Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Orange #4 Jim Root Terror Head
Photos
1/166

Test de la tête d'ampli Orange Jim Root Terror #4

Tête d'ampli guitare tout lampe de la marque Orange appartenant à la série Terror

test
27 réactions
Orange et noir

Cela peut paraître dingue, mais jusqu’à présent, Orange n’avait jamais sorti d’ampli signature. Heureusement, la Jim Root #4 vient combler ce manque ! Focus sur cette petite tête noire.

Orange est une marque qui a fait rêver des géné­ra­tions de guita­ristes, moi compris, par son aspect parfois mysté­rieux. Créée à Londres en 1968 par Cliff Cooper, elle n’est au départ qu’un simple complé­ment à son studio d’en­re­gis­tre­ment et à sa boutique d’ins­tru­ments. Sa produc­tion d’am­pli­fi­ca­teurs connais­sant un succès consi­dé­rable, Cooper se consacre rapi­de­ment à forger le son des guita­ristes du « swin­ging London ». Mais, en diffi­cul­tés dès la fin des seven­ties, la firme sera rache­tée par Gibson au début des années 90, qui n’ap­por­tera pas les inves­tis­se­ments et les inno­va­tions néces­saires. Résul­tats : peu de nouveaux modèles, rare­ment recen­sés dans les maga­sins ou testables en boutique… d’où leur côté mysté­rieux ! Pour­tant ces amplis sont cultes et trônent sur les scènes des plus grands : BB King, Jimmy Page, Fleet­wood Mac, Stevie Wonder, Aeros­mith, AC/DC, Oasis, Black Sabbath, James Brown, etc. On ne peut pas les manquer et avec leur revê­te­ment orange psyché­dé­lique, ils ont une classe folle ! Le son est brut, puis­sant et chaud, surtout en distor­sion, du pur concen­tré de rock’n’­roll.

Début 2000, Cliff Cooper récu­père et relance son entre­prise. Depuis main­te­nant plus de 10 ans, la marque renait et sort avec beau­coup de succès plusieurs nouvelles séries : Crush, Rocker­verb, puis Thun­der­verb et enfin, celle qui nous inté­resse ici, la série des Tiny Terror. Ce sont de petites têtes d’am­pli 7/15W, 100 % lampe classe A et en vente à prix raison­nable. 36 000 exem­plaires vendus, cette série a fait un véri­table carton !

Je vais tester pour vous le 4e et dernier modèle de Tiny Terror : le Jim Root Terror, et il se pour­rait bien que ça soit le meilleur de la série… Allez, on met sur stand-by et on fait chauf­fer les lampes !

L’orange méca­nique

Orange Jim Root Terror #4

L’en­tre­prise so british nous a réservé quelques surprises avec sa dernière créa­tion. Tout d’abord, c’est leur premier modèle signa­ture. Comme quoi on peut surprendre, même après 40 ans. C’est donc Jim Root, le guita­riste des groupes métal Slipk­not et Stone Sour, qui a l’hon­neur d’être le premier à voir son nom asso­cié à une produc­tion Orange. Il faut dire qu’il est connu pour jouer unique­ment, sur scène et en studio, avec une Fender Tele­cas­ter et un ampli Orange Rocker­verb 100. Le précé­dent modèle, le Dark Terror, avait pour but de repro­duire le son du Thun­der­verb 100 avec une tête 7/15W, notre tête Jim Root doit quant à elle retrou­ver le son de l’autre modèle phare de la marque : le Rocker­verb 100. Préci­sons tout de même que les lampes utili­sées ne sont pas les mêmes, mais que le son du Terror #4 est très proche de celui du Rocker­verb, en tout cas il reste vrai­ment fidèle au son et aux sensa­tions « Orange ».

Seconde spéci­fi­cité de la bête : c’est le deuxième modèle, après le Dark Terror #3, à ne pas arbo­rer la couleur fétiche de la marque, mais à être d’un noir profond, évoquant la dimen­sion « Métal » de cet ampli spécia­lisé dans les grosses distor­sions. Mais, comme toujours avec Orange, c’est d’un chic parfai­te­ment rock’n’­roll et sans aucune faute de goût. 

Orange Jim Root Terror #4

Quelques petites préci­sions pratiques : comme tous les Terrors, la tête est très bien proté­gée par son enve­loppe de métal. Du coup, malgré sa petite taille, 30.5 cm x 19 cm x 15.5 cm, elle pèse un poids consé­quent : 5,65 kg. Mais elle est vendue avec une sacoche à bandou­lière, un gig bag, très pratique. Il faut surtout noter toutes les possi­bi­li­tés de modu­la­tion et de connexion que propose cette tête. En effet on a l’ha­bi­tude chez Orange de n’avoir que peu de réglages, surtout pour les égali­sa­tions. Ce coup-ci on a presque la totale. On trouve sur le devant deux switchs : un on/off et un switch bypass, 7 Watts ou 15 Watts. Il y cinq poten­tio­mètres : volume, basse, medium, aigu et gain, tous symbo­li­sés par de mystiques hiéro­glyphes, et, une seule entrée jack. À l’ar­rière, il y a trois sorties HP (deux de 8 Ohms et une de 16 Ohms) et, très bonne surprise pour une tête de cette taille, une boucle d’ef­fet qui est drivée par une lampe 12AT7. À l’in­té­rieur on a trois lampes 12AX7 pour le préam­pli et deux EL84 (à la place des EL34 pour le Rocker­verb) pour la puis­sance. Ca y est c’est chaud, ça rougit, c’est à point… à table !

Planet terror

Orange Jim Root Terror #4

C’est un plai­sir terrible de jouer un gros ampli à fond quand les lampes sont bien chaudes, mais pous­ser une tête 100 Watt, même 50 Watts à fond… Il faut avoir de l’es­pace ! Or ici même à faible volume on a déjà beau­coup d’har­mo­niques, le son est à la fois compressé et chaud, très riche en mediums et graves. De plus, les trois poten­tio­mètres d’éga­li­sa­tion sont effi­caces et permettent de bien adap­ter le son aux circons­tances. En distor­sion, j’ai vrai­ment été séduit par la bête. Je revien­drai un peu plus en détail là-dessus en la compa­rant aux autres modèles de la marque. En atten­dant, jetez une oreille aux extraits que je vous ai enre­gis­trés. Pour les prises, j’ai bran­ché la Jim Root Terror sur le baffle de mon combo Orange Rocker­verb 50. Je l’ai testée avec ma Fender Tele­cas­ter de 82, puis avec ma SG de 74 et je crois que toutes les deux ont beau­coup appré­cié… La prise de son est faite avec un micro SM57 devant le baffle, en direct dans ma carte son et sans aucun mix. J’ai joué en 7W sans jamais pous­ser la distor­sion à fond, mais en travaillant légè­re­ment sur les égali­sa­tions en fonc­tion des prises. En passant en 15W, on ajoute essen­tiel­le­ment du volume.

 
1 Tele­cas­ter Disto
00:0000:57
  • 1 Tele­cas­ter Disto 00:57
  • 2 SG Disto 01:26

Le son clair est quant à lui beau­coup moins sédui­sant. Il est joué avant le quart du volume ou du gain, et il faut être honnête : cet ampli n’a pas été construit pour une utili­sa­tion en clean, en tout cas pas pour faire des accords pleins. Le Jim Root a un bonne dyna­mique et est très inté­res­sant pour le jeu funky ou sec, pour des cocottes par exemple. C’est dès qu’on crunch un peu que ça devient diabo­lique­ment effi­cace !

 
3 Tele­cas­ter Clair
00:0000:42
  • 3 Tele­cas­ter Clair 00:42
  • 4 Tele­cas­ter Crunch00:58
Orange Jim Root Terror #4

On est très proche du Rocker­verb dans l’uni­vers et dans le son. On perd légè­re­ment de rondeur en son clair mais par contre on monte beau­coup plus vite et faci­le­ment dans les grosses satu­ra­tions, c’est très plai­sant et sédui­sant. Disons qu’un plus gros combo a besoin d’être poussé dans ses derniers retran­che­ments pour atteindre ce plai­sir de jeu, dans le gain et dans le sustain notam­ment. C’est aussi mon préféré de la série Tiny Terror. Avec son prédé­ces­seur, ce sont ceux qui ont la distor­sion la plus violente, mais j’ai un faible pour celle du Jim Root que je trouve plus chaude. Il faut dire que je suis plus Rocker­verb que Thun­der­verb à la base…

Le Dark Terror #3 a donc une satu­ra­tion plus sèche et trash, alors que le Jim Root # 4 est plus profond avec des fréquences médiums plus riches. Ce dernier est aussi plus poly­va­lent, car c’est le seul de la série à avoir des poten­tio­mètres grave, médium et aigu, contre un unique bouton Shape ou Tone sur les autres. On peut aussi ajou­ter à cela la boucle d’ef­fets qu’on ne retrouve que sur le Dark Terror.

J’avais déjà un petit faible pour Orange mais là je suis défi­ni­ti­ve­ment séduit par leurs distos.

Je vois la vie en orange

Commen­ce­rait-on à sortir de la mytho­lo­gie rock’n’­roll du « plus c’est gros plus c’est lourd, meilleur le matos est » ? Pour les répé­ti­tions ou concerts dans les salles moyennes, jusqu’à 200 spec­ta­teurs, les têtes 15W à lampes sont ample­ment suffi­santes même sans être reprises : petit, mais costaud ! On peut même dire que la majo­rité des guita­ristes n’ont que rare­ment la chance de vrai­ment pous­ser leurs amplis 100W. Et cela sans parler du prix, de la place que ça prend pour les stocker et les trans­por­ter, et du poids, car il ne faut pas oublier que faire des concerts, c’est aussi porter beau­coup de matos. Pour moi qui suis souvent sur la route, je commence sérieu­se­ment à m’in­té­res­ser à ces petits modèles, surtout quand on voit la qualité de son atteinte par le dernier Tiny Terror. Il faut ajou­ter que je ne suis ni fan des amplis signa­ture, ni fan du groupe Slipk­not, mais là j’ai été conquis.

Si on voulait vrai­ment chipo­ter, on pour­rait dire qu’il manque un deuxième canal, un foots­witch et une petite réverbe, mais c’est vrai­ment histoire de chipo­ter… Il est certes plus cher que les autres modèles de la série, comp­tez 70 € de plus que pour un Dark Terror, et 120 € de plus que d’un Tiny Terror, mais pour moi ça les vaut large­ment (Prix public cata­logue : 635 €. La tête devrait être moins chère en maga­sin).

Points forts
  • La grande qualité du son distorsion
  • La taille
  • La puissance
  • Les nombreux paramètres pour un ampli Orange
  • Les possibilités réelles de modulation du son
Points faibles
  • Le son clair Orange ne séduit pas tout le monde

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.