Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Session Horns
Photos
1/25

Test Native Instruments Session Horns

Ensemble d'instruments à vent virtuel de la marque Native Instruments appartenant à la série Session Horns

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 99 € TTC
Bien faire les cuivres...

Nouvel ajout de Native à sa gamme pléthorique de produits, Session Horns, offrant à la fois les sons échantillonnés d’une section de cuivres et des phrases correspondant à divers styles musicaux. Pour quel résultat ?

Parmi les instru­ments réels propo­sés sous forme d’échan­tillons pour sampleurs (autre­fois hard­ware, main­te­nant majo­ri­tai­re­ment virtuels, même si l’on peut remettre en cause l’ap­pel­la­tion pour cause de non-échan­tillon­nage réel, fin de l’in­cise et de la paren­thèse, ouf) ou d’ins­tru­ments à base de modé­li­sa­tion, les cuivres ont eu droit à de nombreuses propo­si­tions, peut-être pas autant que d’autres instru­ments ou pupitres/sections, mais en nombre suffi­sam­ment élevé pour offrir le choix aux musi­ciens et compo­si­teurs en recherche de ce type de sono­ri­tés. L’orien­ta­tion « section de cuivres » moderne (c’est-à-dire hors du domaine de l’or­chestre clas­sique) resserre un peu le champ des solu­tions, même si l’on se souvient (atten­tion, précau­tion : « fut un temps », « sous réserve d’ou­blis », « liste non exhaus­tive »…) des Memphis Horns d’Ilio, Killer Horns de Best Service, Killer Brass de Sound­Scan, Horns Pro Complete de Chris Hein, Broad­way Big Band ou Lites de Fable Sound, First Call Horns, Funk Soul Horns ou Mojo de Big Fish Audio, Phan­tom Horns de Zero-G, Brit Horns par AMG, de l’éphé­mère Brass d’Ar­tu­ria, etc. Certaines des biblio­thèques citées ci-dessus sont encore utili­sées par des compo­si­teurs, prin­ci­pa­le­ment les phrases toutes faites (mouli­nées ou non au pitch-shift et au time-stretch), toujours plus réalistes que les phrases conçues à partir d’échan­tillons note à note. On mettra volon­tai­re­ment à part (pour le moment) ce qui consti­tue à mon avis actuel­le­ment la meilleure des solu­tions virtuelles, les diffé­rents instru­ments de Sample Mode­ling (The Trum­pet, The Sax Brothers, The Trom­bone).

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.6.8
Session Horns 1.0
Kontakt 5.0.3.5812
Logic 9.1.8

La colla­bo­ra­tion entre Native Instru­ments et e-instru­ments a déjà porté ses fruits, avec Session Strings puis Session Strings Pro (peut-on déjà imagi­ner un Session Horns Pro ? Si c’est le cas, c’est un peu bas, comme procé­dé…). Voici donc leur nouvel effort, Session Horns, propo­sant une section consti­tuée d’un trom­bone, d’un sax ténor et de deux trom­pettes, avec à la fois un système de recon­nais­sance d’ac­cords avec phrases pré-program­mées et un programme avec échan­tillons et diverses arti­cu­la­tions permet­tant de complé­ter les phrases d’usine, voire de créer les siennes propres.

Intro­du­cing Native Instru­ments Session Horns

Native Instruments Session Horns

Dispo­nible unique­ment au télé­char­ge­ment, la biblio­thèque est vendue 99 euros (TTC) compa­tible Kontakt et Kontakt Player à partir de la version 5, donc pour Mac et PC, pèse 3,8 Go (à l’ori­gine 4,9 Go passés à la compres­sion native de Nati­ve…). La routine de char­ge­ment, instal­la­tion et auto­ri­sa­tion reste celle habi­tuelle, cette dernière s’ef­fec­tuant par l’in­ter­mé­diaire du Service Center. Les carac­té­ris­tiques et compa­ti­bi­li­tés sont donc celles de Kontakt 5 que l’on ne rappel­lera pas, sauf à dire que l’on peut du coup utili­ser Session Horns sous forme d’ap­pli­ca­tion auto­nome et plug-in. On trou­vera deux programmes .nki, Session Horns – Perfor­mance, regrou­pant les phrases et système de recon­nais­sance d’ac­cords, et Session Horns – Single Arti­cu­la­tion, qui fait ce que son nom indique. La docu­men­ta­tion four­nie est assez complète, mais unique­ment en anglais, ce qui (re)devient une habi­tude que l’on peut dénon­cer (je ne sais plus trop où l’on en est d’un point de vue obli­ga­tion légale, vu l’achat déma­té­ria­lisé dans un pays étran­ger), tout le monde ne pratiquant pas (plus ou moins) couram­ment cette langue.

Blood, Sweat and Tips

Native Instruments Session Horns

Premier programme, Single Arti­cu­la­tion donne à l’uti­li­sa­teur la possi­bi­lité de program­mer des phrases note à note, et offre deux onglets, Main et Sound. Le premier donne accès à la façon de contrô­ler la dyna­mique, soit par le CC#11 (Expres­sion) soit par la vélo­cité (selon trois choix de courbe). Plus impor­tants, en haut de l’in­ter­face, deux menus jouent un rôle consi­dé­rable sur le son de la biblio­thèque : à gauche, on choi­sit la compo­si­tion de la section, de l’en­semble complet à une réduc­tion à deux ou trois instru­ments, selon sept varia­tions et avec indi­ca­tion visuelle des instru­ments inac­tifs. Un sous-menu offre les diverses arti­cu­la­tions, de Sustain à Doits, en passant par Rip, Grace Note, FoPiCre (Forte piano cres­cendo, dont une version s’adap­tant au tempo de l’hôte/appli­ca­tion grâce à Time­Ma­chine Pro), Grace Note, etc. (12 arti­cu­la­tions diffé­rentes en tout).

Inti­me­ment lié aux premiers menus, ceux placés à la droite de l’in­ter­face, d’abord Voicing Assis­tant puis Octave. Le premier est fonda­men­tal, puisqu’il permet de faire sonner la section via quatre choix : d’abord, le mode Poly­pho­nic (le moins réaliste, si l’on plaque un accord de quatre sons, cela donne douze cuivres, chaque note déclen­chant les quatre instru­ments). Ici cette suite d’ac­cords donne une impres­sion de fanfare :

00:0000:00

Alors qu’en utili­sant le mode Smart Voice Split (une répar­ti­tion auto­ma­tique sur les divers instru­ments des notes en fonc­tion de leur hauteur), on arrive tout de suite à appro­cher ce que l’on recherche au départ (arti­cu­la­tion Soft Sustain dans les deux exemples).

00:0000:00

Mapping, sampling et trucs

Le programme Single Arti­cu­la­tion contient 172 groupes, un par arti­cu­la­tion/instru­ment plus tous les échan­tillons legato (les inter­valles ont réel­le­ment été enre­gis­trés et ne sont pas simu­lés). On dispose de quatre échan­tillons de vélo­cité au maxi­mum, ce qui explique certains passages un peu abrupts via un contrô­leur continu et un seul pour certaines arti­cu­la­tions (Rip, etc.). Les Sustain sont bouclés, sans clics, mais le loop est parfois audible, même si c’est après un certain nombre de secondes. Corol­laire, on entend parfois plus clai­re­ment une triangle/dent-de-scie qu’un ensemble de cuivres. Mais c’est là l’une des diffi­cul­tés majeures de l’en­re­gis­tre­ment de cuivres.
En fouillant un peu, on s’aperçoit que des filtres LP ont aussi été placés ici et là sur le chemin de l’au­dio, leur ouver­ture agis­sant en fonc­tion de la vélo­cité (directe clavier ou via CC Midi). Cela s’en­tend parfois…

Deux modes supplé­men­taires sont dispo­nibles, mais unique­ment pour l’ar­ti­cu­la­tion Sustain, Legato (tous les instru­ments sont joués sur une note, avec legato mono­pho­nique, pratique pour des trilles par exemple) et Chord + Legato (on peut jouer un accord, et les notes rajou­tées seront inter­pré­tées legato). Autant dire que le Smart Voice Split, et le Legato seront les modes les plus utili­sés, car les plus réalistes. On regrette d’ailleurs de n’avoir pas accès dans le menu Section Setup aux instru­ments sépa­rés (mini­mum deux) de façon à pouvoir placer la voix supé­rieure par-dessus les trois autres instru­ments (voir cepen­dant enca­dré).

Autre réglage inté­res­sant, le menu Drop qui permet de passer à l’oc­tave infé­rieure les première, deuxième ou troi­sième notes (et première et deuxième simul­ta­né­ment) d’un accord joué norma­le­ment, un prin­cipe bien connu des arran­geurs et guita­ristes, par exemple. Dans l’exemple suivant, la suite origi­nale, puis divers renver­se­ments (rappel, c’est le logi­ciel qui trans­pose auto­ma­tique­ment, l’ac­cord joué ne change pas).

00:0000:00

Ça fonc­tionne plutôt bien, et on pourra créer des phrases rela­ti­ve­ment convain­cantes en utili­sant les diffé­rentes arti­cu­la­tions, même si l’on est loin de l’er­go­no­mie et le réalisme des instru­ments virtuels de Sample Mode­ling.

Native Instruments Session Horns

Derniers réglages (que l’on retrou­vera aussi dans Perfor­mance), avec Sound, deux menus, l’un toujours actif et offrant des présets pour la section (Section Mix), agis­sant prin­ci­pa­le­ment sur les rapports des instru­ments entre eux et leur son, l’autre un effet Master FX (avec Bypass), influant sur le son global, avec des recherches plus esthé­tiques, de la satu­ra­tion vintage à des effets d’écho, par exemple. Les résul­tats sont assez fidèles à leur inti­tulé, atten­tion cepen­dant, car EQ, compres­sion (utili­sant les deux émula­tions SSL), satu­ra­tion (modé­li­sa­tion du Fender) seront peut-être à faire en dehors de Kontakt, les présets ici n’étant pas modi­fiables via l’in­ter­face (on peut cepen­dant rentrer en mode édition) et les diffé­rentes approches pouvant être mieux resti­tuées avec d’autres outils. Sans comp­ter le son prédé­fini qui risque de pertur­ber au moment du mixage. Autres para­mètres, Huma­nize, offrant un désac­cord des instru­ments (plutôt utile), Stereo (que j’évite systé­ma­tique­ment, sauf pour rendre mono un son stéréo) et la réverbe à convo­lu­tion habi­tuelle de Kontakt offrant habi­tuelles et (il me semble) nouvelles IR.

Voici quelques exemples, à partir des deux précé­dents :

00:0000:00
Native Instruments Session Horns

Même si ce préset d’ar­ti­cu­la­tions semble avant tout avoir été conçu comme un complé­ment de la partie offrant les phrases, on ne peut pas ne pas mention­ner l’énorme défaut de ce programme : il est impos­sible d’ap­pe­ler les arti­cu­la­tions via KeyS­witches ! Pour un travail plus complet il faudra donc ouvrir dans un Kontakt autant de programmes sur diffé­rents canaux Midi que l’on aura besoin d’ar­ti­cu­la­tions, façon de faire nous rame­nant quelques années en arriè­re…

Cover of Power

Native Instruments Session Horns

Deuxième programme, Perfor­mance va permettre d’uti­li­ser des phrases préen­re­gis­trées, à la façon d’Action Strings, par exemple, sauf que la biblio­thèque utilise ici un script d’har­mo­ni­sa­tion temps réel, comme un arran­geur avec recon­nais­sance d’ac­cords. Trois onglets cette fois-ci, certains repre­nant des réglages et para­mètres déjà abor­dés. Ainsi Sound propose logique­ment les mêmes possi­bi­li­tés, afin d’as­su­rer la cohé­rence sonore entre phrases de la biblio­thèque et celles créées par l’uti­li­sa­teur. Control offre quant à lui le choix concer­nant la vélo­cité, et y ajoute l’ac­tion du Pitch Bend de façon normale, ou sur les Doits/falls en jouant la note ou au relâ­che­ment de celle-ci. Enfin la pédale de sustain peut ici acti­ver l’Ani­ma­tor (les phrases, avec une astuce pour pouvoir jouer des notes par-dessus, voir le manuel) ou Same Note Legato, qui déclenche un échan­tillon diffé­rent afin d’évi­ter l’ef­fet mitraillette lors de répé­ti­tion de notes, en repro­dui­sant plus ou moins le coup de langue joué dans la réalité. D’où la ques­tion : pourquoi diable ne pas l’avoir inclus dans l’autre programme ?

Petit truc

Même si a priori la biblio­thèque n’offre pas de possi­bi­lité d’uti­li­ser les instru­ments en solo, il y a cepen­dant une petite astuce le permet­tant : il suffit de rentrer en mode édition (clic sur la clé de l’in­ter­face), d’ou­vrir la partie Instru­ment Buses ; comme chaque instru­ment béné­fi­cie de son propre Bus (il y en a donc quatre, parfai­te­ment iden­ti­fiés), il suffit alors d’uti­li­ser la fonc­tion Bus Solo, et hop, instant solist…

La page Main regroupe tout ce qui permet d’ex­ploi­ter la biblio­thèque selon une optique temps réel, jeu live. On retrouve les menus dans la partie supé­rieure, quoique diffé­rents : Section Setup offre bien les diffé­rentes confi­gu­ra­tions, mais le sous-menu est cette fois dédié à la sélec­tion d’une arti­cu­la­tion déclen­chée par la vélo­cité (sept choix possibles). Voicing Assis­tant reprend les modes de jeu, du Smart Voice Split au Poly­pho­nic, en y ajou­tant le mode Anima­tor (on y revient tout de suite). Dans l’exemple suivant, on entend d’abord l’ar­ti­cu­la­tion par défaut (Sustain), puis chaque note réat­taquée pour faire entendre l’ar­ti­cu­la­tion via vélo­cité (ici, les Rip) pour finir par les Doits sur le release via le Pitch Bend.

00:0000:00
Native Instruments Session Horns

La partie infé­rieure présente les réglages de gestion des phrases d’abord selon un style géné­rique, RNB/Soul, Pop, Nu-Jazz/Funk, Latin et Reggae. Ensuite via un menu Songs, offrant respec­ti­ve­ment six, neuf, quatre, six et trois ensembles de phrases. On dispose de six phrases par Song, à déclen­cher via KeyS­witch, un menu affi­chant la touche sélec­tion­née, ainsi que la progres­sion de la phrase.

Ces 168 phrases peuvent être lues en boucle, ou en One Shot grâce au premier des boutons Mode, l’autre limi­tant la lecture au rythme, sans les mélo­dies. Le pourquoi de cette dernière fonc­tion est évident dès que l’on aborde des accords plus riches que les simples mineur, majeur, 7M, domi­nante, mineur 7, etc. Par exemple un domi­nante/9+ ne sera pas reconnu, il convien­dra alors de le faire jouer de façon ryth­mique. Ici un Bb7 pour commen­cer avec le phrasé, puis le F7/9+ attendu, mais pas reconnu. Et le même en mode Rhythm Only :

00:0000:00

Ces boutons peuvent être auto­ma­ti­sés via Midi, bien vu. À noter, l’in­ter­pré­ta­tion doit être extrê­me­ment précise, l’Ani­ma­tor se déclen­chant dès la première note. Si l’on ne veut pas de départ dans une tona­lité autre, on pren­dra soin de se caler pile-poil, quitte en cas de program­ma­tion à quan­ti­ser, ce qui n’af­fec­tera que la recon­nais­sance d’ac­cord, le timing des cuivres pouvant être ajusté via les para­mètres four­nis.

Native Instruments Session Horns

Derniers réglages, Swing, qui fait ce que son nom indique, Dyna­mic, balance entre la dyna­mique intrin­sèque de la phrase et celle du jeu au clavier, Timing, pour déca­ler les instru­ments entre eux, et Tempo, dédou­blant ou doublant le tempo par rapport à celui de l’hôte.

Voici quelques extraits des diffé­rentes phrases, prin­ci­pa­le­ment en Full Section, avec quelques varia­tions sur deux ou trois instru­ments, avec la fonc­tion Link Sound Preset acti­vée (char­geant auto­ma­tique­ment les présets Section Mix et Master FX) :

00:0000:00

Il est impor­tant de préci­ser que ces phrases ne sont pas des phrases jouées par la section et trans­po­sées/mises au tempo en temps réel, mais des phrases utili­sant un prin­cipe de séquences appa­rem­ment Midi (pas moyen d’ac­cé­der à quelque détail ou program­ma­tion), d’où un suivi de clavier aussi inté­res­sant, puisque trans­po­sant aux octaves supé­rieures (même si l’on évitera l’oc­tave supé­rieure, sonnant régu­liè­re­ment de façon assez peu natu­relle).

00:0000:00

Bilan

Du point de vue du concept, et de sa mise en œuvre, la biblio­thèque est plutôt réus­sie, en tout cas plus que ne le laissent croire les démos de l’édi­teur. On peut travailler en interne avec les phrases, sans avoir recours à des proces­sus de pitch-shift comme avec Action Strings, même si ça reste tout à fait possible, ce qui repous­sera les limites du prin­cipe de phrases. Le mode Smart Voice Split est convain­cant, à tel point que l’on se demande pourquoi utili­ser autre chose. L’Ani­ma­tor, malgré son prin­cipe pure­ment méca­nique (déclen­che­ment de notes via séquences et non phrases audio bidouillées), remplit très bien son office, et on peut parfai­te­ment imagi­ner que des updates de l’édi­teur enri­chi­ront son contenu mélo­dique et ryth­mique, afin d’al­ler encore plus loin. On peut, à charge, vouloir une recon­nais­sance éten­due des accords, pour l’ins­tant trop limi­tée aux basiques.

Concer­nant le son, on repro­chera les quelques bidouilles à base de filtres, et les présets d’ef­fets, certes réus­sis pour certains, mais la plupart du temps faisant briller ou ressor­tir les fréquences que l’on cherche plutôt à éviter dans ce genre de contexte (les trom­pettes qui vrillent les têtes, aux harmo­niques trop présents les faisant ressem­bler à une dent-de-scie, par exemple). Autre reproche de taille, l’ab­sence de KeyS­witches dans le programme Single Arti­cu­la­tion, qui simpli­fie­rait énor­mé­ment sa mise en œuvre.

Un produit bien conçu et réalisé, donc, qui pourra rendre de nombreux services aux musi­ciens et compo­si­teurs ne maîtri­sant pas forcé­ment l’écri­ture à quatre voix, ou l’ar­ran­ge­ment en géné­ral, avec une bonne qualité sonore d’en­semble, tout en offrant quelques possi­bi­li­tés de trai­te­ments et de modi­fi­ca­tions (on gagnera cepen­dant à utili­ser des trai­te­ments externes de meilleure qualité). Les plus avan­cés souhai­te­ront cepen­dant moins de restric­tions, et se tour­ne­ront vers des produits permet­tant une totale liberté d’écri­ture, d’in­ter­pré­ta­tion (Session Horns montre vite ses limites en termes de créa­tion de phrases avec Single Arti­cu­la­tion) et une qualité sonore plus élevée. De tels produits ne sont pas légion, les meilleurs d’entre eux (à mon avis) ayant été mention­nés par deux fois dans ce test.

Mais ne mino­rons pas l’in­té­rêt de ces Session Horns, la poli­tique tari­faire de Native étant d’ailleurs plutôt inci­ta­tive (99 euros). Que l’on se rappelle simple­ment le tarif des banques d’échan­tillons ou d’ins­tru­ments virtuels à des lieues des quali­tés et des possi­bi­li­tés offertes par Session Horns.

Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

Points forts
  • Concept
  • Réalisation
  • Intérêt et qualité des phrases
  • Reconnaissance d’accords et KeySwitches
  • Mode Smart Voice Split, très efficace
  • Nombreuses articulations
  • Paramètres efficaces et bien pensés
  • Présets Section Mix
  • Timing et Detune
  • Différentes sections
  • Mode Rhythm Only
  • Qualité sonore globale
Points faibles
  • Pas de KeySwitch sur Single Articulations
  • Présets d’effets à utiliser avec précaution
  • Brillance un peu trop systématique
  • Limites dans la création de phrases
  • Octave supérieure
  • Pas assez d’accords reconnus et reproduits
  • Placement stéréo immuable
  • Risques de ce type de produits : tout le monde sonne pareil...

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.