Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Quel As !
9/10
Award Valeur sûre 2012
Partager cet article

La course à l’émulation la plus crédible d’un synthé analogique, capable de contenter les tenants du tout discret (ou presque) et ceux du binaire est toujours d’actualité. Voici un nouveau participant à ce marathon, Diva, signé par l’éditeur u-he.

S’il est une chose que l’in­for­ma­tique, entre autres joyeu­se­tés, a apporté au monde de la musique, c’est bien l’adap­ta­tion d’un compor­te­ment typique des forums géné­ra­listes : celui de la flame war. Dites que le PC est large­ment supé­rieur aux confi­gu­ra­tions Apple, ou inver­se­ment, et c’est parti pour des discus­sions inter­mi­nables sur les mérites et défauts suppo­sés des deux camps, de manière la plus malhon­nête possible intel­lec­tuel­le­ment parlant (le prin­cipe même de la flame war). Ou parlez des mérites compa­rés des versions logi­cielles de machines mythiques ou dont les mérites sont essen­tiel­le­ment d’être construites « en dur », en niant la réalité des unes et les possi­bi­li­tés offertes par les autres, et vous pouvez tabler sur des pages et des pages de forum, faisant parfois s’af­fron­ter des gens n’ayant jamais mis la main sur un vrai Mini­moog ou un Pultec et d’autres pour qui les notions d’in­for­ma­tique se résument à 3615 Kinen­veut. 

Depuis quelques années et la vogue des versions virtuelles de synthés mythiques, souvent parées d’in­ter­faces graphiques de toute beauté qui ne sont pas sans effet (parfois de façon incons­ciente) sur l’ap­pré­cia­tion globale, sans comp­ter les nombreux ajouts de fonc­tions, la bataille fait rage avec, d’un côté les tenants du son analo­gique pur (« avec deux oscil­los et un filtre, je t’ex­plose ton poly­pho­nique numé­rique »), de l’autre les aficio­na­dos du numé­rique (« regarde, j’ai 2500 voix de poly­pho­nie, chacune avec son filtre multi­mode réso­nant et son enve­loppe 2500 points »), quand on n’ar­rive pas à des extrêmes du type « J’en­tends de l’alia­sing à 35 kHz » ou « Il n’y a rien en dessous de 15 Hz dans ton mono­pho­nique » en oubliant tout simple­ment la ques­tion prin­ci­pale : « Mais quelle musique créez-vous donc avec tout ça ? ».

Certes, tout ce qui précède fait appel à la cari­ca­ture, mais la cari­ca­ture part toujours d’un fait, d’une situa­tion vraie. D’autre part, plus les bécanes sont deve­nues perfor­mantes, plus les émula­tions en ont profité, plus les émula­tions sont deve­nues perfor­mantes, plus les bécanes se sont déve­lop­pées afin de répondre aux avan­cées et attentes de la recherche et des consom­ma­teurs. Que l’on songe à ce que Stein­berg propo­sait comme une repro­duc­tion fidèle du Mini­moog avec le Model-E, il y a douze ans comparé au Mini­monsta de G-Force par exem­ple…

L’édi­teur u-he, dont les excel­lents plugs Uhbik ont été testés ici, est bien connu des amateurs de synthés virtuels, notam­ment grâce à Zebra et Ace, deux très bons instru­ments même si d’ap­proche diffé­rente, et son intri­guant work-in-progress Berlin Modu­lar System, un projet modu­laire d’en­vi­ron­ne­ment de synthés plus ou moins modu­laires, qui devrait réunir Bazille (toujours en version alpha), Ace XT (une version survi­ta­mi­née de l’exis­tant) et un énig­ma­tique L.u.s.h. Non content de travailler sur tous ces produits simul­ta­né­ment, l’édi­teur nous présente Diva, un synthé (lui aussi modu­laire) aux spéci­fi­ca­tions allé­chantes. Revue de détail.

Intro­du­cing u-he Diva

u-he Diva

On trou­vera le synthé sur le site de l’édi­teur pour la somme de 165 euros, ainsi qu’une version démo. Compa­tible Mac (AudioU­nit 32 et 64 bits, et VST) et PC (VST 32 et 64 bits), le plug est d’en­trée présenté comme gour­mand par son éditeur, puisqu’il est recom­mandé au moins un deux cœurs 2 GHz Mac Intel sous OS 10.5 et PC sous Windows XP, et qu’il semble présen­ter plusieurs quali­tés de fonc­tion­ne­ment, dont une Divine censée déli­vrer les meilleures perfor­mances. Les utili­sa­teurs de Pro Tools devront attendre la mi-2012 pour dispo­ser d’une version compa­tible (direc­te­ment ou via l’adap­ta­teur de FXPan­sion). Pas de version auto­nome, on verra si c’est un problème ou pas.

Instal­la­tion sans problème, et auto­ri­sa­tion simpli­fiée : pas de chal­lenge/réponse, pas de clé intru­sive, mais un simple nom d’uti­li­sa­teur et un code. Ça fait du bien d’être consi­déré comme un client respon­sable, sachant de plus que l’édi­teur a quelques armes secrètes dans son arse­nal anti-pira­tages (on pense à l’in­ter­face de Zebra qui se trans­for­mait litté­ra­le­ment en une boue noire, ou des compor­te­ments plus que bizarres se déclen­chant une fois une certaine quan­tité de travail effec­tuée). Merci u-he.

Un Roloog, un Morg ou un Kand ?

L’in­ter­face très large affiche un nombre respec­table de commandes et sections. Heureu­se­ment, l’édi­teur a implé­menté son prin­cipe de fenêtres redi­men­sion­nables, ce qui permet d’af­fi­cher le plug selon sept tailles, du tout piti 600 × 335 (bon courage pour lire la séri­gra­phie…) jusqu’à un énorme 3000 × 1675 ! 

Le prin­cipe retenu par l’édi­teur est celui de la modé­li­sa­tion la plus fidèle possible non pas d’un synthé­ti­seur en parti­cu­lier, mais d’élé­ments de diverses machines mono et poly­pho­niques. On recon­naî­tra, au gré des éléments, des implé­men­ta­tions et carac­té­ris­tiques en prove­nance directe de Moog (Mini), Roland (Juno et Jupi­ter) et Korg (MS20), plus quelques autres qui m’au­ront peut-être échap­pées. Mais n’al­lons pas trop vite.

On l’a compris, une des obses­sions de l’édi­teur est la modu­la­rité, et c’est tant mieux. Diva (pour Dino­saur Imper­so­na­ting Virtual Analogue, tout un programme) n’y échappe pas. La topo­lo­gie semi-modu­laire de logi­ciel n’est pas révo­lu­tion­naire en elle-même, puisqu’on utili­sera des VCO, un filtre, des enve­loppes, deux LFO et deux effets, auxquels on addi­tionne plein de petites fonc­tions desti­nées à appor­ter des modi­fi­ca­tions subtiles (ou à l’in­verse carré­ment appuyées) à tout ce petit monde. Mais l’énorme inté­rêt de Diva, autre que ses possibles quali­tés sonores, est la possi­bi­lité de créer des confi­gu­ra­tions que l’on ne pour­rait obte­nir dans la réalité, sauf à sortir le fer à souder, sans garan­tie de compa­ti­bi­lité (au prix de désos­sage complet de machines onéreuses) : on peut ici utili­ser la confi­gu­ra­tion typique Moog à trois VCO avec un filtre façon MS-20, une enve­loppe numé­rique façon Jupi­ter-6, l’autre analo­gique façon Juno-60. Promet­teur, non ?

D’au­tant que l’édi­teur en profite pour inté­grer une tech­no­lo­gie inno­vante : celle des zero delay feed­back filters (que l’on pour­rait traduire par filtres à circuit de réinjec­tion sans retard). Kesse ? Dans le manuel, l’édi­teur nous explique que « La plupart des filtres dans les vieux synthés analo­giques ont un ou plusieurs points de réinjec­tion. Le signal d’en­trée passe par une série de résis­tances et conden­sa­teurs contrô­lés, puis le signal de sortie est réinjecté dans l’en­trée (ou à un autre point dans le chemin du signal). […] Cette boucle de réinjec­tion n’in­tro­duit aucun retard, la réinjec­tion est pratique­ment immé­dia­te… ».

 

U-He DIVA : DIVAsourcesDans le domaine numé­rique, la réalité est tout autre, et le retard s’ac­cu­mule, à cause du procédé employé (on trouve plus d’in­for­ma­tions sur le sujet dans le manuel fourni avec la démo du synthé ici, et bien sûr dans l’in­con­tour­nable L’au­dio­nu­mé­rique de Curtis Roads). Pour faire court, l’édi­teur utilise des tech­no­lo­gies propres aux simu­la­teurs de circuit indus­triels (PSpice notam­ment) et surtout un algo­rithme maison qui permet de « prédire » le signal en sortie d’un filtre, en l’in­cluant aussi comme variable d’en­trée. Vite, une aspi­ri­ne…

En dehors du son, sur lequel on revien­dra, le premier impact est sur la consom­ma­tion CPU, qui peut être très élevée. D’où un réglage parti­cu­lier (et fonda­men­tal), Accu­racy, qui permet­tra de sélec­tion­ner diffé­rents degrés de préci­sion de trai­te­ment, Draft, Fast, Great et Divine, influant conjoin­te­ment sur le son et la CPU. On verra de quelle manière.

Oscil­los variables

u-he Diva

Le synthé offre quatre zones prin­ci­pales, celle du haut regrou­pant les éléments de produc­tion du son, oscil­la­teurs, filtres et enve­loppes, celle du centre, variable et celles de côté, à gauche les LFO, à droite les effets. Cinq onglets en bas au centre permettent de bascu­ler sur diffé­rents réglages. Une première préci­sion : certains para­mètres peuvent donner accès à plusieurs sources de modu­la­tion via un menu dérou­lant s’ils sont dotés d’un triangle inversé gris, à choi­sir entre 13 sources internes et externes, des LFO à l’Af­ter­touch, ou entre 10 fonc­tions mathé­ma­tiques, de Add à Multi­ply, en passant par Invert, Random, etc. Dans le cas d’une modi­fi­ca­tion de la source par défaut, le texte de l’in­ter­face s’af­fi­chera comme s’il avait été recou­vert d’une bande adhé­sive Dymo, c’est pratique.

Commençons par le haut et par les oscil­la­teurs. On recon­naî­tra sans peine l’en­semble VCF/Mixer du Mini­moog avec ses trois oscil­los, mais qui gagne quelques fonc­tions inédites ; les prin­ci­pales étant la fonc­tion Hard Sync pour les oscil­los 2 et 3, la sélec­tion de forme d’onde en continu et non en passage abrupt de l’une à l’autre, la possi­bi­lité de créer une PWM et celle d’avoir une FM de base, l’os­cil­la­teur 1 modu­lant les deux autres. Six boutons permettent d’ac­ti­ver pour chaque oscillo une source de modu­la­tion. Le bloc VCO est complété par le tradi­tion­nel Mixer, avec volume du géné­ra­teur de bruit (blanc ou rose) et réglage Feed­back, renvoyant le signal en sortie du filtre dans le Mixer.

u-he Diva

Autre choix possible, le Dual VCO, qui nous renvoie cette fois-ci au Jupi­ter-6, avec quelques modi­fi­ca­tions, dont la possible sélec­tion de toutes les formes d’ondes en même temps, sans augmen­ta­tion du volume de l’os­cillo (le J-6 ne permet que deux sélec­tions à la fois) : deux oscil­la­teurs indé­pen­dants, avec modu­la­tion croi­sée (cross modu­la­tion), réglages d’oc­tave (une de plus), accord, Sync, formes d’ondes multiples (dent de scie, triangle, sinus, impul­sion à largeur variable modu­lable, noise…), mix entre les deux oscil­los. Ques­tion modu­la­tion, deux curseurs bipo­laires PW (attri­buables unique­ment à l’os­cillo 1 ou aux deux) et LFO 2, rota­tifs bipo­laires Env 2 et LFO 2 pouvant être diri­gés vers l’un et/ou l’autre oscillo ainsi qu’en mode Split, assu­rant une modu­la­tion indé­pen­dante. Le dernier para­mètre, Shape offre trois états, ideal, analog 1 et analog 2. Dans ses Templates, l’édi­teur attri­bue l’ana­log 2 au Jupi­ter-6, et l’ana­log 1 au Jupi­ter-8.

Dernière modé­li­sa­tion de VCO analo­gique, le double VCO du MS-20, ici nommé Dual VCO Eco. Les réglages sont quasi iden­tiques, formes d’onde, largeur d’im­pul­sion, désac­cord, volume respec­tif, avec quelques chan­ge­ments de noms, ajouts d’oc­taves aux oscil­los et ajouts de rota­tifs de modu­la­tion bipo­laires, Env 2 et LFO 2 par défaut.

Enfin, DCO nous propose un oscillo numé­rique du type de celui du Juno-60, avec toujours les deux curseurs bipo­laires PW et LFO 2, modu­la­tion de la hauteur via Env 2 et LFO 2, via deux rota­tifs bipo­laires, et sélec­teurs de formes d’onde, Pulse et Sawtooth selon plusieurs varia­tions, auxquelles on ajou­tera un sub (cinq varia­tions de l’im­pul­sion de base) et un noise afin de créer de nombreuses formes d’onde complexes. Il utilise le prin­cipe du divi­seur d’oc­tave avec une horloge maître, ce que ne possé­dait pas le Juno-60

Pas un soupçon d’alia­sing, un son propre (d’au­tant plus en mode Divine). Pour se faire une toute petite idée, voici une descente chro­ma­tique sur toutes les notes dispo­nibles (de G9 à C-1) en prenant l’onde dent-de-scie de tous les oscil­los dans l’ordre ci-dessus, un seul oscillo à chaque fois, le même filtre (Ladder, on y revien­dra) complè­te­ment ouvert, sans chan­ger enve­loppes et autres réglages. Préci­sion : pour tout le test, les exemples sont effec­tués en mode Divine, le plus gour­mand en CPU. 

00:0000:00

u-he Diva

Bien sûr le filtre colore légè­re­ment le son, mais comme tout le monde y passe de façon égale… On remarquera les parti­cu­la­ri­tés de la forme d’onde du MS-20. Voilà en tout cas un arse­nal sonore copieux, d’au­tant qu’il peut être mélangé à ce qui suit.

Filtres riches

u-he Diva

Ce qui va faire une première grosse diffé­rence, hors les possi­bi­li­tés de créa­tions de formes d’ondes complexes, c’est le filtre utilisé. Et là aussi, u-he nous gâte. Juste une petite préci­sion : là où les VCO façon Moog intègrent le mixer idoine, les autres oscil­la­teurs adjoignent à la place un filtre HPF ou un « simple » feed­back. On dispose d’un HPF Post (à trois posi­tions plus fonc­tion Bass Boost, rémi­nis­cence du filtre du Juno), d‘un HPF Pre, et pour finir d’un HPF Bite, filtre réso­nant 6dB/oct. avec réglage bipo­laire de modu­la­tion par l’Env 2 (par défaut), modé­lisé sur celui du MS-20 (on a long­temps cru qu’il s’agis­sait d’un 12 dB/oct., les recherches de Doep­fer sur une repro­duc­tion du filtre ayant fait le point sur cette fausse idée), et ce selon deux versions (Rev 1 et Rev 2). Ce filtre est d’ailleurs le plus gour­mand de tous les modules de Diva.

Voilà un exemple de balayage de fréquence avec la réso­nance à fond en Rev 1, puis en Rev 2 (on entend d’abord le son avant filtrage). Atten­tion, sur quelques exemples, on pour­rait croire entendre des effets de paliers : il n’en est rien, les premiers exemples ayant été effec­tués avec un contrô­leur rota­tif cranté, les suivants avec des faders pour une meilleure linéa­rité. Les courses des para­mètres de Diva sont parfai­te­ment conti­nues, sans aucun esca­lier, comme on pourra le véri­fier dans nombre d’exemples.

00:0000:00

Deux versions que l’on retrouve sur le filtre VCF Bite, repro­dui­sant aussi celui du synthé de Korg. L’édi­teur a-t-il donc modé­lisé un MS-20 doté du chip hybride Korg35 et un de la géné­ra­tion suivante utili­sant un OTA LM13600/13700 ? Les captures d’écran des versions bêta qui furent publiées sur le net par u-he montraient au début une appel­la­tion Sallen Key qui logique­ment permettent de dire qu’il s’agit d’une modé­li­sa­tion du Korg35. La confi­gu­ra­tion à base d’OTA repre­nant deux filtres de premier ordre en cascade ne partage en effet pas du tout la même topo­lo­gie.

En tous les cas, les fonc­tion­na­li­tés sont les mêmes, les modu­la­tions gagnant en bipo­la­rité et l’ac­cès à la liste déjà citée. Le filtre peut aussi être modulé en fréquence par l’Osc 1 (quel qu’il soit, voir enca­dré). Repre­nons l’exemple suivant en bougeant tous les contrôles de deux filtres en même temps.

 

00:0000:00

Autre filtre attendu, l’ex Tran­sis­tor Ladder, main­te­nant renommé VCF Ladder, le fameux 24 dB/oct. du Mini­moog. Bien évidem­ment, on n’en reste pas là, puisque u-he l’a aussi rendu 12 dB/oct., y rajoute la FM comme sur tous les autres. On retrouve les habi­tuels Cutoff, Empha­sis, et le filtre est modu­lable via l’Env 2 et le LFO 2 (bipo­laires) et le suivi de clavier. Voici un premier exemple en 24 dB/oct., puis le même en 12 dB/oct.

00:0000:00
u-he Diva

On conti­nue avec le VCF Cascade, hérité de celui du Juno, offrant Cut Off, Reso­nance, suivi de clavier, les habi­tuels Env 2, LFO 2 et FM, ainsi que les autres plus de l’édi­teur : un switch Rough/Clean chan­geant prin­ci­pa­le­ment le compor­te­ment de la réso­nance et un fonc­tion­ne­ment en mode 12 dB/oct. On enten­dra dans l’exemple suivant l’ac­tion en mode Clean, puis en mode Rough.

00:0000:00

Pour termi­ner, le VCF Multi­mode (OTA State Variable Filter au stade beta) qui nous ramène à celui du Jupi­ter-6, repre­nant (à l’écran, pas au son) les réglages du précé­dent, sans le mode Rough/Clean, mais avec un sélec­teur LP 4 pôles, LP 2 Pôles, HP et BP. On écoute tout de suite chacun des modes, dans l’ordre. 

00:0000:00

Des sons oui, mais le son ?

Bon, certes entendre des sweep en dit déjà pas mal sur le son du synthé, mais qu’en est-il vrai­ment ? Rien de plus simple, pour cela, on va piocher dans la géné­reuse banque de présets, de plus clas­sés par famille. Commençons par les Basses.

00:0000:00

Défi­ni­tion, présence, rondeur, tenue, tout est là, on entend même la rapi­dité des enve­loppes, bien « snappy ». Conti­nuons par les Lead.

00:0000:00

Là encore, les enve­loppes. Ou bien le plai­sir d’une sinus un tout petit peu retra­vaillée, façon Max Midd­le­ton par exemple, qui sonne tout de suite, comme sur le vrai. Et ces satu­ra­tions obte­nues, sans passer par un effet de… satu­ra­tion. Un vrai plai­sir. Passons au Dream Synth.

00:0000:00
u-he Diva

Lors des premiers tests, quand j’ai décou­vert les sons que l’on entend sur l’exemple, j’ai dû passer une bonne heure à enchaî­ner des accords, juste comme ça, pour le plai­sir. L’im­pres­sion de me retrou­ver derrière les Roland de mes premiers concerts, un coup de vieux, mais un coup de vieux agréa­ble… Conti­nuons avec quelques Polys typiques, qui prolongent cette sensa­tion.

 

00:0000:00

Pour finir, quelques effets et ryth­miques, montrant qu’avec une utili­sa­tion judi­cieuse des formes d’ondes des LFO et du Delay, on peut créer quelques séquences animées plutôt réus­sies.

00:0000:00

Télé­char­gez les fichiers de sons ici : flac.zip

Bilan

Depuis quelques années, et en mettant de côté tout ce qui est échan­tillon­neur, ROMpler, synthé à modé­li­sa­tion physique & co., j’ai vu défi­ler pas mal de synthés analo­giques virtuels. Si certains logi­ciels sortent du lot sans reven­diquer cette approche pure (le VA), comme Synplant ou Twin 2, par exemple, d’autres recherchent abso­lu­ment la quali­fi­ca­tion d’ana­lo­gique virtuel ultime. Les émula­tions de toutes sortes, parfois très réus­sies (Impos­car, Mini­monsta, Jupi­ter-8V), ont toutes cher­ché à reven­diquer le titre.

Mais là, je dois avouer que je suis abso­lu­ment séduit par le son et le prin­cipe de Diva. Certes, la bécane hôte en prend un coup, et il ne restera pas beau­coup de place pour le reste si l’on met trop de notes, à moins de coucher en audio le résul­tat. Mais cette consom­ma­tion est payante. Rare­ment les sensa­tions ressen­ties sur les synthés émulés il y a plusieurs années m’ont paru si fidèles sur cette Diva, à la fois proches et en même temps allant autre part. 

Le gros regret, c’est le manque de version auto­nome. Car on pour­rait très bien envi­sa­ger de prendre un portable puis­sant (il y en a à des prix très acces­sibles) et le consa­crer unique­ment à Diva pour faire de la scène ou même une machine dédiée en studio, comme d’autres se font des fermes VSL ou East West. Un bon analo poly­pho­nique actuel­le­ment, c’est combien ?

Dans son domaine, l’ana­lo­gique virtuel, c’est un vrai coup de cœur. Télé­char­gez la démo, jouez, écou­tez, tritu­rez dans tous les sens, ça ne vous engage à rien. Sauf à craquer.

9/10
Award Valeur sûre 2012
Points forts
  • Tout
Points faibles
  • Pas de version autonome !
  • Petits bruits et résidus d’effets lors de changements de présets

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.