Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Focusrite Midnight
Photos
1/11

Test du Focusrite Midnight

Autre traitement dynamique logiciel de la marque Focusrite

Prix public : 109 € TTC
test
15 réactions
In The Midnight Hour
7/10
Partager cet article

Le célèbre fabricant anglais présente deux nouveaux plugs, les Midnight EQ et Midnight Compressor, inspirés de produits mythiques de sa production, la série ISA.

Prendre le pli ou pas ? Il semble que quasi­ment aucun des fabri­cants (plus ou moins) histo­riques de maté­riel audio, profes­sion­nel ou semi-pro, n’échappe à la tenta­tion, ou peut-être à la néces­sité en ces temps diffi­ciles, de propo­ser une ou plusieurs décli­nai­sons logi­cielles de produits ayant fait leur répu­ta­tion dans le monde du “solide”.

Focus­rite n’en est pas à son coup d’es­sai, puisque les versions D2/D3 de ses proces­seurs de la série Red Range ont long­temps fait partie inté­grante de l’ar­se­nal des utili­sa­teurs de Pro Tools. Puis vinrent la série Liquid (dont le Liquid Chan­nel en 2003), la Forté Suite (2003), la Plugin Suite (2008), la Scar­lett Plugin Suite (2009). Aujour­d’hui, c’est au tour de la Midnight Plugin Suite de faire son appa­ri­tion, repre­nant une partie des modules décli­nés pour la Forté Suite jusque-là réser­vée aux utili­sa­teurs de Pro Tools, à savoir l’EQ et le compres­seur, respec­ti­ve­ment modé­li­sés, selon l’édi­teur, d’après l’ISA110 et l’ISA130. Rappe­lons que les deux ont été conçus par rien moins que Rupert Neve.

 

Intro­du­cing Midnight

Machine de test

MacPro Xeon Quad 3,2 GHz

10.6.6

Logic 9.1.3

Peak 6.2

Midnight Suite 1.0

La suite (de deux plug-ins) est donc propo­sée pour Mac (Intel et non-Intel, merci…) et PC, aux formats VST, AU (32 et 64 bits) et RTAS (32 bits PC et Mac Intel seule­ment). L’ac­ti­va­tion se fait via Inter­net par le biais d’un fichier de licence à télé­char­ger après avoir rempli un certain nombre de rensei­gne­ments sur le site de l’édi­teur. La procé­dure complète (inscrip­tion plus télé­char­ge­ment) peut se faire online ou offline (depuis un autre ordi­na­teur).

Un manuel .pdf en français est dispo­nible, rela­ti­ve­ment succinct et l’on ne se lasse pas de “Les façades repré­sen­tées à l’écran sont remarqua­ble­ment détaillées comme la puis­sante et douce modé­li­sa­tion par DSP qu’elles dissi­mulent et qui produit un son Focus­rite clas­sique « à tomber par terre ». Le manuel, s’il n’est pas très copieux, est suffi­sam­ment clair et péda­go­gique pour qu’un total néophyte en matière de compres­sion puisse comprendre ce que ce vocable et l’uti­li­sa­tion du prin­cipe recouvrent. Notons cepen­dant que Focus­rite n’est pas très clair dans ces cita­tions d’ins­pi­ra­tion, car si le compres­seur ISA130 est très clai­re­ment mentionné dans la présen­ta­tion globale et dans sa partie dédiée (“Le Compres­seur Midnight est modé­lisé d’après le légen­daire compres­seur maté­riel ISA 130”), l’ISA110 n’est mentionné qu’une fois dans l’in­tro­duc­tion globale, sans autre indi­ca­tion formelle d’une modé­li­sa­tion précise.

Passons aux plugs.

 

Para­mètres et inver­sion

Focusrite Midnight

Première consta­ta­tion, l’édi­teur a fait un excellent travail graphique : le bleu nuit métal­lisé, les potards chro­més et les indi­ca­teurs de niveaux à aiguille sont du meilleur effet, bien loin du design des ISA110 et 130, tranche verti­cale (lunch-box ou pour console, L40) ou rack (ISA110 Reis­sue, ISA115, version double et ISA131) et petits boutons jaunes, là où la Forté Suite avait joué le jeu de la ressem­blance. Mais le chan­ge­ment de façade et de look montre aussi que certaines fonc­tions des origi­naux ne sont plus implé­men­tées sur ces versions, ou de façon diffé­rente.

Commençons par l’EQ, qui offre une confi­gu­ra­tion clas­sique : filtres passe-haut et passe-bas, deux shel­ving (fréquence et gain) et deux para­mé­triques (fréquence, gain et facteur Q). Un potard de Gain de sortie et un indi­ca­teur de niveau de sortie complètent l’ou­til. Rappe­lons que le modèle origi­nal est un préam­pli non pas à compo­sants discrets, mais à… circuits inté­grés (ampli op 5534, etc.) !

Dispa­rus l’in­ver­seur de phase (mais toute DAW en dispose), le bouton d’ac­ti­va­tion des EQ par section (para­mé­trique, Shelf, hi et lo-pass, et c’est bien dommage), le bouton “x3” qui permet­tait de passer d’une bande de fréquences à une autre sur les para­mé­triques (par exemple, la plage 40 à 400 Hz bascu­lait en 120 à 1200 Hz) et le témoin de surcharge. En revanche, et par rapport à la version hard­ware, les fréquences deviennent glis­santes au lieu d’être cran­tées sur quelques valeurs, au niveau des Shelves et filtres (ces derniers affichent une pente de 18 dB/oct.). Et l’in­for­ma­tique permet cette fois d’in­cré­men­ter les réglages par pas d’une unité (voire 0,1), si néces­saire.

Focusrite Midnight

On peut accé­der à ces réglages ultra-fins via auto­ma­tion, ou dans Logic par la vue Controls dont dispose chaque plug. Car les plug-ins Focus­rite en dehors de quelques fréquences repères (moins nombreuses visuel­le­ment que sur l’ori­gi­nal) ne disposent d’au­cun affi­chage numé­rique via l’in­ter­face (fréquence, Q ou gain), ni de possi­bi­lité de les entrer via pavé numé­rique (sauf à bascu­ler en mode Controls).

Première ques­tion : allons-nous retrou­ver une énième section para­mé­trique “idéale” dont seule la fonc­tion de trans­fert aura été modé­li­sée (diffé­rence entre signal entrant et sortant) ou béné­fi­ciera-t-elle d’une modé­li­sa­tion plus “complète”, inté­grant d’autres para­mètres ? Afin de comprendre le pourquoi de cette ques­tion, il faut se réfé­rer à deux choses : d’abord le livre L’Au­dio­nu­mé­rique de Curtis Roads pour les types de filtres et d’EQ et leur compor­te­ment, notam­ment au niveau des rebonds, de la phase et autres effets induits (les lecteurs assi­dus d’AF connaissent l’im­por­tance du bouquin et l’his­toire de sa dernière version française) et puis ce site, rhyth­min­mind dont l’au­teur a publié un très édifiant papier (en anglais seule­ment) sur les EQ para­mé­triques logi­ciels (voir aussi la discus­sion sur Audio­fan­zine à ce sujet).

Entre la cita­tion extraite du site d’Al­go­rith­mix, les exemples qu’il propose (pas d’au­dio, hélas), il y a de quoi recon­si­dé­rer les para­mé­triques qui peuplent nos bundles et ceux inclus d’ori­gine dans nos DAW. Bref. Pour en reve­nir à la première partie de la ques­tion : si le Midnight EQ, dans sa partie para­mé­trique, est de même concep­tion que d’autres, en cher­chant à repro­duire les réglages sur un autre EQ para­mé­trique (sachant que les valeurs de gains et Q, voire de fréquences, ne sont pas forcé­ment norma­li­sées), on devrait arri­ver à une annu­la­tion en procé­dant à une oppo­si­tion de phase. Eh bien, ce n’est pas le cas.

 

Compor­te­ment

Focusrite Midnight

Ce n’est pas faute d’avoir cher­ché, avec tout un tas d’EQ para­mé­triques, de ceux d’Apple aux Waves, en passant par Sonnox, Univer­sal Audio, PSP, Nomad, BIAS, etc., mais il a été impos­sible de procé­der à des annu­la­tions via oppo­si­tion de phase en restant dans des limites raison­nables de confi­gu­ra­tion (c’est-à-dire que n’est pas rete­nue une annu­la­tion s’il a fallu quinze para­mé­triques pour repro­duire la courbe d’un seul du Midnight EQ…). Les tenta­tives les plus proches ont été obte­nues avec l’EQ Sonnox, avec le Cambridge d’UA (éton­nant, non ?) et surtout le TC EQ Sat, à qui il ne manquait pas grand-chose pour arri­ver à une annu­la­tion totale (avec une seule bande active) que ce soit en boost ou en cut, voir la capture d’écran A : en rouge, le bruit blanc, en orange, ce que laisse passer le Cut à 886 Hz (n’ou­blions pas que l’on est en oppo­si­tion de phase, donc, norma­le­ment, rien n’est audible, sauf s’il y a modi­fi­ca­tion d’une des deux pistes) et en vert ce qui reste après réglages du TC. Même chose capture B avec un boost à 5,17 kHz.

Mais toutes ces recherches ont permis d’en­tendre et de voir comment se comporte la section para­mé­trique, que l’on quali­fiera de “très musi­cale” en oppo­si­tion à “pas du tout précise”. Enten­dons par là qu’elle sera très inté­res­sante pour donner une sono­rité parti­cu­lière, un boost ou un cut assez large, mais qu’il ne faudra surtout pas lui deman­der de travailler sur une fréquence précise avec un Q serré (pardon…). Si l’on se fie à la règle de calcul du Q, les indi­ca­tions données par Focus­rite (de 0,67 à 4) devraient corres­pondre pour le Q le plus ouvert à peu près à une octave et demie et pour le plus fermé, à trois demi-tons. On est loin du compte. Un manque de préci­sion qui peut être parfois gênant.

Les graphes sont d’ailleurs assez parlants quant à ce que laisse passer une bande d’EQ para­mé­trique une fois ouverte dans le cas de deux fichiers en oppo­si­tion de phase. La largeur de bande est, hum, très large, même si elle varie bien entendu en fonc­tion du gain, fidèle en cela à l’ori­gi­nal, tout du moins dans le prin­cipe de compor­te­ment.

Et du côté des autres sections de l’EQ ? Eh bien, c’est pareil… Voilà pour exemple, ce pied de BD, avec repisse.

 

 

00:0000:00

 

 

Commençons par appliquer un filtrage en dessous de 50 Hz, fonda­men­tale de la grosse caisse.

 

 

00:0000:00

 

 

Focusrite Midnight

La correc­tion semble un peu forte, ce que corro­bore l’ana­ly­seur (capture C), qui révèle que la coupure commence non à 50 Hz, mais à 75 Hz, soit une demi-octave au-dessus. Et qu’une octave plus bas, là où nous devrions être à –18 dB selon les spéci­fi­ca­tions du plug, le 25 Hz est 33 dB en dessous… Hum, on comprend que le filtre puisse paraître effi­cace. Par acquit de conscience, j’ai véri­fié à d’autres fréquences, l’EQ réagit quasi­ment de la même manière, c’est-à-dire en commençant plus haut, et donc en coupant plus sévè­re­ment que suivant la pente annon­cée : par exemple sur du bruit blanc, et un réglage à 330 Hz (le plafond), la coupure commence à 550 Hz et on se retrouve avec un 165 Hz à 23 dB sous la fréquence de coupure (choi­sie). La progres­sion n’est pas constante, mais le compor­te­ment reste égal.

Autre tenta­tive avec le High Shelf. Prenons notre bruit blanc.

 

 

00:0000:00

 

 

Appliquons-lui une modi­fi­ca­tion de 12 dB à partir de 7 kHz. Profi­tons-en pour rappe­ler le compor­te­ment d’un shelf : quand on parle de 12 dB à 7 kHz, il faut comprendre cette fréquence comme celle à laquelle le plateau (shelf) est stabi­lisé au gain recher­ché. Cette fréquence est nommée fréquence centrale ou char­nière (corner frequency).

 

 

00:0000:00

 

 

Focusrite Midnight

Là encore, l’écoute semble indiquer que la correc­tion est très large, ce qui est confirmé par l’ana­lyse : la pente commence en effet à 940 Hz (capture D). Heureu­se­ment, le plateau, lui, est bien à + 12 dB.

On notera d’ailleurs que la parti­cu­la­rité des Shelves de l’ISA110 semble avoir été reprise, à savoir un Q constant, ce qui implique une pente toujours semblable quelque soit la fréquence, une des signa­tures sonores du préam­pli (capture E).

On le voit, le but semble avoir été de réali­ser un EQ sonnant bigger than life, flat­teur, bref, un outil qu’il faut utili­ser les yeux fermés… Ce qui ne veut pas dire que le plug ne sonne pas en fonc­tion de ce que l’on cherche à entendre. Une fois habi­tué au compor­te­ment des Shelves, par exemple, on trouve faci­le­ment le bon réglage. Mais il faut perdre ses habi­tudes et ne plus cher­cher à faire corres­pondre ce qu’en­tendent nos oreilles à ce qui est indiqué sur le plug, corri­ger véri­ta­ble­ment en aveugle, car les aigus paraî­tront plus brillants, les graves plus profonds, les bas-médiums plus solides, etc., puisqu’à chaque fois, une plus large bande de fréquences que celle visée sera modi­fiée.

En tenant compte de ces éléments, voici un petit test sur une boucle batte­rie (un loop stéréo)-guitare, un peu sourde.

 

 

00:0000:00

 

 

Puis après, avec un nettoyage et éclair­cis­se­ment du bas, et un peu de brillance pour remon­ter les attaques de la guitare (pas de compres­sion).

 

 

00:0000:00

 

 

Ce qui permet ensuite de rajou­ter une basse bien ronde.

 

 

00:0000:00

 

 

La même chose après un petit renfor­ce­ment (via EQ toujours) de l’at­taque de la batte grosse-caisse (diffi­cile à attra­per, puisqu’il faut lutter entre ce que l’on entend, le réflexe d’al­ler para­mé­trer la fréquence enten­due, et la non-corres­pon­dance avec celle produite par l’EQ…). Le manque de préci­sion du Q empêche de cibler préci­sé­ment la fréquence de la frappe, ce qui fait que le bas de la caisse claire remonte, mais cela reste en défi­ni­tive dans l’es­prit du son recher­ché. Le problème ne se serait pas posé avec des fichiers sépa­rés. Ou avec un EQ plus précis.

 

 

00:0000:00

 

 

Ultime préci­sion : ces compor­te­ments parti­cu­liers se retrouvent aussi à haute réso­lu­tion (les exemples ont été testés jusqu’en 96 kHz), l’exemple précité du High Shelf montre une coupure commençant cette fois à 1670 Hz et des pous­sières.

 

Compres­sons, pres­sons…

Focusrite Midnight

Si l’on veut chipo­ter (chipo­tons, chipo­tons), Focus­rite aurait dû préci­ser que son Midnight Compres­sor est modé­lisé d’après l’étage de compres­sion seul de l’ISA130, puisque ce dernier était un module complet de trai­te­ment de la dyna­mique qui  embarquait, outre un compres­seur (et limi­teur), un expan­deur/gate, un dé-esseur/exci­ter et une section EQ (filtres passe-haut, passe-bas, EQ en cloche).

Même qualité graphique que son acolyte, et une présen­ta­tion claire avec cette fois deux indi­ca­teurs à aiguilles, un pour le Thre­shold (avec choix entre signal entrant ou sortant) et l’autre pour la réduc­tion de gain. On dispose d’un potard de réglage du signal entrant (±18 dB), d’un Thre­shold (notons qu’il commence à –10 dB), d’un Ratio (de 1,5 dB à l’in­fini), d’un réglage glis­sant d’at­taque (sans indi­ca­tion tempo­relle), d’un Release (de 0,1 à 4 secondes) avec mode auto-débrayable et d’un Make Up Gain (de 0 à 40 dB). Ultime réglage, un potard Blend, afin de mélan­ger direc­te­ment dans le plug le signal Wet et Dry, ce qui est une excel­lente idée permet­tant ainsi de produire de la compres­sion paral­lèle instan­ta­né­ment sur la tranche en cours de trai­te­ment. Il manquera bien sûr la souplesse appor­tée par le fait de pratiquer ce trafic sonore via un bus, mais la fonc­tion est suffi­sam­ment rare pour ne pas être saluée comme il se doit. Pas de réglage Knee, l’édi­teur préci­sant que le Midnight Compres­sor fonc­tionne en mode Soft Knee.

En ce qui concerne l’at­taque, les mesures effec­tuées donnent un temps d’at­taque infé­rieur à 0,5 ms, ce qui est extrê­me­ment rapide, et maxi­mum d’à peu près 260 ms. La limite de –10 dB du Thre­shold pourra être compen­sée par le niveau de signal entrant, même si l’on prend alors le risque de chan­ger la réponse du plug, cette dernière dépen­dant aussi comme celle de tout compres­seur qui se respecte du niveau entrant.

Focusrite Midnight

Le son du plug est assez doux, il est diffi­cile d’ob­te­nir un “écra­se­ment” comme on peut en para­mé­trer sur d’autres logi­ciels, mais il se comporte très bien sur toutes sortes de maté­riaux sonores, des guitares aux voix. Son utili­sa­tion sur un bus est aussi inté­res­sante, en parti­cu­lier sur les batte­ries grâce à son attaque extrê­me­ment rapide. Si le son est rela­ti­ve­ment trans­pa­rent en géné­ral, on notera quand même qu’avec des temps d’at­taque et release courts, le compres­seur ajoute sa propre cuisine d’har­mo­niques (et de non-harmo­niques, plus embê­tant), voir la capture F (en rouge la sinu­soïde de base, en jaune, ce qu’ajoute le compres­seur). Et il ne dispose visi­ble­ment pas (“écou­ti­ve­ment” pas ?) d’une fonc­tion looka­head, car des réglages trop violents produi­ront les arte­facts redou­tés lors de l’uti­li­sa­tion de compres­seur, des clics sur les premières attaques. OK, c’est ce que produit un compres­seur hard­ware, mais on aurait pu éviter le souci du détail à ce point, ou en tout cas propo­ser une alter­na­tive.

Voici quelques exemples audio, le premier sur la guitare déjà utili­sée, afin de réduire les attaques.

 

 

00:0000:00

 

 

Ensuite sur la boucle de batte­rie. D’abord seule, puis selon deux compres­sions très diffé­rentes.

 

 

00:0000:00

 

 

Et ensuite façon compres­sion paral­lèle grâce au Blend, puis une version encore plus “compres­sée/satu­rée”.

 

 

00:0000:00

 

 

Dernier exemple, sur une voix issue d’une biblio­thèque de boucles. D’abord telle quelle, puis compres­sée de manière à rabo­ter quelques crêtes, rendre le phrasé plus linéaire et récu­pé­rer quelques dB pour une gestion plus simple du mix.

 

 

00:0000:00

Bilan

Passée les quelques surprises de l’EQ, on se fait à son utili­sa­tion. Même si les indi­ca­tions peuvent sembler parfois inutiles, et malgré l’idée qui veut que l’on ne mixe qu’avec ses oreilles, pouvoir dispo­ser d’in­di­ca­tions fiables, permet­tant de para­mé­trer direc­te­ment une fréquence enten­due (ben oui, si on travaille avec ses oreilles, c’est bien qu’on devrait recon­naître les fréquences, non ?) est parfois indis­pen­sable, suivant les condi­tions de travail. Et ce serait nier un des apports de  la MAO qui est d’as­so­cier la vision à l’oreille, dans un rapport jusque-là inédit. Nouvel outil, nouvelles habi­tu­des…

On pour­rait ainsi dire que l’EQ est un EQ pour musi­cien (rien de péjo­ra­tif) plus qu’un EQ pour ingé-son, son manque de préci­sion empê­chant un véri­table travail norma­le­ment dévolu à un para­mé­trique. Le Midnight EQ a sa propre person­na­lité, ce qui est déjà pas mal en ces temps où l’on nous vend parfois des réser­voirs membra­neux pour des fanaux. Mais de là à dire qu’il est indis­pen­sable dans un arse­nal sonore, il y a un pas que je ne fran­chi­rai pas. Peut-on faire aussi bien bien avec les EQ inté­grés aux DAW ? Fran­che­ment, dans le cas de Logic, par exemple, le Chan­nel EQ (on reste dans les EQ à phase non linéaires) propose la même chose plus deux para­mé­triques. Et honnê­te­ment, rien de ce qui est possible avec le Midnight EQ ne semble impos­sible (avec un peu de temps passé, certes, les résul­tats étant très rapides avec le Focus­rite) avec le Chan­nel EQ, l’in­verse n’étant en revanche pas vrai, à cause du manque de préci­sion.

Le Compres­sor lui, est plutôt doux, très à l’aise sur des correc­tions fines plutôt que des grosses compres­sions/satu­ra­tions. Mais quel dommage que Focus­rite n’ait pas modé­lisé l’en­semble, il y avait des choses à faire avec les EQ, le gate et les possi­bi­li­tés de side­chai­ning origi­naux… On appré­cie néan­moins l’ap­port du potard Blend permet­tant la compres­sion paral­lèle sur une tranche, et son subtil apport en harmo­niques. Son compor­te­ment est plutôt fidèle à celui d’un compres­seur hard­ware VCA, des lieues au-dessus de la version VCA du compres­seur inté­gré de Logic, par exemple, et on peut raison­na­ble­ment penser au-dessus de la majeure partie des compres­seurs inté­grés aux DAW. De plus son attaque très rapide est un avan­tage, que l’on ne trouve que sur quelques rares compres­seurs logi­ciels. Qui, eux, sont beau­coup plus chers que la suite Midnight, puisque les deux plugs sont dispo­nibles au doux tarif de 109 € prix public TTC.

À ce prix (on les trouve faci­le­ment moins chers), si l’on cherche à agran­dir son “parc” de logi­ciels avec des outils simples et dotés d’un son inté­res­sant, la solu­tion Midnight peut être un complé­ment intel­li­gent. En revanche, si l’on possède déjà EQ et compres­seurs autres que ceux inclus dans la DAW utili­sée, il y a un risque possible de redon­dance.

 

7/10
Points forts
  • Son global
  • Tarif
  • 32 et 64 bits
  • EQ complet
  • Q dépendant du gain
  • Résultats rapides
  • Compresseur très agréable
  • Personnalité du compresseur
  • Attaque très rapide
  • Indicateurs de niveau
  • Réglages de niveaux d’entrée et de sortie
  • Potard Blend
  • Incrémentation par unité
  • Graphisme réussi
Points faibles
  • Pas de bypass global
  • Pas de bypass par section
  • Boutons parfois capricieux à attraper
  • Manque de précision global de l’EQ
  • Filtres de l’EQ peu précis
  • Pente très longue des Shelves
  • Deux paramétriques seulement
  • Q trop large pour un travail de précision
  • EQ en dessous du Compressor
  • Pourquoi seulement le Compressor et pas le reste de l’ISA130 ?
  • Threshold commençant à -10 dB
  • Knee non réglable
  • Pas de fonction lookahead ?
  • Plugs disponibles uniquement en bundle
  • Risque de double emploi

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.