Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
179 réactions
Push 2 là
8/10
Award Valeur sûre 2015
Partager cet article

Il y a environ deux ans et demi, Ableton sortait, en coopération avec Akai, la première version du contrôleur dédié à Live, sa STAN maison, j’ai nommé le Push.

À l’époque, j’avais parlé d’une « grosse boule dans le jeu de quilles des solu­tions hybrides hard­ware/soft­ware », et effec­ti­ve­ment, l’ap­pa­reil n’a pas tardé à séduire non seule­ment très forte­ment les aficio­na­dos de Live, mais égale­ment les utili­sa­teurs d’autres STAN — prin­ci­pa­le­ment à boucles —  qui ont cher­ché très vite à l’adap­ter, via des scripts, à leur logi­ciel de prédi­lec­tion.

Et voilà que cette année, Able­ton remet le couvert avec la seconde version de son contrô­leur, le Push 2, proposé en même temps que la version 9.5 de la STAN, version mini­male néces­saire à l’uti­li­sa­tion de l’ap­pa­reil. Nous nous penche­rons donc égale­ment sur les nouveau­tés propo­sées par celle-ci. Et comme Able­ton retire le Push 1 du marché, mais conti­nue le support de l’ap­pa­reil, nous verrons égale­ment comment celui-ci profite des dernières évolu­tions de Live, et s’il est perti­nent pour ses utili­sa­teurs de s’en défaire au profit du Push 2, ou non.

Vous êtes prêts ? Alors plon­gez avec moi !

Présen­ta­tion exté­rieure

Le Push 2 se présente comme un paral­lé­lé­pi­pède noir de 378 mm de large x 304 mm de profon­deur x 42 mm de hauteur en incluant les enco­deurs rota­tifs dont nous parle­rons plus bas, ce qui le rend un peu plus impo­sant que son grand frère. Toute­fois, cela ne vous obli­gera pas non plus à modi­fier vos habi­tudes de trans­port. Son poids est d’en­vi­ron 2,7 kg.

Il est livré avec une alimen­ta­tion externe accom­pa­gnée d’adap­ta­teurs inter­na­tio­naux, d’un câble USB de 1,4 m coudé, sur lequel nous revien­drons, d’une clé d’ac­ti­va­tion pour la version « Intro » de Live et d’un guide de démar­rage rapide. Le mode d’em­ploi est, comme d’ha­bi­tude chez Able­ton, télé­char­geable sur le site ou bien acces­sible direc­te­ment à partir de la STAN, et regroupe à la fois les instruc­tions concer­nant cette dernière et celles concer­nant les Push 1 et 2. On consta­tera toute­fois que le dernier mode d’em­ploi en date ne mentionne plus les APC de chez Akai ou les Launch­pad de Nova­tion ! On sent donc un net tour­nant dans l’at­ti­tude d’Able­ton face à ses (ex ?) parte­naires.

Mais reve­nons à nos moutons.

Les commandes du petit nouveau

Les enco­deurs rota­tifs dont je parlais au-dessus sont, comme sur le Push 1, au nombre total de 11, infi­nis, non cran­tés pour 10 d’entre eux, sensibles au toucher, et surplombent l’en­semble de la surface de contrôle. On remarquera toute­fois que le dernier bouton, à droite de la série, se trouve légè­re­ment plus écarté des autres. Cet enco­deur, dédié au contrôle du volume géné­ral, n’en­trera plus ainsi en conflit manuel avec son voisin, ce qui pouvait arri­ver fréquem­ment sur le Push premier du nom. On se féli­ci­tera de ce petit progrès. Lesdits enco­deurs reprennent les mêmes modes de fonc­tion­ne­ment que leurs homo­logues du Push 1.  Je vous invite là aussi à consul­ter notre précé­dent test pour en savoir plus.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : general

C’est au niveau des autres commandes du Push qu’il y a eu de nombreuses évolu­tions. La plus visible concerne leur forme. En effet, les boutons sont beau­coup plus plats que ne l’étaient ceux du Push 1, et ils épousent encore mieux les contours des empla­ce­ments prévus pour eux dans la carcasse de l’ap­pa­reil. Ce dernier point permet de réduire les risques d’in­tro­duc­tion étran­gère — notam­ment la pous­sière — dans l’ap­pa­reil lui-même, et leur géomé­trie plate, au-delà d’une amélio­ra­tion esthé­tique toujours subjec­tive, réduit les risques d’ac­croche desdits boutons avec d’autres éléments, notam­ment lors du trans­port en sac à dos.

Quoi qu’il en soit, ceux-ci demeurent tout à fait cliquables, et leur mani­pu­la­tion est même plus agréable, à mon sens, que sur le précé­dent contrô­leur. Tout cela est toute­fois égale­ment très subjec­tif et j’in­vite chacun à essayer par lui-même. Mais c’est surtout au niveau de leur empla­ce­ment et des fonc­tions qu’ils commandent que l’évo­lu­tion des boutons, d’un Push à l’autre, se fait sentir le plus, même s’il sera a priori facile pour l’uti­li­sa­teur de s’y retrou­ver.

La prin­ci­pale évolu­tion concerne les deux rangées de boutons qui se trou­vaient en dessous de l’écran sur le précé­dent Push, et qui se répar­tissent, sur le nouvel appa­reil, au-dessus et en dessous de l’écran. Cette nouvelle dispo­si­tion permet de mieux profi­ter des capa­ci­tés d’af­fi­chage éten­dues du nouvel écran dont nous repar­le­rons plus bas. On pourra ainsi sélec­tion­ner simul­ta­né­ment un élément affi­ché en haut de l’écran et un autre affi­ché en bas.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : côté droit

Une autre grande évolu­tion concer­nant les commandes du Push se rapporte aux boutons « volume », « tracks » « pan » et « send » de l’an­cien modèle, qui dispa­raissent au profit d’un seul bouton « mix ». Celui-ci permet d’ac­cé­der, au sein d’une même inter­face, à l’en­semble des fonc­tions réunies des boutons dispa­rus. Le fait que le nouvel écran ait une réso­lu­tion beau­coup plus fine et permette l’af­fi­chage de plus d’in­for­ma­tions que son prédé­ces­seur n’est évidem­ment pas étran­ger à l’af­faire, comme de nombreuses autres évolu­tions dans l’er­go­no­mie géné­rale du Push.

Les boutons « mute », « solo » et « stop clip » ont migré vers la gauche, mais ont conservé globa­le­ment les mêmes fonc­tions. « Double » se nomme main­te­nant « Double Loop », et « Auto­mate » devient « Auto­ma­tion ». « Add effect » est quant à lui devenu « Add device » — nous verrons dans la section concer­nant Live 9.5 que cette nouvelle déno­mi­na­tion n’est sans doute pas inno­cente — et son empla­ce­ment a été modi­fié, tout comme celui du bouton « Add track », qui conserve son nom quant à lui.

Un bouton « Layout » a fait son appa­ri­tion. Son rôle est double. Tout d’abord, il reprend la fonc­tion qui est acti­vée, sur l’an­cien Push, par une seconde pres­sion sur le bouton « Note », c’est-à-dire qu’il permet, au sein du mode « note », d’al­ter­ner entre le mode de jeu sur 64 pads et le mode « step séquen­ceur ». Mais c’est égale­ment par ce bouton que l’on peut accé­der à la vue géné­rale du projet afin de navi­guer plus aisé­ment entre les diffé­rentes pages de 8×8 clips. Les solu­tions adop­tées par Able­ton sur le Push premier du nom concer­nant ces fonc­tions étant globa­le­ment satis­fai­santes, on peut se poser la ques­tion de la perti­nence d’avoir créé ce bouton sur le nouveau modèle, surtout pour se limi­ter à deux fonc­tions. On peut en déduire qu’il se verra peut-être confier, au fil des MAJ de Live, la mission d’étendre les possi­bi­li­tés d’af­fi­chage d’autres éléments du logi­ciel…

Ableton Push 2 et Live 9.5 : côté gauche

Les quatre boutons direc­tion­nels ont migré vers la partie haute de l’ap­pa­reil. Mais à leur ancien empla­ce­ment, nous retrou­vons, en lieu et place des flèches haute et basse, les boutons de trans­po­si­tion d’oc­tave, et en lieu des flèches droite et gauche, deux nouveaux boutons « page » qui permettent de se dépla­cer par pages entières, aussi bien dans le mode session que dans le mode step-séquen­ceur.

La partie gauche de l’ap­pa­reil n’a pas subi de gros chan­ge­ments, comme nous l’avons déjà vu plus haut, mais elle accueille par contre un outil qui devien­dra peut-être l’un des plus impor­tants dans votre work­flow : le nouveau bouton « Convert ». Celui-ci va vous permettre les mani­pu­la­tions suivantes. Avec Simpler, vous pour­rez, en mode « Clas­sic » ou « One Shot », créer instan­ta­né­ment une piste MIDI avec un drum rack, dont le premier pad contien­dra l’échan­tillon. En mode « slicing » par contre, les diffé­rentes tranches de votre échan­tillon seront répar­ties sur les pads du drum rack. Quand on « conver­tit » à partir d’un drum rack, on obtient une nouvelle piste MIDI qui contient tous les péri­phé­riques du pad préa­la­ble­ment sélec­tionné. À partir d’un clip audio, la conver­sion créera une piste MIDI avec un Simpler conte­nant l’échan­tillon du clip.

Enfin, au centre de l’ap­pa­reil, nous retrou­vons la tradi­tion­nelle matrice de 8×8 pads, sensibles à la vélo­cité, à l’af­ter­touch mono­pho­nique (par canal) et rétro-éclairé via des LED RVB afin de toujours corres­pondre du mieux possible aux couleurs de clips, de pistes, etc. défi­nies dans Live.

La face arrière

Ableton Push 2 et Live 9.5 : face arrière

La face arrière du Push 2 comporte le bouton de mise sous tension, une encoche de sécu­rité Kensing­ton et quatre prises : deux prises pour pédales à déclen­che­ment (pas de pédale d’ex­pres­sion !), la prise USB et la prise secteur. À propos de cette dernière, l’uti­li­sa­tion du bloc secteur fourni n’est pas forcé­ment obli­ga­toire. Si vous vous conten­tez de l’ali­men­ta­tion via USB, votre Push 2 fonc­tion­nera parfai­te­ment, mais les rétro-éclai­rages des pads et boutons, ainsi que celui de l’écran seront forte­ment dimi­nués, et il sera compliqué, notam­ment, de travailler par condi­tions de forte lumi­no­sité. Le Push 1 ne néces­site pas d’ali­men­ta­tion exté­rieure, mais ne dispose pas non plus d’un affi­chage coloré et aussi détaillé (mais éner­gi­vore) que le Push 2.

On notera l’ab­sence de prises MIDI physiques tout comme sur le Push 1, mais dans le cas du Push 2, cela fait pendant à une carac­té­ris­tique du nouveau venu : il ne fonc­tionne plus du tout de manière auto­nome, le mode « USER » de l’an­cien modèle exis­tant toujours, mais ne fonc­tion­nant doré­na­vant plus que lorsque Live est actif. À noter que si, actuel­le­ment, le Push 2 n’est plei­ne­ment utili­sable que sur Live, l’on peut faire confiance à la commu­nauté des bidouilleurs pour déve­lop­per des scripts pour d’autres STAN. On peut d’ailleurs déjà voir certaines choses sur le net…

Quant à la prise USB, une chose un peu éner­vante est à signa­ler : celle-ci est plus profonde qu’ha­bi­tuel­le­ment sur d’autres appa­reils, ce qui fait que seul le câble fourni avec le contrô­leur, dont l’em­bout métal­lique est un peu plus long et le revê­te­ment plas­tique un peu plus fin que la normale, pourra être utilisé, en tout cas chez moi. On m’a assuré que c’était possible avec d’autres câbles, mais je n’ai pas pu le véri­fier. Si on salue le fait que le câble livré d’of­fice soit coudé, ce qui le rend a priori plus pratique à utili­ser que ses congé­nères, surtout en situa­tion de studio encom­bré, on ne peut que critiquer la limi­ta­tion impo­sée par Able­ton.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : oscillateur

Mais trêve de critiques. Car c’est lorsque l’on branche le Push 2 que l’on découvre ce qui marque réel­le­ment la diffé­rence d’avec son prédé­ces­seur, j’ai nommé l’écran ! Celui-ci est tout bonne­ment magni­fique ! Certains n’hé­sitent d’ailleurs pas à le compa­rer à celui de l’OP-1 de Teenage Engi­nee­ring, un modèle du genre. On est loin de l’écran LCD du précé­dent modèle qui canton­nait ce dernier à l’af­fi­chage de données alpha­nu­mé­riques. Ici, nous avons droit à une dalle de 23 cm sur 4, parfai­te­ment lisible sous tous les angles. Doré­na­vant, nous pouvons donc affi­cher certaines données de manière graphique, par exemple les types de filtres, mais aussi et surtout les formes d’ondes, que ce soient celles des oscil­la­teurs de nos synthé­ti­seurs virtuels (pour l’ins­tant, en tous cas, limité aux synthés internes de Live), mais surtout celles de nos fichiers et clips audio, samples, etc. Ceci auto­rise d’ailleurs la mani­pu­la­tion directe de ces dernières à partir du Push 2, comme décrit plus haut. Maschine n’a qu’à bien se tenir !

Pour finir ce tour exté­rieur du Push 2, je dirais que l’en­semble respire un niveau de qualité supé­rieure à celui du précé­dent modèle. Outre les boutons mieux ancrés et le splen­dide écran, on notera que la surface de l’ap­pa­reil elle-même semble être confec­tion­née dans une matière beau­coup moins sujette aux traces et grif­fures que l’an­cien modèle. Rappe­lons que ce dernier avait été manu­fac­turé par Akai à Taïwan, alors que le nouveau modèle est inté­gra­le­ment produit sous la marque Able­ton et fabriqué en Chine.

Mais avant de nous pencher plus avant sur l’uti­li­sa­tion du Push 2, je vous propose de nous inté­res­ser à ce sans quoi il ne serait qu’une simple coquille vide, j’ai nommé la nouvelle mouture d’Able­ton Live. Et nous en profi­te­rons égale­ment pour étudier en quoi les évolu­tions appor­tées par cette nouvelle version du logi­ciel impactent égale­ment le Push 1. Comme vous le verrez, celui-ci n’a pas dit son dernier mot !

Live 9.5

Avant toute chose, signa­lons que la dernière version de Live compa­tible avec Windows XP et Mac OS 10.6 était la version 9.2. Les versions ulté­rieures — incluant donc celle dont nous parlons aujour­d’hui — néces­sitent au moins Windows 7 sur PC et Mac OS 10.7 sur les ordi­na­teurs d’Apple.

Couleurs

Ableton Push 2 et Live 9.5 : clips

Commençons par l’évo­lu­tion la plus visible. Doré­na­vant, les pistes sont colo­rées auto­ma­tique­ment à leur créa­tion, ce qui est une excel­lente chose. Ce qui l’est à mon sens un peu moins, c’est que les clips créés à partir de là adoptent auto­ma­tique­ment la couleur de la piste, ce qui n’est pas forcé­ment très pratique pour iden­ti­fier deux clips qui n’ont pas le même contenu.

Que l’on me comprenne bien : je trouve la colo­ra­tion auto­ma­tique des en-têtes de pistes une très bonne chose, d’au­tant que le Push 2, contrai­re­ment à son grand frère, en tire parfai­te­ment parti et que l’en­semble auto­rise une meilleure iden­ti­fi­ca­tion desdites pistes, comme nous le verrons. J’au­rais juste préféré que l’on puisse choi­sir si l’on souhaite que les clips adoptent la même couleur ou non, ou encore qu’ils puissent adop­ter une couleur commune plutôt par scène que par piste. D’au­tant que ce système peut s’avé­rer être une véri­table faille dès que l’on utilise le Push : sur la grille du contrô­leur, tous les clips d’une même colonne ayant la même couleur, et le numéro des scènes n’ap­pa­rais­sant pas, il devient tout de suite beau­coup plus diffi­cile de se repé­rer verti­ca­le­ment sur des projets compor­tant un grand nombre de scènes. C’est d’au­tant plus dommage que, comme nous le verrons, Able­ton a mis un point d’hon­neur à amélio­rer globa­le­ment l’er­go­no­mie de son ensemble Push+­Live. Peut-être lors d’une prochaine mise à jour ?

Filtres

L’autre grande nouveauté de cette version 9.5, c’est l’ap­pa­ri­tion de nouveaux filtres, qui sont inclus dans les modules suivants : Auto-Filter, Simpler, Sampler et Opera­tor. J’en­tends par là que pour chacun de ces modules, nous n’avons plus accès seule­ment à un unique circuit de filtrage, mais à 5 : Clean (le circuit d’ori­gine), OSR, MS2, SMP et PRD.

Ableton Push 2 : filtre

Sans entrer trop dans les détails, sachez que les quatre nouveaux circuits sont basés sur diffé­rents modèles « Vintage », dont ils sont notam­ment censés repro­duire les possi­bi­li­tés d’auto-oscil­la­tion. Ce dernier point surtout est le plus inté­res­sant. Après, les diffé­rences entre les nouveaux circuits ne sont pas forcé­ment flagran­tis­simes.

On regret­tera égale­ment que, pour l’ins­tant, seul le « Sampler » béné­fi­cie d’une fonc­tion appro­chant un keytra­cking, permet­tant de réel­le­ment profi­ter de l’auto-oscil­la­tion. Mais l’une des prin­ci­pales amélio­ra­tions au niveau des filtres réside — à mon sens — dans l’ap­pa­ri­tion de la fonc­tion « morph ». Celle-ci permet de passer de manière tota­le­ment trans­pa­rente d’un type de filtre à l’autre (atten­tion, je ne parle pas ici des circuits préci­tés, mais bien des types de filtres tels que décrits ici, en passant par les étapes suivantes : passe-bas, passe-bande, passe-haut, coupe-bande et retour au passe-bas.

Affi­chage des formes d’ondes

Ableton Push 2 et Live 9.5 : affichage

Dans la dernière version de sa STAN, Able­ton a égale­ment amélioré l’af­fi­chage des formes d’ondes. Le zoom est effec­ti­ve­ment plus fluide que précé­dem­ment, et le niveau de détail légè­re­ment plus élevé. Par contre, on n’a toujours pas de réel zoom verti­cal, sauf en agran­dis­sant la fenêtre d’af­fi­chage de la forme d’onde. Encore un petit effort, mesdames et messieurs d’Able­ton !

Bargraphs

Pour conti­nuer dans les amélio­ra­tions de l’in­ter­face du logi­ciel, il est impor­tant de noter que les nouveaux bargraphs des pistes indiquent main­te­nant à la fois les niveaux RMS et maxi­maux, ce qui permet de mieux jauger visuel­le­ment quels instru­ments font taper le mix dans le rouge (quand on n’a pas d’oreille…). Le Push 2, avec son nouvel écran, tire d’ailleurs parfai­te­ment parti de cette nouvelle fonc­tion­na­lité.

Nouveaux présets

Enfin, cette nouvelle mouture de Live arrive avec de nouveaux drum kits, de nouveaux présets pour les instru­ments et effets de Live tirant parti des nouveaux filtres et de nouveaux samples et clips audio, ainsi que de nouveaux instru­ments et effets Max for Live.

Gestion des plug-ins tiers

Mais, là aussi, j’ai gardé les meilleurs morceaux pour la fin (atten­tion à ce que cela ne devienne pas une habi­tu­de…) ! Tout d’abord, on peut enfin, via le Push ou tout autre contrô­leur prévu à cet effet (TouchAble, par exemple, sur iOS) char­ger des plug-ins tiers au format VST ou AU ! Eh oui, il n’est à partir de main­te­nant plus du tout néces­saire de les enve­lop­per dans un « instru­ment rack » pour les rendre dispo­nibles au char­ge­ment autre­ment que via la souris. Ça, c’est vrai­ment un énorme progrès, que nombre d’entre nous atten­dait depuis la sortie du premier Push, et cela explique certai­ne­ment la nouvelle déno­mi­na­tion « Add device » du bouton « Add effect » de l’an­cien modè­le…

Et l’autre sucre­rie que j’ai gardée pour le dessert, c’est la refonte complète du « Simpler » qui devient de facto l’un des piliers de l’er­go­no­mie combi­née du Push 2 et de Live.

Simpler

Simpler a en effet été revu de fond en comble, tant au niveau de l’in­ter­face que de ses fonc­tion­na­li­tés.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : simpler 1

En ce qui concerne l’in­ter­face, les commandes se divisent en deux caté­go­ries : « sample », pour le travail sur les… samples, et « control » pour tout ce qui concerne le trai­te­ment du son  (filtre, enve­loppe et LFO). Non seule­ment on peut alter­ner entre ces deux vues, mais on peut aussi les super­po­ser ! On béné­fi­cie alors d’une vue large­ment plus détaillée des samples, tout en conser­vant les contrôles en dessous : bien pensé.

Mais ce n’est pas tout, loin de là, car la véri­table grande nouveauté — et petite révo­lu­tion — appor­tée par le nouveau simpler est… le « slicing » !

Celui-ci appa­raît aux côtés des nouveaux modes « clas­sic » et « one shot ». Le mode clas­sic propose des para­mètres adap­tés à la créa­tion d’ins­tru­ments mélo­diques et harmo­niques conven­tion­nels, alors que le mode « one-shot », stric­te­ment mono­dique, est plus adapté à la créa­tion d’élé­ments percus­sifs. Quoi qu’il en soit, dans ces deux modes, on saluera l’ap­pa­ri­tion d’un mode de jeu « Glide » (appelé « Legato » dans le mode d’em­ploi), qui permet de jouer un échan­tillon sans modi­fier sa posi­tion de lecture. Une fois activé, vous pouvez faire varier la hauteur d’un échan­tillon tout en pour­sui­vant sa lecture, ainsi que d’une fonc­tion de porta­mento.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : Slicing

Mais reve­nons au « slicing ». Je parlais d’une « petite révo­lu­tion », car aupa­ra­vant, on ne pouvait accom­plir cette tâche qu’en conver­tis­sant un clip audio en données MIDI, ce qui néces­si­tait des mani­pu­la­tions qui pouvaient engen­drer une certaine inter­rup­tion du work­flow, surtout en live. Sans comp­ter que cette fonc­tion n’était pas acces­sible direc­te­ment à partir du Push premier du nom. Doré­na­vant, tout échan­tillon chargé dans Simpler est instan­ta­né­ment décou­pable en tranches, par simple acti­va­tion de la fonc­tion « slicing », qui est, elle, acces­sible autant via le Push 2 que dans le logi­ciel.

Le nombre de tranches pourra être défini auto­ma­tique­ment selon le niveau de sensi­bi­lité de l’ou­til, que l’on pourra défi­nir de 0 à 100 %, ou alors manuel­le­ment via la fonc­tion de « pad slicing » sur laquelle nous revien­drons plus bas. Les tranches en ques­tion pour­ront être ensuite redi­men­sion­nées, reca­drées, trans­po­sées, dotées de fade ins et de fade outs (un seul et même réglage pour toutes les tranches), voir leur point de départ déplacé ou bien être carré­ment suppri­mées. Le mode de lecture de ces tranches peut quant à lui être défini selon les options suivantes : mono­dique pour la lecture d’une tranche à la fois, poly­pho­nique pour celle de plusieurs tranches simul­ta­nées, ou « thru » pour la lecture mono­dique, mais avec enchaî­ne­ment des tranches suivantes.

Le warp fait égale­ment son entrée dans le Simpler, et pas qu’un peu. Non seule­ment, on retrouve toutes les possi­bi­li­tés déjà offertes dans le trai­te­ment des clips audio, mais en plus, un clip audio « warpé » conser­vera toutes ses carac­té­ris­tiques de warp une fois inté­gré dans « Simpler », lesdites carac­té­ris­tiques pouvant être libre­ment modi­fiées par la suite. Enfin, c’est égale­ment via le Simpler que la fonc­tion « Convert », évoquée plus haut dans la descrip­tion exté­rieure du Push, prend tout son sens. Il est à noter d’ailleurs que cette fonc­tion, comme certaines autres, n’est pas MIDI­fiée. Elle sera plus diffi­ci­le­ment acces­sible pour des appa­reils autres que le Push (sauf à béné­fi­cier des scripts adéquats). Elle reste par contre tout à fait acces­sible à la souris… sauf le « pad slicing ». 

Le « pad slicing » est la fonc­tion qui permet de décou­per un échan­tillon en tranches manuel­le­ment, sans délé­guer le décou­page à un algo­rithme comme avec la fonc­tion « slicing » initiale. Ceci s’ob­tient en action­nant un pad du Push 2 à chaque fois que l’on souhaite créer une tranche durant la lecture de l’échan­tillon complet. Le fait qu’elle ne soit pas acces­sible par l’uti­li­sa­teur du logi­ciel signi­fie qu’il ne sera pas possible de l’af­fec­ter faci­le­ment à un autre contrô­leur que celui de la marque, à moins d’at­tendre la sortie d’éven­tuels scripts externes. Une manière de faire la nique à la concur­rence ? 

Live 9.5 et le premier Push

Je vous parlais plus haut de ce que Live 9.5 allait appor­ter au Push premier du nom. J’en profite d’ailleurs pour invi­ter ceux qui souhai­te­raient en savoir plus sur le fonc­tion­ne­ment de ce dernier à lire notre précé­dent test ici. Mais reve­nons à son utili­sa­tion avec Live 9.5.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : tranche

Il est impor­tant de noter ici que, depuis la sortie du contrô­leur, de nouvelles fonc­tions avaient déjà fait leur appa­ri­tion au rythme des diverses mises à jour du logi­ciel, par exemple la possi­bi­lité de faire alter­ner la desti­na­tion du ruban tactile entre le pitch shift (seule desti­na­tion prévue à l’ori­gine) et la molette de modu­la­tion, ou bien encore la possi­bi­lité d’uti­li­ser le step séquen­ceur égale­ment avec d’autres types d’ins­tru­ments que des drum racks. Concer­nant les nouveau­tés appor­tées par Live 9.5, on peut dire que globa­le­ment, Push 1 peut accé­der à la majo­rité d’entre elles. On obtient ainsi notam­ment le char­ge­ment des plug-ins tiers décrit plus haut, ainsi que celui des samples, que l’on peut main­te­nant égale­ment pré-écou­ter. La pré-écoute peut égale­ment être acti­vée pour les présets des modules internes de Live. À noter toute­fois que le char­ge­ment de samples, que ce soit pour le Push 1 ou le Push 2, ne peut se faire, pour l’ins­tant en tout cas, que dans les modules Simpler et Sampler. On ne peut pour le moment pas char­ger de samples direc­te­ment dans un clip.

Au sein d’un drum racks, les pads peuvent doré­na­vant être dupliqués. La longueur des clips peut être main­te­nant spéci­fiée avec une préci­sion à la double croche. Lorsque l’on presse « fixed length » durant un enre­gis­tre­ment, la dernière portion de celui-ci sera loopée sur la durée spéci­fiée. Les para­mètres de gamme choi­sis via la fonc­tion « scale » sont doré­na­vant sauve­gar­dés dans le set actif. Enfin, même la nouvelle version de Simpler peut être utili­sée avec Push 1, moyen­nant quelques limi­ta­tions bien entendu.

Alors, quels sont les avan­tages réel­le­ment appor­tés par le Push nouvelle version ?

Le Push 2 en action

Comme nous l’avons vu, nombreuses sont les évolu­tions de Live 9.5 dont un Push 1 pourra profi­ter. Toute­fois, le Push 2, qui béné­fi­cie bien évidem­ment des mêmes carac­té­ris­tiques de Live 9.5 que son prédé­ces­seur, apporte un lot non négli­geable d’amé­lio­ra­tions.

Je ne vais pas vous repar­ler de l’écran (en fait, si !), déjà évoqué plus haut, et de toutes les inter­ac­tions qu’il permet notam­ment avec la nouvelle mouture du « Simpler » : le work­flow en termes d’édi­tion, décou­page, réagen­ce­ment d’échan­tillons, est tout simple­ment magni­fique, notam­ment grâce à la visua­li­sa­tion des formes d’ondes. Par exemple, chaque slice béné­fi­cie de son propre niveau de zoom, dont le soft se souvient à chaque fois que l’on déclenche ledit slice. Il est à noter toute­fois qu’une petite latence peut inter­ve­nir dans l’af­fi­chage desdites formes d’ondes. Mais rien de bien méchant.

Ableton Push 2 et Live 9.5 : browser

Même lorsqu’il ne s’agit de repro­duire « que » des données alpha­nu­mé­riques, l’af­fi­chage beau­coup plus fin de l’écran du Push 2 fait merveille. Le brow­ser, notam­ment, permet de présen­ter l’ar­bo­res­cence des dossiers de façon à la fois plus déve­lop­pée et plus souple, l’af­fi­chage s’adap­tant auto­ma­tique­ment aux éléments présen­tés. Les deux flèches droite et gauche à l’ex­tré­mité du brow­ser faci­litent égale­ment beau­coup la tâche de navi­ga­tion.

Divers autres petits détails, tels que des icônes spéci­fiques iden­ti­fiant les pistes sélec­tion­nées à l’en­re­gis­tre­ment ou bien encore les racks, parti­cipent à l’amé­lio­ra­tion géné­rale de l’er­go­no­mie. Puisque nous parlons des racks, il est à noter qu’il est égale­ment possible, grâce au Push 2, de modi­fier direc­te­ment via le contrô­leur l’em­pla­ce­ment d’un module au sein d’une chaîne. On main­tient enfoncé le bouton corres­pon­dant au module en ques­tion, et on tourne l’en­co­deur rota­tif corres­pon­dant vers la gauche ou la droite pour faire « voya­ger » le module dans la chaîne. Extrê­me­ment pratique !

On appré­ciera égale­ment que les noms des pistes soient affi­chés quasi­ment en perma­nence sur l’écran, et qu’il suffise, à tout moment, d’ap­puyer sur le bouton corres­pon­dant pour atteindre celle que l’on souhaite. D’au­tant que la reprise, par les boutons en dessous et au-dessus de l’écran, des couleurs des pistes corres­pon­dantes accen­tue encore l’ai­sance que l’on a à navi­guer dans le set grâce au Push 2. Il est aussi très agréable de béné­fi­cier de la repro­duc­tion en temps réel des mouve­ments des VU-mètres via l’af­fi­chage « Mix ». Et puisque nous parlons du mixage, il est main­te­nant possible avec le Push 2 de contrô­ler plus de six envois par piste.

Les réglages de setup se montrent égale­ment beau­coup plus fins sur le Push 2 que sur son prédé­ces­seur. On dispose tout d’abord de trois courbes : l’une qui défi­nit la sensi­bi­lité des pads, l’autre le gain appliqué au son, et la troi­sième le degré de corré­la­tion entre la force de la frappe et le gain, de telle manière que l’on puisse obte­nir la réponse la plus cohé­rente possible en termes de gain par rapport à la force exer­cée. 

On trouve égale­ment les para­mètres « display light » et « LED bright­ness » qui permettent de confi­gu­rer l’in­ten­sité lumi­neuse émise respec­ti­ve­ment par l’écran et les pads. Toutes ces nouvelles fonc­tion­na­li­tés ont pu voir le jour grâce au superbe écran. Mais l’autre élément qui fait tout le sel du nouveau Push, ce sont les pads. Ceux-ci se montrent bien plus réac­tifs que ceux du Push 1. On les effleure à peine que déjà du son se fait entendre ! En fait, ils réagissent telle­ment bien que les options citées plus haut concer­nant leurs courbes de réponse sont presque inutiles. Mais person­nel­le­ment, j’ai été amené à regret­ter les choses suivantes (en plus de ce que j’ai déjà cité plus haut).

Ableton Push 2 et Live 9.5 : simpler 2

On rêve par exemple encore de la possi­bi­lité de déclen­cher un enre­gis­tre­ment d’ar­ran­ge­ment (et non pas seule­ment de clips en mode session) via le Push. Il se pour­rait toute­fois que les prochaines versions de Live, actuel­le­ment en beta-testing, offrent la possi­bi­lité au Push de béné­fi­cier de cette fonc­tion. À voir, donc. Tout comme on attend toujours une véri­table fonc­tion copier/coller qui permet­trait de dupliquer un clip donné à n’im­porte quel empla­ce­ment de la matrice, et pas unique­ment à celui situé juste en dessous. C’est d’au­tant plus frus­trant que la fonc­tion existe en mode drum rack pour dupliquer le son d’un pad vers n’im­porte quel autre pad de son choix : on souhai­te­rait pouvoir faire la même chose avec un clip.

Il aurait égale­ment été sympa­thique de pouvoir lancer les scènes direc­te­ment à partir du mode « note », sachant que les boutons de lance­ment de scène à droite de la matrice de clips ne sont pas occu­pés par une autre fonc­tion en mode « note ». Une fonc­tion « save » pour sauve­gar­der son projet direc­te­ment à partir du contrô­leur – fonc­tion que l’on peut trou­ver sur Maschine – serait égale­ment bien utile pour limi­ter encore l’in­ter­ac­tion avec la souris. Encore faut-il que la struc­ture de Live le permette, ce qui n’est pas certain.

On aurait égale­ment souhaité pouvoir contour­ner — toujours à partir du contrô­leur — les choix d’ex­clu­si­vité d’ar­me­ment et de mise en solo des pistes effec­tués dans le menu « préfé­rences », tout comme on peut le faire dans le logi­ciel en main­te­nant la touche « shift » de l’or­di­na­teur enfon­cée. Enfin, on aurait aimé pouvoir béné­fi­cier d’un contrôle sur les entrées-sorties des pistes, afin par exemple d’as­si­gner la desti­na­tion de pistes MIDI supplé­men­taires, ou encore défi­nir à quelle entrée physique de la carte son corres­pond quelle piste audio. Oui, je suis exigeant, et alors ?

Conclu­sion

Comme nous l’avons vu dans le précé­dent para­graphe, le nouveau duo Live 9.5 – Push 2 laisse encore de la marge pour de futures évolu­tions. Mais dans l’état actuel des choses, il faut recon­naître que l’en­semble est extrê­me­ment sédui­sant, et fonc­tionne parfai­te­ment. On saluera notam­ment la possi­bi­lité — enfin — de char­ger des modules VST et AU direc­te­ment à partir du contrô­leur, la refonte complète du Simpler et l’amé­lio­ra­tion phéno­mé­nale du work­flow qui en découle en termes de gestion et de travail sur les échan­tillons, l’af­fi­chage plus esthé­tique et effi­cace de tous les types de données du projet grâce au nouvel écran… Mais on se rappel­lera égale­ment que toutes ces amélio­ra­tions sont avant tout liées aux progrès de la STAN elle-même, et qu’à part les quelques évolu­tions tota­le­ment indis­so­ciables du nouvel affi­chage proposé sur le Push 2, le Push 1 profite plei­ne­ment de toutes les autres. Du coup se posent plusieurs ques­tions. Le Push 2 ne serait-il pas un peu trop cher ? Quel est l’in­té­rêt pour un posses­seur du Push 1 d’évo­luer éven­tuel­le­ment vers le nouveau modèle ? Les deux appa­reils s’adressent-ils vrai­ment au même public, ou non ?

Alors, tâchons de répondre dans l’ordre. Person­nel­le­ment — et très subjec­ti­ve­ment — le tarif du Push 2 ne m’au­rait pas gêné si l’ap­pa­reil venait enri­chir — et du même coup, créer — la gamme en complé­ment du premier modèle. Ici, il s’agit d’un rempla­ce­ment, et donc il aurait, à mon sens toujours, dû être proposé au même tarif que le Push précé­dent, en tenant compte de l’ob­so­les­cence tech­no­lo­gique inhé­rente aux maté­riels élec­tro­niques. On peut arguer du fait que le Push 1 était produit en sous-trai­tance par Akai, et que la produc­tion en propre du Push 2 par Able­ton revient certai­ne­ment plus cher à ces derniers. Ce à quoi l’on pourra répondre que ce n’est pas aux utili­sa­teurs de payer les choix d’aban­don de parte­na­riat des fabri­cants. Cela dit, pour les personnes possé­dant déjà un Push 1, Able­ton propose une réduc­tion de 30 % sur le Push 2 contre remise de leur ancien appa­reil. Donc, à vous de voir.

Préci­sons encore, pour les utili­sa­teurs du Push 1, et pour répondre à la seconde ques­tion, que celui-ci pourra conti­nuer à vous rendre de grands services si vous avez essen­tiel­le­ment besoin d’un contrô­leur utili­sable comme un instru­ment de musique pour compo­ser, pilo­ter vos plug-ins ou encore déclen­cher vos clips dans Able­ton Live, sachant qu’il béné­fi­cie en bonne partie des nouveau­tés appor­tées par la dernière version du logi­ciel.

Le Push 2, avec son très bel écran graphique, s’adresse davan­tage aux amateurs de travail en live sur les échan­tillons, ce qui répond à la troi­sième ques­tion. Il n’en reste pas moins que son ergo­no­mie surpasse celle du Push 1 égale­ment sur les autres aspects du travail. Donc, quoi qu’il en soit, et malgré mes réserves sur le tarif du Push 2, sur 2/3 choix étranges ou sur quelques fonc­tion­na­li­tés que l’on attend encore de voir appa­raître dans Live, je consi­dère cette nouvelle mouture de l’« instru­ment » d’Able­ton comme une réus­site.

  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : general
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : face arrière
  • Ableton Push et Live 9.5 2 : côté droit
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : côté gauche
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : tranche
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : Slicing
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : oscillateur
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : clips
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : affichage
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : filtre
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : simpler 1
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : simpler 2
  • Ableton Push 2 et Live 9.5 : browser

 

8/10
Award Valeur sûre 2015
Points forts
  • La qualité de fabrication
  • L’écran, magnifique, et qui améliore très sensiblement l’ergonomie générale
  • Les pads qui présentent une meilleure réactivité que sur le modèle précédent
  • le bouton « Convert »
  • le nouveau Simpler dans Live 9.5, avec notamment la fonction « slicing »
  • La fonction « Morph » des nouveaux filtres dans Live 9.5
  • L’auto-oscillation des nouveaux filtres dans Live 9.5
  • Les nouveaux bargraphs avec affichage « peak » et « RMS » dans Live 9.5, et leur traduction sur l’écran du Push 2
Points faibles
  • Le prix, quand on considère que le Push 2 remplace le Push 1 et ne se pose pas en alternative « de luxe »
  • La prise USB exclusive qui ne permet pas l’utilisation de n’importe quel câble
  • L’auto-coloration des clips de la même couleur que la piste, ce qui rend très compliqué le repérage sur la matrice au sein de projets complexes
  • Toujours pas de touche d’enregistrement d’arrangement (mais cela pourrait changer avec les prochaines versions de Live en beta-testing)
  • Toujours pas de véritable fonction de copier-coller des clips à l’emplacement que l’on ne souhaite
  • Toujours pas de possibilité d’agir sur les entrées-sorties audio physiques à partir du Push
  • Toujours pas de possibilité de contourner momentanément les choix d’exclusivité d’armement et de mise en solo des pistes à partir du Push

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.