Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Spitfire Audio sort le grand jeu

Test de l'orchestre virtuel Spitfire Audio BBC Symphony Orchestra

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Spitfire Audio BBC Symphony Orchestra Professional
Photos
1/25
Spitfire Audio BBC Symphony Orchestra Professional

Orchestre virtuel de la marque Spitfire Audio .

Écrire un avis
Prix public : 999 € TTC

Spitfire Audio, l’éditeur britannique de banques de sons orchestrales, devenues pour beaucoup des classiques dans le monde virtuel de l’orchestration, a sorti récemment une banque offrant le luxe à tout un chacun de posséder sous les touches de son clavier maître, le célèbre et mythique orchestre de la BBC. Une sortie très attendue dans un milieu presque saturé de banques de plus en plus qualitatives. Voyons ensemble ce que cette « BBCSO », comme on dit dans le jargon des compositeurs, nous réserve.

Je vous en pren­drai un peu plus de 500 Go

Ce sont presque 570 Go de données qu’il faut télé­char­ger en passant par le gestion­naire de Spit­fire Audio. Premier point qui fâche : c’est lent ! Malgré une connexion fibrée impec­cable qui peut encais­ser une telle quan­tité de données en un temps extrê­me­ment court, il faudra bien comp­ter 8h pour réus­sir à remplir son SSD, indis­pen­sable pour les temps de char­ge­ment. Les serveurs se traînent et aucun chan­ge­ment de para­mètre ne permet­tra d’amé­lio­rer la situa­tion malgré de nombreux essais à diffé­rents moments de la jour­née.

L’édi­teur a cepen­dant prévu, moyen­nant 199 euros, en plus des 999 euros initiaux, de vous envoyer un SSD de 1To (Samsung Evo 860) avec tout le néces­saire.

Une fois instal­lée, il faudra comp­ter envi­ron 530 Go d’es­pace occupé, proba­ble­ment l’une des banques les plus massives du marché, mais dont le poids est justi­fié par un contenu très complet.

Cette BBCSO regroupe les cordes, les cuivres, les vents ainsi que les percus­sions. Tous les pupitres les plus indis­pen­sables sont présents. La quan­tité de micros est tout simple­ment impres­sion­nante avec vingt sources diffé­rentes à dispo­si­tion, dont deux mixages très convain­cants. L’or­chestre a été enre­gis­tré dans tous les recoins possibles des studios Maida Vale, un point fort pour les profes­sion­nels du son à l’image.

Le nombre d’ar­ti­cu­la­tions est tout aussi impo­sant, les instru­ments ont été enre­gis­trés sous toutes les coutures aussi bien en groupe qu’en solo. La liste, inter­mi­nable, des arti­cu­la­tions à dispo­si­tion est consul­table sur le site de l’édi­teur.

On a perdu le Kontakt !

plugin1Ce n’est pas vrai­ment une nouveauté car les équipes de Spit­fire Audio ont déjà été infi­dèles à Kontakt lors de la sortie des « Hans Zimmer Strings », mais cela reste un chan­ge­ment suffi­sam­ment impor­tant dans un monde où le plugin de Native Instru­ments reste un incon­tour­nable. C’est donc un plugin maison qui va se char­ger de gérer le million (litté­ra­le­ment) de samples. Sa présen­ta­tion se veut moderne, épurée, clas­sieuse et facile d’ac­cès. C’est bien entendu toujours une histoire de goûts, mais il est vrai que ça présente plutôt bien.

La partie haute regroupe toutes les infor­ma­tions tech­niques indis­pen­sables ainsi que deux contrô­leurs verti­caux repré­sen­tant les niveaux d’ex­pres­sion et de dyna­mique de l’ins­tru­ment joué. La partie arron­die permet par défaut de contrô­ler le niveau de réverbe, mais un clic dessus permet­tra, selon l’ins­tru­ment, de venir par exemple gérer le taux de vibrato. Cette partie est jolie, mais il faut admettre qu’elle prend beau­coup (trop) de place pour des fonc­tions que l’on contrô­lera de toute manière prin­ci­pa­le­ment à la main sur son clavier ou son contrô­leur MIDI.

La partie basse regroupe quant à elle l’en­semble des arti­cu­la­tions dispo­nibles pour l’ins­tru­ment chargé. Il est possible de person­na­li­ser cette zone en choi­sis­sant les arti­cu­la­tions que l’on souhaite garder ou d’en modi­fier l’agen­ce­ment. Évidem­ment, en déchar­geant quelques arti­cu­la­tions, on libère dans le même temps de la mémoire vive. Il sera aussi possible dans cette partie de gérer les options courantes telles que le choix des keys­witchs, la quan­tité de round robins et leur mode de fonc­tion­ne­ment (ordres, notes voisi­nes…).

Plugin3.jpg + plugin4.jpg

plugin4Toujours dans cette zone, la seconde partie donne accès à la table de mixage des micros. Comme toujours chez Spit­fire Audio, un premier mode visuel vous permet­tra d’ajus­ter le rendu sonore en variant la distance entre l’au­di­teur et l’or­chestre : simple, rapide et effi­cace. Un second mode, plus avancé, vous donnera tota­le­ment la main sur les 18 micros à votre dispo­si­tion. L’édi­teur a eu l’in­tel­li­gence de four­nir cepen­dant 2 sources déjà pré-mixées, dont une par Jack Jack­son, et qui permettent de sonner « out-of-the-box ».

On notera une option pas si courante : la possi­bi­lité d’ap­pliquer un mix de micros par arti­cu­la­tion. Ingé­nieux !

plugin5Enfin, la dernière partie vous donne la main sur certaines options redon­dantes de la partie haute mais indis­pen­sables lors de la program­ma­tion de vos instru­ments.

D’un point de vue tech­nique, en char­geant une ving­taine d’ins­tances du VST maison de Spit­fire Audio, avec toutes les arti­cu­la­tions et la source « mix 1 » d’ac­ti­vées, les 32 Go de mémoire vive de la machine utili­sée pour le test se retrouvent vite remplis. C’est gour­mand, bien que cohé­rent vis-à-vis du nombre de samples qui doivent être char­gés. En ce sens, c’est réel­le­ment dommage de ne pas avoir une fonc­tion de « purge » semblable à celle que propose Kontakt. Peut-être dans une mise à jour prochaine ? Notez que la version utili­sée pour le test est la 1.0.7.

Ici la BBC !

Voyons main­te­nant comment sonne cette banque orches­trale, sans faire aucun effort de trai­te­ment, commençons par les incon­tour­nables cordes qui sont dispo­sées dans la confi­gu­ra­tion suivante : 16, 14, 12, 10, 8.

On note direc­te­ment deux points néga­tifs : Aucun patch d’en­semble toutes familles confon­dues et aucune possi­bi­lité de divisi.

Ici, des exemples en legato, spic­cato et stac­cato, sans aucune program­ma­tion, avec et sans la réverbe inté­grée :

D1_altos_mix1_rev35%
00:0001:06
  • D1_altos_mix1_rev35%01:06
  • D1_altos_mix101:06
  • D1_contre­basses_mix1_rev35%00:45
  • D1_contre­basses_mix100:45
  • D1_cordes_spic­cato_stac­cato_mix1_rever­be50%01:07
  • D1_violon­celles_mix1_rev35%01:07
  • D1_violon­celles_mix101:07
  • D1_violons1_mix1_rev35%01:06
  • D1_violons1_mix101:06
  • D1_violons2_mix1_rev35%01:07
  • D1_violons2_mix101:07

Chaque pupitre de cordes possède son « leader », autre­ment dit son soliste. Les lignes jouées en legato dans les exemples font égale­ment varier le taux de vibrato afin de faire entendre le passage de notes non vibrées aux notes vibrées.

D2_alto_solo_mix1_rever­be25%
00:0000:34
  • D2_alto_solo_mix1_rever­be25%00:34
  • D2_contre­basse_solo_mix1_rever­be25%00:34
  • D2_violon1_solo_mix1_rever­be25%00:34
  • D2_violon2_solo_mix1_rever­be25%00:34
  • D2_violon­celle_solo_mix1_rever­be25%00:34

Parmi la longue liste d’ar­ti­cu­la­tions dispo­nibles pour les ensembles de cordes, voici les superbes « Long Flau­tando » que l’on retrouve dans d’autres banques de la marque, l’oc­ca­sion d’en­tendre la diffé­rence entre le mix 1 et le mix 2 :

D3_1_flau­tando_mix1
00:0000:14
  • D3_1_flau­tando_mix100:14
  • D3_2_flau­tando_mix1_rever­be25%00:14
  • D3_3_flau­tando_mix200:14
  • D3_4_flau­tando_mix2_rever­be25%00:14

La liste des arti­cu­la­tions est vrai­ment très complète et couvre sans aucun doute la tota­lité des besoins courants en termes d’écri­ture. En voici quelques exemples sur diffé­rents pupitres :

D4_long_cs
00:0000:24
  • D4_long_cs00:24
  • D4_long_harmo­nics00:20
  • D4_pizzi­cato__colle­gno_bartok­piz­zi­cato_spic­ca­tocs00:22
  • D4_tremolo_tremo­locs_tremo­lo­sul­pont00:41

Les cordes sont belles et maitri­sées. Il y a du grain, c’est vivant et les tessi­tures basses font preuve d’une agréable profon­deur.

La famille des cuivres est tout aussi complète avec toujours la dispo­ni­bi­lité de quelques solistes essen­tiels. 

Écou­tons l’in­con­tour­nable quar­tet de cors français et son soliste :

D5_Cors_quar­tet_autres
00:0000:16
  • D5_Cors_quar­tet_autres00:16
  • D5_Cors_quar­tet_legato00:28
  • D5_Cors_quar­tet_long_dyna­mique00:12
  • D5_Cors_quar­tet_stac­ca­tis­simo00:12
  • D5_soliste_legato00:18

Le quar­tet est effi­cace et permet de couvrir une large plage de nuances. Il sera parfai­te­ment adapté pour écrire quelques passages épiques.

Voici quelques exemples d’autres instru­ments de la famille des cuivres :

D6_trom­bone_contre­basse_legato
00:0000:28
  • D6_trom­bone_contre­basse_legato00:28
  • D6_trom­bones_a3_legato00:28
  • D6_trom­bo­nes­basse_a2_legato00:28
  • D6_trom­pettes_a3_legato00:10
  • D6_trom­pettes_a3_stac­ca­tis­simo00:10
  • D6_tuba_contre­basse_legato00:28
  • D6_tuba_legato00:28

La troi­sième grande famille des vents, à l’image du reste de la produc­tion est compo­sée d’en­sembles et de quelques solistes.

D7_bassons_a3_stac­ca­tis­simo
00:0000:23
  • D7_bassons_a3_stac­ca­tis­simo00:23
  • D7_clari­nettes_a300:17
  • D7_flutes_a300:27
  • D7_haut­bois_a3_legato00:17
  • D7_piccolo_stac­ca­tis­simo00:09

Termi­nons ce tour du proprié­taire avec la caté­go­rie des percus­sions qui propose les habi­tuelles timbales mais aussi quelques instru­ments supplé­men­taires qui seront bien utiles pour divers arran­ge­ments et enri­chis­se­ments.

D8_glocken­spiel
00:0000:23
  • D8_glocken­spiel00:23
  • D8_harpe00:19
  • D8_timbales00:22
  • D8_xylo­phone00:22

Les instru­ments sont tous de qualité et sonnent très bien sans aucun trai­te­ment et aucune program­ma­tion, ce qui est en géné­ral plutôt rassu­rant. L’es­sen­tiel est là et surtout le senti­ment de jouer avec un même orchestre et non pas un assem­blage de musi­ciens est bien présent. Après avoir passé quelques heures à écrire des traits orches­traux, on prend plai­sir à pouvoir se concen­trer essen­tiel­le­ment sur la partie artis­tique plutôt que tech­nique. En ce sens, c’est une belle réus­site. 

1, 2, 1, 2, test, test !

C’est un point qui surprend lorsque l’on découvre cette BBCSO : la gigan­tesque quan­tité de micros dispo­nibles ! Il y a de quoi se perdre dans un tel éven­tail de possi­bi­li­tés. Comme vu précé­dem­ment, les deux mix permettent d’avoir un rendu plug’n’­play et de direc­te­ment se mettre au travail.

Je vous propose d’écou­ter la diffé­rence de couleur sur un court extrait orches­tral qui combine diffé­rents pupitres. Seul le piano, venant soute­nir l’har­mo­nie, n’est pas présent dans la BBCSO. Le place­ment des pupitres dans l’es­pace est tota­le­ment d’ori­gine et aucun mixage supplé­men­taire n’a été appliqué.

D9_extrait_mix1
00:0000:47
  • D9_extrait_mix100:47
  • D9_extrait_mix200:47

Le mix 1 est en effet comme décrit par Spit­fire Audio plutôt « droit » là où le second est un peu plus typé. Dans les deux cas c’est du joli travail.

Afin d’écou­ter quelques micros supplé­men­taires, nous allons isoler les premiers violons.

D10_amb
00:0000:11
  • D10_amb00:11
  • D10_atmos_front00:12
  • D10_atmos_rear00:12
  • D10_balcony00:11
  • D10_close00:11
  • D10_closeW00:11
  • D10_leader00:11
  • D10_mids00:11
  • D10_mono00:11
  • D10_out00:11
  • D10_sides00:11
  • D10_sp.br00:11
  • D10_sp.fl00:12
  • D10_sp.per00:12
  • D10_sp.str00:11
  • D10_sp.ww00:11
  • D10_stereo00:11
  • D10_tree00:11

Le moins que l’on puisse dire, c’est que chacun trou­vera son bonheur dans ce géné­reux kit de micros.

En conclu­sion

Le monde merveilleux des banques de sons orches­trales peut parfois paraître surchargé malgré l’en­goue­ment des compo­si­teurs à chaque nouvelle sortie annon­cée par les éditeurs. Il devient parti­cu­liè­re­ment diffi­cile pour les marques de se démarquer avec la énième banque de cordes ou de cuivres. Néan­moins, avec cette BBC Sympho­nic Orches­tra, Spit­fire Audio propose de travailler avec un orchestre réputé et des musi­ciens habi­tués à jouer ensemble. Le tout a été enre­gis­tré avec le plus de détails possibles, mettant à notre dispo­si­tion un cata­logue d’ar­ti­cu­la­tions suffi­sant et une quan­tité de sources audios phéno­mé­nale. Cette banque orches­trale est une réus­site au vu du travail accom­pli et de son posi­tion­ne­ment tari­faire. Il faudra cepen­dant prendre en compte un plugin maison qui doit encore gagner en matu­rité pour rattra­per l’in­con­tour­nable Kontakt, l’ab­sence de patchs d’en­sembles et de divisi est aussi vrai­ment regret­table. Enfin, ce « tout-en-un » devra quand même être complété par des banques supplé­men­taires pour qui veut rajou­ter des chœurs et autres joyeu­se­tés. C’est en revanche une excel­lente entrée en matière pour le compo­si­teur amateur souhai­tant avoir une banque orches­trale quasi-complète et homo­gène, et c’est dans le même temps un excellent outil de travail pour le profes­sion­nel qui veut agré­men­ter sa collec­tion de couleurs supplé­men­taires.

 

  • plugin1
  • plugin2
  • plugin3
  • plugin4
  • plugin5

 

9/10
Points forts
  • Orchestre complet
  • Qualité sonore
  • Nombre d’articulations
  • Nombre de micros
  • Interface agréable
  • Prix raisonnable au vu du contenu
Points faibles
  • Aucun patch d’ensemble
  • Pas de divisi
  • Téléchargement laborieux
  • Espace disque conséquent
  • Plugin maison à peaufiner

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.