Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Brass Collection
Photos
1/16

Test Native Instruments Brass Collection

Ensemble d'instruments à vent virtuel de la marque Native Instruments appartenant à la série Symphony

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 499 € TTC
Ça brasse sévère ?
6/10
Partager cet article

Il fallait s’y attendre : après plusieurs approches des banques de cordes, Native Instruments se devait d’attaquer le reste de l’orchestre. En association avec Soundiron, l’éditeur propose ainsi les Symphony Series - Brass Ensemble et Symphony Series - Brass Solo. Le marché étant déjà très occupé, quels sont les atouts de ces deux bibliothèques ?

Cela fait quelque temps que l’édi­teur Native Instru­ments s’in­té­resse à l’or­chestre virtuel, et notam­ment au haut de gamme du genre. D’abord, les posses­seurs de Kontakt (depuis la version 2) n’au­ront pas manqué de remarquer la prove­nance des sons orches­traux : il s’agit de versions adap­tées des instru­ments de la Vienna Sympho­nic Library, première biblio­thèque à offrir autant de contenu avec autant d’exi­gence tech­nique et artis­tique (lancée en 2003 après une occu­pa­tion marke­ting de presque un an, l’Orches­tral Cube et le Perfor­mance Set offrait 94 Go d’échan­tillons sur 14 DVD, pour Gigas­tu­dio puis exs24 mkII, en atten­dant la Pro Edition puis le Sympho­nic Cube).

Ensuite, et sans comp­ter les produits créés par les éditeurs utili­sant la plate­forme Kontakt (et ils sont légion), Native s’est asso­cié avec diffé­rents créa­teurs de biblio­thèques afin de produire des solu­tions mettant l’ac­cent sur les phrases ou les figures plus ou moins ryth­miques (osti­na­tos et autres), comme Action Strings, ou Emotive Strings, toutes deux résul­tant de la colla­bo­ra­tion avec Sonus­core, ou encore Session Strings Pro, dont l’orien­ta­tion est plus celle d’une banque clas­sique (avec diverses arti­cu­la­tions plutôt que des phrases), même si l’Ani­ma­tor lui donnait des possi­bi­li­tés d’os­ti­nato (que l’on peut, rappe­lons-le, produire en utili­sant les scripts d’usine Arpe­gia­tor et Huma­ni­zer), banque cette fois déve­lop­pée avec e-instru­ments (aussi respon­sable pour Native des Session Horns et Session Horns Pro).

Il semblait natu­rel que les autres parties de l’or­chestre suivent. Ou bien initient une nouvelle collec­tion ? Car aucune des précé­dentes banques de l’édi­teur ne s’ap­pelle Symphony Series. On peut donc suppo­ser que ces deux premières livrai­sons ne sont que le début d’un orchestre virtuel signé Native. Enfin presque, car l’édi­teur s’est une fois de plus asso­cié à un autre éditeur, et cette fois-ci pas des moindres (non par la taille, mais par la qualité des produits), puisqu’il s’agit de Soun­di­ron (voir tests sur AF ici), l’une des deux socié­tés créées après la scis­sion de Tone­ham­mer (voir tests ici), la deuxième étant 8DIO (voir tests ici). Soun­di­ron, donc, la société diri­gée par Mike Peas­lee, a travaillé deux ans avec Native, et passé plus de 50 heures d’en­re­gis­tre­ment dans son église préfé­rée (Saint Paul, à San Fran­cisco, dont on retrouve l’acous­tique dans de nombreux produits de l’édi­teur, soit lors d’en­re­gis­tre­ment, soit sous forme de réponses impul­sion­nelles pour réverbes à convo­lu­tion) afin de produire une banque d’en­sembles et une d’ins­tru­ments solistes, pour obte­nir une section de cuivres compre­nant 37 instru­ments en quatre pupitres de huit joueurs plus cinq solistes. On décor­tique tout ça…

Intro­du­cing Native Instru­ments Symphony Series – Brass Ensemble et Symphony Series – Brass Solo

On peut acqué­rir les banques sépa­ré­ment (399 euros pour l’En­semble, 299 pour la Solo) ou en bundle (499 euros), chez Native Instru­ments ou chez Soun­di­ron (à noter qu’à l’heure de la rédac­tion de ce test, l’achat revient moins cher chez Soun­di­ron, mais les taux de change évoluent rapi­de­ment dans tous les sens…). On télé­char­gera les fichiers grâce à deux gestion­naires de télé­char­ge­ment indi­vi­duels, en s’ar­mant de patience, l’En­semble annonçant un poids de 27,1 Go, le Solo de 17,6 Go et en choi­sis­sant un télé­char­ge­ment simple (la solu­tion si on installe les biblio­thèques sur un autre ordi) ou un télé­char­ge­ment plus instal­la­tion. La banque une fois instal­lée pèse plus de 47 Go, Native utili­sant son format compressé .nkw, cela corres­pond, selon l’édi­teur, à un peu plus de 70 Go d’échan­tillons non compres­sés.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.4
Symphony Series – Brass Ensemble
Symphony Series – Brass Solo
Kontakt 5.5.0.409
Logic Pro X 10.1.1

La procé­dure d’au­to­ri­sa­tion fait toujours appel au Service Center de l’édi­teur, direc­te­ment, ou en passant par le bouton Acti­vate de l’in­ter­face de Kontakt, dans l’on­glet Libra­ries (puisque les deux banques s’ins­tallent en tant que telles). Les banques peuvent être utili­sées ave la version complète de Kontakt et le Kontakt Player (tous deux à partir de la version 5.5).
Les moyens mis en œuvre pour l’en­re­gis­tre­ment des biblio­thèques sont détaillés sur cette page pour l’En­semble et celle-ci pour le Solo (nombre d’ins­tru­men­tistes par pupitre, etc.).

Les arti­cu­la­tions, c’est up !

L’or­ga­ni­sa­tion des banques est la même pour les deux produits, quatre dossiers, Trum­pets, Horns, Trom­bones et Tubas (et donc au singu­lier), plus un programme à part, Brass Ensemble (dans… Ensemble) et Brass Quar­tet (dans Solo). Les programmes .nki sont eux aussi quasi semblables d’une biblio­thèque à l’autre, du moins par leur hiérar­chie et leurs noms. Tous les dossiers comportent un programme global au nom de l’ins­tru­ment, puis des arti­cu­la­tions sépa­rées, Effects, Expres­sion, Legato, Stac­cato et Sustain, elles-mêmes incluant des varia­tions (cres­cendo, decres­cendo, flut­ter tongue, Mute, etc.). Seul le dossier Horns de la banque Solo comprend le double (à l’ex­cep­tion des Effects), puisque l’édi­teur a prévu deux cors diffé­rents. Après, le contenu de chaque programme change en fonc­tion de l’ins­tru­ment. On trou­vera le détail de toutes les arti­cu­la­tions sur cette page pour l’En­semble, sur celle-ci pour le Solo.

Native Instruments Symphony Series - Brass

Saluons pour commen­cer la qualité de l’in­ter­face graphique, très réus­sie, et celle de son ergo­no­mie, qui parle immé­dia­te­ment à l’uti­li­sa­teur sans deman­der à passer des heures dans un mode d’em­ploi touffu. Bien sûr, ce dernier est souvent néces­saire, mais il pour­rait être acces­soire si certains déve­lop­peurs ne rendaient plus complexe que de raison la présen­ta­tion de leurs outils (sans comp­ter que ledit mode d’em­ploi n’est pas forcé­ment traduit en français).

On dispose donc pour chaque programme d’un master Stereo, et de prises Close, Mid et Far, que l’on peut acti­ver, désac­ti­ver et mixer selon ses envies et besoins. L’in­ter­face est orga­ni­sée en plusieurs onglets, Perfor­mance et Mixer (les programmes Brass Ensemble et Quar­tet offrent un onglet supplé­men­taire, Ensemble dans lequel on défi­nira la tessi­ture avec super­po­si­tion ou non, et le volume global de chaque instru­ment). Perfor­mance présente d’abord un gros rota­tif qui permet de gérer la dyna­mique via la molette de modu­la­tion (par défaut, mais on peut assi­gner ce que l’on veut).

Voici un exemple de cres­cendo effec­tué via ce réglage sur les Horns Sustain en ensemble, puis en Flut­ter Tongue (tous les exemples audio, sauf préci­sion contraire, utilisent le prémix Stereo).

00:0000:00
Native Instruments Symphony Series - Brass

La progres­sion est régu­lière entre les couches d’échan­tillons (selon les instru­ments, p, mp, mf, f et ff), l’échan­tillon de relâ­che­ment est déclen­ché à la bonne vélo­cité. Le Flut­ter par contre n’uti­lise qu’une seule couche d’échan­tillon, et est de fait moins réussi.

Trois réglages permettent ensuite de modi­fier l’en­ve­loppe dyna­mique de volume, via les para­mètres Attack, Release (permet­tant de dimi­nuer gran­de­ment la réso­nance natu­relle du lieu d’en­re­gis­tre­ment, parfois trop présente sur les enre­gis­tre­ments Close, comme on l’en­ten­dra dans l’exemple suivant), Tight­ness (pour déca­ler le point de lecture de l’échan­tillon). Le quatrième, Motion (ou Vibrato selon les programmes), apporte vibrato et tremolo (simu­lés) au son.

Voici quelques exemples autour du para­mètre Release sur la Trum­pet Sustain Solo, avec vibrato sur la tenue. La prise de son choi­sie est Close.

00:0000:00

Ensuite, on sélec­tion­nera et program­mera les arti­cu­la­tions que l’on choi­sit via KeyS­witches (ou via contrô­leur MIDI). Car la bonne nouvelle est que l’on peut program­mer son propre Set d’ar­ti­cu­la­tions, à choi­sir grâce à l’Ar­ti­cu­la­tion Slot Setup. Non seule­ment on défi­nit l’ordre pour les huit slots four­nis, mais on peut aussi pré-régler les volumes via un rota­tif indi­vi­duel, ainsi que la plage de réponse à la vélo­cité, afin de garan­tir l’ho­mo­gé­néité dyna­mique en passant de l’une à l’autre. Ne reste plus qu’à sauve­gar­der le programme sous le nom désiré. Bien vu.

Des réglages à tous les étages

Native Instruments Symphony Series - Brass

Parmi les réglages propo­sés, on trouve les options du legato (inter­valles réel­le­ment enre­gis­trés, et donc legato non simulé). Response permet d’ac­cé­lé­rer ou ralen­tir la tran­si­tion entre les notes, Solo ne permet­tra de jouer qu’une note à la fois, mais si Duet est dispo­nible, on pourra alors avoir deux voix legato à condi­tion que l’in­ter­valle entre les notes des voix distinctes soit de six demi-tons. Certains programmes offrent un bouton Flip (le legato entendu est celui de l’in­ter­valle joué, effet assez peu marqué dans la biblio­thèque, à ne pas confondre avec un glis­sando), qui bascule en mode Slur (le legato est un effet de chro­ma­tisme iden­tique pour chaque inter­valle, par exemple quatre demi-tons, procédé utili­sant appa­rem­ment un déclen­che­ment via ficher MIDI sauf pour les Trum­pets et Trom­bones). Sur les Horns, la diffé­rence entre les deux modes :

00:0000:00

Autre réjouis­sance, les répé­ti­tions (souve­nir du Perfor­mance Tool de la VSL…) ; selon les instru­ments, on pourra sélec­tion­ner le nombre de répé­ti­tions (le mode Run permet une répé­ti­tion tant que la note est main­te­nue), la vitesse (en divi­sion ryth­mique) et parfois une accen­tua­tion (sur la première ou la dernière répé­ti­tion).

Quelques exemples :

00:0000:00

On dispose aussi du Round Robin, qui offre entre deux et huit échan­tillons afin d’évi­ter l’ef­fet mitraillette, parti­cu­liè­re­ment utile pour les arti­cu­la­tions courtes. Ici sur les Trom­bones Stac­cato (quatre groupes d’échan­tillons diffé­rents par plage de vélo­cité).

00:0000:00
Native Instruments Symphony Series - Brass

Autre para­mètre, dispo­nible notam­ment pour les trilles, Play­back, avec Natu­ral (lecture à la vitesse d’ori­gine), Sync (dépen­dant du tempo de l’hôte, avec time stretch) et Varis­peed (réglage manuel) à asso­cier avec Speed. 

Le Progress Indi­ca­tor permet de visua­li­ser la progres­sion des arti­cu­la­tions Expres­sion (repré­sen­ta­tion des sfor­zan­dos, pfp, etc.).

L’on­glet Perfor­mance permet l’ac­ti­va­tion des diffé­rentes prises de son, de Stereo, un prémix, à Close (micros placés à 1,5 m), Mid (à 8 m) et Far (à 23 m), chacune dotée de son fader de volume et offrant une largeur stéréo de plus en plus grande en fonc­tion de l’éloi­gne­ment. Excel­lente idée, on peut sauve­gar­der le mix d’un instru­ment, pour le char­ger dans un autre ensemble afin de rester cohé­rent, via un clic dans le menu dédié.

Sont ensuite inté­grés l’EQ trois bandes (deux semi, un para­mé­trique, même si on peut régler le facteur Q en rentrant en mode édition dans Kontakt), la réverbe à convo­lu­tion, un filtre réso­nant (un deux pôles, que l’on peut rempla­cer aisé­ment si on le souhaite) et un compres­seur (le Solid Bus), tous dotés d’un bouton d’ac­ti­va­tion.

Voici un exemple d’en­semble selon les trois pers­pec­tives sonores, puis en n’uti­li­sant que le prémix Stereo (les volumes sont ceux d’ori­gine).

00:0000:00

Bilan

On retrouve à la fois le savoir-faire de Soun­di­ron et celui de Native dans ces deux biblio­thèques. La qualité du son, celle de la program­ma­tion (montage, édition, bouclages, cross­fades, keys­witches, etc.) sont de très bonne qualité, et les deux produits offrent une solu­tion inté­res­sante, surtout si on achète l’en­semble d’un coup. Évidem­ment, la concur­rence est rude : sur les ensembles, Symphony Brass joue à jeu égal avec la plupart des solu­tions d’autres éditeurs comme East­West ou VSL, sans atteindre la richesse et le détail de la série BML de Spit­fire Audio (qui, certes, n’est pas du tout au même tarif…) et sous réserve d’ar­ri­vée du Bravura d’Im­pact Sound­Works et des Berlin Brass qui doivent être dans les tuyaux d’Or­ches­tral Tools. Les Solo de leur côté sont à peu près à égalité avec la plupart des éditeurs déjà cités, mais la réfé­rence reste toujours les instru­ments produits par Sample­Mo­de­ling, uniques en leur genre et conçus pour être joués de façon très directe, avec un mini­mum de program­ma­tion.

L’un des prin­ci­paux défauts de la biblio­thèque dans son ensemble est l’ab­sence de divisi : huit instru­men­tistes, ça sonne, mais dès que vous voulez deux voix, ça se trans­forme en seize instru­men­tistes (voir la gros­seur peu natu­relle de l’exemple en ensemble). Car quasi aucun orchestre n’est composé d’au­tant de musi­ciens par pupitre : si l’on peut parfois comp­ter jusqu’à huit cors (chez Mahler, par exemple), trom­pettes et trom­bones sont géné­ra­le­ment au nombre de quatre, plus un trom­bone basse, et un voire deux tubas… Peut se poser alors un sérieux problème de masse orches­trale, qu’il sera diffi­cile d’évi­ter puisque l’édi­teur n’offre pas de solu­tion, sauf à utili­ser les solistes, mais surviennent alors les habi­tuels problèmes de phase.

L’autre problème à noter est la produc­tion plus ou moins aléa­toire d’ar­te­facts sonores lors d’uti­li­sa­tion du time stretch pour la synchro au tempo. Il vaudra alors mieux faire un bounce à la vitesse d’ori­gine, puis utili­ser un logi­ciel perfor­mant, en interne ou en externe à la STAN. Et si l’acous­tique de Saint Paul est belle, on peut lui repro­cher d’être trop présente dans les prises de son Close. Enfin, il manque parfois de brillance et de pêche dans la dyna­mique la plus forte des instru­ments, on s’at­ten­drait à plus de cuivré.

Mais il ne faut pas bouder non plus son plai­sir, et les produits sont plutôt agréables à utili­ser, même s’ils ne sont pas la pana­cée en la matière, ce qu’ils ne prétendent pas être non plus. On produira très faci­le­ment de belles tenues ou évolu­tions dyna­miques. Les phra­sés très ryth­més seront en revanche un peu plus diffi­ciles à recréer. Les démos audio sur le site de l’édi­teur montrent les possi­bi­li­tés des banques, avec leurs quali­tés. Et leurs défauts.

Télé­char­gez les fichiers sonores (format AIFF)

  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass
  • Native Instruments Symphony Series - Brass

 

6/10
Points forts
  • Conception
  • Réalisation
  • Qualité de la programmation
  • Cohérence sonore
  • Nombre d’articulations
  • Round Robin, Rep, Flip ou Slur
  • Deux banques séparées
  • Prix du bundle
  • Intégration avec les claviers Kontrol S-Series
Points faibles
  • Pas de divisi
  • Problème de masse orchestrale dû aux huit joueurs par pupitre
  • Problèmes de clics et parasites lors d’utilisation du time stretch en synchro
  • Manque parfois de cuivré dans les fff
  • Certaines articulations peu convaincantes
  • Quelques bouclages un peu rêches
  • Empreinte du lieu assez présente en Close

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.