se retrouve avec un panneau prin­ci­pal flanqué de huit potards tandis qu’on accède à l’édi­tion en cliquant sur Advan­ced. Nous attendent à cet endroit les deux layers sur chacun desquels on peut jouer deux sons prove­nant soit de samples soit de synthés, le tout étant soumis à une section de modu­la­tion, un arpé­gia­teur et des sections d’ef­fets en insert ou master. Bref : une archi­tec­ture Omnsi­phe­resque et qui offre d’au­tant plus de possi­bi­li­tés qu’on dispose de plusieurs types de synthèse : sous­trac­tive, granu­laire, à table d’on­de… Artu­ria connait son affaire en la matière !

AUGpresetsCeci étant dit, penchons-nous un peu plus sur le nouvel Augmen­ted Wood­wind en notant une bonne chose d’em­blée : Les déve­lop­peurs ont revu les contrastes du navi­ga­teur de présets, qui s’avère enfin lisible du coup. Pour l’heure toute­fois, notons que les autres instru­ments Augmen­ted ne béné­fi­cient pas de cette correc­tion et qu’il reste encore des pans d’in­ter­face à amélio­rer sur ce point car ils ne passent pas alors les tests de lisi­bi­lité des réfé­ren­tiels d’ac­ces­si­bi­lité.

AUGfxPour le reste, on ne change pas la formule et on se retrouve, ergo­no­mique­ment comme fonc­tion­nel­le­ment, face aux mêmes inter­faces que dans les autres Augmen­ted. Et le son dans tout ça ? Eh bien disons que le résul­tat est dans la couleur des autres volumes de la série, à savoir qu’on y trouve quan­tité de sons très inté­res­sants (tous les sons le sont dans l’ab­solu) mais qu’il faut avoir conscience de trois choses :

La première c’est que les saxo­phones sont les grands oubliés de cet Augmen­ted Wood­winds, et c’est bien dommage car c’est une réserve de timbres qu’il aurait été inté­res­sant d’avoir en plus de la clari­nette, du basson et de la flute traver­sière. Je n’ai pas en outre repéré d’autres types de flutes ou de haut­bois.

Et la seconde, c’est qu’il ne faut certai­ne­ment pas attendre de cet Augmen­ted Wood­wind qu’il vous serve sérieu­se­ment pour écrire des lignes de bois expres­sives. Le sampling des instru­ments demeure en effet très rudi­men­taire, avec au mieux deux niveaux de vélo­cité à la tran­si­tion souvent bien bour­rine, un round robin x2 au max quand il y en a, très peu d’ar­ti­cu­la­tions et aucun script. Du coup, le côté expres­sif de l’ins­tru­ment à vent et la façon dont le timbre évolue avec le souffle est ici complè­te­ment absent. Cela n’a toute­fois rien d’éton­nant car les instru­ments acous­tiques ne sont pas spécia­le­ment la culture d’Ar­tu­ria à la base, pas plus d’ailleurs que le sampling, et on ne devient pas Spit­fire en deux minutes.

Voyez ce que ça donne au travers de quelques presets sur la même séquence :

AUGwood-80sCi­nema
00:0000:17
  • AUGwood-80sCi­nema00:17
  • AUGwood-Ancient­Pitch00:17
  • AUGwood-Automn00:17
  • AUGwood-Autum­ner00:17
  • AUGwood-Baked­Cla­ri­net00:17
  • AUGwood-Bull­dog00:17
  • AUGwood-Hit&Rise00:17
  • AUGwood-Impact00:17
  • AUGwood-Lake­Ba­thing00:17
  • AUGwood-LowBlows00:17
  • AUGwood-PizziS­ta­cato00:17
  • AUGwood-Sharp­Drama00:17
  • AUGwood-Unsure00:17

augbrassPuisqu’on y est, on portera les mêmes remarques sur l’Aug­men­ted Brass, tout aussi digne d’in­té­rêt, avec le même poten­tiel et les mêmes défauts. Même s’il manque clai­re­ment de dyna­mique, Augmen­ted Grand Piano me semble en revanche sortir du lot de la série, dans le parfait prolon­ge­ment du Piano-V dont la modé­li­sa­tion permet­tait déjà d’ob­te­nir des pianos un peu hybrides.

AUGpianoDe fait, on se retrouve ici avec beau­coup de choses très inté­res­santes, allant du pseudo piano tack au pseudo marimba, ou des felt géné­rant de magni­fiques traî­nées granu­laires dans des réverbes immenses. Voyez ce que ça donne au travers de quelques presets, en commençant par quelque chose d’as­sez sage puis en visi­tant diffé­rentes possi­bi­li­tés :

AUGpiano-Stra­tus­Grand
00:0000:19
  • AUGpiano-Stra­tus­Grand00:19
  • AUGpiano-Tape00:19
  • AUGpiano-Mirrors00:19
  • AUGpiano-Love­Mes­sage00:19
  • AUGpiano-Bowed00:19
  • AUGpiano-Burning00:19
  • AUGpiano-Cage00:19
  • AUGpiano-Dusty00:19
  • AUGpiano-Kairos00:19

Bref, une belle boîte à idées pianoïde très poly­va­lente qui ne prend que 3 Go sur le disque dur, ce qui peut en faire un instru­ment de choix à mettre sur un ordi­na­teur portable aux côtés du Piano V pour dispo­ser d’une immense palette de sons sans pour­rir son SSD, toujours trop petit quand on est musi­cien.

Et puisqu’on en est à parler de piano, autant évoquer LA grosse nouveauté de cette version : CP-70 V.

Retour en CP

CP70Sorti en 1976 par Yamaha, le CP-70 pour­rait sans conteste prétendre, plus que le Rhodes ou le Wurlit­zer, au titre de piano élec­trique. Contrai­re­ment à ces derniers, il est en effet équipé de vraies cordes frap­pées par des marteaux, le tout étant capté par des micros piezo. Dépourvu de table d’har­mo­nie, ce qui lui permet d’être nette­ment moins encom­brant et plus trans­por­table, le clavier produit vrai­ment un son de piano élec­troa­cous­tique qui n’a pas manqué de séduire de nombreux musi­ciens. Le son de piano en intro du New Years Day du U2, celui d’Every little thing she does is magic de Police, du Video Killed the Radio Stars de Buggles, du Step­pin’ Out de Joe Jack­son, du That’s All de Gene­sis, du Purple Rain de Prince, du Hold the line de Toto : tout cela vient d’un CP-70, clavier qui a connu les mains les plus illustres, de Keith Emer­son à George Duke en passant par Elton John, Peter Gabriel, John Paul Jones ou plus récem­ment Alicia Keys qui en a fait son piano de tour­née…

Bref, c’est une légende de plus qui rentre dans la Collec­tion, et ce n’est pas pour nous déplaire d’au­tant que l’ému­la­tion permet de retrou­ver sans problème ce son de piano très médium, brillant et un peu « plaqué » qui fait la marque du CP. En vis-à-vis de l’EQ, on appré­ciera notam­ment les para­mètres de timbre, d’en­ve­loppe et de dyna­mique qui, depuis les para­mètres avan­cés, permettent de couvrir une large palette de son. Suivant les réglages, on pourra se rappro­cher d’un piano acous­tique ou au contraire d’un élec­trique, tandis que certaines combi­nai­sons font mouche du côté des effets, notam­ment lorsqu’on va cher­cher des modu­la­tions ou de la satu­ra­tion.

CP-Def
00:0000:17
  • CP-Def00:17
  • CP-Concert00:17
  • CP-Fonky00:17

 Et forcé­ment :

Hold­The­Line(2)
00:0000:15

Bref, un très bon ajout même si on aurait adoré qu’Ar­tu­ria en profite pour nous propo­ser le modèle d’un CP-80 égale­ment, le grand frère à 88 touches, ce qui amène forcé­ment une petite variante dans la façon dont l’ins­tru­ment sonne…

D’un clavier l’autre, il est temps d’exa­mi­ner les deux refontes que nous propose cette dixième édition, à commen­cer par l’un des pianos élec­triques les plus légen­daires qui soit…

Wurly, wurly­taaaaa­ble…

wurlyv3Deux grosses stars ont en effet été revi­si­tées : le Mini-V et le Wurly-V. Commençons par ce dernier qui passe en V3 et c’est tant mieux vu les gros progrès faits par la modé­li­sa­tion d’Ar­tu­ria. Non seule­ment on dispose de plus de réglages et de plus de modèles propo­sés, mais on se défait surtout de cette espèce de son de pièce qui collait à la V2 et donnant l’im­pres­sion d’une distance avec le clavier, même en sortie DI et en l’ab­sence de toute réverbe. Voyez la compa­rai­son des deux :

WurlyV2-Tramp(2)
00:0001:37
  • WurlyV2-Tramp(2)01:37
  • WurlyV3-Tramp01:37

On dispose de fait d’un son Dry bien plus cohé­rent qu’au­tre­fois, bien plus dyna­mique et moins sourd aussi, auquel on ne repro­chera sans doute qu’un léger manque de grave, même si le Wurlit­zer a toujours été un instru­ment très « médium ». On n’at­teint pas encore la finesse du V Reed d’Acous­tic­samples mais le progrès est indu­bi­table, sachant qu’on dispose désor­mais de plusieurs modèles : 200, 200A, 200 Bass et 200a Bass.

WurlyV3–200
00:0000:39
  • WurlyV3–20000:39
  • WurlyV3–200a00:39
  • WurlyV3–200­Bass00:39
  • WurlyV3–200a­Bass00:39

moogVCôté Moog, on aurait adoré pouvoir compa­rer la V3 à la V4 sur des presets et des réglages précis, mais la refonte est telle que c’est tout bonne­ment impos­sible, les réglages ne semblant même pas cali­brés de la même façon, avec la même course, cepen­dant que certaines possi­bi­li­tés sont appa­rues, que l’or­ga­ni­sa­tion même des potards a changé et qu’on ne trouve pas de presets communs entre les deux versions. Voilà qui est un peu dérou­tant, d’au­tant qu’on s’éloigne de l’er­go­no­mie de l’ori­gi­nal…

Il faudra donc se fier aux exemples audio et à un ressenti indé­niable : le Mini­moog d’Ar­tu­ria n’a jamais sonné aussi fat, boxant désor­mais dans la caté­go­rie des meilleurs. Il faut dire que les Greno­blois avaient tout inté­rêt à revoir leur copie tant il existe sur le marché des émula­tions convain­cantes du célèbre synthé, qu’elles émanent de Native Instru­ments, Synapse Audio, GMedia, Softube, Univer­sal Audio ou même… Moog ! C’est à ce point qu’on redé­couvre le Mini Artu­rien, et la fonc­tion Feed­back qui, désor­mais assor­tie d’un Drive, permet vrai­ment de faire passer le synthé dans une autre dimen­sion. Tout aussi appré­ciables, on dispose égale­ment d’un système de compen­sa­tion de la perte des graves au niveau du filtre, ainsi que d’un potard Vintage qui, comme son nom l’in­dique, vous fait passer d’un modèle propre sur lui à une machine vieillie en fût de chêne, avec tout ce que cela implique sur l’épais­seur du son. Préci­sons que l’étage des para­mètres avan­cés s’avère lui aussi plus clair, et que ce Mini couvre un terri­toire sonore bien plus vaste que son illustre inspi­ra­teur :

MoogV-Bass
00:0000:05
  • MoogV-Bass00:05
  • MoogV-BassCham00:05
  • MoogV-Bass­Fonk00:05
  • MoogV-BassO­line00:05
  • MoogV-Bass­Teng00:05
  • MoogV-AirFunk00:17
  • MoogV-Beauty00:17
  • MoogV-Bowed­Strings00:17
  • MoogV-Butter­fly00:08
  • MoogV-Cham­Groove00:05
  • MoogV-DXdreams00:17
  • MoogV-Echo­Kraft00:17
  • MoogV-Gent­le­Key00:19
  • MoogV-Goom00:08
  • MoogV-Mallets00:17
  • MoogV-Organ00:17
  • MoogV-Poin­tillism00:08
  • MoogV-SynthOr­gan00:17
  • MoogV-Tonew­hee­lOr­gan00:17
  • MoogV-Whater­ver00:08

Bref, du tout bon qui ne ternira pas la bonne impres­sion de cette mise à jour, sachant qu’il nous reste à prendre un peu de recul pour juger de la V Collec­tion dans son ensemble.

Musée virtuel

Souli­gnons d’abord qu’avec six nouveaux instru­ments ajou­tés et deux refontes, cette V Collec­tion X ne manque pas d’ar­gu­ments pour ceux qui sont déjà posses­seurs de versions anté­rieures du bundle : le Moog et le Wurlit­zer sont vrai­ment mieux, l’Acid-V et le CP sont deux bonnes addi­tions et l’Aug­men­ted Grand Piano vaut le détour. Vous connais­sez toute­fois le prin­cipe : chacun·e devra comme d’ha­bi­tude voir si le jeu en vaut la chan­delle en fonc­tion de ce qu’il ou elle possède déjà chez Artu­ria (ce qui impacte le tarif proposé pour la mise à jour) et de ses affi­ni­tés avec tel ou tel produit dont il ne dispo­se­rait pas encore.

Quant aux autres, rappe­lons qu’avec ses 39 instru­ments désor­mais, la V Collec­tion demeure l’un des plus fameux bundle d’ins­tru­ment virtuel du marché, sachant qu’en vis-à-vis de l’ou­ver­ture appor­tée par la série Augmen­ted, on ne parle là que de synthé­ti­seurs et de claviers (pianos acous­tiques et élec­triques, orgues et Mello­tron), ce qui rend l’offre assez attrac­tive pour les musi­ciens élec­tro­niques en parti­cu­lier. Car même s’il reste bien des légendes qu’on aime­rait voir rejoindre la collec­tion, souli­gnons qu’on dispose là de tous les claviers ou presque qui ont fait le son de la musique popu­laire depuis plus de 70 ans.

Les modé­li­sa­tions sont-elles des répliques exactes des origi­naux ? C’est le cas pour ce qui concerne les instru­ments numé­riques (DX7, Fair­child, Emula­tor, etc.) et c’est plus variable concer­nant les instru­ments analo­giques, sachant qu’Ar­tu­ria n’a de cesse d’amé­lio­rer ses modèles de version en version, à l’ins­tar du Mini­moog ou du Wurlit­zer que nous avons évoqués précé­dem­ment. Alors certes, il y a sans doute meilleur Mello­tron sur le marché, meilleur B-3 ou meilleur Rhodes, mais force est d’ad­mettre qu’au prix proposé par Artu­ria, les Greno­blois n’ont pas de réel concur­rent : 39 instru­ments à 600 euros (en sachant qu’il n’est pas rare que le prix baisse en période de soldes), ça nous place l’ins­tru­ment à 15 euros à peu près. Dur de faire moins cher, surtout quand on sait les prix d’or auxquels sont vendus ces coucous vinta­ge… lorsqu’on peut encore les trou­ver !

Que repro­chera-t-on à la fin à cette V Collec­tion X ? Pas grand-chose si ce n’est qu’on la voudrait évidem­ment toujours plus complète : parmi les grands absents, on notera pas mal de synthés Korg ou Roland par exemple, notam­ment des numé­riques, cepen­dant que Waldorf et Kurz­weil manquent toujours à l’ap­pel. Par ailleurs, on adore­rait que l’édi­teur se penche sur des marques comme RCF, OSC ou Hart­man du côté des choses plus exotiques… La plus grosse lacune demeure toute­fois le fait qu’au­cune boîte à rythmes ne soit de la partie, et c’est d’au­tant plus étrange quand on sait que le bon vieux Spark, désor­mais séparé de son contrô­leur qui n’est plus vendu, prend la pous­sière sur une étagère de l’édi­teur alors qu’il aurait gran­de­ment sa place ici. On pour­rait d’ailleurs en dire autant de l’ex­cel­len­tis­sime Pigment : à présent que le Mini­Freak est de la partie, actant que la V Collec­tion ne cible plus seule­ment le vintage, il n’y a pas de raison que le synthé logi­ciel le plus abouti d’Ar­tu­ria ne trône pas au sein des autres légen­des…

Voici toute­fois pour finir une petite compo utili­sant pour l’es­sen­tiel les nouveau­tés de cette V Collec­tion X :

Vcoll­Compo
00:0002:18

Conclu­sion

Pour sa 10e édition, la V Collec­tion joue la carte de l’ou­ver­ture en inté­grant une version logi­cielle du Mini­freak et trois nouveaux volumes dans la série Augmen­ted : le premier prouve que le bundle ne se cantonne plus seule­ment au Vintage quand les suivants montrent qu’il n’est plus seule­ment une collec­tion d’ému­la­tions. Voilà qui s’an­nonce inté­res­sant pour la suite…

Plus fidèles au prin­cipe d’ori­gine, l’ex­cel­lente bass­line Acid-V, le CP70-V et les refontes réus­sies du Mini-V et du Wurly-V devraient combler les fans de la première heure, sachant qu’on peut s’in­cli­ner face aux Greno­blois sur le sujet du rapport qualité/quan­tité/prix. Si vous manquez de synthés ou dési­rez retrou­ver les sons iconiques de l’his­toire de la musique, vous devriez appré­cier ce véri­table musée dont vous n’au­rez pas assez d’une vie pour faire le tour. Ne manque vrai­ment à tout cela que l’ajout du génial Pigment ou le fait qu’Ar­tu­ria se penche enfin sur le cas des boîtes à rythmes, toujours étran­ge­ment absen­tes…

Cette réserve mise à part, il n’y a donc pas grand-chose à dire en regard du prix, d’au­tant que ce dernier est variable en fonc­tion des produits que vous possé­dez déjà. Bref, il n’y a rien d’éton­nant à ce qu’Ar­tu­ria soit un leader de marché : la preuve par 39 plug-ins et un bundle dont il nous tarde déjà de voir comment il évoluera.

9/10
Award Qualité / Prix 2023
Fabrication (?) : France
Points forts
  • Le son du Minimoog V4 bien fat !
  • Le Wurlitzer V3 nettement amélioré
  • Augmented Grand Piano, très polyvalent
  • L’ouverture aux sons acoustiques avec la série Augmented
  • Acid-V : une légende intelligemment revisitée
  • Le son iconique CP70-V enfin dans la collection
  • Amélioration de la lisibilité du navigateur de presets
  • Tout ce qu’on aime dans la V Collection : un véritable musée du clavier et de la synthèse en perpétuelle amélioration, l’excellente boîte à sons Analog Lab, le rapport qualité/quantité/prix
Points faibles
  • La série Augmented pêche souvent par son sampling rudimentaire
  • Disparition de tous les presets du précédent Mini-V et réorganisation de l’interface un peu bizarre
  • Toujours pas de boîte à rythmes
  • Pigment aurait sa place ici
  • Toujours de grands absents pour que le musée soit complet
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.