Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack
+

Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it

PolyEvolver Rack, Synthétiseur hybride analogique/numérique de la marque Dave Smith Instruments.


1 avis d'utilisateur
Comparateur de prix
Petites annonces

Fiche technique Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

  • Fabricant : Dave Smith Instruments
  • Modèle : PolyEvolver Rack
  • Catégorie : Synthétiseurs hybrides analogiques/numériques
  • Fiche créée le : 25/08/2006

Nous n'avons pas de fiche technique sur ce produit
mais votre aide est la bienvenue

Distribué par mesi

»

Avis utilisateurs Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Note moyenne :4.0(4/5 sur 1 avis)
 1 avis100 %
coyote1425/05/2006

L'avis de coyote14"Un Hybride intéressant, dynamique mais pas attachant"

Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack
Il s'agit d'un rack équivalent à 4 evolvers, qui a donc un moteur sonore identique au Polyevolver Keyboard (sublime et sublimement cher).
Nous avons donc une polyphonie de 4 voix, chacune de ces voix pouvant se voir attribuer 4 oscillateurs: 2 sont analogiques, les 2 autres sont numériques et directement issus du Prophet VS, et codés en 12 bits (!!!), nous y reviendrons dans le chapitre "sonorités". Un filtre 2 pôles (12 dB/oct, type Prophet 5) ainsi qu'un filtre 4 pôles (type Moog 24 dB/oct), tous deux analogiques et résonants (auto-oscillation pour le 24 dB) sont de la partie. A noter aussi un filtre passe haut, numérique celui-ci, une distortion, numérique elle aussi, un ligne de 3 delays avec réinjection. Il faut souligner que, quelques soient les oscillateurs utilisés, ils peuvent bénéficier des filtres analogiques: pour ceux qui seraient tentés de comparer la partie oscillos numérique à une Wavestation, voilà une grosse différence, elle qui n'avait que des filtre numériques et non résonants...
Il est muni entre autres de 4 séquenceurs 16 pas, pouvant contrôler de très nombreux paramètres. Personnellement, j'aurais préféré un arpégiateur, plus immédiat et surtout qui présente l'avantage de pouvoir jouer une séquence d'accords qu'on lui transmet en temps réel, mais il faut reconnaître que ces séquenceurs ont l'avantage d'offrir plus de possibilités puisqu'ils peuvent non-seulement contrôler des notes jouées, mais aussi des destinations (ex: le séquenceur pilote une fréquence de filtre, un second jouant simultanément pilote la résonance...).
Au niveau connectique, ils ont joué le jeu à fond: le polyevolver étant équivalent à 4 evolvers, ils ont tout simplement quadruplé les sorties audio! Et, en Bonus, nous avons droit à une entrée audio. Par contre, point de sortie numérique: ça commence à faire tâche quand on arrive dans ces prix-là.
A noter que le polyevolver rack peut aussi être considéré comme un processeur d'effets: grâce à ses entrées audio, il peut traiter n'importe quel signal entrant (voix, samples, boucles rythmiques) et lui faire subir n'importe quel traitement (filtres, delays, saturation,...). On a bien entendu un suiveur d'enveloppe qui, détectant l'intensité du signal en entrée, sert de source de modulation.
A noter qu'il est possible de chaîner les PolyEvolver Rack/KB entre eux. On peut aussi les chaîner avec les evolvers: le polyevolver peut alors être édité par ses cousins, et ajoute ses 4 voies de polyphonie à celles de ses copains.
La qualité de fabrication, bien que propre, n'a rien d'extraordinaire: un écran rétro éclairé de 2 lignes (contraste réglable, mais luminosité un peu trop faible), un bouton on/off en façade ainsi qu'une prise casque de bonne qualité. Suivent de boutons de paramétrage trop petits, et des potentiomètres en plastoc qui m'ont l'air d'être les mêmes que sur l'evolver, c'est à dire pas bien solides. J'oubliais un trio de prises MIDI, et nous voila parés pour l'aventure.

UTILISATION

Le rack chauffe un peu, je trouve: rien de bien méchant. Entamons tout de suite le sujet qui fâche: l'interface. Eh bien oui: elle n'est pas intuitive. Ayant manifestement voulu éviter les sous-menus, ils ont mis les différents menus les uns à la suite des autres, et là, on frôle l'indigestion. Heureusement, on peut changer les paramètres grâce aux potentiomètres, judicieusement crantés, avec une vitesse convenable.
Là, on se dit: pas grave, un contrôleur midi, au pire via un séquenceur, et zou: on modifie en temps réel les paramètres. Et c'est là qu'intervient le concept de "Loterie": tous les appareils ayant un numéro de série supérieur à 223 ont déjà l'O.S. 2.0 qui a implémenté les Control Change MIDI, rendant ceci possible. Pour les autres, il faut vérifier: ceux qui ont l'OS 1.2 ont de la chance, puisque le passage en OS 2.0 se fait par dump MIDI. Et pour les autres glands qui, comme moi ont l'OS 1.0, eh bien il faut commander sur le site du constructeur 5 puces à remplacer dans la bécane pour pouvoir disposer de cet OS, les puces de première génération rendant l'upgrade non fiable! Bref: le cirque. J'ai gardé le plus beau pour la fin: le lot de puces doit venir des US, il coûte 25$, et il faut renvoyer les anciennes puces aux US (on se demande ce qu'ils en foutent...) Tenez-en compte quand vous achèterez le vôtre! Pour en avoir le cœur net, il faut appuyer simultanément sur Shift+compare, le numéro de l'OS étant celui qui est après "MAIN". Enfin: j'ai fait mon upgrade, ç'est relativement facile, et surtout: ça marche. On a alors droit à une liste de contrôleurs MIDI dont le numéro est fixe (malheureusement), mais aussi à de nouvelles fonctions comme un mode solo et unisson; de nouvelles fonctionnalités permettant l'édition du PolyRack depuis un PolyKB sont ajoutées. L'éditeur sur PC (voir chapitre suivant) affine cette partie contrôleur au fur et à mesure de ses mises à jour, assez fréquentes.
Et donc, nous avons à notre disposition un éditeur/bibliothécaire de l'éditeur Soundtower. Payant pour les possesseurs de l'Evolver, il est gratuit pour les possesseurs du polyevolver rack, moyennant un enregistrement sur le site avec son numéro de série. On m'a ainsi fait parvenir immédiatement un licence code et j'ai pu activer ce logiciel.
A l'ouverture, on est déçu: c'est tristounet. Mais c'est organisé plutôt logiquement et l'essentiel tient sur une fenêtre (d'un écran 19 pouces, il est vrai). Dans la fenêtre de paramétrage des ports MIDI, on constate avec joie qu'une case MIDI THR peut être cochée: cela signifie que l'on peut ouvrir simultanément cet éditeur et, par exemple, son séquenceur, qui ne protestera pas parce qu'un port MIDI est utilisé par un autre soft: bien vu (et indispensable surtout.) A noter l'excellent bibliothécaire également inclus, qui permet de gérer ses banques de sons en toute souplesse, par catégorie notamment.
A la vue et l'éditeur, on constate à quel point l'architecture de l'appareil, de prime abord assez simple, se montre nettement plus poussée qu'il n'y paraît. Et on voit aussi toute la puissance du concept dans les fenêtres relatives aux sources et destinations des modulations: à peu près tout peut moduler à peu près n'importe quoi! Très, très flexible, pas loin d'un semi modulaire type MS20, en moins convivial toutefois puisque là, pas de cordons! A première vue, on pense que les enveloppes, représentées graphiquement, ne peuvent pas être tripotées directement. C'est faux: en double cliquant sur n'importe quelle enveloppe, une nouvelle fenêtre s'ouvre, et là, bonheur: on peut "tirer" les points et tracer sa courbe. Et beaucoup de raccourcis clavier permettent de naviguer dans les différents champs pour en modifier la valeur, le tout étant bien évidemment immédiatement pris en compte par le rack. Cet éditeur se propose également d'aider à la création de sons, en proposant des fonction de morphing entre deux presets: pas très probant à première vue si on applique ceci à de nombreux paramètres, plus subtil si on limite l'action de morphing à certains d'entre eux. La partie "table d'ondes" du prophet VS permet d'importer ses propres tables d'onde et de les sauvegarder dans l'appareil. L'éditeur permet aussi de dessiner ses propres formes d'onde à la souris. Un petit utilitaire sur le site du constructeur permet même de faire la conversion WAV => table d'onde pour customiser sa bécane. Cet éditeur se montre particulièrement stable: aucun bug à déplorer. C'est peut-être la moindre des choses, mais ceux qui se sont déjà battus avec SoundDiver savent de quoi je veux parler. Finalement, un bon éditeur qui aurait mérité un look moins vieillot.
2 modes principaux existent: le mode programme où n'est présent qu'un seul son, mais avec 4 voix de polyphonie. Et le mode Combo, qui rassemble 4 programmes maximum, mais qui devront se partager les 4 voix de polyphonie. C'est un mode qu'on destinera aux utilisations multitimbrales, même s'il est un peu limite de parler de multitimbralité avec 4 voix de polyphonie. Mine de rien, ce mode est riche: il peut faire jouer indépendamment 4 sons sur 4 canaux MIDI, mais aussi faire jouer 4 séquences simultanément (bonjour le joyeux bordel), ou encore faire de prodigieux layers en superposant 4 sons: énorme! Fin du fin: le déclenchement de chacun des 4 sons peut se faire selon la note jouée ou selon la vélocité! On peut éditer les sons individuellement depuis le mode combo, et ça aussi c'est pratique.
Les 4 sorties indépendantes sont une bénédiction pour qui dispose d'une interface audio numérique munie d'entrées multiples: chaque son pourra avoir son propre traitement dynamique ou ses propres effets. Par contre, je ne vois pas pourquoi le simple fait de brancher un jack dans l'une de ces sorties a pour effet d'enlever son signal de la paire de sorties principales: cela est inutile et peut même s'avérer gênant qui l'on souhaite faire subir aux 4 sons la même chose...

SONORITÉS

En parcourant les presets, un sentiment émerge: c'est du lourd. Voire, lourdingue, ça manque de finesse. Rassurez-vous, il n'en est rien. C'est simplement qu'il faut très vite dresser des buchers pour cramer ces p..... de Sound Designers qui, sans doute rassasiés par des années de "Analog Saw" ou "Sync Lead" bateaux se sentent obligés de sortir des sentier battus en pondant des sons déjantés et hallucinés genre sound design que personne n'arrivera jamais à fourguer dans un morceau. De plus, il faut souligner que, hormis les delays, il n'y a pas d'effets, contrairement à un Virus, par exemple, dont les sonorités sont adoucies par des effets. Enfin, les presets ne sont pas harmonisés en volume, donc on passe d'un sons fluet à un explosion en rien de temps: gare aux moniteurs (et aux oreilles). J'ai donc rapidement pris l'initiative de me faire une petite sélection de sons un peu basiques, certes, mais qui révèlent le véritable instinct de l'engin.
En fait, de prime abord, on ne trouve pas grand chose de révolutionnaire. Mais dès lors qu'on ouvre un peu un filtre, qu'on pousse une résonance, qu'on detune un oscillo par rapport à l'autre, il faut bien se rendre à l'évidence: ça sonne, et très rapidement. Je suis estomaqué par la vitesse à laquelle on arrive à modeler un preset. Les sons sont voluptueux, assez chauds et possèdent une dynamique et du tranchant. Plus étonnant: on se surprend à voir quels sont les oscillos utilisés sur tel ou tel son, et alors qu'on aurait juré que tel preset était composé uniquement d'oscillos analogiques, on se fait parfois avoir en constatant qu'un oscillo numérique est de la partie. Sans doute parce que tout le monde est ensuite routé vers le même filtre passe-bas, bien analogique celui-ci.
A noter l'excellente rapidité des enveloppes: je n'arrive pas à savoir si elles sont analogiques ou numériques, mais peu importe: elles sont assez rapides.
Le delay ne se contente pas de bêtement faire echo à un son: poussé dans ses retranchements, il permet d'approcher des effets de type flanger. Il est fort heureusement synchronisable en MIDI La bonne surprise vient de la distortion: bien qu'étant numérique, elle salit admirablement les sons, et peut se montrer finalement très subtile. Malheureusement, son incrémentation n'est pas progressive ("en escalier") : dommage. On peut la placer à 2 endroits différents de la chaîne sonore, et ça, c'est très bien vu.
Piloter le polyevolver rack avec un clavier démuni d'aftertouch est un gâchis: beaucoup de sons ont été programmés en tenant compte de celui-ci, et ceux qui n'en ont pas ne savent pas à côté de quoi ils passent, de même que ceux qui n'ont pas de molette de modulation.
Heureusement, la version 2 de l'OS est venu rajouter un mode MONO et un mode UNISSON, auparavant absents du mode program. L'oubli initial est donc réparé. Quels sont maintenant les sons où excelle la machine? Je dirais les pads de type brass ou saw, où l'empilage d'oscillos analogiques fait réellement penser au son du prophet 5. Les sons type synth lead sync sont aussi très fort, et tous les sons faisant appel aux filtres en général. Curieusement, les grosses basses bien lourdes type Mini ne sont pas celles ou il excelle le plus, il ira plutôt flirter du côté des lignes type SH-101, et ce, malgré son filtre passe-bas résonant. Mais il s'en sort à peu près dans tous les registres. Les oscillateurs numériques, intégralement repris du prophet VS, donnent des résultats variables: de superbes cloches (mais alors vraiment très belles), et à côté de cela, des sons plutôt criards en général. Le parti pris de les avoir laissé dans leur résolution d'origine (12 bits) ravira les nostalgiques et les gardiens du temple de la manufacture électronique: je trouve quant à moi ce choix discutable, car je ne saisis pas l'intérêt d'avoir un léger souffle et un aliasing dans les aigus...La nostalgie a ses limites. Il est aussi frappant de voir le nombre de sons qui font appel à des sonorités rappelant celles des premiers jeux vidéo type arcade (blip, zouing, chtac, dingdingdingdingding....). Le bruit blanc permet aussi de reproduire de façon assez fidèle les boites à ryhtme type CR78 et autres ancêtres. Également à la fête: tous les sons lo-fi des tous premiers synthés bas de gamme, les sons lead puissants et tranchants dans les haut-medium...Le point fort de la machine étant ses modulations, on peut vraiment morpher le son dans tous les sens avec les contrôleurs MIDI: on n'est vraiment pas loin d'un modulaire...

AVIS GLOBAL

C'est une machine qui a du caractère et dont on se souvient. Il faut reconnaître qu'il s'agit d'un synthétiseur de très bonne facture, avec des composants produisant un bon son dans de nombreux registres. En résumé, voici les points essentiels
j'ai aimé sur cet engin:
- Concept hybride analogique / numérique qui offre le meilleur des deux mondes (chaleur et expressivité de l'analogique, originalité et côté versatile des oscillo numériques, qu'on peut importer et dessiner soi-même)
- Sa connectique analogique qui en fait réellement l'équivalent de 4 evolvers distincts.
- La presence d'un éditeur/bibliothécaire gratuit qui, tout compte fait, est assez convivial malgré son interface has been.
- Les modulations dans tous les sens, le nombre de sources et de destinations.
- Le grain qui, sur de nombreuses familles de sons, fait penser à de prestigieux ancêtres, le prophet 5 notamment.
- Les filtres analogiques redoutables, mais les autres traitements ne sont pas en reste (distortion, filtre HPF, delays synchronisables en MIDI...)
- La rapidité avec laquelle la machine livre le meilleur d'elle-même.
- les possibilités de FM et Ring Mod sur les oscillos numériques.
- La présence d'une entrée audio pour faire bénéficier toute source des filtres de la bécane, ainsi que la possibilité de patcher l'une des sortie machine vers cette entrée.
- Avantages par rapport à un analogique de l'époque: stabilité des oscillos, mémoire pour les presets, OS upgradable par dump midi (au delà de la version 1.2), fonctionnalités MIDI en général, qualité et dynamique du son, compacité.
J'aime un peu moins:
- Concept hybride analogique / numérique qui offre si l'on n'y prend garde le pire de chacun des mondes (le côté brutal de l'analogique, le côté gadget et daté des formes d'onde 12 bits numériques). Peut-être un léger manque de polyvalence.
- Les presets trop orientés "sound design", trop compliqués.
- Le prix au regard de la polyphonie très réduite et de l'absence de sorties numériques.
- Difficile de tirer la quintessence de la machine si on ne veut pas passer par l'éditeur fourni.
- L'absence d'effets, (en dehors des delays très évolués) de traitement dynamique ou d'équalisations.
- modes mono et unison uniquement dans la version 2.0
- la lourdeur pour faire l'upgrade vers l'OS 2.0 si on a le malheur d'avoir un appareil dont le numéro de série est inférieur à 223, upgrade pourtant indispensable qui offre l'accès aux CC midi !!! Mais une fois que c'est fait, ça marche.
- pas de mode d'emploi en français, mais de très bons tutoriels sur le net.
- le look un peu triste, le léger manque de luminosité de l'écran LCD.
»

Tutoriels et astuces Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Comment connaître la version de l'OS?

Publié le 26/05/06
Au moment où j'écris ces lignes, la version la plus à jour de l'OS du PolyEvolver Rack est la 2.0 Pour savoir dans quelle version est le vôtre, c'est simple: - Appuyer simultanément sur Reset+Compa…

Images Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

  • Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack
  • Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack
  • Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Vidéos Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Manuels et autres fichiers Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Découvrez d'autres produits !

Autres dénominations : polyevolver rack, polyevolverrack, poly evolver rack

Forums Dave Smith Instruments PolyEvolver Rack

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.