Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Komplete 12 Ultimate Collector's Edition
Photos
1/79

Test Native Instruments Komplete 12 Ultimate Collector's Edition

Bundle de logiciels MAO de la marque Native Instruments appartenant à la série Komplete

Komplete en pente 12
9/10
Award Valeur sûre 2018
Partager cet article

Deux ans après la sortie de la Komplete 11, Native Instruments sonne l’heure de la mise à jour de son bundle emblématique, laquelle apporte évidemment son lot de nouveautés mais aussi une redéfinition de la gamme. De quoi craquer ?

Avant de nous inté­res­ser aux nouveaux venus, il convient de s’ar­rê­ter sur la gamme Komplete qui a été quelque peu réor­ga­ni­sée et nous réserve deux nouveau­tés. La première, c’est qu’il existe désor­mais non plus trois Komplete mais quatre : Komplete Select à 200 euros, Komplete ‘nor­ma­le’ à 600, Komplete Ulti­mate à 1200 euros et… Komplete Ulti­mate Collec­tor Edition à 1600 euros ! À la sortie de la Komplete 11, bien des utili­sa­teurs avaient en effet été déçus de voir que les instru­ments de la série Symphony n’étaient inclus dans le bundle que par le biais de version allé­gées, et qu’il fallait ache­ter les versions complète en sus de sorte que l’Ul­ti­mate n’était plus une véri­table inté­grale. À l’écoute des critiques, Native recti­fie le tir avec Komplete 12 Ulti­mate Collec­tor Edition qui inclut les fameux instru­ments complets et qui peut donc être quali­fiée d’in­té­grale.

Ce terme est d’au­tant plus appro­prié si l’on consi­dère la seconde nouveauté de cette Komplete 12 : chaque version est four­nie avec des Expan­sions. 3 pour la Select, 10 pour la normale, 20 pour l’Ul­ti­mate et 50 pour l’Ul­ti­mate Collec­tor Edition. En possé­dant cette dernière, on dispose ainsi de l’in­té­grale logi­cielle de Native, seuls Maschine 2 et Trak­tor ne faisant pas partie du pack. Souli­gnons-le au passage : vous n’avez pas le choix des expan­sions : c’est Native qui décide quel bundle est assor­tie de quels titres.

Ces préci­sons appor­tées, nous ne détaille­rons pas la liste complète des produits compris dans chaque version, sachant que l’édi­teur s’est fendu d’une page exhaus­tive sur le sujet, mais relè­ve­ront juste les évolu­tions de chaque offre.

Avant toute­fois de rentrer dans ces détails, sachez que ce test vous attend dans le texte qui suit comme dans cette vidéo, nouvel épisode de notre screen­cast 'On refait le Patch’ :

S, M, L et XL : les tailles de Komplete

On commence avec la Komplete Select qui, confor­mé­ment à ce que nous avions réclamé lors du test de la Komplete 11, se voit complé­tée de la basse Scar­bee Ricken­ba­ker, ainsi que du phaser Phasis et de trois expan­sions. Disons que cette version offre un kit d’ins­tru­ments de base de qualité pour attaquer la produc­tion de musique popu­laire (comprend popu­laire au sens large du terme, allant du rock à l’élec­tro­nique en passant par la pop ou le hip hop).
Le résumé en chiffres : 3 effets, 11 instru­ments, 3 expan­sions pour un total de 45 Go sur le disque dur et un tarif de 200 euros.

Les choses sérieuses ne commencent toute­fois qu’avec la Komplete ‘tout court’ puisque cette dernière embarque la nouvelle version de Kontakt, la groo­ve­box TRK-01, le Disco­very Series Middle East, Session Strings 2, Mod Pack (trois effets à modu­la­tion), 10 expan­sions et… Massive X qui ne sortira qu’en 2019. Évidem­ment les hori­zons musi­caux s’élar­gissent par rapport à la Select, grâce notam­ment à l’ap­pa­ri­tion de cordes et de cuivres pop, d’une guitare et de nombreux synthés, claviers et batte­ries ou encore d’un ensemble d’ef­fets qui permet d’en­vi­sa­ger le mixage. On reste toute­fois dans un bundle qui cible les song­wri­ters/produ­cers de musique popu­laire mais qui lais­sera sur leur faim les compo­si­teurs de musique orches­trale et ceux qui font du sons à l’image.
Le résumé en chiffres : 15 effets, 37 instru­ments, 10 expan­sions pour un total de 220 Go sur le disque dur et un tarif de 600 euros.

k12L’Ul­ti­mate fait évidem­ment plus fort puisque elle ajoute à tous ces produits les deux nouvelles guitares Session Guita­rist (Strum­ming Acous­tic 2 et Elec­tric Sunburst), Session Strings Pro 2, Thrill, Kinec­tic Toys et le Crush Pack (trois effets pour salir le son), tout cela étant assorti de 20 expan­sions. Le champ des possibles s’ouvrent donc un peu plus encore avec l’ar­ri­vée de nombreuses banques sound desi­gnesques et les instru­ments orches­traux Symphony Essen­tials, lais­sant à penser que cette fois, tous les profils de musi­ciens devraient trou­ver leur compte dans le bundle, d’au­tant qu’on dispose d’une suite d’ef­fets vrai­ment complète pour mixer ou faire du sound design.
Le résumé en chiffres : 28 effets, 73 instru­ments, 20 expan­sions pour un total de 600 Go sur le disque dur et un tarif de 1200 euros.

On termine enfin avec la Komplete Ulti­mate Collec­tor Edition qui troque les banques Symphony Essen­tials pour les versions pros autre­fois vendues sépa­ré­ment et propose 50 expan­sion, soit l’in­té­grale du cata­logue de l’édi­teur. On ne s’en éton­nera pas, comme c’est la Komplete la plus complète, c’est elle qui est suscep­tible de réunir le plus de public diffé­rents.
Le résumé en chiffres : 28 effets, 73 instru­ments, 50 expan­sions pour un total de 900 Go sur le disque dur et un tarif de 1600 euros.

Comme vous le voyez, la gamme s’étend vers le haut tandis que Native semble vouloir fusion­ner les univers Maschine et Komplete jusqu’alors distinct. De ce fait, sans même parler des nouvelles banques Kontakt, de TrK-01 ou de Massive X, notre bonne vieille Komplete semble prendre un gros virage en direc­tion des musiques élec­tro­niques et hip hop, sachant qu’il ne manquait déjà pas d’ar­gu­ment de ce côté.

Nous ne détaille­rons d’ailleurs pas ces expan­sions pour nous en tenir à leur impact sur les logi­ciels du bundle : au-delà de Maschine qui ne fait pas partie du bundle, ce sont Battery, Massive, Monark et Prism qui se retrouvent, selon la Komplete choi­sie, avec des dizaines voire des milliers de nouveaux presets pensés pour la musique actuelle. Voilà qui redonne un coup de jeune à ces instru­ments, même si l’af­flux de nouvelles données est tel que l’on se sent noyé au départ. Heureu­se­ment, Komplete Kontrol est là pour simpli­fier la recherche dans tout cela, sachant que ce dernier a genti­ment évolué depuis que nous l’avions évoque dans le test du clavier Komplete Kontrol S Mk2. Bien évidem­ment, il gère toujours plus de banques au format NKS grâce aux divers parte­na­riats tissés entre Native et des éditeurs de tierce partie, ce qui vous permet de navi­guer dans vos milliers de presets via un système de tags et de dispo­ser d’une préécoute pour chacun d’entre eux, mais aussi de dispo­ser d’un mapping pour les contrô­leurs maté­riels de la marque. La nouveauté, c’est que Komplete Kontrol gère désor­mais aussi les effets en inserts avec le même système de tags mais pas de préécoute (ce qui se comprend pour un effet). Bref, Komplete Kontrol tient bien son rôle de « faci­li­ta­teur » même s’il a encore une bonne marge de progrès. On notera qu’il n’offre pas, comme Kore en son temps ou le VIP d’Akai, la possi­bi­lité de réali­ser des multis combi­nant plusieurs instru­ments et utili­sant des effets autre­ment qu’en série et en insert. Ce n’est pas néces­sai­re­ment un problème vu que Komplete Kontrol n’a sans doute pas à se substi­tuer à la STAN pour ce genre de choses, mais puisqu’on parle du rapport à son hôte, disons qu’il n’a toujours pas réglé un fâcheux problème ergo­no­mique : lorsqu’on l’uti­lise comme surcouche pour char­ger ses instru­ments, on se retrouve avec une multi­tude de Komplete Kontrol dans sa table de mixage sans savoir lequel contient toi, et il faut alors s’amu­ser à tout renom­mer à la main… On voit mal comment Native pour­rait régler ce problème inhé­rent à la nature même de plug-in du logi­ciel, mais on se dit que la solu­tion pour­rait peut-être prove­nir d’une inté­gra­tion plus pous­sée via une plate­forme comme ARA par exem­ple…

Mais lais­sons- la le flacon pour nous concen­trer sur l’ivresse, en commençant par instal­ler les 900 Go de notre Komplete 12 Ulti­mate Collec­tor Edition sur le disque dur…

Install, des staux

native accessDepuis Komplete 11, c’est l’ins­tal­leur Native Access qui permet d’ins­tal­ler toute ou partie du bundle, ce qui est a priori une très bonne chose même si le logi­ciel n’a que très peu évolué en deux ans et que de nombreuses fonc­tions manquent encore à l’ap­pel. On regret­tera par exemple qu’il ne gère pas les désins­tal­la­tions tout comme il ne permet pas, à l’ins­tar hélas de nombreux autres instal­leurs de nos jours, de défi­nir quels formats de plug-ins doivent être ou non instal­lés (on se retrouve ainsi par exemple avec des plug-ins AAX sur son disque dur même lorsqu’on n’uti­lise pas Pro Tools). Enfin, à l’heure où une Komplete Ulti­mate Collec­tor Edition comprend plus de 120 instru­ments et effets ainsi qu’une cinquan­taine d’Ex­pan­sions, on aurait appré­cié de navi­guer dans ces derniers autre­ment que par ordre alpha­bé­tique. Pouvoir distin­guer clai­re­ment les instru­ments des effets et des expan­sions serait ainsi très judi­cieux au moment de l’ins­tal­la­tion, tout comme il serait inté­res­sant de les clas­ser par familles orga­no­lo­giques (pianos, synthés, batte­ries) ou par genre musi­cal et de se voir propo­ser des instal­la­tions types par profil (compo­si­teur, musi­cien élec­tro­nique, etc.). Enfin, il serait appré­ciable que l’hé­ber­ge­ment des banques fasse partie des avan­tages des éditeurs parte­naires, de sorte qu’on n’au­rait à juste une seule inter­face pour gérer l’es­sen­tiel de toutes les grosses librai­rie de tierce partie dont on dispose. L’ou­til a donc encore du chemin à faire pour être vrai­ment pratique, d’au­tant qu’il n’est pas d’une stabi­lité exem­plaire et que lorsqu’il crashe, il est inca­pable de reprendre un télé­char­ge­ment en cours, voire de s’aper­ce­voir qu’il était achevé pour passer à l’ins­tal­la­tion.

Armé de patience et d’une connexion Fibre, on parvient tout de même à instal­ler les quelques 900 Go de notre bundle dont la version ‘boî­te’ est évidem­ment livrée sur disque dur. La chose faite, l’or­gie sonore peut commen­cer, et elle commen­cera par les effets.

Effets de Mod

modpackcrushDeux packs font leur appa­ri­tion : le Mod Pack qui rassemble un flan­ger, un phaser et un chorus, et le Crush Pack qui rassemble une satu­ra­tion, un bit-crusher/down­sam­pler et un modu­la­teur en anneau/phase shif­ter/simu­la­teur de radio.

Presen­tant un indé­niable air de famille en termes d’in­ter­face, les six plug-ins reposent sur le même prin­cipe d’of­frir des outils rela­ti­ve­ment simple à contrô­ler mais offrant la plupart du temps une origi­na­lité dans leur concep­tion qui permet d’em­me­ner chaque effet au-delà des sentiers battus.

Basé sur la modé­li­sa­tion de chorus popu­laire, Choral couvre ainsi tout la palette de sons habi­tuelle du chorus mais permet via le mode Scat­ter du feed­back de tirer l’ef­fet vers une simili-réverbe vrai­ment inté­res­sante. En offrant via le mode ultra des vitesses de modu­la­tion bien plus élevées que ce qu’on trouve habi­tuel­le­ment sur des phasers, Phasis permet d’ob­te­nir des textures qui ne sont pas sans évoquer un modu­la­teur en anneau ou la synthèse FM. Ma préfé­rence dans le Mod Pack va toute­fois à Flair, un flan­ger dont la parti­cu­la­rité est d’avoir 24 couches accor­dées, de sorte qu’à la façon d’un réso­na­teur, l’ef­fet permet d’ex­tir­per des mélo­dies et des rifts de la plus neutres des boucles de batte­rie.

Voyez ce que ça donne :

Chorus-dry
00:0000:10
  • Chorus-dry00:10
  • Chorus-normal00:10
  • Chorus-verbish00:22
  • phaser-source00:15
  • phaser-normal00:15
  • phaser-hard00:15
  • flan­ger-source00:16
  • flan­ger-normal00:16
  • flan­ger-harmony00:16
 

Conçus pour salir le son, les trois plug-ins du Mod Pack m’ont paru excellent mais plus conve­nus, excep­tion faite de Freak, un drôle de petit monstre capable de simu­ler la mauvaise récep­tion d’une radio comme de tordre les sons en tous sens. Face à lui, Bite le Beat-Crusher/Down­sam­pler et Dirt la double pédale de disto à routing variable sont en effet plus conve­nus, même s’ils s’avèrent très effi­caces :

dirt-source
00:0000:15
  • dirt-source00:15
  • dirt-smash00:15
  • bite-source00:11
  • bite-vintage00:11
  • freak-source00:12
  • freak-radio00:12
  • freak-robot00:12
 

Le bilan est donc très posi­tif pour ces effets, tous très convain­cants au point qu’on espère qu’ils auront plein de petits frères. Passé cette agréable entrée, l’heure est toute­fois venue de s’at­taquer au plat de résis­tance : les instru­ments.

Massive X à la bourre, Kontakt à la traîne

Commençons par les véri­tables stars annon­cée de ce bundle, à savoir Massive X et Kontakt 6. Pour le premier, c’est très simple : il n’existe pas encore et l’on sait encore très peu de chose sur lui si ce n’est qu’il sera gratui­te­ment télé­char­geable pour tous les posses­seurs de Komplete 12 et supé­rieur à sa sortie annon­cée en février 2019. Les seules infos que l’on a consistent en une inter­face aperçue dans un teaser vidéo, et l’an­nonce sur la page de l’édi­teur que le logi­ciel sera doté d’un « moteur sonore nouvelle géné­ra­tion, de compo­sants haut de gamme et de nouveaux effets ». Nous voici donc bien avancé ! Notons-le toute­fois : ce n’est pas la suite de Massive mais un synthé de la même famille, de sorte que les deux logi­ciels coexis­te­ront dans le cata­logue de l’édi­teur. La nuance est impor­tante car Massive X ne sera vrai­sem­bla­ble­ment pas compa­tible avec les presets de Massive premier du nom…

L’autres événe­ment de cette Komplete 12, réel celui-là, c’est évidem­ment la sortie de Kontakt 6 qui s’est fait attendre 7 ans. De ce fait, on n’ima­gi­nait que Native allait nous sortir quelque chose d’énorme et… disons que la montagne a accou­ché d’une souris comme vous pour­rez le décou­vrir dans le test dédié au leader des samplers logi­ciels, consul­table juste ici. Rassu­rez-vous : Kontakt demeure ce formi­dable sésame pour accé­der à quan­tité d’ins­tru­ments virtuels de réfé­rence, mais cette nouvelle version est si proche de la précé­dente qu’on l’au­rait bien vu s’ap­pe­ler Kontakt 5.9… Bref, allez voir le test pour décou­vrir ça en détail.

Je ne m’éten­drais pas non plus sur tous les produits déjà testés sur Audio­fan­zine :

Que reste-t-il du coup ? Bien des choses inté­res­santes, je vous rassure, à commen­cer par un petit ensemble Reak­tor au nom de droïde star­war­sien.

Get ready TRK-01

trk01TRK-01 se concentre sur la base de la base de la musique élec­tro­nique : le kick, qui occupe toute la partie gauche de l’in­ter­face, et la basse qui occupe sa partie droite. Mêlant synthèse et sampling, l’ins­tru­ment intègre surtout deux step séquen­ceurs qui permettent de réali­ser des boucles inté­res­santes une fois que l’on combine les diffé­rentes possi­bi­li­tés de géné­ra­tion sonore avec les effets et trai­te­ments embarqués.

Il y a vrai­ment de quoi faire des choses très variées qui pour­ront servir de « première piste » à beau­coup de compos, quel que soit leur genre musi­cal, sachant que le gros son est toujours au rendez-vous. On se réjouit en tout cas de voir que sur un concept aussi mini­ma­liste, il y a une vie après les vieilles scies TR/TB, au point qu’on rêve­rait presque de voir ce logi­ciel deve­nir une vraie petite boîte…

TRK1
00:0000:04
  • TRK100:04
  • TRK1­hip00:04
  • TRK1e­lec­tro00:04
  • TRK1dnb00:04
 

Si l’on excepte les Expan­sions dont nous avons parlées, le reste des nouveau­tés tourne sous le tout nouveau Kontakt 6. Je ne revien­drai pas sur les banques Play Series déjà large­ment évoquée dans le test du sampler de Native Instru­ments, pour passer direc­te­ment aux banques sorties cette années, en commençant par la version 2 de Sessions Strings Pro, qui s’avère convain­cante à plus d’un titre.

ss2proPour l’oc­ca­sion, toutes les banques enre­gis­trées pour la première version ont été remixées et béné­fi­cient de nouveaux scripts, d’ou­tils de séquençage plus abou­tis et d’une inter­face sensi­ble­ment amélio­rée. Le concept est toujours le même : propo­ser une petite section de cordes (4 violons, 2 altos, 2 violon­celles et 2 contre­basses) dans plusieurs confi­gu­ra­tions, avec une capta­tion moderne ou vintage, dans l’op­tique de faire des cordes pour la musique popu­laire (rock, pop, soul, RnB, disco, hip-hop, etc.) et non pour la musique de block­bus­ter ou la musique ‘clas­sique’. Un parti pris d’au­tant plus rafraî­chis­sant qu’il n’est pas si courant et pour­tant extrê­me­ment utile.

C’est une nouvelle fois e-instru­ments qui s’est chargé de réali­ser l’ins­tru­ment et le moins que l’on puisse dire, c’est que Session Strings Pro 2 vaut vrai­ment la mise à jour : les outils pour géné­rer des patterns rythmes ou des phrases ont nette­ment progressé (il est notam­ment possible de géné­rer des rythmes utili­sant plusieurs arti­cu­la­tions dans le Rhythm Anima­tor) et sont complé­tés d’un système d’ac­cords auto­ma­tiques et d’une fonc­tion ‘Smart Voice Split’ répar­tis­sant les notes de vos accords sur les diffé­rents pupitres afin d’ob­te­nir des choses plus réalistes. Voyez ce que tout cela donne :

NoSmart(2)
00:0000:10
  • NoSmart(2)00:10
  • Smart(2)00:10
  • NoChords00:10
  • Chords00:10
  • Smart­Chords00:10
  • Smar­tRhyA­ni­ma­tor00:10
  • Smart­Phra­seA­ni­ma­tor00:15
  • Smart­Phra­seA­ni­ma­tor200:18

ss2prophraseÀ la faveur des nouveaux scripts, on dispose aussi d’ar­ti­cu­la­tions plus souples que par le passé, dont le Porta­mento ou le Glis­sando. Et si le Mercato est toujours aux abon­nés absents, on se réjouit aussi de retrou­ver les diffé­rent Scoop et Falls qui permettent de program­mer des cordes disco dans la plus pure tradi­tion 70’s. Évidem­ment, ceux qui savent écrire des cordes hurle­ront à la musique préfa­briquée, mais les autres ne tarde­ront pas à voir ce que SS2 Pro peut appor­ter à leurs compos, quel qu’en soit le style. Seul regret : contrai­re­ment à de nombreux instru­ments propo­sant de telles fonc­tions d’ar­ran­ge­ment, Session Strings Pro 2 n’est pas capable d’ex­por­ter ses séquences sous la forme d’un conte­neur MIDI. Dommage.

thrillNous passe­rons vite sur Thrill, non pas qu’il ne soit pas inté­res­sant, au contraire, mais qu’il se concentre sur un besoin de niche et remplisse parfai­te­ment son rôle avec très peu de contrôles. Le but est de créer des textures pour les moments de tension et de suspense au cinéma, chose que l’ins­tru­ment parvient à faire en combi­nant deux sources à choi­sir parmi 1038 et en les trai­tant et les morphant. Le pilo­tage de tout cela passe par un simple pad X/Y et on ne se lasse pas d’es­sayer toutes les combi­nai­sons possibles pour géné­rer des ambiances tantôt oniriques, tantôt effrayantes, mais toujours réus­sies.

Pour pour­suivre au rayon des bizar­re­ries, on s’in­té­res­sera ensuite à Kinetc Toys, un instru­ment réalisé à partir de sons de jouets. boîtes à musique, robots élec­tro­niques, xylo­phones premier âge et autres pianos Vilac : il y a là de quoi ravir un Pascal Come­lade, sachant que les sono­ri­tés de cette banque appor­te­ront une touche d’ori­gi­na­lité enfan­tine à tout type de musique, et pas seule­ment la musique pour l’image.

kineticLe seul reproche que l’on pourra faire à ce Kine­tic Toys tient dans le parti-pris clivant de son inter­face que certains adore­ront quand d’autres la détes­te­ront. Plutôt que de réali­ser une inter­face tradi­tion­nelle où les noms des instru­ments, effets et commandes sont clai­re­ment indiqués, où l’on dispose de tradi­tion­nels potards, faders et menus dérou­lants, l’édi­teur a opté pour une approche autre­ment plus artis­tique en repré­sen­tant diffé­rents jouets et jeux dont le dépla­ce­ment va servir à para­mé­trer le son. L’idée est a priori excel­lente dans la mesure où elle offre un côté ludique qui sied à la théma­tique, mais elle peut se révé­ler toute aussi exas­pé­rante lorsqu’on cherche préci­sé­ment un son et qu’il faut tâton­ner des plombes pour le trou­ver ou pour peau­fi­ner ses réglages et comprendre ce qui se passe sur le plan sonore. On clique sur une fusée et cela fait monter une étoile tandis qu’un origami décrit des mouve­ments dans l’es­pace lorsqu’on fait tour­ner un robot dans le sens inverse d’une danseuse. Alors oui, on peut prendre le manuel sur les genoux et tenter de comprendre ce que le déve­lop­peur a tenté de nous expliquer. Et oui, lorsqu’on dispose d’un contrô­leur Native Instru­ments, le système Komplete Kontrol simpli­fie cette compré­hen­sion. Mais ce parti-pris de l’in­ter­face risque de détour­ner pas mal de gens de cette banque dont les sons sont toute­fois réel­le­ment inté­res­sants :

00:0000:00

Le tour des nouveau­tés ache­vées, il nous reste à prendre un peu de recul sur la Komplete, parler des bonnes choses et des choses qui fâchent.

Dîner de Komp

Que ce soit clair d’em­blée : en 2018, il n’existe toujours pas d’équi­valent à la Komplete en termes de poly­va­lence et de rapport qualité/quan­tité/prix. Le seul bundle qui s’en appro­che­rait est celui d’Air Music Tech­no­logy et, à 500 $, il est très loin de propo­ser ce que propose Native en termes de variété comme de qualité.

Il faut dire que les berli­nois disposent de deux atouts de poids dans leur jeu : Kontakt et Reak­tor qui, plus que de simple plug-ins, sont deve­nus des plate­formes ayant déve­loppé de vastes écosys­tèmes. Dispo­ser de Reak­tor ou de Kontakt, au-delà de la puis­sance de ces logi­ciels, c’est ainsi accé­der à des milliers d’ins­tru­ments ou effets déve­lop­pés par des éditeurs de tierce partie ou par des passion­nés, sachant qu’on trou­vera là dedans des banques à 1000 balles comme d’autres à 4 $ et quan­tité de free­wares. Bref, Native demeure bien assis sur son trône et, à moins qu’East­West rachète UVI, Artu­ria et Max/MSP, on voit mal qui pour­rait lui dispu­ter cette place.

La Komplete est d’au­tant plus indé­bou­lon­nable que Native a eu à cœur au cours de ces dernières années de propo­ser des contrô­leurs qui lui sont dédiés : des claviers Komplete Kontrol S à Maschine, l’édi­teur a bâti un écosys­tème hard/soft qui fait mouche en termes de produc­ti­vité et dispose sur ce point d’une bonne longueur d’avance sur ses concur­rents.

Pour toutes ces raisons, au Home Studiste débu­tant dési­reux d’in­ves­tir dans une solu­tion tout terrain, on conseille­rait aujour­d’hui d’in­ves­tir dans n’im­porte quelle STAN (Cubase, Logic, Live, Reaper, FL Studio, Studio One, peu importe) mais dans un seul et unique bundle : la Komplete.

Select, normale, Ulti­mate ou Ulti­mate Collec­tor Edition, tout est ques­tion de budget et d’am­bi­tions, les prix passant du simple à l’oc­tuple aux deux bouts de la gamme. À bien y regar­der en tout cas, il n’y a pas de mauvaise Komplete et même si à 1600 euros, le haut de gamme semblera trop cher à bien des utili­sa­teurs, on se rend vite compte en essayant de trou­ver des équi­va­lents ailleurs que cela nous revien­drait beau­coup plus cher encore. En tous cas, ceux qui vivent de la musique et travaillent abon­dam­ment avec des instru­ments virtuels n’hé­si­te­ront pas long­temps.

Bref, la Komplete, c’est bon, c’est bien. Est-ce pour­tant un bundle sans défaut ? Loin de là ! En termes de poly­va­lence d’abord, on notera que la guitare, malgré les trois Session Guita­rist publiés ces dernières années, est toujours le parent pauvre du lot tandis qu’on ne dispose toujours pas de cordes frot­tées solo ou de banques dédiées à la voix. Plus drôle encore : malgré ses 900 Go de samples, la Komplete ne couvre toujours pas les 128 instru­ments du kit Gene­ral MIDI ! Bref, la Komplete est loin d’être exhaus­tive, proba­ble­ment parce que ses concep­teurs enfoncent un peu plus souvent le clou synthé­tique que les autres, et que la façon dont la Komplete gran­dit semble plus souvent une affaire d’op­por­tu­ni­tés que de stra­té­gie, donnant parfois un côté Bric et Broc à l’en­semble : tout à coup, on nous sort par exemple un Game­lan qui laisse à penser qu’on aurait droit à d’autres instru­ments ethno aussi détaillés. Mais non. Les redon­dances ne sont en outre pas rares et l’on se rend compte par exemple qu’un Poly­plex n’ap­porte pas grand chose face aux centaines de kits d’un Battery.

Plus gênant, on se rend compte que pas mal de logi­ciels prennent d’an­née en année un coup de vieux toujours plus prononcé. C’est mani­feste sur Guitar Rig 5 dont les modé­li­sa­tions sont très loin de valoir celle d’un BIAS Amp, d’un Ampli­tube 4 ou d’un TH3, même si le soft a de beaux restes pour faire des sons de guitare trafiqués façon Adre­na­Linn. Mais ça l’est aussi sur les batte­ries Abbey Road qui sonnent bien mais ne proposent toujours pas de fonc­tion Tap 2 Find, de module de Drum Repla­ce­ment, d’in­ter­face pour faire du laye­ring et qui, parce que leurs kits ne sont pas combi­nables au sein d’un même logi­ciel, sont très loin des EZdrum­mer, Addic­tive Drums, BFD et autres Super­ior en termes de possi­bi­li­tés. Que dire encore de Battery 4 face à un Geist 2 ? Du rustique Vintage Organs face au fabu­leux B-5 d’Acous­tic­Samples ? Il n’y a rien de scan­da­leux dans tout cela et l’on comprend bien sûr que la Komplete ne peut pas être la Perfect, mais il y a des choses plus agaçantes dans la façon dont les produits vieillissent sur le plan visuel. Je ne parle pas là d’es­thé­tique mais bien d’ér­go­no­mie et de lisi­bi­lité vu que une grosse partie des logi­ciels a été conçu à l’époque où la réso­lu­tion de base des moni­teurs était le 1280 × 1024. Loin de s’être inté­ressé aux problé­ma­tiques de Respon­sive Design comme la plupart de ses concur­rents (IK Multi­me­dia, Artu­ria et UVI en tête), Native ne four­nit aucun moyen d’agran­dir ses inter­faces de sorte que sur un 27 pouces de base 2560 × 1440, on s’éclate les yeux à lire des carac­tères minus­cules et parfois mal contras­tés dans quan­tité de logi­ciels compo­sant le bundle (et dans Kontakt notam­ment). Bref, un travail de fond est attendu sur ce point.

Enfin, ultime point de discus­sion : on pourra remettre en ques­tion l’in­té­gra­tion des Expan­sions dans la famille Komplete. Dans l’ab­solu, il n’y a rien à repro­cher à cela vu que l’on dispose désor­mais d’une inté­grale de l’édi­teur au travers de la Komplete Ulti­mate Collec­tor Edition, sauf qu’il n’est pas sûr que ce rappro­che­ment des gammes Maschine et Komplete dont on comprend parfai­te­ment les enjeux du point de vue du construc­teur (conduire l’uti­li­sa­teur à utili­ser tous les produits de la gamme et donc à ache­ter tous les contrô­leurs) soit forcé­ment judi­cieux du point de vue des utili­sa­teurs. Bien des utili­sa­teurs de Maschine ou des musi­ciens élec­tro­niques appré­cie­raient de pouvoir ache­ter l’in­té­grale des Expan­sions sans pour autant inves­tir dans la coûteuse Collec­tor Edition et ses instru­ments Symphony qui ne leur seront d’au­cune utilité. À l’in­verse, ceux qui composent exclu­si­ve­ment des la musique orches­trale auraient sans doute bien troqué les 20 expan­sions propo­sés par la version Ulti­mate pour un Symphony String… De fait, on en vient à se deman­der si le temps n’est pas venu pour la Komplete d’or­ga­ni­ser son offre en fonc­tion des profils des utili­sa­teurs plutôt qu’en fonc­tion de leur budget. Sachant que rares sont ceux qui font tous les genres de musique tout le temps, il ne serait ainsi pas dénué de sens de propo­ser en marge des offres actuelles d’autres bundles théma­tiques : une Komplete Elec­tro, une Komplete Orches­tral, une Komplete Pop, etc.

Conclu­sion

Massive X nous pose un lapin, Kontakt 6 n’est pas à la hauteur de l’at­tente qu’il a suscité et la Komplete garde toujours certaines lacunes tandis que certains des produits qu’elle comprend commencent à prendre un petit coup de vieux. Qu’im­porte, malgré tous ces reproches, Native Instru­ments parvient sans trop de problème à nous propo­ser, comme à chaque fois, le bundle logi­ciel le plus incroyable du marché en matière de rapport qualité/prix. Rien que pour Kontakt et Reak­tor qui vous donnent accès à des milliers d’ins­tru­ments et d’ef­fets d’une grande variété, l’achat vaut le coup pour celui qui ne le possède pas, quelle que soit la version vers laquelle il se tourne en regard de ses besoins. Et la Komplete est d’au­tant plus attrac­tive qu’elle s’ins­crit désor­mais dans un work­flow hard/soft qui n’a pas d’équi­valent sur le marché grâce à Maschine et Komplete Kontrol.

La ques­tion est donc tran­chée pour ceux qui s’in­té­ressent à la MAO et n’ont pas encore sauté le pas, mais il reste à discu­ter de la perti­nence des mises à jour pour les actuels utili­sa­teurs d’an­ciennes versions du bundle, ce qui est autre­ment plus complexe. Une chose est sûre, plus on a une Komplete ancienne, plus la mise à jour vaut le coup, sachant que le tarif est le même suivant qu’on dispose d’une Komplete 11 ou d’une Komplete 2 ! Quant à savoir si les fidèles Komple­tistes posses­seurs de la version 11 auront inté­rêt à mettre à jour, c’est une affaire que chacun devra exami­ner en fonc­tions de ce qu’il a déjà dans ses réper­toires samples et plug-ins. Et si ceux qui conten­taient des Symphony Essen­tials via l’Ul­ti­mate seront proba­ble­ment moti­vés par le fait de mettre la main sur les Symphony tout court dans la Collec­tor Edition, il n’est pas sûr que ceux qui se sont déjà équipé en la matière auprès de Spit­fire, Cine­samples, Orches­tra Tools ou Project­Sam succombent à la même tenta­tion.

Reste enfin la grosse nouveauté des Expan­sions inté­grées aux diffé­rentes Komplete : ceux qui ont déjà inté­gré Maschine à leur config en seront enchanté, sachant que l’in­té­grale de ces banques coutait jusqu’ici 2500 euros. Mais forcé­ment, ceux qui ne s’in­té­ressent pas à la plate­forme de Beat­ma­king de Native ne valo­ri­se­ront pas forcé­ment le fait de dispo­ser d’en­core plus de presets pour Monark, Massive ou Prism et de kits pour Battery, sachant qu’on ne manquait déjà de rien pour faire de la musique élec­tro­nique dans le bundle. Bref, comme toujours, il faudra voir midi à sa porte, sachant que Native rend ici une copie de bonne facture, mais sans aucune nouveauté vrai­ment exci­tante qui fasse dire : DO WANT ! Kontakt 6 aurait pu être la killer app déclen­cheur d’achat compul­sif mais il ne l’est pas, et Massive X est encore coincé sur le disque dur d’un déve­lop­peur berli­nois. Ce constat de retire rien à l’ex­cel­lence de TRK-01, de Thrill, des Session Guita­rist, de Session Strings Pro 2 ou encore des nouveaux packs d’ef­fets réel­le­ment enthou­sias­mants, mais parce que Native est leader dans son domaine, c’est incon­tes­table, que la Komplete n’a pas d’équi­valent sur le marché, c’est égale­ment incon­tes­table, on attend mieux que le meilleur et il nous tarde déjà de voir où la Komplete 13 nous emmè­nera dans deux ans.

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Valeur sûre 2018
Points forts
  • Quelle que soit l’édition, la Komplete demeure le bundle le plus attractif du marché pour son rapport qualité/quantité/prix et sa polyvalence
  • La Komplete Ultimate Collector Edition propose enfin une intégrale
  • Kontakt et Reaktor : deux sésames pour des myriades d’effets et d’instruments
  • Bien des instruments et effets excellents : Una Corda, Alicia Key’s, basses Scarbee, Massive, Monark, ABsynth, Form, Molekular, etc.
  • Les Mod Pack et Crush Pack, soufflant un vent de fraîcheur sur des effets classiques
  • Session Strings Pro 2 : une très bonne mise à jour
  • Les guitares progressent avec les deux nouveaux Session Guitarist
  • TRK-01, simple et efficace
  • Thrill, un allié précieux pour le son à l’image
  • Kinetic Toys et ses sons inimitables
  • Massive X sera gratuitement téléchargeable pour les KompleteDouziste lorsqu’il sera disponible
  • Les Expansions qui proposent des tonnes de presets et ressources pour les musiques actuelles
  • Komplete Kontrol qui permet de naviguer plus facilement dans tout cela
Points faibles
  • Native Access, rustique et bugué
  • Rendez-vous raté pour les stars : Kontakt 6 n’est pas à la hauteur d’une attente de 7 ans…
  • …tandis que Massive X est loin d’être là…
  • Un certain nombre de librairies et de plug-ins vieillissants en termes de sons ou de fonctionnalités (modélisations de Guitar Rig, Batteries sans Tap 2 Find, Battery loin d’être un Geist, etc.)
  • Interfaces tournant le dos au Responsive Design…
  • …et tournant parfois le dos au bon sens pratique (Kinetic Toys)
  • Toujours des lacunes du côté des guitares, des cordes frottées solo, des voix et toujours pas les 128 instruments de la norme GM malgré les 900 Go de samples
  • On comprend la volonté stratégique de rapprocher les gammes Komplete et Maschine via les Expansions, mais il n’est pas sûr que les utilisateurs s’y retrouvent.
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.