Se connecter
Se connecter
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
EastWest Quantum Leap Hollywood Strings Silver Edition
Photos
1/11

Test des EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

Ensemble de cordes virtuelles de la marque EastWest appartenant à la série Quantum Leap Hollywood Strings

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 149 € TTC
Test écrit
19 réactions
Notes d’argent

Après les Diamond et Gold, il manquait à la gamme orchestrale EW/QL Hollywood de l’éditeur EastWest une version plus légère. Nommée Silver, que propose-t-elle, produit d’accès trop bridé ou solution de travail efficace pour les petits budgets ?

Lorsqu’une ques­tion du type « que puis-je ache­ter avec mon petit budget ? » est posée, il est, la plupart du temps, très dur d’y répondre, que l’objet de l’achat à venir soit du maté­riel ou un logi­ciel. Même si certaines réponses peuvent paraître évidentes dans certains domaines, d’autres sont diffi­ci­le­ment compa­tibles avec les exigences de vérité, de resti­tu­tion d’un son, ou de finesse de program­ma­tion, de souplesse dans le travail et de fidé­lité envers un instru­ment ou un ensemble d’ins­tru­ments qui sous-tendent la plupart de ces ques­tion­ne­ments. Car, fina­le­ment, la grande ques­tion est là, savoir comprendre, iden­ti­fier, et accep­ter les limites induites par le budget, ce qui évitera toute décep­tion, voire incom­pré­hen­sion face à un produit qui ne fait pas les merveilles que l’on en atten­dait, souvent par manque de réelles infor­ma­tions, c’est-à-dire loin du discours du marke­ting.

Une des familles de l’ins­tru­men­ta­rium virtuel à avoir le plus progressé, grâce aux nouveaux conte­nants (disques durs et Ram), aux proces­seurs permet­tant toujours plus de puis­sance et aux logi­ciels partis d’échan­tillon­neurs « basiques » pour atteindre des degrés de sophis­ti­ca­tion extrême, est la famille orches­trale. Il suffit de compa­rer n’im­porte quelle banque de sons d’il y a quelques lustres avec ce que l’on trouve d’ori­gine dans les DAW pour mesu­rer les progrès accom­plis. Bien entendu, ce sont surtout les grosses biblio­thèques de sons du type Vienna Sympho­nic Library, East­West/Quan­tum Leap Orches­tra Plati­num ou la série Diamond Holly­wood, la Spit­fire Sable en cours de réali­sa­tion, les Kirk Hunter, Sonic Implants, Orches­tral Tools, les Adagio de 8DIO main­te­nant complètes, les LASS d’Au­dio­bro (liste non exhaus­ti­ve…) qui font rêver, tant leurs quali­tés sonores et plus encore la qualité (variable selon les éditeurs et leur logi­ciel de lecture) de program­ma­tion et de scrip­ting ont repoussé les limites du virtuel pour se faire quasi indé­ce­lables, sous certaines condi­tions, bien entendu. Les nombreux tests sur Audio­Fan­zine ainsi que les forums consa­crés par une petite bande d’AFiens passion­nés donnent une idée de l’état des lieux.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.8.3
Logic 9.1.8
Play v.3.0.47
EW/QL Holly­wood Strings Silver
EW/QL Holly­wood Orches­tral Wood­winds Silver
EW/QL Holly­wood Brass Silver

Mais, si les profes­sion­nels ou utili­sa­teurs n’ayant pas de diffi­cul­tés à sortir des sommes parfois consi­dé­rables (un Vienna Super Package complet, c’est 10 480 euros…) n’hé­sitent pas à faire chauf­fer la CB, de nombreux musi­ciens et compo­si­teurs (ne pas oublier, l’or­chestre, même virtuel, ne sonnera pas tout seul…) rêve­raient de pouvoir commen­cer à travailler sur de la matière sonore correcte, pour entendre leur musique autre­ment que dans leur tête. Car il y a une autre chose à ne pas oublier : quand on compose une chan­son, un blues, de l’élec­tro ou toute autre forme de musique hors orches­trale, il est assez simple d’en­tendre le résul­tat de la compo, via les potos musi­ciens, ou le virtuel qui offre là aussi d’ex­cel­lentes solu­tions. En revanche, quand on écrit une sympho­nie, un opéra, ou même un quatuor à cordes, cela peut prendre des années avant d’en­tendre sa musique inter­pré­tée par l’en­semble souhaité. Que l’on songe à la chaîne néces­saire : copistes, solistes, musi­ciens, chef d’or­chestre, lieu, ingé­nieur(s) du son, mixage, etc. Il n’y a qu’en musique de films que les choses peuvent aller plus vite. Mais là aussi, tout a changé : quand, à une époque, les réali­sa­teurs ou produc­teurs devaient se conten­ter d’une présen­ta­tion par le compo­si­teur sur un piano le plus souvent, de nos jours tout le monde exige des pré-maquettes très sophis­tiquées. Les déci­deurs ayant perdu, dirait-on, leur capa­ci­tés d’abs­trac­tion ou d’ima­gi­na­tion…

Bref. Conscients du problème (et toujours soucieux d’oc­cu­per le terrain pour tous les types de deman­des…), les éditeurs ont depuis long­temps présenté des versions limi­tées, légères, de leurs biblio­thèques de pres­tige. East­West, par exemple, a proposé des versions Gold et Silver de son orchestre virtuel EWQL Sympho­nic Orches­tra Plati­num, et vend les versions Diamond et Gold de ses banques EWQL Holly­wood. Il y rajoute aujour­d’hui les Silver, voyons ce qu’elles nous proposent pour un tarif très raison­nable (envi­ron 150€ l’unité).

Intro­du­cing East West Quan­tum Leap Holly­wood Silver Series

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

La décli­nai­son Silver est dispo­nible pour les Holly­wood Strings, Holly­wood Orches­tral Wood­winds et Holly­wood Brass (ces derniers ayant été testés ici). Pas de livrai­son sur DVD ou disque dur comme pour les autres produits de l’édi­teur, mais le télé­char­ge­ment depuis le site de l’édi­teur, six fichiers .zip pour Wood­winds, quatre pour Brass et cinq pour Strings, est rela­ti­ve­ment rapide (cela dépend aussi de la connexion de l’ache­teur, bien sûr). Une fois instal­lées, la première pèse 12,8 Go, la deuxième 9,78 Go et la dernière 12,8 Go. Les biblio­thèques sont vendues 149 euros TTC pièce, ce qui place un orchestre regrou­pant les trois grandes familles instru­men­tales à 447 euros, à compa­rer aux solu­tions offertes par d’autres éditeurs, même s’il est diffi­cile de trou­ver exac­te­ment la même confi­gu­ra­tion. L’au­to­ri­sa­tion s’ef­fec­tue toujours sur iLok.

Ces biblio­thèques sont exclu­si­ve­ment conçues pour Play, le logi­ciel maison, qui en est au moment de la rédac­tion de ce test à la version 3.0.47. Je ne revien­drai pas sur l’ar­lé­sienne qu’est la version promise de Play permet­tant l’édi­tion de scripts, la possi­bi­lité de faire ses propres mappings, etc. Comment ? Mais non, je ne l’ai pas dit…

Silver boulette ?

Première carac­té­ris­tique des banques Silver : elles ne proposent qu’une seule posi­tion de micros, Main (mid tree), quand les Diamond en offrent cinq : Main, Mid, Close, Surround et Alter­nate Room. On le comprend faci­le­ment, l’édi­teur a sévè­re­ment rogné sur le nombre de programmes et d’échan­tillons four­nis, il suffit de compa­rer la liste des arti­cu­la­tions des Diamond Strings avec celle des Silver Strings par exemple, et il ne four­nit que des échan­tillons 16 bits au lieu de 24 (ce qui est non négli­geable en termes de qualité, certes, mais aussi de poids, puisque les premiers sont seule­ment deux-tiers du poids des seconds).

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

Restons sur les Strings : ne sont pas inclus les divisi, c’est-à-dire la possi­bi­lité de jouer les sections sépa­rées, par exemple neuf et sept violons pour les premiers violons, ce qui évite des sections gargan­tuesques et donc irréa­listes (un accord de deux sons sur une section de 16 violons donne 36 violons simul­ta­nés, alors qu’un son via les divisi neuf et un autre via les divisi sept font toujours 16 violons). Ni le nombre d’échan­tillons de Round Robin propo­sés sur le haut de gamme de la marque (16 pour les Stac­ca­tis­simo !). Ici, le maxi­mum est de quatre échan­tillons (ce que ne proposent pas toutes les biblio­thèques spécia­li­sées). En revanche, on retrouve bien les premiers et deuxièmes violons, quasi indis­pen­sables pour tout travail sérieux.

Manquent aussi les fameux Legato Bow Change, les notes jouées legato avec poussé-tiré de l’ar­chet. Mais les arti­cu­la­tions propo­sées permettent de répondre à de nombreux cas de figure, et l’on béné­fi­cie quand même d’un Legato Slur LT 3 Ni pour chaque instru­ment, en clair un programme legato avec moins d’échan­tillons, LT pour Lite, et offrant une tran­si­tion courte entre les notes (issus des Quick Start Instru­ments des versions supé­rieures).

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

Le bruit d’ar­chet est raison­na­ble­ment présent, dispa­rais­sant lors de l’uti­li­sa­tion en ensemble, parfois gênant dans des passages où les cordes sont seules. Plus embê­tantes sont les diverses réso­nances dans les graves des premiers et seconds violons, notam­ment au niveau des échan­tillons de relâ­che­ment (mais pas seule­ment), à couper si l’on ne veut pas se retrou­ver au mixage avec de sérieux problèmes. On pourra entendre dans la phrase suivante, sans réverbe, les premiers violons sans égali­sa­tion, puis avec un coupe-bas placé à 180 Hz, avec une pente de 24 dB/oct (voir aussi capture d’écran, rouge avant et jaune après correc­tion).

00:0000:00

Les altos semblent préser­vés (enre­gis­trés à un empla­ce­ment diffé­rent dans le studio ?) et bien sûr les violon­celles et basses masquent les éven­tuelles piques présentes. Dommage cepen­dant que cela n’ait pas été corrigé à la prise ou en post-produc­tion, car même si elles ne sont pas devant le son utile, l’ad­di­tion de ces fréquences, si on les retrouve dans d’autres instru­ments, fera mal à la dyna­mique et au son final.

Et Play montre toujours ses limites en termes de legato : il est parfois impos­sible de faire jouer une phrase, à cause d’ac­cen­tua­tion d’une note ou une autre, aucune correc­tion n’étant effi­cace, auto­ma­tion, déca­lage, longueur des notes, etc. Sauf à la faire jouer par une version non lega­to… Un exemple dans la phrase suivante.

00:0000:00

Diamond matures, Silver ados

Concer­nant les cuivres, on se repor­tera au test mentionné plus haut. Rien de neuf, mais même prin­cipe, dispa­ri­tion de nombreuses arti­cu­la­tions et prises de son et les quali­tés et les défauts mis en avant. Il est d’ailleurs amusant de consta­ter qu’à la faveur d’un rema­nie­ment de son site, East­West mentionne une mise à jour corri­geant les défauts mention­nés comme récente (datée du 15 avril 2013), alors qu’elle date du 30 janvier 2012

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

Passons du côté des Wood­winds, la plus récente famille sortie par East­West. Notons d’ailleurs que la version Diamond est la seule à être encore vendue plus de 760 euros, alors que les Strings et Brass sont dispo­nibles aux alen­tours de 530 euros (quelqu’un se souvient des 1400 euros deman­dés lors de la sortie des Strings ?). Là encore, de prime abord, c’est la qualité sonore qui impres­sionne. Puis on rentre dans le détail : et comme d’ha­bi­tude, la muni­fi­cence cache des défauts incom­pré­hen­sibles. Par exemple, ce cor anglais, pour­tant d’une belle sono­rité, montre plusieurs des défauts récur­rents des produits de l’édi­teur : d’abord la fréquence dans le grave produite par les échan­tillons de relâ­che­ment et certaines notes, puis les problèmes de stéréo, l’ins­tru­ment se bala­dant dans le pano­ra­mique.

00:0000:00

Ce qui manquera à cette banque, du moins dans sa version Silver, ce sont les ensembles. En effet, on a coutume de doubler voire tripler les instru­ments dans l’or­chestre (il n’est pas rare de voir trois clari­nettes, deux bassons, trois flûtes, etc.). Ici, pour des raisons évidentes de phase, il est diffi­cile de tripler, même si dans certains cas on peut se débrouiller pour doubler. Dommage.

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

Pour conclure, et peut-être montrer que malgré tout on peut travailler, voici un extrait d’une œuvre (celui qui trouve le compo­si­teur a droit à toute ma sympa­thie), utili­sant premiers et seconds violons, altos, violon­celles, contre­basses, clari­nettes, cor anglais, bassons, flûtes, haut­bois, cors d’har­mo­nie et timbale. Cette dernière provient de la biblio­thèque de l’exs24 de Logic, et pour doubler/tripler certains instru­ments, j’ai utilisé ceux prove­nant de Sympho­nic Orches­tra du même éditeur (un basson, une clari­nette, une flûte) : les voix prin­ci­pales sont toutes jouées par les Holly­wood Silver, et les instru­ments du EW/QLSO sont en retrait.

On peut consta­ter sur la capture d’écran comment les choses ont été orga­ni­sées : l’ab­sence d’ins­tru­ments regrou­pant toutes les arti­cu­la­tions acces­sibles via KeyS­witches oblige à ouvrir plusieurs instances de Play pour un même instru­ment, ou tout du moins d’uti­li­ser un Play multi­sor­tie chargé avec diffé­rentes arti­cu­la­tions sur diffé­rents canaux Midi, avec ce que ça implique de routage dans Logic (par canal une piste pour la séquence et une piste pour l’au­to­ma­tion de volume et autres).

EastWest/Quantum Leap Hollywood Silver

De plus, il y a un problème à partir du moment où l’on dépasse un certain nombre d’ins­tances de Play multi­sor­tie : sur plusieurs d’entre elles, seul le canal 1 était reconnu, les autres ne réagis­sant plus aux notes et infos de la piste. Il a donc fallu ouvrir des Play simple­ment stéréo… D’où le nombre de pistes tota­le­ment hors de propor­tion avec l’ins­tru­men­ta­tion. Avec un logi­ciel perfor­mant et les programmes adéquats (trois clari­nettes, deux haut­bois, etc.), le maxi­mum aurait été de 12 pistes et beau­coup moins en cas d’uti­li­sa­tion de Multis. Je n’ai pas utilisé la réverbe à convo­lu­tion direc­te­ment dans les diffé­rentes instances de Play (trop nombreuses pour ça), en revanche j’ai ouvert une QL Spaces du même éditeur, dont proviennent la majo­rité des IR orches­trales. Les deux effets sur le Master (UAD Preci­sion Limi­ter et TC MD3) sont là par défaut dans le template que j’uti­lise habi­tuel­le­ment, et n’ont pas servi dans le contexte.

00:0000:00

Bilan

On connaît les quali­tés et les défauts du lecteur d’East­West, et l’on ne peut qu’ima­gi­ner en termes d’er­go­no­mie, de gain de rapi­dité et d’ef­fi­ca­cité ce que donne­rait la qualité sonore de la majo­rité de leurs produits avec un logi­ciel digne de ce nom (Kontakt 5, par exemple). En sus de problèmes déjà mention­nés, notons lors de la réou­ver­ture de projets sauve­gar­dés, le déclen­che­ment au hasard d’un pop-up me disant que l’une ou l’autre des licences n’est pas auto­ri­sée, l’in­ter­face qui se fige sans aucune raison, obli­geant à fermer puis rouvrir la fenêtre, sans garan­tie que ça ne se repro­duise pas, le legato bien moins perfor­mant que celui des concur­rents (je viens d’ache­ter les dernières Adagio et aussi Sable de Spit­fire, c’est le jour et la nuit), la navi­ga­tion parfois pénible (quand on ouvre Play, le brow­ser ne présente pas l’ins­tru­ment en cours sur la piste, mais le dernier chargé)…

Malgré tout cela, les banques, avec leurs défauts clai­re­ment iden­ti­fiés (échan­tillons faux, bouclages ratés, clics, mauvais mapping, voix manquantes, problèmes de pano­ra­mique, stéréo hors-phase, etc.) mais aussi leurs énormes quali­tés, permettent d’ef­fec­tuer un travail satis­fai­sant, pas forcé­ment dans tous les contextes (trop d’ar­ti­cu­la­tions sont absentes pour cela), et le tout à un tarif plutôt compé­ti­tif (149€ la banque) si l’on songe à la somme orches­trale qu’elles concentrent. Un bon moyen d’ac­cé­der à un certain type de sono­ri­tés orches­trales, en n’at­ten­dant pas des merveilles vu les limites qu’elles présentent.

Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

Points forts
  • Qualité sonore globale
  • Variété et choix des instruments
  • Nombre d’articulations somme toute correcte (plus que certains concurrents plus chers)
  • Premiers et seconds violons
  • Ensembles dans Hollywood Brass
  • Woodwinds plutôt bien dotée
  • Qualité des IR pour la réverbe à convolution incluse
Points faibles
  • Pas d’ensembles dans Woodwinds
  • Pas d’instruments regroupant les articulations via KeySwitches
  • Legato largement en-dessous de la concurrence
  • Trop nombreux défauts dans la post-production des échantillons
  • Bouclages hasardeux
  • Des clics ici et là
  • Échantillons se baladant dans le panoramique d’une note à l’autre
  • Navigation pénible
  • Instabilité du logiciel (pop up, etc.)
  • Toujours ce bug de l’interface graphique qui se fige
  • Play ne répond plus correctement si on ouvre trop de versions multisorties

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.