Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
IK Multimedia iRig Acoustic
Photos
1/24

Test IK Multimedia iRig Acoustic

Micro pour guitare acoustique de la marque IK Multimedia appartenant à la série iRig

Écrire un avis ou Demander un avis
iRosace
5/10
Partager cet article

Grand spécialiste des solutions audio pour mobiles et tablettes, IK Multimedia propose avec iRig Acoustic une solution pour enregistrer sa guitare acoustique. Bon plan ?

Vendu 60 euros, l’iRig Acous­tic est en fait à un petit micro­phone qui se fixe sur n’im­porte quelle guitare acous­tique, qu’elle soit clas­sique ou folk, ou qu’il s’agisse d’un ukulélé : tant que vous trou­vez un bord de rosace pour l’ac­cro­cher, vous pour­rez vous en servir. Du micro sort un câble de 2 mètres propo­sant un petit boîtier pour connec­ter un casque, histoire d’avoir un retour son indis­pen­sable lorsqu’on joue sur un play­back. La connexion se fait enfin via mini-jack sur l’en­trée/sortie micro/casque de votre tablette ou de votre télé­phone : voilà qui lui assure d’être utili­sable quel que soit l’OS utilisé derrière (iOS ou Android voire même, j’ima­gine, Windows Phone même si IK ne commu­nique pas dessus) avec tout de même un gros point noir : les préamps et conver­tos d’en­trée des télé­phones et tablettes sont loin d’être de grande qualité. On aura donc un produit géné­rique au détri­ment de la qualité audio qu’au­rait permis un vraie inter­face : un choix discu­table, et qui moti­vera peut-être, si IK est encou­ragé par les ventes de ce premier modèle, une version HD…

IK Multimedia iRig Acoustic : irgacoustic1.JPG

Au rang des bonnes surprises, on sera toute­fois ravi de voir le micro fourni avec une petite housse toute mignonne. Vu la taille de cette dernière, on sent bien qu’on est dans une philo­so­phie ultra nomade, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On sera plus dubi­ta­tif sur le câble utilisé : il est très fin et soudé au capteur, ce qui n’ins­pire pas confiance sur la durée de vie du produit : avec cette belle longueur de 2 m, on s’ima­gine bien marcher dessus et l’ar­ra­cher malen­con­treu­se­ment.

On ne sera pas très enthou­siaste non plus concer­nant l’ap­pli Ampli­tube Acous­tic qu’IK recom­mande pour utili­ser son micro, non pas tant à cause de la qualité de cette dernière sur laquelle nous revien­drons, mais parce qu’elle est ici propo­sée dans une version gratuite extrê­me­ment limi­tée et truf­fée d’achats In App. Comp­tez donc 10 euros pour acqué­rir la version normale (qui débloque toutes les pédales d’ef­fets et les 3 amplis) auxquels devront s’ajou­ter 10 euros pour avoir le looper, 27 euros pour avoir l’en­re­gis­treur multi­piste, 10 euros pour débloquer l’Ul­tra­Tu­ner et 25 euros pour débloquer l’en­semble des packs de boucles de batte­ries. 82 euros pour tout débloquer ? Oui… en atten­dant qu’IK propose de nouveaux packs de pédales qu’il faudra proba­ble­ment encore ache­ter. Très à la mode sur l’AppS­tore, le prin­cipe est extrê­me­ment agaçant et même si rien ne vous oblige à ache­ter quoi que ce soit, même si, a priori, il permet à tout le monde de dépen­ser selon ses besoins, on ne manque jamais de vous invi­ter, au détour d’un onglet ou d’un preset, à repas­ser à la caisse en jouant sur la fibre collec­tion­neuse de l’uti­li­sa­teur… Et certes, il est possible d’uti­li­ser le micro avec n’im­porte quelle autre appli, mais comme nous allons le voir en pratique, ce n’est pas forcé­ment ce qu’il y a de plus judi­cieux à faire.

Dernière préci­sion : si ce test est réalisé sous iOS, il semble­rait que la version Android d’Am­pli­tube Acous­tic ne soit toujours pas sortie.

Alors on bran­che…

IK Multimedia iRig Acoustic : cable2.JPG

Pour ce test, nous avons utilisé une G25 de Garri­son, une marque cana­dienne rache­tée depuis par Gibson et qui, en dehors de l’ori­gi­na­lité de propo­ser une arma­ture d’une pièce en fibre de carbone, faisait des guitares à la person­na­li­té… cana­dienne. Vendue autour des 700 euros il y a une douzaine d’an­nées de cela, la G25 est une dread­nought qui sans être fonda­men­ta­le­ment déséqui­li­brée, est plus portée sur l’aigu que le grave. Le son est brillant, avec une projec­tion satis­fai­sante et un bon sustain. Bref, un milieu de gamme des plus corrects et qui, s’il ne fera pas d’ombre à une Humming­bird ou à une D28, s’en sort très bien, notam­ment sur le strum­ming.

Pour enre­gis­trer cette dernière, nous allons donc utili­ser l’iRig Acous­tic d’IK avec son appli dédiée sur un iPad Mini 2, mais aussi, histoire d’avoir un point de compa­rai­son, un Neumann U87 rentrant dans une Apollo 8, sans aucun plug-in. Compa­rer un micro à 60 balles avec un micro à 2 300 euros, cela peut sembler mesquin. Mais vu qu’IK s’est amusé à le faire pour promou­voir son produit, autant suivre le construc­teur dans ce grand écart qui ne manque pas d’au­dace.

Préci­sons que l’ap­pli d’IK Multi­me­dia propose une phase de cali­brage de l’ins­tru­ment : pour régler le gain du préam­pli, comme pour déter­mi­ner ses carac­té­ris­tiques qui pèse­ront ensuite sur les trai­te­ments : on dispose même d’un module feed­back killer qui, en cas de retour son malen­con­treux, permet de suppri­mer la ou les fréquences les plus gênantes. Pour nos premiers enre­gis­tre­ments, nous avons toute­fois pris le soin de désac­ti­ver tout trai­te­ment ou effet, histoire d’en­tendre le son brut du micro.

Et on écou­te…

Voici donc ce qu’on obtient sur des arpèges avec un U87 en cardio placé en vis-à-vis de la jonc­tion corps-manche de l’ins­tru­ment, suivi de la même prise réali­sée cette fois avec l’iRig Acous­tic.

arpeges U87
00:0000:18
  • arpeges U87 00:18
  • arpeges iRIG dry 00:18
IK Multimedia iRig Acoustic : garrison.JPG

Qu’en dire ? Que la diffé­rence saute aux oreilles évidem­ment, le U87 offrant un son autre­ment plus clair et détaillé dans le haut du spectre, là où l’iRig est plus terne et ‘boo­my’, comme disent les anglo­phones lorsque les basses sont trop présentes. Et encore faut il souli­gner que le Neumann n’est pas le micro le plus brillant qui existe dans le monde des statiques : à n’en pas douter, la diffé­rence avec un C414 d’AKG aurait été encore plus mani­feste.

Sans parler de la diffé­rence des capteurs, la chose peut être impu­tée au fait que l’on compare une prise à la douzième case (le U87) à une prise à la rosace (iRig). Et si en matière d’en­re­gis­tre­ment de guitare, on prend soin la plupart du temps de soigneu­se­ment éviter la rosace pour juste­ment ne pas se retrou­ver avec un bas bordé­lique, nous n’avons ici pas le choix avec l’iRig.

Ecou­tons à présent ce dernier en strum­ming :

00:0000:00

Encore une fois, c’est terne avec beau­coup de choses en bas alors que la guitare est beau­coup plus brillante en réalité, avec des basses bien moins déve­lop­pées.

Toute­fois, force est d’ad­mettre que le son du petit capteur d’IK n’a rien d’abo­mi­nable en regard de son prix et de ses handi­caps : en plus des incon­vé­nients d’une prise à la rosace, on souli­gnera de nouveau, comme au début de ce test, que la qualité du préamp et du converto de l’en­trée micro-casque de l’iPad, conçue avant tout pour un usage télé­pho­nique, n’ar­range pas les choses. À n’en pas douter, on aurait préféré un système utili­sant le connec­teur proprié­taire d’Apple, ce qui aurait permis d’in­cor­po­rer un préamp et un conver­tis­seur de meilleure qualité et d’ob­te­nir très proba­ble­ment un bien meilleur son dans tous les compar­ti­ments du spectre, mais le prix s’en serait ressenti et il aurait très certai­ne­ment fallu dire au revoir à la compa­ti­bi­lité Android. A voir donc si IK propo­sera, comme il a l’ha­bi­tude de le faire, une version HD…

Pour l’heure, toute­fois, conten­tons-nous de ce qui nous est proposé et inté­res­sons-nous d’un peu plus près à l’ap­pli.

Don’t worry, be Appli

L’Am­pli­tube Acous­tic ne dépay­sera pas ceux qui connaissent les nombreuses autres versions d’Ampli­tube en termes d’er­go­no­mie, tout comme il ne devrait pas poser trop de problèmes à ceux qui le découvrent. Son orga­ni­sa­tion s’avère assez logique avec un onglet par fonc­tion, tandis que son parti-pris photo­réa­liste offre un envi­ron­ne­ment fami­lier au guita­riste comme au home studiste, avec évidem­ment plus de confort car moins de défi­le­ment à faire sur la version iPad que sur la version iPhone. Je ne m’at­tar­de­rai pas sur les fonc­tions de looper, de boîte à rythmes ou de STAN que je n’ai pas débloquées et qui ne sont pas des nouveau­tés propres à cette version et qui, je le rappelle, ne sont pas comprises dans le prix de vente, pour me pencher plus atten­ti­ve­ment sur la partie effets que j’ai tout de même ache­tée.

IK Multimedia iRig Acoustic : amplitube acoustic

Cette dernière s’or­ga­nise autour de 3 amplis (Tube, Solid State 1 et 2) qui, en plus d’une égali­sa­tion et des habi­tuels réglages de gain, de présence et de volume, incor­porent au mieux deux slots d’ef­fets (un seul sur le Solid State 1). FX1 est dédié à la réverb (à choi­sir parmi diffé­rents algos : Spring, Room, Plate ou Hall) et FX2 propose quant à lui de choi­sir entre Delay 1, Delay 2, Flan­ger ou Chorus, chaque effet se réglant très basique­ment avec deux potards : Level et Time.

Mais ce n’est pas tout car en amont comme en aval de l’am­pli, il vous est possible d’uti­li­ser des pédales. Juste après le Feed Kill qui permet de neutra­li­ser 4 bandes de fréquences distinctes pour éviter le larsen, on dispose ainsi de quatre slots dans lesquels on pourra mettre l’une des 6 pédales propo­sées : un EQ graphique, un EQ para­mé­trique, un simu­la­teur de 12 cordes, un simu­la­teur de basse (en fait un octa­ver), un compres­seur et enfin un Body Mode­ler. Ce dernier est de loin le plus origi­nal puisqu’il permet de jouer sur le timbre de l’ins­tru­ment et de trans­for­mer, du moins sur le papier, une Jumbo en Dread­nought, par exemple. Tout cela est complété par une section Post-FX où deux slots vous sont à nouveau propo­sés pour accueillir, là encore, deux pédales à choi­sir parmi les 6.

IK Multimedia iRig Acoustic : cable.JPG

Quelle que soit la pédale utili­sée, les réglages sont rudi­men­taires et on est assu­ré­ment loin de ce que peut propo­ser Posi­tive Grid à ce niveau, tout comme au niveau des possi­bi­li­tés de routing ou simple­ment du choix des pédales. Évidem­ment, il s’agit d’un rig acous­tique et il serait un peu vain de nous propo­ser des émula­tions de Big Muff, mais on n’au­rait pas craché sur un phaser, par exemple, ou surtout sur des effets plus déve­lop­pés, notam­ment au niveau des delays. Quant au Body Mode­ler qui cache très proba­ble­ment un système d’éga­li­sa­tion destiné à faire corres­pondre la réponse en fréquence de votre instru­ment à celle d’un autre instru­ment, il s’avère tout de même très loin de propo­ser des résul­tats aussi convain­cants que le Sound Machine Wood Works que nous avions testé sur UAD.

La combi­nai­son des outils en présence offre toute­fois de quoi sensi­ble­ment amélio­rer le son des prises réali­sées avec l’iRig Acous­tic. Il est clair qu’avec l’EQ qui va bien, une petite réverb et une simu­la­tion d’am­pli, on peut atté­nuer le côté boomy du micro et redon­ner de la brillance et du volume aux prises, mais ne vous atten­dez pas à des miracles non plus. Voyez ainsi ce qu’il advient de notre prise au fil de trois presets livrés avec Ampli­tube.

strum­ming irig dry
00:0000:33
  • strum­ming irig dry 00:33
  • ampli­tube leave­so­mes­pace 00:35
  • ampli­tube little­nose 00:35
  • ampli­tube strumme 00:35

Il n’y a tout de même pas de quoi sauter au plafond. Du coup, si l’ap­pli peut permettre de compen­ser en partie les lacunes de la capta­tion, on a plus souvent l’im­pres­sion d’un cache-misère à coup d’EQ et de réverb qu’autre chose. Il s’agira donc d’ap­pré­cier cet iRig Acous­tic en regard de son prix, de sa concur­rence et de vos ambi­tions. Et puisqu’on en parle…

La concur­rence est rude

Soyons clair : quoiqu’en disent les vidéos promo­tion­nelles d’IK, même en imagi­nant la meilleure appli du monde, un micro à 60 euros n’est pas près d’of­frir le rendu d’un U87 à 2 300 euros, ou même celui d’un micro dédié comme le DPA 4099G qui avoi­sine les 500 euros. Et c’est bien normal : nul n’en adres­sera le reproche à IK.

IK Multimedia iRig Acoustic : IK Multimedia iRig Acoustic

J’avoue en outre que, pour ma part, je préfère encore le son très perfec­tible de cet iRig Acous­tic à l’hor­reur qui sort de quan­ti­tés de guitares élec­tro-acous­tiques. Pour autant, vu ses défauts et son appa­rente fragi­lité, pour à peine plus cher, le posses­seurs d’iPhone ou d’iPad gagne­ront à mon sens à s’orien­ter vers des micros plus géné­riques comme le Zoom iQ5 qui, en plus d’être stéréo, peut être placé libre­ment autour de l’ins­tru­ment, et dispose de ses propres préamp et conver­tis­seur tout en demeu­rant portable. Et bien qu’il soit plus de deux fois plus cher et plus encom­brant, le Sonic Port VX de Line 6 me semble aussi inté­res­sant à consi­dé­rer pour son côté tout-en-un.

Et pour Android me direz-vous ? Et je ne vous dirai rien au vu de la pauvreté de l’offre en la matière et vu que tous les micros portables suscep­tibles de rempla­cer cet iRig Acous­tic se contentent de l’en­trée micro pour rester univer­sels, avec un son univer­sel­le­ment déce­vant. Il faudra proba­ble­ment vous tour­ner vers un micro USB comme en propose Blue avec son Snow­ball (ou IK avec l’iRig Mic Studio… à 220 euros), mais l’équi­pe­ment sera assu­ré­ment moins portable. Sur cette plate­forme, dispo­ser de cet iRig Acous­tic ne semble déjà pas si mal en regard de l’offre si l’on tient vrai­ment à rester dans l’ul­tra­por­table.

Conclu­sion

Aussi intri­guant que mignon de prime abord, l’iRig Acous­tic n’est ni une grande surprise ni une immense décep­tion. Simple à utili­ser, il offre une solu­tion extrê­me­ment compacte au guita­riste nomade qui veut s’en­re­gis­trer avec son télé­phone ou sa tablette tour­nant sous iOS ou Android (sans Ampli­tube Acous­tic sur cette dernière plate­forme à l’heure où ces lignes sont écrites), et il peut produire, grâce à son appli, des sons tout à fait hono­ra­bles… en regard du prix auquel il est vendu. Outre les réserves qu’on pourra émettre sur le son en compa­rai­son de solu­tions plus géné­ra­listes, mais pas forcé­ment plus coûteuses (Zoom iQ5 par exemple), son prin­ci­pal défaut demeure selon moi sa présu­mée fragi­lité : ce long câble de 2 mètres ultra-fin et non déta­chable semble du genre qu’on aura vite fait d’ar­ra­cher en marchant dessus, et comme tout est en plas­tique moulé, ça sent forcé­ment un peu le matos qui sera impos­sible à répa­rer.

Même si ses effets et trai­te­ments sont très rudi­men­taires au niveau des réglages, l’ap­pli est de son côté bien pensée et agréable à utili­ser, mais truf­fée d’achats in-app qui viennent gâcher la fête. Comp­tez d’ailleurs 10 euros de plus par rapport au prix du produit, ne serait-ce que pour vous payer le pack de pédales et d’am­plis option­nel chau­de­ment recom­mandé si vous voulez utili­ser plei­ne­ment votre équi­pe­ment.

Du coup, le bilan est mitigé car sans être un échec complet, l’iRig Acous­tic est frappé de bien des limi­ta­tions qui réduisent son inté­rêt face à des solu­tions plus géné­ra­listes, qu’il s’agisse de micros ou d’in­ter­faces pour iOS, ou encore d’en­re­gis­treurs d’en­trée de gamme comme le Zoom H1 qui, pour 40 euros de plus, propo­sera beau­coup plus de lati­tude et de qualité dans la prise de son (mais pas dans le trai­te­ment certes). Il s’agira de voir si IK, comme à son habi­tude, va décli­ner le produit dans une version HD ou Pro, dont les pres­ta­tions seront meilleures pour un prix forcé­ment plus élevé.

  • IK Multimedia iRig Acoustic : IK Multimedia iRig Acoustic
  • IK Multimedia iRig Acoustic : cable.JPG
  • IK Multimedia iRig Acoustic : irgacoustic2.JPG
  • IK Multimedia iRig Acoustic : irgacoustic1.JPG
  • IK Multimedia iRig Acoustic : garrison.JPG
  • IK Multimedia iRig Acoustic : cable2.JPG
  • IK Multimedia iRig Acoustic : amplitube acoustic

 

5/10
Points forts
  • Chouette look et housse mignonne
  • Ultraportable
  • Simple à installer
  • Amplitube Acoustic simple à utiliser
  • Utilisable sous Android, ce qui implique…
Points faibles
  • …l’usage de l’entrée micro-casque du téléphone ou de la tablette, soit un préampli et un converto bas de gamme
  • Câble long, fin et soudé : ça sent le drame
  • Micro terne
  • Placement à la rosace impliquant pour la prise de son (son boomy, corrigé ensuite pas l’appli)
  • L’appli « offerte » à 10 euros voire beaucoup plus si affinités
  • Où est la version Android d'Amplitube Acoustic ?
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.