Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Le règne du trois
Partager cet article

FXpansion présente BFD3, la troisième version de son logiciel complet de batterie. Simple relecture ou mise à jour méritant le changement de chiffre ? Et quelle peut être sa place dans un univers maintenant sérieusement encombré ? Tentative de réponses.

Dans l’his­toire de la synthèse sonore, puis de l’échan­tillon­nage, la repro­duc­tion virtuelle du batteur a toujours eu une place impor­tante. On ne refera pas ici l’his­to­rique de la boîte à rythmes, cet article n’y suffi­rait pas. Remet­tons en revanche en pers­pec­tive l’évo­lu­tion de BFD, le logi­ciel de batte­rie virtuelle signé FXpan­sion. Ce dernier, après avoir commencé par des adap­ta­teurs d’un format de plug-in à un autre (notam­ment l’« Amulet » VST-DX Adap­ter en 1999) a créé deux boîtes à rythmes, la DR-005 et sa descen­dante, la DR-008, qui offraient des spéci­fi­ci­tés très inté­res­santes pour l’époque. 

Au début des années 2000, les solu­tions pour un travail en profon­deur sur des grooves (mettons de côté les B-À-R maté­rielles) n’étaient pas nombreuses. Quelques éditeurs, Discrete Drums, Reel Drums ou Zero-G, offraient des solu­tions à base de multi­pistes audio, mais avec une marge de trai­te­ments possibles assez limi­tée. Certains éditeurs propo­saient eux des kits détaillés avec parfois des boucles, tels Drum­kit From Hell (qui évoluera en DFH Super­ior et ses suites, l’un des grands concur­rents actuels de BFD) ou Wizoo avec MixTen­ded Drums. Puis Stein­berg a initié une petite révo­lu­tion, avec son lecteur d’échan­tillons de batte­rie incluant des grooves Midi, Groove Agent.

Machines de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.8.5
Logic Pro X
BFD3, v.3.0.1.1

En 2004, FXpan­sion propose sa version d’un logi­ciel complet, BFD premier du nom. Au menu, de très nombreux sons enre­gis­trés selon quatre prises de son diffé­rentes (Direct, Overhead, Room et PZM), de nombreuses fonc­tions de trai­te­ment des diffé­rents éléments d’un kit, des sorties sépa­rées, une biblio­thèque de ryth­miques au sein d’une inter­face plutôt réus­sie, selon les stan­dards de l’époque. Au fur et à mesure, l’édi­teur sortira des banques d’échan­tillons compa­tibles, passera le logi­ciel en version 2 (test ici), et se verra titillé de tous les côtés par la concur­rence (liste non exhaus­tive), qu’elle soit directe, Super­ior Drum­mer 2 et EZ Drum­mer de Toon­trak, Virtual Drums de Cake­walk, tous les Abbey Road Drum­mer pour Kontakt de Native et banques compa­tibles (Steven Slate, etc.), Scar­bee Impe­rial Drums XL pour HALion de Stein­berg, Addic­tive Drums de XLN Audio, Spark d’Ar­tu­ria, Jamstix3 de Rayzoon, Strike d’Avid, voire indi­recte, comme les logi­ciels inté­grés à une DAW (en option ou d’ori­gine) tel le récent Drum­mer dans Logic Pro X.

Alors quels sont les chan­ge­ments et atouts appor­tés par cette nouvelle version ? 

Intro­du­cing FXpan­sion BFD3

FXpansion BFD 3

Première nouveauté, rejoi­gnant en cela la grande majo­rité des éditeurs, plus de CD/DVD d’ins­tal­la­tion, mais un choix à effec­tuer entre télé­char­ge­ment et livrai­son sur le seul support physique restant, une clé USB. Télé­char­ge­ment ou clé, BFD3 est vendu au même tarif, 269 euros (TVA comprise). Un upgrade est dispo­nible, la version physique coûtant 40 euros de plus que la version en ligne (vendue, elle 115 euros). En cas d’achat sur clé, les liens vers le télé­char­ge­ment sont four­nis afin de pouvoir utili­ser le logi­ciel sans attendre la livrai­son, merci FXpan­sion.

Pour ce test, on a choisi le télé­char­ge­ment, ce qui se fait en deux temps : d’abord on charge l’ins­tal­leur du logi­ciel lui-même (appli­ca­tion auto­nome et tous les formats de plug-in, RTAS, AAX, VST et Audio Unit, compa­tible 32 et 64 bits), puis un «  down­load ticket » pour la banque de sons (38 Go de contenu compressé, 58 Go une fois instal­lée, corres­pon­dant à 160 Go selon l’édi­teur qui utilise un format de compres­sion non destruc­tive proprié­taire, non lisible direc­te­ment), que l’on lancera grâce au nouvel FX Licence Mana­ger. Le télé­char­ge­ment s’est avéré assez lent, peut-être à cause du nombre de clients, mais pas en raison de la connexion du studio. 

Quelques soucis au moment de l’au­to­ri­sa­tion, même si l’ins­tal­la­tion et la recon­nais­sance des fichiers des versions 1 et 2 s’étaient passées sans problème : la version 3.0 ne prenait visi­ble­ment pas en compte la vali­da­tion, le nouveau Licence Mana­ger se déclen­chant à chaque ouver­ture de l’ap­pli­ca­tion ou lors de scan dans Logic. Le bug a été appa­rem­ment résolu avec la version 3.0.1.1, qui elle a apporté un autre problème avec le chemin vers les banques des précé­dentes versions, empê­chant BFD3 de s’ou­vrir en mode auto­no­me… Solu­tion, ouvrir BFD3 en plug-in, désélec­tion­ner les précé­dents liens vers les banques dans les Prefe­rences, puis rescan­ner tous les empla­ce­ments. Ouf. Une fois tout ceci réglé, on est enfin à pied d’œuvre.

Refonte graphique

La première chose visible, c’est évidem­ment le chan­ge­ment complet d’ap­pa­rence, d’une façon qui rapproche BFD3 du reste de la ligne récente de l’édi­teur. On pourra consta­ter sur la capture d’écran l’évo­lu­tion graphique du logi­ciel, qui présente dans cette dernière mouture une navi­ga­tion peut-être plus claire, et un accès aux fonc­tions plus logique et immé­diat.

FXpansion BFD 3

Première bonne nouvelle, la banque de sons est tota­le­ment neuve, offrant cinq nouveaux kits (DW, Master­works, Paiste, Zildjian, Tama, Gretsch, Bospho­rus, etc., selon sept confi­gu­ra­tions et tech­niques de jeu) et percus­sions (cabasa, tambou­rine, hand claps, blocks et cowbell) pour un total de 118 instru­ments, et cinq nouveaux types d’ar­ti­cu­la­tions. 

FXpansion BFD 3

Deuxième bonne nouvelle, les banques précé­dentes de l’édi­teur sont recon­nues. Il faudra peut-être effec­tuer manuel­le­ment certains imports, mais heureu­se­ment on dispose d’une fenêtre Content Loca­tions qui dispose de tous les outils néces­saires. 

Le premier char­ge­ment d’un ancien kit ou instru­ment séparé passera par une mise à jour des sons (une anima­tion Upgra­ding appa­raît sur l’ins­tru­ment), les char­ge­ments suivants s’ef­fec­tuant sans ce proces­sus. On pren­dra soin de régler les préfé­rences, car elles permettent une gestion très effi­cace et précise des possi­bi­li­tés de l’or­di­na­teur hôte, des réponses au Midi, des raccour­cis, des diag­nos­tics, etc. Si l’on possède BFD2, il ne faudra pas oublier de choi­sir ce format sous peine de compor­te­ment bizarre lors de l’im­port d’an­ciennes biblio­thèques de grooves.

La barre supé­rieure regroupe les menus, un nouvel écran prin­ci­pal bien plus lisible et pratique, les fonc­tions de trans­port et métro­nome, ainsi qu’un écran secon­daire avec les infor­ma­tions de tempo, de place­ment dans la Song (appe­lée Track chez FXpan­sion) et autres, ainsi qu’un volume global. L’écran prin­ci­pal propose un petit raffi­ne­ment quand on clique sur le bouton Dash­board : on y trouve plusieurs réglages permet­tant de gérer la fonc­tion Anti­Ma­chine Gun, qui évite l’ef­fet de répé­ti­tion d’un instru­ment, grâce à l’ajout de Loud (varia­tion du volume) et de Tone (varia­tion du timbre). On remarque aussi deux petites cases qui permettent d’agran­dir ou rétré­cir en largeur l’in­ter­face de BFD3, ce qui offre sur grand écran la quasi-tota­lité de la table de mixage, bravo.

FXpansion BFD 3

Le navi­ga­teur permet d’af­fi­cher, sans quit­ter l’in­ter­face prin­ci­pale (pratique…), les « pages » Presets, Kits, Drums, Groove et Auto. Les Presets ont un sens diffé­rent de celui des versions précé­dentes, puisqu’ils offrent la possi­bi­lité de conte­nir toutes les options : ainsi on pourra choi­sir d’in­clure ou non le kit, le mix, les grooves sélec­tion­nés, le mapping sur le clavier des sons et patterns, les assi­gna­tions d’au­to­ma­tion (en fonc­tion de l’hôte choisi) ainsi que les fonc­tions globales. Bref, d’un clic on peut tout de suite char­ger toutes les condi­tions pour faire jouer une song complète (plutôt bien conçu pour le live, par exemple).

Les Kits sont d’un fonc­tion­ne­ment iden­tique aux précé­dents, avec cepen­dant la possi­bi­lité de n’af­fi­cher que ceux d’une biblio­thèque donnée, avec trois options de remise à zéro au moment du char­ge­ment (sound design, répar­ti­tion dans les canaux et mixer). Drums permet de char­ger les sons sépa­rés, avec filtrage par type (kick, snare, etc.). Un bouton Proces­sed permet de n’af­fi­cher que des sons trai­tés, modi­fiés à la fois via les possi­bi­li­tés de Tech et Model (sur lesquelles nous revien­drons) et les effets. Une sorte de Chan­nel Preset, dont on dispo­sait dans BFD2, mais amélioré. 

Du côté des Grooves, si l’im­port des rythmes des précé­dentes versions ne s’ef­fec­tue pas auto­ma­tique­ment, on ira dans la fenêtre Set Up Content Loca­tions et l’on poin­tera et conver­tira les ryth­miques grâce au bouton Convert Selec­ted Paths. La plupart des corres­pon­dances sont respec­tées, mais il peut arri­ver que kits et grooves ne retrouvent pas leurs petits, des canaux restant vides, et l’on peut ici ou là se retrou­ver avec quelques bugs graphiques… 

Enfin, Auto permet de faire corres­pondre les para­mètres de BFD3 et les contrô­leurs de l’hôte. On peut se servir d’un Learn avec des petites astuces comme la fonc­tion Map To Next Free, qui peuvent faire gagner beau­coup de temps.

Kits & Mix

FXpansion BFD 3

La partie centrale regroupe, selon un même système, les « pages » Kit, Effects, Groove Editor et Keymap. Kit affiche une batte­rie vue de haut et la table de mix, cette dernière dispo­sant elle aussi de plusieurs « pages ». Export permet déjà d’ex­por­ter sous forme d’au­dio un, plusieurs ou tous les canaux en cours à un empla­ce­ment à déter­mi­ner (à rappro­cher de la fonc­tion Drag exports Audio Not Midi, permet­tant de glis­ser-dépo­ser direc­te­ment un fichier audio du groove complet, pratique en stan­da­lone, par exemple). On peut ensuite bascu­ler entre une vue Faders (la table elle-même), Effects (montrant les six slots d’ef­fets dispo­nibles par tranche, avec bouton de bypass), Sends (les quatre départs d’ef­fets, avec option pré ou post-FX et pré ou post-Fader) et Tweaks (affi­chant un accès rapide aux fonc­tions de Trim, Tune et Damp, plus Mute et Solo). Au niveau des effets, on note une très bonne réverbe algo­rith­mique, FXverb, complé­tant la BReverb d’Over­loud, ainsi que l’adjonc­tion du Side­chain externe pour certains effets, permet­tant tous les effets à la mode, c’est-à-dire ceux qui ne seront plus à la mode demain (Ndr : mais qui revien­dront à la mode après-demain ;))…

FXpansion BFD 3

Plusieurs nouveau­tés se trouvent dans les pages Tech et Model. Si l’on retrouve dans la première la plupart des fonc­tions, para­mètres et réglages auxquels nous sommes habi­tués, telles que les Trim, accor­dage, diffé­rents Bleed (la repisse des micros d’un élément du kit à l’autre) ou les acti­va­tions, volumes, et choix des micros d’am­biance, un nouveau Loud­ness appa­raît. Il permet­tra d’adap­ter la réponse en vélo­cité de l’ins­tru­ment sélec­tionné, grâce à un taux d’ac­tion, une courbe plus ou moins linéaire et une restric­tion de la plage de vélo­cité. Utile ? Pas vrai­ment, car on préfè­rera garder la main sur la réac­tion de l’ins­tru­ment au jeu, à moins de tout vouloir jouer à fond. Entre la surcom­pres­sion et le jeu sur la vélo­cité dans les instru­ments virtuels, il serait temps de lais­ser au musi­cien la gestion de sa dyna­mique, en étant a priori le meilleur juge.

Du côté de Model, outre une meilleure gestion de l’étouf­fe­ment des éléments (Damping) et de l’ar­rêt brusque d’un son, manuel­le­ment ou via un autre instru­ment par la gestion de groupes (typique­ment le char­ley ouvert coupé par le char­ley fermé), on dispose de deux réglages offrant une modé­li­sa­tion de compor­te­ment. Le premier est Cymbal Swell. Il offre la possi­bi­lité de lisser la réponse d’une cymbale quand on tente de repro­duire un roule­ment rapide dyna­mique. Au menu, un taux, un indi­ca­teur de niveau à aiguille et des présets selon les besoins.

Voici un exemple sur une Paiste 2002 Power Bell Ride, d’abord sans Cymbal Swell, puis avec. Notes jouées à la croche, tempo de 512, vélo­cité progres­sive dessi­née grâce à l’ou­til Line du Step Editor de Logic (ancien­ne­ment Hyper Editor). 

00:0000:00
FXpansion BFD 3

Concluant, non ? Enfin, du moins beau­coup plus que sans, d’au­tant que ce genre de figure sonne beau­coup mieux avec des mailloches, ce qui n’est pas utilisé ici (baguettes). L’autre outil utili­sant la modé­li­sa­tion est le Tom Reso­nance. Il simule deux phéno­mènes physiques pas forcé­ment inté­grés à l’en­re­gis­tre­ment, puisque celui-ci se déroule majo­ri­tai­re­ment élément par élément, avec la plupart du temps la ferme­ture des micros inutiles. Ainsi Res Trim permet de repro­duire la réso­nance sympa­thique des toms en fonc­tion des autres instru­ments, tandis que Spill Trim règle le taux de repisse des micros.

Voici un exemple de kick (une Ludwig Stain­less Steel Kick) sans Tom Reso­nance et avec, selon un réglage « normal », puis un extrême, pour un Floor Tom (tom basse). 

00:0000:00
FXpansion BFD 3

Un ajout inté­res­sant au Bleed, qui concer­nait avant tout caisse claire et grosse caisse. Que l’ap­port se fasse par modé­li­sa­tion permet l’ef­fet sur des banques anciennes n’ayant pas enre­gis­tré réel­le­ment le phéno­mène, et c’est plutôt convain­cant, là aussi (dans le contexte d’une batte­rie virtuelle, est-il néces­saire de le rappe­ler…).

Il serait compliqué de faire dans cet article le tour de toutes les nouveau­tés (par exemple les nouveaux effets issus de la tech­nique DCAM, l’Env­Sha­per et la Distor­tion), voici donc pour finir quelques exemples de grooves issus des nouveau­tés de BFD3 (riches de signa­tures telles que celles de Peter Erskine, Steve Ferrone, etc.), en n’uti­li­sant que les nouveaux présets et kits.

00:0000:00

Bilan

Si BFD3 n’est pas une révo­lu­tion en soi, l’es­sen­tiel du concept ayant été déve­loppé dans les deux précé­dentes versions, il est en revanche une belle évolu­tion d’un logi­ciel ayant fait ses preuves. Les nouveaux kits sont très perti­nents dans l’his­toire de BFD, c’est-à-dire qu’ils s’in­sèrent parfai­te­ment dans la gamme précé­dente, sans pour autant rendre les anciennes banques abso­lu­ment néces­saires (les avoir est bien entendu un plus) mais en comblant certains manques flagrants (balais, mailloches, etc.). Et l’on appré­cie toujours la possi­bi­lité d’uti­li­ser les banques d’autres éditeurs, même anciennes (ici SID de Scar­bee, et Custom & Vintage de DFH/Toon­track). Même chose au niveau des grooves signés Jacques Mathias et Plati­num Samples, ils renou­vellent, sans réin­ven­ter la roue, les possi­bi­li­tés de départ du logi­ciel.

Le Groove Editor est une véri­table usine à produc­tion, parfois plus complète que bien des piano rolls de STAN. Les raccour­cis de program­ma­tion (fla, ra, et compa­gnie) sont assez éton­nants. La nouvelle réverbe est réus­sie, même si les algo­rithmes de la BReverb mettaient déjà la barre assez haut. Et les amélio­ra­tions et routings de la table de mixage sont les bien­ve­nus (notam­ment la concep­tion de pistes en équi­valent de sous-groupes).

Le travail sur l’er­go­no­mie globale est assez impres­sion­nant, rendant l’ex­pé­rience utili­sa­teur encore plus agréable, la créa­tion n’étant plus frei­née par des navi­ga­tions parfois alam­biquées. Regret­tons tout de même quelques insta­bi­li­tés en mode stan­da­lone. 

Bref, avec cette troi­sième version, BFD reste toujours le plus complet et puis­sant instru­ment virtuel de batte­rie/percus­sion, pas le plus intui­tif, certes, même si d’énormes progrès ont été réali­sés, mais le plus riche, sans contes­ta­tion possible. Bien joué, m’sieur l’édi­teur.

 Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

 

Points forts
  • Ergonomie totalement revue
  • Simplification accrue des accès et fonctions
  • Nouveaux kits
  • Améliorations et routing du mixeur
  • Nouveaux grooves
  • Puissance d’édition et de sound design
  • Encore plus de prises micro
  • Génial Groove Editor
  • Tom Resonance et Cymbal Swell
  • Compatibilité totale avec anciennes banques
  • Nouvelle réverbe
  • Sidechain sur les effets
Points faibles
  • Version standalone parfois instable
  • Quelques ratés lors d’import de banques ou kits des précédentes versions
  • Ne garde pas toujours en mémoire le choix des tailles de kits (Economy, Full Details, etc.)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.