Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
test
L'antilope accouche d'un chasseur

Test de l'Antelope Audio Orion 32

Chez Antelope, les horloges et les convertisseurs, c'est leur dada, avec notamment leurs fameuses horloges atomiques, censées être 100 000 fois plus stables qu'une horloge classique. L'intérêt est, depuis le début, assez fort du côté des audiophiles, mais il est probable que la marque commence à intéresser le milieu de l'audio pro avec l'Orion 32, une interface 32 canaux USB à 2500€ présentée lors de l'AES 2012, que nous testons aujourd'hui…

L'annonce de l'Orion 32 fut pas mal suivie sur Audiofanzine, car ses caractéristiques et son prix sont, il faut bien le dire, assez alléchants. Le tout est de savoir maintenant si la marque ne va pas faillir à sa réputation et si cette première incursion dans le monde des interfaces audionumériques multicanaux est une réussite ou non… C'est ce que nous allons tenter de savoir dans cet article, mais tout d'abord, faisons connaissance avec la bête.

Elle court, elle court, l'antilope

Antelope Audio Orion 32

Ce n’est vraiment pas notre genre de s'extasier devant un rack, mais il faut avouer que l'Orion est plutôt classe, avec sa finition alu et ses petits boutons tout ronds. L'assemblage, fait en Bulgarie, est irréprochable, et les composants proviennent, selon le constructeur, de plusieurs pays (Suisse, Allemagne, Danemark, Chine, États-Unis…). L'écran central est composé de deux éléments : à gauche un affichage old school de type calculatrice pour la fréquence d'échantillonnage, et à droite un écran LCD assez petit, mais avec une bonne résolution, pour les niveaux des entrées et sorties.

Côté boutons, c'est spartiate, avec le on/off, le choix de la fréquence d'échantillonnage, le bouton "antelope" qui est une sorte de "shift/multifonction" permettant d'accéder à certaines fonctions (mode calibrage notamment) et enfin les 5 boutons qui rappellent des presets de setups (routing, mixage…). Un appui long sur l’un des cinq boutons permettra de mémoriser la config actuelle. C'est simple et efficace !

Antelope Audio Orion 32

Derrière, c'est beaucoup plus chargé, et pour cause, l'Orion est assez complète et ne fait qu'une unité en hauteur. Pour les 32 entrées / sorties analogiques, on retrouve 8 prises D-Sub 25 broches (format Tascam), il faudra donc penser à acheter les câbles idoines si vous n'en avez pas. Côté numérique, on a les 64 entrées / sorties MADI en fibre optique, les 16 entrées / sorties ADAT (en fibre optique aussi) et les deux entrées / sorties S/PDIF en coaxial (RCA). On termine avec les prises BNC pour les horloges, et là, Antelope nous a gâtés. On retrouve deux entrées, dont une pour leur fameuse "10M" atomique, et quatre sorties afin de pouvoir faire profiter de l'horloge intégrée (Oven Controlled Oscillator) de l'Orion au reste de votre home-studio. Une dernière bonne nouvelle pour la route : l'alimentation est intégrée, c'est toujours ça de moins qui trainera dans les pieds.

On regrettera quand même l'absence de sorties pour le monitoring, que ce soit pour les enceintes ou pour le casque. Il faudra obligatoirement passer un contrôleur de monitoring ou une table de mixage… De même, l'interface n'embarque aucun préampli, il faudra donc en posséder si vous voulez faire des prises avec des micros !

Restons soft

Antelope Audio Orion 32

Après avoir installé le drivers (Mac et Windows, mais elle est aussi compatible iOS via le Camera Connexion Kit), on lance le panneau de contrôle qui, il faut l'avouer, est très simple à prendre en main. On retrouve deux séries de vumètres pour les niveaux en entrée et en sortie, on pourra d'ailleurs choisir leur type (analogique, MADI, ADAT, S/PDIF, USB…), un fader permettant d'ajuster l'éclairage de l'écran du rack et un autre permettant d'ajuster les volumes de toutes les sorties analogiques d'un coup, ça peut servir, éventuellement. On pourra choisir la source de l'horloge (Oven, WC ou n'importe quelle E/S numérique), la fréquence d'échantillonnage, et le preset comme sur la face avant du rack.

La partie principale se situe juste en dessous et permettra d'assigner le signal de n'importe quelle entrée (analogique, USB pour les retours séquenceur, MADI, ADAT, S/PDIF ou Mix pour le retour stéréo de la table de mixage virtuelle, nous y reviendrons) à n'importe quelle sortie (les mêmes que pour les entrées, avec cette fois-ci les 32 entrées de la table de mixage virtuelle). Ce qui est pratique avec cette interface, c'est que chaque type d’entrées a une couleur, et qu'il suffit de cliquer/glisser une entrée vers une sortie pour l'assigner. La sortie prend alors la couleur de l'entrée, c'est simple et visuel. Évidemment, il sera possible, en maintenant la touche Shift enfoncée, d'assigner une série d'entrées à une série de sorties… Vous ne serez pas obligés de vous taper les 64 canaux MADI un par un, ouf !

Antelope Audio Orion 32

En cliquant sur "mixer", on bascule sur la table de mixage virtuelle, qui est on ne peut plus spartiate : pour chacune des 32 tranches, on a un réglage du panoramique, un fader pour le niveau, et deux boutons Mute et Solo. C'est tout. On pourra envoyer n'importe quelle entrée vers cette table de mixage, et récupérer le mixage stéréo afin de l'envoyer, lui aussi, n'importe où. L'Orion ne dispose d'aucun traitement en interne, ce qui est clairement un de ses points faibles par rapport à certains concurrents. De plus, on ne pourra faire qu'un seul mix pour ses retours musiciens. Si vous en voulez plus, il faudra vous débrouiller autrement avec du matériel supplémentaire. L'interface se destine donc aux ingénieurs du son et home-studistes qui ont la chance de posséder déjà du matériel, comme des préamplis, un contrôleur de monitoring, une table de mixage…

Antelope Audio Orion 32

Quand on rentre dans la fenêtre des réglages, on accède à deux oscillateurs permettant de calibrer le matériel en générant des sinusoïdes à 1k ou 440 Hz à un certain niveau (-18 à 0 dBFS), on peut activer le mode S-Mux pour l'E/S MADI, et enfin il est possible de régler les entrées et sorties analogiques de 14 à 20 dBu (par incréments de 1 dB).

L'Orion propose donc pas mal d'entrées et sorties, fait finalement peu de choses, mais a le mérite de rester très simple d'utilisation. On notera quand même une limitation pour les utilisateurs de Mac : au-dessus d'une fréquence d'échantillonnage de 96 kHz, on sera limité à 24 canaux. Ce n'est pas le cas sous Windows, et c'est apparemment la faute du Mac. Voyons maintenant ce qu'elle donne côté son…

On va bencher

Antelope Audio Orion 32

Pour essayer cette interface, nous avons fait une série de mesures avec notre Audio Precision 515 et nous avons comparé les mesures à notre Metric Halo ULN-8. Aussi, nous avons fait notre habituel "Loop Back Test" qui consiste à brancher les sorties sur les entrées, jouer un fichier audio et l'enregistrer une fois passé par les convertisseurs A/N et N/A. Un logiciel compare alors le fichier original et le fichier enregistré et établit un niveau de corrélation entre les deux. Plus ce niveau est élevé, plus le fichier enregistré est proche de l'original, et donc, mieux c'est.

Nous avons effectué les mesures sur un PC sous Windows 8 et essayé aussi l'interface sur notre MacBook Pro Retina. L'interface a une latence minimale de 4,47 ms (197 samples) en entrée et 3,67 ms (162 samples) en sortie. Nous n'avons pas observé de craquements audio intempestifs lors de nos tests.

Afin de mieux comprendre les chiffres que nous allons donner, nous avons publié un article dans la catégorie "Bien débuter".

Voici le tableau récapitulatif des valeurs obtenues :

Réponse en Fréquence Sortie ULN 8
Réponse en Fréquence Sortie Orion 32
Réponse en Fréquence Entrée ULN 8
 Réponse en Fréquence Entrée Orion 32

L'Orion 32 s'en sort donc très bien et les performances globales sont largement à la hauteur de nos espérances. C’est du tout bon !

Le loop back test nous a donné une valeur de 19,7 dB de corrélation, ce qui est en revanche moins bon que la valeur obtenue avec la Metric Halo (37 dB). Voici les fichiers :

Téléchargez le .Zip Loop back test

Nous avons aussi enregistré une source vers les deux interfaces en même temps, chacune branchée à un ordinateur faisant tourner une session de Studio One 2. Voici les deux fichiers :

Téléchargez le .Zip Source

Conclusion

Cette première incursion dans le monde des interfaces audionumériques multicanal est une réussite pour Antelope. L'Orion offre un très grand nombre de canaux pour une interface USB, qui est en plus compatible Mac, iOS et Windows. Sa connectique est très complète et son routing est flexible, même si on peut regretter le fait qu'on ne dispose que d'une seule table de mixage virtuelle et d’aucun traitement.

Côté son, c'est un sans faute, l'Orion obtenant de bons résultats lors de nos benchmarks. Certains regretteront peut-être l'absence de section de monitoring et de préamplis, ce qui empêche l'Orion d'être vraiment autonome en déplacement. Mais si votre studio est déjà bien équipé, l'Orion 32, avec son bon rapport qualité/prix, peut s'avérer être un choix judicieux.

8/10
Points forts
  • 32 E/S analogiques
  • 64 E/S MADI, 16 ADAT
  • Qualité des convertisseurs
  • Compatible Mac, iOS et Windows via USB 2
  • 4 sorties / entrées Word Clock
  • Tout ça dans un rack 1U
  • Routing simple et complet
  • Prix
Points faibles
  • Pas de DSP, aucun traitement en interne
  • Pas de section de monitoring
  • Pourquoi pas un ou deux préamplis, pour dépanner ?
  • contorsion
    contorsion
    Posteur AFfranchi
    89 posts au compteur
    Bonjour, exactement idem que Leonidas ci dessus, je cherche les drivers pour SnowLeopard... Si quelqu'un a ça ce serait formidable :bravo:
  • lé0nidas
    lé0nidas
    AFicionado
    1347 posts au compteur
    Bonjour, quelqu'un aurait des anciennes version du driver pour macintosh?
    je suis sous snow leopard et sur leur site ils ont enlevé toute les anciennes version qui marchaient très bien et que j'ai perdu suite au vol de mon macbook..
    leur sav sont incapable de me fournir ça c'est vraiment décevant de leur part..
    merci
  • Yokosho
    Yokosho
    Squatteur d'AF
    3142 posts au compteur
    Citation :
    donc garde tes ressources cpu et bosses en 44,1 ;) en 32 bits si possible


    Sur ce sujet chacun son point de vue.
    Sans parler de qualité audio (j'espère que de ce côté on en a fini avec les débats sans fin), à titre personnel j'opte systématiquement pour du 48kHz quand c'est du petit projet qui n'a aucune garantie de suite sérieuse (48kHz pour que ce soit tout de même immédiatement compatible vidéo, pour le clip par exemple ou tout un tas d'autres outils de comm' sans avoir besoin d'upsampler) et systématiquement pour le 96kHz pour les autres situations (vidéo multicanal, musique, etc...) parce que je sais que les personnes qui reçoivent les rushs ensuite peuvent être parfois en attente de cette résolution et je ne pense pas que ce soit à moi de juger du bien fondé de leur choix.
    Parfois c'est pour faire du time-shift intensif en post-prod, ou quand il s'agit de numérisation de supports analogique on me tanne sur le fait qu'il y aurait plus de marge de manœuvre avec les outils de restauration sonore à 96kHz bref... plein d'autres cas de figure et encore des tas que je n'ai probablement jamais rencontré, mais quand on sais qu'on ne travaille pas en autarcie il faut savoir s'adapter aux besoins des autres maillons de la chaîne.

    Donc je ne dis pas que tu as tort dans tes choix, certainement pas, juste qu'à un certain moment ça ne sert pas à grand chose de se battre avec les gens sur des histoires d’échantillonnage et de quantification pour un peu de mémoire quand ça n'est plus ce qui manque (parce que de toute manière ils n'en démordent jamais, souvent je me dis qu'ils connaissent aussi leur métier et que dans leur cas de figure que je connais peu ou pas ils ont raison, et quand il faut bosser soi-même sur ces rushs bah on peut toujours les downsampler avant si vraiment on est en rade de CPU puisqu'il y a quelques outils très performants pour ça)

    x
    Hors sujet :
    Oui, avant j'étais un peu "rentre dans le tas" avec ces sujets, maintenant j'm'énerve et m’embarrasse plus de ces débats, c'est mieux pour le moral, la santé, l'ambiance générale, et même quand les autres ont tort ça n'empêche généralement pas d'arriver à un résultat satisfaisant sans s'emmerder plus pour autant... Puis en fait on pratique plus et on débat moins donc au final on bosse mieux quand même
  • Elfe2MArs
    Elfe2MArs
    Posteur AFfiné
    233 posts au compteur
    A vrai dire …? fais tu de la vidéo multicanal ?
    si c'est le cas bonne question
    sinon rien à cirer ….
    44,1 : audio
    48 : video
    88,2 : audio ( soit disant meilleure mais qui à la fin va finir en 44,1 )
    96 : video multicanal
    donc garde tes ressources cpu et bosses en 44,1 ;) en 32 bits si possible
  • aboupopo
    aboupopo
    Posteur AFfranchi
    54 posts au compteur
    petite question dans le test il est ecrit :
    Citation :
    pour les utilisateurs de Mac : au-dessus d'une fréquence d'échantillonnage de 96 kHz, on sera limité à 24 canaux


    Donc a 96 kHz on peux utiliser combien de canaux ?


    je ne comprend pas nomplus le tableau de compte adat
    il y a 2 entré adat = 16 entré en 48 kHz non ?
    8 entré en 96 khz

    edit : reponse trouvé
    http://www.antelopeaudio.com/fr/products/orion32-multi-channel-ad-da-converter
  • Analog Grooves
    Analog Grooves
    Nouvel AFfilié
    46 posts au compteur
    UP

    les gars sérieux aucun retour ?
  • Analog Grooves
    Analog Grooves
    Nouvel AFfilié
    46 posts au compteur
    Bonjour à tous,

    il y a des utilisateurs en USB sur mac. C'est stable et sans latence ?
    Je regarde l'orion 32 pour updater mes convertisseurs. C'est pour la brancher sur ma console in line et l'utiliser en tant qu'interface audio unique dans mon système.

    merci de vos retours
  • Izok
    Izok
    Posteur AFfiné
    106 posts au compteur

    Bonjour à tous, 

     

    Peut-on brancher plusieurs Orion, 3 en l'occurrence, en USB sur un Mac ? 

     

    Merci.

  • luscus
    luscus
    Posteur AFfranchi
    72 posts au compteur
    oui effectivement, arkanovoid, ca doit se trouver sur la doc, mais la doc ne donne pas d'infos sur la precision des attaques a laisser passer ou pas,par les vus-metres and co, l'outil redoutable que j'adore c 'est le vue metre dorrough 40C. il est calibre sans rien toucher avec la alpha link, quand lui sature, la ssl aussi, avec une precision sur la dynamique vraiment top.alors, ca fait un peu puriste au poil de cul, mais sur un ensemble de record en percu notamment, c'est vraiment rassurant de travailler avec une latitude de dynamique, ca fait un peu hors sujet, mais on juge en grosse partie un convertisseur sur sa gestion de la dynamique.bien que recorder 32 pistes en simultanées se fait de plus en plus rare, ou bien sur, brancher toutes ses machines directement en entré de convertisseur, pour les budgets serré, je conseille tout de meme le patch avant convertisseur.
    bien a vous
  • arkanovoid
    arkanovoid
    AFicionado
    2256 posts au compteur
    J'ai les SSL aussi et ils ont un headroom hallucinant. +28dB si je ne dis pas de bêtises. Du coup ca simplifie la vie. Je venais d'une fireface... J'utilise une carte RME adat. Et j'aurais du mal à me passer de la matrice pour le routing.
    Concernant la marge en entrée ca doit se trouver sur la doc technique du Antelope, non?
  • luscus
    luscus
    Posteur AFfranchi
    72 posts au compteur
    je deterre un peu le sujet, juste a savoir si le niveau d'entré ligne de l'antelope est aussi étendu que l'alpha link, je possede toujours une alpha link, j'ai eu du rme avant,et j'avais plus de reserve sur la ssl que sur la rme. pour la sortie daw c'est pas bien grave, mais pour les entrees de conversion avec des signaux analogiques sortant de becanes un peu musclées,type preamp a transitoire rapide, compresseur, effets a lampe, synth du chaos, ca se demontre surtout pour de la prise percus, savoir si ca encaisse ou faut se fader une simili DI pour limiter l'entré. j'avoue que j'etais frustre de ce cote la avec rme. apres c'est sur que la matrice de routing rme c'est ultra pratique.
    le test qui me permet de dire cela, c'est que je fixais mes DI a midi sur rme pour que le signal rentre avant saturation d'ecoute,sur ssl j'etais a deux, voir trois heure. quant aux sorties de compresseurs, je devais baisser les gains de sortie et ou je compressais plus les attaques. je dirais meme sensation avec sound device pour ceux qui connaisse, faut pas lui demandé de gerer de l'attaque, c'est tres vite a la rue face a un aaton cantar dans la categorie recorder nomade.et pourtant j'aime pas le cantar pour son ergonomie fastidieuse, mais il a des preamps avec des can redoutables.
    voila c'etait une petite contribution, sur le papier c'est toujours tout beau apres dans la pratique . . .
  • Ramses28
    Ramses28
    AFicionado
    1107 posts au compteur
    Vous n'avez pas 2500€ a me filer svp ?

    :D
Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.