Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Cakewalk Z3TA+ 2
Photos
1/41

Test du Cakewalk Z3TA+2

Synthé virtuel hybride de la marque Cakewalk appartenant à la série Z3TA+

test
11 réactions
Z3TA+2 croque la pomme

Pour ses dix ans, Z3TA+2, le synthé à synthèse waveshaping de Cakewalk est enfin porté sous Mac. Profitons donc de cet anniversaire pour voir ce que cache ce logiciel.

En guise d’in­ci­pit : à toute règle corres­pondent des excep­tions. En voici une puisque ce test est réalisé sur une version Release Candi­date d’un logi­ciel, ce que je me suis toujours refusé à faire (et a fortiori sur des versions beta) pour des raisons évidentes : produit non fini, fonc­tion­na­li­tés manquantes, insta­bi­lité, etc. La raison de cette excep­tion ici est que le synthé m’a paru tout au long du test très stable, les fonc­tion­na­li­tés ne posant aucun problème. Ce qui m’a aussi décidé, c’est que de plus en plus de logi­ciels ou biblio­thèques d’échan­tillons sortent dans des versions qui ne sont plus aussi abou­ties qu’il y a quelques années (c’est un euphé­mis­me…), parce qu’il est plus simple (pour diverses raisons, pas tout le temps cyniques, d’ailleurs) pour certains éditeurs d’uti­li­ser le client comme beta-testeur qui fera remon­ter les bugs, plutôt que de faire appel à une équipe dédiée qu’il faudra finan­cer. On a pu dans les divers tests publiés sur AF consta­ter les résul­tats de tels procé­dés…

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.6.8
Logic Pro 9.1.7
Cake­walk Z3TA+2.1 RC b28

Bref, assez parlé de ma pomme, passons au portage de Z3TA+2 sur l’autre. Dix ans, donc, que rgc:Audio a sorti son z3ta+, utili­sant la synthèse wave­sha­ping (un prin­cipe de modi­fi­ca­tion d’une forme d’onde par des distor­sions non linéaires), et offrant des carac­té­ris­tiques allé­chantes. Le synthé est ensuite passé chez Cake­walk, lors du rachat de rgc:Audio en 2005 (Cake­walk lui-même détenu par Roland depuis 2008), et a conti­nué à s’en­ri­chir (version 1.5 en 2007, et 2 en 2011). Dix ans pour passer d’un soft exclu­si­ve­ment PC à l’uni­vers Mac, c’est long. Mais c’est bien, car il reste encore des irré­duc­tibles (dans l’autre camp aussi, remarque­rez-vous).

Intro­du­cing Cake­walk Z3TA+2

Cakewalk Z3TA+2

Le logi­ciel est dispo­nible au télé­char­ge­ment sur le site de l’édi­teur, pour la somme de… 79 euros. Ce qui le place à un tarif parti­cu­liè­re­ment avan­ta­geux par rapport à sa concur­rence poten­tielle. Espé­rons que son inté­rêt ne soit pas que pécu­niaire. Le synthé devient avec cette version compa­tible Mac et PC, 32 et 64 bits, aux formats VST, VST3 et AU. La version PC offre une version auto­nome (stan­da­lone), sans que l’on sache encore si ce sera le cas pour la version Mac, ne dispo­sant pour le moment que de versions VST3 et AU, cette dernière utili­sant un wrap­per. On préfè­re­rait une version pure­ment AU, garan­tis­sant a priori une plus grande stabi­lité, mais il ne faut pas oublier que Cake­walk maîtrise cette tech­nique depuis le rachat à FXpan­sion de son VST-DX Adap­ter en 2003. Soit le temps d’être au point dans le prin­cipe de wrap­per… L’ins­tal­la­tion s’ef­fec­tue sans problème, l’au­to­ri­sa­tion se fera lors de l’ins­tal­la­tion, avec nom, prénom et numéro de série. Passons aux choses sérieuses, l’ar­chi­tec­ture plutôt hors norme de la bête, concen­trée dans deux fenêtres, Synth et Effects. Commençons par la première.

Z3TA toi d’os­cil­ler

Cakewalk Z3TA+2

Le synthé propose pour commen­cer six oscil­la­teurs par note, ce qui est déjà respec­table, qui seront portés à 48 oscil­la­teurs par note en mode Multi, ce qui est plutôt remarquable, sachant qu’ils offrent des prin­cipes d’in­ter­mo­du­la­tion cyclique, ce qui est a priori une source de puis­sance et de variété sonore phéno­mé­nale. D’abord, comme dans tout oscil­la­teur qui se respecte, on choi­sit une forme d’onde, avec un réglage de hauteur, plus ou moins 12 demi-tons et par octave, plus ou moins cinq. On fait défi­ler les valeurs en cliquant (clic droit pour décré­men­ta­tion), pas de cliqué-tiré, dommage. Un accord fin joue sur plus ou moins 50 cents, on dispose d’un potard Level et d’un Phase (Spread en mode Multi). Jusque-là, que de l’ha­bi­tuel.

Cakewalk Z3TA+2

Moins habi­tuels, les réglages de Mode, qui défi­nissent le compor­te­ment de l’os­cillo : Normal Sync (la période de l’onde recom­mence à chaque note jouée), Normal Free (la période ne redé­marre pas), Multi Sync et Multi Free (selon le même prin­cipe, offrant jusqu’à huit oscil­la­teurs pour un) et Fixed Sync et Free (l’os­cil­la­teur délivre une fréquence fixe). Les deux premiers modes disposent aussi d’une version inver­sée. Group, ensuite, règle le compor­te­ment de l’os­cillo par rapport aux autres. Add est le fonc­tion­ne­ment de base, l’os­cillo va vers les filtres, en paral­lèle avec les autres. Ring l’as­so­cie au suivant pour une modu­la­tion en anneau. Sync place l’os­cillo suivant dans la chaîne en esclave. PM et FM provoquent respec­ti­ve­ment modu­la­tion de phase et modu­la­tion de fréquence. Pour donner une idée des possi­bi­li­tés offertes, l’exemple suivant fait entendre deux oscil­los char­gés avec une simple sinus (une à l’oc­tave supé­rieure) et des modi­fi­ca­tions de Mode et Group. Dans l’ordre Add, Ring, Sync, PM, FM, Multi en PM et Multi en FM sans quasi­ment bouger les réglages. 

00:0000:00

Tout ceci sans un poil de filtrage ni de modu­la­tion. Il suffit d’ima­gi­ner ce que cela donne quand on utilise une des 60 formes d’ondes mises à dispo­si­tion ! Ou l’une des six que vous aurez pris soin d’im­por­ter grâce aux empla­ce­ments prévus (taille maxi­male de 65 536 échan­tillons)… Impres­sion­nant. Mais ce n’est rien, puisque nous ne sommes pas encore rentrés dans le wave­sha­ping à propre­ment parler.

Z3TA toi de défor­mer

Cakewalk Z3TA+2

Pour chaque oscil­la­teur, on dispose d’une série de 16 curseurs pour modi­fier la forme d’onde initiale selon plusieurs para­mètres très diffé­rents et on peut corri­ger offset de DC et symé­trie en cliquant-tirant dans l’écran affi­chant la forme d’onde. Warp, Offset et Twist vont jouer sur l’am­pli­tude et la pola­rité, Drive sur la satu­ra­tion, Window forcera la forme d’onde dans une fenêtre trian­gu­laire, Wave accen­tuera la fonda­men­tale, Bit Reduc­tion fait ce qu’il dit, Shrink raccour­cit la période, Self­Sync produit un effet proche de la synchro, Multi­point insère trois points zéro dans la forme d’onde, LPF, HPF, Spec­trum, Random All et Odd et Fold s’ajoutent aux modi­fi­ca­tions du contenu harmo­nique par filtrage, phasing, rando­mi­sa­tion, etc. En regar­dant la capture d’écran asso­ciée, on verra d’un côté la forme d’onde avant et après réglages, et on en enten­dra l’ef­fet dans l’exemple suivant.

00:0000:00

A, R et P comme Arpé­gia­teur

Le synthé embarque un arpé­gia­teur perfor­mant, utili­sant aussi bien des clas­siques du genre (Up, Down et toutes les combi­nai­sons possibles) que des fichiers Midi four­nis (300 inclus) ou à impor­ter (une mesure, en 4/4 et en type 0), via le menu dérou­lant ou par glissé-déposé dans l’af­fi­cheur. On peut tout aussi bien extraire un des fichiers pour l’im­por­ter sur une piste de la DAW, un réglage de préfé­rence permet­tant d’ar­rê­ter l’ar­pé­gia­teur.
On dispose bien entendu d’une synchro selon plusieurs divi­sions, du nombre d’oc­taves couverts, du choix de fonc­tion­ne­ment, Free, Synchro ou Gate (les accords joués sont alors répé­tés selon un des fichiers char­gés). Encore un outil extrê­me­ment puis­sant, bravo.

Très bon point, on peut sauver la forme d’onde ainsi obte­nue d’un simple clic droit dans l’af­fi­cheur grâce au menu dérou­lant. Pensons que cela est le résul­tat de mani­pu­la­tions effec­tuées sur un seul oscil­la­teur, et qu’il nous en reste cinq, et leurs possi­bi­li­tés d’in­ter­mo­du­la­tion… La sortie de chaque oscil­la­teur peut ensuite être envoyée vers l’un et/ou l’autre des filtres. Dernier élément des oscil­la­teurs, l’on­glet Perform qui offre tous les para­mètres de réglages du Bend, avec une approche assez origi­nale. D’abord, plusieurs modes, Low, High, Hold, pour lesquels, et respec­ti­ve­ment, unique­ment les notes graves, aiguës et tenues seront pitchées et Normal, le bon vieux fonc­tion­ne­ment. Et surtout le mode In-Key Pitch Bend, rendu possible grâce au para­mètre Bend Scale, qui forcera les notes d’un accord à monter (ou descendre) en se calant sur les notes corres­pon­dant à plusieurs choix de gammes, de la gamme majeure à la penta­to­nique en passant par la mineure mélo­dique, harmo­nique, etc., avec réglages indé­pen­dants pour les valeurs néga­tives et posi­tives. Abso­lu­ment génial ! On se prend à rêver de l’in­clu­sion de la fonc­tion à tous les instru­ments virtuels (et hard­ware)…

00:0000:00

Le Porta­mento béné­fi­cie lui aussi de quatre modes de réac­tion, avec réglage du temps d’ac­tion, de 0 à 10 secondes. Un Pad X/Y pourra être asso­cié à deux para­mètres, avec temps de passage d’un point à un autre réglable (à la souris ou via commande externe). Hélas, le para­mètre d’ac­ti­va­tion du pilo­tage via Joys­tick n’est dispo­nible que sous Windows. Heureu­se­ment, le Midi Learn permet­tra d’y assi­gner les contrô­leurs idoines. Enfin une mini-section Analog offre deux réglages, Burst, qui rajoute un pop carac­té­ris­tique et Drift qui désac­corde aléa­toi­re­ment et sépa­ré­ment chaque oscil­la­teur. Ouf…

Filtres et compa­gnie

Cakewalk Z3TA+2

Z3TA+2 embarque deux filtres que l’on peut utili­ser en série et paral­lèle. Ils disposent tous deux de réglages semblables, Cutoff, Reso­nance, Pan et Level. On choi­sira ensuite le type de filtre parmi 14 diffé­rents, dont des LPF, HPF, BPF, Formant, Comb, deux ou trois pics de réso­nance., deuxième, quatrième et sixième ordre. Ils disposent chacun d’un limi­teur, d’un Boost de la réso­nance et d’un réglage de sépa­ra­tion permet­tant de renfor­cer l’in­dé­pen­dance de chaque pic.

On conti­nue avec les enve­loppes, six assi­gnables à n’im­porte quelle desti­na­tion, une dédiée au Pitch, et une autre à l’am­pli­tude. Chacune dispose d’un délai retar­dant l’en­trée en action, d’une attaque, d’un Decay et d’un Sustain, chacun avec Time et Level, et d’un Release, avec réglage Amount (action globale de l’en­ve­loppe). Attack, Decay, Sustain et Release disposent en plus de trois réglages de pentes, linéaire, convexe, concave. L’en­ve­loppe de Pitch montre des para­mètres quelque peu diffé­rents : Delay, Start, Attack et Release avec Time et Level, et Decay.

Cakewalk Z3TA+2

Même richesse du côté des LFO, avec quatre pour toutes les voix du synthé et deux fonc­tion­nant par voix. Comme ça ne suffi­sait pas, chaque LFO en embarque en fait deux, qui seront mélan­gés via morphing ou fonc­tions mathé­ma­tiques. Presque 50 formes d’ondes sont dispo­nibles, ainsi que 10 utili­sa­teurs à impor­ter. 11 modes permettent de choi­sir entre addi­tion, sous­trac­tion, divi­sion, etc. La synchro est bien évidem­ment dispo­nible, ainsi que divers déca­lages de phase.

Cakewalk Z3TA+2

Enfin, Offset, Delay, Fade In (pour une entrée en action progres­sive), Morph, Speed et Amount complètent les para­mètres dispo­nibles. De véri­tables usines à modu­la­tion, très puis­santes. Puisqu’on parle de modu­la­tion, voici la matrice de modu­la­tion, sur 16 rangs (deux pages), avec choix de sources entre la quasi-tota­lité de celles dispo­nibles dans le synthé, taux d’ac­tion dépen­dant d’une courbe à choi­sir parmi 12 types, pilo­tées ou non par un contrô­leur Midi, la vélo­cité, le Bend, le type de notes, etc., et pouvant être diri­gées sur l’en­semble des fonc­tions de Z3TA+2.

Tour­ner la page

Cakewalk Z3TA+2

Comme si tout ceci ne suffi­sait pas, Cake­walk a dédié une page entière aux effets. On trouve parmi ces derniers un proces­seur de distor­sion agis­sant sur les filtres (l’un et/ou l’autre, par voix ou de façon globale), offrant cinq modes, de l’over­drive subtil à la distor­sion heavy, avec réglages de tona­lité, gain et niveau de sortie (que l’on retrou­vera sur tous les effets de la page), ainsi qu’un para­mètre Deci­ma­tor (réduc­tion de la fréquence d’échan­tillon­nage). Suit un compres­seur offrant réglages de seuil, ratio et gain, ainsi que trois modes, rapide, Mid et lent. Vient ensuite une réverbe dispo­sant de plusieurs algo­rithmes, Small Room, Mid Hall, Large Hall et Plate et quatre réglages, Size, Damp, Low et High. Un proces­seur d’ef­fets de modu­la­tion embarque plusieurs types de chorus, flan­gers et Phaser, avec possi­bi­lité de synchro et choix de formes d’onde (deux sinus et une triangle). On para­mè­trera le tout avec les potards de profon­deur, vitesse, retard et réinjec­tion. Deux réglages Low et High retou­che­ront le son du signal traité, une fois le EQ Mode activé.

Cakewalk Z3TA+2

Viennent ensuite non pas un, mais trois délais stéréo en série, avec synchro, EQ Mode (trois bandes, L, M et H), réglages de temps indé­pen­dants L/R et taux de réinjec­tion, fonc­tion­nant selon quatre modes, Stereo, Ping, Cross et LRC. On finit pour les effets avec un EQ/Simu­la­tor, offrant un EQ graphique sept bandes (plus ou moins 15 dB) selon plusieurs modes (influant sur les fréquences centrales et l’éten­due couverte par l’EQ, d’une plage de fréquences à tout le spectre) et un simu­la­teur stéréo donnant le choix entre 30 types d’am­plis, baffles et EQ spéciaux. Pour gérer tout ça (en rappe­lant que tout est modu­lable via la matrice), l’édi­teur offre un routing (série unique­ment, dommage) dans lequel on acti­vera et placera les effets selon son bon vouloir, par simple glissé-tiré. Tout cela est excellent, sur le papier. Écou­tons main­te­nant la bête. 

Du son !

On va piocher dans les très nombreux présets, en remer­ciant l’édi­teur d’avoir inclus ceux des précé­dentes éditions. Certains seront modi­fiés, d’autres lais­sés tels quels avec quelques « from scratch ». Le clas­se­ment est le même dans les deux banques four­nies, commençons par les sons arpé­gés.

00:0000:00

Puis les Basses.

00:0000:00

Quelques claviers.

00:0000:00

Voici les Leads.

00:0000:00

On conti­nue avec les Pads.

00:0000:00

Et on finit avec les Séquences.

00:0000:00

On ne peut pas tout mettre, mais il reste encore des dizaines de sons clas­sés dans les autres familles, Short Plucked, Simu­la­tions, Sound FX, Synthe­si­zer et Textures. 

Bilan

Indé­nia­ble­ment, le synthé offre des possi­bi­li­tés de synthèse extrê­me­ment puis­santes, grâce à une archi­tec­ture regrou­pant à la fois confi­gu­ra­tions inédites et modules plus habi­tuels, mais en nombre consé­quent. La richesse des oscil­la­teurs, les nombreux effets pouvant être inté­grés dans le sound design, les nombreuses modu­la­tions (enve­loppes, LFO, matrice), le Pitch Bend (pardon, LE Pitch Bend), la gestion des fichiers d’ac­cor­dage Scala, l’ar­pé­gia­teur/gate promettent des heures de design. De plus, le synthé se révèle parfai­te­ment stable et très bien réalisé, aucun potard ne crachant, aucun fader ne montrant d’échelle. Le Midi Learn fonc­tionne très bien, très simple­ment, la gestion de formes d’ondes utili­sa­teur (oscil­los et LFO) est une bonne idée fonc­tion­nant sans problème. Bref, quasi­ment rien à repro­cher dans l’ar­chi­tec­ture et la réali­sa­tion. Reste sa patte sonore : comme on a pu l’en­tendre sur les diffé­rents extraits sonores, Z3TA+2 ne fera pas d’ombre à toutes les émula­tions de synthés analo­giques vintage, du type DIVA. En revanche, pour ce qui est des sono­ri­tés défi­ni­ti­ve­ment numé­riques, le synthé se pose là. Si l’on ne se trompe pas de desti­na­tion, aucun doute que Z3TA+2 répon­dra parfai­te­ment aux attentes du musi­cien à la recherche de ces couleurs sonores bien parti­cu­lières.

Points forts
  • Concept
  • Six oscillateurs individuels
  • Richesse fonctionnelle des oscillateurs
  • Fonctions des Waveshapers
  • Variété et qualité des filtres
  • Nombre d’enveloppes et de LFO
  • Qualité des enveloppes et LFO
  • Matrice de modulation
  • Qualité des effets embarqués
  • Midi Learn simple
  • In-Key Pitch Bend
  • Import des fichiers Scala
  • Import de fichiers Midi dans l’arpégiateur
  • Import de formes d’ondes (oscillos et LFO)
Points faibles
  • Très typé numérique (est-ce cependant un reproche ?)
  • CPU à surveiller

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.