Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Universal Audio Apollo 8 Duo
Photos
1/245

Test de l'Universal Audio Apollo 8

Interface audio Thunderbolt de la marque Universal Audio appartenant à la série Apollo

test
71 réactions
L’Apollo sur orbite ?
8/10
Partager cet article

Il y a trois ans déjà, nous testions la toute première interface audio d’Universal Audio, l’Apollo. Cette dernière, intégrant les fameux DSP UAD-2 chers à la marque, permettait d’utiliser le catalogue de plug-ins UAD avec une latence minime, tout en offrant des préamplis et convertisseurs de qualité. Plus tard, les Apollo 16 et Twin ont suivi, et la partie logicielle a continué d’évoluer avec notamment l’arrivée des plug-ins Unison, permettant de simuler des préamplis vintage. Universal Audio a profité du Musikmesse pour mettre à jour sa gamme d’interfaces Apollo, et notamment l’Apollo originale dotée de quatre préamplis appelée dorénavant Apollo 8. Quoi de neuf docteur ? C’est ce que nous allons voir.

Avant de commen­cer, préci­sons qu’en plus des mises à jour des Apollo 8 (l’ori­gi­nale) et 16 (la Twin n’a pas changé), un nouveau modèle a aussi vu le jour, répon­dant au doux nom d’Apollo 8p, inté­grant 8 préam­plis micro. Cela complète la gamme de belle manière pour ceux ayant besoin de ce type de confi­gu­ra­tion.

Mais c’est bien l’Apollo 8 qui nous inté­resse aujour­d’hui, dotée de « seule­ment » 4 préam­plis.

Noir c’est noir

En ce qui concerne le look de l’Apollo 8, le premier chan­ge­ment qui saute aux yeux par rapport à son ancêtre, c’est le chan­ge­ment de couleur. On passe du gris métal­lisé au noir. Est-ce mieux ou moins bien, à vous de voir. Ce qui est sûr, c’est qu’elle passera un peu plus inaperçue dans votre home-studio tandis que les témoins lumi­neux profi­te­ront d’un meilleur contraste avec la fini­tion.

Universal Audio Apollo 8

Mis à part ça, la face avant reste assez semblable avec à gauche les deux entrées instru­ments (qui sont désor­mais Unison et adaptent l’im­pé­dance et le gain d’en­trée au plug-in utilisé), l’en­co­deur permet­tant de régler les entrées et les 6 boutons acti­vant diffé­rentes fonc­tions liées à ces dernières (mic/line, coupe-bas, 48V, PAD, inver­seur de phase et link). Univer­sal Audio a gagné un peu de place en incor­po­rant les LEDs à ces boutons (aupa­ra­vant, elles étaient placées à côté), et cela leur a permis de caler trois boutons supplé­men­taires sur la partie droite. Ces derniers permet­tront d’avoir un meilleur contrôle de la partie moni­to­ring, avec les boutons METER, ALT (pour passer sur votre 2e paire d’en­ceintes) et FCN (que l’on assi­gnera à la troi­sième paire d’en­ceintes, au mono ou au dim). Situés juste à gauche du 2e enco­deur permet­tant de régler le niveau de sortie, ils s’avèrent très pratiques à l’uti­li­sa­tion. Avec l’en­co­deur cliquable qui permet de muter les sorties enceintes, nous avons accès aux commandes prin­ci­pales liées au moni­to­ring en quelques centi­mètres carrés.

Enfin, on retrouve comme sur l’an­cien modèle, les deux sorties casques tota­le­ment indé­pen­dantes et le switch de mise sous tension.

À l’ar­rière, c’est un peu moins surchargé qu’avant, et pour cause, les 4 premières entrées sont au format combo XLR/Jack TRS et gèrent à la fois les niveaux micro et ligne. Avant, nous avions des connec­teurs sépa­rés pour les 4 premières entrées ligne et les entrées micro. C’est un peu moins bien qu’avant, surtout pour ceux qui ont plein d’ins­tru­ments/outboards et qui veulent tout lais­ser bran­ché sur leur inter­face, les autres s’en moque­ront sans doute un peu.

Universal Audio Apollo 8

Côté Fire­Wire, les connec­teurs ont disparu et ont laissé place aux deux connec­teurs Thun­der­bolt qui ne sont donc plus option­nels. Le fait qu’il y ait deux connec­teurs permet de chaî­ner n’im­porte quel péri­phé­rique à votre Apollo, ce qui est très pratique. Votre servi­teur a donc bran­ché sur son MacBook un dock Thun­der­bolt, lui-même relié à un disque dur RAID 1, qui est lui-même relié à l’Apollo, qui est elle-même reliée à un écran. Ce qui fait 4 péri­phé­riques reliés au MacBook via un seul et unique connec­teur. C’est très pratique et surtout très stable : nous n’avons eu aucun problème pendant la période de test. La seule chose à noter, c’est que le chaî­nage n’est possible que lorsque l’Apollo est allu­mée. Sur notre confi­gu­ra­tion, le fait d’éteindre l’Apollo coupe l’écran. Ce n’est pas très grave, mais bon à savoir. D’ailleurs, l’Apollo gère enfin le bran­che­ment/débran­che­ment à chaud et la mise en veille de votre ordi­na­teur. Ouf !

Une dernière chose : l’ali­men­ta­tion est externe, ce qui fera un bloc secteur en plus qui trai­nera derrière votre bureau… Dommage.

On se console comme on peut

La partie logi­cielle de l’Apollo a elle aussi été mise à jour peu de temps avant la sortie de la nouvelle gamme. Même si ces nouveau­tés concernent aussi les anciens modèles, il nous parait impor­tant d’en parler ici.

Des plug-ins toujours plus gour­mands, mais les mêmes DSP

Fina­le­ment, le seul gros reproche que l’on pour­rait faire à cette nouvelle série d’Apollo, c’est de propo­ser encore et toujours les mêmes DSP UAD-2 sortis il y a main­te­nant… 7 ans ! Une éter­nité dans le monde infor­ma­tique. Certes, une version Satel­lite Octo existe désor­mais et il est possible de la chaî­ner avec une Apollo, mais la note finale sera exces­si­ve­ment salée… Il est temps pour Univer­sal Audio de trou­ver une solu­tion (UAD-3 ? Passer en natif avec un autre système de protec­tion ?) car leur cata­logue de plug-ins en vaut défi­ni­ti­ve­ment la peine. Pour infor­ma­tion, voici les consom­ma­tions DSP des diffé­rents plug-ins UAD.

La première chose impor­tante est l’Apollo Expan­ded permet­tant aux déten­teurs d’Apollo de combi­ner jusqu’à 4 inter­faces audio et 6 UAD-2 afin de multi­plier les DSP. Cela ne concerne que les confi­gu­ra­tions Thun­der­bolt, mais c’est une nouveauté que l’on atten­dait depuis long­temps.

La console, qui avait déjà reçu une mise à jour inté­res­sante lors de la sortie de la Twin, est donc passée en version 2.0. Au rayon des nouveau­tés, on peut noter que l’ap­pli­ca­tion est désor­mais Retina et qu’elle propose des présets de types « Chan­nel Strip » réali­sés par des gens a priori compé­tents et incluant des réglages pour plusieurs plug-ins. Ces derniers sont regrou­pés par instru­ments (Bass, Drums, Guitar, Keyboard et Vocal) et permettent d’avoir un bon point de départ, en utili­sant à la fois des plug-ins de compres­sion, d’éga­li­sa­tion, etc. On pourra aussi choi­sir si l’on veut enre­gis­trer les trai­te­ments pour chaque canal (avant, c’était global) et la fenêtre devient redi­men­sion­nable à conve­nance. Il sera aussi possible de cacher n’im­porte quelle entrée ou plug-in, de renom­mer les entrées, de tout router comme on le souhaite et d’avoir jusqu’à 4 bus Cue (youpi !).

Autant dire que cette mise à jour règle la plupart des manques de la console. Une très bonne chose !

Bench­marks

Universal Audio Apollo 8

Univer­sal Audio, avec la sortie de cette nouvelle gamme d’Apollo, a annoncé qu’elles inté­graient une nouvelle géné­ra­tion de conver­tis­seurs. Ceux équi­pant les précé­dentes Apol­los étaient déjà excel­lents, nous avons donc hâte de voir ce que donnent les nouveaux.

Nous avons réglé la mémoire tampon au mini­mum (32 échan­tillons) afin d’ob­te­nir la meilleure latence : 1,63 ms en entrée et 0,54 ms en sortie (en 96 kHz). Ces résul­tats sont excel­lents et vous permet­tront d’uti­li­ser vos plug-ins favo­ris, même natifs, lors des enre­gis­tre­ments sans ressen­tir le moindre déca­lage.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait des bench­marks avec notre APx515 d’Au­dio Preci­sion, et nous allons pouvoir compa­rer les résul­tats à ceux obte­nus avec les inter­faces que nous avons précé­dem­ment testées.

Voici les résul­tats obte­nus avec les niveaux lignes, en 96 kHz :

Universal Audio Apollo 8

Les anciennes Apollo étaient déjà les inter­faces ayant la meilleure dévia­tion, et Univer­sal Audio a encore réussi à amélio­rer légè­re­ment le résul­tat avec ±0,019 dB. C’est le meilleur score que nous ayons obtenu jusqu’à présent, tout simple­ment. (pour rappel, la dévia­tion de la Fire­face 802 est de ±0,063 dB, la Metric Halo ULN-8 ±0,06 dB, l’Apollo Twin ±0,023 dB, l’Apo­gee Ensemble ±0,087 dB et la Crim­son de SPL ±0,073 dB). Il est tout de même à noter qu’en 44,1 kHz, le score est légè­re­ment moins bon, ± 0,046 dB, mais toujours supé­rieur à la concur­rence.

Universal Audio Apollo 8

En ce qui concerne la distor­sion, l’Apollo fait jeu égal avec l’En­semble d’Apo­gee, et reste ainsi au top de notre compa­ra­tif.

Avec un gain allant jusqu’à 65 dB, les préam­plis contrô­lés numé­rique­ment offrent une marge confor­table aux utili­sa­teurs. Reste à savoir s’ils sont trans­pa­rents et silen­cieux.

Universal Audio Apollo 8
Universal Audio Apollo 8

Avec le gain réglé sur 34 dB, la dévia­tion est de ±0,025 dB, ce qui démontre que les préam­plis sont très trans­pa­rents, et la distor­sion reste toujours sous les 0,002 %, ce qui est aussi un très bon résul­tat.

Universal Audio Apollo 8

Côté bruit de fond, l’Apollo 8 est encore au top, avec un rapport signal/bruit de 108 dB lorsque les préam­plis sont réglés sur 34 dB de gain. C’est mieux que les dernières inter­faces que nous avons testées (Apogee Ensemble – 105 dB, Zen Studio — 101 dB, Fire­face 802 — 102 dB, SPL Crim­son — 101 dB, Metric Halo ULN-8 — 100 dB).

Les résul­tats des bench­marks sont donc sans appel, nous avons affaire à la meilleure inter­face que nous ayons testée. Le seul petit reproche qu’on pour­rait faire, concerne la réserve de gain (65 dB) qui est meilleure chez certaines concur­rentes. Mais c’est vrai­ment histoire de chipo­ter…

Une mise à jour mineure ?

Cette nouvelle série d’Apollo apporte, certes, peu de nouveau­tés, mais elles sont toujours inté­res­santes, avec notam­ment les boutons ALT et FCN en façade et la tech­no­lo­gie Unison trans­po­sée aux entrées instru­ments. Pas de quoi revendre son ancienne Apollo pour ache­ter une nouvelle, mais des vrais plus pour les nouveaux entrants. La console virtuelle évolue aussi dans le bon sens et le cata­logue de plug-ins conti­nue de s’étof­fer. L’Apollo 8 (2 199 € pour la version Duo et 2 699 € pour la version Quad) garde évidem­ment toutes les quali­tés de son ancêtre, avec des préam­plis et des conver­tis­seurs au top, une latence minime et une construc­tion sérieuse. On regret­tera juste le fait qu’elle ne soit compa­tible qu’avec les Macs ayant un port Thun­der­bolt, et surtout que les DSP UAD-2, même en version Quad, commencent sérieu­se­ment à s’es­souf­fler. La faute à leur âge avancé et aux plug-ins toujours plus réalistes, mais toujours plus gour­mands.

Télé­char­gez les bench­marks pour les niveaux ligne et micro (format PDF)

  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8
  • Universal Audio Apollo 8

 

8/10
Points forts
  • Joli rack à la construction sérieuse
  • Préamplis silencieux et transparents
  • Convertisseurs au top
  • Technologie Unison aussi sur les entrées instruments
  • Latence minime
  • Gestion du monitoring en façade
  • Console qui évolue, mais qui reste accessible
  • Accès au catalogue des plugs UAD
  • Deux connecteurs Thunderbolt
Points faibles
  • Mac Only
  • Thunderbolt only
  • Des plugs toujours plus gourmands en ressources et des DSP vieillissants
  • Une mise à jour finalement assez mineure
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.