Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Yamaha 01V96i
Photos
1/627

Test Yamaha 01V96i

Console numérique de la marque Yamaha appartenant à la série 01V

comparatif
173 réactions
Test comparatif de 4 consoles de mixage numériques économiques

Nous avons sélectionné quatre consoles de mixage de renom d’entrée de gamme — aux environs de 2 000 euros — pour les comparer et découvrir leurs caractéristiques les plus intéressantes. Face à face, avec vous tous…

 

 

 

 

 

 

 

  • Yamaha 01v96i : la version actuelle — présen­tée en 2011 — de la pion­nière des consoles compactes, qui mène le marché depuis 1998.
  • PreSo­nus Studio­Live 16.4.2 AI : décou­verte en 2013, il s’agit de la seconde géné­ra­tion de consoles de la série Studio­Live — présen­tée en 2008.
  • Allen & Heath Qu-16 : contem­po­raine de la Studio­Live 16.4.2 AI — dévoi­lée au Musik­messe en 2013 — cette console est fabriquée par une pres­ti­gieuse marque britan­nique.
  • Behrin­ger X32 Produ­cer : la célèbre marque alle­mande a révo­lu­tionné le marché des consoles numé­riques compactes en 2011 avec sa famille X32.
01 Cuatro mesas

Concep­tion et fabri­ca­tion : cette décen­nie et la précé­dente

Nous vivons aujour­d’hui entou­rés d’écrans tactiles, et tout semble indiquer que la tendance va se pour­suivre dans le futur. Néan­moins, dans ce compa­ra­tif, seule la Qu-16 est dotée de cette fonc­tion­na­lité. À l’ex­trême inverse, nous ne pouvons igno­rer que le petit écran de la Studio­Live AI ne donne comme infor­ma­tions que les réglages d’ef­fets et du système, son fonc­tion­ne­ment repo­sant sur son grand nombre de contrôles rota­tifs — suivant ainsi en partie la philo­so­phie des consoles analo­giques. Entre les deux, les deux autres consoles de ce compa­ra­tif : l’écran de la 01v96i est un peu meilleur ; même s’il n’est pas tactile et n’af­fiche que deux couleurs, il apporte néan­moins des graphiques et sera donc d’une plus grande aide. Enfin, la X32 Produ­cer apporte un bel écran couleur, non tactile néan­moins, et se trouve ainsi à cheval entre celui de la Qu-16 et des deux autres.

Pour résu­mer : des écrans de petite taille et limi­tés sur les consoles qui ont fait leur appa­ri­tion avant notre décen­nie, et des écrans plus évolués sur les modèles plus récents.

Et l’on retrouve ce même schéma, celui des consoles de la décen­nie précé­dente et celles de notre décen­nie, avec des poten­tio­mètres de gain des préam­plis qui sont manuels sur les modèles plus anciens, alors qu’ils sont sans fin sur les consoles plus modernes — et de plus ils peuvent être réajus­tés par le biais de scènes.

Le fait de dispo­ser de mémoires internes pour que nous puis­sions accé­der aux réglages d’un mixage anté­rieur de manière quasi immé­diate est l’un des points les plus forts des consoles numé­riques, face aux modèles analo­giques. Ainsi, après un concert, il est possible d’ap­pe­ler les réglages du prochain show faci­le­ment et en toute sécu­rité. Mais les 01v96i et Studio­Live nous obligent à noter la posi­tion des poten­tio­mètres de gain, et en sachant qu’il peut y avoir une plage de 50 dB dans un tour de potard de 300°, le rappel de ce para­mètre ô combien vital, le volume, risque bien d’être peu précis. De plus, la Studio­Live ne dispose pas de faders moto­ri­sés, ce qui ne faci­lite pas la tâche.

Détails de fabri­ca­tion

Aucune des quatre consoles n’est parti­cu­liè­re­ment gracieuse. On voit qu’elles ont été fabriquées pour résoudre des ques­tions pratiques et non pour s’amu­ser avec.

Nous atti­rons votre atten­tion sur les poten­tio­mètres de la Yamaha qui, si l’on peut comprendre leur concep­tion sur des consoles de 300 €, méri­te­raient, sur une table de 2 000 € qui demande des rappels constants, plus d’am­pli­tude pour être plus précis.

Une autre chose impor­tante sur la Yamaha est son absence de sortie pour alimen­ter une lampe (c’est aussi le cas de la X32 Produ­cer) ni d’en­trée Talk­back qui, asso­ciées au nombre réduit de préam­plis micro, limite encore plus ses possi­bi­li­tés.

Encore un point néga­tif pour la Yamaha, l’em­pla­ce­ment des entrées analo­giques fait que l’on se retrouve avec un enche­vê­tre­ment de câbles qui est non seule­ment parti­cu­liè­re­ment ines­thé­tique mais est aussi une vraie porte ouverte à la pous­sière à l’usage.

On pour­rait aussi parler d’autres détails, tels que la sortie casque de la Studio­Live et de la X32, située sur la tranche fron­tale, et qui oblige à bien réflé­chir à l’heure de choi­sir un flight case.

Tableau compa­ra­tif

Nous avons préparé un tableau pour que vous puis­siez compa­rer préci­sé­ment les spéci­fi­ca­tions prin­ci­pales de ces consoles. Vous pouvez le télé­char­ger au format PDF.

Analyse sonore

Pour réali­ser cette série de tests nous avons utilisé un conver­tis­seur RME UCX, avec un réglage FS à +13 dBu. Vous pour­rez consta­ter ci-dessous les niveaux de bruit et de distor­sion lorsque nous connec­tons en mode Link les N/A et A/N :

03 RME ucx THD lazo xlr jack

Allen & Heath Qu-16

Allen & Heath Qu-16 : captura pantalla 2013 04 11 s 004731 14821 640.jpg

La première chose que nous allons regar­der, c’est le bruit de la console : nous avons monté les faders master à 0 dB et avons réalisé une capture avec tous les faders de canaux bais­sés. Nous obte­nons un niveau de bruit de –105 dBFS, ce qui corres­pond à –92 dBu.

Allen & Heath Qu-16 : 04 Noise, todos los canales muted

Nous pouvons obser­ver que la source d’ali­men­ta­tion est très bien filtrée, mais il appa­rait une série d’in­duc­tions très légères dans les aigus.

Nous conti­nuons avec la mesure du THD du signal lorsque celui-ci passe par l’un des préam­plis. Nous avons baissé le signal jusqu’à +3 dBu, c’est-à-dire 10 dB en sortie de notre RME.

Allen & Heath Qu-16 : 05 THD in +3dbu, gain +6dBs, faders a 0dBs

Nous consta­tons la présence de second et troi­sième harmo­niques ainsi que des harmo­niques supé­rieurs de moindre ampli­tude.

Dans les même condi­tions, nous passons aux mesures de la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion.

Allen & Heath Qu-16 : 06 IMD in +3dbu, gain +6dBs, faders a 0dBs

Et nous nous rendons compte que cette distor­sion est parti­cu­liè­re­ment faible.

Puis nous avons analysé son compres­seur. Nous avons défini une compres­sion de 6 dB et avons commencé avec les réglages les plus rapides. On note que le relâ­che­ment mini­mal est de 100 ms, ce sera par consé­quent le temps de relâ­che­ment, cepen­dant que l’at­taque reste à 0,3 ms, et nous réglons le détec­teur en mode Peak. Durant ce test, le knee reste en mode Hard et le ratio à l’in­fini.

Allen & Heath Qu-16 : 07 6dBs comp at 0,3mS rel 100ms hard R inf peak detector 712x433

Le timbre ne change pas telle­ment, mais on voit une dévia­tion dans la struc­ture harmo­nique vers les harmo­niques d’ordre plus élevé. Dans cette situa­tion, les courbes tempo­relles de réduc­tion de gain restent très linéaires et répondent très rapi­de­ment. Nous notons que les temps de relâ­che­ment sont un peu plus rapides que prévu.

Allen & Heath Qu-16 : 08 din at min rel min peak

Nous testons la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion dans ce mode.

Allen & Heath Qu-16 : 09 6dBs comp IMD at 0,3mS rel 100ms hard R inf peak detector

Ici encore, la distor­sion est très restreinte.

Passons main­te­nant à l’in­ci­dence qu’a le mode de détec­tion sur le compor­te­ment du compres­seur. Pour cela, nous réglons le temps d’at­taque à 5 ms et le relâ­che­ment à 100 ms.

Voici le résul­tat en mode Peak.

Allen & Heath Qu-16 : 10 6dBs THD at 5msg rel 100 peak detector R inf hard

Et en mode RMS.

Allen & Heath Qu-16 : 11 6dBs THD at 5msg rel 100 RMS detector R inf hard

Les chan­ge­ments dans le son sont minimes. Que se passe-t-il au niveau de la dyna­mique ?

Mode Peak.

Allen & Heath Qu-16 : 12 din at 5 rel min peak

Mode RMS.

Allen & Heath Qu-16 : 13 din at 5 rel 100 RMS detector

En mode RMS, les temps sont plus lents — surtout le relâ­che­ment, qui s’ap­proche des 500 ms — et les courbes deviennent plus para­bo­liques et expo­nen­tielles, causant des chan­ge­ments de volume plus graduels.

Le compres­seur possède un mode inté­res­sant qui peut fonc­tion­ner aussi bien avec des signaux d’en­ve­loppe irré­gu­liers. Ce mode Slox Opto simule les courbes d’un Tele­tro­nix LA2A. Voyons comme son son reste très simi­laire et l’on ne perçoit aucune modé­li­sa­tion à partir du hard­ware.

Allen & Heath Qu-16 : 14 6dBs THD slow optocompresor

Néan­moins, on note une simi­li­tude accep­table dans les temps de réponse.

Allen & Heath Qu-16 : 15 din slow optocomp R max

Nous avons décidé de réali­ser un dernier test, cette fois sur l’éga­li­sa­tion, pour voir si la courbe affi­chée à l’écran ressemble à la courbe réelle. Voici une capture de l’écran de la Qu-16 :

Allen & Heath Qu-16 : 16 Qu 16 EQ

Et ce que révèle notre analy­seur :

Allen & Heath Qu-16 : 17 Qu 16 Eq real

Les courbes semblent très simi­laires, même si la repré­sen­ta­tion sur l’écran de la console est un peu plus linéaire.

Behrin­ger X32 Produ­cer

Behringer X32 Producer : behringer x32 producer

Nous démar­rons l’ana­lyse en mesu­rant le bruit de la console, comme nous l’avons fait sur la Qu-16.

Behringer X32 Producer : 18 noise X32, master fader a 0dBs

Nous ne rele­vons aucune induc­tion, même si le bruit global est d’en­vi­ron 5 dB plus élevé que sur la Qu-16.

Nous conti­nuons avec l’ana­lyse des préam­plis micro. Voici la distor­sion géné­rée lorsque l’on y envoie un signal simple :

Behringer X32 Producer : 19 THD in mic

Et sa distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion :

Behringer X32 Producer : 20 IMD in mic

Sur le premier graphique, nous pouvons voir que les harmo­niques prédo­mi­nants sont les impairs, surtout le 5e harmo­nique. La distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion est plus élevée que sur la Qu-16.

Nous conti­nuons avec le compres­seur.

  • Attaque : 0 seconde, mini­mum
  • Hold : 0,02 seconde, mini­mum.
  • Relâ­che­ment : 5 ms, mini­mum
  • Mode de détec­tion : Peak
Behringer X32 Producer : 21 thd 6dbs comp at release hold minimo

La struc­ture harmo­nique qui appa­rait est exclu­si­ve­ment faite d’har­mo­niques impairs et présente une typo­lo­gie très allon­gée qui fait que la sinu­soïde ressemble un peu à une onde carrée. Dans ces condi­tions, le compres­seur agit très vite — beau­coup plus vite que celui de la Qu-16, mais pas suffi­sam­ment pour l’uti­li­ser comme un limi­teur brick­wall.

Behringer X32 Producer : 22 din at rel hold min peak detect

Comme nous pouvons le consta­ter, le compres­seur n’agit pas sur la première moitié de cycle. Dans cette situa­tion, la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion est très élevée, tant en ampli­tude qu’en nombre de nouvelles ondes sinu­soï­dales géné­rées.

Behringer X32 Producer : 23 IMD 6dbs comp at release hold minimo

Voyons à présent ce qu’il se passe lorsque nous chan­geons le mode de détec­tion à RMS :

Behringer X32 Producer : 24 thd 6dbs comp at release hold minimo, rms detector

La distor­sion est gran­de­ment réduite et l’on voit appa­raitre un peu de second harmo­nique. Cela est dû au fait que les temps d’ac­tion sont à présent plus lents, surtout celui de l’at­taque, ce qui produit des chan­ge­ments de volume. 

Behringer X32 Producer : 25 din at rel hold min RMS detect

Même ainsi, le compres­seur reste très rapide. Voyons ce qu’il se passe lorsque le compres­seur agit avec des réglages tempo­rels plus habi­tuels, par exemple :

  • Attaque : 5 ms
  • Hold : 1 ms
  • Relâ­che­ment : 28 ms
  • Mode de détec­tion :  Peak
Behringer X32 Producer : 26 thd 6dbs comp at 5ms release 28ms hold 1ms peak detector

On ne constate pas de grands chan­ge­ments dans la struc­ture, et s’il y en a, ils montrent plus de stabi­lité, avec un déclin des harmo­niques plus régu­lier.

Behringer X32 Producer : 27 din at 5 rel 28 hold 1ms peak

Les temps augmentent, surtout le relâ­che­ment, qui avoi­sine les 100 ms pour libé­rer 100% de réduc­tion de gain.

Enfin, jetons un oeil aux courbes d’éga­li­sa­tion.

  • Fréquence : 1 020 Hz
  • Q : 0,7
  • Gain : –6 dB
Behringer X32 Producer : 28 EQ pantalla X32 Pro

Et la courbe réelle, qui appa­rait ainsi :

Behringer X32 Producer : 29 eq 1KHz X32

PreSo­nus Studio­Live 16.4.2 AI

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : SLM164AI xlarge

À l’ins­tar des autres consoles, nous commençons par le bruit rési­duel de ce modèle :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 30 Noise todo muted

On constate que son niveau de bruit approche les –102 dBFS, ce qui signi­fie (du fait que notre FS est réglé à +13 dBu) envi­ron 98 dBu. Nous notons une induc­tion dans la zone des 12 kHz, mais dans la mesure où elle se main­tient en dessous de –105 dBFS, cela ne nous préoc­cupe pas outre mesure. De plus, il est probable que cette induc­tion soit spéci­fique à cet exem­plaire en parti­cu­lier.

Néan­moins, nous devons prendre en compte que sur les courbes de Flet­cher et Munson, on constate un pic de la sensi­bi­lité juste dans cette zone. Et c’est là que, curieu­se­ment, à bas volume, l’ouïe est moins sensible à 10 kHz qu’à 12 kHz. La zone des 12 kHz peut équi­va­loir à envi­ron 7 kHz ou à 200 Hz. C’est donc un mauvais endroit pour avoir de l’in­duc­tion.

Nous conti­nuons en analy­sant la distor­sion des préam­plis avec une sinu­soï­dale à +3 dBu.

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 31 THD in +3dBus, gain X, faders a 0dBs

 

La struc­ture harmo­nique est excel­lente et, comme nous pouvons le voir ci-dessous, la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion parti­cu­liè­re­ment conte­nue.

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 32 IMD in +3dBus, gain X, faders a 0dBs

Passons main­te­nant au compres­seur. Voyez comment il fonc­tionne avec des temps réglés au mini­mum et un ratio au maxi­mum. L’at­taque est à 0,2 ms et le relâ­che­ment à 40 ms :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 33 6dBs fastest THD ratio inf

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 34 din at min rel min hard R max

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 35 6dBs fastest IMD ratio inf

On observe une légère surcom­pres­sion lors de la stabi­li­sa­tion de l’at­taque, ainsi qu’une grande quan­tité d’in­ter-harmo­niques. Les temps d’ac­tion, aussi bien l’at­taque que le relâ­che­ment, sont très rapides, et la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion atteint des valeurs très élevées. Il convien­dra donc d’uti­li­ser cette confi­gu­ra­tion à des fins créa­tives, ou de manière très ponc­tuelle, en évitant de l’ap­pliquer à des voix.

Nous augmen­tons légè­re­ment les temps de réponse de l’at­taque jusqu’à obte­nir un régime plus respec­tueux du signal sonore. L’at­taque est ici réglée à 5 ms, le relâ­che­ment est au mini­mum :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 36 6dBs at 5ms release fastest (40ms) THD ratio inf

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 37 din at 5 rel 40 hard R max

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 38 6dBs at 5ms release fastest (40ms) IMD ratio inf

Comme nous nous y atten­dions, la distor­sion se réduit, et à l’ex­cep­tion de quelques inter-harmo­niques très proches du signal origi­nal — proba­ble­ment causés par de l’alia­sing — la struc­ture harmo­nique que nous obser­vons est quasi­ment nulle. N’ou­bliez pas que les second et troi­sième harmo­niques appa­rais­saient déjà sans compres­ser le signal, et ce à cause de l’em­preinte du préam­pli micro. À l’in­verse, la surcom­pres­sion a disparu et la distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion est reve­nue à des valeurs accep­tables.

Jusqu’à présent, nous avons vu le compres­seur travailler comme un limi­teur, voyons main­te­nant ce qu’il se passe si nous réglons les temps comme sur un compres­seur habi­tuel. L’at­taque est à 10 ms et le relâ­che­ment à 100 ms.

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 39 6dBs at 10ms release 100ms THD ratio inf 710x433

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 40 din at 10 rel 10 hard

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 41 6dBs at 10ms release 100ms IMD ratio inf

Rien d’éton­nant ici : les courbes sont plus douces et le son plus propre. Nous notons seule­ment que le relâ­che­ment est un peu plus rapide qu’an­noncé.

Passons à la section d’éga­li­sa­tion. Nous regar­dons ce qu’il se passe avec le filtre “High Mid” en enle­vant 6 dB à 960 Hz, la fréquence la plus proche de 1 kHz, et avec le bouton Hi Q activé.

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 42 Presonus Eq

 

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 43 Eq 960Hz High Q

Puis nous essayons de désac­ti­ver le Hi Q, pour cher­cher une courbe plus large :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 44 Eq 960Hz Low Q

Et nous avons la surprise de consta­ter que la courbe ne varie pas. Pour véri­fier si, peut-être, elle ne fonc­tionne qu’avec une égali­sa­tion addi­tive, nous ajou­tons de nouveau de 6 dB à la même fréquence.

Hi Q :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 45 Eq 960Hz High Q +6dBs

Lo Q :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 46 Eq 960Hz Low Q +6dBs

Ici encore, les courbes sont très simi­laires, et nous commençons à douter… le bouton est peut-être défec­tueux… Pour en avoir le coeur net, nous chan­geons de filtre et choi­sis­sons le “Low Mid” pour réali­ser le test sur la fréquence de 225 Hz.

Hi Q :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 47 Eq 225Hz High Q

Lo Q :

PreSonus StudioLive 16.4.2AI : 48 Eq 225Hz Low Q

Ici non plus, pas de chan­ge­ment, en tout cas pas un qui soit notable.

Yamaha 01v96i

Yamaha 01V96i : 10592 640

Bruit de fond avec toutes les tranches bais­sées et le fader master à 0 dB, –105 dBFS (-92 dBu) :

Yamaha 01V96i : 49 01v96i noise out faders a 0dBs, FS +13dBus

Nous envoyons ensuite une onde sinu­soï­dale de 1 kHz en utili­sant l’une des tranches dotée d’un préam­pli micro. Les autres tranches restent bais­sées. Le niveau de sortie de la 01v96i est de +13 dBu :

Yamaha 01V96i : 50 01v96i THD a full

Nous pouvons obser­ver que le son est très propre. Sa struc­ture harmo­nique n’est pas celle que nous aimons le plus, mais notons qu’elle reste en dessous de –95 dBFS.

Dans les mêmes condi­tions, nous ajou­tons une autre sinu­soïde de 1 220 Hz et nous réglons les niveaux jusqu’à obte­nir les mêmes valeurs, de manière à pouvoir analy­ser sa distor­sion par inter­mo­du­la­tion.

Yamaha 01V96i : 51 01v96i IMD

C’est extrê­me­ment propre. Rappe­lez-vous que ce signal passe par les conver­tis­seurs de la RME, ceux de la Yamaha et par le préam­pli micro de la 01v96i.

Ensuite, nous appliquons une compres­sion de 6 dB à la sinu­soïde de 1 kHz. L’at­taque et le relâ­che­ment sont au mini­mum. Le ratio au maxi­mum et le knee en mode Hard. Tout d’abord sa struc­ture harmo­nique puis ses courbes dyna­miques durant une seconde de compres­sion.

Yamaha 01V96i : 52 thd comp 6dBs at rel min, ratio inf, codo hard

 

Yamaha 01V96i : 53 din at min rel min R max, hard

Les temps d’ac­tion sont très rapides, se réduisent à partir de la première moitié du cycle et avec à peine quelques milli­se­condes de relâ­che­ment, mais le compres­seur opère de façon instable, ce qui contri­bue gran­de­ment au chan­ge­ment du son. Nous pouvons corro­bo­rer ce fait si, au lieu d’une sinu­soïde nous en envoyons deux, l’une à 1 kHz et l’autre à 1 220 kHz :

Yamaha 01V96i : 54 IMD comp 6dBs at rel min, ratio inf, codo hard

Puis nous réglons les temps à 5 milli­se­condes pour l’at­taque et 29 ms pour le relâ­che­ment :

Yamaha 01V96i : 55 thd comp 6dBs at 5 rel 29, ratio inf, codo hard

 

Yamaha 01V96i : 56 din at 5 rel 29 R max, hard

 

Yamaha 01V96i : 57 IMD comp 6dBs at 5 rel 29, ratio inf, codo hard

Comme nous nous y atten­dions, avec des temps plus lents, le compres­seur réagit de façon plus stable, et donc plus propre­ment.

Nous suppri­mons les sinu­soïdes et lançons un balayage auquel nous appliquons un filtre d’éga­li­sa­tion avec les réglages suivants : 1 kHz, Q à 0,7 et –6 dB de gain. Voici ce qui s’af­fiche à l’écran de la console :

Yamaha 01V96i : 58 Eq 01v96i

Voici ce qu’il se passe :

Yamaha 01V96i : 59 Eq, 1KHz, Q 0,7, 6dBs

Résumé des tests

Faisons un bref réca­pi­tu­la­tif des analyses.

  • Allen & Heath Qu-16 : c’est la plus silen­cieuses et son compres­seur est le plus lent
  • Behrin­ger X32 Produ­cer : c’est la plus bruyante, mais son compres­seur est presque aussi rapide que celui de la Yamaha 01v96i
  • PreSo­nus Studio­Live 16.4.2 AI : elle est quasi­ment aussi bruyante que la X32, mais ses préam­plis sont ceux qui nous avons le plus aimés. Elle dispose d’un compres­seur avec surcom­pres­sion de style optique variable avec des temps mini­maux. Son égali­sa­tion est très limi­tée, tant par son nombre de fréquences de coupure que par sa capa­cité de contrôle de la largeur de bande.
  • Yamaha 01v96i : elle est aussi silen­cieuse que la Qu-16. Elle possède les préam­plis les plus propres et le compres­seur le plus rapide de notre compa­ra­tif, même si elle a un son plus “brut” dans ce dernier mode.

Les Alter­na­tives

Ces quatre mêmes marques offrent déjà une série de modèles alter­na­tifs très inté­res­sants aux quatre consoles testées, et dans les mêmes gammes de prix. Allen & Heath propose la QU-PAC — en gamme légè­re­ment infé­rieure — avec 16 préam­plis et ne pesant que 6,6 kg grâce à son format rack. Un peu au-dessus, la grande soeur de la Qu-16 et riva­li­sant avec la Behrin­ger X32, on trouve la Qu-24 avec 24 préam­plis micro. Et au-dessus encore se trouve la Qu-32.

Behrin­ger, pour sa part, débute égale­ment — dans la four­chette de prix testée — avec une console en rack, la X32 Rack, qui comprend 16 préam­plis et pèse 6,5 kg. Puis vient la X32 Produ­cer testée ici, suivie de la X32 Compact et, venant se placer en haut de la gamme, la X32.

PreSo­nus en fait de même avec une autre console au format rack, la RM16AI — évidem­ment, avec 16 préam­plis. Elle est un peu plus lourde que ses compé­ti­trices, avec ses 8,7 kg. Puis vient la RM32AI, la 24.4.2 AI au format table et enfin la 32.4.2AI.

Yamaha par contre a toujours proposé une gamme de produits infé­rieure, ce qui l’a poussé cette année à présen­ter la TF-1, une console de 16 préam­plis, 16 bus de sortie et au format très compact. La série conti­nue avec la TF-3, avec 24 préam­plis et la TF-5 qui en compte 32.

De nombreuses autres options existent égale­ment chez d’autres fabri­cants : Phonic, Tascam, Sound­craft, QSC, Line 6, Mackie, Roland et même Midas offrent des alter­na­tives. Pour que vous puis­siez les compa­rer, nous vous avons d’ailleurs préparé un tableau que vous pouvez égale­ment télé­char­ger au format PDF.

Et main­te­nant ? Que nous réserve le futur ?

La lutte est telle dans ce segment de marché que même le format console/table en soi semble être en train d’évo­luer. À une époque ou la majeure partie des profes­sion­nels du son disposent d’un  iPad ou d’un smart­phone haut de gamme, il semble assez logique d’en­vi­sa­ger l’op­tion de pouvoir conver­tir les consoles au format rack et faire que les écrans tactiles de nos appa­reils mobiles en deviennent les inter­faces, étant entendu qu’il est néces­saire de main­te­nir la latence sonore au mini­mum, un retard dans les commandes de réglage, néan­moins, étant plus accep­table. Nous enten­dons par là que 10 milli­se­condes de retard entre les entrées et les sorties d’une console de mixage n’est pas viable, mais l’on pourra suppor­ter un retard iden­tique, voire supé­rieur, dans la réponse à nos actions.

Les nouvelles tech­no­lo­gies de connexion entre les équi­pe­ments nous ouvrent la possi­bi­lité d’en­vi­sa­ger de mixer un évène­ment direc­te­ment depuis notre studio, à des dizaines, voire des milliers de kilo­mètres de distance. Nous devrions juste avoir besoin que le proces­seur soit près de l’évè­ne­ment, et accep­ter un certain retard dans les commandes, comme cela se passe avec les drones aéro­nau­tiques. Le dispo­si­tif exécu­tant sur place, le donneur d’ordres n’im­porte où.

Voici donc les possi­bi­li­tés, qui me font penser que le format console des tables de mixage numé­rique de gamme moyenne-basse pour­rait être quelque chose de tempo­raire, tout comme le fut le mini­disc, la disquette et même le CD. Nous verrons…

Mais de plus, tout comme nous sommes en train d’as­sis­ter à de surpre­nants chan­ge­ments dans les formats de stockage de l’au­dio — je me réfère ici au retour du vinyle et de la cassette — on pour­rait voir dans les années à venir des mouve­ments inat­ten­dus dans le monde des consoles de mixage, et ce à cause de la complexité des compor­te­ments humains.

Ainsi, j’ima­gine une scène sur laquelle il y aurait une très grande variété de formats de consoles de mixage, et les suivantes pour­raient être les plus deman­dées :

Un proces­seur au format rack contrôlé par un écran tactile via un réseau sans fil, offrant ainsi un système léger, effi­cace et écono­mique.

De grandes tables numé­riques pour les plus gros évène­ments. Toutes les solu­tions dans une machine avec une inter­face déve­lop­pée.

Les consoles analo­giques de toujours, qui offrent un accès immé­diat à toutes les fonc­tions et aides par le biais d’ou­tils numé­riques de trai­te­ment et d’ana­lyse avec des écrans de contrôle tactiles, dans un système plus coûteux, plus gros et plus complexe à monter, mais aussi plus créa­tif et ouvert aux besoins de chaque tech­ni­cien.

Et je me rappelle quand, à la fin des années 90, je fis face au grand chan­ge­ment supposé que fut le passage aux consoles numé­riques. Et je me rappelle aussi les grands avan­tages que ces consoles présen­taient : la possi­bi­lité de sauve­gar­der le mix — une chose très impor­tante lors de concerts avec plusieurs groupes — la taille réduite et le mini­mum de montage.

En réponse à ces argu­ments de l’époque, je dirais qu’aujour­d’hui, avec l’évo­lu­tion des appa­reils photo numé­riques, il est beau­coup plus facile de rappe­ler un mix sur un système analo­gique qu’il y a 20 ans, la première raison a donc en partie perdu sa force, et je suis convaincu que les grandes dimen­sions et le poids des systèmes analo­giques — conjoin­te­ment aux fasti­dieux bran­che­ments — peuvent et pour­ront encore être opti­mi­sés.

Alors que nous sommes actuel­le­ment contraints de revoir les devis pour les évène­ments à la baisse, il est diffi­cile d’ima­gi­ner retour­ner à ces systèmes analo­giques. Mais nous pouvons espé­rer que cette situa­tion écono­mique ne durera pas indé­fi­ni­ment, et que nous rever­rons des produc­tions avec plus de moyens et des contrôles analo-numé­riques. Et, tout comme la majeure partie des batteurs conti­nuent de jouer sur de vraies batte­ries et non des modules et des pads, tout comme les saxo­pho­nistes conti­nuent de jouer avec de vrais saxo­phones et pas sur des contrô­leurs MIDI, tout comme les pianistes — quand ils le peuvent — jouent sur des pianos et non des claviers, il me semble que, n’im­porte quel tech­ni­cien digne de ce nom, devrait préfé­rer une table analo­gique haut de gamme à n’im­porte quel contrô­leur numé­rique.

Conclu­sion

Comme toujours, chaque produit a sa raison d’être, et si un produit devait être large­ment meilleur que les autres, avec le temps il reste­rait le seul sur le marché. Par consé­quent, et compte tenu de la complexité de cet article, je préfère faire un rapide résumé et que chacun décide si l’une de ces tables de mixage convient ou non à ses besoins, et dans quelle mesure elle y répond.

Allen & Heath Qu-16

Ses points forts sont son écran tactile qui permet une inter­ac­tion très fluide, aidée par ses 20 boutons rota­tifs et ses dimen­sions réduites. En points néga­tifs, son archi­tec­ture fermée ne permet pas son expan­sion, et son prix.

Behrin­ger X32 Produ­cer

Ses capa­ci­tés d’ex­ten­sion sont très impor­tantes grâce à ses cartes d’ex­pan­sion, même si le son de ses préam­plis est proba­ble­ment ce qui nous a le moins plu et que son bruit de fond est le plus élevé de ce compa­ra­tif. Son écran couleur et ses 18 rota­tifs permettent un bon contrôle, ses nombreux effets — que nous n’avons pas testés — et son prix le plus attrac­tif du compa­ra­tif, sont autant de points en sa faveur.

PreSo­nus Studio­Live 16.4.2 AI

Avec son écran plus petit, cette table est pensée pour être utili­sée quasi­ment comme une console analo­gique, grâce à ses 51 contrôles rota­tifs. Elle est la plus légère du compa­ra­tif et ses préam­plis micro sont ceux que nous avons le plus aimés des quatre consoles testées.

À sa défa­veur, on note un écran limité, le contrôle manuel des préam­plis micro, un proces­seur audio qui n’est pas à la hauteur des autres et l’ab­sence d’ef­fets autres que la réverbe et le délai.

Yamaha 01v96i

Elle est celle qui propose le moins de préam­plis, elle est aussi la plus ancienne — raison pour laquelle elle est deve­nue une réfé­rence. À l’ins­tar de la 16.4.2 AI, elle ne propose pas de contrôle numé­rique des préam­plis micro et les contrôles de ces derniers sont très petits. Un écran réduit et 24 rota­tifs qui ont besoin d’une grande plage d’ac­tion pour faci­li­ter les opéra­tions complètent le descrip­tif.

Le côté posi­tif, c’est la plus maniable, ses capa­ci­tés d’ex­ten­sion sont grandes grâce à ses cartes d’ex­pan­sion. C’est aussi la plus silen­cieuse des quatre, celle qui a le son le plus propre, bien que l’on note une légère touche “nasale” ou “plas­tique”.

À propos des consoles compactes en géné­ral

Pour termi­ner, je pense que ce type de produit — la console de mixage numé­rique compacte — est haute­ment recom­man­dable aux orchestres de bal, de préfé­rence à ceux qui tournent avec un tech­ni­cien, ou aux entre­prises orga­ni­sa­trices de spec­tacles qui ont besoin d’un montage rapide et d’un volume réduit. Je ne vois pas ce type de produit dans des studios d’en­re­gis­tre­ment, le trai­te­ment de l’au­dio n’est pas à la hauteur des des plug-ins les plus raffi­nés, ni bien entendu du maté­riel dédié. Je ne les conseille pas non aux groupes amateurs ni débu­tants car elles peuvent être complexes à utili­ser.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.